Ciste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cistus

Les cistes Écouter ou cystes[1] sont des arbrisseaux dicotylédones du genre Cistus et de la famille des Cistacées poussant le plus souvent sur le pourtour méditerranéen. Ils adorent en effet les sols secs (généralement siliceux mais aussi calcaires) et ensoleillés. De plus ils sont pyrophytes, ayant la particularité de se régénérer facilement et même de se multiplier après les incendies. Autant dire que les maquis ou les garrigues méditerranéens, si souvent touchés par les feux de forêts, sont tapissés de cistaies qui fleurissent entre le printemps et l'été (avril-juin).

Classés traditionnellement dans l'ordre des Violales, les cistes appartiennent aujourd'hui à celui des Malvales.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom cistus a été donné à ces plantes par Joseph Pitton de Tournefort. Il est assez proche des formes utilisées dans l'Antiquité grecque et latine (en grec ancien, κίσθος, et en latin, cisthos chez Pline). « Ciste » est la francisation du grec kistos, « boîte, capsule » qui évoque la forme du fruit[2].

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Les arbrisseaux ont une hauteur allant de 30 cm à 1 m. Les racines sont peu développées, superficielles. Les feuilles sont persistantes ; souvent velues, parfois gluantes, elles sont simples, elliptiques (ou ovales) ou linéaires. Les fleurs comportent cinq pétales, le nombre de sépales étant de trois ou cinq. Les fruits se présentent sous forme de capsules qui produisent de nombreuses petites graines disséminées par le vent (anémochorie) ou les animaux (zoochorie) dont la germination, provoquée par des températures estivales élevées et lorsqu'il y a une faible présence de concurrents, favorise la colonisation de milieux secs (garrigues, zones bouleversées par des débroussaillements ou d'anciens champs cultivés abandonnés)[3].

Les cistes sont également pyrophytes : leur germination favorisée par le feu, leur permet de coloniser des zones incendiées lorsque l'intervalle entre les incendies ne dépasse pas trois ans (des feux plus fréquents empêchent la régénération et éliminent ces végétaux des écosystèmes méditerranéens)[4].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

On peut classer les espèces de cistes en deux catégories : ceux qui ont des fleurs roses à violettes (parfois rouges), ceux qui ont des fleurs blanches. Le pistil et les étamines sont en revanche jaune-orangé.

Cistes à fleurs roses[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Cistes à fleurs blanches[modifier | modifier le code]

  • Cistus monspeliensis, ciste de Montpellier. L'un des cistes les plus fréquents, à feuilles linéaires collantes, sans pétiole net. Les fleurs sont blanches, petites, parfois colorées de jaune à leur base.
  • Cistus ladanifer, ciste à gomme. Assez semblable au ciste de Montpellier, il s'en distingue par des taches rouges à la base des pétales, par son calice à trois sépales et par sa taille plus grande. Ses feuilles produisent une gomme (le labdanum ou ladanum) utilisée notamment en parfumerie. On le rencontre surtout en Espagne où il est appelé "jara". Il est présent en France, par exemple dans les Maures et l'Estérel.
  • Cistus laurifolius, ciste à feuilles de laurier. Feuilles nettement pétiolées, assez semblables à celles du laurier. Calice à trois sépales.
  • Cistus populifolius, ciste à feuilles de peuplier. Là encore les feuilles sont pétiolées, en forme de cœur à leur base.
  • Cistus salviifolius, ciste à feuilles de sauge. L'une des rares espèces qui ne soient pas exclusivement méditerranéennes (on le rencontre jusqu'au Massif Central et dans l'ouest de la France). Les fleurs, blanches au début, deviennent jaunes par dessiccation.
  • Cistus clusii.
  • Cistus inflatus, synonyme Cistus hirsutus. Pousse en Espagne et en Bretagne (Finistère).
  • Cistus pouzolzii, ciste de Pouzolz. Espèce endémique des Cévennes ; les fleurs s'ouvrent le matin et les pétales tombent presque aussitôt.
  • Cistus grancanariae

Des Cistes hybrides[modifier | modifier le code]

