Ludon-Médoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Médoc (homonymie).
Ludon-Médoc
Le château d'Agassac.
Le château d'Agassac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Les Portes du Médoc
Intercommunalité Communauté de communes Médoc Estuaire
Maire
Mandat
Benoît Simian
2014-2020
Code postal 33290
Code commune 33256
Démographie
Gentilé les ludonnais[1]
Population
municipale
4 373 hab. (2014)
Densité 234 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 59″ nord, 0° 36′ 09″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 16 m
Superficie 18,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Ludon-Médoc

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Ludon-Médoc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ludon-Médoc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ludon-Médoc
Liens
Site web http://www.mairie-ludon-medoc.fr
L'église de Ludon.

Ludon-Médoc est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine). En particulier, elle est reconnue pour sa production viticole, ses élevages équins, et sa tonnellerie à l'antique savoir-faire[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Géographie de la Gironde et Médoc.

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans le Médoc à une vingtaine de kilomètres au nord de Bordeaux.

La commune de Ludon-Médoc est constituée d'un marais de 300 hectares dont 150 appartiennent à la commune sous le nom du « communal » servant aux agriculteurs pour le bétail. 80 hectares appartiennent à la fédération départementale des chasseurs au domaine de Pachan et la surface restante appartient à des propriétaires privés, le marais de rigaud. La totalité de ce marais est alimentée en eau par un système hydraulique depuis la Garonne. En 2015, la municipalité a lancé un plan de reconquête du marais communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ludon-Médoc
Macau Ambès
Le Pian-Médoc Ludon-Médoc
Parempuyre Saint-Louis-de-Montferrand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Ludon vient d'un ancien Ludedon (1294, 1326). Il est vraisemblablement basé sur un radical prélatin lut-[3], généralement associé à la notion de « marais »[4], élargi d'une terminaison -eton non usuelle (les toponymes en -on s'analysent pour beaucoup comme des noms de domaine basés sur le nom de leur propriétaire (période historique) ; d'autres seraient des formations prélatines[5]).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Garonne arrose l'est de la commune. On note aussi la présence de deux cours d'eau mineurs : la Mouline et l'Aygue Longue[1].
Contre la Garonne, le marais de Ludon appartient au vaste marécage qui couvre les communes de Ludon, de Parempuyre, de Blanquefort et de Bruges. L'assainissement de cette importante étendue de terre et d'eau fut initié à la fin du XVIe siècle par les ingénieurs Conrad Gaussens et Humphrey Bradley [2]. Au moyen de canaux de drainage, d'écluses et de hautes digues, son assèchement permit de rendre les terres cultivables ; les aménagements du grand marais nord de Bordeaux préservent toujours la ville des crues du fleuve [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le XIe siècle, l'existence du village est attestée par une donation faite en la paroisse de Ludon en l'an 1122[1]. Les bords de Garonne, jadis très proches du village, étaient jalonnés de châteaux. Ceux-ci jouaient le rôle d'avant-postes pouvant alerter les habitants de Bordeaux des éventuels attaquants et dangers arrivant par le fleuve[1]. Si l'on ne possède pas de traces antérieures au XIe siècle, deux indices permettent toutefois d'envisager une occupation humaine très ancienne : la proximité de la voie antique qui reliait Burdigala à Noviomagus[Note 1], et l'évocation par Ausone, poète latin du IVe siècle, du peuple des Meduli, ancêtres éponymes de la région[1]. Peut-être les fouilles archéologiques entreprises sur l'ancienne motte de Cante-Merle apporteront-elles un éclairage nouveau.

À partir du XVIIe siècle, Ludon-Médoc doit sa richesse à la culture de la vigne et du blé, ainsi qu'à l'élevage des chevaux. En particulier, on y note la présence de plusieurs écuries de course au début du XXe siècle.

En 2014, le maire Benoit Simian municipalise le château d'Arche pour y installer la mairie et lance un plan de revitalisation du centre bourg.

En 2016, le maire Benoit Simian a recours au droit de préemption pour sauvegarder le Château Malescot en plein cœur du bourg.

En juin 2017, le Maire de Ludon-Medoc Benoit Simian est élu deputé de la Gironde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Benoit Simian, Maire de Ludon-Médoc a été élu deputé de la Gironde le 18 juin 2017.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1974 André Hertig    
1974 1977 René Cricq    
1977 2014 Joseph Forter PS  
2014 en cours Benoît Simian PS puis LREM Cadre RH SNCF

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 4 373 habitants, en augmentation de 7,08 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 008 924 887 954 997 1 052 1 070 1 112 1 093
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 146 1 141 1 158 1 193 1 267 1 325 1 338 1 406 1 441
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 417 1 411 1 273 1 238 1 114 1 073 1 022 988 1 089
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 256 1 504 1 656 2 297 2 837 3 327 3 958 4 318 4 373
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au XXe siècle, Ludon-Médoc connaît un essor démographique considérable, sa population passant du simple au triple de 1954 à 1999, puis atteindre 4.160 habitants en 2010. Aujourd'hui, si la population agricole diminue au profit des employés et des ouvriers, le territoire de la commune conserve néanmoins un caractère agricole dominant[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Appellation haut-médoc.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, de conception romane, datant du XIe ou du XIIe siècle[1]. Ce sont probablement les guerres de religion qui entraînèrent sa fortification, avec la construction d'un mâchicoulis au XVe ou au XVIe siècle. Au XIXe siècle, le clocher se verra coiffé d'un toit à l'impériale prolongé d'une fine flèche couverte de plomb[2] ;
  • La mairie, bâtiment en pierres de taille et doté de tourelles, datant du XIXe siècle, est l'une des demeures de caractère de cette époque les mieux conservées de la commune[1]. L'une des tourelles possède un toit-terrasse et est munie d'une plaque marquée « La Providence »[1]. Le 13 octobre 1990, la mairie nouvellement installée fut inaugurée par M. Laurent Fabius[1], président de l'Assemblée nationale. Depuis le 19 septembre 2015 ce bâtiment accueille la maison de la culture regroupant l'école de musique municipale et la bibliothèque municipale.

La mairie se situe depuis septembre 2015 dans le bâtiment du Château d'Arche inauguré par Benoit Simian, maire de Ludon-Médoc en présence de nombreuses personnalités politiques locales.

  • Le château Bacalan, chartreuse inscrite aux Monuments Historiques depuis 1994 et caractéristique par son environnement de dépendances agricoles, son niveau unique aux élévations modestes et les petits appartements situés aux extrémités du logis ;
  • Le domaine Lemoyne-Nexon, dont la chartreuse bâtie au XVIIIe siècle est un modèle du genre en Bordelais, disposant d'un seul niveau d'habitation, légèrement surélevé par une cave en soubassement, et s'ouvrant côté jardin par un avant-corps orné d'un fronton sculpté[2] ;
  • Le moulin de Poulet est un moulin à eau, anciennement attaché à la seigneurie d'Agassac. Il existait déjà au XIVe siècle, mais pourrait être bien plus ancien. À l'intérieur se trouve une meule et à l'extérieur les déversoirs contournant le moulin[10] ;
  • La rue Lafont.

Le château d'Arche, qui a été acheté par la municipalité ludonnaise le 30 août 2014, accueille aujourd'hui l'hôtel de Ville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Benoit Simian, natif de Ludon-Médoc a été élu deputé de la Gironde le 18 juin 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. François Vatar de Jouannet avait confondu cette voie traversant Blanquefort avec la Lébade, plus centrale.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Paul Duchesne a étudié l'histoire de sa commune et a consigné le résultat de ses recherches dans l'ouvrage intitulé : Les chroniques de Ludon-en-Médoc[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Le Patrimoine des Communes de la Gironde - Tome 1, Flohic Éditions, Octobre 2001, p. 179 à 180 (ISBN 2-84234-125-2)
  2. a, b, c, d et e Plein Ciel sur le Médoc - Médoc from the Skies, de Michel Berger et Sophie Boisseau, Berger M. Éditions, 2008, p. 249 à 253 (ISBN 2-912850-19-3)
  3. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5).
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6).
  5. Gerhard Rohlfs, Le gascon : Études de philologie pyrénéenne, Tübingen; Pau, Verlag Max Niemeyer ; Marrimpouey Jeune, coll. « Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie », , 2e éd. (1re éd. 1935), 252 p. (ISBN 9783484520257 et 3484520256, OCLC 3345494, lire en ligne).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Le Patrimoine des Communes de la Gironde - Tome 1, Flohic Éditions, octobre 2001, p. 180 (ISBN 2-84234-125-2)
  11. a et b Bordeaux et ses vins - Deuxième Édition, de Ch. Cocks et Éd. Féret, Éditions Féret, Septembre 1868, p. 102
  12. a et b Bordeaux et ses vins - Troisième Édition, de Ch. Cocks et Éd. Féret, Éditions Féret, Septembre 1874, p. 99

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :