Jamais plus jamais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Never Say Never.
Jamais plus jamais
Description de l'image Neversayneveragain-logo.svg.
Réalisation Irvin Kershner
Scénario Lorenzo Semple Jr.
Acteurs principaux
Sociétés de production PSO International
Taliafilm
Warner Bros.
Woodcote
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre Espionnage
Durée 133 minutes
Sortie 1983

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jamais plus jamais (Never Say Never Again) est un film anglo-américain réalisé par Irvin Kershner et coproduit par Taliafilms[1] et Warner Bros.. Sorti en 1983[2], c'est une nouvelle adaptation du roman Opération Tonnerre (1961) déjà adapté par EON Productions dans un film du même nom de 1965.

Synopsis[modifier | modifier le code]

James Bond a vieilli. Son supérieur le trouve en mauvaise forme et juge utile de lui faire suivre une cure dans une clinique privée. Dans cette clinique, Bond croise la route d'un certain Jack Petachi qui le conduit au SPECTRE, une organisation criminelle qui a dérobé deux ogives nucléaires à l'US Air Force. Bond essaie alors d'approcher sa sœur, Domino, qui est également la petite-amie du commanditaire du vol, un certain Maximilian Largo. Bond et Domino s'allient alors contre Largo.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Bond échoue lors d'une mission de sauvetage qui était un entraînement pour évaluer ses capacités. Analysées par M, ce dernier l'envoie en cure dans une clinique privée en banlieue de Londres. Au même moment, en France, dans une banque, une certaine Fatima Blush rejoint une pièce secrète, dans laquelle se déroule une réunion du SPECTRE. Son chef, Ernst Stavro Blofeld dévoile le plan Les larmes d'Allah, il s'agit d'un vol de missiles de croisière nucléaires orchestré par Maximilian Largo. Celui-ci a chargé le capitaine Jack Petachi de commettre le vol, en le droguant et en menaçant la vie de sa sœur, Domino, qu'il retient en otage.

À la clinique, Bond et son infirmière font l'amour. Ensuite, Bond remarque des bruits de coups violents dans une chambre voisine, laquelle est celle de Petachi et Blush. Grâce à une jumelle, cette dernière repère alors Bond. Le lendemain, Bond est attaqué par un tueur professionnel, s'engage dans une lutte acharnée qui se termine par la mort du tueur. Dans une base américaine, Petachi échange des têtes nucléaires factices pour récupérer des réelles puis est tué par Blush qui lui jette un serpent. Largo, depuis son yacht, le Flying Saucer, envoie les missiles dans l'eau qui sont aussitôt récupérés pour être cachés dans une cave sous-marine. Le SPECTRE revendique ensuite à l'OTAN une rançon exorbitante si il ne souhaite pas que les missiles soient lancées.

À Londres, Bond demande à M de rejoindre Domino, qui ignore la mort de son frère. M l'envoie alors à Nassau, où il rencontre Fatima Blush. Ils font alors l'amour dans un bateau puis Blush l'envoie dans une zone maritime où prolifèrent les requins. Il réussit à s'enfuir puis est aidé par une pêcheuse qu'il avait rencontré auparavant au port. Lorsqu'elle les aperçoit, Blush pose une bombe sous le lit de la chambre de Bond, lequel explose mais Bond se trouve désormais dans celle de la pêcheuse. Par la suite, un contact du MI6, Nigel Small-Fawcett, l'informe que Largo se trouve au sud de la France, dans son yacht.

Bond atterrit alors en France et rejoint son ami de la CIA, Felix Leiter et un contact du MI6, Nicole, qui possède une villa sur les hauteurs donnant vue sur la baie, dont le yacht de Largo. Bond rejoint le même spa où se rend Domino et lui propose un massage. Domino lui apprend que Largo œuvre pour une charité envers des enfants orphelins au casino de la ville. Le soir, Bond s'y rend et défie Largo à un jeu vidéo, Domination. Après plusieurs échecs, Bond finit par remporter la manche suprême et offre à Largo d'échanger son chèque contre une danse avec Domino. Durant le tango, Bond informe à Domino la mort de son frère et qu'il suspecte Largo.

De retour à la villa, Bond trouve Nicole sans vie et pourchasse Blush, laquelle finit par assommer Bond. Bond utilise alors son stylo modifié pour envoyer une charge explosive à Blush. Bond et Leiter plongent ensuite pour étudier le yacht de Largo mais Largo capture Bond, son invité. Bond embrasse alors passionnément Domino dans la salle de danse. Largo, enragé, se précipite dans le studio et casse le matériel de la salle avec une hache. Dans la salle de contrôle, Bond apprend à ses supérieurs que le yacht se dirige vers l'Afrique du Nord.

Arrivés à destination, Largo retrouve les têtes nucléaires et emprisonne Bond dans une ancienne forteresse et lui révèle qu'une des cibles sera Washington D.C.. Il offre également Domino à un marchand de prostituées. Grâce à sa montre, Bond s'évade et porte secours à Domino grâce à un cheval. Ensemble, ils sautent en mer puis sont secourus par Leiter, qui est venu avec un sous-marin américain. Le sous-marin suit le Flying Saucer, ancré à un littoral peu profond. Leiter et le capitaine veulent déduire l'endroit où sont cachés les missiles lorsque Bond découvre que la carte de la région est similaire au pendentif de Domino, Les larmes d'Allah. Bond, Leiter ainsi qu'un commando infiltrent la base de Largo et s'engagent dans une fusillade. Un hélicoptère mène ensuite Bond dans une crevasse où sont cachés les missiles. Bond affronte ensuite lors d'un combat aquatique Largo qui est tué par Domino avec un harpon. Ils retournent ensuite à la surface. Plus tard, Bond refuse de prendre le service actif et passe de véritables vacances avec Domino.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[4]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

La réalisation de ce film résulte de la victoire en justice en 1963 de Kevin McClory contre Ian Fleming, avec lequel il avait participé à l'écriture de scripts qui devaient inaugurer la série des James Bond à l'écran, James Bond of the Secret Service. Le projet n'ayant du mal à voir le jour, Ian Fleming réutilise la plupart des éléments de l'histoire dans son roman Opération Tonnerre sans créditer McClory et ses autres collègues. Peu avant sortie du roman en 1961, Kevin McClory attaque Fleming en justice pour tenter de stopper la publication, mais échoue. Par la suite, Ian Fleming vend les droits cinématographiques de la série, dont Opération Tonnerre, aux producteurs Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, fondateurs d'EON Productions.

En automne 1963, le cas McClory contre Fleming est entendu à la High Court de Londres. Lorsque que l'affaire se solde, McClory obtient les droits cinématographiques sur le roman Opération Tonnerre et sur tous les scénarios développés dans le cadre du projet de premier film de 007. Fleming conserva les droits littéraires sur le roman mais les éditeurs durent désormais ajouter une mention sur les futures éditions spécifiant qu'il était basé sur un scénario de Kevin McClory, Jack Whittingham et Ian Fleming[5].

En 1965, le film Opération Tonnerre est sorti, mettant en vedette Sean Connery dans le rôle de James Bond. Le film est le quatrième d'Eon Productions[6] avec Albert R. Broccoli et Harry Saltzman en tant que producteurs, Kevin McClory a également été inclus dans l'équipe de production : Broccoli et Saltzman ont fait un pacte avec lui, d'entreprendre une production conjointe d'Opération Tonnerre, McClory devant en retour ne pas faire d'adaptations cinématographiques du roman sur une période de dix ans après la sortie de la version produite par Eon. La première eu lieu à Tokyo le 9 décembre 1965, remportant 141,2 millions de dollars au box-office mondial.

Dix ans plus tard, Kevin McClory cherche à produire un film de James Bond sans EON, basé sur ses droits sur 'Opération Tonnerre. Il y parviendra en 1983 avec Jamais plus jamais. Il cherchera plus tard à faire d'autres Bond, mais n'y parviendra pas.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Il y a plusieurs différences avec le film Opération Tonnerre. Dans Opération Tonnerre, le méchant avait pour nom Emilio Largo, ici, il porte le nom de Maximilian Largo. La « James Bond Girl » d'Opération Tonnerre se nommait Domino Derval (alors jouée par Claudine Auger) ; ici, elle s'appelle Domino Petachi (jouée par Kim Basinger). Cela tient en partie aux nationalités des acteurs (afin de justifier leur accent en anglais), respectivement, