Le projet « Roumanie » lié à ce portail

Portail:Roumanie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coat of arms of Romania.svg

Portail de la Roumanie

[modifier]

Sorcova vesela.jpg Portal România.jpg

Portal România

La Roumanie est un pays de l'Union européenne, situé au sud-est de l'Europe, à cheval sur les Carpates et le bas-Danube, riverain de la mer Noire et voisin de la Hongrie et de la Serbie à l'ouest, de l'Ukraine et de la République de Moldavie au nord et à l'est, et de la Bulgarie au sud. Par son histoire, la Roumanie appartient à la fois à l'Europe centrale (région transylvaine notamment), à l'Europe orientale (région moldave notamment) et aux Balkans (région valaque notamment). Roumanie et République de Moldavie, qui partagent la même langue, les mêmes traditions populaires, culinaires et musicales (à gauche, les vœux de nouvelle année sorcova veselă ), sont les seuls pays de langue romane en Europe centrale et orientale, où prédominent les langues slaves.

Paysage des Carpates Église orthodoxe en bois Le mémorial des victimes du totalitarisme Le vapeur Borcea aux Portes de Fer Centre de Bucarest Paysage de la mer Noire
Lumière sur...

Lumière sur...

[modifier]

Cours du Danube

Le Danube est le deuxième plus long cours d'eau d’Europe (après la Volga) et le plus long parcourant l’Union européenne. Il prend sa source dans la Forêt-Noire en Allemagne lorsque deux petits cours d’eau, le Brigach et le Breg, se rencontrent à Donaueschingen ; c’est à partir de ce point que le cours d’eau prend son nom de Danube. Mais à l'heure actuelle, il y a plus à penser que c'est la Brigach qui se jette dans le Breg qui serait donc le Danube lui-même. Il s’écoule alors vers l’est sur une distance d’environ 2,902 kilomètres, et traverse plusieurs capitales de l’Europe centrale et orientale (Vienne, Bratislava, Budapest et Belgrade). Il se jette dans la Mer Noire par le delta du Danube situé en Roumanie et en Ukraine et qui figure dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Danube est depuis des siècles une importante voie fluviale. Connu dans l’histoire comme une des frontières de l’Empire romain, le cours d’eau s’écoule le long des frontières de dix pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie, la Moldavie et l’Ukraine. Son bassin versant comporte une partie de neuf autres pays : l’Italie, la Pologne, la Suisse, la République tchèque, la Slovénie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, la République de Macédoine et l’Albanie.


Géographie

Géographie

[modifier]

Géographie de la Roumanie - (C)
Carte physique et des régions historiques de Roumanie
Carte administrative roumaine avec les 41 Județe.

Montagnes - (C)

les Carpates - les Monts Apuseni - les monts Rodna

Cours d'eau - (C)

le Danube - la Tisa - le Prut - le Mureș - le Siret - l'Olt - le Someș - la Ialomița - l'Argeș - le Timiș - le Jiu

Lacs- (C)

le Lac de Snagov - le Lac Bâlea - le Lac Săruleşti

Côtes

la mer Noire - les bouches du Danube - les limans

Parcs nationaux et naturels - (C)

Delta du Danube - Massif du Bihor - Gorges du Bicaz-Hășmaș, Hațeg, Retezat

Régions traditionnelles - (C)

la Moldavie (Moldova) - la Valachie (Țara Românească) - la Transylvanie (Ardeal, Transilvania)

Échelons territoriaux - (C)

NUTS I: les 4 Macro-régions - NUTS II: les 8 Régions économiques, culturelles et historiques (regiuni de dezvoltare) - NUTS III: les 41 Judeţe (C) - NUTS IV: les municipalités (Municipalităţi), les villes (Orașe) (C) et les communes (comune) - NUTS V les arrondissements (ocoluri) des communes et les secteurs (sectoare) des municipalités.

Villes - (C)

Bucarest (C) (P) - Constanța - Iași - Cluj - Timișoara - Craiova - Brașov - Sibiu - Ploiești - Galați - Brăila
Culture

Culture

[modifier]

Culture roumaine - (C)
Mihai Eminescu, poète emblématique puisant à la fois aux sources de la culture classique et de la culture traditionnelle des pays roumains.

La culture de la Roumanie comprend :

Littérature - (C)

Écrivains (C) : Mihai Eminescu, Lucian Blaga, Mihail Sadoveanu, Tristan Tzara, Hélène Vacaresco, Panaït Istrati, Emil Cioran, Eugène Ionesco, Mihail Sebastian, Mircea Eliade, Nichita Stănescu, Dumitru Tsepeneag, Ion Luca Caragiale, Isidore Isou...

Musique roumaine:

Musiciens (C) : Musique classique : Ciprian Porumbescu, Georges Enesco, Dinu Lipatti, Clara Haskil, Marcel Mihalovici, Radu Lupu, Leontina Vaduva… ; Musique folklorique : Gheorghe Zamfir, Taraf de Haïdouks... ; Rock : Grimus, Luna Amară... ; Jazz et blues : Eugen Cicero, Florin Niculescu, Nightlosers

Beaux-Arts

Sculpteur (C) : Constantin Brâncuși...
Peintre (C) : Nicolae Grigorescu, Nicolae Tonitza, Ion Țuculescu...
Architecte (C) : Toma T. Socolescu, Ion Mincu, Károly Kós...

Cinéma - (C)

Actrices et acteurs (C) : Liviu Ciulei, Anamaria Marinca, Maia Morgenstern, Elvire Popesco...
Scénaristes (C) : Radu Mihaileanu, Cristian Mungiu, Corneliu Porumboiu, Francisc Munteanu...
Réalisateurs (C) : Cristian Mungiu, Jean Negulesco, Lucian Pintilie, Corneliu Porumboiu, Cristi Puiu...
Festivals (C) : Festival international du film de Transylvanie, Comedy Cluj

Danse - (C)

Œufs de Pâques peints Ouă încondeiate
Alunel, Hora, Învîrtita, Ponturi...

Traditions populaires - (C)

Mărțișoare, Œufs peints de Pâques, Colinde, Miorița, Strigoi, Vârcolaci.

Gastronomie - (C)

Borsec, Bortsch, Brânză de burduf, Caltaboș, Cașcaval, Chiftele, Ciorbă, Ciorbă de burtă, Ciorbă de perișoare, Clătită, Colivă, Cordon bleu, Covrigi, Cozonac, Drob, Fasole cu cârnați, Ghiudem, Joffre (pâtisserie), Lebar, Loukoum, Mititei, Mujdei, Murături, Mămăligă, Năsal, Palincă, Papanași, Pască, Pastramă, Salată de icre, Sarmale, Saucisses de Pleșcoi, Sfințișori, Socată, Telemea, Tobă, Țuică, Urdă, Zacuscă
Sport

Sport

[modifier]

Sport en Roumanie - (C)


Football - (C)

Fédération roumaine de football - Équipe de Roumanie de football - Clubs (C) : Fotbal Club Rapid Bucarest, Fotbal Club Steaua Bucarest... - Footballeurs (C) : Gheorghe Hagi, Marius Lăcătuș... - Entraîneurs (C) : László Bölöni, Ștefan Kovács...

Rugby à XV - (C)

Équipe de Roumanie de rugby à XV - Clubs (C) : Dynamo Bucarest... - Joueurs (C) : Petru Bălan, Cristian Lupu...

Tennis - (C)

BRD Nastase Tiriac Trophy - Joueurs (C) : Ilie Năstase, Ion Țiriac, Andrei Pavel... - Joueuses (C) : Ruxandra Dragomir...

Basket-ball - (C)

Clubs (C) : CSU Asesoft Ploiești... - Joueurs (C) : Gheorghe Mureșan...

Volley-ball - (C)

Clubs (C) : Dinamo Bucarest... - Joueurs (C) : Bogdan Olteanu, Sergiu Stancu... - Joueuses (C) : Cristina Pîrvu...

Autres sports

Nadia Comăneci, Alexandra Marinescu (gymnastes) - Doina Melinte, Marian Oprea, Gabriela Szabó... (athlètes) - Roxana Mărăcineanu, Camelia Potec (nageuses)


Patrimoine

Patrimoine

[modifier]

Patrimoine en Roumanie
Monastère de Voroneţ

Monastère - (C)

Monastère d'Agapia - Monastère d'Antim - Monastère de Brebu - Abbaye de Cârța - Monastère de Cheia - Monastère de Ciolanu - Monastère de Cozia - Monastère de Curtea de Argeș - Monastère Dintr-un lemn - Monastère de Horezu - Monastère de Humor - Monastère de Moldovița - Monastère de Neamț - Monastère de Putna - Monastère de Radu Vodă - Monastère de Sinaia - Monastère de Snagov - Monastère de Sucevița - Monastère de Tismana - Monastère de Voroneț - Monastère de Zamfira

Églises - (C)

Églises fortifiées de Transylvanie - Église princière Saint-Nicolas de Curtea de Argeş - Église noire - Église Saint-Michel de Cluj-Napoca - Borzești - Église Saint-Nicolas de Densuș - Églises en bois de Maramureș

Sites archéologiques - (C)

Argamum - Capidava - Histria - Forteresses daces des monts d'Orastie

Châteaux - (C)

Château de Peles
Château de Hunedoara - Château de Peleș - Château de Bran - Château de Făgăraș - Château Bánffy de Bonțida


Image de la Roumanie

Image de la Roumanie

[modifier]

Comme d'autres pays, pour des causes géographiques, climatiques, environnementales mais surtout historiques, la Roumanie a affronté diverses difficultés, connu et combattu des tyrannies, participé à des guerres, persécuté des populations et subi des persécutions, et une partie de ses citoyens vit encore sous le seuil de pauvreté, manquant de formation et d'éducation. En conséquence, son image est, comme celles d'autres pays, contrastée.
Tag anti-totalitaire sur un mur à Bucarest (2013).
Tag anti-corruption sur un mur à Bucarest (2013).

Comme d'autres pays qui ont connu ou connaissent des difficultés et des tragédies, la Roumanie aussi est l'objet, d'une part d'un capital de sympathie, mais d'autre part d'une « légende noire » faite de d'amalgames, de clichés, de phobies et de préjugés où s'entremêlent Dracula (mythe qui n'est d'ailleurs pas roumain), Antonescu (le « Pétain roumain », comme il se définissait lui-même), la Shoah (qui occulte l'histoire des Juifs en Roumanie, si ancienne et si riche), Ceaușescu (souvent présenté comme un dictateur nationaliste, alors qu'il était communiste et que la dictature avait commencé bien avant son accession au pouvoir), ses orphelinats et la misère d'une partie de la population (dont certains Roms, alors que la majeure partie de ceux-ci est intégrée, fait partie des travailleurs et n'émigre donc pas).

La Roumanie ne se résume pourtant pas à cette « légende noire » et il est caricatural, sinon raciste, de n'en retenir, comme le font trop de média et même quelques responsables politiques, que les « voleurs de poules », les mendiants ou les antisémites. À ce compte, on pourrait nourrir la « bête immonde » (Bertolt Brecht) de n'importe quelle nation[1].

Ce portail et les articles auxquels il envoie, sont aussi là pour dépasser les préjugés misérabilistes et, sans rien cacher, montrer l'ensemble des aspects, variés et contrastés, de ce pays en re-développement et de ses divers habitants. Vous trouverez en déroulant cet onglet des images pouvant illustrer cette diversité.

