Tramway de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway de Toulouse
Image illustrative de l'article Tramway de Toulouse

Image illustrative de l'article Tramway de Toulouse

Situation Toulouse Métropole, Occitanie
Drapeau de la France France
Type Tramway
Entrée en service
Longueur du réseau 16,7 km
Longueur additionnée des lignes 16,7 km
Lignes 2
Stations 27
Rames 28
Fréquentation 5 000 000 en 2012, soit 14 000 par jour[1]
47 000 voyageurs par jour en 2016[2]
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Tisséo - SMTC[3]
Exploitant Tisséo - Réseau Urbain[3]
Site internet www.tisseo.fr
Vitesse moyenne 20 km/h (vitesse commerciale)
Vitesse maximale 60 km/h (vitesse de pointe)
Lignes du réseau Tramway de Toulouse Ligne T1 du tramway de Toulouse Ligne T2 du tramway de Toulouse
Réseaux connexes

Image illustrative de l'article Tramway de Toulouse

Le tramway de Toulouse est un réseau de transport français, dans le département de la Haute-Garonne, dans l'agglomération toulousaine. Il complète depuis 2010, le réseau de transports en commun de Toulouse, déjà constitué de nombreuses lignes de bus et de deux lignes de métro. Ce réseau appartient au Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC) Tisséo, et est exploité par l'EPIC régie Tisséo[3].

Il est composé de deux lignes : la ligne T1 et la ligne T2. Ces deux lignes disposent d'une section commune. La ligne T1, reliant Toulouse à Beauzelle via Blagnac, devait être inaugurée le 27 novembre 2010[4], inauguration reportée à la suite d'une grève du personnel de conduite[5]. Elle est finalement mise en service le 11 décembre, les conducteurs ayant obtenu satisfaction. La ligne T2 est ouverte ultérieurement à la ligne T1.

Il se situe sur le commune de Toulouse à hauteur de 13 stations, et sur la commune de Blagnac à hauteur de 14 stations.

Ancien réseau (1862-1957)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ancien tramway de Toulouse.
Tramway électrique de la Concession Pons, vers 1919.

Le premier tramway de Toulouse fonctionne entre 1862 et 1957, dans la ville de Toulouse et dans ses environs.

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

En 2016, le réseau de tramway de la ville de Toulouse est composé de deux lignes dont la fréquentation cumulée est de 47 000 voyageurs journaliers[2].

Au premier semestre 2016, un jour de semaine la fréquentation s'établit à 38 000 validations par jour, 27 000 pour le T1 et 11 000 pour le T2[6].

 Données de Tisséo[7].

Ligne T1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne T1 du tramway de Toulouse.
Tramway sur les allées Jules Guesde.

La ligne T1 a marqué le retour du tramway dans l'agglomération toulousaine. Elle relie désormais les villes de Beauzelle et Blagnac à Toulouse, dans un premier temps au niveau de la station Arènes, en connexion avec la ligne A du métro, la ligne C, les trains TER Midi-Pyrénées ainsi que de nombreuses lignes de bus.

Longue de 10,9 km et comptant dix-huit stations (dont sept sur la commune de Toulouse), sa fréquentation annuelle 2011 a été de 4 152 806 passagers[8] et de 5 000 000 en 2012, soit environ 14 000 voyages par jour[9]. La fréquentation progresse néanmoins rapidement, avec 21 000 passagers par jour au dernier trimestre 2012, tout en restant inférieure aux attentes [10].

Lors des études menées pour sa réalisation, sa fréquentation avait été estimée à 30 000 personnes par jour ouvrable[11].

Les travaux commencent durant l'été 2007[12]. La mise en service, initialement prévue le 29 novembre 2010, a eu lieu le 11 décembre 2010.

Ligne « Garonne »[modifier | modifier le code]

En mars 2009, Tisséo annonce le lancement de la concertation publique qui se déroule du 20 avril au 15 mai. Nommé G comme Garonne (puisque la ligne franchit le fleuve), ce tronçon de 4 km pour un coût de 115 millions d'euros[13] prolonge la ligne T1 depuis la station Arènes jusqu'à la station de métro Palais-de-Justice sans atteindre le Grand-Rond comme initialement projeté[14]. La circulation des tramways pour des essais débute le 17 octobre 2013[15]. Cette extension est mise en service le 20 décembre 2013, prolongeant ainsi la ligne T1 vers le centre-ville[16].

La ligne T1 ainsi prolongée compte 24 stations, pour 14,3 km.

Ligne T2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne T2 du tramway de Toulouse.
Rame à la station Purpan.

La ligne T2 est une branche de la ligne T1 de 2,40 km depuis le rond-point Jean Maga à l'aérogare. Elle dessert la zone d’activité aéroportuaire sud de Blagnac et notamment la société Airbus.

La ligne est construite au cours des années 2013 et 2014[17].

Elle est mise en service le 11 avril 2015.

Installations fixes[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

Alimentation électrique et ligne aérienne[modifier | modifier le code]

Signalisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Signalisation Tramway.

Aménagement des stations[modifier | modifier le code]

Les quais sont pour la plupart latéraux sauf la station Avenue de Muret - Marcel Cavaillé où le quai est central.

Ils sont tous composés d'un abri, de bancs, de poubelles et de distributeurs automatiques de billets. Ils sont également éclairés et vidéo-surveillés.

Par ailleurs, les stations Pasteur - Mairie de Blagnac et Patinoire - Barradels sont les seules à avoir leurs quais décalés.

Dépôt et Atelier[modifier | modifier le code]

Le centre de maintenance de Garossos couvre environ 8 000 m2 de bâtiments sur une parcelle de 4 ha[18]. Le bâtiment principal de remisage couvre une superficie de 6 200 m2, un deuxième bâtiment de 1 800 m2 étant essentiellement dédié au personnel. Le centre de maintenance se trouve à proximité immédiate du terminus Aéroconstellation. Les bâtiments sont en béton et bardage couleur or.

Le parc est composé de 5 remisages pouvant contenir chacun 4 rames et d'une annexe de 3 remisages pour 3 rames chacun, ce qui porte la capacité de parcage à 29 rames pour 28 rames.[réf. nécessaire]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Citadis 302 sur la ligne T1, près du terminus Aéroconstellation.

Le réseau voit circuler 28 rames Citadis 302 fabriquées par Alstom, en service sur la ligne T1 (24 rames présentes à l'origine + 4 rames supplémentaires qui ont été commandées pour la ligne Envol).

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne est exploitée de 4h50 (premier départ de Aéroconstellation) jusqu'à 0h20 et 1h20 les vendredis et samedis (dernier départ de Palais de Justice).

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Projets annulés[modifier | modifier le code]

En avril 2014, Jean-Luc Moudenc, nouveau maire de Toulouse, annonce que le développement du tramway à Toulouse va effectivement s’arrêter après la livraison de la ligne Envol dont le chantier était alors en cours[19] (elle a été mise en service un an plus tard en avril 2015).

Ligne « Canal »[modifier | modifier le code]

Cette ligne, devant relier les Ponts-Jumeaux à Montaudran, en suivant le canal du Midi jusqu'au pont des Demoiselles, est inscrite au PDU en 2001, sous l'intitulé « système guidé ».

Sa réalisation était prévue à l'horizon 2015 suivant la planification de l'ancienne équipe Tisséo, mais aucune étude n'a réellement été consacrée à ce projet.

La municipalité élue en 2008 a envisagé de réaliser la connexion entre ligne Garonne et ligne Canal afin de finaliser un système de transport circulaire mais, au vu du niveau de fréquentation du tramway déjà inauguré, la ligne T1 prolongée sera limitée pour un temps à Palais de Justice.

Début juin 2013, Tisséo SMTC a lancé officiellement les études préliminaires du tramway Canal. Le coût estimé était de 300 millions d’euros, dont un million pour les études. La concertation publique était envisagée au deuxième semestre 2014, les travaux en 2017-2019 pour une mise en service à l’horizon 2020[20].

La ligne aurait pu être réalisée selon le développement démographique en tramway ou éventuellement en BHNS[21],[22],[23].

L'équipe municipale élue en 2014 a abandonné ce projet afin de financer une troisième ligne de métro, qui reliera d'un côté deux terminus, l'un situé sur le site d'Airbus Toulouse/Blagnac, l'autre situé sur le site d'Airbus Labège [réf. nécessaire].

Autres projets[modifier | modifier le code]

Pendant la campagne électorale municipale de 2008, la liste menée par Pierre Cohen qui a obtenu la majorité des voix à cette élection envisageait la construction de trois nouvelles lignes de tramway :

  • deux lignes radiales, Nord - Sud (Blagnac - Saint-Orens-de-Gameville) et Est - Ouest (Tournefeuille - L'Union) se croisant ;
  • une ligne circulaire, « en rocade » autour de Toulouse, en correspondance avec les lignes de tramway et de métro[24].

Une ligne reliant l'aéroport de Blagnac à la gare Matabiau est également envisagée[25],[21].

Cependant, face aux difficultés choix de la municipalité suivante menée par monsieur Moudenc, certains de ces projets pourraient être en tout ou partie compromis dans leur réalisation prochaine[26].

Projets relancés[modifier | modifier le code]

En février 2016, Jean-Luc Moudenc, a relancé le projet qui avait été arrêté en 2014 par Jean-Luc Moudenc[19], (elle a été mise en service un an plus tard en avril 2015). La construction de parc des expositions (PEX) est prévu entre 2016 et 2020. L'extension de la ligne T1 sera réalisée entre 2018 et 2019. La société Tisseo-SMTC participera à cette œuvre à hauteur de 22 millions d'euros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tisseo, "Fréquentation du réseau Tisseo en 2012 (premiers résultats)" [1]
  2. a et b « «L'enjeu des travaux à venir  : améliorer le service» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne).
  3. a, b et c Tisséo-SMTC, « Qui sommes-nous ? Nos missions », sur http://www.tisseo.fr/, Tisséo-SMTC (consulté le 4 juin 2013).
  4. Tisséo, « Un tramway nommé T1 », sur http://www.tisseo.fr/tisseo-lentreprise/tramway-t1, .
  5. « Toulouse: le tramway à l'arrêt, les syndicats reçus à 14h par la direction », nouvelobs.com, (consulté le 29 novembre 2010).
  6. https://metroligne3toulouse.debatpublic.fr/frequentation-tramway-t1t2
  7. Antonin GOSSET, Arcadis, évaluation sociale économique et environnementale (dossier d’évaluation économique et sociale (conformément au décret n°84 - 617 du 17 juillet 1984)), Toulouse Métropole, 31676 Labège Cedex, Arcadis, (lire en ligne [PDF]), p. 46
  8. Toulouse Métropole, « Toulouse Métropole en chiffres », sur [2], Toulouse Métropole, (consulté le 26 septembre 2012)
  9. TissTeo, "Fréquentation du réseau Tisséo en 2012 (premiers résultats)" [3]
  10. France 3 Midi-Pyrénées, 22 février 2013, [4]
  11. http://www.beauzelle.fr/files/beauzelle/beauzelle-info/bi1110.pdf
  12. « Le chantier du tramway a démarré », sur La Dépêche, (consulté le 30 janvier 2009).
  13. « Le tram avance... », sur Toulouse.fr, (consulté le 23 février 2013).
  14. Philippe Emery, « Ce que le tramway va changer dans l'agglomération », sur La Dépêche.fr, (consulté le 17 mars 2009).
  15. « Le Tram Garonne sur la ligne de départ : premiers essais ce jeudi », sur http://www.ladepeche.fr/, La Dépêche du Midi, (consulté le 29 décembre 2013).
  16. « Garonne : la dernière ligne droite », sur Tram-Garonne.fr, Tisséo, (consulté le 2 juillet 2013).
  17. « ENVOL est sur les rails », sur Tisséo.fr, Tisséo, (consulté le 2 juillet 2013).
  18. « Tramway - Ligne T1 - Smat », sur www.smat-toulouse.fr (consulté le 29 avril 2016)
  19. a et b Exclusif. Jean-Luc Moudenc : « Toulouse ne va pas s'arrêter » - Voix du Midi - David Saint-Sernin - Consulté le 10 avril 2014
  20. « Le Tram Canal reliera la Gare à l'Aéroport », [5],‎ , p. 1 (lire en ligne)
  21. a et b « Le tramway prend ses quartiers fin 2010 », L'Express, no 3012,‎ , p. 12
  22. « Les transports jouent collectif », À Toulouse, no 1,‎ , p. 8-9
  23. « Les nouvelles lignes de l'agglomération », La Dépêche,‎ , p. 20
  24. Philippe Gagnebet, « Un tramway nommé désir », sur Le Point, (consulté le 30 janvier 2009)
  25. Jean-Louis Dubois-Chabert, « Les travaux du tramway dans les temps », sur La Dépêche, (consulté le 31 janvier 2009)
  26. « Le financement de Tisséo reste un sujet délicat », sur La Dépêche, (consulté le 31 janvier 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]