Carol Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carol Ier
Illustration.
Carol Ier, roi de Roumanie
Titre
Roi de Roumanie

(33 ans, 6 mois et 14 jours)
Couronnement
Président du Conseil Dimitrie Brătianu
Ion Brătianu
Theodor Rosetti
Lascăr Catargiu
Gheorghe Manu
Emanoil Ion Florescu
Lascăr Catargiu
Dimitrie Sturdza
Petre S. Aurelian
Dimitrie Sturdza
Georges Grégoire Cantacuzène
Petre P. Carp
Dimitrie Sturdza
Georges Grégoire Cantacuzène
Dimitrie Sturdza
Ion I. C. Brătianu
Petre P. Carp
Titu Maiorescu
Ion I. C. Brătianu
Prédécesseur lui-même (domnitor)
Successeur Ferdinand Ier
Domnitor de la principauté de Roumanie

(14 ans, 10 mois et 4 jours)
Élection
Président du Conseil Lascăr Catargiu
Prince Ion Ghica
Constantin A. Crețulescu
Ștefan Golescu
Nicolae Golescu
Prince Dimitrie Ghica
Alexandru G. Golescu
Manolache Costache Epureanu
Prince Ion Ghica
Lascăr Catargiu
Emanoil Ion Florescu
Manolache Costache Epureanu
Ion Brătianu
Prédécesseur Alexandru Ioan Ier
Successeur lui-même (roi de Roumanie)
Biographie
Titre complet Roi de Roumanie
Prince de Hohenzollern-Sigmaringen
Hymne royal Trăiască Regele
Dynastie Maison de Hohenzollern
Nom de naissance Karl Eitel Friedrich Zephyrinus Ludwig von Hohenzollern-Sigmaringen
Date de naissance
Lieu de naissance Sigmaringen (Principauté de Hohenzollern-Sigmaringen)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Sinaia (Roumanie)
Père Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen
Mère Joséphine de Bade
Conjoint Elisabeth de Wied
Enfants Marie de Roumanie (1870-1874)
Héritier Ferdinand

Signature de Carol Ier

Carol Ier Carol Ier
Monarques de Roumanie

Carol Ier ou Charles Ier (né à Sigmaringen le et mort à Sinaia le ) est un membre de la maison de Hohenzollern. Le , il est élu prince-souverain (domnitor) des principautés unies de Roumanie après la destitution du prince Alexandre Iean Ier Cuza. Il est proclamé roi de Roumanie le . Il est le premier souverain de la maison de Hohenzollern-Sigmaringen à régner sur le pays, dynastie qui demeure à la tête du royaume de Roumanie, jusqu'à la proclamation de la république en 1947 par le gouvernement communiste.

Pendant son règne, il conduit personnellement les troupes roumaines durant la guerre russo-turque de 1877-1878 et assume le commandement de l'armée russo-roumaine au siège de Plevna (Pleven en bulgare). Le pays acquiert son indépendance de l'Empire ottoman en 1877, confirmée par le traité de Berlin (1878). La Roumanie gagne la Dobroudja du Sud sur la Bulgarie en 1913. La vie politique et économique, dominée par les propriétaires terriens organisés autour des partis libéral et conservateur, est ponctuée par deux importantes insurrections paysannes, en Valachie en , puis en Moldavie et Valachie en .

Époux d'Élisabeth de Wied depuis 1869, il n'a qu'une fille qui meurt avant ses quatre ans en 1874. L'absence de descendance de Carol laisse à son frère aîné, Leopold de Hohenzollern-Sigmaringen, la succession au trône. En , le prince Leopold renonce au trône en faveur de son fils Guillaume qui, à son tour, abandonne ses droits au trône six ans plus tard au profit de son jeune frère, Ferdinand. Ce dernier devient le roi Ferdinand Ier à la mort de Carol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carol est né prince Karl von Hohenzollern-Sigmaringen le à Sigmaringen[1]. Il est le second fils du prince Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen et de la princesse Joséphine de Bade. Par son père, il est le petit-fils d'Antoinette Murat, elle-même nièce de Joachim Murat. Par sa mère, il est l'arrière-petit-fils adoptif de Napoléon. À l'issue de ses études élémentaires, il entre à l'école des cadets de Munster. En 1857, il assiste aux cours de l'école d'artillerie de Berlin. Jusqu'en 1866 (date à laquelle il accepte la couronne de Roumanie), il est officier allemand attaché à un régiment de dragons. Il prend part à la guerre des Duchés, en particulier à l'assaut des citadelles de Fredericia et de Dybbol, une expérience militaire très utile plus tard durant la guerre russo-turque.

Bien qu'il ne soit pas très grand et un peu frêle, le prince Carol est un chef militaire accompli, en bonne santé et discipliné. C'est aussi un politicien avisé, prônant des idées libérales. Il connaît plusieurs langues européennes. Sa famille est très liée à la Maison Bonaparte ; il entretient de très bonnes relations avec Napoléon III. La Roumanie est à ce moment sous l'influence de la culture française. La recommandation de Napoléon III vis-à-vis du prince Carol pèse donc d'un grand poids auprès des politiciens roumains de cette époque, outre ses liens de sang avec la famille des souverains prussiens. C'est Ion Brătianu (Premier ministre dans les années qui suivent) qui négocie avec Carol et sa famille la possibilité de s'installer sur le trône de Roumanie.

Sur le trône de Roumanie[modifier | modifier le code]

En route pour la Roumanie[modifier | modifier le code]

L'ancien souverain de Roumanie, Alexandru Ioan Cuza, vient d'être banni du pays et la principauté est en proie au chaos. Comme sa double élection est la seule raison pour laquelle les deux principautés historiques roumaines, la Valachie et la Moldavie, ont pu s'unir sous le contrôle des puissances européennes, le pays est en grand danger de se dissoudre. Initialement, le Parlement de Bucarest élit à l'unanimité des voix - le - Philippe de Belgique, comte de Flandre, frère de Léopold II roi des Belges, à l'hospodorat de Roumanie[2]. C'est à la suite du désistement de ce prince belge que Charles (Carol) de Hohenzollern est proposé comme candidat[N 1].

Le jeune prince voyage incognito en chemin de fer, sur la ligne Düsseldorf-Bonn-Fribourg-Zurich-Vienne-Budapest, en raison de la situation conflictuelle entre le pays et l'Autriche-Hongrie. Il voyage sous le nom de Karl Hettingen. Arrivé sur le sol roumain, Brătianu s'incline devant lui et lui demande de se joindre à son attelage (à ce moment, la Roumanie ne dispose pas encore de chemins de fer).

10 mai 1866[modifier | modifier le code]

Couronne de Carol Ier de Roumanie.

Le (selon le calendrier julien), Carol entre à Bucarest. La nouvelle de son arrivée a été transmise par le télégraphe et il est accueilli par une foule impatiente de voir son nouveau souverain. À Băneasa on lui donne les clés de la ville. Signe prémonitoire, il pleut le jour même, à la suite d'une longue période de sécheresse. Il prononce ses vœux en français : « Je jure de protéger les lois de la Roumanie, de maintenir ses droits et l'intégrité de son territoire. »

Roi de Roumanie[modifier | modifier le code]

Constitution[modifier | modifier le code]

Juste après son arrivée dans le pays, le Parlement roumain adopte, le , la première constitution de la Roumanie, l'une des constitutions les plus avancées de l'époque. Cette dernière permet le développement et la modernisation de l'État roumain. De façon étonnante, la constitution décide d'ignorer l'état de dépendance du pays envers l'Empire ottoman, ouvrant de la sorte la route vers l'indépendance.

L'article 82 de la Constitution stipule que « Les pouvoirs du souverain sont héréditaires, à partir de Sa Majesté le prince Carol Ier de Hohenzollern-Sigmaringen, par la voie des aînés mâles, à l'exclusion des femmes et de leur descendance. Les descendants de Sa Majesté seront élevés dans la foi orthodoxe orientale. »

Après la proclamation de l'indépendance (1877), la Roumanie devient un royaume. Le (selon le calendrier julien), la constitution est modifiée pour prendre acte, entre autres, qu'à partir de cet instant, le souverain est appelé « roi », et que ses héritiers sont appelés « princes ».

L'idée fondamentale des constitutions royalistes de Roumanie est que le roi règne, mais ne gouverne pas.

Un roi conscient des intérêts de son royaume[modifier | modifier le code]

Le prince Carol Ier par Theodor Aman (1868).

On a dit que le roi Carol avait une personnalité froide. Il est perpétuellement préoccupé par le prestige de la dynastie qu'il a fondée. Sa femme Élisabeth dit qu'il « porte sa couronne au lit ». Il est très méticuleux et essaie d'imposer son style à tout son entourage. Bien qu'il soit dévoué à son travail de prince et roi roumain, il n'oublie jamais ses racines allemandes.

En 48 ans de règne[N 2], il œuvre afin que la Roumanie gagne son indépendance : il rehausse son prestige, incite l'État roumain à participer au développement de l'économie de son pays[3] ; de même, il installe sa dynastie dans son royaume. Il construit dans les Carpates, près de la frontière austro-hongroise (la Transylvanie appartient encore à l'Autriche-Hongrie), le château de Peleș, bâti dans un style architectural allemand, rappel des origines germaniques du roi.

Par un traité secret, il fait adhérer la Roumanie à la Triplice en 1883, contrevenant ainsi aux aspirations de la population roumaine[4].

Son œuvre modernisatrice l'incite à développer l'éducation ; il fonde ainsi les premières universités de Roumanie, à Iași et à Bucarest.

Après la guerre russo-turque, la Roumanie s’accroît de la Dobroudja et Carol ordonne la construction du premier pont sur le Danube, entre Fetești et Cernavodă pour relier la nouvelle province au reste du pays.

Fin de règne[modifier | modifier le code]

Carol Ier

Le long règne de Carol permet le rapide développement de l'État roumain, ayant renoncé à conquérir la Transylvanie[3].

Au début de la Première Guerre mondiale, le roi d'origine allemande désire entrer en guerre du côté des puissances centrales, alors que l'opinion du peuple roumain est plutôt favorable à la Triple-Entente ; cette situation remet en cause la situation des puissances centrales en Roumanie[5]. Carol avait cependant signé un traité secret en 1883 par lequel il avait lié la Roumanie à la Triple Alliance et, bien que ce traité ne puisse être activé qu'en cas d'agression de l'Empire russe envers l'un des membres signataires, Carol est partisan de l'entrée en guerre aux côtés de l'Empire allemand. En effet, en 1913, le roi est un acteur important des négociations de paix qui mettent fin à la Seconde Guerre balkanique[6].

Au cours des dernières semaines avant l'assassinat de François-Ferdinand, il se rapproche cependant de la France et de la Russie, seules à même de répondre favorablement aux demandes de financement de l'économie et de l'État roumain[7], même si, partisan des puissances centrales, Carol est froissé par la réception par la double monarchie du traité de Bucarest[8], sanctionnant la fin de la Deuxième guerre balkanique. Ainsi, il reçoit le la visite du tsar Nicolas II, actant, selon Czernin, alors ambassadeur austro-hongrois en poste à Bucarest, le renversement des alliances pratiqué par le royaume[8] ; il annonce même que le royaume ne se joindra pas aux puissances centrales lors du prochain conflit[9]. Mais, face à des ministres et à une opinion publique francophile et russophile, il parvient à maintenir son pays dans la neutralité[10],[11].

Il se tient alors une réunion d'urgence avec les membres du gouvernement et Carol mentionne le traité secret en sollicitant leur avis à ce sujet. S'appuyant sur ses liens dynastiques qui le lient au monarque roumain, Guillaume II affirme croire en la neutralité roumaine durant l'été et l'[12]. Dès le , au cours d'une entrevue avec l'ambassadeur austro-hongrois à Bucarest, Ottokar Czernin, il pose les bases de la neutralité roumaine, justifiée auprès des puissances centrales par l'hostilité de la population à l'égard de la double monarchie[4], alors que l'archiduc héritier semblait jouir de sympathie dans la population roumaine en raison de ses positions favorables à la minorité roumaine de la double monarchie[13]. Le 4 août, le roi annonce officiellement que le royaume de Roumanie ne remplira pas ses obligations découlant du traité liant la Roumanie à la double monarchie[14].

Il s'oppose également à l'entrée en guerre de son royaume contre le Reich et la double monarchie également en raison d'un loyalisme dynastique envers son cousin Guillaume II[15]. Cependant, la politique qu'il mène au cours de la crise de apparaît peu claire pour les responsables hongrois de la monarchie danubienne. Ces derniers s'opposent jusqu'au à la politique d'escalade décidée à Vienne[16].

On a dit que c'est le fort désaccord auquel il doit faire face qui aurait provoqué sa mort le ( selon le calendrier grégorien) ; ce décès remet en cause non seulement la neutralité roumaine, mais aussi les réseaux sur lesquelles s'appuient alors les puissances centrales pour garantir la neutralité roumaine[17]. Le futur roi Ferdinand, sous l'influence de sa femme, Marie d'Édimbourg, une princesse britannique, est plus enclin à écouter l'opinion publique.

Famille[modifier | modifier le code]

Le roi Carol, la reine Élisabeth et leur fille Marie (1873).
Le roi Carol (au centre) entouré de son neveu, le prince héritier Ferdinand (à gauche) et de son petit-neveu, le prince Carol (à droite).

