Taraf de Haïdouks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taraf de Haïdouks

Description de l'image  Tarafdehaïdouks.jpg.
Informations générales
Pays d'origine Roumanie Roumanie
Genre musical Musique tzigane
Années actives 1990 – aujourd'hui
Labels Crammed Discs
Composition du groupe
Membres voir paragraphe consacré

Taraf de Haïdouks est un ensemble musical de Roms de Roumanie, originaire de Clejani. Il est le plus célèbre groupe du genre dans l'ère post-communiste.

Historique du groupe[modifier | modifier le code]

Ils sont connus dans leur pays d'origine sous le nom de Taraful Haiducilor, qui veut dire à peu près bande de brigands, mais taraf est aussi le nom traditionnel des groupes de lăutaris (musiciens tziganes roumains). Haïduc vient du mot turc haydut : "hors-la-loi", mais en roumain, ce mot a une connotation historique, comme « insurgé » en français. Le nom du groupe est connu internationalement sous sa forme francisée sans construction génitive « Taraf de Haïdouks ».

Le groupe s'est formé en 1990 peu après la chute de la dictature communiste. La formation initiale comptait une douzaine de musiciens ; mais par la suite, l'effectif a occasionnellement augmenté jusqu'à une trentaine. Les premiers contacts avec l'Europe occidentale se sont faits grâce à l'ethnomusicologue suisse Laurent Aubert, puis grâce à Stéphane Karo et Michel Winter, deux musiciens belges qui, enthousiasmés par la musique du groupe, se sont improvisés managers, ont fait jouer le Taraf de Haïdouks en Europe de l'Ouest et ont contribué à lancer la carrière internationale du groupe, dont ils s'occupent encore à ce jour.

Depuis la parution de son premier album chez Crammed Discs en 1991, et sa participation à Latcho Drom (le fameux film de Tony Gatlif), le Taraf de Haïdouks s’est imposé comme un groupe emblématique, qui symbolise la merveilleuse vitalité de la musique tsigane des Balkans. Le groupe a multiplié les collaborations : concerts avec le Kronos Quartet au Royal Festival Hall de Londres, participation (en tant que mannequins/musiciens) aux défilés du styliste Yohji Yamamoto, présence dans les bandes-son de films tels que “Terminus Paradis” de Lucian Pintilie ou “Train de vie” de Radu Mihaileanu, et apparition remarquée à l’écran (aux côtés de Johnny Depp et Christina Ricci) dans “The Man Who Cried”, le film de la réalisatrice britannique Sally Potter dont ils signent également une partie de la musique. En 2007, ils participent à la Folle Journée de Nantes, pour illustrer "l'Harmonie des Peuples", thème du célèbre festival cette année-là. Les membres du groupe semblent traverser toute cette agitation en conservant leur sens de l’humour et leur philosophie de la vie. Ils résident toujours dans leur modeste village de Clejani, dans le judet (département) de Giurgiu au cœur de la campagne valaque, au sud de Bucarest.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Le noyau historique du groupe est composé de:

  • Nicolae Neacșu  (de) ("Culai"), violon et chant, décédé en septembre 2002
  • Dumitru Baicu ("Cacurică"), petit cymbalum et chant, décédé le 9 septembre 2007
  • Ion Manole ("Șaică" ou "Boșorogu"), violon et chant, décédé
  • Ilie Iorga, chant, en fait originaire de Mârșă près de Clejani
  • Paul Giuclea ("Pasalan"), violon et chant, originaire de Mârșă
  • Constantin Boieru Lautaru ("Costica"), violon et chant, originaire de Mârșă
  • Gheorghe Anghel ("Caliu"), violon
  • Gheorghe Robert, violon
  • Gheorghe Fălcaru ("Fluierici"), flûte, contrebasse
  • Marin Manole ("Marius"), accordéon
  • Ionitsa Manole, accordéon
  • Ion Tanase ("Ionică"), petit et grand cymbalum
  • Sébastien Giniaux, violoncelle et guitare

Membres occasionnels:

  • Constantin Sandu ("Dinu"): petit cymbalum et chant
  • Florea Pârvan: contrebasse, accordéon et chant
  • Marin Sandu:("Țagoi"): contrebasse, accordéon et chant

Discographie[modifier | modifier le code]

(albums tous parus chez Crammed Discs)

Avant que les Haïdouks s'associent en groupe, la plupart d'entre eux avaient enregistré pour des albums ethnomusicologiques:

  • Musique des Tziganes de Valachie; les lăutari de Clejani (1988) [OCORA 3149025011190]

Les albums suivants furent produits par la Fundația Alexandru Tzigara-Samurcas de Bucarest, en association avec Euroart, le fonds culturel du Département pour l'Intégration européenne du Ministère des Affaires culturelles et religieuses de Roumanie.

  • The End of the Millenium [sic] in the Romanian Village / Fin de millénaire dans le village roumain / Sfârșit de mileniu în satul Românesc, un ensemble d'enregistrements de 1989 à 1997, édité en 2000, livret en anglais, français et roumain. Seuls quelques musiciens de l'album appartiennent au Taraf, mais la plupart des autres, même d'autres origines, avaient déjà tourné avec eux.
  • Outlaws of Yore / Les 'Haïdouks' d'Autrefois, deux volumes, enregistré au Musée du Paysan Roumain à Bucarest en mars 1991, édité en 2001, livret en anglais et français.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Hopa, tropa, Europa (Saut et Trot en Europe) par Speranța Rădulescu, (Musée du Paysan Roumain, 1992) décrit la première tournée européenne du groupe.

Films[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Livret de Outlaws of Yore.

Liens externes[modifier | modifier le code]