Barzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barzan.
Barzan
Le village de Barzanvu des vignobles environnants.
Le village de Barzan
vu des vignobles environnants.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saintonge Estuaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération Royan Atlantique
Maire
Mandat
Robert Maigre
2014-2020
Code postal 17120
Code commune 17034
Démographie
Gentilé Barzanais
Population
municipale
472 hab. (2014 en augmentation de 4,89 % par rapport à 2009)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 36″ nord, 0° 51′ 17″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 47 m
Superficie 8,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Barzan

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Barzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barzan

Barzan est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Barzanais et les Barzanaises[1].

La commune abrite le site gallo-romain de Barzan, site archéologique majeur, faisant l'objet de fouilles structurées depuis 1994. Les photographies aériennes et les premières fouilles archéologiques ont révélé la présence d'une ville portuaire gallo-romaine de grande importance (temple gallo-romain monumental, thermes, forum, théâtre...). D'autres vestiges font l'objet de fouilles annuelles.

Il semble presque certain que cette ville gallo-romaine soit la Novioregum indiquée dans l'itinéraire d'Antonin[2]. Cette ville pourrait également être le Portus Santonum (port des Santons) décrit par Ptolémée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Paysage vallonné autour de Barzan.

La commune de Barzan se situe dans le Sud-Ouest du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi atlantique[3], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Cette petite commune agricole est traversée par deux axes principaux : le plus important est la D 145, plus connue sous le nom de route verte. Il s'agit d'un itinéraire touristique reliant Royan à Bordeaux, en longeant l'estuaire de la Gironde. La D 114 coupe également la commune du nord au sud, reliant les bourgs de Barzan et d'Arces[4].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune est composée du village de Barzan et de son pendant Barzan-plage, qui est un petit complexe balnéaire réalisé au cours de la décennie 1960-1970. Deux hameaux d'une certaine importance sont situés sur le territoire de la commune : le principal est le port des Monards, traversé par le chenal de Moque-souris. Ce port est une ancienne station de pilotage qui abrite aujourd'hui encore de nombreuses embarcations de pêche traditionnelle. Le second, appelé Les Maisons-Neuves, est situé au nord-ouest de la commune, et marque la frontière avec la commune voisine d'Arces-sur-Gironde. Plusieurs lieux-dits, tels Chez Garnier ou Chez Grenon, se sont constitués autour d'anciennes exploitations agricoles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Barzan
Talmont Arces
Barzan Épargnes
estuaire de la Gironde Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du territoire communal.

Le village s'est développé au cœur d'une région de collines calcaires dominant l'estuaire de la Gironde. Le littoral, qui s'étend depuis la baie de Chant-Dorat, à l'ouest de la commune, jusqu'au chenal des Monards, au sud, est formé pour l'essentiel d'une alternance d'estrans vaseux et de falaises calcaires relativement érodées, lesquelles sont qualifiées de mortes dans la partie méridionale de la commune. Ce terme s'explique par le recul progressif du rivage et un envasement partiel de l'estuaire à cet endroit, qui laisse les falaises, autrefois battues par les flots, à plusieurs centaines de mètres des eaux de l'estuaire, au milieu de zones marécageuses. Ce type de paysage, que l'on retrouve surtout non loin de Mortagne-sur-Gironde, marque le début de ce que l'on appelle parfois la Camargue charentaise[5]. Au nord-ouest de la commune, la falaise du Caillaud marque la limite avec la commune de Talmont-sur-Gironde.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune, peu boisée, compte néanmoins une forêt, tapissant le vallon de la Font-Vieille.

Les paysages sont fortement marqués par la culture des céréales, - spécialement blé et maïs - ainsi que par la viticulture : les vignes qui s'étendent sur les coteaux servent notamment à la production de cognac[6] (la commune est classée parmi les « Bons bois »[7]) ainsi qu'à la production de vin de pays charentais (dits du Talmonais).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune, limitée dans sa partie sud-ouest par l'estuaire de la Gironde, est traversée par plusieurs ruisseaux et chenaux, de taille et de débit très variables. Le principal est le chenal de Moque-souris, qui se jette dans la Gironde au niveau du port des Monards.

La commune est limitée à l'est par les ruisseaux le Désir et le Rambaud[6], qui s'étendent en partie sur la commune voisine d'Arces.

  • Rivière De Chauvignac

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente-Maritime.

Le climat est de type océanique aquitain : la pluviométrie est relativement élevée en automne et en hiver et les hivers sont doux. L'été reste tempéré grâce à la brise marine. Deux vents venant de l'océan, le noroît et le suroît, soufflent sur les côtes du département. L'ensoleillement de la côte charentaise est très important : avec 2250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[8].

Données générales[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Barzan[9] 2250 755 4 13 26
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Données climatiques à La Rochelle
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,8 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Température moyenne (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18 12,6 9,2 16,1
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2 250
Précipitations (mm) 82,5 66,1 57 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de La Rochelle de 1961 à 1990[10].


Tempête de décembre 1999[modifier | modifier le code]

La Charente-Maritime est le département français qui a été le plus durement touché par l'ouragan Martin du 27 décembre 1999. Les records nationaux de vents enregistrés ont été atteints avec 198 km/h sur l'île d'Oléron et 194 km/h à Royan.

Des témoins ont rapporté que pendant plusieurs jours, les eaux de la Gironde ont envahi les marais et les terres basses de Barzan, révélant le tracé ancien de la côte, dont l'emplacement probable du port gallo-romain (lotissement de Barzan-Plage, très sévèrement inondé).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Barzan proviendrait du latin Barisiacum, formé d'après l'anthroponyme gallo-romain Barisii et le suffixe gallo-roman -acum, indiquant la propriété, traduit par le suffixe latin -anum. Au Moyen Âge, le village prit le nom de Barlan, puis de Balzan. Lors de l'érection du village en commune, le nom retenu fut Barzan[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un habitat préhistorique[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du site du Fâ.

Le territoire communal a été occupé très tôt, au moins dès l'époque néolithique, ce qui est attesté par la découverte de nombreux vestiges en divers points de la commune, notamment à proximité de la colline de La Garde, un plateau surplombant l'estuaire de la Gironde. Dès 1877, Eutrope Jouan, un historien local, rapporte l'exhumation de fragments de haches polies ainsi que de pointes de flèches, découverte qui sera complétée presque un siècle plus tard, en 1970, par des restes de céramiques attribuées aux groupes des Matignons et des Peu-Richardiens[6],[12]. Des couches de cendres et des pierres de foyers retrouvées à proximité, ainsi que la présence d'une nécropole à quelques mètres du site, permettaient dès lors de prouver la présence d'un habitat à cet endroit, environ 3500 ans avant notre ère[13].

En 1975, une campagne de prospection aérienne menée par Jacques Dassié confirmera ce fait, et montrera en outre la présence de fortifications autour de ce camp, celles-ci étant principalement composées de fossés et d'entrées en chicane[14], un ingénieux dispositif exposant dangereusement les éventuels assaillants. Deux autres sites préhistoriques plus récents, datés de l'âge du bronze, ont été découverts dans la commune : l'un près du moulin du Fâ, l'autre sur le flanc nord-est de la colline de La Garde, à proximité du lieu-dit les Piloquets. Ce dernier fut découvert en 1980, lors de la plantation d'une vigne : il révéla notamment plusieurs haches en bronze datées d'environ 1800 avant notre ère, actuellement exposées au musée de Royan[14].

Une ville celte[modifier | modifier le code]

Aux alentours du VIIe siècle avant notre ère, la Saintonge est habitée par un peuple celte, les Santons. Ceux-ci installent d'abord leur capitale à Pons, puis à Saintes. Les Santons s'installent sur le site du Fâ et y bâtissent le sanctuaire principal, lequel se situe sur une hauteur dominant l'estuaire de la Gironde. Ils fondent la ville, embryon de la métropole romaine qui s'étendra sur à cet endroit quelques siècles plus tard. Des prospections aériennes récentes ont par ailleurs révélé les traces de deux autres temples celtiques, localisés sur la colline de La Garde.

Une campagne de fouilles entreprises sous la direction de Karine Robin de 1996 à 2002 a également permis de mettre au jour des céramiques gauloises et hispaniques datant du Ve siècle avant notre ère, ce qui permet d'envisager la présence d'un port de commerce dès cette époque. Le fait que la Saintonge se soit située sur l'une des routes de l'étain, commerce particulièrement actif entre les Îles Britanniques (principalement la Cornouaille) et la mer Méditerranée à cette époque, permet d'envisager le transit de cette matière première indispensable à la fabrication du bronze par le port de l'antique cité, expliquant la relative prospérité de la ville avant même l'établissement de la domination romaine.

L'âge d'or de la cité[modifier | modifier le code]

Maquette des thermes antiques.

La province des Santons est envahie par les Romains en 58 avant Jésus-Christ. C'est le début de l'âge d'or pour sa capitale, Mediolanum Santonum (Saintes), qui devient la première capitale de la province romaine d'Aquitaine. La ville de Novioregum est alors avant tout un emporium, c'est-à-dire un comptoir commercial, ce qui s'explique aisément par sa situation géographique, non loin de l'embouchure de la Gironde. Les premières constructions importantes furent probablement édifiées sous les Flaviens (de 69 à 96), comme l'attestent des restes de statues ainsi que plusieurs chapiteaux corinthiens datant de cette époque[15]. Néanmoins, la ville semble avoir connu son âge d'or vers le IIe siècle, sous le règne des Antonins. La ville se pare de monuments importants : théâtre, avenues, port et entrepôts. Les thermes sont agrandis. La ville, prospère, est signalée par l'Itinéraire d'Antonin, publié au IIIe siècle de notre ère, sous le règne de l'empereur Dioclétien. Ce véritable guide de voyage avant l'heure situe Novioregum sur l'axe routier menant de Saintes à Bordeaux via Blaye, à 15 lieues de Saintes (environ 35 kilomètres) et 12 lieues de Tamnum, une cité située probablement près de Consac (environ 29 kilomètres). La ville est abandonnée vers le IVe siècle ou le Ve siècle, sans que l'on sache véritablement pour quelles raisons. La théorie de l'envasement du port est envisagée, sans que de véritables preuves ne soient établies à l'heure actuelle. Ce phénomène fréquent dans la région, causera la perte, au XVIIe siècle, d'un autre grand port de la région : Brouage.

Un village agricole[modifier | modifier le code]

À l'aube du Moyen Âge, l'antique cité romaine devient une carrière de pierres. Des éléments décoratifs sont réemployés dans des maisons ou des églises de la région, et des fûts de colonnes romaines serviront longtemps de margelles pour les puits des villages environnants. Le village devient une modeste paroisse dépendante des châtellenies de Théon, Conteneuil ou Uzet. Une église romane est construite au XIIe siècle : mal entretenue, elle sera démolie au XIXe siècle. L'économie du village, tournée vers les cultures céréalières, explique la présence de plusieurs moulins. Au XVIIIe siècle, les activités viticoles deviendront prépondérantes, mais les ravages du phylloxera un siècle plus tard mettront un frein à cette activité, qui reste cependant toujours importante aujourd'hui.

Des ruines qui intriguent[modifier | modifier le code]

Vestiges du sudarium, l'une des salles des thermes que l'on pourrait assimiler au sauna moderne.

Longtemps, les ruines éparpillées aux alentours intriguèrent : en 1715, Claude Masse, ingénieur et géographe du Roi, responsable des provinces d'Aunis et de Saintonge, constate déjà leur présence lors d'un déplacement. À partir de 1921, de nombreuses fouilles archéologiques sont effectuées sur le site du Fâ. Entre 1921 et 1926, Léon Massiou, un érudit local auteur de plusieurs ouvrages d'histoire, effectue des fouilles sur le site du moulin du Fâ, aboutissant au classement du temple par les monuments historiques en 1937. De 1935 à 1957, Louis Basalo effectue également des fouilles, explorant un aqueduc au nord de la commune[16] et fouillant les thermes. Cependant, c'est en 1975, à la faveur d'une importante sécheresse[17], que Jacques Dassié réalise des photographies aériennes dévoilant un site bien plus important que ce qui était soupçonné jusqu'alors[18]. Sous les cultures et la végétation, ce n'est rien de moins qu'une ville de 140 hectares, comportant temples, thermes, théâtre, entrepôts, forum, habitations, avenues qui est dévoilée.

En 1994, le ministère de la Culture confie à Pierre Aupert, directeur de recherches au CNRS, les fouilles sur le sanctuaire du Fâ. Celles-ci révéleront notamment la construction de deux temples successifs, l'existence d'une vaste fosse - peut-être sacrificielle - et les repères de la construction du podium. En 1999, des sondages positifs ont été effectués par Laurence Tranoy au lieu-dit le Trésor, à l'emplacement de ce que l'on suppose avoir été le forum, au croisement du cardo maximus et du decumanus.

De 1998 à 2004, les fouilles des thermes romains, au nord du Fâ, sont conduites par Alain Bouet, maître de conférences HDR à l’université de Bordeaux et spécialiste de l'époque gallo-romaine. Celles-ci révèlent bientôt l'existence d'un des plus grands ensembles connus en Gaule à ce jour. Depuis 2005, le site des thermes est ouvert au public.

Les vestiges du théâtre gallo-romain

De 2003 à 2005, Alain Bouet participa également aux fouilles des entrepôts de stockage (les horrea) un peu au sud du sanctuaire du Fâ, révélant des magasins de grande dimension et l'importance du port antique[19]. Une campagne de fouilles menées entre 2006 et 2008 sur le sanctuaire du Fâ ont également révélé les murs du péribole montrant les deux enceintes successives, dont la seconde, monumentale, mesurait environ 106 m × 92 m.

Reprises en 2007 par Antoine Nadeau, les fouilles du théâtre, sur le site de La Garde, reprendront en 2009. Très dégradées, les ruines ont servi de carrière de pierre pendant plusieurs siècles.

Quant à la Grande Avenue révélée par les photographies aériennes de Jacques Dassié, elle est étudiée dans le cadre de fouilles actuelles, conduites sous la direction de Laurence Tranoy (université de La Rochelle) et d'Emmanuel Moizan (INRAP), qui ont pour objectif de comprendre le plan de circulation de la ville antique. Les deux archéologues expliquent leur recherche dans un reportage consacré à l'une de ces campagnes de fouille (2008)[20].

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De 1789 à 1799, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune âgés d'au moins 25 ans, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt équivalent au moins à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après les lois organiques 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus au suffrage censitaire pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855. Après 1871, les maires sont de nouveau élus, sauf dans les chefs-lieux (de départements, d'arrondissements ou de cantons).

Ce n'est que le , qu'une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est votée, et qui régit le principe de l'élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l'importance de la commune (sauf pour Paris). La loi du 5 avril 1884 fixe le mandat à quatre ans, durée portée le à six ans[21].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2005 en cours Robert Maigre DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Saintonge Estuaire. Elle a appartenu jusqu'en 1802 à l'éphémère canton de Mortagne-sur-Gironde, puis au canton de Cozes jusqu'au mois de mars 2015.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Barzan est une des 34 communes de la communauté d'agglomération Royan Atlantique.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2014, la commune comptait 472 habitants[Note 1], en augmentation de 4,89 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : +3,32 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375 555 715 611 606 637 621 649 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
624 570 577 554 568 580 564 574 571
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
527 546 537 432 401 420 400 388 414
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
431 378 344 371 410 428 449 451 467
2014 - - - - - - - -
472 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (43,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,5 %, 15 à 29 ans = 10,5 %, 30 à 44 ans = 13,2 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 38,7 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 9,5 %, 15 à 29 ans = 8,2 %, 30 à 44 ans = 13,8 %, 45 à 59 ans = 20,3 %, plus de 60 ans = 48,2 %).
Pyramide des âges à Barzan en 2007 en pourcentage[26]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,8 
90  ans ou +
6,0 
16,4 
75 à 89 ans
22,4 
20,5 
60 à 74 ans
19,8 
21,9 
45 à 59 ans
20,3 
13,2 
30 à 44 ans
13,8 
10,5 
15 à 29 ans
8,2 
15,5 
0 à 14 ans
9,5 
Pyramide des âges de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[27]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur d'un bassin d'emploi particulièrement attractif, la zone d'emploi de Royan (issue de la partition de l'ancienne zone d'emploi Saintonge maritime, qui regroupait de nombreuses communes du Pays Rochefortais, du Pays Marennes-Oléron et du Pays Royannais[28]), forte de 27 753 emplois en 2008[29]. La zone d'emploi de Royan est, avec celle de La Rochelle, la plus dynamique de la région Poitou-Charentes, toutes deux profitant « d'un tissu économique et d'une démographie dynamiques » (Insee)[29]. La croissance y est particulièrement soutenue, du fait du développement des activités tertiaires.

L'économie de la commune est encore largement dominée par l'agriculture et la viticulture, même si le tourisme se développe rapidement, du fait de la présence du site gallo-romain de Novioregum. Celui-ci, peu à peu mis en valeur, est à l'origine d'un musée archéologique, avec présentation de vestiges issus du site, ainsi que de maquettes permettant de se représenter la ville à l'époque romaine.

Touchant 18,2 % de la population active[30] en 1999, le taux de chômage est relativement élevé. Le taux d'activité des personnes entre 20 et 59 ans s'établit à 77 %, ce qui est inférieur à la moyenne nationale, laquelle est de 82,2 %. Le taux de personnes retraitées est sensiblement supérieur aux chiffres nationaux, soit 31,8 % pour 18,2 %. Les retraités dépassent les actifs, qui ne forment que 28,3 % de la population (contre 45,2 % à l'échelle nationale) et les jeunes scolarisés, qui sont 15 %, contre 25 % en moyenne dans le reste du pays. Parmi les actifs, agriculteurs, professions intermédiaires et ouvriers sont les mieux représentés : ils forment chacun 22,9 % de la population. Viennent ensuite les employés (20 %) et les artisans et chefs d'entreprises, qui ne forment que 5,7 %[31].

Les revenus moyens par ménage sont inférieurs aux chiffres nationaux. Ils sont de 13 422 € / an contre 15 027 € / an. En revanche, le taux de personnes propriétaires de leur logement est supérieur à la moyenne nationale[32] (77,5 % contre 55,3 %).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Site gallo-romain du Fâ[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Site gallo-romain de Barzan.
Les thermes

Ce site, dont le nom dérive sans doute de fanum (temple), est connu depuis le XVIIIe siècle (travaux de Claude Masse), mais son ampleur ne fut révélée qu'à partir de 1975 (prospections aériennes de Jacques Dassié).

La trame urbaine s'étend sur une quarantaine d'hectares. On y trouve les vestiges d'une ville portuaire gallo-romaine, comprenant temples, rue principale, entrepôts, thermes, port...

Le site, d'abord propriété privée, a été racheté par la municipalité en 1993. Une association s'est créée (ASSA Barzan), et l'ouverture au public décidée en décembre de la même année.

Des fouilles sont en cours depuis 1995, principalement par l'université Bordeaux III et par l'(université de La Rochelle. Un syndicat mixte (commune, département) a été créé pour l'acquisition de la zone classée et la mise en valeur, tant scientifique que touristique, du site, géré par l'ASSA.

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre

Cet édifice fut construit entre 1875 et 1879, afin de remplacer une ancienne église datant du XIIe siècle, déjà remaniée au XVIIe siècle, dont le conseil municipal vota la démolition pour cause de vétusté. Lors de la démolition de l'édifice, des sarcophages au couvercle en bâtière furent mis au jour. Datant du Moyen Âge, ils révélèrent deux lames de poignard en fer et des fragments de vases, mêlés aux ossements[33].

L'érection du nouveau sanctuaire fut confiée à l'architecte Gustave Alaux, lequel avait déjà œuvré à la construction de plusieurs églises dans la région bordelaise, ainsi qu'à l'église de Mortagne-sur-Gironde, à quelques kilomètres de la commune.

Cet édifice de style néo-gothique, reprenant un plan en forme de croix latine, est constitué d'une nef unique de trois travées, entièrement voûtée d'ogives, éclairée par six larges baies ogivales ornées de vitraux exécutés par le maître-verrier E. Lagrange. Six contreforts en pierre de taille épaulent la nef.

Un transept et une abside à pans coupés complètent le sanctuaire, qui fut consacré en 1879.
Le clocher-porche, à trois niveaux, est surmonté d'une flèche de pierre de forme octogonale dominant le bourg[34].

Obélisque de La Garde[modifier | modifier le code]

Ce monument, situé au sommet de la colline de la Garde, fut construit au XIXe siècle afin de servir d'amer. Situé au milieu des vignes, il forme une sorte d'obélisque en pierre de taille mesurant environ 5 mètres 50.

Mairie et ancienne école[modifier | modifier le code]

Mairie et ancienne école

Au début du XIXe siècle, dans les communes rurales, la mairie et l'école communale étaient souvent situées dans un même bâtiment. À Barzan, les travaux, dirigés par l'architecte saintais Georges Naud, très actif dans le canton, furent effectués en deux temps : une première campagne entre 1904 et 1906, suivie d'un agrandissement du bâtiment entre 1907 et 1908, afin d'abriter le logement de l'instituteur.

Cet édifice très simple, de plain-pied, se compose d'un corps de bâtiment de cinq travées, couvert de tuiles romanes, flanqué d'un pavillon en saillie de même facture[34].

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Ce monument aux morts fut édifié en 1922 sur la place de l'Église. Il se présente sous la forme d'une statue polychrome en fonte de 1,60 mètre de haut représentant un poilu, présenté l'arme au pied.

Ce monument fut commandé à une entreprise située dans le département du Nord, à Jeumont, puis monté sur un piédestal érigé par un entrepreneur local[34].

Le port des Monards[modifier | modifier le code]

Le port des Monards.

Le hameau des Monards abrite le port de la commune, établi le long d'un chenal tributaire de la Gironde. Autrefois port de pêche et station de pilotage sur l'estuaire, il est cité dès 1681[6]. Au XIXe siècle, ce petit port fut particulièrement actif, exportant farines, céréales, vin, eaux-de-vie et important notamment de la houille venue d'Angleterre[6]. Ce port est aujourd'hui partiellement reconverti en port de plaisance. Celui-ci se compose de deux bassins totalisant 78 anneaux[35]. Le hameau renferme plusieurs maisons anciennes, dont les origines remontent aux XVIIe et XVIIIe siècles pour les plus anciennes, ainsi qu'un ancien moulin à marée. Deux auberges sont implantées de part et d'autre du port.

Une entreprise d'extraction et de vente de sable et de granulats est basée dans le hameau, en bordure de l'estuaire de la Gironde.

Barzan-Plage[modifier | modifier le code]

Le site de Barzan-plage regroupait un petit complexe balnéaire, situé en bordure de la baie de Chant-Dorat. Un centre de loisirs, appelé Therm'océan, composé de trois piscines, jouxtait un centre thermal[35]. En 2013, ce centre est rasé.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Située non loin de la Côte de beauté, la commune n'est qu'à quelques minutes de voiture des stations balnéaires de Meschers-sur-Gironde, Saint-Georges-de-Didonne ou Royan. Le village de Talmont-sur-Gironde, à 5 kilomètres du centre-bourg, est une ancienne bastide anglaise édifiée sur une falaise dominant l'estuaire : classé parmi les cent plus beaux villages de France, c'est un site touristique majeur de la région. Barzan, autrefois situé sur l'une des routes de Saint-Jacques de Compostelle, est entouré d'églises romanes, mais aussi de vignobles. Enfin, le port de Saint-Seurin d'Uzet, situé à quelques kilomètres au sud de la commune, fut au début du XXe siècle l'une des capitales européennes du caviar[36].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne possédant plus d'école, les enfants du village sont principalement scolarisés au groupe scolaire de la commune voisine d'Arces-sur-Gironde. Une ligne de bus permet également de rejoindre le collège du canton, localisé à Cozes. Les lycées les plus proches sont ceux de Royan et de Saintes.

Santé[modifier | modifier le code]

Les services de santé sont localisés à Cozes, le chef-lieu du canton, ainsi qu'à Meschers-sur-Gironde. Les centres hospitaliers les plus proches sont ceux de Royan et de Saintes. Une caserne des pompiers est située à Meschers-sur-Gironde.

La commune est dotée d'une maison de retraite, Les Jardins de l'estuaire.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église de Barzan intègre la paroisse Notre-Dame de l'Estuaire, laquelle regroupe plusieurs lieux de cultes disséminés dans le canton de Cozes. Les messes ne sont célébrées que de manière occasionnelle en l'église de Barzan ; cependant, un service a lieu le dimanche en l'église de Cozes, à 11 heures[37].

Le village de Barzan ne compte pas de temple protestant : les plus proches sont situés à Cozes et à Meschers-sur-Gironde[38].

Associations communales[modifier | modifier le code]

Le village regroupe plusieurs associations. La plus connue est l'ASSA Barzan, chargée de la promotion du patrimoine communal ainsi que de la gestion du site archéologique du Fâ. La commune compte également un club de ball-trap, une association de chasse, un comité des fêtes, une amicale du troisième âge et un club de pétanque. Durant l'été, des manifestations (« sardinade », bals, concours de pétanque) sont régulièrement organisées[35].

Télévision[modifier | modifier le code]

De par sa situation géographique au cœur d'une région parsemée de collines, la réception de la TNT reste très aléatoire, malgré la présence d'un émetteur de moyenne puissance situé à Vaux-sur-Mer, à l'ouest de l'agglomération royannaise. Celui-ci couvre principalement la partie nord de la commune, incluant le hameau de Barzan-plage[39]. L'émetteur de Vaux-sur-Mer permet la réception des 18 chaînes nationales gratuites, incluant la déclinaison locale de France 3 Poitou-Charentes, France 3 Atlantique. Le reste de la commune est également couvert par la TNT, cependant la réception est plus aléatoire. L'émetteur de référence est celui de Bordeaux-Bouliac, diffusant les 18 chaînes gratuites, la version locale de France 3 Aquitaine (France 3 Bordeaux-Métropole) ainsi que la télévision locale TV7 Bordeaux.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. in Novioregum, ville portuaire antique, par Karine Robin, article paru dans Archéologia numéro 430, en date du 02/02/2006
  3. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  4. Via Michelin
  5. Ce terme, relativement récent, n'a pas de valeur officielle et est principalement utilisé à des fins touristiques
  6. a, b, c, d et e Patrimoine du pays royannais
  7. Carte des crus du Cognac
  8. Données Météo France.
  9. Données de la station de La Rochelle, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  10. « Climatologie mensuelle à La Rochelle », sur infoclimat.fr (consulté le 22 octobre 2009)
  11. in Origine des noms de villes et villages de Charente-Maritime, par Jean-Marie Cassagne et Stéphane Seguin
  12. La civilisation de Peu-Richard (IIIe millénaire) est caractérisée par une céramique décorée de cannelures horizontales et ocelées et par des « camps » entourés de doubles fossés. Elle doit son nom au hameau de Peu-Richard, situé à Thénac, commune voisine de Barzan
  13. in Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, page 269
  14. a et b Site historique sur Le Fâ
  15. Chapiteaux corinthiens du sanctuaire, Le Fâ
  16. Fouilles archéologiques au Fâ
  17. Jacques Dassié déclarera : ’Nos premiers clichés de prospection aérienne remontent à 1962. Ils ne révélèrent rien de décisif ou d’interprétable comme gallo-romain, en dehors des superstructures existantes. Il fallut attendre fin juin 1975, pour que la conjonction des conditions de cultures et d’une météorologie très favorables, apporte les résultats spectaculaires. Au début de l’été, le jaunissement des céréales fut particulièrement révélateur et tous les grands pôles d’une ville apparurent’
  18. Sources : Bernezac.com
  19. in Les Dossiers d'Archéologia no 323, les thermes de Barzan,par Alain Bouet-p31
  20. La fouille de la "Grande Avenue" à Barzan (site du Fâ), ethnomedia pour scienceculture.univ-lr.fr | 6 minutes
  21. La décentralisation, site de l'Assemblée nationale
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  26. « Évolution et structure de la population à Barzan en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 septembre 2010)
  27. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 septembre 2010)
  28. Présentation de la zone d'emploi de Saintonge maritime, site de l'ARTLV
  29. a et b « Treize nouvelles zones d’emploi en Poitou-Charentes », sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2012).
  30. Taux de chômage en 1999
  31. Données économiques, L'internaute
  32. Sources économiques : L'internaute
  33. in La Charente-Maritime, par Louis Maurin et Dominique Tardy, pré-inventaire archéologique, page 105
  34. a, b et c in Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic
  35. a, b et c Site non officiel de la commune
  36. Caviar de Gironde
  37. Horaire des Messes
  38. Culte protestant
  39. Zone de couverture de l'émetteur TNT de Vaux-sur-Mer