Parti national libéral (Roumanie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti national libéral et PNL.
Parti national libéral
(ro) Partidul Național Liberal
Image illustrative de l'article Parti national libéral (Roumanie)
Logo officiel
Présentation
Présidents Alina Gorghiu
Vasile Blaga
Fondation
Siège Bd. Aviatorilor 86, 10
Drapeau de la Roumanie Bucarest (Roumanie)
Secrétaire général Marian Petrache
Président fondateur Radu Câmpeanu
Président d'honneur Mircea Quintus
Positionnement politique Centre droit
Idéologie Libéral-conservatisme[1]
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Internationale libérale
Coalition D.A. (2004-2007)
USL (2011-2014)
ACL (2014)
Couleurs Jaune et bleu
Site web http://www.pnl.ro/
Présidents de groupe
Chambre des députés Ruşanu Radu
Sénat Haşotti Puiu
Parlement européen Manfred Weber (PPE)
Représentation
Députés
110 / 388
Sénateurs
53 / 176
Eurodéputés
11 / 32

Le Parti national libéral (en roumain : Partidul Național Liberal, PNL) est un parti politique roumain, national-libéral et conservateur. Il est présidé depuis 2014 par Alina Gorghiu.

Initialement membre de l'Internationale libérale et de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (ALDE), il rejoint le groupe du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen après les élections de 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

1875 - 1989 : fondation, puis interdiction[modifier | modifier le code]

Fondé en 1875 et successeur du Parti libéral des principautés unies de Moldavie et de Valachie, il est suspendu entre 1938 et 1944, puis interdit par le régime communiste en 1947.

1989 - 1996 : retour dans le paysage politique[modifier | modifier le code]

Il reprend ses activités en 1989, et se présente aux élections générales de 1990, sous la direction de son président, Radu Câmpeanu, contre le Front de salut national (FSN), qui remporte une large majorité aux deux chambres du Parlement roumain, et 85 % à l'élection présidentielle. En 1992, il intègre la Convention démocratique roumaine (CDR) et soutient la candidature d'Emil Constantinescu, fondateur de la CDR, à la présidence. Il échoue au second tour face au président sortant, Ion Iliescu.

1996 - 2000 : première expérience au pouvoir[modifier | modifier le code]

En 1996, Emil Constantinescu remporte plus de 54 % des voix au second tour de l'élection présidentielle, battant Ion Illiescu. La Convention ayant gagné les législatives, le PNL entre au gouvernement, avec notamment Călin Popescu-Tăriceanu et Crin Antonescu. La coalition n'est pas reconduite lors des élections de 2000, qui marquent la victoire du Parti de la démocratie sociale en Roumanie (PDSR), le candidat à la présidentielle des libéraux, l'ancien Premier ministre Theodor Stolojan, étant devancé au premier tour par le nationaliste Corneliu Vadim Tudor.

2004 - 2011 : succès, puis défaites sous Băsescu[modifier | modifier le code]

Lors des scrutins de 2004, le PNL fait alliance avec le Parti démocrate (PD) dans l'Alliance Justice et Vérité (DA), emmenée par Popescu-Tăriceanu, nouveau président du parti, et Traian Băsescu, président du PD. Băsescu est élu président de la République, au second tour contre le Premier ministre Adrian Năstase, tandis que Călin Popescu-Tăriceanu, ayant obtenu le soutien de l'Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) et du Parti humaniste roumain (PUR), accède au poste de Premier ministre à la suite des élections législatives, au cours desquelles la D.A. a été devancée par le Parti social-démocrate (PSD).

L'alliance prend fin en 2007, avec le renvoi des ministres démocrates du gouvernement. Cette même année, le PNL est largement devancé par le PD, qui remporte 28 % des voix, soit quinze points de plus que les libéraux. En 2008, le nouveau Parti démocrate-libéral (PDL) d'Emil Boc remporte les élections législatives, sans obtenir de majorité absolue, tandis que le parti libéral est relégué à la troisième place et dans l'opposition. Lors de la présidentielle, organisée l'année suivante, son nouveau président Crin Antonescu arrive troisième du premier tour, avec 20 % des voix, le meilleur score pour un candidat présenté par le seul PNL.

Depuis 2011 : retour au pouvoir et fusion avec le PDL[modifier | modifier le code]

Avec le PSD et le Parti conservateur (PC), il forme, le , l'Union sociale-libérale (USL), coalition politique des partis d'opposition qui remporte une écrasante victoire aux élections législatives de 2012 avec plus de 60 % des voix.

En , le PNL décide de quitter l'USL et se retirer du gouvernement Ponta II. En conséquence de cette décision, Călin Popescu-Tăriceanu annonce son départ du parti, fonde le Parti libéral-réformateur (PLR) et prend la suite d'Antonescu à la présidence du Sénat avec le soutien des sociaux-démocrates.

Bien que le PNL fasse un score honorable aux élections européennes du 25 mai 2014, se positionnant en deuxième avec 15 % des voix et 6 parlementaires sur 32, Crin Antonescu démissionne de la présidence du parti six jours plus tard, afin de permettre la désignation d'un candidat de consensus pour l'élection présidentielle des 2 et 16 novembre. Le 28 juin, le premier vice-président du PNL, Klaus Iohannis, membre du parti depuis , est élu à la présidence.

