Île sans nom (plateau de Cordouan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Île sans nom.

Non nommée
L'île en 2012, à marée haute
L'île en 2012, à marée haute
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Aucun
Localisation Golfe de Gascogne (océan Atlantique)
Coordonnées 45° 36′ 06″ N, 1° 09′ 03″ O
Superficie 0,02 km2
Point culminant non nommé (4 m)
Géologie Banc de sable
Administration
Statut Domaine public maritime

Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Commune Le Verdon-sur-Mer
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte
Fuseau horaire UTC+1

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Non nommée
Non nommée
Îles en France

L'île sans nom est une île française sans toponyme observée pour la première fois en . Elle est située sur le plateau de Cordouan, non loin du phare de Cordouan, à l'entrée de l'estuaire de la Gironde. Il s'agit d'un banc de sable sur lequel s'est installée une maigre végétation. Elle appartient au domaine public maritime, bien qu'aucun acte juridique le confirmant n'ait encore été accompli[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

L'île est située dans le golfe de Gascogne, à l'entrée de l'estuaire de la Gironde, sur le plateau de Cordouan. Elle est proche d'autres bancs de sable qui entourent le phare de Cordouan situé au sud-ouest. Saint-Palais-sur-Mer, en Charente-Maritime, se trouve à 2,7 kilomètres du phare de Cordouan, Royan à une dizaine de kilomètres et la pointe de Grave en Gironde à environ sept kilomètres[2]. Elle fait partie de la commune du Verdon-sur-Mer, dans le département de la Gironde et la région Nouvelle-Aquitaine[3].

Relief[modifier | modifier le code]

L'île repose sur une zone de hauts fonds sablonneux qui s'étendent face à l'entrée de l'estuaire de la Gironde, dans le golfe de Gascogne. L'île, elle-même composée de sable, auquel s'ajoutent d'autres sédiments[4], mesure quatre hectares à marée basse en [5], et culmine à quatre mètres d'altitude au maximum[2]. Même au plus fort des grandes marées, une partie de l'île n'est pas submergée.

Un espace très fragile[modifier | modifier le code]

Lors de sa surrection soudaine en mars 2009 à la suite de la tempête Klaus de janvier[6], la superficie de cette « île sans nom » était évaluée à quatre hectares. Cette île fragile, vulnérable aux assauts de l'océan, a subi plusieurs submersions lors de marées à fort coefficient, dont celle de novembre 2009 où elle s'est retrouvée totalement dépouillée de sa végétation[7].

Depuis le passage de la tempête Xynthia, dans la nuit du 28 février 2010, la moitié de cet îlot sans nom a été grignotée par l'océan. Il ne reste plus que deux hectares de l'« îlot de Cordouan » qui s'apparente bien plus à un banc de sable dont les remaniements fréquents font l'objet de diverses chroniques locales[8].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Une végétation s'est installée sur la partie de l'île non immergée lors des plus hautes marées. Un embryon d'écosystème de dune semble s'y développer, composé principalement de roquettes de mer, de chiendent des sables et d'oyat[9],[2].

La faune compte plusieurs dizaines d'espèces et notamment des crustacés, des étoiles de mer, des punaises, des coléoptères et des fourmis. Plusieurs espèces d'oiseaux sont présentes sur l'île, notamment des Goélands, ou l'Huîtrier pie[10],[9]. Des espèces[Lesquelles ?] rares viennent par ailleurs y nidifier[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le banc de sable en 2006, vu depuis le sommet du phare de Cordouan à marée basse

Un banc de sable s'est d'abord progressivement constitué et élevé aux alentours du phare de Cordouan vers le milieu des années 2000, dans une zone réputée pour ses fonds mouvants[11]. Un courant marin fortement chargé en sable longe en effet la côte atlantique du Nord au Sud, et, en subissant un important ralentissement au passage de l'Estuaire, peut déposer de très importantes quantités de sable dans cette zone[12].

En outre, le passage de la tempête Martin en Charente-Maritime en , puis celui de la tempête Klaus, en , dans le Sud-Ouest de la France pourraient ne pas être étrangers au phénomène[2]. De la végétation sur ce banc de sable a été observée pour la première fois au mois de [5], ce qui confirme qu'il n'est plus recouvert par la mer, même en cas de très fortes marées : il s'agit dès lors d'une île.

