Ciorbă

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la gastronomie
Cet article est une ébauche concernant la gastronomie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ciorbă de legume
Ciorbă de cartofi (pomme de terre)
Ciorbă de sfeclă avec crème fraîche

La ciorbă est une soupe typique pour la péninsule des Balkans qui se caractérise par un goût acide, dû à une base de son de blé fermenté appelé borș, ou encore de vinaigre, de jus de citron, ou du jus de choucroute. L'étymologie du mot ciorbă est la même que celle du mot chorba et remonte à la période ottomane. Les ciorbas contiennent généralement de la viande (porc, veau, agneau, poulet, canard, et autres) des légumes (oignon, ail, carotte, céleri, pomme de terre, poivron, tomate et autres), des herbes aromatiques (livèche, le cerfeuil, l’aneth, l’estragon, les feuilles de céleri...)[1].

Les différentes sortes de ciorbă[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs variétés dont[2],[3]:

Ciorbă de pui, crème fraîche et jaune d'oeuf

Consommation[modifier | modifier le code]

La ciorbă se consomme chaude et en entrée. Pour amplifier le goût aigre de la ciorbă, les Roumains n'hésitent pas à rajouter fréquemment dans leurs soupes, du vinaigre ou de la smântână.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot ciorbă est un emprunt de l'arabe chorba pour nommer la soupe aigre traditionnelle de la cuisine roumaine.

En province de Moldavie, le terme borș est préféré à ciorbă pour désigner une soupe[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « La ciorba, l’un des plats les plus traditionnels de Roumanie », sur Voyages (consulté le 30 août 2011)
  2. Silvia Jurcovan: „Carte de bucate”, Editura Humanitas, București 2012, p. 50-62, 426 (ISBN 978-973-50-3475-7)
  3. Sanda Marin: „Carte de bucate”, Editura Orizonturi, București 1995, p. 50-56
  4. Süddeutsche Zeitung