Mortagne-sur-Gironde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mortagne.
Mortagne-sur-Gironde
Les falaises mortes, non loin du port de plaisance.
Les falaises mortes, non loin du port de plaisance.
Blason de Mortagne-sur-Gironde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saintonge Estuaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération Royan Atlantique
Maire
Mandat
Jean-Louis Faure
2014-2020
Code postal 17120
Code commune 17248
Démographie
Gentilé Mortagnais
Population
municipale
955 hab. (2014en diminution de -7.01 % par rapport à 2009)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 01″ nord, 0° 47′ 01″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 64 m
Superficie 18,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Gironde

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Gironde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Gironde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mortagne-sur-Gironde

Mortagne-sur-Gironde est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Mortagnais et les Mortagnaises[1].

Bordant les rives de l'estuaire de la Gironde, cette petite cité du Royannais fut pendant plusieurs siècles une principauté, titre qu'elle acquit au lendemain de la guerre de Cent Ans, mais finit par perdre par déshérence. Importante place forte militaire, elle devint également un port de premier ordre au XVIIIe siècle, classé troisième port de Gironde (après Bordeaux et Blaye) au milieu du XXe siècle, avant de décliner peu à peu. Elle vit aujourd'hui principalement du tourisme, restant malgré tout un port de pêche relativement actif.

La cité est divisée en deux entités distinctes : la ville ancienne, campée sur une falaise, s'organise autour de son église et de quelques rues commerçantes, tandis que le port, en contrebas, est bordé d'ancienne minoteries. Une partie des maisons ont été reconverties en bars, restaurants et commerces, faisant de cette partie de la cité un pôle économique actif en période estivale. Non loin de là, se dresse un ermitage monolithe remontant aux premiers siècles de l'ère chrétienne.

Mortagne-sur-Gironde appartient à la communauté d'agglomération Royan Atlantique, structure intercommunale regroupant 81 036 habitants (2013).

La commune appartient également depuis 2011 au réseau « Villages de pierres et d'eau », label initié par le conseil général afin de promouvoir des sites exceptionnels présentant la particularité d'être situés au bord d'une étendue d'eau (mer, rivière, étang…)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Haute Saintonge et Estuaire de la Gironde.

La commune de Mortagne-sur-Gironde est située dans la partie sud-ouest du département de la Charente-Maritime, sur la rive droite de l'estuaire de la Gironde, à mi-chemin entre les villes de Blaye, au sud (dans le département de la Gironde) et de Royan, au nord. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[3], elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

La Petite Camargue s'étend de Saint-Seurin-d'Uzet à Blaye.

Elle est rattachée administrativement au canton de Saintonge Estuaire et à l'arrondissement de Saintes et se trouve à 25 kilomètres de Royan[4], 30 kilomètres de Saintes[5], 40 kilomètres de Blaye[6], 73 kilomètres de Bordeaux[7] et 80 kilomètres de La Rochelle[8], préfecture du département.

La petite cité se divise en deux entités, qui tirent chacune partie des caractéristiques géographiques du site : une « ville haute », campée sur de puissantes falaises, constituant l'une des extrémités du plateau crétacé de Saintonge, répondant à une « ville basse » (également appelée « la Rive ») établie en contrebas, autour du port de plaisance, dans une zone marécageuse constituée d'alluvions récentes. Le bassin de plaisance, creusé dans les terres, est relié à l'estuaire par un chenal, dit chenal de Mortagne. L'estuaire de la Gironde, que l'on peut contempler depuis une table d'orientation située sur les hauteurs (place Bel-Air; la vue porte jusqu'à Pauillac et Le Verdon-sur-Mer), est large de douze kilomètres.

Vue aérienne du chenal reliant le port à l'estuaire de la Gironde.

Les falaises de Mortagne, qui forment un véritable mur de plus de trente mètres de haut, sont dites mortes, c'est-à-dire qu'elles ne sont plus baignées par les flots de l'estuaire, mais se dressent en retrait, au milieu des terres. Elles permettent de déterminer l'emplacement du littoral primitif, il y a environ 80 millions d'années. Datées de la période crétacée, et plus exactement de l'étage stratigraphique campanien, elles sont riches en spongiaires et en bryozoaires. Certaines falaises ont été rabotées au moment des glaciations : des formes en « U » caractéristiques sont encore visibles. Elles témoignent de la présence de vallées glaciaires au Quaternaire.

Le territoire communal est constitué en grande partie de champagnes calcaires et de croupes plus ou moins accentuées (hauteurs de La Roche Tendron, de Vil Mortagne, de Peu-Renoux…) où sont cultivés maïs, blé, avoine, tournesols, luzerne, ainsi que la vigne qui sert à produire des eaux-de-vie réputées, cognac et pineau des Charentes.

Des combes (vallées sèches) entaillent le plateau en divers endroits : on note ainsi la combe à Rambaud, près du hameau l'Échailler, la combe de Font-Pâques, plus profonde, la combe de Jau, qui vient s'y greffer, la combe d'Armel, dans la partie sud-est, près du lieu-dit la Richarde, mais aussi, tout au nord, la combe de la Bataille.

Les Falaises Mortes étaient autrefois battues par les flots.

Une source jaillit dans la partie sud-est de la commune, donnant naissance à un modeste cours d'eau, la rivière de Fontdevine. Long de 4,7 kilomètres, il est tributaire de la Gironde[9].

Au pied des falaises, se sont constituées de vastes zones marécageuses, issues de la présence dans les eaux de l'estuaire de nombreuses alluvions argileuses, qui se sont accumulées progressivement. Ces vastes étendues humides, appelées Petite Camargue ou Camargue saintongeaise, s'étendent de Saint-Seurin-d'Uzet à Blaye. Ponctuées de roselières et sillonnées de canaux, elles accueillent une riche végétation palustre. Elles se prolongent par une partie immergée, le banc de Saint-Seurin.

Les forêts constituent près de 17 % du territoire communal[10], et se concentrent surtout dans sa partie septentrionale (forêt de Valleret). Elles sont constituées essentiellement de chênes pédonculés, de chênes tauzins, de chênes pubescents ou de frênes.

La commune est une des étapes d'un sentier de grande randonnée balisé, le GR 360.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune, un peu en marge des grands axes de communication, est accessible par plusieurs routes secondaires. La principale est la D 145 ou « route verte », itinéraire touristique reliant Bordeaux à Royan, qui longe la rive droite de l'estuaire de la Gironde. En entrant à Mortagne depuis Saint-Seurin-d'Uzet, la route devient sinueuse et parfois pentue (côte de 14 % au lieu-dit « Tire-Cul »[11]), en raison des « falaises mortes » qui modifient le relief : elle offre des points de vue spectaculaires sur l'estuaire et les marais de la « Petite Camargue ».

L'extrémité nord du territoire communal est traversée par une route importante, seule véritable « artère » du canton de Cozes : la D 730, qui appartient au réseau des routes départementales de première catégorie[12] (fréquentation importante : plus de 3 000 véhicules par jour). Cet axe majeur, dit « route de Bordeaux », irrigue toute la partie méridionale du département, jusqu'à La Roche-Chalais, en Dordogne. C'est également la principale voie de communication (hors autoroute) pour rejoindre Mirambeau, Blaye et Bordeaux. La D 6, qui vient se greffer sur la D 730, relie directement le hameau de Touvent (commune de Boutenac-Touvent) au centre-bourg, ménageant des vues panoramiques sur l'estuaire de la Gironde et les côtes médocaines.

Dans la partie occidentale de la commune, la D 245 et la D 245 e permettent de desservir les hameaux de Beauchêne, Font-Pâques, Chez Bouyer ou Font-Remy.

La commune ne dispose pas de gare de chemins de fer. Les gares SNCF les plus proches sont situées à Royan, Saintes et Pons.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de transports départementaux « Les Mouettes ». Des correspondances existent avec les gares de Saintes et Royan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mortagne
Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet Virollet Brie-sous-Mortagne
Mortagne Boutenac-Touvent
estuaire de la Gironde Floirac

Environnement[modifier | modifier le code]

L’estuaire de la Gironde est une zone humide formée à la lisière de la terre et de la mer. Cet entrecroisement des frontières écologiques, en font un écosystème complexe et varié. Les rives de la Gironde présentent une multitudes de milieux naturels tels que : les roselières, les prés salés atlantiques du schorre, les mares de chasse, les falaises et coteaux calcaires en bordure d’estuaire.

L’apport, l’accumulation et le recyclage de sédiments et de substances nutritives en continu placent les estuaires en tête des écosystèmes les plus productifs de la planète. Leur intérêt n’est plus à démontrer pour de nombreuses espèces de poissons qui y trouvent zones de reproduction et de nourricerie où par exemple de jeunes bars, mulets, maigres, gobies, flets, soles viennent se nourrir sur les vases immergés de l’ancien polder.

Les falaises et coteaux qui eux bordent l’estuaire sont reconnus pour leur richesse botanique. On y retrouve des espèces comme le chou marin (Crambe maritima), adaptés aux conditions extrêmes de ces falaises soumises aux embruns et à la sécheresse.

De par ses ressources trophiques importantes, l’estuaire de la Gironde constitue une escale migratoire pour la conservation de nombreuses espèces d’oiseaux d’Europe du Nord: phragmite aquatique, gorge bleue à miroir, rémiz penduline, passereaux paludicoles ou limicoles.

Une grande partie du territoire communal est intégrée à une zone protégée en raison de la richesse de son écosystème (prés salés atlantiques, mares temporaires méditerranéennes, pelouses sèches, falaises, estuaire de la Gironde et marais associés). Les marais de la Petite Camargue, fréquentés par de nombreuses espèces d'oiseaux, sont le cadre de visites guidées régulières.

Le faucon pèlerin est présent sur les coteaux de Gironde

La préservation de la biodiversité a conduit à intégrer 1 % de la surface communale dans une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de classe I (petits espaces homogènes) — soit respectivement les marais de la Petite Camargue, la combe d'Armel, les falaises de Saint-Seurin et le banc de Saint-Seurin-les-Conches — et 40 % dans une zone de classe II (grands espaces naturels riches), comprenant l'estuaire de la Gironde, ses marais et ses coteaux. Cet ensemble, qui couvre plusieurs communes, bénéficie d'une protection spéciale dans le cadre du réseau de protection des espaces naturels de grande valeur patrimoniale Natura 2000 (classement en « site d'importance communautaire »). Les différents sites sont fréquentés par de nombreux mammifères (loutre, vison, grand et petit rhinolophe, barbastelle…), par des amphibiens (cistude d'Europe, espèce protégée)[13] et par de nombreuses espèces d'oiseaux, pour qui les rives de la Gironde sont une étape migratoire, un lieu de reproduction ou d'hivernage (busard cendré, busard des roseaux, échasse blanche, faucon hobereau, faucon pèlerin, tadorne de Belon, phragmite aquatique, gorge bleue à miroir…). L'estuaire de la Gironde est quant à lui une importante étape migratoire pour le saumon atlantique, l'esturgeon, l'alose et la lamproie[14].

8 % du territoire communal est concerné par la directive oiseaux (protection des oiseaux sauvages et de leur biotope) et 35 % par la directive habitats-faune-flore[10].

Reconquête du fleuve sur l’ancien polder de Mortagne sur Gironde : dans la nuit du 27 décembre 1999, une tempête exceptionnelle s’abat sur les côtes atlantiques françaises. Dans l’estuaire de la Gironde, la montée des eaux détruit les digues d’un polder agricole de 190 hectares, pour envahir la terres et partie basse de la petite ville de Mortagne-sur-Gironde. En l’absence de digue, les terrains agricoles où était pratiquée une agriculture intensive depuis 1960 (maïs, tournesol) deviennent difficilement exploitables. La tempête en détruisant les digues de protection du polder, a rendu le site submersible lors des marées. Aujourd’hui l’eau salée de l’estuaire parvient dans le polder entrainant une sédimentation : phénomène essentiel dans le processus de reconquête du polder. L’apport d’une banque de graines a réactivé la dynamique naturelle de la végétation. Le polder est dorénavant marqué par un étagement de végétation caractéristique des marais estuariens de la côte atlantique avec la salicorne, la scirpe maritime et du roseau commun sur une vingtaine de kilomètres le long de la côte charentaise. Ces milieux naturels sont des zones d’intérêt majeur pour reproduction et la migration de nombreuses espèces végétales et animales.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente-Maritime.

Le climat dont bénéficie la Charente-Maritime est un climat océanique tempéré de type aquitain, marqué par un ensoleillement moyen assez important : avec 2 250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[15]. La pluviosité y est modérée, les précipitations ne dépassant pas 1 200 mm par an. Les températures, quant à elles, varient en moyenne de +5 °C en hiver à +20 °C en été.

Les îles et l'ensemble du littoral de la Charente-Maritime se caractérisent par un climat particulièrement doux en hiver, et rafraîchissant l'été, grâce aux influences océaniques perpétuellement en mouvement (brise marine). Ces conditions climatiques favorables, toujours soumises aux influences de l'océan Atlantique, ont favorisé un véritable microclimat de type sub-aquitain et l'existence d'une végétation déjà méridionale. Ainsi la flore se caractérise-t-elle par la présence étonnante de lauriers-roses, eucalyptus, agaves, et même les mimosas se mettent à fleurir dès le mois de janvier. Aux essences déjà méridionales du chêne vert (ou yeuse) et du ciste, s'ajoutent une forte présence de palmiers, figuiers, orangers et même oliviers. Il existe toutefois un contraste entre le littoral, assez sec et ensoleillé et l'intérieur des terres, davantage pluvieux. La pluviométrie passe ainsi de 750 mm sur le littoral à 950 mm dans l'intérieur de la Haute-Saintonge.

Le figuier pousse spontanément dans les terrains calcaires de la région.

Les relevés de la station météorologique de La Rochelle entre 1946 et 2000 permettent de déterminer quelques dates majeures au point de vue climatique en Charente-Maritime : ainsi, au cours de ce laps de temps, la température la plus froide est relevée le 15 février 1956 : −13,6 °C.
Un pic de température (dépassé seulement au cours de la canicule de 2003) est atteint le 8 juillet 1982 avec près de 39 °C à l'ombre.
Si 1953 est considérée comme l'année la plus sèche, 2000 est au contraire la plus pluvieuse[16].

À Bordeaux, les températures moyennes relevées sont de 6,4 °C en janvier et de 20,9 °C en août, avec une moyenne annuelle de 13,3 °C. Les records de chaleur enregistrés sont de 41,9 °C le 16/8/1892 et les records de froid de −16,4 °C le 16/1/1985. Le département de la Gironde connaît en moyenne 15 à 20 jours en été où les températures dépassent les 30 °C. Des températures extrêmes peuvent aussi être observées comme lors de l'été 2003 où la température a atteint 41 °C. Ce même été, il y a eu 12 jours consécutifs où les maximales ont atteint ou dépassé les 35 °C.

Charente-Maritime et Gironde ont cependant connu des hivers très froids en 1956, 1985, 1987 et 2012.

La région a été durement affectée par la tempête Martin du 27 décembre 1999. Les records nationaux de vents enregistrés sont atteints avec 198 km/h au nord de l'île d'Oléron (station de la pointe de Chassiron). Des pointes à 194 km/h sont relevées à Royan.

Un an après le passage de la tempête Klaus (janvier 2009), la commune est touchée par la tempête Xynthia (février 2010). Si de violentes bourrasques sont relevées sur la commune, le territoire est avant tout affecté par des inondations, ainsi que par quelques dégâts matériels (chutes d'arbres, de poteaux électriques, etc.).

Les tableaux suivants résument les principales données climatiques des stations de Météo-France de Bordeaux (environ 70 kilomètres au sud) et de La Rochelle (environ 80 kilomètres au nord-ouest).

Données générales[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Mortagne-sur-Gironde[17] 2250 755 4 13 26
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Données météorologiques à La Rochelle[modifier | modifier le code]

Données climatiques à La Rochelle
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,8 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Température moyenne (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18 12,6 9,2 16,1
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2 250
Précipitations (mm) 82,5 66,1 57 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de La Rochelle de 1961 à 1990[18].


Données météorologiques à Bordeaux[modifier | modifier le code]

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,8 3,4 4,6 6,6 10,3 13 15,1 15,2 12,5 9,5 5,5 3,8 8,5
Température moyenne (°C) 6,4 7,6 9,6 11,6 15,4 18,3 20,8 20,9 18,1 14,2 9,4 7,3 13,3
Température maximale moyenne (°C) 10 11,7 14,5 16,5 20,5 23,5 26,4 26,6 23,7 18,8 13,4 10,7 18,1
Record de froid (°C) −16,4 −15,2 −9,9 −5,3 −1,8 2,5 4,8 1,5 −1,8 −5,3 −12,3 −13,4 −16,4
Record de chaleur (°C) 20,2 26,2 29,8 31,1 35,4 38,5 39,2 41,9 37,6 32,2 25,1 22,5 41,9
Précipitations (mm) 92 82,6 70 80 83,9 63,8 54,5 59,5 90,3 94,1 106,9 106,7 984,1
Source : Le climat à Bordeaux (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1880)[19]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin Mauritania (Terre des Maures), du nom probable d'une station militaire romaine du Bas-Empire composée de troupes Maures[20], comme les autres Mortagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines de la cité[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques effectuées sur le territoire communal révèlent des traces d'occupation humaine très ancienne, ce que montre notamment la présence d'un éperon barré remontant au néolithique au lieu-dit de Vil-Mortagne. Des traces d'habitation gallo-romaines ont été également découvertes, qui seraient, selon certaines hypothèses, les restes d'une villa ayant appartenu à saint Ausone, ce qui n'est pas attesté. Au IIe siècle de notre ère, un ermitage monolithe est fondé par des moines, qui creusèrent au fil des siècles un ensemble comportant cellules et église à même la falaise, selon des techniques que l'on retrouve à Aubeterre-sur-Dronne.

Vers le XIIe siècle, Mortagne devint une place fortifiée, ce qui s'explique aisément étant donné la topologie des lieux, formant un promontoire protégé par des falaises. Des remparts et un château fort vinrent compléter l'œuvre de la nature pour former une place forte réputée imprenable. L’autorité du seigneur de Mortagne était appuyée par le prieuré des chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin qui gérait alors neuf paroisses[21].

Une place forte très convoitée[modifier | modifier le code]

Durant la guerre de Cent Ans, la ville se trouvera au centre d'interminables combats entre les partis anglais et français. En 1378, lors d'un nouveau siège de la cité par les troupes anglaises, le prince gallois Yvain de Galles, allié du roi de France, périra assassiné par le mercenaire Jon Lamb. La place forte, conquise par les Anglais, passera définitivement à la France en 1407, à la suite d'une bataille remportée par François de Montberon qui tenait la seigneurie de sa femme Louise de Clermont. Ce fait d'armes lui vaudra l'érection de la terre en principauté.

La principauté de Mortagne[modifier | modifier le code]

Le port, à marée basse.

En 1580, au moment des guerres de religion, Mortagne, place forte catholique, est conquise et mise à sac par les troupes du poète-soldat Agrippa d'Aubigné. Le prieuré et l'église Saint-Étienne sont incendiés. Quelques années plus tard, en 1622, Louis XIII en personne vint soutenir les opérations militaires et délivra la principauté de Mortagne.

Par la suite, le cardinal de Richelieu, principal ministre de Louis XIII, obtint la principauté de Mortagne de 1624 à 1642[22].

Le creusement du bassin à flot fut commencé au XVIIIe siècle. Le port de Mortagne deviendra à la fois un port militaire, de commerce et de pêche, abritant, entre autres, des navires de la Royale. À cette époque, la ville se divise en deux quartiers principaux : la Ville-Haute, siège des représentants du prince, des autorités religieuses et de la bourgeoisie, et la Ville-Basse, regroupée autour du port, qui devient le poumon économique de la cité. On y installe de nombreuses minoteries, des entrepôts, une cimenterie. La Révolution verra la fin de la principauté et la transformation de la ville en commune du canton de Cozes.

Un port important[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Port de Mortagne.
Écluse du bassin à flots.

Le chemin de fer est installé en 1891. En 1906, la Marine nationale s'emploie à élargir le port, qui recevra jusqu'en 1914 des navires militaires, notamment des contre-torpilleurs et des sous-marins.

Plusieurs cargos assureront également des liaisons commerciales régulières, en particulier avec le Royaume-Uni, lesquelles ne cesseront qu'avec le début de la Seconde Guerre mondiale. En 1939, le port de Mortagne est classé troisième port de l'estuaire de la Gironde, après Bordeaux et Blaye.

Aujourd'hui, la ville vit principalement du tourisme et du développement des activités tertiaires.

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De 1789 à 1799, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune âgés d'au moins 25 ans, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt équivalent au moins à dix journées de travail.

La Ville-Basse (ou la Rive) s'étend au pied des falaises, à proximité du port.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après les lois organiques 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus au suffrage censitaire pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855. Après 1871, les maires sont de nouveau élus, sauf dans les chefs-lieux (de départements, d'arrondissements ou de cantons).

Le 15 novembre 1895, Mortagne prend le nom de Mortagne-sur-Gironde

Ce n'est que le , qu'une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est votée, et qui régit le principe de l'élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l'importance de la commune (sauf pour Paris). La loi du 5 avril 1884 fixe le mandat à quatre ans, durée portée le à six ans[23]. De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[24]). Lors du scrutin de 2008, Jean-Louis Faure est élu conseiller municipal au premier tour puis nommé maire par celui-ci[25].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1985 1995 Jean Dumas    
1995 en cours Jean-Louis Faure LR Médecin

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Canton[modifier | modifier le code]

Mortagne-sur-Gironde appartient au canton de Saintonge Estuaire. Jusqu'au mois de mars 2015, elle appartenait au canton de Cozes.

Au moment de la réorganisation territoriale de 1790, Mortagne-sur-Gironde fut érigée en chef-lieu de canton au sein du district de Saintes, mais perdit cette fonction en 1800, par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 955 habitants, en diminution de -7,01 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 349 1 367 1 227 1 376 1 436 1 450 1 472 1 642 1 683
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 612 1 661 1 608 1 560 1 659 1 705 1 638 1 638 1 657
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 742 1 979 1 987 1 527 1 545 1 512 1 545 1 351 1 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 310 1 210 1 121 1 039 972 967 1 001 1 023 955
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Mortagne-sur-Gironde en 2007 en pourcentage[31]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90 ans ou +
1,8 
12,8 
75 à 89 ans
13,6 
20,9 
60 à 74 ans
24,1 
22,4 
45 à 59 ans
20,3 
15,7 
30 à 44 ans
16,2 
12,8 
15 à 29 ans
9,9 
14,4 
0 à 14 ans
14,0 
Pyramide des âges de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[32]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Deux émetteurs permettent la réception des 19 chaînes gratuites de la télévision numérique terrestre (TNT)[33] : celui de Royan-Vaux-sur-Mer couvre une partie du territoire communal, mais souffre parfois de perturbations dues au relief accidenté. Depuis le mois d'octobre 2010 et le passage de la région Poitou-Charentes au « Tout numérique », il est le seul à permettre la réception par voie hertzienne de France 3 Poitou-Charentes et de son décrochage France 3 Atlantique. La chaîne régionale peut néanmoins être reçue par satellite par l'intermédiaire du bouquet gratuit Fransat, et est reprise sur la plupart des réseaux ADSL.

L'émetteur de Bordeaux-Bouliac couvre une grande partie du territoire communal; il reprend également l'ensemble des chaînes gratuites de la TNT, ainsi que le décrochage régional de France 3 Aquitaine, France 3 Bordeaux-Métropole et la chaîne locale bordelaise TV7 Bordeaux. Cet émetteur de forte puissance a débuté la diffusion d'un multiplex permettant la réception de chaînes de télévision haute définition (HD).

Radio[modifier | modifier le code]

La plupart des radios nationales présentes dans le département peuvent être écoutées dans la commune. Les informations départementales sont relayées par la station de radio publique France Bleu La Rochelle; cependant, France Bleu Gironde peut également être reçue sans difficultés. Les stations de radio locales pouvant être écoutées dans la commune sont principalement Terre Marine FM (généraliste émettant depuis Fouras, reprise par le réémetteur de Saintes, Mixx radio (techno, dance et musiques électroniques, émettant depuis Cognac et reprise par le réémetteur de Saintes), Wit FM (généraliste, émettant depuis Bordeaux) et Aqui FM (généraliste émettant depuis Saint-Germain-d'Esteuil, en Médoc).

Presse[modifier | modifier le code]

La presse locale est représentée par le quotidien Sud Ouest, dont le siège est à Bordeaux. Des bureaux du journal sont implantés à Royan, Saintes et Blaye.

Cultes[modifier | modifier le code]

Mortagne appartient au diocèse catholique de La Rochelle et Saintes, lui-même subdivision de la province ecclésiastique de Poitiers depuis 2002 (de la province ecclésiastique de Bordeaux avant cette date) et au doyenné de Royan (secteur paroissial Notre-Dame-de-l'Estuaire).

La communauté protestante ne possède plus de lieu de culte dans la commune, le temple ayant été transformé en salle d'expositions. Les offices sont célébrés au temple de Cozes.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur d'un bassin d'emploi particulièrement attractif, la zone d'emploi de Royan (issue de la partition de l'ancienne zone d'emploi Saintonge maritime, qui regroupait de nombreuses communes du Pays Rochefortais, du Pays Marennes-Oléron et du Pays Royannais[34]), forte de 27 753 emplois en 2008[35]. La zone d'emploi de Royan est, avec celle de La Rochelle, la plus dynamique de l'ex-région Poitou-Charentes, toutes deux profitant « d'un tissu économique et d'une démographie dynamiques » (Insee)[35]. La croissance y est particulièrement soutenue, du fait du développement des activités tertiaires.

La position privilégiée de la commune, située dans l'arrière pays royannais, à proximité immédiate de nombreux sites touristiques ou historiques, explique que la principale activité économique de la ville soit le tourisme. La commune possède plusieurs campings et gites ruraux, un centre-ville doté des commerces de base, mais également un bassin à flot dont la capacité est de 200 bateaux. L'autre secteur économique important est la pêche, en particulier la pêche au maigre et aux pibales.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Culture en Charente-Maritime.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ermitage monolithe[modifier | modifier le code]

Situé à 600 mètres au sud de la ville basse, l'ermitage Saint-Martial est entièrement aménagé au creux d'une puissante falaise. D'inspiration cappadocienne, il se compose de plusieurs cellules, d'un réfectoire, d'une cuisine et d'une curieuse église monolithe, qui, bien que moins connue que celles d'Aubeterre-sur-Dronne et de Saint-Émilion, compte parmi les sommets de l'architecture soustractive dans le Sud-Ouest de la France. D'une grande sobriété, elle conserve une tribune taillée à même le roc, une statue de saint Antoine d'Égypte et une autre de saint Martial[36].

Cet ermitage est aménagé à partir de cavités naturelles, sans doute dès les premiers temps de l'ère chrétienne (probablement IIe ou IIIe siècle). La tradition veut que saint Martial soit venu se retirer régulièrement dans ces grottes. Par la suite, une petite communauté monastique s'est employée à les agrandir. L'église daterait (selon Charles Connoué, spécialiste de l'architecture religieuse en Saintonge) du IXe siècle[37], mais elle est remaniée par la suite. Au XIe siècle, l'ermitage est un relais sur une voie secondaire du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les pèlerins y trouvent alors un abri, puis les moines les font passer en barque de l'autre côté de l'estuaire de la Gironde, en Médoc, où ils poursuivent leur route vers Bordeaux et ses nombreux sanctuaires, ou Soulac et sa célèbre basilique Notre-Dame. Les moines de Mortagne ont également pour mission de secourir les marins en détresse. Cette communauté religieuse, assez réduite, reste en fonction jusqu'à la Révolution, où les derniers moines Récollets sont dispersés.

L'ermitage de Mortagne est classé monument historique depuis le [38]. Il est ouvert à la visite.

Église Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

Les origines de cette église remontent au moins au XIIe siècle, même s'il ne subsiste plus guère d'éléments datant de cette période, sinon quelques pans de murs (parties du chevet et du transept) et une série de chapiteaux historiés au niveau des croisillons (inscrits aux monuments historiques).

