Nègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une négresse portée par deux maures, par A.-F. Despotes (XVIIe – XVIIIe siècles), partie de Les Nouvelles Indes dans l'Hôtel de préfecture du Rhône
Étude de nègre, par Théodore Chassériau, 1836 (Musée Ingres-Bourdelle, Montauban)

Le mot « nègre » est à la fois un substantif (au féminin « négresse ») désignant les Noirs d'Afrique ou afro-descendants, plus particulièrement quand ils sont réduits en esclavage ; et également un adjectif, dans ce cas invariable en genre, utilisé au XXe siècle pour désigner l’ensemble des populations et cultures d'Afrique subsaharienne.

En français, le substantif a pris avec le temps une connotation péjorative et raciste, influencé par l’anglais, langue dans laquelle la connotation péjorative est beaucoup plus grande. Indissociable de l’histoire de l’esclavage, il sert de radical pour les mots relatifs au commerce des captifs africains (traite négrière, navire négrier). Ce terme sera transformé par le mouvement littéraire de la négritude, fondé notamment par les intellectuels Césaire et Senghor, afin de s'approprier cette meurtrissure infligée par l'histoire, mais sans toutefois en enlever sa charge douloureuse[1].

« Nègre » est aussi un adjectif utilisé au XXe siècle pour désigner l'ensemble des populations africaines ou d'origine africaine, et dans un certain nombre d'expressions telles que art nègre, sans connotation péjorative, retrouvant alors sa qualité purement descriptive de la spécificité d'une culture parmi d'autres. Dans ce cas le terme ne varie pas en fonction du genre, et reste le même au féminin, comme la Revue nègre. Ces expressions ont toutefois presque toutes été remplacées par notamment l’adjectif « africain » (par exemple art africain).

Aujourd’hui l’utilisation des termes « nègre » et « négresse » est de plus en plus sujet à controverse, en raison notamment de leur connotation péjorative, et de l’histoire qui leur est associée.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot est dérivé du latin niger, « noir » en tant que couleur.

Selon le dictionnaire[2] de Godefroy, le mot negre ou nigre (noir), apparaît en ancien français au XVIe siècle pour désigner la couleur noire : « Que je en la nigre montaigne / M'en aile desous Andioche. »

Puis, pour désigner les personnes de couleur noires, le terme sera repris à partir de 1529 au mot espagnol negro, « noir ».

Origine[modifier | modifier le code]

Le terme « nègre » apparaît au XIVe siècle sous la forme adjectivale signifiant de « couleur noire ». Ce n'est que deux siècles plus tard, en 1529, dans le Voyage à Sumatra[3] des frères Parmentier, qu'il apparaît pour désigner une « personne de couleur noire ».

Le capitaine-gouverneur de Ceuta, Pedro de Meneses, effectue razzias et raids dans les campagnes autour de Ceuta. Les prises de guerre alimentent en des milliers de maures captifs les économies d’Andalousie et du Levant espagnol. Ils débarquent dans les ports de Valence et de Barcelone dans un marché de l’esclavage en essor. Entre 1380 et 1440, plusieurs esclaves orientaux découlent de la traite en mer Noire et d’esclaves sarrasins. Esclaves russes, tartares, caucasiens et surtout de « lignages de maures »[4] alimentent Barcelone, Valence, Lisbonne et les ports du Maghreb[5].

Les Portugais ont été les premiers Européens à avoir déporté des Noirs comme esclaves dans leur propre pays, en 1442[6].

Les Espagnols ont été les premiers Européens à déporter des Noirs comme esclaves aux Amériques. Ils désignent alors les Noirs par le mot negro qui signifie « noir » en espagnol, comme l'illustre une scène du film Amistad. En français, on désignait ces populations d’abord par le mot neir (1080) puis par le mot « noir ». L’emploi du mot « nègre » était rare avant le XVIIIe siècle. À partir de cette époque, le Noir devient un sujet pictural et un nombre impressionnant de tableaux, portraits, scènes de genre... ont pour titre Nègre ou Négresse.

Avant l'esclavage, on désignait également les personnes mélanodermes comme des « Maures », même si tous les Maures ne sont pas noirs. Le terme « nègre » a diverses variantes : « négro », « négrillon », etc.

Le mot est peu à peu remplacé par « Noir », avec une majuscule éventuelle quand on souhaite insister sur l'idée de peuple (vers 1960). Les expressions telles que « personne de couleur » ou, dans le langage familier, l'anglicisme « black » ( en France ), sont devenues courantes pour éviter de dire « noir ».

Usages et connotations[modifier | modifier le code]

Au Nègre joyeux, enseigne d'un ancien magasin de cafés de Paris, ouvert en 1897
La Géographie vivante d'Onésime Reclus, cours préparatoire et CM1 en 1926.

L'usage du mot n'est pas identique lorsqu'il est traduit dans diverses langues, ou pris dans des contextes historiques.

En français[modifier | modifier le code]

On retrouve le mot nègre dans les dictionnaires français de l'Ancien régime[7],[8].