Exemples

  1. Deux exemples parmi bien d'autres :
    • les déclarations à caractère raciste, contraires à la réalité (selon Nicolae Păun, député et porte-parole du parti des Roms Partida le Romenge sur Nicolae Păun's page at the Romanian Chamber of Deputies) et violant la Convention européenne des droits de l'homme (selon Viviane Reding, commissaire européenne à la Justice, aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté sur « Roms : Bruxelles va déclencher deux procédures d'infraction contre la France » dans Le Monde du ) concernant les Roms de Roumanie et leur situation, de certains dirigeants français comme Nicolas Sarkozy alors président de la République (« Expulsions des Roms : que dit le droit ? »), Manuel Valls alors ministre (sur [1] et dans Le Point sur [2]) ou Éric Ciotti (dans Var-Matin du , page 3, rubrique « Le fait du jour »);
    • le titre « L'Horreur est roumaine » de Marc Semo dans Libération du 26 février 2009 pour commenter la sortie de la traduction française du récit de Matatias Carp sur la Shoah en Roumanie, voir [3]. Ce récit en lui-même, par un témoin contemporain des faits, rédigé en roumain et hébreu et publié en Roumanie et en Israël, est sobre et se garde de tout amalgame globalisant. Mais les commentaires de l'édition française visent à démontrer que la Shoah de Roumanie résulterait moins du contexte historique que d'un antisémitisme profond du peuple roumain lui-même, accusant ainsi l'ensemble de ce peuple d'adhérer aux thèses de son extrême-droite, historiquement incarnée par la « Garde de fer » et par le parti « Noua Dreaptă ». L'ouvrage de Leon Volovici, Nationalist Ideology and Antisemitism: the case of Romanian Intellectuals in the 1930s (où, dans le titre, il manque le mot some intellectuals : éd. Pergamon Press, Oxford 1991, (ISBN 0-08-041024-3) développe cette thèse en rapprochant des textes antisémites en langue roumaine avec les crimes commis par ce pays dans les années de la Shoah. L'historien Neagu Djuvara craint que cette thèse est « génératrice de nouvelles formes de xénophobie, car le jeune lecteur se trouve accusé et culpabilisé d'être antisémite par le seul fait d'être né roumain, ce qui ne l'incite pas à ressentir de l'empathie pour les victimes, et peut le pousser à adhérer aux fantasmes des bourreaux » ; il ajoute que « si l'on appliquait cette position à la France, il faudrait considérer Gobineau, Maurras, Darnand, Doriot et le régime de Vichy comme une part incontournable de l'identité française » (conférence-débat à l'initiative de l'institut Erudio, le 11 novembre 2009, au Novotel Rive droite de Paris). Depuis que les Roumains peuvent voter librement, cette thèse est largement réfutée dans les urnes. Le plus haut score jamais atteint par le parti de la Grande Roumanie de Corneliu Vadim Tudor, parfois surnommé le « Le Pen des Carpates », a été de 33,17 % en l'an 2000, mais avant et après ce pic, consécutif à une crise économique (entre 1991 et 1996 les prix ont été multipliés par 2400 et la BNR finit par émettre des coupures de un million de lei soit environ 27 euros), les partis nationalistes roumains ensemble plafonnent à moins de 6%. Enfin en décembre 2006, soit 16 ans après la fin du régime communiste, la Fondation pour une Société ouverte avait publié un sondage (« Roumanie : le fantôme du communisme lutte jusqu’à la dernière minute », sur http://www.roumanie.com, ) indiquant que les Roumains considèrent le communisme réel, tel que le pays l'a connu, comme :
    • 12 % - une bonne idée aux conséquences globalement positives ;
    • 41 % - une bonne idée mal appliquée aux conséquences globalement négatives (53 % considèrent donc le communisme comme une bonne idée) ;
    • 34 % - une mauvaise idée aux mauvaises conséquences ;
    • 13 % - autre chose ou ne sait pas.
    On est donc loin de la caricature roumanophobe du « roumain forcément nationaliste, d'extrême-droite, anti-rom et antisémite », diffusée par des personnes plus enclines à agiter des épouvantails qu'à rendre aux victimes de devoir de mémoire qui leur est dû.
Discussions et votes

Discussions et votes

[modifier]

Candidats AdQ

Pages à supprimer

Pages à fusionner

Autres discussions

Articles récents

Articles récents

[modifier]

Août 2018

Ștefan Protopopescu ; Roxana ; Mihai Wusek ; Eugeniu Ștefan ; Rasova (Roumanie) ; Monarchie de Habsbourg ; Lac Razim ; Gârda de Sus ; Galda de Jos ; Nicolae Sotir ; Sebastian Mihăilescu ; Ionel Solomon ; Gheorghe Crețu ; Mihai Nedef ; Dragoș Nosievici ; Matty Chiva ; Dumitru Fărcaș ; Denisa Golgotă ; Robert Glință ; Ernest Kahane ; Fărău ; Doștat (Alba) ; Daia Română (Alba) ; Cut (Alba) ; Ciuruleasa (Alba) ; Céline Emilian ; Liliana Țuroiu ; Ciugud (Alba) ; Plateau Secașelor ; Ceru-Băcăinți (Alba).

Juillet 2018

Diocèse de Timișoara ; Dan Anghelescu ; Lucian Vasilescu ; Măria Diaconescu ; Cornelia Popescu ; Sava Barcianu-Popovici ; Nicolae Petrescu ; Yehuda Leib Tsirelson ; Mariana Suman ; Diocèse d'Oradea Mare ; Vasile Stîngă ; Tudor Băluță ; Olimpiu Moruțan ; Diocèse de Satu Mare ; Ștefana Velisar Teodoreanu ; Archidiocèse d'Alba Iulia ; Archidiocèse de Bucarest ; Championnats des Balkans d'athlétisme 2016 ; Footballeur roumain de l'année ; Tournoi de tennis de Bucarest (WTA 2018) ; Championnat de Roumanie de football 2018-2019 ; FC Hermannstadt ; Conducător ; Cucurbăta Mare ; Zimandu Nou ; Zerind ; Zădăreni ; Zăbrani ; Vinga ; Vârfurile ; Vărădia de Mureș ; Târnova (Arad) ; Tauț ; Șofronea ; Șiștarovăț ; Șimand ; Șilindia ; Șicula ; Șepreuș ; Șeitin ; Șagu ; Socodor ; Sintea Mare ; Semlac ; Seleuș ; Secusigiu ; Săvârșin (Arad) ; Pleșcuța ; Pilu (Arad) ; Petriș ; Peregu Mare ; Păuliș ; Olari (Arad) ; Mișca ; Livada (Arad) ; Iratoșu ; Petre Daea ; Ignești (Arad) ; Hășmaș ; Hălmăgel ; Hălmagiu ; Gurahonț ; Grăniceri ; Ghioroc (Arad) ; Frumușeni ; Felnac ; Fântânele (Arad) ; Dorobanți (Arad) ; Ioan Cristina ; Ususău.





Flag map of Romania.svg

Voir aussi

[modifier]

Les portails connexes dans Wikipédia
Europe
Portail:Bucarest Portail:Carpates Portail:Union européenne Portail:Europe
Bucarest Carpates Union européenne Europe
Pays limitrophes
Flag of Hungary.svg Hongrie Flag of Moldova.svg République de Moldavie Flag of Ukraine.svg Ukraine Flag of Serbia.svg Serbie Flag of Bulgaria.svg Bulgarie
Autres pays où le roumain est officiel
Flag of Moldova.svg République de Moldavie Flag of Serbia.svg Serbie (localement) Flag of Hungary.svg Hongrie (localement)
Autres pays où l'on parle des langues latines
Flag of France.svg France Flag of Switzerland.svg Suisse Flag of Belgium.svg Belgique Flag of Luxembourg.svg Luxembourg Flag of Italy.svg Italie Flag of Spain.svg Espagne Flag of Portugal.svg Portugal
Flag of Greece.svg Grèce (pour l'Aroumain) Flag of Andorra.svg Andorre Flag of Monaco.svg Monaco Flag of San Marino.svg Saint-Marin Flag of the Vatican City.svg Vatican Flag of Quebec.svg Canada français
Flag of the Dominican Republic.svg Rép. dominicaine Flag of Cuba.svg Cuba Flag of Mexico.svg Mexique Flag of Guatemala.svg Guatemala Flag of Honduras.svg Honduras Flag of El Salvador.svg Salvador Flag of Nicaragua.svg Nicaragua
Flag of Costa Rica.svg Costa Rica Flag of Panama.svg Panama Flag of Colombia.svg Colombie Flag of Venezuela.svg Venezuela Flag of Ecuador.svg Équateur
Flag of Peru.svg Pérou Flag of Bolivia.svg Bolivie Flag of Paraguay.svg Paraguay Flag of Chile.svg Chili Flag of Argentina.svg Argentine Flag of Uruguay.svg Uruguay Flag of Brazil.svg Brésil
La Roumanie dans les projets Wikimedia
Roumanie, sur Wikimedia Commons

Roumanie,
sur Wikimedia Commons
(ressources multimédia)

Roumanie, sur Wikisource

Roumanie,
sur Wikisource
(bibliothèque universelle)

Roumanie, sur Wikibooks

Roumanie,
sur Wikibooks
(ensemble de textes pédagogiques)

Roumanie, sur Wikit

Roumanie,
sur Wiktionnaire
(dictionnaire universel)

Wikipédia en roumain.

Wikipédia
o enciclopedie libera

(Wikipédia en roumain)

Roumanie, sur Wikinews

Roumanie,
sur Wikinews
(actualités libres)

Roumanie, sur Wikivoyage

Roumanie,
sur Wikivoyage
(guide de voyage)