Aller au contenu

Vendays-Montalivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vendays-Montalivet
Vendays-Montalivet
Vue aérienne de Montalivet-les-Bains.
Blason de Vendays-Montalivet
Blason
Vendays-Montalivet
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Lesparre-Médoc
Intercommunalité Communauté de communes Médoc Atlantique
Maire
Mandat
Pierre Bournel
2020-2026
Code postal 33930
Code commune 33540
Démographie
Gentilé Vendaysins
Population
municipale
2 684 hab. (2021 en augmentation de 9,42 % par rapport à 2015)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 25″ nord, 1° 03′ 33″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 57 m
Superficie 101,46 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Nord-Médoc
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Vendays-Montalivet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Vendays-Montalivet
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
Vendays-Montalivet
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Vendays-Montalivet
Liens
Site web www.vendays-montalivet.fr/

Vendays-Montalivet [vɑ̃dajs mɔ̃talivɛ] est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

En période estivale, la population vendaysine est estimée à plus de 30 000 habitants, soit douze fois plus que la population municipale annuelle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Médoc sur la Côte d'Argent à 80 km de Bordeaux, au nord de Hourtin, entre forêt des Landes, marais et océan Atlantique, Vendays-Montalivet est un sîte privilégié avec :

La commune est séparée en deux parties distinctes : Vendays-Montalivet, le bourg et Montalivet-les-Bains sur la côte Atlantique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Vensac, Naujac-sur-Mer, Gaillan-en-Médoc et Queyrac.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Borne de nivellement sur l'église - Altitude 9 m.

La commune de Vendays-Montalivet s'étend sur 101,46 km2. Son altitude varie de 0 à 57 mètres[2]. La mairie se situe à une altitude d'environ 6 m. La densité de population est très variable. En effet, à Montalivet et au bourg, la densité est nettement plus forte que partout ailleurs dans le territoire communal.

Le sol de la commune est composé de dépôts du Quaternaire[3]. Plus on se rapproche de l'océan, plus le sol est composé partiellement voire essentiellement de sables dunaires[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vendays-Montalivet appartient au territoire de l'Agence de l'Eau Adour-Garonne[5]. La commune se situe dans le bassin versant des « côtiers de la Pointe de Grave à l'embouchure de la Leyre »[5].

On recense près de 18 km de cours d'eau dans le territoire communal avec principalement le Chenal du Gua (10,5 km) et Le Deyre (7,2 km)[5].

Par ailleurs, la zone est soumise au risque d'inondation[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[6]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Littoral charentais et aquitain, caractérisée par une pluviométrie élevée en automne et en hiver, un bon ensoleillement, des hiver doux (6,5 °C), soumis à la brise de mer[7].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 910 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 6,7 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 13,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 826,4 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Statistiques 1991-2020 et records VENDAYS-MONTALIVE (33) - alt : 6m, lat : 45°22'43"N, lon : 1°07'09"O
Records établis sur la période du 01-01-1984 au 02-11-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,9 5 6,9 10,4 13,4 14,9 14,6 11,8 9,6 6,1 3,9 8,6
Température moyenne (°C) 7 7,3 10 12,1 15,6 18,6 20,3 20,3 17,7 14,5 10,2 7,6 13,4
Température maximale moyenne (°C) 10,7 11,8 15 17,4 20,9 23,9 25,8 26 23,6 19,4 14,4 11,3 18,4
Record de froid (°C)
date du record
−15
16.01.1985
−10,2
09.02.12
−9,4
01.03.05
−5,8
04.04.22
−1,8
03.05.21
4,2
21.06.10
5,6
02.07.12
4,6
21.08.14
0,7
20.09.12
−4,8
16.10.09
−9,3
18.11.07
−9,6
17.12.09
−15
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
19,7
01.01.23
24,6
27.02.19
28,6
19.03.05
32,2
30.04.05
34,7
16.05.02
40,4
21.06.03
40,1
18.07.22
41,9
04.08.03
36,4
05.09.04
32,2
02.10.23
25
08.11.15
21,1
16.12.1989
41,9
2003
Précipitations (mm) 83,4 56,1 54,1 62,6 57,9 58,4 39,7 47,9 69,6 86,7 113,4 96,6 826,4
Source : « Fiche 33540001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/11/2023 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Vendays-Montalivet est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[12]. Elle est située hors unité urbaine[13] et hors attraction des villes[14],[15].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[16]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (77,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (77 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (23,1 %), zones agricoles hétérogènes (6,4 %), prairies (4,8 %), zones humides intérieures (4,7 %), zones urbanisées (3,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,4 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,3 %)[18]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux routes départementales : la D 101 et la D 102 (prolongée par la D 102E1, au nord-ouest, vers Grayan-et-l'Hôpital)[19].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Deux tournées (Vendays et Montalivet) de lignes scolaires pour les écoles communales sont mises en place[20]. Des navettes effectuent également la liaison Vendays-Montalivet ↔ Lesparre-Médoc pour les collégiens et lycéens[20].

Par ailleurs, TransGironde assure une desserte de la commune, via la ligne 712, en provenance de Lesparre-Médoc[21]. La ligne 718 relie Montalivet à Grayan et Soulac uniquement en période estivale[21].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Vendays-Montalivet est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible)[22]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[23].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le chenal du Gua, le Deyre et, et par submersion marine. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1992, 1999 et 2009[24],[22].

Vendays-Montalivet est exposée au risque de feu de forêt. Depuis le , les départements de la Gironde, des Landes et de Lot-et-Garonne disposent d’un règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies. Ce règlement vise à mieux prévenir les incendies de forêt, à faciliter les interventions des services et à limiter les conséquences, que ce soit par le débroussaillement, la limitation de l’apport du feu ou la réglementation des activités en forêt[25]. Il définit en particulier cinq niveaux de vigilance croissants auxquels sont associés différentes mesures[26],[27].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des avancées dunaires[28]. La migration dunaire est le mouvement des dunes, vers l’intérieur des terres. Les actions conjuguées de la mer et du vent ont pour effet de déplacer les sables et donc de modifier la morphologie du littoral[29].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Vendays-Montalivet.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 37,3 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 3 935 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 068 sont en aléa moyen ou fort, soit 27 %, à comparer aux 84 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[30],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2003, 2011 et 2022[31] et par des mouvements de terrain en 1999[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

La commune de Vendays prend le nom de Vendays-Montalivet en 1950[32], associant le nom de l'ancienne paroisse (puis commune) et le nom de la station balnéaire créée au XIXe siècle[33].

Le nom de Vendays serait issu d'une contraction des mots gaulois vindos (« blanc ») et ialo[34] (« clairière »[1]).

La station de Montalivet aurait été ainsi nommée en l'honneur du comte de Montalivet, Jean-Pierre Bachasson (1766-1823), préfet à partir du Consulat, ministre de l'Intérieur de Napoléon de 1809 à 1814, fait pair de France durant les Cent-Jours. Durant son mandat ministériel, le comte de Montalivet aurait fait une tournée d'inspection à Vendays et envisagé les moyens de fixer les dunes[35].

D'autres étymologies sont envisagées, plus ou moins légendaires :

  • « Monte Oliveto », car un navire chargé d'huile d'olive aurait fait naufrage au large et les tonneaux d'huile se seraient échoués en tas sur la plage[1] ;
  • « jou mounte à Libet », phrase gasconne indiquant qu'on allait chez un berger (ou un fermier) du nom de Libet[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mairie au bourg de Vendays.

Le site préhistorique de la Pinasse prouve le caractère ancien du peuplement de la commune[1]. Le chemin de la Reyne recouvre une ancienne voie romaine[1]. Le fief appartint à Pierre de Bailly puis passa aux mains de la maison de Grailly.

Dans la paroisse, se trouvait en 1335 le village d'Eslume et sa chapelle qui ont depuis été engloutis par les sables[37].

La Guerre de Cent Ans terminée, après la domination anglaise, Vendays-Montalivet devient un fief de la seigneurie de Lesparre[1]. On retrouve alors deux maisons nobles : La Salle et Périguey[1]. En 1762, la commune devient indépendante par la baillette du Duc de Gramont.

Une plage de Montalivet en août.

Montalivet était un lieu-dit de Vendays. Une station balnéaire y est créée en 1852.
En 1865, une partie du territoire communal est distraite pour la création de la commune de Naujac-sur-Mer (ainsi que de Gaillan-en-Médoc, Hourtin et Lesparre-Médoc)[32].

En front de mer de Montalivet se trouve un monument dédié à l'opération Frankton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1953 Jean Monget    
1953 1959 MM. Monget    
1959 1965 M. Guidon    
1965 1968 André Peyruse    
1968 1971 Pierre Campagne    
1971 1989 André Goulée    
1989 1995 Jean David    
1995 2014 Michel Bibey DVG  
2014 En cours Pierre Bournel DVD Retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Vendaysins[39].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[40]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[41].

En 2021, la commune comptait 2 684 habitants[Note 1], en augmentation de 9,42 % par rapport à 2015 (Gironde : +6,88 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5081 5591 4051 7301 9121 8581 9001 8241 795
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9071 9561 7931 8151 8821 8121 7651 6571 684
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7111 6751 7311 5101 5501 5341 5241 3111 512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 5681 6301 5971 6361 6811 8272 1562 4802 464
2021 - - - - - - - -
2 684--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'enseignement, la commune dispose d'une école publique primaire et d'une école privée : Saint-Joseph[43]. Après, il faut se rendre à la sous-préfecture la plus proche pour continuer sa scolarité : Lesparre-Médoc.