Le mot fait son apparition dans le Dictionnaire de l’Académie française de 1762. On n'y trouve pas le sens premier, mais uniquement un synonyme d’esclave : « NÈGRE, ESSE. s. Ce mot ne se met point ici comme un nom de Nation, mais seulement parce qu'il entre dans cette façon de parler. Traiter quelqu'un comme un nègre, pour dire, Traiter quelqu'un comme un esclave. »[9],[10]

Le mot « nègre » est progressivement remplacé par « noir » (ou « Noir ») dans les pays francophones, voire par des euphémismes successifs : après l'expression « homme de couleur » (courante dans les années 1960 en Europe francophone), les années 1990 voient se développer l'usage de l'anglicisme « black », puis dans les années 2000 certains milieux emploient le verlan « renoi » pour désigner, souvent familièrement, une personne noire de peau d'origine africaine car le mot « nègre » est encore vu de manière très négative[11],[12].

Certains défenseurs des droits des Noirs ou de l'égalité entre les hommes ont tenté de redonner un sens positif au mot « nègre ».

En 1934, en réponse à une insulte raciste, Aimé Césaire proposa à Senghor de rédiger ensemble un journal : l’Étudiant noir. « Léopold : je supprimerais ça. On devrait l’appeler Les Étudiants nègres. Tu as compris ? Ça nous est lancé comme une insulte. Eh bien je la ramasse, et je fais face »[13].

Le terme dérivé « négritude », forgé dans les années 1930, s'emploie encore aujourd'hui dans un sens positif, désignant la perspective identitaire des intellectuels noirs francophones Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire.

En 2020, les éditions Zulma rééditent Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, pour célébrer le 35e anniversaire de ce premier roman. À cette occasion, l'écrivain Dany Laferrière de l'Académie française, auteur également de Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit?, est invité à France culture et répond à la question « Peut-on encore utiliser le mot nègre en littérature ? »[14]

« Le mot nègre, il va dans n'importe quelle bouche, il est dans le dictionnaire, vous l'employez, vous en subissez les conséquences. Mais ce n'est pas le mot qu'il faut éliminer. […] Le mot « nègre » est un mot qui vient d'Haïti. Pour ma part, c'est un mot qui veut dire homme simplement. On peut dire « ce blanc est un bon nègre ». Le mot n'a aucune subversion. […] Dans la bouche d'un Blanc, n'importe qui peut l'employer. On sait quand on est insulté, quand quelqu'un utilise un mot pour vous humilier et pour vous écraser. Et puis, on sait aussi quand c'est un autre emploi. Vous l’employez, vous en subissez les conséquences. »

Sim Copans affirme que « c’est au cours de deux siècles et demi de servitude que les Noirs américains créèrent le « negro spiritual », l’une des plus belles contributions des États-Unis à la culture universelle. »[15].

Acceptions, synonymes et mots apparentés[modifier | modifier le code]

Le mot « nègre » dans son acception contemporaine est largement controversé dans les pays où il est utilisé pour désigner spécifiquement les individus à la peau noire. Dans les pays ayant été impliqués dans le commerce triangulaire, « nègre » conserve un sens péjoratif fort, qui renvoie à une image biaisée de la population africaine.

L'adjectif « subsaharien » peut être aussi utilisé pour désigner les personnes d'origine africaine.

Il est cependant encore utilisé pour certains usages qui lui confèrent un sens particulier :

  • En littérature, l'emploi du mot « nègre » désignait une personne qui écrit pour le compte d'une autre, sans être mentionnée[Note 1]. Cela provient probablement d'une assimilation entre « nègre » et « esclave », attestée par des expressions comme « travailler comme un nègre ». En littérature française, il est désormais remplacé par le terme de « prête-plume »[16], même si « nègre » perdure en parallèle. Il existe également plusieurs expressions consacrées comme « écrivain privé », « écrivain sous-traitant » ou, plus rarement, « écrivain fantôme »[Note 2],[17]. Dans le domaine politique, on parle de « plume » lorsqu'un autre rédige le discours d'un politicien.
  • Un champignon de type bolet (Boletus aereus) est appelé cèpe tête-de-nègre mais l'expression tend à disparaître.
  • Des papillons portent le nom de « Grand nègre » : le Moiré sylvicole (Grand nègre à bandes fauves), la Dryade (Grand nègre des bois), ou encore le Grand nègre berbère.
  • À l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, le mot « nègre » était autrefois utilisé, à compter du XIXe siècle, pour désigner le major de promotion, c’est-à-dire l'élève le mieux classé.
    • On connaît l'expression apocryphe de Patrice de Mac Mahon : « C'est vous le nègre ? Eh bien, continuez ! » qu'il fit entendre lors de sa visite de cette école. Le mot s'était révélé gaffeur car l'élève-officier à qui il s'était adressé en ces terme (Maximilien Liontel) était par ailleurs lui-même Noir originaire de Cayenne en Guyane[Note 3]. L'expression est passée à la postérité avec la dose d'humour qui se doit. Frédéric Dard, dans plusieurs livres de San-Antonio, fait dire à son personnage central : « Je fais comme le nègre : je continue. »
  • Dans le monde du travail, le mot « nègre » est utilisé pour désigner une personne subissant le pouvoir et l'autorité excessifs d'un supérieur hiérarchique, à l'instar des esclaves noirs soumis à l'autorité de leur maître (encore que certains esclavagistes étaient eux-mêmes d'anciens esclaves affranchis).
  • Le petit nègre désigne une version simplifiée de la langue française, employée autrefois dans certaines colonies françaises. Aujourd'hui, il désigne péjorativement un emploi incorrect et approximatif de la langue.
  • En reliure, la couleur « nègre » ou « tête-de-nègre » est utilisée pour décrire une teinte particulière de cuir, le plus souvent de type maroquin (chèvre) de couleur marron très foncé, presque noir. Ainsi, en bibliophilie, la couleur d'un maroquin marron foncé est définie comme maroquin « tête de nègre ».

