Evangelia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'épave de l’Evangelia

L’Evangelia est un navire grec qui s'est échoué en Roumanie, sur la côte occidentale de la mer Noire.

Historique[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Construit aux chantiers Harland and Wolff de Belfast, il est lancé en 1942 pour la Blue Star Line[1]. Sous le nom d’Empire Strength, il est employé par le Ministry of War Transport jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale puis est rendu à la Blue Star, qui le rebaptise Saxon Star et l'utilise comme navire frigorifique[1]. Après être passé par plusieurs compagnies britanniques, il est vendu à un armateur grec en 1965, et prend alors le nom d’Evangelia[1]. Il s’échoue le près de Costinești, sur la côte roumaine.

Naufrage[modifier | modifier le code]

Sa présence est l'objet de blagues locales en raison de son histoire : le navire était un vieux cargo construit en 1942 et dont le premier propriétaire était la Blue Star Line. Aucun Liberty ship n'a jamais abordé en Roumanie à l'époque où ils auraient été nécessaires, mais l’Evangelia, usé et racheté à bas prix par une compagnie grecque puis transformé en cargo vraquier, venait livrer des agrumes à Constanța lorsqu'il s'est échoué à Costinești le . Or à l'époque communiste les agrumes étaient une denrée rare sur les marchés roumains, et presque toutes les importations étaient réservées à la nomenklatura ou aux « invités de marque étrangers » (comme les touristes occidentaux, pourvoyeurs de devises) et justement l’Evangelia s'est échoué devant la « plage des Français » de Costinești, ainsi appelée parce qu'on y regroupait les délégations de jeunes du P.C.F., membres des Pionniers.

La cargaison s'est déversée (ou a été jetée) dans la mer et est venue s'échouer sur cette plage qui fut alors « sécurisée » par les garde-frontières (habituellement affectés à la surveillance de la côte pour empêcher les citoyens de fuir le pays par la mer vers la Turquie, mais employés à cette occasion pour empêcher ces mêmes citoyens de venir ramasser les fruits pour eux-mêmes et à titre individuel). D'où une série de blagues sur « le Liberty ship en retard de 26 ans, qui n'est même pas capable de s'échouer dans un endroit accessible aux populations nécessiteuses », illustration parfaite de la « collusion entre les messieurs capitalistes et les camarades nomenklaturistes » et de l'« évangile selon saint Nicolas » (allusion au nom du navire, au saint protecteur des marins qui dans la tradition orthodoxe est saint Nicolas, et au prénom du président Ceaușescu) qui « multiplie les oranges pour qui sait bien Le prier[2] ».

Photos de l'épave[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Note[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Blue Star's M.V. Saxon Star 2 », sur BlueStarLine.org
  2. Sorin-Maxim Ursu, Muzeul Marinei Române, sur [1] consulté le

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :