Galați

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Galați
Blason de Galați
Héraldique
Vieux-Port de Galați, 1826.
Vieux-Port de Galați, 1826.
Administration
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Région Blason de la Moldavie Moldavie
Județ Stema judetului Galati.svg Galați
Maire
Mandat
Ionuț Pucheanu (PSD)
depuis 2016
Code postal 800 xxx
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 231 204 hab. (2011)
Densité 957 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 24″ Nord 28° 02′ 33″ Est / 45.42333, 28.0425
Altitude 55 m
Superficie 24 150 ha = 241,5 km2
Divers
Cours d'eau le Danube
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Galați

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Galați
Liens
Site web http://www.primaria.galati.ro

Galați (/ga'laʦʲ/) est une ville localisée au sud de la Moldavie, en Roumanie, sur la rive gauche du Danube, un peu en aval de Brăila. C'est le chef-lieu du județ de Galați. La population est estimée en 2011 à 231 204 habitants (Galatéens, en roumain Gălățeni) ce qui place la ville au 7e rang parmi les villes de Roumanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Galați un grand port danubien, accueillant aussi les navires maritimes vue la profondeur et la largeur du fleuve, situé au sud-est de la Roumanie, à une latitude de 45° 27' et à une longitude de 28° 02'[1]. D'une superficie de 246,4 km2[1], la ville est construite sur un substrat hercynien, que contournent le Danube et ses affluents le Siret au sud, la Cătuşa élargie en lacs à l'ouest et au nord, le lac Brateş et le Prut à l'est. Cette grande confluence d'eaux a créé une zone inondable (surtout au printemps, à la suite du dégel) faite d'alluvions, qui a cependant été construite (partie basse de la ville).

Galați est chef-lieu du județ de Galați et comptait 290 733 habitants en 2009, ce qui la place au septième rang des plus grandes villes du pays[1]. Son statut économique en fait l'un des principaux centres industriels de Roumanie[1]. La ville est proche des frontières de la Moldavie et l'Ukraine. Les villes les plus proches, situées à 15 kilomètres, sont deux autres ports danubiens : en amont et au sud Brăila, en aval et à l'est (en Ukraine) Reni (où la moitié de la population reste roumaine, l'autre moitié étant constituée de colons slaves).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le Codex Latinus Parisinus de 1395 mentionne Caladda au coude du Danube, escale génoise où l'on pouvait tirer les navires à sec[2]. Galata, quartier de Constantinople et autre ancienne escale génoise, a la même origine. Le monde universitaire roumain adhère en majorité à cette origine italienne remontant au XIVe siècle[3] : caladda, terme génois, signifie « cale de mise à l'eau ». Or les génois avaient à l'époque un grand nombre de comptoirs tout autour de la mer Noire et sur le cours du bas-Danube dont, en Roumanie actuelle, San-Giorgio et Licostomo près de Chilia Veche[4].

D'autres hypothèses font appel à des étymologies slaves ou coumanes (polovtsiennes). Selon l'une, les habitants de la Galicie, ukrainiens originaires des régions montagneuses de Carpates, auraient laissé leur nom à la ville au XIIIe siècle, lorsque la Principauté de Galicie-Volhynie étendit en Moldavie sa zone d'influence commerciale et politique. C'est la thèse qui a la faveur des milieux historiques russes et ukrainiens. Les serbes, aux aussi, revendiquent galac comme origine du nom de la ville. Selon l'autre, le nom de la ville dériverait du couman galat, qui apparaît, également depuis le XIIIe siècle, dans d'autres toponymes des environs, par exemple Gălățui, lac dont le suffixe est couman (le suffixe ui signifie « eau »)[5].

Galați.
Répartition diachronique des peuples celtes :

Mais les historiens adeptes du protochronisme (très influent en Roumanie)[6] relient le nom de Galați, même s'il n'apparaît pas avant le XIVe siècle, à la « racine celtique et indo-européenne [gall-] pour "étranger" (cf. Gaulois - définition, Gallois, Galates, Galatie, Galicie - définition, Galice - définition, Gallus - définition)[7] » et en font une dérivation de Galates (nom grec des Gaulois, peuple celte), au motif que cette zone, habitée dans l'Antiquité par des Thraces septentrionaux (les Daces), a aussi vu passer des Celtes[8]. Si les historiens antiques tels Hérodote mentionnent en effet des Celtes dans les Balkans et migrant vers l'Anatolie au IVe siècle av. J.-C. pour y fonder la Galatie[9], les protochronistes roumains, pour leur part, font remonter le toponyme de Galați vers 2300 av. J.C., arguant que c'est au contraire d'Anatolie vers les Alpes que les Proto-Celtes auraient alors migré, pour développer en Europe la culture de Hallstatt. Ils relient aussi le nom de Galați à la Table de Peutinger de 1265 (carte où, outre la Galatie au centre de l'Anatolie, figure aussi une Tanasie-Galatie au nord de la Mer Noire) et affirment que les Celtes de Galatie seraient le peuple évoqué dans la Bible dans l'Épître aux Galates[10]. Et selon eux, des études de généalogie avec des outils modernes de génétique moléculaire viendraient étayer leur thèse[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines anciennes[modifier | modifier le code]

Le lieu a été habité depuis l'époque néolithique. Au nord-ouest de la ville, dans les marécages de Malina, des fragments de céramique de type Stoicani-Aldeni, des silex et des outils divers ont été trouvés. La ville s'est développée sur la base d'une antique position dace, existant vers le VIe ou Ve siècle av. J.-C. Une fois la période de guerre entre Romains et Daces, en 101-102 et 105-106 ap. J.-C. terminée, elle va connaître l'influence de la civilisation romaine, devenant probablement dépendante du castrum romain de Barboși. La nouvelle cité daco-romaine formée sur la rive du Danube, fut localisée au IIIe siècle au sud de l'emplacement actuel de l'église Precista.

Période médiévale[modifier | modifier le code]

La localité a été habitée continuellement jusqu'au VIe siècle. Un groupe de 12 monnaies en argent édités entre 613 et 685, a été trouvé dans une tombe byzantine, près de l'Église Precista. D'autres monnaies datant de l'époque de l'empereur Michel IV Paphlagonien (1034-1041) ont été également trouvées[12]. Au XIVe siècle, la ville fait partie des comptoirs génois et le nom mentionné est Caladda[13]. En de 1445, un document signé par Étienne II de Moldavie mentionne Galați qui est alors l'un des cinq ports moldaves : Galați, Reni, Chilia sur le Danube, et Cetatea Albă sur l'estuaire du Nistru. En 1484 les trois derniers furent conquis l'Empire ottoman et Galați resta le seul port de la Moldavie, non seulement pour des échanges internes, mais aussi pour des échanges entre la Turquie et la Pologne.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Ivan Mazeppa.

En 1590, un cimetière est établi au nord de la ville pour la population juive de la cité, alors importante. La ville prospère et dès lors, attire les convoitises, notamment des Tatars, établis dans la contrée voisine du Bougeac, moldave jusqu'en 1484 mais ottomane depuis, et des diverses armées en campagne.

Le héros populaire ukrainien Ivan Stepanovitch Mazepa, né en 1644 en Podolie et commandant en chef des armées Hetman en 1687, mourut en 1709, à Varna et fut inhumé en l'église Saint-George de Galați[14],[15] en lieu et place de Jérusalem, où sa famille aurait voulu l'enterrer. Une inscription du 1er avril 1664 montre un aigle avec une tête, indiquent le rang princier de Mazeppa et ses liens avec la Pologne. Mais l'église Saint-Georges a été saccagée entre-temps lors des nombreux raids de Tatars. Actuellement, deux quartiers de la ville, Mazepa 1 et Mazepa 2 portent le nom de ce commandant.

En 1710 encore, les Tatars vandalisent Galați après Bataille de Stănilești. En 1775, la Russie établit un consulat à Galați[1] mais en 1789, pendant la guerre austro-turque, Galați est complètement brûlée par le général russe Mikhaïl Kamenski[16].

Le port de Galați en 1909.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1821, Galați fut l'une des bases de la Filikí Etería, et c'est ici que se fit la jonction entre les révolutionnaires grecs d'Alexandre Ypsilanti et les pandoures moldaves et valaques de Preda Drugănescu, qui, ensemble, rejetèrent dans le Danube la petite garnison ottomane qui dut s'embarquer en catastrophe, et pillèrent les biens des marchands ottomans (pour la plupart Arméniens, Arvanites, Phanariotes, Romaniotes, Avdétis et Séfarades). La même année, les Turcs vengèrent l'affront en pillant à leur tour le port et la ville…

Le centre-ville, autour du vieux-port, depuis les années 1970.
Chalutiers de haute mer des « Chantiers navals de Galați », rouillant le long du Danube.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1907, à la suite d'une sécheresse prolongée et à cause du système agricole de type latifundiaire qui sera aboli en 1921, il y eut une révolte paysanne en Roumanie : les insurgés entrèrent dans Galați pour y vider les entrepôts, l'armée intervînt et tira dans le tas, il y eut des centaines de morts. Cet épisode est interprété différemment selon les historiens : pour les nationalistes, c'est une révolte roumaine contre l'oppression étrangère (le port et les grands domaines étaient administrés par des gestionnaires en majorité grecs, arméniens et juifs) ; pour les marxistes, il s'agit d'une révolte prolétarienne contre les exploiteurs ; pour les juifs, il s'agit d'un pogrom. Chacun a, bien sûr, sa part de raison.

Entre les deux guerres mondiales, pendant la période de démocratie parlementaire, Galați fut le siège de la Commission du Danube, et connut alors un développement rapide, avant d'être soumise, comme toute la Roumanie, aux régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989. Durant la seconde Guerre mondiale, elle fut durement occupée et pillée par les Allemands fin 1940 puis par les Russes de la fin 1945 à 1958. Dans les années 1970, le dictateur communiste, Nicolae Ceaușescu, fit démolir l'ancien centre-ville (monuments historiques inclus) au profit de barres d'immeubles édifiées sous l'égide de l'architecte Cezar Lăzărescu mais réalisées à la hâte (avec des adductions d'eau et de gaz, des ascenseurs et le chauffage défectueux, et des fenêtres mal isolées), pour loger les 50 000 ouvriers de l'un des plus grands complexes industriels de Roumanie implanté à l'ouest de la ville[17]. Ces aciéries et ces chantiers navals n'avaient pas été conçus pour être rentables et creusaient des déficits abyssaux : après 1990, leurs dirigeants les ont laissé péricliter pour les brader en 2001, au profit du conglomérat Mittal Steel. Le nombre d'ouvriers a diminué de manière drastique ainsi que les salaires, si bien que la ville a été plongée dans une misère qui n'a pas attendu la crise grecque et dont elle ne se relève pas encore. En 2015 encore, des centaines de chalutiers de haute mer et des milliers de wagons et de locomotives qui n'ont jamais servi, rouillent amarrés le long du Danube ou remisés sur les voies de garage des anciennes gares de triage : en ville, environ 14 000 galatéens sont des chômeurs non indemnisés et 9 600 ouvriers retraités n'ont que le minimum vieillesse pour survivre[18].

Attractions touristiques[modifier | modifier le code]

Certains monuments ont échappé aux violences de l'histoire et des dictateurs : une jolie cathédrale orthodoxe du XVIIe siècle, dédiée à saint Georges (Sfântu Gheorghe), et une autre église fortifiée, dédiée à la Vierge (Sf. Precista) sur les rives du Danube (une légende dit qu'un tunnel a été creusé sous le fleuve à partir de l'église). Il y a aussi en ville un jardin public, un parc avec des sculptures, un jardin botanique et plusieurs musées[19]. Une tour de télévision est ouverte au public : elle offre une belle vue sur la ville. Un opéra moderne vient d'ouvrir, et une promenade de plusieurs kilomètres le long des rives du Danube présente de grandes sculptures contemporaines de part et d'autre de la voie). L'avenue Domneasca est la plus longue rue bordée de tilleuls d'Europe.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1990 août 1990 Oprea Florea - professeur des facultés
août 1990 mars 1992 Samoilă Pătrașcu - ingénieur
1992 2000 Eugen Durbacă PD  
2000 2012 Dumitru Nicolae -  
2012 ... Marius Stan PDL Conseiller de județ de Galați

Éducation[modifier | modifier le code]

Galați possède une université, l'université du Bas-Danube[20], fondée en 1948 et université depuis 1974, une école normale et d'autres institutions éducatives et culturelles, parmi lesquelles les collèges nationaux[21] Vasile Alecsandri, Emil Racoviță[22], Costache Negri.

Hôpitaux et cliniques[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La ville possède l'aciérie la plus importante de Roumanie, la Mittal Steel Galați, qui a appartenu à l'État jusqu'en 2001. Elle est également appelée par son ancien nom, la Sidex. En outre, le grand chantier naval Galați, profitant du bon accès à la mer Noire par le Danube, se trouve à une courte distance de l'aciérie et de ses installations.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville était déjà desservie, dans les années 1930, par les rames de l'ancien tramway de Galați, tel ici, rue Traian.

Réseau Transurb[modifier | modifier le code]

* Linia 1 Aviației⇔ Piața Energiei ⇔ Combinat Siderurgic
* Linia 6 Combinat Siderurgic ⇔ Piața Energiei ⇔ Bazinul Nou
* Linia 36 Aviației⇔ Piața Aurel Vlaicu ⇔ Gare C.F.R.
* Linia 39 Quartier Traian Nord ⇔ Piața Energiei ⇔ Quartier Dunarea
  • Bus
* Linia 34 Aviației ⇔ Păpădie ⇔ Centru
  • Trolleybus
* Linia 101 Parc C.F.R. ⇔ Păpădie ⇔ Dunărea

Réseau départemental[modifier | modifier le code]

Transcar Galați ⇔ Tecuci

Train[modifier | modifier le code]

Galați comporte 3 gares situées sur les lignes 700, 704, 800 :

  • Galați située dans le centre-ville ;
  • Filești située dans le quartier du même nom à proximité du quartier Siderurgiștilor, à l'ouest de la ville ;
  • Barboși située dans le quartier du même nom à proximité du quartier Dunărea, dans le sud-ouest de la ville.

Bateaux[modifier | modifier le code]

Galați comporte une gare fluviale avec des liaisons régulières de traversée type bac, et de transport de personnes vers Brăila, Tulcea, Delta du Danube.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Galați est jumelée avec[23] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « The coat of arms of Galati: », sur chain.ro (consulté le 25 août 2013).
  2. Codex Parisinus latinus in Ph. Lauer, Catalogue des manuscrits latins, p. 95-6, d'après la Bibliothèque nationale Lat. 1623, IX-X, Paris, 1940
  3. (ro) Constantin C. Giurescu & Dinu C. Giurescu, Istoria Românilor, éd. Ştiinţifică şi Enciclopedică, Bucarest, 1976-77.
  4. Octavian Iliescu, Contributions à l'histoire des colonies génoises en Roumanie aux XIIIe - XVe siècles, Revue Roumaine d'Histoire, nr. 28 din 1989, p. 25 - 52.
  5. Stelian Brezeanu, Toponimie și realități etnice la Dunărea de jos în secolul al X-lea, éd. All, Bucarest 1999.
  6. Lucian Boia, Istorie și mit în conștiința românească („Histoire et mythe dans la conscience collective roumaine”) Humanitas, Bucarest 1997 et Alexandra Tomiță, O « istorie » glorioasă: dosarul protocronismului românesc („Une glorieuse « histoire », le dossier du protochronisme roumain”), éd. Cartea Românească, Bucarest 2007.
  7. En réalité, la racine [gall-] n'est pas celtique mais germanique et remonte au mot « walh » désignant les non-germains (celtes ou romans).
  8. Neagu Djuvara : Cum s-a născut poporul român (Comment le peuple roumain s'est formé), Humanitas, Bucarest, 2001, ISBN 973-50-0181-0, et (Collectif) encyclopédie Ellada, istoria kai politismos, tome 4, page 168, Éditions Pankosmia synchroni paidia, Malliaris, Athènes 1982 (en grec)
  9. (ro) Paul Păltănea, Istoria orasului Galați de la origini până la 1918, tome 1, page 18, Éditions Porto-Franco, Galaţi, 1995.
  10. (ro) « Originea numelui oraşului Galaţi le-a dat mari bătăi de cap istoricilor români »
  11. (en) « Anatolian or Caucasian origins ? »
  12. Stelian Brezeanu, Op. cit..
  13. (en) « Map of Repubblica di Genova », sur Wikimedia (consulté le 25 août 2013).
  14. (en) « Major events in city history » (consulté le 25 août 2013).
  15. (en) Viktor Horobets, « Europe’s first monument to the Ukrainian hetman unveiled in Romania »,‎ (consulté le 28 août 2013).
  16. (en) « Overview (Galati) » (consulté le 25 août 2013).
  17. Paul Păltânea, Istoria orașului Galați, Editura Porto-Franco, Galați, 1995.
  18. [1].
  19. (ro) « Galati History Museum », sur Romguide (consulté le 25 août 2013).
  20. « europedirectplr » (consulté le 25 août 2013).
  21. « Invatamant Preuniversitar Licee - Colegii ».
  22. « Plan ».
  23. (ro) « Despre orasele infratite » (consulté le 20 mars 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :