Alexandre de Ségur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ségur (homonymie).
Alexandre de Ségur
Biographie
Naissance
Décès
Autres informations
Membre de

Alexandre de Ségur, né en 1718 et mort en 1773, est un chevalier, seigneur de Francs et de Bègles et de Pauillac dans le Puynormand en Guyenne, conseiller du roi et prévôt de Paris de 1755 à 1766[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre de Ségur est un descendant de la lignée des Seigneurs de Frans depuis Bernard de Ségur au XIIe siècle, seigneur du château de Francs.

Le 19 juillet 1737, il est nommé conseiller au Parlement de Bordeaux.

En 1743, il succède à son père, Pierre de Ségur, en tant que président à mortier du parlement de Bordeaux.

En 1752, il épouse Thérèse-Élisabeth-Eugénie de Ségur, fille aînée de son cousin germain Nicolas de Ségur. Elle mourra à Bordeaux le 28 octobre 1759 le laissant veuf avec deux enfants, une fille et un garçon qui deviendra mousquetaire du roi et capitaine de dragons[2].

En 1753, il devient membre de l'Académie de Bordeaux.

En 1754, devenu conseiller du roi, il est nommé vicomte de Paris.

En 1755, il est nommé prévôt au Grand Châtelet de Paris en remplacement de Louis Alexandre Catherine Duport. Il assumera cette charge de police et de justice jusqu'en 1766, date à laquelle il sera remplacé par le dernier prévôt de Paris Anne Gabriel de Boulainvilliers qui verra cette fonction supprimée par la Révolution française en 1792.

Sous son mandat de prévôt, il assumera l'aménagement de la place Louis XV (place de la Concorde) de l'édification de l'église Sainte-Geneviève (Panthéon de Paris) et du nouveau tracé des remparts parisiens (boulevards Raspail, Saint-Jacques, et Auguste Blanqui)[3].

En 1766, il laisse la fonction de prévôt pour devenir conservateur des privilèges royaux des universités de France.

Notes et références[modifier | modifier le code]