Pauillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pauillac
Pauillac
La mairie et la roselière.
Blason de Pauillac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Lesparre-Médoc
Intercommunalité Communauté de communes Médoc Cœur de Presqu'île
(siège)
Maire
Mandat
Florent Fatin
2020-2026
Code postal 33250
Code commune 33314
Démographie
Gentilé Pauillacais
Population
municipale
5 098 hab. (2021 en augmentation de 4,88 % par rapport à 2015)
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 00″ nord, 0° 44′ 56″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 29 m
Superficie 22,74 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Pauillac
(ville isolée)
Aire d'attraction Pauillac
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton du Nord-Médoc
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pauillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pauillac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
Pauillac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Pauillac
Liens
Site web www.mairie-pauillac.fr/

Pauillac (prononcé [po.jak]) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cartographies interactive et OpenStreetMap
Carte
La commune dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
[[:Modèle:CentrerCarte topographique]]
[[:Modèle:CentrerCarte topographique]]
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  1. Carte dynamique
  2. Carte Openstreetmap
  3. Carte topographique
  4. Carte avec les communes environnantes

La ville est située sur la rive gauche de l'estuaire de la Gironde à 50 km au nord de Bordeaux. Elle appartient à la presqu'île du Médoc, réputée pour son prestigieux vignoble, qui a pu s'y installer grâce à un climat favorable et à la nature du sol.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes de Braud-et-Saint-Louis et Saint-Androny sont sur la rive droite de l'estuaire de la Gironde. L'île de Patiras est sur Saint-Androny, ainsi que le phare de Trompeloup[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La majeure partie du territoire repose sur des graves charriées par la Garonne depuis les Pyrénées. Elles forment une série de terrasses en pente douce de plus en plus anciennes à mesure qu'on s'éloigne du fleuve et confèrent au sol des propriétés de drainage naturel favorable au développement de la vigne. La limite ouest de la commune est marquée par la présence d'un sol sablo-argileux caractéristique des Landes médocaines[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Littoral charentais et aquitain, caractérisée par une pluviométrie élevée en automne et en hiver, un bon ensoleillement, des hiver doux (6,5 °C), soumis à la brise de mer[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 872 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 6,4 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 14,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 857,0 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Statistiques 1991-2020 et records PAUILLAC (33) - alt : 26m, lat : 45°12'51"N, lon : 0°46'58"O
Records établis sur la période du 01-01-1962 au 02-11-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4 3,7 5,9 8 11,4 14,2 15,8 15,6 13,1 10,5 6,8 4,5 9,5
Température moyenne (°C) 7,1 7,6 10,5 12,9 16,4 19,5 21,2 21,3 18,5 14,9 10,3 7,6 14
Température maximale moyenne (°C) 10,1 11,5 15 17,8 21,5 24,7 26,7 27 23,9 19,3 13,9 10,7 18,5
Record de froid (°C)
date du record
−16
16.01.1985
−12
04.02.1963
−9
07.03.1971
−3
03.04.1970
1,6
03.05.21
5
02.06.1975
7,5
18.07.1980
7
31.08.1977
2
21.09.1977
−1,5
25.10.03
−5,5
23.11.1988
−9,5
25.12.1962
−16
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
19,5
13.01.1993
24,7
27.02.19
26,5
30.03.1965
31,1
30.04.05
34,7
30.05.01
40,5
30.06.1968
41
31.07.1975
40,5
04.08.03
39
02.09.1962
31,9
01.10.23
24,8
08.11.15
23
16.12.1989
41
1975
Ensoleillement (h) 839 1 262 1 709 2 045 2 322 2 511 2 727 2 547 2 233 1 582 106 916 21 752
Précipitations (mm) 87,3 60,2 56,7 67,4 61 59,2 42 53,7 70 88,2 110,9 100,4 857
Source : « Fiche 33314005 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/11/2023 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pauillac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pauillac, une unité urbaine monocommunale[12] de 5 098 habitants en 2021, constituant une ville isolée[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pauillac, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 5 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

La commune, bordée par l'estuaire de la Gironde, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[17]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (57,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (48,6 %), eaux maritimes (26,4 %), zones urbanisées (8,2 %), forêts (6,1 %), prairies (5 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,7 %)[20]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Pauillac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, et le risque industriel et le risque nucléaire[21]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[22].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Jalle du Breuil. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1987, 1988, 1991, 1999, 2009 et 2010[23],[21].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Pauillac.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 74,5 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 2 155 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 2 155 sont en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 84 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[24],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[25].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2003, 2005, 2012 et 2017 et par des mouvements de terrain en 1999[21].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est exposée au risque industriel du fait de la présence sur son territoire d'une entreprise soumise à la directive européenne SEVESO[26].

La commune étant située totalement dans le périmètre du plan particulier d'intervention (PPI) de 20 km autour de la centrale nucléaire du Blayais, elle est exposée au risque nucléaire. En cas d'accident nucléaire, une alerte est donnée par différents médias (sirène, sms, radio, véhicules). Dès l'alerte, les personnes habitant dans le périmètre de 2 km se mettent à l'abri[Note 3]. Les personnes habitant dans le périmètre de 20 km peuvent être amenées, sur ordre du préfet, à évacuer et ingérer des comprimés d’iode stable[Note 4],[27],[28].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville dériverait de l’anthroponyme gallo-romain Paullius ou Pavillius avec le suffixe locatif -acum[29].

En gascon, le nom de la commune est Paulhac.

Pauillac étant en Médoc, pays gascon, la plupart des lieux-dits anciens y sont explicables par le gascon, par exemple Barail de Fonbern, Brame Hame, la Carreyre, le Coyniou, le Hagna, Les Houdines, les Ardileys[30]...

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route des châteaux[modifier | modifier le code]

Route des Châteaux à l'entrée Sud de Pauillac (Château Pichon Baron à gauche et Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande à droite).

Le vignoble du Médoc est construit essentiellement de part et d'autre de la route départementale 2, « la D2 », ou « route des châteaux ».

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Pauillac est située sur la ligne de Ravezies à Pointe-de-Grave, dite aussi ligne du Médoc. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains du réseau TER Nouvelle-Aquitaine.

Réseau routier interurbain[modifier | modifier le code]

La ligne 705 du réseau d'autocars TransGironde relie Bordeaux (Ravezies) à Pauillac (Le Pouyalet). Elle fait l'objet d'un cadencement toutes les 30 minutes en heure de pointe[31].

Quais[modifier | modifier le code]

Façades des quais de Pauillac depuis le port de plaisance.

Les quais de Pauillac s'étendent sur plus de 1 300 mètres, ce qui est en fait la façade fluviale la plus longue sur l'estuaire de la Gironde. Stendhal, qui passe une nuit à Pauillac le au cours de son voyage dans le midi de la France, lui rend un hommage appuyé : « Nous apercevons tout à coup, sur la gauche de la rivière, huit à dix belles maisons à trois étages qui ont l'air d'opulentes maisons de campagnes : c'est Pauillac. Rien de ces constructions sales et entassées qui avoisinent la rivière, centre de commerce dans les villes anciennes. Pauillac serait-il tout à fait nouveau ? On dirait que les trois quarts de la ville n'ont pas trente ans. Je prends une chambre à l'hôtel de Monsieur Delhomme sur le quai »[32]. L'actrice Armelle Leśniak, quant à elle, déclare que ce qui l'a le plus frappée en arrivant à Pauillac, « ce sont ses quais frangés par l'estuaire de la Gironde. Du Verdon à Bordeaux, Pauillac est la seule bourgade du Médoc ainsi bordée de quais qui lui donnent un charme fou. Un rêve de bateaux, de régates, de fêtes foraines. On s’imagine se régalant à l’ombre des platanes : un verre de vin bien sûr pour accompagner une tranche d’agneau de Pauillac, cet agneau de lait prestigieux, héritier de traditions ancestrales. À quelques battements d'ailes, les châteaux, chacun avec sa personnalité et dont les noms sont connus dans le monde entier »[33].

Ports[modifier | modifier le code]

Le port de plaisance La Fayette.
Capitainerie du port de plaisance.
Le Pichon Baron de la SNSM.

En 1896, la Compagnie Générale Transatlantique fait construire un appontement à Pauillac-Trompeloup. Quatre grands paquebots peuvent y accoster simultanément. Une ligne de chemin de fer raccordée à la ligne Bordeaux-Soulac conduit les voyageurs directement aux passerelles d’embarquement. De nombreuses compagnies utilisent ce port pour des paquebots de ligne à destination des Antilles et de l'Amérique du Sud. Ce port transatlantique fonctionnera jusqu'à la seconde guerre mondiale puis sera reconverti en terminal pétrolier. Aujourd'hui, l'appontement de Pauillac-Trompeloup est devenu le centre de convergence européen des pièces de l'Airbus A380 qui continuent leur route sur la barge Breuil vers Langon (voir Itinéraire à grand gabarit) pour rejoindre ensuite par convois routiers le site de Toulouse. Un nouvel appontement, le « Terminal du Médoc », devrait voir le jour en 2021 afin de recevoir des paquebots de croisières d'une longueur allant jusqu'à 340 mètres[34]. C'est l'objectif du Grand Port Maritime de Bordeaux, dont dépend le site de Pauillac, qui l'a inscrit dans son projet stratégique. Alors que cette activité s'est largement développée ces dernières années, l'escale girondine est contrainte par les limites d'accès des navires au centre de Bordeaux. D'où l'idée de créer un nouveau terminal dans le secteur des vignobles du Médoc[35].

Le port de plaisance de Pauillac La Fayette fut construit en 1977 pour accueillir les bateaux médocains, mais aussi ceux des plaisanciers en transit de l'Atlantique à la Méditerranée par le canal du Midi. Le port propose ainsi le mâtage et démâtage des voiliers pour rejoindre ou venir de la Méditerranée. Il accueille également des bateaux à moteur, des paquebots fluviaux et la vedette de la station SNSM de Pauillac. Le bassin se trouvant au cœur du bouchon vaseux, il faut attendre plusieurs heures pour pourvoir rentrer ou sortir du port lors de forts coefficients de marée. Sur l'esplanade La Fayette se trouve une zone technique pour le stationnement de longue durée de bateaux et remorques[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle en hommage à La Fayette.

Les traces de Pauillac remontent à la préhistoire, mais c'est au XVIIIe siècle, avec l'expansion du commerce des vignobles et de la pêche que la ville prend le visage qu'on lui connaît aujourd'hui. Grâce à sa situation en bord de Gironde, aux XIXe et XXe siècles, des industries lourdes s'implantent à Pauillac (hauts-fourneaux, société pétrolière Jupiter...). Pauillac fut le point de départ des grands paquebots transatlantiques à destination de l'Amérique du Sud.

En 1777, Gilbert du Motier, marquis de La Fayette appareilla de Pauillac sur les bords de la Gironde afin de joindre les Amériques, pour secourir le peuple américain durant la guerre d'indépendance américaine. Une stèle en bronze représentant son vaisseau La Victoire est d'ailleurs érigée au bord du port de la ville, sur l'esplanade de La Fayette. Sur la stèle peut être lu :

D'ici, le 25 mars 1777, s'est embarqué Marie Joseph Paul Yves Gilbert Motier
Marquis de LAFAYETTE, avec l'espoir de rallier les Amériques
A bord de la VICTOIRE

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Résultats des élections présidentielles au second tour[modifier | modifier le code]

En 2017 : Emmanuel Macron a obtenu 53,29 % des suffrages exprimés et Marine Le Pen 46,71 %[37]. En 2012 : François Hollande a obtenu 52,36 % des suffrages exprimés et Nicolas Sarkozy 47,64 %[38]. En 2007 : Nicolas Sarkozy a obtenu 56,54 % des suffrages exprimés et Ségolène Royal 43,46 %[39].

Résultats des élections législatives au second tour[modifier | modifier le code]

En 2017 : Benoît Simian (élu) a obtenu 45,78 % des suffrages exprimés et Pascale Got 54,22 %[40]. En 2012 : Pascale Got a obtenu 58,31 % des suffrages exprimés et David Gordon-Krief 41,69 %[41]. En 2007 : Pascale Got (élue) a obtenu 44,71 % des suffrages exprimés et Jean-François Régère 55,29 %[42].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[43]
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1952 Robert Ferrand RPF-DVD Conseiller général (1949-1955)
1952 1991 André Cazes DVD-RPR Conseiller général (1955-1992)
1991 2001 Louis Sénillon RPR-UMP Conseiller général (1992-1998)
2001 2014 Sébastien Hournau[47] PS Conseiller général (1998-2015)
2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Florent Fatin UDI Cadre

Parrainages et jumelages[modifier | modifier le code]

Pullacher Platz à Pauillac, ville jumelée avec Pullach im Isartal.

Parrainages[modifier | modifier le code]

  • Pauillac est la ville marraine de la goélette Belle Poule, navire-école de la Marine Nationale.
  • L'Escadron Médoc de la base aérienne 106 est parrainé par Pauillac.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[48]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[49].

En 2021, la commune comptait 5 098 habitants[Note 5], en augmentation de 4,88 % par rapport à 2015 (Gironde : +6,88 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 8582 0142 5992 6403 3523 6583 8053 7523 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 7273 8633 6214 2224 1454 7354 6234 5645 180
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 1255 9145 8725 2924 6504 8365 4525 3675 609
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
5 7035 6406 3636 1455 6705 1755 2425 2915 075
2015 2020 2021 - - - - - -
4 8615 0845 098------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2006[51].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement est assuré dans la commune de Pauillac via des écoles maternelles, primaires, deux collèges, un lycée filière générale et aussi professionnelle, jusqu'au BTS « force de vente »[52].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cinéma l'Éden de Pauillac.
  • Le Printemps des châteaux[53] en avril : qu'ils soient grands crus classés en 1855[54], crus bourgeois[55], crus artisans[56], caves coopératives ou autres crus, 60 domaines viticoles fêtent le printemps.
  • La Fête de l'Agneau le week end de Pentecôte[57].
  • Les Estivales de Musique en Médoc est dédié à de jeunes lauréats de concours internationaux. Chaque concert est suivi d’une dégustation du vin du château hôte[58].
  • Le Festival du film de Pauillac, aussi appelé « Les Vendanges du 7ème Art », est consacré à l'art cinématographique et littéraire. Il se déroule depuis 2015 durant la première quinzaine de juillet au cinéma l'Éden de Pauillac, une salle classée Art & Essai – Label Jeune Public[59].
  • Music & Cook & Wine : concerts gratuits dans les jardins de la Maison du Tourisme et du Vin de Pauillac, en bord d'estuaire. Stands gastronomiques de producteurs locaux et de viticulteurs du Médoc[60].

Sports[modifier | modifier le code]

Départ du marathon du Médoc sur les quais de Pauillac.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

Vignoble de Pauillac.

Le vignoble de Pauillac s'étend sur plus de 1 200 hectares et produit exclusivement du vin rouge. Il compte 18 grands crus classés en 1855, dont trois des cinq premiers crus[62] :

Élevage[modifier | modifier le code]

L'agneau de Pauillac est une appellation protégée par une indication géographique protégée, mais il n'est plus aujourd'hui élevé à Pauillac même.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Carrelets et roselière de l'estuaire.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le monument aux Pauillacais.
  • Le monument aux Pauillacais, situé sur la Place de Lattre de Tassigny, est un hommage aux disparus d'un bombardement de la Seconde Guerre mondiale[67].
  • Les carrelets sur l'estuaire de la Gironde.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Façade de l'église Saint-Martin.
  • La grotte d'Artigues, construite par Anne-Françoise Averous en 1897 comme une réplique en miniature de la grotte de Lourdes, et surplombée par la statue de la Vierge. Pour permettre aux pèlerins de boire de l'eau de Lourdes, elle échangeait, avec le chapelain de Lourdes, un fût de son vin du château de Haut-Bages contre un fût rempli d'eau de Lourdes[68],[69].
  • L'église Saint-Martin de Pauillac, place du Maréchal Foch, a été construite de 1824 à 1829 par l'architecte bordelais Armand Corcelles, architecte du temple des Chartrons à Bordeaux. Cet édifice est construit avec les matériaux de l'ancienne église devenue vétuste et trop petite, et avec ceux de l'église Saint Mambert de Rignac, dédiée à sainte Radegonde et située à Saint-Lambert. Sa façade occidentale est percée d'une porte surmontée d'une corniche et de six pilastres doriques supportant un immense fronton inspiré de l'art grec. Le clocher octogonale est formé de deux tours superposées coiffées d'une toiture en zinc et d'un coq[70].
  • Église Saint-Lambert de Pauillac.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Pauillac se blasonnent ainsi :

De gueules à la nef de trois mâts pavillonnés d'argent voguant sur une mer du même.

Panorama[modifier | modifier le code]

Port de plaisance au lever du soleil.
Quais Sud de Pauillac et roselière de l'estuaire.
Installations de pêche au carrelet sur l'estuaire de la Gironde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 1, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne) : article 2.XXIII, pages 294-296.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le périmètre de 2 km correspond au périmètre de mise à l'abri réflexe. Alertés par les sirènes et/ou par un appel automatique sur le téléphone du domicile, les habitants concernés doivent se mettre à l’abri dès l’alerte et suivre les consignes.
  4. Les comprimés d’iode stable protègent efficacement la thyroïde contre les effets des rejets d’iode radioactif qui pourraient survenir en cas d’accident nucléaire.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte IGN sous Géoportail
  2. https://www.pauillac-medoc.com/wp-content/uploads/2018/04/plu2-1.pdf
  3. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Station Météo-France commune de Mérignac) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France commune de Pauillac) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Pauillac », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  18. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  21. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Pauillac », sur Géorisques (consulté le ).
  22. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  23. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  24. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  25. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Pauillac », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque industriel.
  27. « Plan Particulier d'Intervention du CNPE du Blayais. », sur gironde.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque nucléaire.
  29. Pauillac sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 3 octobre 2015.
  30. « Lòcs / Lieux-dits gascons de Pauillac - Gasconha.com », sur gasconha.com (consulté le ).
  31. https://www.gironde.fr/sites/default/files/2018-03/Cahier_MEDOC%2020%20octobre%202014%20%281%29.pdf
  32. https://www.pauillac-medoc.com/fr/curiosites-touristiques-et-historiques
  33. https://www.pauillac-medoc.com/wp-content/uploads/2019/07/Mag_2019_WEB.pdf
  34. « Pauillac et son « terminal Médoc » : un nouveau port pour accueillir les énormes paquebots de croisière d’ici 2022 », sur Côté châteaux, (consulté le ).
  35. « Pauillac  : Après les rouliers d'Airbus, un terminal pour grands paquebots », sur Mer et Marine, (consulté le ).
  36. https://www.pauillac-medoc.com/fr/pauillac-tourisme/estuaire/port-de-pauillac/
  37. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  38. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  40. « Résultats des élections législatives 2017 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Résultats des élections législatives 2012 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  42. « Résultats des élections législatives 2007 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  43. « Les maires de Pauillac », sur francegenweb.org (consulté le ).
  44. Dubuc, F. Les Maires de Pauillac et la vie de la cité de 1789 à nos jours. in Les Cahiers médulliens. Sté Hist. & Archéol. du Médoc, nouvelle série, n° 3 (mars 1985) et n° 6 (décembre 1986)
  45. Dubuc, F. Les Maires de Pauillac et la vie de la cité de 1789 à nos jours. in Les Cahiers médulliens. Sté Hist. & Archéol. du Médoc, nouvelle série, n° 6 (décembre 1986)
  46. « Almanach royal et national... : présenté à Sa Majesté et aux princes et princesses de la famille royale » Accès libre, sur Gallica, (consulté le ).
  47. Commune de Pauillac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 7 décembre 2011.
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  52. Établissements scolaires sur le site de la mairie.
  53. Le Printemps des châteaux
  54. « Site officiel de l'Union des Grands Crus de Bordeaux », sur ugcb.net (consulté le ).
  55. « Site officiel de l'Alliance des Crus Bourgeois du Médoc », sur crus-bourgeois.com (consulté le ).
  56. « Site officiel du site : Bordeaux », sur bordeaux.com (consulté le ).
  57. https://www.pauillac-medoc.com/agenda/la-fete-de-lagneau/
  58. https://www.pauillac-medoc.com/agenda/estivales-de-musique-en-medoc-au-chateau-lafite-rothschild/
  59. http://www.vendangesdu7emeart.fr/
  60. https://www.pauillac-medoc.com/agenda/music-cook-wine/
  61. « Solitaire Urgo Le Figaro : Le départ a été donné », sur Sport24, (consulté le ).
  62. https://dico-du-vin.com/pauillac-appellation-communale-du-medoc-bordeaux
  63. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030487008&dateTexte=&categorieLien=id
  64. Décret n° 2019-512 du 24 mai 2019 portant classement du parc naturel régional Médoc (région Nouvelle-Aquitaine).
  65. Julien Lestage, « Le Médoc devient Parc naturel régional », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne).
  66. https://www.pauillac-medoc.com/wp-content/uploads/2019/07/Mag_WEB-compress%C3%A9.pdf
  67. https://www.pauillac-medoc.com/fr/pauillac-tourisme/patrimoine/monument/
  68. Pauillac Médoc : La grotte d'Artigues
  69. Visites en Aquitaine : grotte d'Artigues
  70. « Église Saint-Martin », notice no IA00024718, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.