Manele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manele
Origines stylistiques anciennes : Musique roumaine, musique aroumaine, musique grecque, musique turque, musique serbe, musique bulgare ; modernes pop, turbo folk, disco, house, musique arabe, rap, raï.
Origines culturelles anciennes : Tarafs des Balkans et des principautés danubiennes, fin du XVIIIe siècle ; modernes : Roms de Roumanie principalement, depuis 1970.
Instruments typiques anciens : cobza, cymbalum, violon, viole, contrebasse, naï, taragot, gaita, toban ; modernes : Violon électrique, guitare basse, clarinette, accordéon, saxophone, synthétiseur, tambourin, sifflet, batterie.

Genres associés

čalga, laïkó,

Les manele (du roumain manea, fem. sg., manele, fem. pl.) forment un style de musique qui s'est développé dans les Balkans et entre autres, parmi les Roms, notamment ceux de Roumanie. Les manele sont également écoutées en République de Moldavie, en Bulgarie (čalga), en Serbie (turbo folk), en Albanie et au Kosovo (tallava), en Turquie (arabesque (en)) et en Grèce (skiladiko soit « à la chienne »).

En Roumanie les musiciens qui jouent des manele sont appelés maneliști (singulier : manelist).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot manea serait entré dans le lexique roumain au XVIIIe siècle, alors que le pays subissait l'influence de la musique ottomane et des orchestres meterhané ou tubulhané jouant pour la noblesse roumaine lorsque celle-ci donne des fêtes publiques. À cette époque, le prince moldave Dimitrie Cantemir rédige le Livre de la science sur le style littéraire de la musique (en turc : Kitabu "Ilmi'l-Mûsikí ala Vechi'l-Hurûfât), considéré comme un monument de la musique turque, avec environ 350 œuvres musicales répertoriées, dont beaucoup n'ont survécu que dans ce recueil, où l'on découvre que manea est issu du mot amanea, du turc amané (« ainsi soit-il ») et tamam (« d'accord »)[1]. À l'origine, en Turquie, amané désigne un solo vocal improvisé.

Types[modifier | modifier le code]

Lăutari de Ionică Dinicu (père de Grigoraş Dinicu). Photo de Nadar.

Les manele sont essentiellement de deux types[2] :

  • L'un, ancien, a été développé par les tarafs des marchés et foires populaires du XVIIIe siècle : il est en connexion avec la musique ottomane ou grecque et celle de pays roumains ou des aroumains[3] ; les principaux instruments sont le violon, la cobza, le cymbalum, la viole, le taragot, le naï ou la gaita, et les thèmes des textes, proches du rebetiko grec et du fado portugais, conformes à l'esprit des romances traditionnelles, sont la destinée, la chance, la fatalité, la force de l'amour, l'ombre de la mort et l'amitié qui transcende tout le reste.
  • L'autre, récent et contemporain, faisant appel aux instruments électroniques modernes, plonge ses racines dans la culture musicale festive des roms de la seconde moitié du XXe siècle, et constitue un genre éclectique qui mixe les musiques populaires antérieures avec du disco, du rap, de la house et de la pop. Aujourd'hui, la popularité des manele modernes est grande parmi les jeunes, mais le genre moderne est également très critiqué, car les textes actuels, souvent considérés comme cyniques, machistes et vulgaires, ont adopté des thèmes beaucoup plus matérialistes, conformes à l'esprit de la société postcommuniste actuelle, dont voici une compilation[4] :
    • banii - « l'argent », thème plus que récurrent : les chanteurs aiment dire dans leurs chansons qu'ils en ont beaucoup et qu'ils le dépensent sans compter. Parfois ils accusent leurs ennemis de les empêcher de s'enrichir ;
    • femeile și durerea - « les femmes et la douleur » : les chanteurs sont toujours accompagnés de girls très sexualisées et ils ont beaucoup de succès en amour, ou au contraire sont victimes de chagrins d'amour dus à l'infidélité ou à la perversité des femmes (ou des autres hommes, rivaux) ;
    • dușmanii și prietenii - « les ennemis et les amis » : la vie n'est qu'une vaste foire d'empoigne, détruire ou être détruit, voilà le lot ; l'ennemi est l'objet de haine ou de moquerie, tandis que les mérites de l'ami fidèle sont infinis… tant qu'il ne vous trahit pas ;
    • dragostea și ura - « l'amour et la haine » : sur ce point les chansons sont de véritables déclarations d'amour romantique, ce qui ajoute à l'ambiguïté et au succès du style manele. Les rois du manele disent aussi être les seuls à connaître le vrai amour-passion, celui qui fait tout risquer. Mais la trahison, l'infidélité, transforment l'amour en haine tout aussi ardente, et qui ne peut être noyée que dans le sang ou l'alcool : honneur et mort, ou déshonneur et oubli ;
    • sexu' și mafia - « le sexe et la mafia » : certains chanteurs clament sans vergogne leurs prouesses sexuelles « toujours bio » (c'est-à-dire sans sildénafil ni préservatif), leur nombreuse progéniture et leur appartenance à des gangs mafieux ou à des clans de quartier[5].

Du point de vue vestimentaire, les chanteurs de manele modernes adoptent un style dit « ultra fashion » : jeans délavé et maillot moulants, gel dans les cheveux, signes extérieurs de richesse (chaînes en or, dollars et euros qui dépassent des poches) inspirés du style ostentatoire « bling-bling » présent dans le rap américain. Dans les clips où ils apparaissent, on retrouve aussi l'étalage de richesses, la grosse voiture aux chromes étincelants et les « plus belles filles » purement décoratives et stéréotypées sur le modèle des call-girls de luxe occidentales[5].

Diffusion[modifier | modifier le code]

La chaîne de télévision Taraf est, en Roumanie, exclusivement dédiée aux manele et Zu (télévision et radio) en joue souvent elle aussi, tandis que trois autres, qui se consacrent aux musiques populaires et ethno (roumaines, roms traditionnelles et des autres minorités), jouent aussi des manele anciennes : Etno, Favorit et Hora[6]. Entre les producteurs et les amateurs de manele modernes et ceux de la musique traditionnelle roumaine ou rom, comme les lăutari à l'ancienne tel le groupe « Trei parale »[7], il existe une certaine opposition, les seconds accusant les premiers de diffuser un « folklore discoïsant » et surtout de se poser en « manifeste militant pour légitimer une société brutale, inculte et cynique ». Ces détracteurs affirment que les manele modernes « n'ont d'autre inspiration que les rythmes préenregistrés des synthétiseurs, le disco turc moderne et l'alcool des fêtes », et qualifient cette mouvance de subcultură (sous-culture)[8].

Auteurs[modifier | modifier le code]

On compte des dizaines de chanteurs très prolifiques qui ne sortent pas ou très peu d'albums car ils distribuent leur musique par le biais de nombreux sites spécialisés sur le net. Une fois connus, ils vivent de leurs passages dans les boîtes de nuit des grandes villes ou des soirées de mariage, source traditionnelle de revenus pour les Roms.

Quelques grands noms : (les chanteurs n'utilisent que des pseudonymes)

  • Florin Salam (« Florian le salami »)
  • Adrian Minune (« Adrien le Magnifique ») appelé aussi Adi De Vito, à cause de sa ressemblance avec l'acteur
  • Sandu Ciorbă (« Alex la Tchorba »)
  • Carmen Șerban, rare femme à avoir percé dans le style
  • Nicolae Guță
  • Nicu Paleru (en)
  • Sorin Copilul de Aur (« Sorin l'Enfant d'Or »). Il a commencé à chanter à 12 ans avec Nicolae Guță, connu pour sa voix qu'il peut placer très haut.
  • Vali Vijelie (« Valéry la Tempête »)
  • Laura Vass, connue pour ses duos avec Sorin Copilul de Aur (« Sorin l'Enfant d'Or »)
  • Sorinel Puștiu (« Sorinel le Gamin »)
  • Florin Peștele (« Florian le Maquereau »)
  • Liviu Puștiu (« Liviu le Gamin »)
  • Susanu, de style plus pop
  • Play AJ
  • Costi, pop aussi
  • Viorel de la Constanța
  • Zorile din Galați (« l'Aube de Galați »).
  • Adriano Prințul manelelor (« Adrien Prince des manele »).
  • Don Genovezu (« le seigneur de Gênes »)
  • Costel Ciofu
  • Ștefan de la Bărbulești
  • Cristi Rizescu
  • Mirela
  • Victor Raicu
  • Jean de la Craiova
  • Brandy
  • A-Tentat, groupe difficile à définir car si la musique est bien celles des manele, les paroles sont des parodies sarcastiques des textes modernes, ce qui les classe parfois dans les groupes de détracteurs.

Certains chanteurs se produisent déjà dans plusieurs pays d'Europe, mais exclusivement dans des soirées qui réunissent la diaspora roumaine : en Espagne, Italie, France et aux États-Unis.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le monde des « manélistes » roms, anciens ou modernes, ont aussi inspiré quatre scénaristes de cinéma (qui ont utilisé le manele traditionnelles comme illustration musicale de leurs œuvres) et une équipe de télévision :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aman aman ! L’art de la complainte », sur romanimuzika.wordpress.com, (consulté le 23 mai 2017).
  2. Mela Melin, Despre Manea (« sur la Manea »), Editura Universul Românesc 2007, (ISBN 9789738780538) - [1]
  3. (ro) « Manea », sur dexonline.ro (consulté le 16 janvier 2019) ; présentation de ce style par le groupe de manele anciennes « Trei Parale » : [2]
  4. (ro) Mela Melin, Despre manea : [fenomenul manelei în contextul civilizaţiei româneşti actuale], Universul Românesc, , 128 p. (ISBN 978-973-87805-3-8, OCLC 644984624).
  5. a et b Mela Melin, op. cit. 2007
  6. Exemples : Taraf TV : [3] ; Zu (TV et radio) : [4], [5] ; les chaînes Etno, Favorit et Hora : [6], [www.favorittv.ro/] et [7]
  7. [8]
  8. Mela Melin, Despre manea, éd. Universul Românesc 2007, (ISBN 978-973-87805-3-8).