Le , un congrès commun au Parti national libéral et au Parti démocrate-libéral (PDL) acte la fusion entre les deux formations, parachevant un projet entamé deux mois plus tôt, le nouveau parti conservant le nom de Parti national libéral. Une direction commune doit être mise en place jusqu'à la tenue d'une élection interne après le  ; le PNL choisit le candidat à l'élection présidentielle, tandis que le PDL choisit le candidat au poste de Premier ministre.

Le candidat du parti à l'élection présidentielle de novembre 2014, Klaus Iohannis remporte l'élection au terme du second tour avec 54,43 % des voix face au Premier ministre social-démocrate, Victor Ponta, présenté comme le grand favori de ce scrutin. Premier chef d'État issu d'une minorité de Roumanie, il prend ses fonctions le , succédant ainsi à Traian Băsescu.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le parti se situe à droite de l'échiquier politique et adhère à la doctrine du libéralisme, notamment sur le libéralisme économique. Par exemple, l'une de ses principales promesses électorales pour l'élection législative 2004 a été l'introduction d'un impôt à taux unique de 16% pour les revenus des particuliers et les bénéfices des entreprises. Le PNL a réussi à introduire ce changement par sa participation à la coalition gouvernementale, donnant ainsi à la Roumanie une des politiques fiscales les plus libérales en Europe.

Le Parti national libéral soutient également la privatisation et la dénationalisation de l'économie, une tendance qui se déroule actuellement très rapidement en Roumanie, comme dans d'autres économies post-communistes.

En outre, le parti préconise également une décentralisation de la structure politique de la Roumanie, avec une plus grande autonomie donnée aux huit régions de développement.

Présidents[modifier | modifier le code]

Nom Mandat
Ion C. Bratianu 01.png Ion Brătianu
(1821-1891)
-
Dimitrie Brătianu.png Dumitru Brătianu
(1818-1892)
-
Dimitrie A Sturdza.jpg Dimitrie Sturdza
(1833-1914)
-
IonelBratianu3b40761r.jpg Ion IC Brătianu
(1864-1927)
-
Vintila Bratianu - Foto01.jpg Vintilă Brătianu
(1867-1930)
-
Big ig duca.jpg Ion Duca
(1879-1933)
-
Dinu Bratianu.png Dinu Brătianu
(1866-1950)
-
Radu Câmpeanu.jpg Radu Câmpeanu
(1922-)
-
Mircea Ionescu Quintus
(1917-)
-
Valeriu Stoica(cropped).JPG Valeriu Stoica
(1953-)
-
Conventia PD-L 2013 - Theodor Stolojan (2).jpg Theodor Stolojan
(1943-)
-
Călin Popescu-Tăriceanu at a government meeting (cropped).jpg Calin Popescu-Tariceanu
(1952-)
-
Crin Antonescu.jpg Crin Antonescu
(1959-)
-
Klaus Iohannis Senate of Poland 2015 02 (cropped 2).JPG Klaus Iohannis
(1959-)
-
Original 150124ac196 (Alina Gorghiu).jpg Alina Gorghiu
(1978-)
depuis le

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections parlementaires[modifier | modifier le code]

Année Chambre des députés Sénat Rang Gouvernement
 % Mandats  % Mandats
1990 6,4
29 / 396
7,1
10 / 119
3e Opposition
1992 20,0
82 / 341
20,1
34 / 143
2e Opposition
1996 30,1
122 / 343
30,7
11 / 53
1re Gouvernements Ciorbea, Vasile, Isărescu
2000 6,8
30 / 345
7,4
13 / 140
4e Opposition
2004 31,5
112 / 332
31,8
49 / 137
2e Gouvernement Popescu-Tăriceanu
2008 18,5
65 / 334
18,7
28 / 147
3e Opposition, Gouvernement Ponta I
2012a  58,6
102 / 412
60,0
51 / 176
1re Gouvernement Ponta II, opposition

a  En 2012, le PNL est membre de l'Union sociale-libérale. Sont présentés les suffrages obtenus par la coalition, mais le nombre de sièges obtenus par le PNL.

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat 1er tour 2nd tour
% Rang % Rang
1990 Radu Câmpeanu 10,6 2e
1992 Emil Constantinescu 31,2 2e 38,5 2e
1996 Emil Constantinescu 28,2 1er 54,4 1er
2000 Theodor Stolojan 11,8 3e
2004 Traian Băsescu[2] 33,9 1re 51,2 1er
2009 Crin Antonescu 20,0 3e
2014 Klaus Iohannis 30,37 2e 54,43 1er

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année Voix Mandats Tête de liste Rang Groupe
2007 13,4%
6 / 35
Renate Weber 3e ADLE
2009 14,5%
5 / 33
Norica Nicolai 3e ADLE
2014 15,0%
6 / 32
Norica Nicolai 2e PPE[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 8 octobre 2015)
  2. Soutenu également par le Parti démocrate.
  3. Renate Weber et Norica Nicolai siègent au sein de l'ADLE.

Lien externe[modifier | modifier le code]