Gare de Saint-Sulpice (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Sulpice (Tarn)
Image illustrative de l'article Gare de Saint-Sulpice (Tarn)
Façade de la gare en 2017.
Localisation
Pays France
Commune Saint-Sulpice-la-Pointe
Adresse 1, avenue Vialas
81370 Saint-Sulpice-la-Pointe
Coordonnées géographiques 43° 46′ 31″ nord, 1° 40′ 50″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Occitanie
Caractéristiques
Ligne(s) Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac
Montauban-Ville-Bourbon à La Crémade
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 3 (dont deux centraux)
Transit annuel 415 965 voyageurs (2015)
Altitude 112 m
Historique
Mise en service 24 octobre 1864
Architecte Compagnie PO
Correspondances
Bus et cars Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Sulpice (Tarn)

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Saint-Sulpice (Tarn)

Géolocalisation sur la carte : Tarn

(Voir situation sur carte : Tarn)
Saint-Sulpice (Tarn)

La gare de Saint-Sulpice (Tarn) est une gare ferroviaire française de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac située sur le territoire de la commune de Saint-Sulpice-la-Pointe dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Elle est mise en service en 1864 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) du réseau TER Occitanie, desservie par des trains express régionaux.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 112 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Saint-Sulpice (Tarn) est située au point kilométrique (PK) 365,947 de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, entre les gares de Rabastens - Couffouleux et de Buzet - Roquesérière. Elle est également située au PK 249,391 de la ligne de Montauban-Ville-Bourbon à La Crémade entre les gares de Buzet-sur-Tarn, fermée et située sur la section déclassée de Montauban à Saint-Sulpice, et Saint-Jean-de-Rives également fermée, la première gare ouverte est celle des Cauquillous[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de « Saint-Sulpice » est mise en service le 24 octobre 1864 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne de Toulouse à Lexos[2].

Le total des recettes effectuées en gare de Saint-Sulpice (local et transit) est de 306 719 francs en 1897[3], de 234 065 francs en 1901[4] et de 258 099 francs en 1903[5].

Entre 2011 et 2013 est créé une double voies entre Toulouse et Saint-Sulpice-la-Pointe[6].

En 2014, c'est une gare voyageurs d'intérêt régional (catégorie B : la fréquentation est supérieure ou égale à 100 000 voyageurs par an de 2010 à 2011), qui dispose de trois quais (dont deux centraux), sept abris et deux passerelles[7]. La même année, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de l'établissement était de 392 002 voyageurs en 2014 et de 415 965 voyageurs en 2015[8].

Le , les fortes rafales de vent causées par un orage ont emporté sur les voies une partie du toit du bâtiment voyageurs[9].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport TER. C'est une gare « Accès-Plus » avec des aménagements, équipements et services pour les personnes à la mobilité réduite[10].

Desserte[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice (Tarn) est une gare voyageurs du réseau TER Occitanie, desservie par des trains express régionaux des relations : Toulouse - Saint-Sulpice (ligne 1)[11], Toulouse - Albi - Rodez (ligne 2)[12], Toulouse - Aurillac - Figeac (ligne 3)[13] et Toulouse - Castres - Mazamet (ligne 9)[14].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos (9 consignes individuelles, 20 accroches-vélos et 56 places en consigne collective) et un parking (170 places) pour les véhicules y sont aménagés[10].

Elle est desservie par des bus du réseau départemental Tarn'bus (ligne 709)[10] et par des cars, à tarification SNCF, des lignes : Toulouse - Saint-Sulpice[11], Toulouse - Albi[12] et Toulouse - Mazamet[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « (718/4) Tessionnières - Toulouse », p. 78.
  2. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 3 (1864-1870), Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), « 7.17 Toulouse-Lexos : 24 octobre 1864 », p. 29.
  3. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer : Recettes effectuées, en 1897, par les gares du réseau d'Orléans situées dans le département du Tarn », p. 219.
  4. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer : Recettes au départ effectuées en 1901 par les gares et stations situées dans le département du Tarn », p. 217.
  5. Conseil Général du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « VIII - Observations générales : Recettes au départ effectuées en 1903 par les gares et stations situées dans le département du Tarn », p. 217.
  6. Inauguration de la double voie entre Toulouse et Saint-Sulpice
  7. SNCF, « Document de référence des gares de voyageurs révisé pour l'horaire de service 2014 : Version 6 au 9 mars 2014 » [PDF], sur Gares & Connexions, (consulté le 26 septembre 2014).
  8. « Fréquentation en gares en 2014 – Saint-Sulpice », sur SNCF Open Data, traitement du 26 avril 2016 (onglet informations) (consulté le 3 novembre 2016).
  9. Marie Martin, Sylvain Duchampt, « Tarn : le toit de la gare de Saint-Sulpice s'est envolé », sur http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees, (consulté le 24 novembre 2016).
  10. a, b et c SNCF, « Services & Gares / Gare St-Sulpice (Tarn) », sur http://www.ter.sncf.com/, (consulté le 26 septembre 2014).
  11. a et b SNCF, « 1- Toulouse-St-Sulpice » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 26 septembre 2014).
  12. a et b SNCF, « 2c- Toulouse-Albi-Rodez (à partir du 26 octobre) » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 26 septembre 2014).
  13. SNCF, « 3- Toulouse-Figeac-Aurillac (hors travaux) » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 26 septembre 2014).
  14. a et b SNCF, « 9- Toulouse-Castres-Mazamet » [PDF], sur http://cdn.ter.sncf.com/, (consulté le 26 septembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Toulouse-Matabiau Roquesérière
ou Montastruc-la-Conseillère
ou Toulouse-Matabiau
TER Occitanie Rabastens - Couffouleux
ou Lisle-sur-Tarn
ou Terminus
Rodez
ou Carmaux
ou Gaillac
ou Terminus
Toulouse-Matabiau Toulouse-Matabiau TER Occitanie Lisle-sur-Tarn Aurillac
ou Figeac
Toulouse-Matabiau Montastruc-la-Conseillère TER Occitanie Les Cauquillous Mazamet