Vignoble du Blayais et du Bourgeais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blayais et Bourgeais
Image illustrative de l'article Vignoble du Blayais et du Bourgeais
Carte du vignoble de Bordeaux (cliquer pour agrandir).

Désignation(s) Blayais et Bourgeais
Appellation(s) principale(s) blaye, côtes-de-blaye, blaye-côtes-de-bordeaux et côtes-de-bourg
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de Bordeaux
Sous-région(s) Blayais et du Bourgeais
Localisation Gironde
Climat océanique
Cépages dominants merlot N, cabernet sauvignon N, cabernet franc N, sémillon B, sauvignon B et muscadelle B[1]
Vins produits rouges et blancs
Rendement moyen à l'hectare maximum variant selon les appellations

Le vignoble de Blaye et de Bourg, appelé aussi vignoble du Blayais et du Bourgeais, est une région du vignoble de Bordeaux bordant la rive droite de la Gironde et s'étendant sur 5 000 hectares autour des villes de Blaye et de Bourg.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Blayais est avant tout calcaire. Autour de Blaye c'est la formation dite « calcaire de Blaye » (chargée en Miliolidae et Échinodermes) datant de l'Éocène moyen (peut-être le Lutétien) qui affleure, rapidement recouvert plus à l'est par le « calcaire de Plassac » (Éocène supérieur d'origine lacustre) sur les reliefs et des colluvions argileux wurmien et holocène sur les versants et les fonds. L'arrière-pays encore plus à l'est a des reliefs de « calcaire de Saint-Estèphe » gréseux à débris de fossiles (Échinodermes, bivalves, gastéropodes et Miliolidae ; de l'Éocène) avec des vallons remplis de colluvions sableux quaternaires.

Le Bourgeais est un peu différent, avec sur le relief au-dessus de Bourg des lambeaux de calcaire à Astéries (des étoiles de mer) datant de l'Oligocène (Rupélien) appelé « calcaire de Bourg » localement, d'origine récifale (présence de polypiers, d'algues mélobésiées, de mollusques et de crabes Carpiliidae) avec des niveaux inférieurs marneux. Le coteau bordant la Dordogne (de Gauriac à Bourg) est couvert de limon ocre-jaune d'origine éolien dit « limon du Bourgeais », tandis que l'arrière-pays est lui couvert des sables et graviers dit « de Pugnac » datant de l'Éocène moyen et supérieur[2],[3].

Appellations[modifier | modifier le code]

Le vignoble regroupe trois AOC et une dénomination :

Vins[modifier | modifier le code]

Les vins rouges sont puissants et fruités. Ils accompagnent bien les viandes rouges ou les fromages, tels que :

  • civet, petit gibier
  • agneau (navarin, gigot)
  • bœuf (rôti, entrecôte, côte)
  • canard
  • chèvre sec
  • brebis

Les vins blancs sont secs et aromatiques. Exemples d'accompagnement pour des premières-côtes-de-Blaye :

  • fruits de mer
  • poêlée de Saint-Jacques
  • poisson en sauce
  • tourte au saumon

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  2. [PDF] M. P. Mouline, Notice explicative de la feuille au 1/50000 de Blaye et Sainte-Lucie, Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, coll. « Carte géologique de la France »,‎ , 49 p. (lire en ligne).
  3. « Carte géologique centrée sur Blaye », sur http://www.geoportail.gouv.fr/.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Enjalbert et Bernard Enjalbert, L'histoire de la vigne et du vin : Avec une nouvelle hiérarchie des terroirs du Bordelais et une sélection de 100 grands crus, Paris, Éd. Bordas-Bardi, 1987 (ISBN 2-04-012932-4).
  • Christophe Meynard (préf. Michel Figeac), Les châteaux du Bordelais, Saint-Avertin, éditions Sutton, 2014, 128 p. (ISBN 978-2-8138-0788-5).
  • Philippe Roudié, Vignobles et vignerons du Bordelais : 1850-1980, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, « Grappes et millésimes », 1988 (1994), 436 p.  (ISBN 2-86781-152-X).