Question dynastique[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il est élu souverain de Roumanie, Carol est célibataire, et, selon la constitution qu'il a lui-même approuvée, il ne peut pas se marier avec une femme d'origine roumaine. En 1869, il commence un voyage à travers l'Europe, et surtout en Allemagne, pour trouver une fiancée. Pendant ce voyage, il rencontre puis Il épouse à Neuwied le [1] Elisabeth de Wied. (Leur mariage est l'un des moins bien assortis de tous les mariages de l'histoire) [réf. souhaitée], Carol étant froid et calculateur alors qu'Élisabeth est notoirement une rêveuse. Leur fille unique Marie née à Cotroceni le meurt à l'âge de trois ans et demi à Bucarest le [18]. Ce décès a beaucoup influencé le fonctionnement de leur couple et Elisabeth ne se remettra jamais complètement du traumatisme causé par la perte de son enfant unique.

Après la proclamation du royaume en 1881, la question de la succession devient cruciale. Comme le frère du roi, Léopold, puis son neveu Guillaume, refusent la couronne, son second neveu, Ferdinand, est nommé prince héritier du trône de Roumanie. Élisabeth essaie d'influencer le jeune prince, qui vit désormais à Sinaïa, pour qu'il épouse une amie intime, qui est aussi un écrivain célèbre, Elena Văcărescu. Selon la Constitution roumaine toutefois, il est interdit au prince d'épouser une Roumaine. En raison de cette attitude, Élisabeth est exilée durant deux ans à Wied jusqu'à ce que Ferdinand épouse la princesse Marie d'Édimbourg.

À la fin de leur vie, Carol et Élisabeth se retrouvent cependant très amis.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Carol Ier appartient à la maison de Hohenzollern-Sigmaringen issue de la quatrième branche, elle-même issue de la première branche de la maison de Hohenzollern. Cette lignée appartient à la branche souabe de la dynastie de Hohenzollern. Carol Ier a pour ancêtre Burchard Ier de Zollern.

Titres et honneurs[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

  • -  : Son Altesse sérénissime le prince Karl von Hohenzollern-Sigmaringen ;
  • -  : Son Altesse sérénissime le prince souverain de Roumanie ;
  • -  : Son Altesse royale le prince souverain de Roumanie ;
  • -  : Sa Majesté le roi de Roumanie.

Honneurs en Roumanie[modifier | modifier le code]

Honneurs à l'étranger[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'année suivante, après le mariage de sa sœur Marie, Carol devient le beau-frère du comte de Flandre.
  2. Son règne est le plus long que les principautés roumaines aient jamais connu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Huberty et Giraud, 1988, p. 235.
  2. Bilteryst 2014, p. 155-157.
  3. a et b Renouvin, 1934, p. 114.
  4. a et b Schiavon, 2011, p. 135.
  5. Bled, 2014, p. 27.
  6. Fischer, 1961, p. 55.
  7. Fischer, 1961, p. 62.
  8. a et b Clark, 2013, p. 281.
  9. Bled, 2014, p. 39.
  10. Renouvin, 1934, p. 234.
  11. Bled, 2014, p. 125.
  12. Fischer, 1961, p. 68.
  13. Clark, 2013, p. 405.
  14. Bled, 2014, p. 141.
  15. Schiavon, 2011, p. 136.
  16. Bled, 2014, p. 77.
  17. Bled, 2014, p. 143.
  18. Huberty et Giraud, 1988, p. 245.
  19. Familia Regala

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés pour la rédaction de cet article[modifier | modifier le code]

  • Damien Bilteryst, Philippe Comte de Flandre : Frère de Léopold II, Bruxelles, Éditions Racine, , 336 p. (ISBN 978-2-87386-894-9, lire en ligne). 
  • Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Taillandier, , 464 p. (ISBN 979-10-210-0440-5). 
  • Christopher Clark (trad. de l'anglais), Les somnambules : Été 1914 : comment l'Europe a marché vers la guerre, Paris 2013, Flammarion, , 668 p. (ISBN 978-2-08-121648-8). 
  • (ro) Boris Crăciun, Regii și reginele României, Iași, Editura Porțile Orientului
  • Fritz Fischer (trad. Geneviève Migeon et Henri Thiès), Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »], Paris, Éditions de Trévise, , 654 p. (notice BnF no FRBNF35255571). 
  • Michel Huberty et Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, t. V Hohenzollern, Waldeck, . 
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114). 
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie dans la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-916385-59-4). 

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Badea-Päun, Carmen Sylva, reine Elisabeth de Roumanie, Via Romana, 2011 (ISBN 2916727957)
  • Emmanuel Starcky, Napoléon III et les principautés roumaines, RMN, 2009 (ISBN 2711855805)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]