Armand Corcelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Armand Corcelles
ou Arnaud Corcelle
Présentation
Naissance
Bordeaux, France
Décès (à 77 ans)
Bordeaux, France
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement Architecture néoclassique
Œuvre
Réalisations Temple des Chartrons, ancienne synagogue de Bordeaux (rue Causserouge)

Armand Corcelles ou Arnaud Corcelle (selon les sources), est un architecte bordelais, né à Bordeaux le [1] et mort à Bordeaux le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

C'était le fils d'un charpentier.

Armand Corcelles édifia à Bordeaux le temple des Chartrons[3], entre 1832 et 1835, et de nombreuses églises et quelques châteaux dans la région.

Le décret du règle l'organisation des synagogues consistoriales et crée un consistoire israélite à Bordeaux pour une communauté estimée à 3 713 individus. Le , le consistoire est installé par le préfet. Le consistoire et la communauté juive bordelaise souhaitant avoir une synagogue plus convenable, ils chargent Armand Corcelles de construire la première synagogue monumentale édifiée en France, l'ancienne synagogue de Bordeaux, située rue Causserouge. Le décret du autorise la construction de la synagogue. Les travaux sont commencés le . N'ayant aucun modèle auquel il pourrait se référencer, l'architecte choisit de réaliser une architecture parlante avec une décoration qui ne pouvait « se trouver que sur un sanctuaire consacré à la religion de Moïse »[4]. Elle a été inaugurée le [5], mais elle est détruite par un incendie en 1873.

Il a édifié des maisons de campagnes autour de Bordeaux, le château de Respide à Langon[6], le château Labégorce à Margaux[6] ou encore la maison Balguerie (ou château Bonnefont) à l'entrée du domaine universitaire de Talence[7].

Architecte religieux, on lui doit l'église Saint-Martin, construite entre 1824 et 1829, où il s'est inspiré de l'art grec[8]. On lui doit également le temple réformé de la ville de Sainte-Foy-la-Grande, construit durant les mêmes années. La décoration intérieure est alors très semblable à celle choisie pour les Chartrons ensuite, mais elle s'en différencie par l'utilisation de lanternes pour un éclairage zénithal, choix architectural peu commun à l'époque[9] et l'ancien temple de Clairac. Au cimetière de la Chartreuse, il a construit le tombeau Chiapella, pour lequel il s'est inspiré des monuments funéraires antiques[10].

Il a construit en 1833 l'ancien établissement des Montagnes russes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « BORDEAUX II 239/1 - Répertoire des baptêmes de la paroisse Sainte-Croix, lettres A à C (1541-1792), page 241/262 », sur Archives de Bordeaux Métropole.
  2. « BORDEAUX 3 E 177 - Registre des actes de décès de Bordeaux, section 1, 1843, page 48/179 », sur Archives de Bordeaux Métropole.
  3. « Temple des Chartrons », notice no PA00083478, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. D. Jarrassé, La synagogue régénérée ou premier temple monumental de France à Bordeaux, dans Le progrès des Arts réunis, 1812.
  5. Théophile Malvezin, Histoire des Juifs à Bordeaux, p. 305, Charles Lefèbvre libraire, Bordeaux, 1875 Texte [lire en ligne].
  6. a et b Actes de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, Paris, E. Dentu, , 287 p. (lire en ligne), p. 141.
  7. Inventaire en Aquitaine : Les maisons de campagne autour de Bordeaux, à partir de 1805
  8. Médoc : Église Saint-Martin de Pauillac
  9. [G. Verral, Sainte-Foy-la-Grande à l'époque contemporaine, l'exemple d'une ville protestante (1852-1905)]
  10. Bordeaux - Le cimetière de la Chartreuse

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Du Bois et Elie Brault, Les architectes par leurs oeuvres : ouvrage rédigé sur les manuscrits de feu Al. Du Bois, vol. 3, Paris, H. Laurens, , 517 p. (OCLC 3711581, lire en ligne), p. 25.