Il est également associé à certaines expressions :

  • La tête de nègre est une pâtisserie constituée de meringue enrobée de chocolat. Celle-ci est aussi appelée « meringue au chocolat » (en France) ou « tête au choco » (en Suisse) dans le commerce. Il existait en France jusque récemment, une friandise plate, de forme ovale ou ronde et d'environ 2 cm de diamètre, en réglisse donc noire, présentant sur une de ses faces la tête stylisée d'un noir (aux traits négroïdes) et appelée aussi « tête de nègre ».
  • L'expression « travailler comme un nègre » fait référence à la contrainte et à l'exploitation sans limites d'un travailleur ou de soi-même.
  • Un « roi nègre » désigne un potentat africain, peu enclin à appliquer les règles de la démocratie libérale, pratiquant la corruption, le clientélisme, le népotisme, les trafics divers et variés ; usant parfois de violences physiques à l'encontre de ses opposants et détracteurs.

Revendications identitaires[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, le courant littéraire de la négritude, essentiellement fondé sur une revendication d'identité, s'est réapproprié le mot nègre en opposition avec la connotation péjorative populaire, tel qu'il est utilisé dans l'expression « art nègre ».

« Cette entreprise de déconstruction fut relayée en Afrique francophone durant des générations. J’y ai participé au collège, dès la première année du secondaire... C’est probablement la raison pour laquelle l’usage du mot « Nègre » n’y génère pas les mêmes passions que dans les pays anglophones où à l’évidence, le travail de déconstruction reste à faire[13]. »

— Maka Kotto

En créole haitien[modifier | modifier le code]

En Haïti, qui fut la première République noire au monde et qui fut fondée par des anciens esclaves ayant échappé à l'esclavage (les marrons ou « nègres marrons »), le mot créole « nèg » désigne un « gars », un « homme » ou même une « personne » en général, indépendamment de la couleur de sa peau; ou simplement un « homme noir »[18] Grâce à l'immigration haïtienne, ce terme est présent dans l'idiome montréalais[19]

« Si on peut désigner par nègre un homme de n'importe quelle couleur, on fait du même coup disparaître de ce mot ... l'aire de signification du mot. ... On n'a qu'à lire l'étude de Simone Délesalle et Lucette Valensi sur le sens du mot « nègre » dans les dictionnaires français d'Ancien régime pour mesurer l'importance de la transformation de sens opérée dans le créole. »[20]

— Maximilien Laroche, Esquisse d’une sémantique du créole haïtien et du joual québécois

En anglais[modifier | modifier le code]

Nigger Blues (en), initialement intitulé « Negro Blues », LeRoy Lasses White (en), Dallas, 1913.
Sur cette affiche en anglais pro­venant de Londres vers 1844, on peut lire le terme de « Negro Melodies ».
« Nègre » était autrefois un terme acceptable. All-Negro Comics était un comic book publié en 1947 écrit par des écrivains afro-américains et avec des personnages noirs.
Illustration de l’édition originale de La Case de l'oncle Tom, Boston, 1852.

La communauté d'origine africaine d'Amérique du Nord fait l'objet de plusieurs qualificatifs. Il existe notamment une forte controverse liée à l'utilisation des termes anglais « negro » et surtout « nigger ». En effet, le premier ethnonyme fait l'objet de bon nombre de connotations positives mais aussi négatives et le second est essentiellement péjoratif.

Le contexte est essentiel pour comprendre la signification de ces termes[21] :

Le terme « negro » en anglais peut faire l'objet de connotation raciste, car, même si, historiquement et étymologiquement, l'ethnonyme était utilisé de manière relativement neutre par les marchands d'esclaves espagnols et portugais, il fut réapproprié par les « Blancs » d'Amérique du Nord durant l'esclavage comme un dysphémisme raciste, qui l'utilisèrent de manière ouvertement hostile et abusive, dans le but d'intimider les Africains et à mettre en évidence leur prétendue infériorité morale et intellectuelle[22]. De ce fait, dès les années 1960, des groupes militants affirment que « negro » est une épithète qui perpétue la mentalité « maître-esclave » dans l'esprit des Américains noirs et blancs (Bennet, 1967). Pourtant, il est à noter que le nationaliste afro-américain Marcus Garvey crée en 1917 la United Negro Improvement Association (UNIA, toujours en activité), en revendiquant le terme negro. Lors de sa première émission de télévision, le pasteur Martin Luther King se présente comme « an American Negro » ; pour lui l'important réside dans le combat pour les droits civiques, les subtilités du vocabulaire étant très secondaires. Il y a d'aileurs quinze occurrences de « negro » utilisées comme terme de respect dans son discours intitulé I have a dream[23].

Quant au terme « nigger » il est considéré par les médias et les politiques comme un véritable tabou et comme un terme qui a un pouvoir terrible et provocateur (Endo, 2012). Comme substitut à ce terme tabou, on utilise la locution « the N-word »[23]. Toutefois, ce terme « nigger » a également été utilisé du côté des opprimés durant l'esclavage : Jacquelyn Rahman a remarqué une variante non-péjorative du terme qui a été introduite dans le lexique des Afro-Américains. Il s'agit de « nigga ». Les auteurs s'accordent pour dire que, peu après leur arrivée aux États-Unis, les esclaves avaient besoin d'un terme d'auto-référence communément compris par les membres du groupe, et « nigga » s'est imposé à mesure qu'ils apprenaient l'anglais[22].

Pour en revenir au terme « negro », du fait de son ambiguïté, il est finalement remplacé vers la fin du XXe siècle aux États-Unis par « black » (ou « Black » ) et plus officiellement «  African American », « Black American » ou « Afro-American »[24]

En 2020, le formulaire de recensement américain élimine le choix Negro du formulaire[25].

Pour résumer :

  • Aux États-Unis, l'adjectif « negro », aujourd'hui quelque peu désuet, a été employé dans un sens neutre ou légèrement péjoratif ; le substantif offensant « nigger », utilisé dans un contexte raciste et/ou injurieux, rassemble quant à lui la totalité du contenu péjoratif[Note 4].
  • En anglais, on préfère aujourd'hui utiliser l'expression «  African American », « Black American » ou « Afro-American »[Note 5]). Certains Américains aux origines africaines se sont approprié le terme argotique pour en faire un mot d'autoréférence. Ainsi, la jeunesse afro-américaine emploie couramment le mot « nigga » (variante dialectale de nigger) dans un but distinctif et familier, celui-ci signifiant alors : « mon vieux », « mon pote », « mon gars », « mec », etc.

En latin[modifier | modifier le code]

Nigra sum, sed formosa (« Je suis noire mais je suis belle ») est un texte biblique ayant inspiré de nombreuses œuvres musicales. Il figure dans le Cantique des Cantiques (1:5).

Polémiques et controverses[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Quartier de La Négresse à Biarritz[modifier | modifier le code]

Enseigne stéréotypée d'une boutique de tissu du quartier de La Négresse.

Depuis 2013, une vive polémique entoure le nom d'un quartier de Biarritz qui s'appelle La Négresse[26]. Cette dénomination s'accompagne d'images stéréotypées de femme africaine sur les boutiques du quartier ou lors des « fêtes de la Négresse », et de nombreuses personnalités demandent qu'il soit changé. Parmi eux se trouvent les élus biarrots Galéry Gourret et Lysiann Brao, l'écrivaine bayonnaise Marie Darrieussecq, l'historien Jean-Yves Mollier, l'avocat Alain Jakubowicz ou encore le militant bordelais Karfa Diallo. Ce dernier, lors d'un happening en pour demander le changement de nom du quartier, est interpellé et placé en garde à vue. Poursuivi pour « rébellion », il compte faire de ce qu'il appelle « le procès de la Négresse » une tribune pour éveiller les consciences. L'audience doit se tenir le [27].

Usage du mot par la ministre du Travail en 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, la ministre du droit des femmes utilise le mot sur RMC et finit par plaider la faute de langage[28].

Au Canada[modifier | modifier le code]

En 1958, André Laurendeau crée la polémique avec une série d'articles publiés dans Le Devoir, portant le titre La théorie du roi nègre[29],[30],[31].

En 2008, Victor-Lévy Beaulieu utilise l'expression reine-nègre pour qualifier Michaëlle Jean. « C'est une insulte » tranche Dany Laferrière[31].

Autour du livre Nègres blancs d'Amérique[modifier | modifier le code]

En 1967, l'écrivain et militant indépendantiste québécois Pierre Vallières publie le livre-choc Nègres blancs d'Amérique. Avec ce titre il assimile volontairement les esclaves noirs américains au sous-prolétariat québécois, « esclaves » selon lui d'une élite dominante anglo-saxonne. Cette comparaison suscite alors de vives réactions.

Avant lui, Mailer avait publié en 1957 le livre Hipsters: Le nègre blanc. Réflexions superficielles sur le hipster (en).

« The densely allusive title of Les Nègres blancs d'Amérique is, of course, controversial, and perhaps more so in English than in French, given the taboo on the word "nigger". It has been thus since the initial publications of the book in both languages. It is unsurprising then that today, many readers—even those who experienced Montreal's tumultuous 1960s and 1970s—find the comparisons between francophone Quebeckers, Black Americans and the colonised peoples of Africa signified by Vallières's title intolerable[32]. »

En 2020, un manuel d'histoire est banni par deux commissions scolaires anglophones de Montréal car il cite l’œuvre[33].

En 2020, la reporter et animatrice de CBC, Wendy Mesley, a été suspendue après avoir cité lors d'une rencontre le titre du livre de Pierre Vallières, Nègres blancs d'Amérique[34]. Le même ouvrage a été cité par une professeure de cinéma de l'université Concordia, Catherine Russell (d)[35], ce qui a provoqué une pétition appelant à sa destitution.

Les mots « nègre » et « nigger » bannis de la toponymie au Québec[modifier | modifier le code]

Au Canada, le Québec est aujourd'hui la seule province qui possède des noms de lieux contenant le mot « nègre »[36], comme la Rivière du Nègre ou le Lac Ti-Nègre, depuis que les autres provinces ont renommé chez elle les lieux problématiques[37].

En 2015, la Commission de la toponymie du Québec annonce la « désofficialisation » de nom de onze lieux contenant le mot « nègre », en français ou en anglais, estimant qu’ils étaient susceptibles de « porter atteinte à la dignité des membres de la communauté noire. En effet, le premier a une connotation fortement injurieuse. Quant au second, il a acquis, au fil du temps, une charge péjorative »[38].

Cette décision fait suite à un débat, lancé par des militants en , sur la pertinence du nom donné en 1970 aux "Rapides des Nègres", situés à Bouchette, au nord est de Montréal[39]. La ministre québécoise de la Justice de l'époque, Stéphanie Vallée, s'était alors dite préoccupée par les « dénominations qui pourraient avoir une connotation blessante »[40] et avait soutenu cette initiative, à l'échelle de la province.

Pour les noms de remplacement, la Commission de la toponymie du Québec indique qu'ils « devront respecter le plus possible le patrimoine historique des lieux et rappeler la présence de la communauté noire du Québec, qui a contribué à l'enrichir »[40].

Si en 2020 des noms attendent toujours d'être renommés car les procédures sont longues, il y a déjà le Lac Ti-Nègre qui est devenu le Lac Honoré-Gélinas[41].

Une prise de conscience déjà ancienne[modifier | modifier le code]

Cette prise de conscience est déjà ancienne comme le rappelle l'éditorial du Ottawa Citizen du  : « Le Comité permanent canadien des noms géographiques a convenu à l’unanimité que des noms comme Nigger Rapids, au Québec, devraient être remplacés par des appellations moins choquantes. Ce n’est pas trop tôt. La nécessité de respecter les origines raciales et religieuses de chacun fait l’objet d’une prise de conscience croissante dans ce pays »[37]. Par la suite des noms comme Niggertoe Mountain, en Colombie-Britannique, et Nigger Island, en Ontario, ont ainsi été changés pour Mount Nkwala et Makatewis Island dès 1966[37].

Commission scolaire Marguerite-Bourgeois, 2018[modifier | modifier le code]

Dans une école primaire, un devoir demandant de trouver le diminutif du mot honni fut retiré à la demande de la mère d'un élève. La commission scolaire fut blâmée par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, et enjointe à dédommager la victime[42],[43],[44].

Université d'Ottawa, 2020[modifier | modifier le code]

À l'université d'Ottawa, la professeure Verushka Lieutenant-Duval (d) a été brièvement suspendue pour avoir utilisé le mot tabou, ceux de ses étudiants qui avaient porté plainte contre elle dans une première pétition ayant obtenu l’appui du recteur et vice-chancelier, Jacques Frémont[45],[46]. Les collègues francophones de Lieutenant-Duval l'ont massivement appuyée, lançant une deuxième pétition, que ses collègues anglophones ont refusé, pour leur part, de signer [45],[47]. Une contre-pétition condamne la professeure et ceux qui l'ont appuyée ; cette troisième pétition est signée en majorité par des professeurs anglophones[48]. Lieutenant-Duval rectifie les faits en racontant le déroulement de l'événement en classe dans les médias[49].

Les événements mettent en évidence une ligne de fracture entre les Canadiens français et anglais[50],[51]. Des membres de l'Assemblée nationale du Québec se prononcent contre la dérive et la censure irrationnelle[52],[53]. Justin Trudeau et d'autres membres du gouvernement du Canada, ainsi que des partis d'opposition réagissent en dénonçant le racisme[54],[55]. De nombreux éditorialistes et chroniqueurs prennent sa défense contre la dérive[56],[57],[58], ou pour l'innacceptabilité du mot tabou lorsqu'il est prononcé par un Blanc[59]. André Pratte, ancien sénateur du Canada et éditorialiste, souligne que le plus condamnable des 2 mots tabous de la langue anglaise n'a pas d'équivalent en français[60]. « Alors que le recteur de l’Université de Montréal, ainsi que la rectrice de l’Université Laval, se sont prononcés ... pour défendre la liberté de parole à l’université, Vivek Krishnamurthy, professeur de common law à l’Université d’Ottawa allait même jusqu’à suggérer ... que l’utilisation de mots qui sonnent comme le N-Word dans d’autres langues soit sanctionnée par l’UdO. »[51] L'écrivain Dany Laferrière intervient sur le mot nègre en littérature, au micro de Franco Nuovo, à Radio-Canada et écrit Une révolution invisible [61], un texte qu'il lit en ondes et qui sera publié dans les journaux[62],[63],[64] ainsi que sur le site Internet de l'Académie française.

« S'agissant de la littérature on n’a aucune idée du nombre de fois qu’il a été employé. Si quelqu’un veut faire une recherche sur les traces et les significations différentes du mot dans sa bibliothèque personnelle, il sera impressionné par le nombre de sens que ce mot a pris dans l’histoire de la littérature. Et il comprendra l’énorme trou que sa disparition engendra dans la littérature. La disparition du mot «nègre» entraînera un pan entier de la bibliothèque universelle. »[65]

— Dany Laferrière, Le poids d'un mot, dans la rubrique « Dire, ne pas dire : le bloc-notes des académiciens »

Sept juristes s’élèvent à l’Université d’Ottawa pour dénoncer le climat toxique qui « fait que l’on puisse harceler, intimider et ostraciser des collègues qui n’ont fait que porter une parole raisonnée et raisonnable dans la cité »[66],[67]. La polémique autour de la réponse du recteur continue d'alimenter les prises de positions[68].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1974, le chanteur cajun Jimmy C. Newman fait un énorme succès de la chanson « Lâche pas la patate », expression qui devient très populaire au Canada. Selon Barry Jean Ancelet, le refrain «Lâche pas la patate, mon neg», qui constitue le refrain de la chanson, n'a aucune connotation raciste. «Dans ce contexte, neg veut dire un homme, alors on dit mon neg comme les Français disent mon mec ou les Québécois disent mon chum. Cette expression-là est toutefois moins utilisée aujourd'hui, car certains ont exprimé un inconfort en raison de son caractère péjoratif[69]

Le sénateur Harry Reid a eu des ennuis pour avoir qualifié en 2008 le président Barack Obama d'Afro-Américain « à la peau claire » et « sans dialecte nègre »[70]. Il utilisa les mots negro dialect en anglais. Ce dernier est lui aussi considéré toxique aux États-Unis : depuis 1985, la Cour suprême n'utilise plus le mot negro qu'avec des guillemets ou dans des citations. Malgré les protestations du public, le recensement américain inclut toujours le mot « negro », car de nombreuses personnes âgées l'utilisent encore[71],[72].

En 2012, Kanye West rappe « Niggas in Paris », terme qu'il juge affectueux. Gwyneth Paltrow, twitte le mot, qui génère des accusations de racisme[73].

En 2014, un post sur Facebook concernant l'apparition de « nègres » sur les cartes d'information des jurés utilisées par les tribunaux de l'État de New York a fait la une des journaux nationaux. Le terme a depuis été retiré des cartes[74].

En 2017, Piers Morgan publie un article au sujet d'une vidéo Instagram de membres de la Alpha Phi Sorority de l'université du New Hampshire. Celles-ci chantaient Gold Digger de Kanye West, dont les paroles contiennent le mot controversé[75]. À la suite de cette publication, de nombreux utilisateurs de Twitter affirment qu'il est obsédé par l'utilisation du mot commençant par n et sont même allés jusqu'à le traiter de raciste[75].

En 2020, la production d'un concert de negro spirituals par une chorale de chanteurs blancs à l'université de Western Michigan provoque la controverse[76],[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Maquet était l'un des « nègres » d'Alexandre Dumas père.
  2. Traduction littérale (parfois utilisée) de l'anglais "ghostwriter".
  3. Selon le général Jean Boÿ qui, dans un article du 25 juin 2011[Où ?], retrace l'historique de la 56e promotion de Saint-Cyr à laquelle Liontel appartenait, cette apostrophe apparaît tout à fait discutable dans la mesure où Maximilien Liontel n'était pas le major de sa promotion. De plus, à l'époque où Mac-Mahon était venu visiter l'école, Liontel n'y était déjà plus, puisqu'il avait été réformé pour raison de santé.
  4. Certaines chansons et pièces de musiques ont été créées à partir de ce nom donné aux esclaves, comme I'm an Albama Nigger, écrit et chanté par Johnny Rebel.
  5. Voir à ce sujet Hyphenated American (en).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aimé Césaire (Présence Africaine), Discours sur le colonialisme, suivi de Discours sur la Négritude, (ISBN 2-7087-0531-8, lire en ligne), [...] je ne blesserai personne en vous disant que j’avoue ne pas aimer tous les jours le mot Négritude même si c’est moi, avec la complicité de quelques autres, qui ai contribué à l’inventer et à le lancer..
  2. Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française du IXe siècle au XVe siècle.
  3. Jean Parmentier et Raoul Parmentier, Le discours de la navigation de Jean et Raoul Parmentier, de Dieppe ; Voyage à Sumatra en 1529 ; Description de l'isle de Sainct-Dominigo, Paris, E. Leroux, (lire en ligne).
  4. « MAURE : Définition de MAURE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 11 septembre 2019).
  5. António de Almeida Mendes, « Le Portugal et l'Atlantique. Expansion, esclavage et race en perspective (XIVe-XVIe siècles) », Rives méditerranéennes, no 53,‎ , p. 139–157 (ISSN 2103-4001, DOI 10.4000/rives.5152, lire en ligne, consulté le 11 septembre 2019).
  6. Antão Gonçalves
  7. Simone Delesalle et Lucette Valensi, « Le mot « nègre » dans les dictionnaires français d'Ancien régime; histoire et lexicographie », Langue française, vol. 15, no 1,‎ , p. 79–104 (ISSN 0023-8368, DOI 10.3406/lfr.1972.5612, lire en ligne, consulté le 30 septembre 2019).
  8. Lucette Valensi Simone Delesalle, Le mot « nègre » dans les dictionnaires français d'Ancien régime; histoire et lexicographie, PERSEE, (OCLC 754145372, lire en ligne).
  9. Nicolas P.A. Médevielle, D.E.A., LA RACIALISATION DES AFRICAINS : RÉCITS COMMERCIAUX, RELIGIEUX, PHILOSOPHIQUES ET LITTÉRAIRES, 1480-1880, Columbus, The Ohio State University, (lire en ligne).
  10. « Dictionnaire de l'Académie française », sur academie.atilf.fr, (consulté le 26 octobre 2020) : « NÈGRE, ESSE. s. Ce mot ne se met point ici comme un nom de Nation, mais seulement parce qu'il entre dans cette façon de parler. Traiter quelqu'un comme un nègre, pour dire, Traiter quelqu'un comme un esclave. ».
  11. Kerry Lappin-Fortin, « Traduire le Black English (« C’est comme ça des fois. ») », Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators’ Journal, vol. 61, no 2,‎ , p. 459–478 (ISSN 0026-0452 et 1492-1421, DOI 10.7202/1037768ar, lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  12. « Comment nommer les personnes noires dans les médias ? », sur RTBF Info, (consulté le 19 octobre 2020).
  13. a et b Maka Kotto, « Vous avez dit « Nègre »? », sur Le Journal de Montréal (consulté le 26 octobre 2020).
  14. https://www.franceculture.fr/litterature/peut-encore-utiliser-le-mot-negre-en-litterature-avec-dany-laferriere]
  15. Ulrich Daté Tete-Benissan, Altérité du dedans, altérité du dehors des Noirs: Gérard Étienne, Ahmadou Kourouma, James Baldwin, (lire en ligne).
  16. « L'expression «nègre littéraire» officiellement remplacée par «prête-plume» », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 mars 2018).
  17. « Ecrivain fantôme, deuxième plume... En finir avec le « nègre » », Rue 89,‎ (lire en ligne).
  18. (en) Jean Targète et Raphael G. Urciolo, Haitian Creole – English Dictionary : with Basic English – Haitian Creole Appendix, Dunwoody Press, , 208 p. (ISBN 0-931745-75-6, lire en ligne), p. 135.
  19. « Le nouveau joual de la métropole », sur La Presse+, (consulté le 30 septembre 2019).
  20. Maximilien Laroche, « Esquisse d’une sémantique du créole haïtien et du joual québécois », Voix et images du pays, vol. 9, no 1,‎ , p. 239–260 (ISSN 0318-921X et 1918-5499, DOI https://doi.org/10.7202/600306ar, lire en ligne, consulté le 30 septembre 2019).
  21. (en) Keith Allan, « Contextual determinants on the meaning of the N word », SpringerPlus, vol. 5, no 1,‎ , p. 1141 (ISSN 2193-1801, PMID 27504239, PMCID PMC4954799, DOI 10.1186/s40064-016-2813-1, lire en ligne, consulté le 2 novembre 2020).
  22. a et b (en) Jacquelyn Rahman, « The N Word: Its History and Use in the African American Community », Journal of English Linguistics, vol. 40, no 2,‎ , p. 137–171 (ISSN 0075-4242, DOI 10.1177/0075424211414807, lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020).
  23. a et b (en) Keith Allan, « Contextual determinants on the meaning of the N word », SpringerPlus, vol. 5, no 1,‎ (ISSN 2193-1801, PMID 27504239, PMCID 4954799, DOI 10.1186/s40064-016-2813-1, lire en ligne, consulté le 6 septembre 2019).
  24. (en) Brian Palmer, « When Did the Word Negro Become Taboo? : In 1966 or soon thereafter », Slate, (consulté le 12 mars 2018).
  25. (en) « The changing categories the U.S. census has used to measure race », sur Pew Research Center (consulté le 23 octobre 2020) : « For the 2020 census, the bureau did decide to drop the word “Negro” from what had been the “Black, African American, or Negro” response option. Traduction : Pour le recensement de 2020, le bureau a décidé de supprimer le mot "nègre" de ce qui avait été l'option de réponse "Noir, Afro-Américain ou Nègre". ».
  26. « Biarritz : faut-il débaptiser le quartier de la Négresse ? », sur SudOuest.fr, (consulté le 15 juin 2020).
  27. Véronique Fourcade, « Un nom qui fait des histoires - Intriguée mais pas choquée - « Imaginez un quartier du Youpin » », sur SudOuest.fr, (consulté le 31 octobre 2020).
  28. « L'emploi du mot "nègre" peut-il être considéré comme une simple "faute de langage"? », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 21 octobre 2020).
  29. « La théorie du roi-nègre », sur www.ledevoir.com (consulté le 22 octobre 2020).
  30. Claude Bélanger, « Quebec History », sur faculty.marianopolis.edu (consulté le 22 octobre 2020).
  31. a et b « Victor-Lévy Beaulieu insulte Michaëlle Jean - Vous avez dit reine-nègre? », sur Le Devoir (consulté le 22 octobre 2020).
  32. William M. Burton, "A Most Weird Dialectic of Inversion" : revolutionary fraternity, sexuality and translation in Pierre Vallières and Eldridge Cleaver, (lire en ligne).
  33. « Un manuel d’histoire banni à cause du mot en n », sur Le Devoir (consulté le 30 octobre 2020).
  34. « ICI Radio-Canada Première | Balados, livres audio », sur ici.radio-canada.ca (consulté le 21 octobre 2020).
  35. « Les mots et le pouvoir », sur Le Devoir (consulté le 21 octobre 2020).
  36. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Les mots « nègre » et « nigger » bannis de la toponymie québécoise », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 2 décembre 2020)
  37. a b et c « « Nègre », « nigger » et reliques toponymiques », sur La Presse+, (consulté le 9 décembre 2020)
  38. Jean-Pierre Le Blanc, « La Commission de toponymie désofficialise onze noms de lieux », sur www.toponymie.gouv.qc.ca, (consulté le 9 décembre 2020)
  39. (en-US) « Quebec considers expunging racial slur from 11 place names | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2020)
  40. a et b « Le Québec supprime le mot "nègre" de ses noms de lieux », sur midilibre.fr, (consulté le 9 décembre 2020)
  41. « Le mot « nègre » toujours sur les cartes de Google | Rad », sur Rad, Le laboratoire de journalisme de Radio-Canada (consulté le 9 décembre 2020)
  42. « Le mot «nèg**» mentionné dans les devoirs d'une école primaire », sur HuffPost Québec, (consulté le 8 décembre 2020)
  43. (en-CA) « Children, parents shocked by racial slur on homework assignment », sur montrealgazette (consulté le 8 décembre 2020)
  44. « Une commission scolaire est blâmée dans une affaire de racisme à l’école », sur La Presse, (consulté le 8 décembre 2020)
  45. a et b « Université d’Ottawa | La police morale », sur La Presse, (consulté le 21 octobre 2020).
  46. « Recteur et vice-chancelier », sur Cabinet du recteur (consulté le 21 octobre 2020).
  47. Denise Bombardier, « La décapitation de la pensée », sur Le Journal de Montréal (consulté le 21 octobre 2020).
  48. « Université d’Ottawa | Récupérations », sur La Presse, (consulté le 22 octobre 2020).
  49. « ICI Radio-Canada Première | Balados, livres audio », sur ici.radio-canada.ca (consulté le 22 octobre 2020).
  50. https://www.pressreader.com/canada/le-devoir/20201023/281517933612229
  51. a et b « La controverse à l’Université d’Ottawa, nouveau chapitre des « deux solitudes »? », sur Radio-Canada.ca (consulté le 25 octobre 2020).
  52. « « Nous assistons à une dérive » : la cheffe du PLQ dénonce la censure à l’université », sur Radio-Canada.ca (consulté le 21 octobre 2020).
  53. Marc-André Gagnon, « Professeure suspendue à l'Université d’Ottawa: François Legault s’inquiète d’un «dérapage important» » (consulté le 21 octobre 2020).
  54. « Controverse à l’Université d’Ottawa | Trudeau choisit de dénoncer le racisme », sur La Presse, (consulté le 21 octobre 2020).
  55. « Utilisation du « mot en n » : les élus divisés sur le sort de la professeure d'Ottawa », sur Radio-Canada.ca (consulté le 22 octobre 2020).
  56. (en) « N-word deserves repugnance, but also discussion: experts », sur Montreal Gazette (consulté le 22 octobre 2020).
  57. « L’autre meute », sur La Presse, (consulté le 22 octobre 2020).
  58. « Le poids des mots », sur Le Devoir (consulté le 22 octobre 2020).
  59. (en) « Without safety of Black students in the classroom, there is no academic freedom », sur The Journal (consulté le 22 octobre 2020).
  60. « Controverse à l’Université d’Ottawa | Trouver une voie de passage », sur La Presse, (consulté le 24 octobre 2020).
  61. « Dany Laferrière sur le « mot en n » : « Un tel mot va plus loin qu’une douleur individuelle » », sur ici.radio-canada.ca (consulté le 25 octobre 2020).
  62. Dany Laferrière, « Une révolution invisible », sur Le Journal de Montréal (consulté le 29 octobre 2020).
  63. « Une révolution invisible — par Dany Laferrière », sur Actualités, évènements et entrevues, (consulté le 29 octobre 2020).
  64. (en) « An invisible revolution », sur The Canadian, (consulté le 29 octobre 2020).
  65. Dany Laferrière, « Le poids d'un mot », sur www.academie-francaise.fr,
  66. « Université d’Ottawa | Des professeurs dénoncent un climat d’intimidation », sur La Presse, (consulté le 27 octobre 2020).
  67. « Un nouveau désordre liberticide », sur Le Devoir (consulté le 27 octobre 2020).
  68. « Le sein et le tabou », sur La Presse+, (consulté le 15 novembre 2020)
  69. « Une expression bien cajun », sur Le Soleil, (consulté le 2 novembre 2020).
  70. (en) Max Fisher, « Harry Reid's 'Negro' Comment », sur The Atlantic, (consulté le 21 octobre 2020).
  71. (en) « Reid apologizes for racial remarks about Obama during campaign - CNN.com », sur www.cnn.com (consulté le 21 octobre 2020).
  72. « When Did the Word Negro Become Socially Unacceptable? - 2010 - Question of the Month - Jim Crow Museum - Ferris State University », sur www.ferris.edu (consulté le 21 octobre 2020).
  73. « Le N-word pour nègre, le mot le plus tabou des Etats-Unis », sur L'Obs (consulté le 21 octobre 2020).
  74. (en) « 'Negro' Not Allowed On Federal Forms? White House To Decide », sur NPR.org (consulté le 23 octobre 2020).
  75. a et b (en) « I'm black, but I agree with Piers Morgan: it's Kanye West's fault those white sorority girls sang the n-word », sur The Independent, (consulté le 12 janvier 2021)
  76. (en) Ashleigh Atwell, « Western Michigan University Under Fire From Student After Mostly White Choir Sings Negro Spirituals », sur Atlanta Black Star, (consulté le 22 octobre 2020).
  77. (en) « Western Student Association Official Spirituals Statement », sur Western Michigan University, (consulté le 22 octobre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]