Épargnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épargnes
Mairie d'Épargnes.
Mairie d'Épargnes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saintonge Estuaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération Royan Atlantique
Maire
Mandat
Élisabeth Martin
2014-2020
Code postal 17120
Code commune 17152
Démographie
Gentilé Épargnais
Population
municipale
877 hab. (2014en augmentation de 8.54 % par rapport à 2009)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 32″ nord, 0° 48′ 10″ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 59 m
Superficie 23,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Épargnes

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Épargnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épargnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épargnes
Liens
Site web www.mairie-epargnes.com

Épargnes (prononcé [e.paʁɲ]) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Épargnais et les Épargnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Épargnes se situe dans le sud-ouest du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Épargnes
Cozes Saint-André-de-Lidon
Arces Épargnes Virollet
Barzan Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Gérard Martin    
2014 en cours Elisabeth Martin   Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 877 habitants, en augmentation de 8,54 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 460 1 409 1 270 1 347 1 525 1 491 1 528 1 516 1 443
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 493 1 466 1 464 1 370 1 367 1 372 1 281 1 255 1 166
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 153 1 160 1 046 934 940 936 898 845 773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
686 677 683 681 676 734 789 843 877
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur d'un bassin d'emploi particulièrement attractif, la zone d'emploi de Royan (issue de la partition de l'ancienne zone d'emploi Saintonge maritime, qui regroupait de nombreuses communes du Pays Rochefortais, du Pays Marennes-Oléron et du Pays Royannais[7]), forte de 27 753 emplois en 2008[8]. La zone d'emploi de Royan est, avec celle de La Rochelle, la plus dynamique de la région Poitou-Charentes, toutes deux profitant « d'un tissu économique et d'une démographie dynamiques » (Insee)[8]. La croissance y particulièrement soutenue, du fait du développement des activités tertiaires

La commune abrite le siège social de l'éditeur de logiciels destinés aux petites et moyennes bibliothèques Microbib[9].

Évènements[modifier | modifier le code]

La foire au Pineau[modifier | modifier le code]

Le terroir autour d'Épargnes est réputé pour sa production de Pineau, apéritif régional.

La foire au Pineau réunit pour l'Assomption les producteurs locaux autour de divers activités sportives, culinaires, festives.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent d'Épargnes.
  • L'église Saint-Vincent d'Épargnes existait déjà à l'époque mérovingienne, comme l'ont révélé des fouilles pratiquées en 1952. Des colonnes, dont les bases datent du XIIe siècle, attestent une construction voûtée en berceau. De l'ancien clocher roman, détruit lors des guerres de Religion, il ne reste que les quatre énormes bases visibles dans la nef.

Dans sa partie sud, l'église abrite une chapelle placée au-dessus d'une crypte ossuaire. Pour accéder à la chapelle, il faut monter un petit escalier, nécessaire car la voûte de la crypte est située au-dessus du niveau du sol de l'église. La crypte est entourée d'un trottoir qui se poursuit par un passage sous l'église. Ce passage débouche probablement sur une crypte cultuelle.

Sur le mur sud, au sommet d'un contrefort, se trouve une sculpture du milieu du XXe siècle ayant pour sujet une tête de gaulois.

  • Une tombe sur la route de la tombe Bernard, porte l'inscription : « Ici le 4 mai 1830 fut enterré Bernard Sailonaok né à Bade 1780 trouvé noyé dans un puits du village des Cramail ».
  • De l'autre côté de la tombe, on peut lire : « Mais le 16 mai 1831 cette tombe fut élevée à l'heureux étranger mort loin de son pays ».
  • À la sortie est du village, se trouve un calvaire, dans un enclos grillagé octogonal. Sous la croix, se trouvent les statues des quatre évangélistes.
Le Bilboquet.
  • Le village abritait aussi une des plus anciennes discothèques de la région royannaise, le « Bilboquet », créé par M. François Lucazeau en 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Présentation de la zone d'emploi de Saintonge maritime, site de l'ARTLV
  8. a et b « Treize nouvelles zones d’emploi en Poitou-Charentes », sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2012).
  9. Microbib

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :