Épaignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Épaignes
Épaignes
La mairie.
Blason de Épaignes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Communauté de communes Lieuvin Pays d'Auge
Maire
Mandat
Marie-Paule Leblanc
2016-2020
Code postal 27260
Code commune 27218
Démographie
Gentilé Épagnols
Population
municipale
1 580 hab. (2015 en augmentation de 15,24 % par rapport à 2010)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 49″ nord, 0° 26′ 28″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 181 m
Superficie 26,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Épaignes

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Épaignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épaignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épaignes

Épaignes est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie. Ce nom était traditionnellement prononcé [e'paɲ], mais on entend de plus en plus fréquemment [e'pεɲ], d’après l’orthographe actuelle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Épaignes est une commune du Nord-Ouest du département de l'Eure. Elle appartient à la région naturelle du Lieuvin[2] et se situe à 11 kilomètres au sud-ouest de Pont-Audemer.

Communes limitrophes d’Épaignes
La Lande-Saint-Léger Vannecrocq, Saint-Symphorien, Selles Selles
La Chapelle-Bayvel Épaignes Saint-Siméon
La Poterie-Mathieu
Saint-Sylvestre-de-Cormeilles Lieurey

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle abrite la source du Douet Tourtelle[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Elle est distante de 13 kilomètres de la sortie 28 de l'autoroute A13.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Spania en 1035 et 1037[4].

Ce toponyme évoque des colons venus d'Espagne à l’époque du Bas-Empire romain[5],[6]. Les Espagnols, venus d’Hispania, ont été autorisés par les Romains à fonder quelques colonies sur le territoire gaulois. François de Beaurepaire, dans "Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure", détache ces dénominations témoignant de la présence d'auxiliaires soldats-laboureurs issus du recrutement de volontaires ou de déportation de prisonniers.

Formations homonymes : Épagne (Aube, Somme), Épannes (Deux-Sèvres, hyspania 1243)[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé vers 1018 par le sire de Conches, Roger Ier de Tosny, alors qu'il rentrait de sa première campagne contre les Maures.

Le 26 novembre 2006 a été signé le serment d'Épaignes concernant l'avancement de la réunification des deux régions administratives de Basse-Normandie et de Haute-Normandie en une région unique de Normandie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Épaignes

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

de gueules à la barre d'argent chargée de trois pommes du champ, tigées et feuillées de deux pièces de sinople, accompagnée en chef d'un épi de blé feuillé de deux pièces, et en pointe d'une branche de gui posée en barre, le tout d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1813 1816 Jean Léger    
1816 1830 Alphonse Lulx-Delamotte    
1833 1852 Jean Léger    
1866   M. Hauvel    
1902   M. Dulong    
1936   M. Louchet    
1942 1971 André Morin    
1971 1995 Pierre Duboc    
juin 1995 juin 2016 Hervé Morin UDI Député, Président de la région Normandie depuis 2016
démissionne de la fonction de maire mais reste membre du conseil municipal
2 juin 2016 en cours Marie-Paule Leblanc[7] UDI Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2015, la commune comptait 1 580 habitants[Note 1], en augmentation de 15,24 % par rapport à 2010 (Eure : +2,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2302 0422 1832 1962 3172 1382 0672 0011 829
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7081 7291 7011 5601 4771 3081 3161 1951 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1151 1021 010818901850856852810
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
9349479641 0291 0901 1581 2231 3711 580
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête locale d'Épaignes est la Saint-Antonin qui se déroule généralement le dernier week-end d'août.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a créé une zone industrielle pour permettre la construction d'une usine de chocolaterie et d'une entreprise de BTP Poulingue. Dernièrement, la mairie a créé une zone artisanale qui sera le cœur de l'économie d'Épaignes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Antonin[12]
  • Mairie-école de 1877[13] par André Perrée

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Site Natura 2000 « Corbie »[14].
  • Site Natura 2000 « Le haut-bassin de la Calonne »[15].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • ZNIEFF 230009185 - Le bois de la mine d'or[16].
  • ZNIEFF 230030031 - La mare de Ceffrey[17].
  • ZNIEFF 230031089 - Saint-Sauveur[18].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • ZNIEFF 230009183 - La haute vallée de la Calonne[19]
  • ZNIEFF 230009170 – La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort[20]

.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, né à Pont-Audemer, y a passé son enfance et en a été le maire de 1995 à 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Graphie archaïque et mal comprise : le trigramme -ign- notait autrefois le « n mouillé » [nʲ], devenu aujourd'hui [ɲ] : le mot Épaignes se segmentait donc Épa-ignes et non Épai-gnes. Le même accident de lecture est survenu aux mots Montaigne et araignée.
  2. « Le Lieuvin », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 21 février 2017).
  3. SANDRE, « Fiche ruisseau le douet tourtelle (I0379000) » (consulté le 11 juin 2017)
  4. Adigard des Gautries Jean. Les noms de lieux de l'Eure attestés de 911 à 1006. In: Annales de Normandie, 4ᵉ année, n°3-4, 1954. pp. 237.
  5. a et b Pierre Miquel - 2016 - Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France (ISBN 2226381767).
  6. a et b Jacques Cellard, Éric Vial - 2017 - Trésors des noms de famille, des noms de villes et de villages, (ISBN 241001223X).
  7. « Marie-Paule Leblanc est élue maire (DP) », paris-normandie.fr, 3 juin 2016
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Notice no IA00050126, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Notice no IA00050129, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Corbie », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)
  15. « Le Haut Bassin de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)
  16. « Le bois de la mine d'or », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)
  17. « La mare de Ceffrey », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)
  18. « Saint-Sauveur », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)
  19. « La haute vallée de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)
  20. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 novembre 2015)