L'église Saint-Étienne de Mortagne-sur-Gironde.

Au Moyen Âge, elle est une des deux églises paroissiales de la ville, avec l'église Notre-Dame, aujourd'hui disparue. Siège d'un prieuré conventuel augustinien, elle a autorité sur plusieurs paroisses alentour, dont Cozes, Saint-Seurin-d'Uzet, Gémozac ou Champagnolles[37]. Incendiée et pillée durant les Guerres de religion par les troupes d'Agrippa d'Aubigné[39], elle est reconstruite une fois la paix revenue, mais est de nouveau en fort mauvais état au début du XVIIIe siècle.

Une grande campagne de travaux est menée à partir de 1769, sous la direction du tailleur de pierre Martin Blondeau et du charpentier Daniel Maurice. Au siècle suivant, le clocher, fissuré, nécessite une surveillance constante. Après délibérations, il est finalement décidé d'en construire un nouveau. Deux architectes s'opposent quant au parti à mettre en œuvre : Gustave Alaux, adepte du style néogothique, et Antoine Brossard, tenant du néoclassicisme. La proposition d'Alaux l'emporte finalement, et en 1859, le clocher-porche en pierre de Bourg, couronné d'une flèche servant d'amer aux navigateurs, est édifié. Il est repris en 1870 par l'architecte Aimé Bonnet[40].

L'église Saint-Étienne, d'une grande sobriété, est en forme de croix latine. Elle comprend une nef unique de quatre travées, éclairée par une série de baies en plein cintre où ont été placés des vitraux colorés, issus des ateliers Dagrant et datant de 1889[39]. Le transept conserve une série de chapiteaux médiévaux, seules survivances de l'ancienne église. Des pilastres servent d'appui à une voûte d'arêtes en anse de panier, qui couvre la quasi-totalité de l'édifice. En ciment armé, elle date de la fin du XIXe siècle et remplace un ancien lambris[37]. De nombreux indices semblent indiquer la présence d'une crypte sous le croisillon nord ; la tradition veut que des compagnons de Charlemagne y aient été inhumés[39]. Plusieurs religieux et différentes personnalités mortagnaises sont enterrées sous les dalles de l'église, suivant une coutume ancienne.

Le mobilier de l'église comprend un retable d'époque Louis XVIII, dans un goût proche de celui de Saujon, une chaire Louis XIII, un chemin de croix du XVIIIe siècle et une statuaire datant essentiellement du XIXe siècle.

Musée de Mortagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée de la carte postale.

Depuis l'été 2003, Mortagne-sur-Gironde a aménagé un petit musée local, implanté dans l'ancien embarcadère de l'actuel port de plaisance, qui retrace l'histoire du village au moyen d'un fond original de 300 reproductions de cartes postales anciennes. Animé par une association communale, L'Embarcadère, il a pour but de faire connaître aux visiteurs l'histoire et le patrimoine de cette petite cité des bords de Gironde. L'entrée du musée est gratuite.

La présence de ce musée permanent contribue activement à l'animation touristique et culturelle de la rive droite de la Gironde.

Langue saintongeaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saintongeais.
Carte représentant l'aire linguistique du Saintongeais dans les Charentes et le Nord-Gironde
Aire linguistique du Saintongeais.

La commune est située dans l'aire linguistique du saintongeais, un dialecte faisant partie de la famille des langues d’oïl, branche des langues romanes, qui comprend également le français, l’angevin le picard et le poitevin avec lequel il est souvent regroupé dans un domaine plus vaste, le poitevin-saintongeais.

Le saintongeais (saintonjhais) est la langue vernaculaire parlée en Saintonge ainsi que dans une partie de l'Aunis, de l'Angoumois, mais aussi dans quelques enclaves de Guyenne (Pays Gabay ou Grande Gavacherie, Petite Gavacherie autour de Monségur dans l'Entre-deux-Mers et enclave du Verdon, en Médoc). On l’appelle parfois aussi le charentais ou encore le patois charentais. Les locuteurs sont dits patoisants.

Le saintongeais a fortement influencé l’acadien et en conséquence, par ricochet, le cadien ; quant au québécois, il a été influencé par les parlers tels que le normand, le francien et le saintongeais.

La langue saintongeaise présente de nombreux traits communs avec des langues telles que le cadien ou l'acadien, ce qui s'explique par les origines saintongeaises d'une partie des émigrants vers la Nouvelle-France au XVIIe siècle.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine charentaise.
Les pibales, pêchées dans la Gironde, sont une spécialité de Mortagne.

La gastronomie saintongeaise est principalement axée sur trois types de produits : les produits de la terre, les produits de la mer et les produits de la vigne.

Les préparations à base de viande de porc occupent une place prépondérante dans la cuisine régionale : ainsi des gratons ou des grillons, sortes de rillettes à base de viandes rissolées et confites dans leur graisse, du gigorit (ou gigourit), un civet mêlant sang, gorge, foie et oignons, ou de la sauce de pire, à base de fressure, d'oignons et de vin blanc de pays[41].

La cuisine saintongeaise intègre tout naturellement de nombreuses recettes à base de cagouilles, le nom local de l'escargot petit-gris. Animal tutélaire de la Saintonge, il est notamment cuisiné à la charentaise, c'est-à-dire cuit dans un court-bouillon agrémenté de vin blanc, d'ail et de mie de pain.

Carte des différentes zones de production du Cognac et du Pineau dans les deux Charentes : Montendre est en bons bois
Zone de production du cognac et du pineau.

Parmi les autres spécialités locales, il convient de noter également les pibales (alevins d'anguille pêchés dans la Gironde, spécialité de la ville (mais aussi de Blaye), les huîtres de Marennes-Oléron, les sardines de Royan, les « thyeusses de gueurnouilles » (cuisses de grenouilles) ou encore la sanglette, une galette préparée à base de sang de poulet et d'oignons cuits.

Les desserts traditionnels sont issus de la cuisine paysanne : millas (gâteau à la farine de maïs, qu'on retrouve dans une grande partie du Sud-Ouest de la France), galette charentaise, au beurre Charentes-Poitou, ou encore merveilles (beignets).

Les vignes de la région servent à la confection d'eaux-de-vie réputées, telles que le pineau des Charentes et plus encore, le cognac. La commune de Mortagne-sur-Gironde est ainsi intégralement située dans la zone de production des Bons Bois.

Mortagne dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Une bande dessinée, Le Sorcier de la Falaise[42] se passe à Mortagne-sur-Gironde, en septembre 1957. Le calme de ce village de province est brisé par la découverte du corps d'une femme sauvagement assassinée. Maître Berger, un avocat bordelais enquête. Qui a tué Juanita Villa ? Noël Caraman, ex-star de cinéma, le maire ou le sorcier ? Finies les suppositions, un autre crime vient d'être commis…

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées à Mortagne :


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au pal d'or accosté de six losanges du même.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Treize villages unis pour le meilleur et pour le pire, article de Thomas Brosset paru dans Sud Ouest, 10 février 2011
  3. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  4. Calcul de l'orthodromie entre Mortagne et Royan
  5. Calcul de l'orthodromie entre Mortagne et Saintes
  6. Calcul de l'orthodromie entre Mortagne et Blaye
  7. Calcul de l'orthodromie entre Mortagne et Bordeaux
  8. Calcul de l'orthodromie entre Mortagne et La Rochelle
  9. Fiche cours d'eau, site du Sandre
  10. a et b Site du Sigore
  11. L'univers de l'estuaire, circuit de Mortagne
  12. La Charente-Maritime : schéma routier départemental, 2010-2030
  13. Marais et falaises des coteaux de Gironde, site Natura 2000
  14. L'estuaire de la Gironde, site Natura 2000
  15. Préfecture de Charente-Maritime : Météo France
  16. Relevés Météo-France de 1946 à 2000, sur le site Bernezac.com
  17. Données de la station de La Rochelle, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  18. « Climatologie mensuelle à La Rochelle », sur infoclimat.fr (consulté le 22 octobre 2009)
  19. Météo stats | Station Bordeaux
  20. Origines du nom de Mortagne
  21. D'après l'office de tourisme
  22. D'après l'office de Tourisme
  23. La décentralisation, site de l'Assemblée nationale
  24. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  25. « Les résultats des élections municipales 2008 à Mortagne-sur-Gironde », sur Les échos
  26. site France Diplomatie
  27. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  31. « Évolution et structure de la population à Mortagne-sur-Gironde en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 mai 2011)
  32. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 mai 2011)
  33. TDF - Ma TNT, commune de Mortagne-sur-Gironde
  34. Présentation de la zone d'emploi de Saintonge maritime, site de l'ARTLV
  35. a et b « Treize nouvelles zones d’emploi en Poitou-Charentes », sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2012).
  36. Charente-Maritime, Saintonge, guides Gallimard, p.148
  37. a, b et c Les églises de Saintonge, Saintes et ses environs, tome I, par Charles Connoué, R. Delavaud imprimeur-éditeur, Saintes, 1952, p.173
  38. Notice no PA00104819, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. a, b et c Inventaire du patrimoine de Mortagne-sur-Gironde
  40. Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, p.233
  41. Charente-Maritime, encyclopédie Bonneton, p. 106-107
  42. Le Sorcier de la Falaise (série "Maître Berger" n° 4) / Patrick Dumas & François Rivière. Grenoble : Glénat, février 1989, 48 p. coul. (46 pl.) (Collection Circus. Aventure). (ISBN 2-7234-1011-0)