Corme-Écluse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corme et Ecluse (communes).
Corme-Écluse
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saujon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Royan Atlantique
Maire
Mandat
Olivier Martin
2014-2020
Code postal 17600
Code commune 17119
Démographie
Gentilé Cormillons
Population
municipale
1 088 hab. (2014en augmentation de 5.84 % par rapport à 2009)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 55″ nord, 0° 51′ 12″ ouest
Altitude Min. 5 m – Max. 33 m
Superficie 17,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Corme-Écluse

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Corme-Écluse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corme-Écluse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corme-Écluse

Corme-Écluse (prononcé [kɔʁ.me.klyz]) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Cormillons et les Cormillonnes[1].

Cette petite commune à dominante rurale appartient au bassin de vie de Saujon et à la grande périphérie de Royan, principale agglomération et pôle économique des environs. Elle est célèbre pour son église Notre-Dame (XIIe siècle), sommet de l'art roman saintongeais, et abrite quelques maisons traditionnelles charentaises ainsi qu'un couvent de Dominicaines.

La commune vit au rythme de fêtes agricoles (fête des battages, frairie) et religieuses (pèlerinage à Notre-Dame, qui date du Moyen Âge). Située à une dizaine de kilomètres du principal centre urbain des environs, Royan, Corme-Écluse est marquée par le phénomène de périurbanisation, qui pousse certains citadins à s'installer en périphérie des grandes villes. Sa population a ainsi connu une hausse notable depuis 1999, passant de 758 habitants à cette date à 1050 habitants en 2010.

Sa proximité des infrastructures balnéaires de la côte de Beauté, son environnement préservé et les richesses patrimoniales des environs (circuit des églises romanes, sites naturels, etc.) expliquent le développement du tourisme, notamment du tourisme vert. L'agriculture, l'artisanat et les services à la personne et aux entreprises sont également des secteurs actifs.

Corme-Écluse appartient depuis le 1er janvier 2013 à la Communauté d'agglomération Royan Atlantique, structure intercommunale rassemblant 81 036 habitants (2013).

Géographie[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Localisée dans la partie sud-ouest du département de la Charente-Maritime, cette petite commune à dominante rurale se rattache à la frange continentale de la côte de Beauté. Elle n'est distante, en effet, que d'une dizaine de kilomètres de l'estuaire de la Gironde et des stations balnéaires de Meschers-sur-Gironde, Saint-Georges-de-Didonne ou Royan, atout non négligeable qui favorise le dynamisme de son économie et plus particulièrement le secteur du tourisme, qui connaît ici comme dans d'autres communes de l'arrière-pays royannais un développement important.

Rattachée au Pays Royannais depuis 2013, elle subit fortement l'influence de la ville voisine de Saujon, dont elle est située dans le bassin de vie, mais aussi de celle de Cozes, petit pôle d'équilibre à vocation commerciale et artisanale, et par extension, celle de Royan, locomotive économique qui rayonne sur une partie du département. Administrativement parlant, elle dépend du canton de Saujon et de l'arrondissement de Saintes.

La commune se trouve à 3,1 kilomètres du Chay[2], 4,2 kilomètres de Meursac[3], 5,6 kilomètres de Semussac[4], 5,7 kilomètres de Cozes[5], 7 kilomètres de Saujon[6], 11,6 kilomètres de Saint-Georges-de-Didonne[7], 13,6 kilomètres de Royan[8], 21,2 kilomètres de Saintes[9], 24,7 kilomètres de Pons [10], 35,5 kilomètres de Rochefort[11], 63,1 kilomètres de la préfecture départementale, La Rochelle[12] et 90,4 kilomètres de Bordeaux, la grande métropole régionale[13].

Appartenant comme le reste du département au midi atlantique[14], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous. Corme-Écluse se trouve plus précisément au cœur d'un plateau agricole doucement ondulé, plissé de quelques collines et s'étendant à perte de vue, constituant ce que l'on appelle localement une « champagne ». Le paysage y est constitué de champs où s'épanouissent céréales, qui forment au plus chaud des mois d'été de grandes étendues ambrées, plantes fourragères (maïs, luzerne), plantes maraîchères (melon des Charentes), mais aussi de pâturages et de vignes, ces dernières ayant trouvé dans cette partie de la Saintonge des conditions propices à leur épanouissement. De fait, la commune est au cœur d'un terroir viticole de réputation internationale (vignoble de Cognac) qui produit cognac, « liqueur d'or » ayant largement participé à la célébrité de la région, mais aussi pineau des Charentes et vin de pays charentais. Au total, la commune compte ainsi 92 % d'espaces à vocation agricole[15].

Si l'agriculture reste un secteur-clef qui participe fortement à l'identité de la commune, sa part atteignant 40,2 % en 2010 (Insee)[16], Corme-Écluse est également marquée par le phénomène de périurbanisation, qui pousse certains citadins en quête d'une plus grande qualité de vie, et d'un foncier plus abordable, à s'installer dans les communes périphériques.

Le nord de la commune présente un aspect un peu différent du reste du territoire communal. Entaillé par la Seudre — qui sert de frontière naturelle avec la commune de Meursac, le plateau est ici couvert de petits massifs forestiers, qui s'épanouissent en contrebas de quelques crêtes bien exposées (le Pérat-Vigé, les Vignes, les Brandes à Blond ou encore les Ardendes, près de la « frontière » avec Grézac). Les feuillus y sont l'essence dominante. Le bois de la Garenne, situé un peu au nord du centre-bourg, est essentiellement une chênaie, comme son nom l'indique (une garenne étant un bois de chênes en saintongeais). De petits sentiers permettent aux marcheurs de faire des promenades ombragées au plus fort des chaleurs estivales, et de partir en quête de champignons en automne.

Au bord de la D 241, s'étendent les petits bois des Brandes et des Boquets et un peu plus au sud, on trouve le bois des Sablons. Au total, les forêts ne couvrent cependant qu'une petite partie de la commune, à peine 167 hectares (soit 10 % du territoire communal[15]). Quelques petits espaces palustres bordent les berges du Fossé Courant, modeste ruisseau tributaire de la Seudre. Cette dernière est elle-même ourlée de prairies humides verdoyantes, qui bordent sa rive sud jusqu'aux hameaux de Briagne et de l'Ile. Il en est de même sur sa rive nord entre Beaunant et Chevret (hameau de la commune de Saint-Romain-de-Benet).

La partie orientale de la commune est traversée par un sentier de grande randonnée balisé (GR 360).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Corme-Écluse
Saint-Romain-de-Benet
Le Chay Corme-Écluse Meursac
Semussac Grézac

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Un peu en marge des grands axes routiers du pays royannais (D 730 ou « route de Bordeaux » passant un peu au sud du territoire communal, et permettant de rejoindre Semussac, Saint-Georges-de-Didonne et Royan d'un côté, Cozes, Mirambeau et au-delà, Blaye et Bordeaux de l'autre côté ; N 150 ou « route de Saintes », voie rapide permettant de relier Royan, Saujon, Pisany et Saintes, passant à quelques kilomètres au nord du bourg), Corme-Écluse n'est pas pour autant enclavée.

Son territoire est ainsi traversé par une route départementale appartenant au réseau primaire périurbain, la D 17, qui permet de rejoindre Saujon, Le Chay, Grézac et Cozes, et facilite grandement les trajets pendulaires domicile-travail des actifs travaillant dans cette partie de l'agglomération royannaise. Sa modernisation est à l'étude dans le cadre des projets structurants du réseau routier de la Charente-Maritime (2010-2030), et plus particulièrement dans le projet de réaménagement des axes routiers du Pays Royannais[17]. Elle devrait ainsi être recalibrée et transformée en une voie majeure servant à faciliter le trafic vers le sud-est du Pays Royannais. Son aménagement est estimé à 8 millions d'euros[17]. Elle serait ainsi une partie du nouveau maillage routier de la région royannaise, repensé afin de fluidifier le trafic, en particulier pendant la saison estivale. Saujon en serait une des « portes d'entrées » : cette ville deviendra ainsi un petit nœud routier à partir duquel la circulation sera répartie vers les différentes communes de l'agglomération royannaise, permettant ainsi de faciliter les déplacements interurbains et les migrations pendulaires entre les différents pôles de l'agglomération[17].

