Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

Réalisation Jean Yanne
Scénario Jean Yanne
Acteurs principaux
Sociétés de production AMLF
Carthago Films
Renn Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 97 min
Sortie 1982

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ est un film français réalisé par Jean Yanne, sorti en 1982.

Avant-dernier film de son réalisateur, le film parodie le genre du péplum et réalise un très bon score au box-office avec 4 601 239 entrées, ce qui le place en 3e place du box-office français de l'année 1982.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au temps de l'Empire romain, un modeste carrossier de chars se retrouve victime d'une machination politique visant Jules César.

Dans cette parodie de péplum, peuplée d'anachronismes, un « charagiste », Ben-Hur Marcel se retrouve malgré lui représentant syndical face à l'armée romaine. Pris dans une histoire de complot contre un César homosexuel et intéressé uniquement par sa coiffure et le drapé de sa toge, Ben-Hur Marcel se retrouve impliqué dans un imbroglio politique envers l'Égypte et sa reine, Cléopâtre, affublée d'un accent des faubourgs parisiens. Il s'en sortira grâce au talent de son ami Paulus.

À première vue, la satire vise d'abord le pouvoir étatique qui présente tous les défauts habituels : menteur, cynique, manipulateur, méprisant, haineux, mais aussi craintif : « Citoyens, actuellement nous ne pouvons rien faire, mais dès que nous le pourrons je vous promets que nous ferons le double ! » Le peuple, lâche et soumis (cf. le discours final de Ben-Hur Marcel à l'ensemble des protagonistes), et les révolutionnaires d'opérette en prennent aussi pour leur grade : si les choses vont aussi mal, c'est que, en fin de compte, ils se laissent faire. Et, à la fin, tout le monde oublie tout en regardant les niaiseries du journal télévisé au cours duquel est annoncée la naissance d'un enfant dans une étable à Bethléem. Le film s'achève sur une réplique ironique de Ben-Hur Marcel : « La naissance d'un enfant dans une étable, ça va pas changer la face du monde ! » À ce moment-là on entend les trois premières notes fortissimo de la musique écrite par Miklòs Ròsza pour le film Ben Hur de William Wyler (1959).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le ribat de Monastir, où ont été tournées les scènes en extérieurs.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Financement[modifier | modifier le code]

Le logo à l'emblème de Shell apparaît dans le cirque, derrière le chœur.

Malgré l'époque où se déroule l'histoire, Jean Yanne réussit à caler du placement de produit dans son film : de nombreuses marques apparaissent tout au long du film, leur nom étant simplement « romanisés ». On découvre ainsi dans le film les marques romaines Martinius (dans le bistrot au début du film) puis, dans la scène des jeux du cirques, Boursinum (le slogan étant « panem, vinum, boursinum », parodiant ainsi la formule « panem et circenses » et le slogan réel de la marque, « du pain, du vin, du Boursin »), Dunlopus Fortus, Bananiam (dont le slogan est « Yabonus Bananiam », en référence au « Y'a bon Banania »), Poelum Tefalum… Certaines marques sont montrées sans que leurs noms soient détournés comme Camel avec le paquet de cigarettes que Cléopâtre montre à César ou encore le logo d'AMLF, visible sur l'un des chars de la course.

Sortie[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

L'idée de parodier l'affiche du film Ben Hur vient de Laurent Pétin, alors chargé de la communication de la société de distribution AMLF : un dessinateur réalise d'abord un logo pour le papier à lettre de la production en parodiant cette affiche puis reprend l'idée pour l'affiche du film[1]. Pour donner une perspective réaliste au monument en lettres de pierre représentant le titre, celui-ci est construit en volume et en plâtre[1]. Pour donner de la vie à l'affiche, les personnages du films sont ajoutés au pied du monument : d'abord dessinés par Jean-Luc Belin, ils sont finalement réalisés par Picotto, les personnages du premier dessinateur étant trop rondouillards et affublés de gros nez, ce qui ne collait pas vraiment avec la nature du projet et le potentiel du film[1]. D'autres affiches, cette fois au format pantalon, sont diffusés : celles-ci misent sur les visages des trois acteurs principaux, Coluche, Michel Serrault et Jean Yanne ; trois affiches sont maquettées, une par acteur, caricaturés par Jean Mulatier[1].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[2] Source
Box-office Drapeau de la France France 4 601 200 entrées 14 sem. 3e de 1982 [1]
Box-office Paris 1 044 014 entrées 41 sem. 4e de 1982 [2]

Sa première semaine au box-office à Paris fut un record à l'époque avec 396 595 entrées, battant l'ancien record de James Bond Rien que pour vos yeux de 85 000 entrées[3].

Ce record ne tiendra pas plus de trois semaines, battu par le film L'As des as de Gérard Oury avec Jean-Paul Belmondo, qui fera 463 028 entrées en première semaine[4].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d François Plassat, « Création affiche : Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », sur www.cinecomedies.com,‎ (consulté le 28 avril 2015) :

    « Si mes souvenirs sont bons, c’est en 1981 que Laurent me propose de réaliser un papier à lettre personnalisé pour la production du nouveau film de Jean Yanne : Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ. […] C’est également ce que pense Pétin qui suggère de le mettre en situation en parodiant la célèbre affiche de Ben Hur. Après divers tâtonnements sur la lisibilité des lettres, je réalise donc ce premier dessin pour le papier à lettre. Assez vite, il faut passer aux premiers roughs de l’affiche. L’idée de Laurent est d’enrichir le monument avec les personnages du film et une foule grouillante à ses pieds.

    Afin d’obtenir la meilleure perspective possible du monument en lettres de pierre, il est construit en volume et en plâtre afin d’être photographié sous divers angles, pour en retenir in fine le plus flatteur et le plus lisible.À partir de cela, un nouveau dessin est réalisé sur lequel mon associé du Studio Vitamine, Jean-Luc Belin, ajoute des personnages. Belin dessine un peu à la façon de Christian Binet. Il venait de faire l’affiche d’un film de Christian Gion, mais ces personnages rondouillards et affublés de gros nez ne collent pas franchement avec la nature du projet et le potentiel du film. Exit, donc, les gros nez de Belin. Je n’ai plus de traces de cette étape. C’est Môssieur Picotto qui s’y colle maintenant, tout en conservant l’architecture du monument. Là, tout va très vite. Picotto est très habile pour ces scènes riches en personnages imbriqués les uns sur les autres. [...]

    Parallèlement, Laurent Pétin a réservé d’importants emplacements publicitaires : réseaux d’affiches 4 x 3 mètres, 120 x 160 cm, mais aussi un nouveau et très efficace réseau de pantalons. Pour ces supports, il a prévu de jouer une autre forme de campagne misant cette fois sur les visages des trois acteurs principaux, Coluche, Michel Serrault et Jean Yanne, tous trois au sommet de leur notoriété. Mais pour rester dans un univers proche de l’affiche, il préfère avoir recours, là encore, à des illustrations.

    Dans un premier temps, je me retourne d’abord vers l’un de mes amis, le dessinateur de bande dessinée Max Cabanes, qui […] est alors l’un piliers des mensuels Fluide glacial. Il réalise plusieurs esquisses préliminaires qui ne seront pas jugées suffisamment convaincantes. Laurent Pétin décide alors de faire appel au pape de la caricature, Mulatier, l’un des trois auteurs des célèbres Grandes gueules du magazine Pilote. Le résultat étant cette fois tout à fait probant, et trois affiches distinctes sont maquettées, une par acteur. »

  2. Tous les temps - All Time
  3. (fr) Box-office Paris du 06/10/1982 au 12/10/1982 sur Boxofficestars
  4. (fr) Box-office Paris du 27/10/1982 au 02/11/1982 sur Boxofficestars
  5. Précision apportée par Tarak Ben Ammar dans les compléments du Blu-ray sorti en 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fred Romano, Le film pornographique le moins cher du monde, Pauvert,‎ , 432 p.
    Fred Romano, ancienne compagne de Coluche, retrace les dernières années du comédien, dont le tournage du film Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, sans que le titre du film ne soit explicitement nommé et avec les noms de personnalités abrégés.
    .
  • Bertrand Dicale, Jean Yanne : à rebrousse poil, First, coll. « Documents »,‎ , 512 p. (ISBN 2754017224, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :