Antoine le Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine et saint Antoine.
Antoine le Grand
Image illustrative de l'article Antoine le Grand
Tableau de Francisco de Zurbarán
Fondateur de l'érémitisme chrétien
Naissance vers 251
Hérakléopolis Magna, Égypte
Décès 356 
Côme, Égypte
Vénéré à Monastère Saint-Antoine, Saint-Antoine-l'Abbaye
Vénéré par Catholicisme, orthodoxie, luthérianisme, Église copte orthodoxe, les Églises des trois conciles
Fête 30 janvier chez les orthodoxes, 17 janvier en occident chrétien
Attributs Animaux sauvages, cloche, cochon domestique, livre, croix de Saint-Antoine
Saint patron Faiseurs de panier, faiseurs de brosses, creuseurs de tombes, militaires de la Légion étrangère. Invoqué contre les maladies de peau

Antoine le Grand, Antoine d'Égypte, Antoine l'Ermite est considéré comme le fondateur de l'érémitisme chrétien. Sa vie nous est connue par le récit qu'en a fait Athanase d'Alexandrie vers 360. Il serait né vers 251 et mort vers 356 à l'âge de 105 ans, entre les bras de ses deux disciples, Macaire l'Ancien ou Macaire d'Égypte et Amathas.

Il est fêté sous le nom de saint Antoine 17 janvier par les catholiques et les orthodoxes [et le 30 du calendrier ordinaire par les orthodoxes vieux calendaristes]

Biographie[modifier | modifier le code]

La Tentation de saint Antoine
par David Teniers le Jeune.

Né en Égypte à Hérakléopolis Magna (aujourd'hui Qeman, Fayyoum) dans une famille assez riche d'agriculteurs égyptiens fervents chrétiens[1], Antoine devient orphelin à dix-huit ans avec une sœur cadette à élever. Ayant des terres à cultiver, il prend l'Évangile à la lettre (Mt 19,21), à l'âge de vingt ans, et distribue tous ses biens aux pauvres, après avoir installé sa sœur selon ses vœux dans une communauté féminine comme « vierge consacrée »[2], puis il commence sa vie d'anachorète dans un lieu isolé près d'un de ses champs.

Vêtu d'une haire en crin, il partage son temps entre la prière et le travail auprès de la cabane d'un vieil ascète qui l'initie à la vie érémitique[3]. Il décide de renforcer sa retraite en partant vivre pendant 13 ans dans le désert (le chapitre V de la Vie d’Antoine mentionne qu'il va jusqu'à s'enfermer dans un des anciens tombeaux égyptiens de la montagne), fondant la communauté des Kellia (en) (vivant dans des huttes, des grottes ou de petits ermitages, il célèbre avec sa communauté le synaxe le samedi) avec son disciple Ammonas qui s'est précédemment installé à Nitrie.

L'afflux de nombreux disciples troublant son isolement, il part en 285 vivre en ermite à Pispir, en plein désert, dans un fortin romain abandonné sur la route de la mer Rouge, imitant les nombreux anachorètes qui vivaient dans la pauvreté et la chasteté aux alentours des bourgs. Là, à la manière du Christ, il subit les tentations du Diable ; mais, si pour le Christ cela ne dure que quarante jours, pour Antoine c'est beaucoup plus long et plus difficile, les démons s'attaquant à sa vie. Antoine résiste à tout et ne se laisse pas détourner par les visions enchanteresses qui se multiplient[4].

Peu à peu, Antoine le Grand a des disciples qui viennent suivre son enseignement. Ils vivent à proximité dans des grottes et l'écoutent prêcher, s'associent à lui pour prier. Au fil des ans, ils se regroupent en différents noyaux de disciples choisissant un plus ancien à leur tête et choisissant tous Antoine comme guide spirituel. Ils sont à l'ouest et à l'est du Nil. Hilarion de Gaza le sollicite en 307 pour obtenir des conseils sur la façon d'organiser un monastère dans l'actuelle région de Gaza, considéré comme l'un des premiers de la chrétienté.

En 312, Antoine s'éloigne davantage pour s'isoler. Il va en Thébaïde, sur le mont Qolzum (où se trouve aujourd'hui le monastère Saint-Antoine). Le Diable lui apparaît encore de temps en temps, mais ne le tourmente plus comme autrefois. Vénéré par de nombreux visiteurs, Antoine leur donne chaque fois des conseils de sagesse, les invitant à la prière plutôt qu'à la violence.

Les religieux ayant adopté le mode de vie solitaire de saint Antoine sont appelés anachorètes, s'opposant aux cénobites qui choisissent la vie en communautés monastiques.

Ses écrits[modifier | modifier le code]

CPG 2330-2350

Ses représentations[modifier | modifier le code]

La vie de saint Antoine et ses tentations ont inspiré de nombreux artistes, notamment Jérôme Bosch, Pieter Brueghel, Jacques Callot, Dali, Max Ernst, Matthias Grünewald, Diego Vélasquez. Gustave Flaubert lui a également consacré un récit La Tentation de saint Antoine. Les artistes ont aussi souvent représenté sa rencontre avec saint Paul de Thèbes, peu de temps avant la mort des deux ermites (cathédrale de Chartres). L'œuvre la plus célèbre liée à saint Antoine demeure le retable d'Issenheim, peint par Matthias Grünewald et issu du couvent des Antonins d'Issenheim. Le retable est aujourd'hui conservé au musée d’Unterlinden de Colmar (Alsace).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

De nombreuses représentations du saint nous le montrent accompagné d'un cochon portant une clochette. Il est ainsi parfois appelé en Italie Antonio del porco ou « saint Antoine des cochons » dans la vallée de la Bruche en Alsace[5]. Selon Émile Mâle[6] qui signale que cette tradition date de la fin du XIVe siècle, le cochon n'a rien à voir avec la vie du saint mais avec un ordre religieux fondé en Dauphiné en 1095 (les Antonins) : les porcs n'avaient pas le droit d'errer librement dans les rues, à l'exception de ceux des Antonins, reconnaissables à leur clochette. À noter cependant que les démons, qui ont tourmenté le saint, ont, dans un premier temps, été représentés par des animaux sauvages (lion, ours, etc.) puis sous la forme d'animaux plus familiers comme le loup et le sanglier, ce dernier pouvant expliquer le lien avec le cochon[7].

La rue Saint-Antoine et le faubourg Saint-Antoine des 4e, 11e et 12e arrondissements de Paris, lui devraient leurs noms.

Ses reliques[modifier | modifier le code]

Les reliques de saint Antoine l'Égyptien ont été ramenées de Terre sainte par un seigneur du Dauphiné, Guigues Disdier, accompagné par son beau-frère, Jocelin de Châteauneuf, en 1070. Elles sont déposées dans le village de La Motte-aux-Bois, qui devient Saint-Antoine-l'Abbaye, en l' Abbaye de Saint-Antoine-l'Abbaye. Les bénédictins commencent alors la construction d'une église et d'un hôpital destiné à soigner les victimes du Mal des Ardents. Au XIIIe siècle, le pape confie les lieux aux chanoines de l'ordre de Saint-Antoine. De grands travaux d'extension sont menés du XIVe au XVIe siècle, période faste pour l'Ordre en général et l'abbaye en particulier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Vie d'Antoine d'Athanase d'Alexandrie ne mentionne pas de récit de conversion et raconte qu'il allait à la synaxe le dimanche, donc ses biographes supposent que ses parents sont chrétiens.
  2. Elizabeth Abbott, Histoire universelle de la chasteté et du célibat, Les Editions Fides, , p. 101
  3. Charles Seignobos, Dans l'antiquité, jusqu'au temps de Charlemagne, G. Masson, , p. 343
  4. Histoire des religions en Europe : Judaïsme, Christianisme, Islam, De Boeck Supérieur, (lire en ligne), p. 81
  5. Saints guérisseurs et protecteurs en Alsace, Marie-Thérèse Fischer, édition du Signe, 2011
  6. L'Art religieux du XIIIe siècle en France, 1898.
  7. Michel Pastoureau, Le Cochon : Histoire d'un cousin mal aimé, Paris, Gallimard, , 160 p. (ISBN 978-2-07-036038-3 et 2070360385)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]