L'ile de Cordouan en septembre 2010, vue depuis le sommet du phare de Cordouan à marée basse

Les matériaux qui la composent proviendraient de l'érosion du littoral méridional de l'île d'Oléron et de la Côte sauvage de la presqu'île d'Arvert, situés au nord de l'île, et seraient venus s'accumuler sur les hauts fonds proches du phare de Cordouan[2]. Son maintien est toutefois difficile à prévoir à plus long terme, le phénomène étant encore trop récent. Il existe toutefois au moins un exemple similaire, celui de l'île Nouvelle, apparue au XVIIIe siècle dans l'estuaire de la Gironde et qui existe toujours.

Au mois de février 2010, le passage de la tempête Xynthia aurait fait perdre à l'île la moitié de sa superficie et une bonne partie de sa richesse écologique[9],[3]. Deux éditions de la Cordouan Island Party, une rave party, ont été organisées sur l'île en 2009 et fin juin 2010[9],[3]. L'affluence représentée par les quelques dizaines de participants de ces éditions musicales fait craindre une dégradation de son écosystème[3].

L'île accueille depuis lors de nombreux évènements organisés avec l'aide des municipalités voisines. L'île a ainsi servi de décor pour un film d'aventure intitulé "L'île mystérieuse" et réalisé par les plasticiens Lény Bernay, Clémentine Coupau et Iris Godbille[13]. Mais aussi, de site d'atterrissage pour des parachutistes. Le 20 juillet 2012, une première messe y est célébrée par le père Pascal Grégoire Delage, curé de Royan[14]. Deux jours plus tard, le 22 juillet, a lieu un concert d'Annick Massis avec un orchestre de chambre, organisé dans le cadre du festival Un violon sur le sable[15].

Statut juridique[modifier | modifier le code]

Le droit français prévoyant le cas de la formation d'une île dans les eaux territoriales françaises au moins depuis la loi du 28 novembre 1963, l'île fait de facto partie du domaine public maritime[1],[16]. Elle a été rattachée à la commune du Verdon-sur-Mer, dans le département de la Gironde de la région Nouvelle-Aquitaine[3].

L'absence de toponyme s'explique par son apparition relativement récente et le manque d'utilité pratique de la dénomination d'une terre sans usage. La population et les médias locaux parlent de « l'île sans nom », de « l'île de Cordouan » ou de « l'île mystérieuse »[9],[3].

Le cas de cette île située près des côtes françaises est différent de celui de l’île Julia, une île volcanique qui émergea au sud de la Sicile en 1831 ; l’île Julia fut revendiquée par la France avant de disparaître assez rapidement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article L2111-4, 3° b du code général de la propriété des personnes publiques
  2. a, b, c, d et e Philippe Baroux, « Cordouan : une île surgie des eaux de l'estuaire de la Gironde », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f et g Philippe Belhache, « Cordouan, l'île branchée », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  4. « Une nouvelle île découverte dans l'estuaire de la Gironde », sur Maxisciences,
  5. a et b Pauline Fréour, « Une île surgit dans l'estuaire de la Gironde », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  6. La Dépêche du Midi, « En Gironde, la tempête Klaus a fait surgir une île », article du 16 octobre 2009 (consulté le 5 août 2012)
  7. Article de la presse régionale Sud-Ouest daté du 16 novembre 2009
  8. Article de la presse régionale Sud-Ouest en date du 1er avril 2011
  9. a, b, c, d et e Benoist Simmat, « Accostez sur « l’île mystérieuse » », Le Journal du dimanche, no 3315,‎
  10. Jean-Claude Guillien, « Naissance d'une ile », Journal des propriétaires de la Côte de Beauté,‎ (lire en ligne)
  11. Cartes marines 7425 et 7426 éditées par le SHOM
  12. Royan - l’Océan Atlantique en furie ! Contre vents et marées, Dominique Colonge, 6 mars 2010, ZigZag Francophonie.
  13. http://www.sudouest.fr/2011/06/07/naufrage-volontaire-419430-736.php
  14. « Messe sur l'île mystérieuse au large de Cordouan », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  15. Voir le programme du concert sur le site du festival Un violon sur le sable
  16. La délimitation du domaine public maritime, 8 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]