Benoît Simian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simian.

Benoît Simian
Fonctions
Député de la 5e circonscription de la Gironde
En fonction depuis le
(2 ans et 24 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LaREM
Prédécesseur Pascale Got
Maire de Ludon-Médoc

(3 ans et 5 mois)
Élection 23 mars 2014
Prédécesseur Joseph Forter
Successeur Philippe Ducamp
Biographie
Date de naissance (36 ans)
Nationalité Nationalité française
Parti politique Parti socialiste (2006-2017)
LaREM (2017-2019)
Mouvement radical, social et libéral (depuis 2019)
Diplômé de Université Bordeaux-IV
Profession Cadre en ressources humaines
Site web http://benoitsimian.fr/

Benoît Simian, né le à Bordeaux, est un homme politique français.

Membre successif du Parti socialiste, de La République en marche et du Mouvement radical, social et libéral, il est maire de Ludon-Médoc de 2014 à 2017, puis élu député en 2017 dans la 5e circonscription de la Gironde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Benoit Simian a grandi dans le Médoc. Son père est apiculteur, et sa mère est hospitalière au CHU de Bordeaux.

Titulaire d'une maîtrise de droit, il devient cadre en ressources humaines à la SNCF (après y avoir été agent de maîtrise[1]), et chargé d’enseignement en transport ferroviaire à l’IUT de Bordeaux.

Élu à Ludon-Médoc et cadre local du PS[modifier | modifier le code]

Adjoint au maire de Ludon-Médoc depuis 2008, puis maire socialiste de Ludon-Médoc de 2014 à 2017, il apporte son soutien à Emmanuel Macron en janvier 2017, peu avant le premier tour de la primaire organisée par le PS[2]. France Bleu relève alors que sa décision est remarquée car il « avait également des fonctions au sein de la fédération départementale socialiste »[3].

Député de la 5e circonscription[modifier | modifier le code]

Élection et rattachement partisan[modifier | modifier le code]

Le 18 juin 2017, il est élu député de la 5e circonscription de la Gironde (Médoc), avec 50,46 %, devançant Pascale Got, sortante[4]. Il quitte alors ses fonctions de maire de Ludon-Médoc, comme l'y oblige la loi sur le cumul des mandats, mais reste conseiller municipal[5].

Il annonce rejoindre le Mouvement radical, social et libéral le 12 juillet 2019[6].

Transports[modifier | modifier le code]

Disposant d’une expertise dans le domaine des transports ferroviaires, il est investi sur ces sujets, à la commission des finances de l’Assemblée en tant que rapporteur spécial du programme « infrastructures et services de transports ». 

Il est également membre de la commission des affaires européennes.

Dans le cadre des assises de la mobilité, il est désigné par le Premier ministre Édouard Philippe au conseil d'orientation des infrastructures afin de prioriser les grands projets d'infrastructures et de réfléchir à de nouvelles pistes de financement. Les travaux et recommandations du conseil serviront de base à la loi d’orientation sur les mobilités avec la volonté de réaliser un texte « historique », à l’image de la loi d’orientation des transports intérieurs de 1982[7].

Il demande que la limitation de vitesse à 80 km/h décidée par le gouvernement s’applique uniquement aux routes sans marquage au sol[8].

En avril 2018, il fait part de son souhait que « le Médoc soit le laboratoire du train à hydrogène »[9]. Il avance l'idée d'un train à hydrogène sur la ligne TER Bordeaux-Le Verdon[10].

Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot et la ministre des Transports Élisabeth Borne ont présenté le 2 juin 2018 devant les principaux acteurs de la filière leur plan de déploiement de l’hydrogène. Benoît Simian a été alors désigné en mission ministérielle sur le train à hydrogène afin de réaliser l’objectif d’homologuer le premier train à hydrogène français d’ici la fin du quinquennat (2022) du président Emmanuel Macron[11],[12]. Selon son rapport remis en novembre 2018, cet objectif est tenable[13].

En 2017 en tant que rapporteur du budget infrastructures et services de transport il demande que l’excédent de la taxe Chirac sur les billets d’avions qui abonde le fond UNITED finance la recherche contre les cancers pédiatriques, sur le modèle du plan annoncé par Barack Obama avec le Gabriella Miller Kids First Research Act. Le gouvernement s’oppose à son dispositif[14] et, en 2018, il obtient 7 millions de fonds dédié à la recherche en oncologie pédiatrique.

Benoit Simian est aussi co-président de l'association Avenir transport, qui avait été créée par Dominique Bussereau[15].

Ruralité et viticulture[modifier | modifier le code]

En plus des sujets nationaux, il souhaite inscrire son action dans la défense de la spécificité du territoire médocain en intervenant notamment sur les thématiques du tourisme, du littoral, du désenclavement territorial, ou encore de la préservation du patrimoine viticole. Il est conseiller au Pays Médoc[réf. nécessaire].

En septembre 2018, il est à l'initiative de la création du « Cercle girondin LREM », qui réunit une vingtaine de députés LREM élus en milieu rural et vise à répondre à la critique du « manque d’ancrage local de la majorité »[16].

Dans la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable il souhaite introduire un dispositif d’incitation fiscale pour encourager les viticulteurs à sortir de la chimie en mettant fin à l’exonération fiscale de contribution économique territoriale (ex-taxe professionnelle), le gouvernement refuse sa proposition et lui propose de la réexaminer dans le projet de loi de finances, ce qui sera fait de nouveau refusé alors que la mesure est tournée vers une vision incitative de l’écologie[11].

En décembre 2018, Benoit Simian fait voter un dispositif dans le projet de loi de finances contre l’avis du gouvernement et obtient l’indemnisation des habitants victimes de l'érosion du trait de côte pour le célèbre immeuble du Signal à Soulac-sur-Mer[17].

En janvier 2019, Benoit Simian est à l'initiative d'une réflexion sur la fonction du député-maire en zone rurale[18]. Selon ses préconisations, le cumul des mandats de député et maire serait à nouveau possible, uniquement dans les communes de moins de 10 000 habitants, sans cumul des indemnités de mandat[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Sophie Lechevallier, « Députés, cheminots… et marcheurs », Paris Match, semaine du 12 au 18 avril 2018, p. 24
  2. « Gironde : le maire PS de Ludon-Médoc rejoint Emmanuel Macron », sur francebleu.fr, (consulté le 7 novembre 2017)
  3. Yves Maugue, « Législatives en Gironde : qui est Benoît Simian, le nouveau député REM du Médoc » (consulté le 13 juillet 2019).
  4. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  5. https://www.sudouest.fr/2018/08/20/gironde-dix-demissions-d-elus-a-ludon-commune-du-depute-simian-5322662-2977.php
  6. « Communiqué du Mouvement Radical »
  7. « Assises nationales de la mobilité : installation du Conseil d'orientation des infrastructures », sur Assises Nationales de la mobilité - Plateforme participative, (consulté le 5 février 2019)
  8. https://www.20minutes.fr/politique/2273443-20180518-limitation-80-kmh-laissons-departements-communes-faire-cas-cas
  9. Mickaël Bosredon, « Gironde: Benoit Simian veut que «le Médoc devienne le laboratoire du train à hydrogène» », sur 20minutes.fr,
  10. Florence Jaillet, « Un train à hydrogène sur la ligne TER Bordeaux-Le Verdon », sur witfm.fr,
  11. a et b « Assemblée nationale ~ Compte rendu de réunion de la commission des finances, de l'économie générale et du plan », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 5 février 2019)
  12. « Hydrogène : Nicolas Hulot lance un plan doté de 100 millions d'euros », sur actu-environnement.com, (consulté le 29 novembre 2018)
  13. « Rapport Simian : les bases pour un écosystème du train à hydrogène », (rapport 26 p. plus annexes 85 p.), sur hydrogentoday.info, (consulté le 29 novembre 2018)
  14. « Assemblée nationale ~ PLF pour 2018 (no 235) - Amendement no 1157 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 5 février 2019)
  15. http://www.avenir-transports.org/avenirtransports/index.php/fr/
  16. Nathalie Segaunes, « Un « cercle girondin » au sein de la macronie », sur lopinion.fr, (consulté le 26 septembre 2018).
  17. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/medoc/signal-soulac-assemblee-vote-enveloppe-7-millions-indemniser-ses-habitants-1594887.html
  18. « Un député LRM propose de rétablir le cumul des mandats », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2019).
  19. Barthélémy Philippe, « Cumul des mandats : l’idée astucieuse d’un député pour rendre son rétablissement acceptable », sur Capital.fr, (consulté le 5 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]