Montbazin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montbazin
Montbazin
Vue sur le vieux village.
Blason de Montbazin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Mèze
Intercommunalité Sète Agglopôle Méditerranée
Maire
Mandat
Laure Tondon
2014-2020
Code postal 34560
Code commune 34165
Démographie
Gentilé Montbazinois
Population
municipale
2 999 hab. (2015 en augmentation de 1,04 % par rapport à 2010)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 00″ nord, 3° 41′ 48″ est
Altitude 34 m
Min. 16 m
Max. 313 m
Superficie 21,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Montbazin

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Montbazin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montbazin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montbazin

Montbazin (en occitan Montbasin) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. Elle appartient à l'Unité urbaine de Sète et à la communauté d'agglomération Sète Agglopôle Méditerranée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Le village est traversé par la Vène. Il est situé sur le tracé de la Via Domitia, voie romaine créée vers , à l'emplacement de l'antique vicus de Forum Domitii, bourg-étape entre ceux de Sextantio (actuellement Castelnau-le-Lez près de Montpellier) et de Cessero (actuellement Saint-Thibéry, au franchissement de la rivière Hérault) et, plus globalement entre Nemausus (Nîmes) et Beterrae (Béziers), les plus proches agglomérations antiques du secteur. Montbazin est distante de Montpellier de 20 km et de Sète de 18 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montbazin
Villeveyrac Aumelas Cournonterral
Poussan Montbazin Cournonsec
Gigean

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Habitat paléolithique, époque moustérienne, à la grotte d'Antonègre, où l'on trouva des pointes de flèche, des grattoirs en silex, typiques de l'époque néandertalienne et des témoins de la faune quaternaire.

117 avant J.C. implantation du comptoir romain Forum Domitii, relais sur la voie Domitienne. Nombreux vestiges gallo-romains, amphores, monnaies, grenier, fours à poterie, margelles de puits...

Sarcophages et nécropoles wisigothiques.

Achat du château de Montbazin par les Guilhem de Montpellier au XIIe siècle, arrivée des seigneurs de la Vergne au début du XIVe siècle, qui organiseront, avec les consuls élus, la vie du village jusqu’à la Révolution.

Appartenait dès 1344 au marquisat de Marquerose attribué aux évêques de Maguelone.

Présence d'une confrérie de Pénitents blancs attestée dès 1600.

1604 Création d’une maison communale et école, place du marché.

1701 projets d'adduction d’eau communale.

1780 Dépôt d’une marque protégée de muscat auprès de Simon Agniel, avocat de Montpellier.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire » en l’an II[1].

1819 Construction de la pompe « vieille » et élargissement des 76 chemins vicinaux.

1833 Construction de la pompe « neuve ».

1859 Construction de la nouvelle église.

1869 Construction de la gare du midi.

1872 Achat du Château Neuf par la mairie.

1874 Création de la société philanthropique dans la commune.

1876 Création d’une école pour adultes et d’une bibliothèque.

1890 Décision actée de la démolition du pont à l’entrée du village.

1891 Démolition du Château Neuf. Construction de la gare d’intérêt local.

1897 Réception définitive de l’école des garçons (actuelle mairie).

1902 Ouverture de l’école des filles au château Romieu (actuelle poste).

1903 Aménagement définitif du Peyrou après le transfert du cimetière.

1907 Mise en place de l’éclairage public au pétrole.

1909 Premier acte en commun avec les communes environnantes : achat d’un cylindre.

1911 Construction d’un nouveau pont à l'entrée du village.

1913 Deuxième acte intercommunal pour l'entretien de la rivière la Vène.

1920 Inauguration du monument aux morts.

1922 Électrification du village.

1933 Achat d’un bâtiment pour réaliser le foyer des campagnes, baptisé salle Doumer.

1935 Fermeture définitive de la gare d’intérêt local.

1936 Déplacement de la pompe neuve près de l’église.

1937 Création de la cave coopérative « les costières de Montbazin ».

1938 Création du lavoir communal.

1940 Érection de la statue des Belges reconnaissants.

