Course-poursuite au cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poursuite.

Une course-poursuite au cinéma est une scène dans laquelle un ou plusieurs personnages en poursuivent un ou plusieurs autres, fréquemment au moyen de véhicules. Les courses-poursuites sont devenues fréquentes dans les films d'action, les films policiers ou même les films comiques.

Les courses-poursuites, notamment en voiture, ont toujours existé au cinéma. Par exemple, l'une des plus fameuses courses-poursuites à pied est celle de Frigo déménageur (Cops) de Buster Keaton et Eddie Cline en 1922. On considère généralement que la première course-poursuite moderne fut réalisée pour le film Bullitt (Peter Yates, 1968). Dans ce film, les caméras sont disposées à l'intérieur des voitures, ce qui permet de placer le spectateur au cœur de l'action. Steve McQueen, l'acteur principal du film peut être vu au volant même dans les moments les plus intenses.

Afin d’en accroître l’effet, des réalisateurs introduisent des éléments novateurs ou incongrus. Les courses-poursuite utilisent tous les véhicules imaginables (bus, tanks, vélos,...) incluant des changements de véhicules (éventuellement entre véhicules en mouvement), des poursuites à géométrie variable (l’un chassant l’autre, mais lui-même poursuivi par d’autres ou la police) ou des éléments externes dangereux (autres véhicules, circonstances atmosphériques, explosions...).

Scènes de course-poursuite notables[modifier | modifier le code]

Bullit (1968)[modifier | modifier le code]

Dans le film du même nom de Peter Yates, sorti en 1968, le lieutenant Bullitt (Steve McQueen), au volant de sa Ford Mustang Fastback V8 390 GT, poursuit à travers les rues et les alentours de San Francisco la Dodge Charger V8 440 des 2 tueurs.

French Connection[modifier | modifier le code]

French Connection (1971), de William Friedkin, augmente encore le réalisme par rapport à Bullitt puisque cette poursuite entre une voiture et un métro aérien se fait en plein centre-ville de New York alors que les poursuites antérieures sont sans réelle interaction avec les éléments extérieurs (piétons, autres transports...). Mais la grande originalité de cette scène réside dans le fait qu'il s'agit d'une course-poursuite en ligne droite et sans aucune autorisation!

Duel (1971)[modifier | modifier le code]

Duel (1971) est le premier téléfilm réalisé par Steven Spielberg. L'unique sujet du téléfilm est une longue course poursuite sur les routes de Californie entre un représentant de commerce dans une voiture défaillante, poursuivi par un camion.

Séries de films et séries télévisées (incluant des séries d'animation) contenant régulièrement des scènes de course-poursuite[modifier | modifier le code]

Liste chronologique de films contenant des scènes de course-poursuite[modifier | modifier le code]

Sauf mention particulière, les films suivants contiennent des courses-poursuites impliquant des voitures.

Sur l'eau[modifier | modifier le code]

On pourrait arguer que le poncif de la Course-poursuite est né sur l'eau et ce dès 1890: en effet , Conan Doyle , dans la nouvelle Le Signe des quatre met en scène une haletante course poursuite en chaloupe à vapeur sur la Tamise: Sherlock Holmes et Watson poursuivent en pleine nuit le voleur du fabuleux trésor du Maharajah d'Agra et son étrange complice , un indigène des Iles Andaman. Ils ne réussissent à rattraper leurs adversaires que grâce à la présence d'un second soutier, pelletant frénétiquement du charbon à bord de leur embarcation. Le malfaiteur , perdu pour perdu , éparpille les joyaux au fil du courant...Au final, le Docteur Watson sera le seul à trouver un trésor, en la personne de sa future épouse, la délicieuse Mary Morstan. Toutes les adaptations audiovisuelles de cette nouvelle (notamment la très soignée version télévisuelle de Granada TV , avec Jeremy Brett dans le rôle titre) ont fait la part belle à ce moment de suspense qui permet aussi de montrer ces élégantes chaloupes à vapeur de la fin du XIX° siècle , restaurées comme savent le faire les britanniques, avec leurs vernis et leurs cuivres étincelants.

Plus près de nous les canots automobiles, puis les hors-bord ont été mis à contribution pour fournir aux spectateurs un changement par rapport aux courses poursuites automobiles un peu trop récurrentes. Hergé y a recours dès 1941 dans l'album Le Crabe aux pinces d'or.

L'élément nautique, moins familier au spectateur moyen, permet souvent des trouvailles inattendues et des péripéties inédites qui renouvellent le genre.

Une longue et haletante scène de course poursuite, qui est au motonautisme ce que celle du film Bullit est à l'automobile figure dans un thriller anglais de 1971 : Puppet on a chain, tiré d'un roman d'Alistair Mac Lean . Sur fond de trafic de drogue à Amsterdam, un agent du Narcotic bureau américain (incarné par l'acteur suédois Sven - Bertil Taube) pourchasse un inquiétant tueur à gages (Peter Hutchins), impeccablement vêtu d'un complet blanc et coiffé d'un Borsalino immaculé. La poursuite, émaillée de péripéties et de cascades impressionnantes se déroule dans le dédale des bras de mer et des canaux d'Amsterdam. Après maints rebondissements (dont un saut par dessus une péniche ) le tueur finit par s'auto-éliminer lorsque son canot s'écrase en flammes contre la porte d'une écluse[1]. Pour les connaisseurs le runabout de course jaune vif piloté par Sven Bertil Taube est une coque fabriquée par William Shakespeare (un homonyme du dramaturge) , coureur et constructeur motonautique maintes fois titré (notamment aux Six Heures de Paris) et décédé en course à 41 ans.) les deux protagonistes utilisent des moteurs Mercury 50 Cv[2].

Cette scène culte a été tournée à nouveau par le réalisateur néerlandais Dick Maas et figure dans son film de 1988, Amsterdamned . Les ressemblances sont flagrantes (lieux, angles de prises de vue...et jusqu'à la couleur jaune canari du bateau utilisé par le jeune policier Visser). toutefois il ne s'agit nullement d'un remake servile: Le scénario tourne autour d'un homme grenouille-tueur en série qui massacre ses victimes avec un poignard de plongée. La scène de course poursuite ménage aussi des intermèdes comiques qui relâchent la tension , lorsque les deux poursuivants bousculent et aspergent d'innocents plaisanciers amstellodamois...dont un orchestre d'orphéon au grand complet qui donne un concert ambulant depuis une lente et paisible péniche hollandaise.Signe du déclin de l'industrie américaine du hors bord à la fin des années 80, les moteurs (identiques) sont cette fois japonais: des Yamaha 4 cylindres 2 temps en V de 140 CV.

La très longue série des James Bond (dans laquelle une ou plusieurs courses poursuite automobiles figurent à chaque épisode) a abondamment utilisé la variante nautique de cet exercice quasi-obligé: On peut citer par exemple Vivre et laisser mourir avec des scènes de poursuite en hors-bord sur les bayous de Louisiane. a cette occasion la firme américaine Glastron avait fourni pas moins de 25 coques dont la plupart furent détruites lors des cascades du tournage. Le runabout Glastron piloté par Roger Moore, qui accomplit un impressionnant saut en longueur par dessus la voiture de patrouille du très rural et très irascible Sheriff JW Pepper (Clifton James, qu'on reverra dans un autre épisode de la saga, L'homme au Pistolet d'or, tourné en Thaïlande) est propulsé par un Evinrude 4 cylindres en V de 135 CV.

L'Homme au Pistolet d'or inclut aussi une poursuite motonautique, mais, exotisme oblige, elle s'accomplit sur les canaux de Bangkok avec des embarcations traditionnelles thaïlandaises (long tail boats , littéralement bateaux longue queue) propulsées par des moteurs de voitures modifiés pour l'usage nautique (adaptation d'un arbre oblique à la façon de l'antique Motogodille française de la belle époque).

Un autre épisode de la saga Bond Le Monde ne suffit pas (1999) corse le genre : Bond (incarné cette fois par Pierce Brosnan) pourchasse une inquiétante espionne - tueuse à gages vêtue de cuir rouge qui pilote avec talent un gros cabin-cruiser Sunseeker lourdement armé (mitrailleuses et lance-roquettes, entre autres) . Cependant Bond /Brosnan n'est pas démuni pour autant : son embarcation est une création de l'armurier inventeur "Q" (Desmond Llewelyn) , dont c'est la dernière apparition avant sa"retraite".

Propulsé par un moteur de 350 Cv entraînant un hydrojet (comme sur un jet-ski), équipé de boosters (fusées d'appoint) , de tubes lances torpilles et d'une multitude de gadgets, dont un système de géolocalisation dernier cri, le petit runabout noir de James Bond virevolte autour de son gros adversaire,il se fait même brièvement sous-marin pour plonger sous un obstacle à fleur d'eau.

Outre les péripéties de la poursuite elle même (émaillée d'un nombre impressionnant de dommages collatéraux , le hangar d'un club d'aviron, un restaurant "branché" du dockland londonien, une chaloupe de la police fluviale..entre autres) la séquence vaut surtout par la découverte des Docks de Londres, alors en pleine reconversion urbaine, entre entrepôts en brique décrépits et constructions futuristes des quartiers "gentryfiés" pour la nouvelle bourgeoisie financière anglo-saxonne de la fin du XX° siècle.

La poursuite prend fin sur une berge vaseuse près du Millenium dome où l'espionne échoue volontairement son bolide pour échapper à une salve de torpilles.

Dans un genre plus "Rétro" Indiana Jones et la Dernière croisade (situé dans les années 30) utilise des canots automobiles classiques en acajou verni . S'agissant de scènes tournées sur la lagune de Venise on pourrait s'attendre à voir évoluer des canots automobiles italiens (Baglietto ou Riva) mais en fait il s'agit de leurs équivalents américains, tout aussi étincelants de chromes et de vernis, produits par la très réputée firme Hacker. Une originalité: L'un de ces splendides canots (valant une petite fortune chez les collectionneurs) finit lentement mais sûrement débité en allumettes par l'hélice d'un cargo, tournant à fleur d'eau, pendant qu' Harrison Ford se collette avec un tueur ottoman coiffé d'un fez.

Références[modifier | modifier le code]

  1. davidwrightatloppers, « The BOAT CHASE from "Puppet On A Chain" - '70 - HQ »,‎ (consulté le 23 avril 2016)
  2. Roy Cooper, « Shakespeare - fastonwater », sur www.fastonwater.co.uk (consulté le 23 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]