    • Cistus ×aguilari Pau (= Cistus ladanifer × Cistus populifolius)
    • Cistus ×akamantis Demoly (= Cistus monspeliensis × Cistus parviflorus × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×argenteus Dans.. (= Cistus albidus × Cistus creticus × Cistus laurifolius)
    • Cistus ×banaresii Demoly (= Cistus palmensis × Cistus symphytifolius)
    • Cistus ×bornetianus Demoly (= Cistus albidus × Cistus laurifolius)
    • Cistus ×canescens Sweet (= Cistus albidus × Cistus creticus)
    • Cistus ×cebennensis P.Aubin & J.Prudhomme (= Cistus pouzolzii × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×chnoodophyllus Demoly (= Cistus chinamadensis × Cistus symphyitifolius)
    • Cistus ×clausonii Font Quer & Maire (= Cistus albidus × Cistus heterophyllus)
    • Cistus ×conradiae Demoly (= Cistus creticus × Cistus monspeliensis)
    • Cistus ×crispatus Dans. (= Cistus creticus × Cistus crispus)
    • Cistus ×crumleyae Demoly (= Cistus creticus × Cistus ocreatus)
    • Cistus ×curvativus Demoly (= Cistus heterophyllus × Cistus ladanifer)
    • Cistus ×cymosus Dunal (= Cistus creticus × Cistus parviflorus)
    • Cistus ×cyprius Lam. (= Cistus ladanifer × Cistus laurifolius)
    • Cistus ×dansereaui P.Silva (= Cistus inflatus × Cistus ladanifer)
    • Cistus ×daveauanus P.Silva (= Cistus albidus × Cistus inflatus)
    • Cistus ×dubius Pourr. (= Cistus laurifolius × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×escartianus Demoly (= Cistus creticus × Cistus heterophyllus)
    • Cistus ×fernandesiae P.Silva (= Cistus crispus × Cistus ladanifer)
    • Cistus ×florentinus Lam. (= Cistus monspeliensis × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×gardianus Demoly (= Cistus albidus × Cistus creticus × Cistus crispus)
    • Cistus ×glaucifolius Demoly (= Cistus ocreatus × Cistus osbeckifolius)
    • Cistus ×hetieri Verg. (= Cistus ladanifer × Cistus laurifolius × Cistus monspeliensis)
    • Cistus ×heterocalyx Demoly (= Cistus libanotis × Cistus monspeliensis)
    • Cistus ×hybridus Pourr. (= Cistus populifolius × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×incanus L. (= Cistus albidus × Cistus crispus). hybride naturel, tres souvent, Le nom C. incanus etait utilisé en ancien temps pour C. creticus.
    • Cistus ×ingwersenii [3]E.F.Warb. (= Cistus inflatus × Cistus umbellatus)
    • Cistus ×latipes Demoly (= Cistus creticus × Cistus parviflorus × Cistus sintenisii)
    • Cistus ×laxus Aiton (= Cistus inflatus × Cistus populifolius).
    • Cistus ×ledon Lam. (= Cistus laurifolius × Cistus monspeliensis)
    • Cistus ×lenis Demoly (= Cistus parviflorus × Cistus sintenisii)
    • Cistus ×lepidocalyx Demoly (= Cistus ladanifer × Cistus libanotis)
    • Cistus ×lucasii Demoly (= Cistus chinamadensis × Cistus creticus)
    • Cistus ×matritensis Carazo & Jiménez Alb. (= Cistus clusii × Cistus ladanifer)
    • Cistus ×mesoensis Demoly (= Cistus monspeliensis × Cistus parviflorus × Cistus sintenisiiflorus)
    • Cistus ×mictocymosus Demoly (= Cistus inflatus × Cistus populifolius × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×neyrautii Verg. (= Cistus ladanifer × Cistus monspeliensis × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×nigricans Pourr. (= Cistus monspeliensis × Cistus populifolius)
    • Cistus ×oblongiifolius Sweet (= Cistus inflatus × Cistus laurifolius)
    • Cistus ×obtusifolius Sweet (= Cistus inflatus × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×oxyphyllus Demoly (= Cistus ocreatus × Cistus symphyitifolius)
    • Cistus ×olivaceus Demoly (= Cistus albidus × Cistus chinamadensis × Cistus creticus × Cistus heterophyllus)
    • Cistus ×pagei Demoly (= Cistus parviflorus × Cistus laurifolius)
    • Cistus ×pauranthus Demoly (= Cistus parviflorus × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×penarcleusensis Demoly (= Cistus chinamadensis × Cistus osbeckiifolius)
    • Cistus ×picardianus Demoly (= Cistus albidus × Cistus chinamadensis)
    • Cistus ×platysepalus Sweet (= Cistus inflatus × Cistus monspeliensis)
    • Cistus ×porphyreus Demoly (= Cistus ladanifer × Cistus parviflorus)
    • Cistus ×purpureus Lam. (= Cistus creticus × Cistus ladanifer)
    • Cistus ×ralletii Demoly (= Cistus creticus × Cistus symphytifolius)
    • Cistus ×reghaiensis Batt. (= Cistus heterophyllus × Cistus monspeliensis × Cistus salviifolius)
    • ''Cistus'' ×rodiaei Verg. (= Cistus albidus × Cistus ladanifer)
    • Cistus ×latipes Demoly (= Cistus creticus × cistus parviflorus × Cistus sintenisii)
    • Cistus ×sammonsii Demoly (= Cistus creticus × Cistus lauriifolius)
    • ''Cistus'' ×sahucii (H.J.Coste&Soulié) Janch. (= Cistus salviifolius × Cistus umbellatus)
    • Cistus ×stenophyllus Link (= Cistus ladanifer × Cistus monspeliensis)
    • Cistus ×strigosus Demoly (= Cistus chinamadensis × Cistus creticus × Cistus heterophyllus)
    • Cistus ×tephreus Demoly (= Cistus albidus × Cistus creticus × Cistus heterophyllus)
    • Cistus ×timbalii Demoly (= Cistus albidus × Cistus salviifolius)
    • Cistus ×ultraviolaceus Demoly (= Cistus crispus × Cistus heterophyllus)
    • Cistus ×verguinii Coste & Soulié (= Cistus ladanifer × Cistus salviifolius)

Utilisations[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces indigènes sont cultivées comme plantes ornementales. Leurs feuilles sont utilisées comme thé aromatique (Ciste de Crète en Grèce, Ciste cotonneux et Ciste à feuilles de sauge en Algérie). Les graines écrasées du Ciste de Montpellier étaient consommées sous forme de farine en Provence tandis qu'en Catalogne, ses branches servaient à parfumer la viande et les châtaignes grillées[7]. Les feuilles séchées pouvaient servir de tabac aux bergers du Luberon[8].

Le labdanum[modifier | modifier le code]

Cistus ladaniferus.

Le labdanum, également appelé ladanum (à ne pas confondre avec le laudanum), est une gomme produite par les feuilles et les rameaux de Cistus ladaniferus, Cistus creticus et Cistus cyprius[9]. L'essence obtenue entre dans la composition des parfums appartenant aux familles des chyprés ou des ambrés, comme note de fond (c'est un des rares végétaux à posséder des notes animales). On recueille la gomme par immersion des rameaux feuillus dans de l'eau chaude carbonatée. De cette gomme, on extrait le résinoïde labdanum à l'aide d'éthanol. Le labdanum et l'eau florale de ciste ladanifère peuvent aussi être utilisés en médecine, pour leurs propriétés stimulantes, hémostatiques, cicatrisantes et antirides[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « cyste » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, Gérard Dumé, Flore forestière française: Plaines et collines, Forêt privée française, , p. 407
  3. Jean-Paul Barry, « Contribution à l'étude de la végétation de la région de Nimes », Année Biologique, t. 36,‎ , p. 347
  4. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, G. Dumé, Flore forestière française : Région méditerranéenne, Forêt privée française, 2008, p. 17.
  5. cette espèce est confondue avec Cistus creticus. Par example la taxonomie Cistus incanus creticus n´existe pas en actuel taxonomie botanique, jusquement pour le marketing. - Cistus Incanus Creticus aus Wildsammlung direkt aus Kreta - ✿ (cistus-creticus.de)
  6. (en) « cistus incanus - Search Results - PubMed », sur PubMed (consulté le )
  7. François Couplan, Le régal végétal. Plantes sauvages comestibles, éditions Ellebore, (lire en ligne), p. 289
  8. Roger, ... Jouve, Roger : une vie de berger entre Durance et Luberon : les mémoires de Roger Jouve, Arnoult Seveau, dl 2016 (ISBN 978-2-7466-9080-6 et 2-7466-9080-2, OCLC 989668544, lire en ligne), p44
  9. François Dorvault, L'officine, Paris, Vigot, , 2089 p. (ISBN 2-7114-1190-7), p. 959
  10. Lydia Bosson, Hydrolathérapie. Guérir avec les eaux subtiles des plantes, Amyris, , p. 121

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]