1947 Constitution de la Maison des Jeunes et de la Culture, parmi les premières de France.

1952 Création des bains douches communaux.

1955 Achat du jardin public. Une tornade frappe le village.

1960 Mixité dans les écoles.

1962 Raccordement au réseau d’eau potable.

1982 Création du groupe scolaire regroupant les écoles rue de Valfalis.

1987 Tempête de neige. Cinquantenaire de la cave coopérative.

2003 Construction de la salle polyvalente.

2006 Les viticulteurs rejoignent la coopérative « les terroirs de la voie Domitienne ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au monde croisé d'azur chargé en cœur de la lettre B capitale d'argent surmontée d'un croissant du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1788 1790 Joseph Roussel    
1791 1795 André Arnaud    
1795 1808 Joseph-François Jean    
1808 1816 Jacques Roussel    
1816 1829 Paul At. Valesque    
1829 1830 Pierre-François Jean    
1830 1835 Jean-François Donnadieu    
1835 1843 François-Xavier Roussel    
1843 1848 François Barthes    
1848 1849 Etienne Gelly    
1849 1853 Philippe Aubapan    
1853 1858 Léopold Poulalion    
1858 1863 Jean-Paul Brun    
1863 1870 Jules Donnadieu    
1870 1870 Antonin Valesque    
1870 1874 Jules Gélibert    
1874 1878 Augustin Vialette    
1878 1884 Antonin Valesque    
1884 1887 Camille Gelly    
1887 1888 François Delfaud    
1888 1896 Jean-Jacques Estanié    
1896 1898 Paulin Charles    
1898 1904 Antoine Domergue    
1904 1923 Hippolyte Arnaud    
1923 1923 Bayle    
1923 1944 Albert David    
1944 1959 Henri Domergue    
1959 1971 Gaston Aldebert    
1971 1995 Jean-Louis Coustol   Maire Honoraire
1995 2001 Lucien Labit    
2001 2006 Jean-Marc Baillon    
mars 2006 en cours Laure Tondon app. PS Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 2999 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660650738807865880931924905
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9391 0891 1401 1451 1639349611 1411 129
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2201 2431 1601 2511 1201 1031 0118141 031
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0121 0411 1091 3772 0622 2142 7112 7792 846
2013 2015 - - - - - - -
2 9372 999-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre : chapelle romane construite aux XIe et XIIe siècles. La chapelle est la chapelle du château et elle est surprenante par le passage sous le chœur qui donnait accès au château féodal. Elle est unique par l'importance de ses fresques romanes (rare dans la région). Elle renferme divers objets gallo-romains et propose différentes manifestations culturelles (peintures, sculptures, concerts…) tout au long de l'année.
  • Les colonnades du château du seigneur de Lavergne (ancienne école de fille, actuel bureau de poste).
  • L'église Saint-Jean-Baptiste
  • La salle polyvalente Marcelin-Albert.
  • Place du Jeu de Ballon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène Montel, né à Montbazin le 5 juin 1885, instituteur, journaliste et homme politique. Il fit un brillant parcours politique au sein du SFIO. Conseiller général et conseiller municipal de Narbonne, secrétaire fédéral de la SFIO de l'Aude. En 1929, au décès de Yvan Pélissier, député SFIO de Narbonne, il laisse sa place à Léon Blum, qui devient ainsi député de l'Aude. Eugène Montel devient un des plus proches collaborateur de Léon Blum, avec lui il est arrêté par la milice de Pétain-Laval-Darnand. Il s'évade de Vals-les-Bains où il est interné et rentre dans la Résistance. En 1945, la France libérée avec l'assentiment de Vincent Auriol, il est élu maire de Colomiers (Haute-Garonne). Village de son gendre, il reste maire jusqu'à son décès à Colomiers le 21 janvier 1966, tout en étant également président du conseil général de la Haute-Garonne et député de la Haute-Garonne. Eugène Montel a fait de Colomiers, un village de 2000 habitants en 1945, la seconde ville de la Haute-Garonne en 2008, avec 30 000 habitants, et une qualité de vie exemplaire.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 413.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Montbazin est jumelé depuis 2013 avec Cavaglià (Italie).

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]