Traversant le territoire communal selon un axe nord/sud, la D 127 permet de rejoindre Semussac d'une part, Meursac et Saint-Romain-de-Benet d'autre part.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Rochefort-Saint-Agnant, à environ 35 kilomètres au nord. L'aéroport de La Rochelle-Île de Ré, à 60 kilomètres au nord, permet de relier quelques grandes villes françaises, comme Paris ou Lyon, ainsi que les Îles Britanniques ou l'Europe du Nord. À environ 90 kilomètres au sud-est de la commune, l'aéroport de Bordeaux - Mérignac est un aéroport international permettant des liaisons vers de nombreux pays.

L'aérodrome de Royan-Médis, à environ 15 kilomètres, est réservé à l'aviation légère.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente-Maritime.
La rose trémière a trouvé dans la Saintonge et son climat particulièrement doux un terroir de prédilection.

Le climat dont bénéficie la Charente-Maritime est un climat océanique tempéré de type aquitain, marqué par un ensoleillement moyen assez important : avec 2 250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[18]. La pluviosité y est modérée, les précipitations ne dépassant pas 1 200 mm par an. Les températures, quant à elles, varient en moyenne de +5 °C en hiver à +20 °C en été.

Les régions littorales et une partie de leur frange continentale se caractérisent par un climat particulièrement doux en hiver, et rafraîchissant l'été, grâce aux influences océaniques perpétuellement en mouvement (brise marine). Ces conditions climatiques favorables, toujours soumises aux influences de l'océan Atlantique, ont favorisé un véritable micro-climat de type sub-aquitain et l'existence d'une végétation déjà méridionale. Ainsi la flore se caractérise-t-elle par la présence étonnante de lauriers roses, eucalyptus, agaves, etc.

Aux essences déjà méridionales du chêne vert (ou yeuse) et du cyste, s'ajoutent la présence de palmiers, figuiers, orangers et même oliviers. Il existe toutefois un contraste entre le littoral proprement dit, assez sec et ensoleillé et l'intérieur des terres, un peu plus humide. La pluviométrie passe ainsi de 750 mm sur le littoral à 950 mm en Haute-Saintonge.

Données générales[modifier | modifier le code]

Données climatiques à La Rochelle
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,8 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Température moyenne (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18 12,6 9,2 16,1
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2 250
Précipitations (mm) 82,5 66,1 57 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de La Rochelle de 1961 à 1990[19].


Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Corme-Écluse[20] 2250 755 4 13 26
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La collecte des ordures ménagères (conteneurs verts) est effectuée chaque lundi matin. Celle des emballages ménagers recyclables (conteneurs jaunes) est réalisée tous les quinze jours, un lundi sur deux. Des colonnes de recyclage du verre sont disponibles en plusieurs points de la commune. Par ailleurs, une déchetterie est à disposition des habitants dans les communes voisines de Grézac et de Saujon. Le service est gratuit et réservé aux particuliers. Une déchetterie spécialisée est mise à disposition des professionnels à Saint-Sulpice-de-Royan.

Les ordures sont ensuite acheminées par camion vers le centre de transfert de Médis, puis, de là, des camions gros porteurs les acheminent vers le centre d'enfouissement de Clérac.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient probablement de « corme », fruit du cormier, selon le Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France de A. Dauzat et Ch. Rostaing (1984, Librairie Guénégaud). Le second terme, écluse, sert à distinguer cette localité de celle, assez peu distante, de Corme-Royal.

