Langon (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langon.
Langon
Le bâtiment de la mairie en septembre 2011
Le bâtiment de la mairie en septembre 2011
Blason de Langon
Blason
Langon (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
(sous-préfecture)
Arrondissement Langon
(chef-lieu)
Canton Le Sud-Gironde
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Gironde
Maire
Mandat
Philippe Plagnol
2014-2020
Code postal 33210
Code commune 33227
Démographie
Gentilé Langonnais
Population
municipale
7 404 hab. (2012)
Densité 540 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 14″ N 0° 14′ 54″ O / 44.5538888889, -0.24833333333344° 33′ 14″ Nord 0° 14′ 54″ Ouest / 44.5538888889, -0.248333333333  
Altitude Min. 0 m – Max. 73 m
Superficie 13,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Langon

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Langon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Langon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Langon
Liens
Site web www.langon33.fr/

Langon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde et dans la région Aquitaine. Elle est le chef-lieu d'un arrondissement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Langon depuis le pont routier sur la Garonne (mai 2006)

Étape traditionnelle de la route Bordeaux-Toulouse, la ville de Langon et son aire urbaine dans le Sud-Gironde, se trouve sur la rive gauche de la Garonne, près de la limite entre le (vignoble des Graves et la lisière de la forêt des Landes, à 48 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Saint-Pierre-de-Mons à l'est, Coimères au sud-est, Mazères au sud, Roaillan au sud-ouest sur environ un kilomètre, Fargues à l'ouest et Toulenne à l'ouest. Sur la rive droite de la Garonne, se trouvent les communes de Saint-Maixant au nord et Saint-Macaire au nord-est.

Communes limitrophes de Langon[2]


Toulenne
Saint-Maixant
                                   Rive droite
Saint-Macaire
de la Garonne                                        
Fargues Langon[2] Saint-Pierre-de-Mons
Roaillan Mazères Coimères

Voies de communicaiton et transports[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la route départementale D1113, ancienne route nationale 113, qui mène vers le nord-est à Saint-Macaire et au-delà à La Réole et vers le nord-ouest à Toulenne et en direction de Bordeaux. Plusieurs routes commencent dans le territoire communal, la route départementale D116, à l'ouest, en direction du Sauternais et de Landiras, la route départementale D8, au sud-ouest, en direction de Fargues et Villandraut, la route départementale D222, au sud-sud-ouest, en direction de Roaillan, la route nationale N524 (anciennement route départementale D932), au sud, en direction de Bazas, la route départementale D10, au sud-ouest, en direction d'Auros, la route départementale D224, à l'est, en direction de Saint-Pierre-de-Mons et Castets-en-Dorthe.

L'accès no 3, dit de Langon, à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) se situe sur le territoire communal.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 13 km vers le sud.

La ville est desservie par la SNCF, à la gare de Langon, dans l'ouest de la commune, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la ville est indissociable de celle de Bazas, à une quinzaine de kilomètres au sud, important centre militaire et religieux de l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle, dont Langon est le port sur la Garonne, rivalisant un temps avec celui de Bordeaux. Profitant de sa situation privilégiée autour d'un coude du fleuve, au confluent avec le Brion, Langon devient une ville de marchés, sur la route entre Bordeaux et Agen. Elle compte deux paroisses dès le XIIe siècle, Notre-Dame et Saint-Gervais, formant deux bourgs dont la ville est la réunion.

À la Révolution, la paroisse Saint-Gervais de Langon forme la commune de Langon[3].

Langon a été marquée par la vigne, qui fit sa richesse en tant que port, au carrefour du vignoble des Graves et de celui du Sauternais. La commune elle-même est sur le territoire des Graves. Tandis que Bazas entre dans un déclin relatif à partir du XVIIIe siècle, perdant son diocèse après la Révolution, son tribunal de grande instance au XXe siècle, et une bonne partie de son artisanat, Langon connaît un essor commercial et industriel. En 1926, les arrondissements de Bazas et de La Réole fusionnent avec celui de Langon, et c'est Langon, légèrement plus peuplée[Note 1], qui récupère la sous-préfecture.

Culturellement, Langon se situe dans l'aire gasconne. Le nom de la ville en occitan est Lengon (prononcer Lengoun). Elle fait partie de la région historique du Bazadais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1950 Élie Samson    
1950 mars 1959 Pierre Vignolles    
mars 1959 mars 1965 Robert Vouin    
mars 1965 mars 1989 Pierre Lagorce PS  
mars 1989 mars 2014 Charles Vérité PS Médecin
mars 2014 en cours Philippe Plagnol[4] PS Chirurgien, président de la CdC du Sud Gironde (2014)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Pays de Langon ayant été supprimée, la commune de Langon s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Langonnais[7].

L'unité urbaine de Langon compte, à périmètre identique à 1999, 10 568 habitants en 2006 contre 8 975 habitants au recensement de 1999 soit une augmentation de 18 %. Les autres communes de l'unité urbaine sont Toulenne (2 405 habitants) et Saint-Pierre-de-Mons (1 028 habitants)

L'aire urbaine compte quant à elle, à périmètre identique à 1999, 13 687 habitants en 2006 contre 11 423 habitants au recensement de 1999 soit une augmentation de 20 % et trois communes de plus : Fargues (1 526 habitants), Roaillan (1 096 habitants) et Saint-Pardon-de-Conques (497 habitants). La croissance démographique, due à l'étalement de l'agglomération bordelaise, est actuellement très soutenue et devrait se traduire par des chiffres en hausse lors du prochain recensement.

En 2012, la commune comptait 7 404 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 267 3 208 3 222 2 954 3 566 3 745 3 986 3 896 3 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 201 4 114 4 505 4 647 4 740 4 704 4 726 4 733 4 956
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 816 4 836 4 900 4 588 4 731 4 661 4 786 5 177 5 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
5 375 5 356 5 843 5 836 5 842 6 168 7 135 7 409 7 404
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Services publics[modifier | modifier le code]

Langon héberge une sous-préfecture, un centre hospitalier du Sud-Gironde dont le siège administratif se trouve à La Réole après la fusion des deux hôpitaux la partie chirurgicale étant située à Langon, un service départemental d'incendie et de secours, une gendarmerie, une poste, un centre des impôts, une maison de retraite, un office de tourisme, un pôle emploi, une CPAM.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • L'éducation est assurée sur la commune de Langon depuis la crèche, en passant par l'école maternelle (EM Anne-Frank), l'école élémentaire (EP Antoine-de-Saint-Éxupéry) et le collège (-ollège Jules-Ferry et collège Toulouse-Lautrec), jusqu'au lycée aussi bien d'enseignement général (lycée mixte Jean-Moulin) que d'enseignement professionnel (lycée des Métiers Sud-Gironde), une antenne du Greta et un lycée d'enseignement professionnel privé: le LP AGIR.
  • Une bibliothèque municipale complète cet aspect éducationnel.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le Républicain Sud-Gironde, journal de presse hebdomadaire régionale, est installé à Langon depuis le début des années 1990.
  • La radio ARL (Aquitaine Radio Live) a ses studios à Langon.

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Langon en Gironde

Agriculture[modifier | modifier le code]

888 hectares de la commune ont un usage agricole dont 282 correspondent à des vignobles en appellation contrôlée produisant graves-supérieures (blancs moelleux) et graves (rouges et blancs)[11].

Commerce et industrie[modifier | modifier le code]

La commune totalise 77 hectares de zones économiques répartis ainsi[11] :

  • Z.I. du Couloumey : 23 ha
  • Z.I. de Baillan : 10 ha
  • Z.I. de la Châtaigneraie : 30 ha
  • Z.A. de Dumès : 14 ha

En matière de commerce, la commune héberge 192 entreprises réparties en commerce de gros (37), établissements multirayons (7), commerces alimentaires (26) et commerces non alimentaires (122)[11].

En matière d'industrie, la commune abrite une entreprise industrielle alimentaire, dix entreprises artisanales liées à l’équipement de la maison et de la personne, 29 entreprises artisanales de production et 36 entreprises de BTP[11].

En matière de services, 205 entreprises sont actives à savoir 32 cafés, hôtels, restaurants, 29 dans le domaine de la finance, de l'immobilier ou de l'assurance, 51 dans les services à caractère personnel et 93 dans des services autres[11].

La commune dispose d'une délégation de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Gervais-Saint-Protais, construite entre le XIIe et le XVe siècles en style gothique, fut détruite au XVIe et au XVIIe siècle puis reconstruite et agrandie au XIXe siècle dans le style néogothique. En 1966, on y découvrit un tableau du peintre espagnol Francisco de Zurbaran (1598-1664), L'Immaculée Conception (1661). L'église est inscrite au titre des monuments historiques depuis 2006[12].
  • Les vestiges de l'église Notre-Dame du bourg : église du XIIe, de nombreuses fois remaniée, qui a subi d'importantes destructions avant de devenir bien national pendant la Révolution et d'être transformée en lieu de réunion, de spectacles puis en cinéma. En 1926, le propriétaire décida de vendre la plupart des chapiteaux à un riche collectionneur américain. Huit d'entre eux sont aujourd'hui exposés au Musée des cloîtres à New York.
  • La mosquée du parc des Vergers. Construite au XIXe siècle par goût pour l'orientalisme, et non comme lieu de culte, elle n'a servi qu'au pesage des jockeys qui allaient courir sur l'ancien hippodrome.
  • Les quais : le port de Langon a connu son apogée au XVIIe siècle, à l'époque où les vins partaient vers Bordeaux par le fleuve. Aujourd'hui, ce lieu de promenade est un peu délaissé.
  • Plus en amont, Airbus a installé un quai de débarquement qui accueille la barge Breuil pour le transport des portions d'avions depuis Bordeaux ; à proximité de ce quai, se trouvent des hangars de stockage pour lesdites portions, avant leur départ, par l'Itinéraire à grand gabarit, jusqu'à l'agglomération toulousaine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Le Centre culturel des Carmes[13] propose un calendrier varié de spectacles, des expositions d'art (libre d'entrée), des ateliers d'arts plastiques et héberge certaines associations culturelles (danse, chant…) ainsi qu'une partie de l'École de Musique intercommunale.
  • L'Espace Claude-Nougaro, ancien marché couvert, est une salle destinée aux spectacles de 1 000 m2, capable d'accueillir des manifestations de grande envergure[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Langon se blasonnent ainsi :

D'or aux trois pals de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1926, la population de Langon était de 4 731 habitants, celle de Bazas de 4 410 habitants et celle de La Réole de 3 695 habitants. Depuis, la population de Langon a presque doublé tandis que les populations des deux autres villes ont quasiment stagné (2015).
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - La distance orthodromique est de 41,4 km pour Bordeaux. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 4 décembre 2011.
  2. Langon sur Géoportail, consulté le 18 juin 2015.
  3. Historique des communes, p. 28, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 7 avril 2013.
  4. [http://www.lerepublicain.net/philippe-plagnol-elu-triomphalement-a-langon_17278/ Philippe Plagnol élu triomphalement à Langon), Le Républicain.fr, 30 mars 2014.
  5. Comité de jumelage Langon-Penzberg sur le site officiel de la commune, consulté le 23 mars 2013.
  6. « Jumelage(s) de Langon », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 23 mars 2013)
  7. Nom des habitants de la commune sur Habitants.fr, consulté le 4 décembre 2011.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  10. Duros Escalade.
  11. a, b, c, d et e Chiffres de 2002 fournis pas le site de la mairie.
  12. « Inscription de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais », base Mémoire, ministère français de la Culture, consulté le 4 décembre 2011.
  13. Centre culturel des Carmes.
  14. L'Espace Claude-Nougaro sur le site de la mairie.