Le projet « Argentine » lié à ce portail

Portail:Argentine

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Portail de l’Argentine

Drapeau d'Argentine
Armoiries d'Argentine
Location on the world map

7 319 articles liés

L’Argentine, en forme longue la République argentine, en espagnol Argentina et República Argentina [reˈpuβlika aɾxenˈtina], est un pays d’Amérique du Sud partageant ses frontières avec le Chili à l’ouest, la Bolivie au nord-ouest, le Paraguay au nord, le Brésil et l’Uruguay au nord-est et à l'est, et l’océan Atlantique à l'est et à l'extrême sud. Le pays proclama son indépendance le 25 mai 1810 lors de la Révolution de Mai, indépendance définitivement acquise le à San Miguel de Tucumán. Sa capitale est Buenos Aires, sa langue nationale est l'espagnol et sa monnaie est le peso. Son nom Argentine vient du latin Argentum signifiant « argent ».

La grande majorité de la population argentine est d'origine européenne. La religion nationale est le catholicisme. L'Argentine fait partie des pays dits du cône sud et parmi les pays d'Amérique latine, il est celui où la culture européenne est la plus affirmée. L'Argentine est l'un des pays les plus développés du continent latino-américain. Le pays est également la quatrième puissance économique d'Amérique latine après le Brésil, le Mexique et le Venezuela et la troisième selon le PIB à parité de pouvoir d'achat (PPA).

Le drapeau argentin a été dessiné par le Général Manuel Belgrano ; les bandes bleues et blanche font référence aux cocardes de la même couleur distribuées le 25 mai 1810 lors du début de la guerre d'indépendance. Le drapeau a été rendu officiel deux semaines après l'indépendance, le 25 juillet 1816, puis en 1818 fut ajouté le soleil dit Sol de Mayo.

Lire l’article

Histoire

Juan Domingo Perón Président

Article détaillé : Histoire de l'Argentine

Le pays fut colonisé aux XVIe et XVIIe siècles par les Espagnols. Des mouvements d'opposition apparurent déjà en 1810, mais l'indépendance ne fut déclarée qu'en 1816. Une constitution fut proclamée en 1853, après la fin de la dictature de Rosas. Les présidences se succèdent entre 1930 et 1983, sur seize présidents, onze sont des militaires et plusieurs sont « présidents de fait » (par opposition à président élu). Perón parvint au pouvoir après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

De 1976 à 1983, le pays fut gouverné par une junte militaire qui prit fin après la défaite face aux Britanniques aux îles Malouines. Depuis lors, plusieurs présidents se sont succédé : Raúl Alfonsín (1983-1989), Carlos Menem (1989-1995 et 1995-1999), Fernando de la Rúa (1999-2001).

En 2001, l'Argentine est en proie à de graves problèmes économiques. Les manifestations de mécontentement, ou casserolades, se succèdent en décembre 2001, suite à l'annonce de nouvelles mesures d’austérité. Les plus démunis en sont réduits à la famine ou au pillage de magasins. La crise provoque une fuite de capitaux qui est jugulée par un gel des dépôts bancaires et des restrictions sur les retraits d'argent imposé par le gouvernement, ce qui provoque la colère des classes moyennes et des manifestations massives. Certains ne reçoivent plus de salaire et la population rencontre des difficultés à s'approvisionner. La répression cause 31 morts, mais le pouvoir est contraint de céder : le ministre des finances est relevé de ses fonctions et le président finit par démissionner. Le gouvernement, le FMI et la dollarisation du peso sont les thèmes les plus critiqués.

Le 6 janvier 2002, le nouveau gouvernement procède à une dévaluation du peso de 28 % par rapport au dollar.

Image du mois

Sélection d’articles

Histoire[modifier le code]

Langues[modifier le code]

Géographie[modifier le code]

Politique[modifier le code]

Economie, industrie, formation[modifier le code]

Culture et société[modifier le code]

Bandonéon
Alfajores

Sport[modifier le code]

Lumière sur…

À partir d'en haut à gauche, dans le sens des aiguilles d'une montre : 1re Division brésilienne à Caseros ; infanterie uruguayenne aidant la cavalerie d'Entre Rios à Caseros ; début de la bataille du Passage de Tonelero ; charge de la cavalerie d'Urquiza à Caseros ; bataille du Passage de Tonelero.

La guerre de la Plata, connue aussi sous le nom de guerre contre Oribe et Rosas, a opposé, entre le et le , la Confédération argentine à une coalition composée de l'Empire du Brésil, de l'Uruguay et de deux provinces argentines : Entre Ríos et Corrientes. Cette guerre est liée à une rivalité de longue date opposant l'Argentine et le Brésil à propos de leur influence respective sur l'Uruguay et le Paraguay, et le contrôle des régions limitrophes du Río de la Plata. Le conflit a lieu en Uruguay, sur le Río de la Plata et dans le Nord de l'Argentine (la région de la Plata).

En 1850, la région de la Plata est politiquement instable. Le gouverneur de Buenos Aires, Juan Manuel de Rosas, utilise son poste pour exercer un contrôle dictatorial sur les autres provinces argentines. Bien qu'il contrôle presque tout le pays, Rosas doit faire face à une série de rébellions régionales. L'Uruguay a sombré dans la guerre civile après sa sécession d'avec le Brésil, en 1828. Or, Juan Manuel de Rosas considère que ce pays fait partie de la sphère d'influence de l'Argentine et prend partie pour le parti Blanco uruguayen. Le dictateur souhaite également étendre les frontières de l'Argentine pour récupérer les territoires qui faisaient partie de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata, autrement dit l'Uruguay, le Paraguay et la Bolivie. Cet objectif menace les intérêts et la souveraineté du Brésil car l'ancienne vice-royauté comprenait aussi des territoires incorporés dans la province brésilienne du Rio Grande do Sul. L'empire brésilien décide donc de se donner les moyens d'éliminer Rosas et la menace qu'il représente...

Le saviez-vous

Les catégories


Le projet

WikiProject Argentina.svg

Comment contribuer ?[modifier le code]

Il existe de nombreux moyens pour aider à améliorer cette encyclopédie :

  • Corriger les articles existants
  • Compléter les ébauches (voir les ébauches)
  • Créer de nouveaux articles.
  • Catégoriser les articles
  • Illustrer les articles
  • Parler du projet

Participants[modifier le code]

Portails des pays et régions d'Amérique du Sud

Autres portails.

Avertissement