Csángós

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté csángó de Roumanie
(ro) Ceangăi din România
(hu) Romániai csángók
Image illustrative de l'article Csángós
Principales implantations des Csángós

Représentation institutionnelle
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Rang national
Démographie
Population totale 1370 (2002)

Les Csángós (en hongrois : Csángók ; en roumain : Ceangăi) sont une communauté ethnique de Roumanie, de langue hongroise et roumaine, vivant principalement en Moldavie roumaine, autour de Bacău, à l'est du pays sicule. Il existe également des communautés csángós vers Brașov et à Bucarest. Leur dialecte hongrois, le csángó, comporte de nombreux archaïsmes et une large part de lexique roumain. En Roumanie, ils bénéficient d'un statut de communauté ethnique, distincte de la communauté magyare.

Lors du recensement roumain de 2002, 1 370 personnes se sont déclarées appartenir à la communauté csángó, essentiellement dans le Județ de Bacău. La présence d'une forte communauté catholique romaine (119 618 en 2002) dans un pays majoritairement orthodoxe laisse penser à une forte roumanisation des Csángós, au point qu'une bonne partie d'entre eux ne revendique plus cette appartenance culturelle.

Nom[modifier | modifier le code]

Leur nom pourrait être le participe présent du mot hongrois csángál signifiant « sonner mal », en référence à leur prononciation et leur accent particulier[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de l'installation des tribus magyares dans le bassin des Carpates et du moyen-Danube en 895/896, des Magyars restèrent au nord et à l'est des Carpates, comme l'indiquent de nombreux vestiges archéologiques près de Przemyśl en Pologne. Les Csángó de Moldavie pourraient provenir de ces Magyars restés à l'extérieur de l'arc carpatique, mais une autre possibilité est qu'ils descendent des garnisons sicules, qui constituent environ 40 % de la population magyarophone de Roumanie, dont l'origine exacte est matière à débat, et que les Voïvodes de Moldavie ont postés en Moldavie orientale, en travers des chemins des Mongols, mais aussi dans les vallées des Carpates orientales, prêts à combattre contre les Ottomans. Certains ont suggéré que les Csángó descendaient partiellement des Petchénègues, des Coumans et d'autres peuples recrutés par les rois hongrois pour surveiller les zones frontalières du royaume.

Population[modifier | modifier le code]

Il est difficile d'estimer le nombre exact des Csángó en raison des nombreux mariages mixtes, du bilinguisme, de la baisse de la pratique religieuse et des multiples choix au recensement (chacun peut à volonté se déclarer Csángó, Hongrois, Roumain...). À titre d'exemple, au recensement roumain de 2002, dans le județ de Bacău (peuplé de 706 623 habitants), 4 317 personnes ont déclaré être magyares et 796 csángó, soit 5 794 magyarophones déclarés. Le rapport du Conseil de l'Europe, se basant sur les personnes déclarées catholiques et partant du point de vue que toutes sont Csángó (les Moldaves étant traditionnellement orthodoxes) estime le nombre total des Csángó de Roumanie à 260 000 personnes. Par émigration, les Csángó ont aussi essaimé en Hongrie, Ukraine et ailleurs.

Selon les recensements successifs en Moldavie[2], la population Csángó a ainsi évolué :

années Catholiques de Moldavie Csángó de Moldavie
1859 52,881 37,825
1899 88,803 24,276
1930 109,953 23,894
1992 240,038 3,098

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandru Ciorănescu, Dicționarul etimologic român, Universidad de la Laguna, Tenerife, 1958-1966, disponible à ceangău, consulté le 24 février 2016 ; Erdmann D. Beynon, « Isolated Racial Groups of Hungary », dans Geographical Review, oct. 1927, t. 17, n⁰ 4, p. 604 ; Anna Fenyves, Hungarian Language Contact Outside Hungary : Studies on Hungarian as a Minority Language, 2005, (ISBN 9781588116307), p. 174.
  2. Voir Hungarians of Moldavia et [1]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]