Escarpin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mode et le vêtement
Cet article est une ébauche concernant la mode et le vêtement.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Escarpins à talon aiguille

Un escarpin est une chaussure féminine à talon haut, légère et découverte, et le plus souvent, à fine semelle. Cette chaussure est dite décolletée car elle laisse apparaître le cou-de-pied[N 1].

Son nom vient de l'italien scarpino (petite chaussure), et n'a donc rien de commun étymologiquement parlant avec le qualificatif français « escarpé ». Au Québec, le terme « escarpin » désigne un autre type de chaussure ; le terme employé est « talon haut ».

Escarpins à bout rond

Histoire[modifier | modifier le code]

Si l'escarpin est depuis le XXe siècle un type de chaussures exclusivement féminin, il habillait autrefois les valets qui étaient obligés de garder les pieds crispés pour maintenir la chaussure en place. À l'origine plat et léger, l'escarpin prend initialement le nom de pompe. Au milieu du XIVe siècle, ce nom fut en effet attribué à ce type de chaussure en raison du bruit qu'elles produisent lorsqu'on marche, bruit similaire à celui qu'on entend lorsqu'on cire les parquets. [pas clair]. Sous la Restauration et sous Louis-Philippe, il est porté aussi bien par les femmes que par les hommes pour les bals dans un modèle verni et bordé d'un galon de soie. L'aspect élégant des escarpins séduit les femmes du XVIIIe siècle qui l'ornent de dentelle et de rubans, puis les créateurs lui ajoutent un talon[1].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les restrictions empêchent les créateurs de trouver les matériaux conventionnellement utilisés pour les escarpins. De nouveaux matériaux jusqu'alors peu utilisés, comme le liège ou le plastique, remplacent le bois du talon. Au début des années 1950, l'escarpin à talon aiguille fait son entrée en Italie[2]. L'escarpin fait sa première apparition en France en 1947 lors d'un défilé de mode, grâce à Christian Dior. Ce type de chaussure devient dès lors un des attributs majeurs de la silhouette New Look, affirmant la féminité et perfectionnant les silhouettes sveltes des mannequins. La version bicolore proposée par Chanel et Massaro est très appréciée[1]. Dans les années qui suivent, Jackie Kennedy choisit d'assortir l'ensemble de ses tenues aux escarpins. Le soulier, objet de prestige et affirmant une position sociale très élevée, est vite arboré par de nombreuses premières dames. Durant les années 1960, l'escarpin se voit accusé de tous les maux par les médecins à cause de ses effets néfastes sur le dos notamment. Ce type de chaussures est donc délaissé au profit de chaussures à talon plat, conseillées par les féministes. L'escarpin perd rapidement son image prestigieuse pour être finalement porté par les hôtesses de bar notamment. C'est seulement près de trente ans plus tard, dans les années 1990, qu'il fait un retour dans le milieu de la mode. Les Françaises, premières consommatrices de chaussures d'Europe, achètent alors en moyenne six paires d'escarpins par an. En 2005, 105 millions de paires d'escarpin ont été vendues dans le monde [3]. Les escarpins à talon actuels acquièrent leur notoriété avec de grands créateurs tels que Salvatore Ferragamo et Charles Jourdan. Les escarpins font toujours l'objet de recherches dans l'industrie de la mode.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Escarpin ouvert à bride cheville

L'escarpin ne comporte pas de système de fermeture et s'enfile en glissant le pied dedans. Il peut parfois être ouvert sur le bout. Celui-ci peut être carré (ou « coupé »), pointu (voire effilé sur certains modèles), ou en ogive. Il est parfois équipé d'une bride enserrant la cheville. Cette bride peut être simple, double, croisée sur le cou-de-pied, agrémentée d'ornements divers (clous de strass, chaînettes, perles…), voire suffisamment large, sur certains modèles (5 cm), pour accueillir deux petites boucles.

Le talon mesure au minimum quatre centimètres. S'il est très long (plus de 10 cm) et très fin on parle aussi de stiletto ou talon aiguille.

Usage[modifier | modifier le code]

Considéré comme élégant, l'escarpin se porte en ville ou en soirée, par exemple avec un tailleur ou une robe habillée. De nos jours, la mode ayant démocratisé cet accessoire, l'escarpin est couramment porté en journée, avec une tenue décontractée, telle qu'un jean par exemple.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Sergio Rossi a créé une paire d'escarpins en cuir de crocodile recouverts de feuilles d'or, ce qui en fait une pièce d'orfèvrerie. Cette paire possède une sœur jumelle, recouverte d'argent[4].
  • L'escarpin, en tant qu'objet raffiné et symbole d'une certaine élégance féminine, peut être l'objet d'un certain fétichisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Toute chaussure pour homme ou femme laissant apparaître le cou-de-pied peut être appelée « décolleté ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://suite101.fr/article/histoire-et-evolution-de-la-chaussure-usages-et-anecdotes-a24992
  2. Histoire et évolution de la chaussure http://suite101.fr/article/histoire-et-evolution-de-la-chaussure-usages-et-anecdotes-a24992
  3. http://www.paperblog.fr/610595/histoire-de-l-escarpin/
  4. Orpostal, Louis Valjean, publié le 16 décembre 2011 http://www.orpostal.biz/2011/12/16/des-escarpins-en-or

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :