Ambès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ambès
Ambès
L'hôtel de ville
Blason de Ambès
Blason
Ambès
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Kévin Subrenat
2020-2026
Code postal 33810
Code commune 33004
Démographie
Gentilé Ambésiens
Population
municipale
3 070 hab. (2018 en diminution de 4,33 % par rapport à 2013)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 44″ nord, 0° 31′ 45″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 8 m
Superficie 28,85 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Ambès
(ville isolée)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Presqu'île
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Ambès
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Ambès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ambès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ambès
Liens
Site web http://villeambes.fr/

Ambès [ɑ̃bɛs] est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au sein de Bordeaux Métropole, Ambès est la commune la plus au nord.
Le bec d'Ambès vu depuis Bourg.

La commune d'Ambès, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'extrême nord de l'Entre-deux-Mers, sa presqu'île est formée par la confluence entre la Dordogne et la Garonne. Celle-ci se prolonge en une langue d'alluvions qui aujourd’hui encore continue à accumuler des dépôts, le « bec d'Ambès » ; la pointe de ce dernier fait partie cependant de la commune de Bayon-sur-Gironde, Ambès ne côtoyant pas, ainsi, l'estuaire de la Gironde. La commune est également située dans le nord de l'aire urbaine de Bordeaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Ambès[1]
Bayon-sur-Gironde Saint-Seurin-de-Bourg               Bourg               
La Dordogne
Prignac-et-Marcamps
Macau
                                             La Garonne
Ambès Saint-Vincent-de-Paul
Ludon-Médoc Saint-Louis-de-Montferrand Ambarès-et-Lagrave
Limites administratives de la commune

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • La Garonne sépare Ambès (rive droite) de Ludon-Médoc et Macau (rive gauche).
  • La Dordogne sépare Ambès (rive gauche) de Saint-Seurin, Bourg et Prignac-et-Marcamps (rive droite).
  • L'extrémité du bec d'Ambès est située en fait dans la commune de Bayon-sur-Gironde.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le réseau Transports Bordeaux Métropole (TBM) dessert la commune à travers les lignes de bus 91, 92 et 93. En soirée, la commune est desservie par le Flexo 50.

Le réseau TransGironde ne dessert pas la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 902 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Gervais », sur la commune de Saint-Gervais, mise en service en 1995[8] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,7 °C et la hauteur de précipitations de 784,8 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 21 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[12], à 13,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

La Dordogne est un site du réseau Natura 2000 limité aux départements de la Dordogne et de la Gironde, et qui concerne les 104 communes riveraines de la Dordogne, dont Ambès[15],[16]. Seize espèces animales et une espèce végétale inscrites à l'annexe II de la directive 92/43/CEE de l'Union européenne y ont été répertoriées[17].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Hormis pour la partie riveraine de la Dordogne en aval du lieu-dit Troubadis, Ambès fait partie des 102 communes concernées par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II, La Dordogne[18],[19], dans laquelle ont été répertoriées huit espèces animales déterminantes et cinquante-sept espèces végétales déterminantes, ainsi que quarante-trois autres espèces animales et trente-neuf autres espèces végétales[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ambès est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[21],[22],[23]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ambès, une unité urbaine monocommunale[24] de 3 070 habitants en 2018, constituant une ville isolée[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[27],[28].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (41,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (44,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : eaux continentales[Note 6] (34,6 %), prairies (18,7 %), terres arables (13,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (8,1 %), forêts (5,3 %), zones urbanisées (4,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2 %), zones humides intérieures (1,1 %), cultures permanentes (0,8 %)[29].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Autrefois orthographié Ambez le nom de la commune pourrait dater de l’occupation romaine, ambo signifiant « deux » (comme dans ambidextre), et ez « estuaire », l'ensemble faisant référence à la Gironde et aux deux cours d'eau de la Garonne et de la Dordogne[30].

En gascon, le nom de la commune est Ambés (accent aigu).

Histoire[modifier | modifier le code]

La notoriété de la commune est essentiellement due aujourd'hui aux raffineries de pétrole installées sur son territoire. Par le passé, le nom d'Ambès fut connu lorsque le département de la Gironde fut débaptisé, entre 1793 et 1795, en Bec-d'Ambès par les conventionnels montagnards pour faire « oublier » les Girondins. Avant 1793, le territoire d'Ambès est composé des paroisses de Notre-Dame d'Ambès et de Saint-Jacques-du-Bec. La paroisse de Notre-Dame d'Ambès et celle de Saint-Jacques sont réunies en 1793. Le port pétrolier annexe de celui de Bordeaux fut créé vers 1930.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune d'Ambès fait partie de l'arrondissement de Bordeaux et de la quatrième circonscription de la Gironde. Rattachée au canton de Carbon-Blanc de 1808 à 1982, elle passe à cette date dans le canton de Lormont. À la suite du découpage territorial de 2014 entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015, la commune est transférée du canton de Lormont modifié au nouveau canton de la Presqu'île[31],[32]. Ambès fait également partie de la métropole de Bordeaux.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1927 septembre 1943 Gustave Couaillac   Médecin
octobre 1943 mai 1953 Ernest Bonnet    
mai 1953 mars 1971 Max Decout    
mars 1971 mars 1983 Jean Raymond Frappier    
mars 1983 mars 2014 Maurice Pierre PS Président du SPIPA[33] (2004-)
mars 2014 En cours Kévin Subrenat[34] DVD[35] Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

  • Mairie
  • Pôle Enfance Jeunesse (crèche, garderie, centre de loisirs maternel, primaire et ado, centre Georges-Brassens)
  • La Poste / La Banque postale
  • Centre médico-social

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué deux fleurs à la commune[36].

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Ambésiens[37].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[39].

En 2018, la commune comptait 3 070 habitants[Note 7], en diminution de 4,33 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8607347417477927959191 0261 059
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0641 1071 0351 0951 1371 3351 3211 4101 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4871 4081 2331 0729851 4311 2271 1901 341
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 0462 2432 5452 7152 5672 8242 9102 8683 143
2018 - - - - - - - -
3 070--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Terminal maritime d'Ambès.

À Ambès sont établies trois raffineries de pétrole reliées au dépôt de carburant de 70 000 m3 situé à la pointe de la presqu'île, une ancienne centrale thermique EDF et l'une des trois usines permettant en France la fabrication de noir de carbone. Ambès dispose au Bec d'Ambès d'une grande zone industrielle pouvant recevoir des industries lourdes. Elle est desservie par une voie rapide, la route départementale D 113, dite voie rapide Bassens-Ambès qui mène, vers le sud, à Bassens et reliée à l'autoroute A10 accès no 41, dit d'Ambès-Saint-Vincent-de-Paul-ZI Bassens-zone portuaire, à 5,5 km ; elle peut l'être également par voie maritime et ferroviaire. Cette zone fait partie du port autonome de Bordeaux.

Petites et moyennes entreprises[modifier | modifier le code]

  • Decout l'Estuaire (transports scolaire et tourisme / garage)
  • Broderie de Lomagne Broderies (impressions sur textile)
  • Atlantika (fabrication d'abris de piscines)
  • GD Industries (fabrication de cuves inox)

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Restaurants, cafés, supérette (alimentation générale), tabac presse, boulangeries
  • Esthéticiennes, salons de coiffure, pharmacie, cabinets médicaux, avocat

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-d'Ambès.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Château de Sainte-Barbe, du XVIIIe siècle, témoin d'un riche passé agricole et vinicole ; il est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1996[42].
  • Château du Burck, de la fin du XVIIIe siècle, par l'architecte bordelais Jean-Baptiste Dufart.
  • Site naturel et parc de loisirs « Cantefrêne » (jeux pour enfants, mini-golf, table de pique-nique).
  • City stade rue Lamande créé par le conseil municipal des jeunes d'Ambès sous la direction de Lucas Silva, de son adjoint Antoine Vignaud et du reste du conseil municipal des jeunes en 2001.
  • Belvédère du Grillon au bord de la Dordogne : point de vue sur Bourg et espace de pique-nique avec tables et bancs.
  • Le Lumen, cinéma d'architecture moderniste des années 1950
  • Une station-service des années 1950 symbolique de l'architecture routière de l’après-guerre
  • Une ancienne cité ouvrière composée de maison mitoyennes de style année 1950
  • De nombreuses maisons d'architecture moderniste

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

La médiathèque-bibliothèque François-Mitterrand s'est agrandie tout en enrichissant ses services. En plus des livres, revues, BD à disposition, elle propose désormais des DVD et une salle multimédia avec un animateur. Elle est ouverte au public du mardi au samedi. Ce bâtiment est l'ancien groupe scolaire. Sculpté dans la pierre, on peut encore voir le signe du compas et de l'équerre. Avec une acoustique de haute qualité, l'Espace des 2-Rives, salle de spectacles vouée à la culture et aux grandes soirées avec des artistes de renom, tels que Manu Dibango, Michael Jones, s'impose au fil du temps, comme un lieu de choix pour les compagnies et artistes.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le carnaval d'Ambès se déroule chaque année à la fin du mois de mars.
  • La fête locale a lieu le premier week-end de mai. À côté d'une fête foraine, se déroulent diverses activités et jeux pour enfants avec, entre autres, course cycliste, spectacles, bodegas, bal populaire, la traditionnelle foire de la presqu'île et, en clôture des festivités, le feu d'artifice.
  • La « Fête de l'eau » se déroule au mois de juin à la halte nautique. Cette journée commence par une messe en plein air, à laquelle fait suite le repas de la fête (traditionnellement « aloses sur le gril »). Suivent des activités : jet ski, balade en bateau, animation pour les enfants (barbe à papa, structure gonflable).
  • Fête de Cantefrêne.
  • Festival d'Ambès « Les Odyssées »
Chaque année, fin août, au parc Cantefrène, se déroule durant deux jours un grand spectacle gratuit. Ce spectacle s'adresse à tous les publics et se veut un moment de rencontres. Durant ces soirées d'août, le parc de Cantefrêne s'illumine et devient terre de culture, d'échange et de convivialité. Le Festival d'Ambès est le grand événement de la rive droite. Il s'agit d'un événement culturel important en terre girondine, puisque le festival est inscrit dans la programmation des Scènes d'été en Gironde et d'Aquitaine en scène.
  • 2004 : Spectacle « Ulysse ou le poisson rouge » de Brigitte Gomez par le « Théâtre en miette » : 1 900 spectateurs.
    • 2005 : Spectacle « Le Concert de feu » par les « Commandos Percu », les 19 et  : 4 000 spectateurs.
    • 2006 : Spectacle « Le Kiosque à pétales », les 19 et , créé par « Ilotopie » et les spectacles « The Spheres », le , et « The Field », le , par la compagnie « Strange Fruit » : 4 500 spectateurs.
    • 2007 : Spectacle « Tombés du Ciel » de Circo Da Madruga, les 17 et  : 7 000 spectateurs.
    • 2008 : Spectacle « Ningen » par le Cirque Baroque, les 22 et , gratuit sur le thème du Japon : 3 600 spectateurs.
    • 2009 : Spectacle « Très Méchant » (spectacle musical et pyrotechnique) par la compagnie Les Commandos Percus, les 21 et  : 5 500 spectateurs.
Maison d'architecture moderniste des années 1950
    • 2010 : Les vendredi 20 et samedi , Le Festival ouvre ses portes à 18 heures et propose, comme chaque année, des stands de restauration, puis, durant la soirée, différentes animations et spectacles, « Le Mur » de la compagnie « 1 WATT », « À suivre » de la compagnie « PL.EL », « D'occasion » de la compagnie « PI.EL » et, à 22 h 30, la compagnie « Les Passagers » propose leur spectacle « Recife, au soleil du fleuve » : 4 400 spectateurs.
    • 2011 : Pour cette 8e édition, Les Odyssées accueillent la compagnie Trans Express et ses spectacles « Maudits sonnants », « La Ch'tite Mère », « Les Tambours », les 19 et et accueillent 5 500 spectateurs.
    • 2012 : Spectacle « Helios III » de la «Compagnie Malabar », les 17 et  : 7 000 spectateurs (3 000 le vendredi et 4 000 le samedi).
    • 2013 : Le Festival « Les Odyssées » fête ses 10 ans.
  • Chaque année, à l'« Espace des 2-Rives », vers le mois de juin, le club de danse Marius Petipa organise un gala de danse avec tous les danseurs qui ont travaillé toute l'année.
  • Dans le spectacle show musical de l'association « La Clef des chants », les artistes revisitent les tubes d'hier et d'aujourd'hui et proposent de passer un bon moment de détente.
  • L'association « Paroles & Musiques » embellit les fêtes de Noël avec son concert festif chaque année dans l'église Notre-Dame. Plusieurs manifestations sont animées tout au long de l'année par le grand orchestre d'harmonie ambésien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes d'Ambès se blasonnent ainsi :

De sinople au bœuf brochant sur un pylône haute tension brochant lui-même sur un réservoir de pétrole, le tout d'or, mantelé d'azur aux quatre fasces ondées d'argent et au navire d'or brochant ; au chevronnel d'argent brochant sur la partition.

Devise : comme nos fleuves, unis pour être forts


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ambès sur Géoportail, consulté le 19 avril 2015.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Saint-Gervais - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Ambès et Saint-Gervais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Saint-Gervais - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Ambès et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. - FR7200660 - La Dordogne, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  16. Carte du site « la Dordogne », INPN, consulté le . Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  17. Espèces, INPN, consulté le .
  18. [PDF] - La Dordogne (Identifiant national 720020014), GEREA, INPN, SPN-MNHN, Paris, consulté le .
  19. Carte de la ZNIEFF « la Dordogne », INPN, consulté le . Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à droite sur la fenêtre « Couches disponibles », barrer d'abord la couche « Orthophotos » avant de cliquer sur « Fonds de cartes », puis sur la couche « Fonds Cartographique IGN ».
  20. Espèces, INPN, consulté le .
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Unité urbaine 2020 d'Ambès », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  25. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  26. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  30. Ambès sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 19 septembre 2014.
  31. Décret no 2014-192 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde sur le site de Légifrance
  32. Carte des cantons et communes de la Gironde avant et après le redécoupage de 2014 sur le site du conseil départemental de la Gironde
  33. SPIPA : Syndicat mixte de protection contre les inondations de la presqu'île d'Ambès.
  34. Ambès : Kevin Subrenat a été élu maire ce samedi, Sud Ouest.fr du 29 mars 2014.
  35. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 pour Ambès.
  36. Site des villes et villages fleuris, consulté le 29 janvier 2021.
  37. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 19 novembre 2011.
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. « Notice MH du château de Sainte-Barbe », notice no PA33000001, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 18 juillet 2014.