Par ailleurs, les écoles appartiennent à la zone A du calendrier scolaire[44]. Elles relèvent aussi de l'académie de Bordeaux[44].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose de 6 kinésithérapeutes, de 5 infirmiers, de 4 médecins généralistes, de 2 pharmacies, d'un orthophoniste et d'un hébergement pour personnes âgées[45]. L'hôpital le plus proche se trouve à Lesparre, à une dizaine de kilomètres[45].

Sports[modifier | modifier le code]

Un centre CAP33 à Montalivet.

En partenariat avec le département de la Gironde, les centres CAP33 proposent gratuitement aux familles et aux individuels de plus de 15 ans de nombreuses activités sportives et de loisirs pendant les vacances scolaires[46] : sports collectifs, aquatiques, de raquette, de plage, de remise en forme, danse, yoga[47]...

Des tournois sont organisés et des stages payants sont proposés aux personnes désirant se perfectionner dans une discipline[48].

Vendays-Montalivet possède de nombreuses pistes cyclables qui ceinturent son territoire[49].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose de policiers municipaux, d'agents de sécurité de la voie publique (ASVP) et d'un garde-champêtre.

Une caserne de pompiers est implantée dans le bourg, à Vendays[50].

Vendays-Montalivet est également équipée d'un dispositif de vidéosurveillance[51].

Un plan communal de sauvegarde (PCS), en cas de catastrophes naturelles, est, par ailleurs, établi[51].

Autres[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une petite piste d'aviation, dont le code OACI est LFIV.

Montalivet dispose d'un marché unique de plus de 200 stands ouvert tous les jours en saison estivale[52]. Un second marché, bien plus petit, se tient tous les dimanches sur la place centrale du bourg (Vendays)[53].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 582 [54].

En 2013, 50,0 % des foyers fiscaux sont imposables[55].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité des 15 à 64 ans en 2009 est de 70,8 %[55]. Le taux de chômage est plutôt élevé sur la commune : 18,6 %[55].

Établissements[modifier | modifier le code]

Les entreprises à Vendays-Montalivet[55]
Établissements Commune
Nombre d'établissements actifs au 445
Part de l'agriculture, en % 5,8
Part de l'industrie, en % 2,5
Part de la construction, en % 9,7
Part du commerce, transports et services divers, en  % 73,9
dont commerce et réparation automobile, en % 24,5
Part de l'administration publique, enseignement, santé et action sociale, en % 8,1
Part des établissements de 1 à 9 salariés, en % 16,2
Part des établissements de 10 salariés ou plus, en % 2,5

Tourisme[modifier | modifier le code]

Rassemblement autour de « La Colonne » lors du Show Bike 2023.

Le tourisme balnéaire constitue le principal moteur économique de la commune[56].

Depuis 1950, la commune abrite le Centre Hélio-Marin de Montalivet (CHM Monta), plus ancien et deuxième plus grand centre naturiste d'Europe. Sur ses 200 hectares, il peut accueillir jusqu'à 15.000 vacanciers en période estivale[57].

Depuis 1999, la station balnéaire accueille en juin un des plus grands rassemblements de bikers en France, le Show Bike Aquitaine de Montalivet[58].

Depuis le 1er janvier 2023, la commune a récupéré sa compétence « promotion du tourisme » après de nombreux désaccords avec la direction de l'office de tourisme intercommunal Médoc Atlantique[59].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Seurin à Vendays.

On recense quelques monuments mais aucun d'eux n'est recensé au titre des monuments historiques de France :

  • L'église Saint-Seurin de Vendays-Montalivet, de style néogothique, au bourg de Vendays, qui fut construite en 1867 ;
  • L'église Notre-Dame de Montalivet-les-Bains ;
  • La mairie, en pierre calcaire ;
  • Le monument aux morts ;
  • « La Colonne » : monument emblématique de 1868 avec une Vierge tournée face à l'océan ;
  • Statue de Jacques Laporte, fondateur de Montalivet ;
  • Monument commémorant l'opération Frankton ;
  • Blockhaus du mur de l'Atlantique ;
  • Monument dédié à la création de la Fédération naturiste internationale (FNI) en 1953 ;
  • La Grange du Patrimoine, un musée retraçant 100 000 ans d'histoire du Médoc : géologie, climat, faune, flore.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune.
Armes de Vendays-Montalivet

Les armes de Vendays-Montalivet blasonnent ainsi :

Écartelé, au premier d’azur au léopard lionné d’or, au deuxième d’argent à l’arbre de sinople, au troisième de sinople à la bécasse d’argent, au quatrième d’azur à la nef d’or, la voile carguée d'argent, voguant sur une mer du même mouvant de la pointe ; sur le tout, de gueules au soleil d’or.

Le blason de la commune a été créé en 1976 par le peintre Yan de Siber[60].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charua A., "Montalivet-les-Bains de 1856 à 1986", Les Cahiers médulliens, 7 et 8, 1987.
  • Charua A., Montalivet-les-Bains (1856-1986), Les Cahiers médulliens, HS.
  • Charua A., Une bourgade du Bas-Médoc: Vendays-Montalivet, Les Cahiers médulliens, HS, 1992.
  • Dinges M., Le marais des communes de Hourtin, Vendays, Montalivet, Naujac : espaces utiles devenus "inutiles",Les Cahiers

médulliens, 10, 1988.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Histoire », sur vendays-montalivet.fr (consulté le ).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière.
  3. « Le Bassin d’Aquitaine / Géologie / Géologie / Vins VignesVignerons », sur www.vinsvignesvignerons.com (consulté le ).
  4. BRGM, « Géologie - SIGES Aquitaine - ©2017 », sur sigesaqi.brgm.fr (consulté le ).
  5. a b c et d « Vendays-Montalivet - Mon Environnement en Aquitaine », sur macommune.observatoire-environnement.org (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2
  7. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  8. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Station Météo-France « Vendays-Montalive » (commune de Saint-Émilion) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Station Météo-France « Vendays-Montalive » (commune de Vendays-Montalivet) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  12. « La grille communale de densité », sur insee,fr, (consulté le ).
  13. Insee, « Métadonnées de la commune de Vendays-Montalivet ».
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  17. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  20. a et b « Transports scolaires - Vendays-Montalivet », Vendays-Montalivet,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. a et b « Plans des réseaux - TransGironde Transports en Gironde 33 », sur transgironde.gironde.fr (consulté le ).
  22. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Vendays-Montalivet », sur Géorisques (consulté le )
  23. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  24. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  25. « Le risque feux de forêts. », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le )
  26. « Règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies. », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le )
  27. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  28. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  29. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risques littoraux.
  30. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  31. Laëtitia Heuveline, « Fissures liées à la sécheresse : l'état de catastrophe naturelle pour 65 communes de Gironde », France Bleu Gironde,‎ (lire en ligne)
  32. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. De même pour Escoublac (Loire-Atlantique) qui devient Escoublac-La Baule, puis La Baule-Escoublac, nom actuel.
  34. Le mot gaulois vindos est apparenté au mot breton gwenn ; ialo est un toponyme courant en France, qui apparait en général sous la forme du suffixe « -euil » (Bonneuil, Nanteuil, par exemple).
  35. « L'histoire de Montalivet » sur le site de l'office de tourisme.
  36. « L'histoire de Montalivet »
  37. Jacques Baurein, article 1.XV, p. 124.
  38. Annuaire des villes jumelées
  39. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  40. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  41. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  43. « Les écoles », sur vendays-montalivet.fr (consulté le ).
  44. a et b Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. a et b eterritoire.fr, « Vendays-Montalivet (33930) - Santé », sur www.eterritoire.fr (consulté le ).
  46. Yannick Delneste, « Gironde : les vacances sportives de Cap 33 à l’heure de la crise sanitaire », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  47. Gwladys L., « Et si on se mettait au sport pendant les vacances avec CAP33 ? », sur arlradio.fr,
  48. Julien Lestage, « Médoc : du sport pour tous et en famille avec Cap 33 », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  49. Administrator, « Les pistes cyclables », sur www.pointe-medoc.fr (consulté le ).
  50. « Associations - Amicale des sapeurs-pompiers », sur vendays-montalivet.fr (consulté le ).
  51. a et b « Sécurité », sur vendays-montalivet.fr (consulté le ).
  52. « Marché de Montalivet », marchesdegironde.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Le marché - Vendays-Montalivet », vendays-montalivet.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Fichier RFDM2011COM : revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur Insee (consulté le ).
  55. a b c et d « Comparateur de territoire−Commune de Vendays-Montalivet (33540) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  56. « Tourisme », sur vendays-montalivet.fr (consulté le ).
  57. « La mort de Christiane Lecocq, fondatrice du centre naturiste de Montalivet », sur France Bleu gironde,
  58. Julien Lestage, « La station de Montalivet retrouve son Show Bike après deux ans d’absence », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  59. Julien Lestage, « Vendays-Montalivet quitte l’office de tourisme communautaire Médoc Atlantique », [[Sud Ouest)],‎ (lire en ligne)
  60. Vendays-Montalivet sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 1er décembre 2014.