Aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aéroport Tarbes - Lourdes Pyrénées
Image illustrative de l’article Aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Ossun et Louey
Coordonnées 43° 11′ 13″ nord, 0° 00′ 00″ est
Altitude 384 m (1 260 ft)
Informations aéronautiques
Code IATA LDE
Code OACI LFBT
Nom cartographique TARBES
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire SPLAR
Site web aéroport Consulter
Pistes
Direction Longueur Surface
02/20 3 000 m (9 843 ft) tarmac
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
LDE
LDE
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
LDE
LDE

L’aéroport international Tarbes-Lourdes-Pyrénées (code IATA : LDE • code OACI : LFBT) est un aéroport français, situé sur les communes d’Ossun, de Louey, de Juillan et d'Azereix (Hautes-Pyrénées) et desservant les villes de Tarbes et Lourdes. Avec une moyenne de 460 000 passagers par an[1], c’est le 3e aéroport d’Occitanie derrière Toulouse-Blagnac et Montpellier-Méditerranée.

Géographie et accès[modifier | modifier le code]

L’aéroport a été implanté à Ossun aux pieds des Pyrénées entre Tarbes et Lourdes dans le département des Hautes-Pyrénées et la région Occitanie. Il dessert les bassins d'activité de Tarbes et de Lourdes mais son rayon d'action s'étend sur tout le département, le Béarn, le sud du Gers et jusqu'au Comminges.

À la fois à 10 km du centre de Tarbes et 10 km de celui de Lourdes, TLP est accessible par l'autoroute A64, sortie 12 (Tarbes-Ouest) et la RN21 en 2×2 voies jusqu'à Lourdes et Argelès-Gazost.

L'aéroport est desservi par le réseau TLP Mobilités via les lignes T7 (ligne urbaine depuis Tarbes) et TL (ligne périurbaine Tarbes-Lourdes).

Carte des aéroports de la Région Occitanie
20 km
1:2 341 000
Albi Le Sequestre
Montauban
Millau Larzac
Cassagnes Bégonhès
Villefranche-de-Rouergue
Mende Brenoux
Nogaro
Condom Valence-sur-Baïse
Cahors Lalbenque
Figeac Livernon
Lasbordes
Muret Lherm
Saint-Gaudens Montréjeau
Bagnères de-Luchon
Pamiers Les Pujols
Saint-Girons Antichan
Castelnaudary Villeneuve
Lézignan Corbières
Alès Cévennes
Toulouse Blagnac
Auch Gers
Castres Mazamet
Rodez Aveyron
Tarbes Lourdes Pyrénées
Brive Souillac
Carcassonne Salvaza
Montpellier Méditerranée
Béziers Cap d'Agde
Nîmes Garons
Perpignan Rivesaltes

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement appelé aéroport de Tarbes-Ossun-Lourdes, c'est le 16 mai 1948 que l'aéroport ouvre, notamment car l'usine d'aviation Morane-Saulnier est accolée au site[2] ; l'aérogare se résume alors à trois pavillons en bois. La chambre de commerce et d'industrie de Tarbes et des Hautes-Pyrénées prend la concession de la plateforme en 1958, dès lors l'aérogare en « dur » est construit. L'aéroport accueille le futur pape Jean XXIII pour le centenaire des apparitions ; le 23 août de la même année, Urbain Cazaux inaugure officiellement la nouvelle aérogare.

De 1959 à 1966, les travaux d'aménagements permettent d'accueillir les gros porteurs et l'aéroport enregistre ses 100 000 premiers passagers. En 1966, une gare d'accueil est réalisée pour les passagers handicapés. C'est au début des années 1960 qu'Air Inter ouvre une ligne quotidienne entre Tarbes et Paris-Orly.

En 1967, un Boeing 707 se pose pour la première fois sur les pistes pyrénéennes. Dès 1974, l'aéroport peut accueillir des Boeing 747 et autres DC10 ; c'est le début des vols transatlantiques et un B747 de la Pan Am en provenance de New-York se pose à Tarbes cette même année. C'est le 6 juin 1978 que le Concorde se pose sur la plateforme. 1983 marque le premier voyage de Jean-Paul II dans les Hautes-Pyrénées ; il est accueilli sur les pistes par le président François Mitterrand.

Avec la disparition d'Air Inter en 1997, Air France reprend temporairement la ligne sur Paris-Orly, avant de cesser son activité rapidement. C'est alors Air Toulouse qui jusqu'en 1999 assurera deux liaisons quotidiennes entre Tarbes et Paris-CDG.

Entièrement reconstruit en 1999, l'architecture contemporaine de l'aéroport semble rappeler celle de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire de Lourdes, elle-même dotée de « bras » d'accès vers la basilique de l’Immaculée-Conception la surplombant ; l'aéroport change alors de nom. 2000 voit l'arrivée d'Air Lib, qui rouvre une ligne bi-quotidienne avec Paris-Orly Sud, jusqu'à son dépôt de bilan en février 2003 ; c'est Aéris Express en juin 2003 qui reprend la liaison avec une politique low-cost, qui connaitra un certain succès jusqu'au dépôt de bilan de cette compagnie quelques mois plus tard.

Logo actuel.

Le 1er juin 2004, Air France By Britair reprend la liaison sur Paris-Orly laissée vacante, à raison d'un aller-retour par jour et met en place deux rotations supplémentaires par jour dès l'année suivante. Le 14 août 2004, le président de la République Jacques Chirac accueille Jean-Paul II sur le Tarmac.

En 2008, l'année du Jubilé marque une croissance nette du trafic aérien.

En avril 2009, JetAirFly ouvre une ligne bi-hebdomadaire à destination de Bruxelles et c'est au tour de la compagnie Ryanair qui, le 20 décembre de la même année, opérera deux vols par semaine à destination de Londres Stansted.

La délégation de service public auparavant attribuée à la chambre de commerce et d'industrie de Tarbes et des Hautes-Pyrénées cesse le 1er janvier 2009 et l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées est ensuite géré par la SEATLP SAS, société du groupe EDEIS.

Depuis 2009, la compagnie Ryanair a ouvert successivement les lignes à destination de Londres Stansted, Milan Bergame, Rome Ciampino et Cracovie, à raison respectivement de cinq vols hebdomadaires pour Londres Stansted, et deux pour les autres destinations. Hop Air France ressigne ses « obligations de service public » (OSP)[3] pour cinq ans, proposant toujours 19 vols par semaine sur Paris-Orly, opérés en CRJ-700 de 72 places, puis à partir d'octobre 2016 par des Fokker-100 de 104 sièges. La compagnie espagnole Albastar, premier opérateur aérien de vols charters sur la plateforme bigourdane, ouvre également en 2016 une ligne directe régulière à destination de Rome Fiumicino.

En janvier 2021, l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées rejoint les aéroports de Carcassonne-Salvaza et de Perpignan-Rivesaltes au sein d'une Société publique locale aéroportuaire présidée par Guy Esclopé (conseiller régional de l'Ariège) et dont la région Occitanie détient 62 % du capital[4].

En raison de la pandémie de Covid-19 et de la chute du trafic aérien qui en découle, l'aéroport de Tarbes accueille des centaines d'avions forcés à l'arrêt. Stockés et entretenus en attendant la reprise, 75 % continueront leur service ; les plus vieux sont démantelés et recyclés. Depuis le milieu des années 2000, Tarbes est en effet le site de la société Tarmac Aerosave, chargée de gérer les flottes à l'arrêt. Par ailleurs, le choix de ce petit aéroport répond à des objectifs financiers (il est moins cher de stocker les avions ici qu'à Orly ou Roissy par exemple) et d'efficacité (il y a assez d'espace pour réaliser les nombreux tests nécessaires avant de reprendre les airs)[5].

Compagnies et destinations[modifier | modifier le code]

Vols passagers[modifier | modifier le code]

CompagniesDestinations
Drapeau de l'Espagne VoloteaParis-Orly

En saison :

Drapeau de l'Espagne AlbaStarEn saison :
Drapeau de l'Irlande RyanairLondres-Stansted,

Bergame-Orio al Serio, Rome - G. B. Pastine (Ciampino),
En saison :

Drapeau de la Belgique TUIfly BelgiumEn saison :
  • Bruxelles-National
  • Vols charters[modifier | modifier le code]

    Le trafic charter touristico-religieux international à destination de Lourdes, représente 80 % de l'activité de l'aéroport Tarbes-Lourdes-Pyrénées. L'Italie, l'Irlande, la Belgique, le Royaume-Uni et l'Allemagne sont traditionnellement les 5 marchés émetteurs les plus importants (plus de 70 % du trafic total). Les organisateurs de pèlerinages ou les voyagistes mettent en place des séries de vols charter entre début avril et début novembre, saison officielle des pèlerinages aux Sanctuaires de Notre Dame de Lourdes.

    Espace cargo[modifier | modifier le code]

    CompagniesDestinations
    Drapeau de l'Italie Mistral AirMilan-Malpensa, Rome Léonard-de-Vinci/Fiumicino, Turin S.-Pertini (Caselle)

    Infrastructures aéroportuaires[modifier | modifier le code]

    Caractéristiques techniques[6].

    L'aéroport est équipé pour recevoir 1 500 000 passagers par an. Il dispose d'une piste de 3 000 mètres de long sur 45 de large lui permettant d'accueillir les B747 et les A380.

    • dimensions : 3 000 m × 45 m
    • orientation : 02/20
    • nature du revêtement : bitume
    • aides à l'atterrissage : ILS Cat. I
    • balisage lumineux : HI - PAPI - Rampe d'approche - Feux à éclats
    Traitement des passagers

    L'aérogare est sur deux niveaux, les arrivées au rez-de-chaussée, les départs au premier étage.

    • nombre de terminaux : 1
    • surface de l'aérogare : 14 400 m2
    • aire de stationnement : 62 000 m2
    • nombre de postes avec passerelle : 4
    • nombre de postes hors passerelle : 6
    • 16 comptoirs d'enregistrement
    • 3 tapis-bagages
    • circuit spécialisé de traitement des groupes de personnes handicapées
    • parking gratuit de 750 places
    Traitement du fret
    • surface de l'aérogare de 100 m2

    Statistiques[modifier | modifier le code]

    En 2018, l'aéroport a enregistré une hausse de 6,3 % de son trafic, avec 462 072 passagers.

    Graphique[modifier | modifier le code]

    Voir la requête brute et les sources sur Wikidata.

    Tableau[modifier | modifier le code]

    Évolution du trafic
    (Source : Site de l’union des aéroports français Statistiques annuelles de trafic aérien)
    Année Passagers dont low-cost Mouvements
    commerciaux
    Mouvements
    non commerciaux
    2021 122 732 55 366 2 541 3 659
    2020 77 514 30 966 1 592 3 892
    2019 466 325 156 538 4 799 10 792
    2018 462 072 138 032 4 871 13 351
    2017 434 619 113 878 4 703 11 893
    2016 381 549 74 345 4 743 10 198
    2015 371 317 64 456 4 842 10 804
    2014 388 258 52 860 5 049 12 468
    2013 382 186 53 992 4 932 6 385
    2012 409 465 52 071 5 073 12 248
    2011 452 327 41 683 5 485 11 464
    2010 436 887 6 842 5 620 10 291
    2009 481 004 0 5 734 10 936
    2008 698 897 0 7 078 14 887
    2007 444 258 0 5 388 19 996
    2006 450 547 0 5 402 20 309
    2005 462 148 0 5 433 20 216
    2004 411 097 0 4 367 20 095
    2003 378 923 0 3 955 19 823
    2002 444 284 0 4 659 18 583
    2001 418 621 0 4 356 17 785
    2000 440 417 0 4 238 17 957
    1999 461 897 0 4 145 17 676
    1998 504 066 0 4 055 17 356
    1997 528 342 0 4 065 17 858

    Activités sur zone[modifier | modifier le code]

    Pyrène Aéro Pôle est la zone d'activité aéroportuaire de la communauté de communes du Canton d'Ossun qui accueille une trentaine d'entreprises.

    Galerie de photos[modifier | modifier le code]

    Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. « Statistiques annuelles 2016, Aéroport de Tarbes Lourdes Pyrénées », sur le site de l'Union des aéroports français (consulté le ).
    2. http://aviation.loucrup65.fr/socata.htm
    3. http://developpement-durable.gouv.fr/Qu-est-ce-que-une-osp
    4. Sebastià Vilanou i Poncet, « Perpignan, Carcassonne et Tarbes : trois aéroports en un », La Semaine du Roussillon,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    5. François Delétraz, « Tarbes, le dispensaire des avions », Le Figaro Magazine,‎ , p. 44-49 (lire en ligne).
    6. Service d'information aéronautique (SIA) : l'aérodrome de Tarbes-Lourdes-Pyrénées.

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Articles connexes[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]