On trouve, dans la commune les villages et lieux-dits suivants (selon la carte IGN au 1/25000 1432 est) : Charloteau, Rabaudeau, Chez Chaillou, Chez Cotreau, Chez Delhomme, Chez Douteau, Chez L'Hiver, Chez Tessier, Chez Bureau, Chez Nauzelet, Chez Petiot, Couyac, Jansac, le Petit Moulin, la Becterie, la Billette, la Cabane, la Croix, la Grande Gorce, la Naulerie, la Perche, la Petite Gorce, la Scierie, le Camp, le Cormier, le Limousin, les Chaumes, le Moulin du Jard, les Guillons, la Traverserie, les Thénots, les Vignes, les Frogers, les Ridelleries, le Vignaud, Chante-Grenouille, Trois-doux, la Motte de Pons, Pitauton, Soubirat, la Puisade, les Groies, fief du Courlis, fief des Grands Champs, fief du Clône, fief du Moulin, fief du Pré Brochet

Histoire[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Corme-Écluse est au cœur d'un bassin d'emploi particulièrement attractif, la zone d'emploi de Royan (issue de la partition de l'ancienne zone d'emploi Saintonge maritime, qui regroupait de nombreuses communes du pays Rochefortais, du pays Marennes-Oléron et du pays royannais[21]), forte de 27 753 emplois en 2008[22]. La zone d'emploi de Royan est, avec celle de La Rochelle, la plus dynamique de la région Poitou-Charentes, toutes deux profitant « d'un tissu économique et d'une démographie dynamiques » (Insee)[22]. La croissance y est particulièrement soutenue, du fait du développement des activités tertiaires.

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De 1789 à 1799, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour deux ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune âgés d'au moins 25 ans, contribuables payant une contribution au moins égale à trois journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt équivalent au moins à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après les lois organiques 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus au suffrage censitaire pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855. Après 1871, les maires sont de nouveau élus, sauf dans les chefs-lieux (de départements, d'arrondissements ou de cantons).

Ce n'est que le , qu'une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est votée, et qui régit le principe de l'élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l'importance de la commune (sauf pour Paris). La loi du 5 avril 1884 fixe le mandat à quatre ans, durée portée le à six ans[23].

La commune ayant moins de 3 500 habitants l'élection des conseillers municipaux est au scrutin majoritaire[24] plurinominal à deux tours, avec panachage :

  • au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits[25] ;
  • au second tour, la majorité relative suffit. Les listes ne sont pas obligatoires. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé.

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[26]).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995[27] 2008 Ginette Pain UMP  
2008 2014 Michel Marin    
2014 en cours Olivier Martin[28] SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Canton[modifier | modifier le code]

Corme-Écluse est une des neuf communes du canton de Saujon.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Corme-Écluse est une des 34 communes de la Communauté d'agglomération Royan Atlantique, structure intercommunale centrée sur Royan.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Justice en Charente-Maritime.

Corme-Écluse dépend du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants et du conseil de prud'hommes de Saintes, du tribunal administratif et de la cour d'appel de Poitiers. La cour administrative d'appel est à Bordeaux[29]

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Corme-Écluse en 2010[30]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 5.82 % 0.00 % 7.12 % 0.00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 12.46 % 0.00 % 14.01 % 3.32 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 30.85 % 0.00 % 29.17 % 8.63 %
Cotisation foncière des entreprises (CFE) 0.00 % 21.08 % 0.00 % 0.00 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[31]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[33],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 088 habitants, en augmentation de 5,84 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
937 898 828 933 992 1 011 1 002 1 047 991
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 031 1 032 979 904 900 894 944 905 854
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
868 796 790 759 734 720 685 633 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
652 627 598 651 686 758 957 1 072 1 088
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Corme-Écluse dépend de l'académie de Poitiers. La commune est en RPI, en association avec la commune voisine de Grézac. Elle dispose d'une école élémentaire publique, dont les effectifs sont de 48 élèves en 2012-2013[36].

Les élèves du second cycle sont dirigés vers le collège Andr- Albert de Saujon, Corme-Écluse appartenant au secteur scolaire de cette ville[36]. Cet établissement dispose d'un centre de documentation et d'information (CDI), d'une salle informatique, d'un foyer proposant des activités périscolaires et d'un restaurant scolaire.

Les lycées les plus proches sont situés à Royan, principale agglomération des environs.

Les infrastructures consacrées à la jeunesse sont centralisées à Saujon, chef-lieu du canton. Le pôle-enfance de la ville comprend ainsi une crèche et halte-garderie accueillant les enfants de deux mois et demi à trois ans, de 7 heures 30 à 18 heures 45, un accueil de loisirs et un accueil périscolaire.

Santé et sécurité[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

L'émetteur de Niort-Maisonnay permet la réception des 18 chaînes gratuites de la télévision numérique terrestre (TNT) dans l'ensemble de la commune, dont le décrochage local de France 3 Poitou-Charentes. Le 31 mai 2009, cet émetteur de forte puissance a débuté la diffusion d'un nouveau multiplex, permettant la réception des premières émissions de télévision haute définition (HD)[37]

Radio[modifier | modifier le code]

La plupart des radios nationales présentes dans le département peuvent être écoutées dans la commune. Les informations départementales sont relayées par la station de radio publique France Bleu La Rochelle. Les stations de radio locales pouvant être écoutées dans la commune sont principalement Demoiselle FM (généraliste, émettant depuis Rochefort, et disposant de studios à Saint-Georges-de-Didonne), Terre Marine FM (généraliste, émettant depuis Fouras), Mixx radio (techno, dance et musiques électroniques, émettant depuis Cognac et reprise par le réémetteur de Saintes), et RCF Accords Charente-Maritime (religieuse, émettant depuis La Rochelle).

Presse[modifier | modifier le code]

La presse locale est représentée par le quotidien Sud Ouest, dont le siège est à Bordeaux, et qui dispose d'une rédaction locale à Royan.

Internet haut débit[modifier | modifier le code]

Un répartiteur téléphonique est implanté dans la commune. En 2013, il n'est encore dégroupé par aucun opérateur alternatif (SFR, Free…); seul l'opérateur historique, Orange (France Télécom) est disponible[38].

Cultes[modifier | modifier le code]

Corme-Écluse appartient au diocèse catholique de La Rochelle et Saintes, lui-même subdivision de la province ecclésiastique de Poitiers depuis 2002 (de la province ecclésiastique de Bordeaux avant cette date) et au doyenné de Royan. La paroisse est comprise dans le secteur pastoral Sainte-Marie en Saintonge, centré sur Saujon.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Culture en Charente-Maritime.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Langue saintongeaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saintongeais.
Carte représentant l'aire linguistique du saintongeais dans les Charentes et le Nord-Gironde
Aire linguistique du saintongeais.

La commune est située dans l'aire linguistique du saintongeais, un dialecte faisant partie de la famille des langues d’oïl, branche des langues romanes, qui comprend également le français, l’angevin le picard et le poitevin avec lequel il est souvent regroupé dans un domaine plus vaste, le poitevin-saintongeais.

Le saintongeais (saintonjhais) est la langue vernaculaire parlée en Saintonge ainsi que dans une partie de l'Aunis, de l'Angoumois, mais aussi dans quelques enclaves de Guyenne (Pays Gabay ou Grande Gavacherie, Petite Gavacherie autour de Monségur dans l'Entre-deux-Mers et enclave du Verdon, en Médoc). On l’appelle parfois aussi le charentais ou encore le patois charentais. Les locuteurs sont dits patoisants.

Le saintongeais a fortement influencé l’acadien et en conséquence, par ricochet, le cadien ; quant au québécois, il a été influencé par les parlers tels que le normand, le francien et le saintongeais.

La langue saintongeaise présente de nombreux traits communs avec des langues telles que le cadien ou l'acadien, ce qui s'explique par les origines saintongeaises d'une partie des émigrants vers la Nouvelle-France au XVIIe siècle.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie saintongeaise est principalement axée sur trois types de produits : les produits de la terre, les produits de la mer et les produits de la vigne.

Les préparations à base de viande de porc occupent une place prépondérante dans la cuisine régionale : ainsi des gratons ou des grillons, sortes de rillettes à base de viandes rissolées et confites dans leur graisse, du gigorit (ou gigourit), un civet mêlant sang, gorge, foie et oignons, ou de la sauce de pire, à base de fressure, d'oignons et de vin blanc de pays[39].

Le pineau des Charentes est un vin de liqueur produit traditionnellement dans la région.

La cuisine saintongeaise intègre tout naturellement de nombreuses recettes à base de « cagouilles », le nom local de l'escargot petit-gris. Animal tutélaire de la Saintonge, il est notamment cuisiné « à la charentaise », c'est-à-dire cuit dans un court-bouillon agrémenté de vin blanc, d'ail et de mie de pain.

Parmi les autres spécialités locales, il convient de noter également les pibales (alevins d'anguille pêchés dans la Gironde, spécialité de Mortagne et de Blaye), les sardines de Royan, les « thyeusses de gueurnouilles » (cuisses de grenouilles), la « sanglette », une galette préparée à base de sang de poulet et d'oignons cuits, le farci saintongeais (variante du farci poitevin), le lapin au pineau, le foie gras ou encore les confits.

Les desserts traditionnels sont issus de la cuisine paysanne : millas (gâteau à la farine de maïs, qu'on retrouve dans une grande partie du Sud-Ouest de la France), galette charentaise, au beurre Charentes-Poitou, ou encore « merveilles » (beignets).

Les vignes de la région servent à la confection d'eaux-de-vie réputées, telles que le pineau des Charentes et plus encore, le cognac. La commune de Corme-Écluse est ainsi intégralement située dans la zone de production des « bons bois ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Distance entre Corme-Écluse et Le Chay
  3. Distance entre Corme-Écluse et Meursac
  4. Distance entre Corme-Écluse et Semussac
  5. Distance entre Corme-Écluse et Cozes
  6. Distance entre Corme-Écluse et Saujon
  7. Distance entre Corme-Écluse et Saint-Georges-de-Didonne
  8. Distance entre Corme-Écluse et Royan
  9. Distance entre Corme-Écluse et Saintes
  10. Distance entre Corme-Écluse et Pons
  11. Distance entre Corme-Écluse et Rochefort
  12. Distance entre Corme-Écluse et La Rochelle
  13. Distance entre Corme-Écluse et Bordeaux
  14. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  15. a et b Corme-Écluse sur le site du Sigore
  16. Corme-Écluse, résumé statistique, site de l'Insee
  17. a, b et c La Charente-Maritime : schéma routier départemental, 2010-2030
  18. Préfecture de Charente-Maritime : Météo France
  19. « Climatologie mensuelle à La Rochelle », sur infoclimat.fr (consulté le 22 octobre 2009)
  20. Données de la station de La Rochelle, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  21. Présentation de la zone d'emploi de Saintonge maritime, site de l'ARTLV
  22. a et b « Treize nouvelles zones d’emploi en Poitou-Charentes », sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2012).
  23. La décentralisation, site de l'Assemblée nationale
  24. art L. 252 du code électoral
  25. art L. 253 du code électoral
  26. « Nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance.
  27. Dix ans que Corme-Écluse attend cela
  28. Résultats municipales Corme-Écluse
  29. « Juridictions du Chay », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 22 février 2013).
  30. « Impôts locaux à Corme-Écluse », taxes.com.
  31. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  32. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  36. a et b L'école élémentaire de Corme-Écluse, site Lesecoles.net
  37. « Les émetteurs pour la TNT-HD se dévoilent », sur Degroupnews (consulté le 11 décembre 2010)
  38. « Déploiement ADSL à Corme-Écluse », sur Degroupnews (consulté le 3 mars 2013)
  39. Charente-Maritime, encyclopédie Bonneton, p. 106-107

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]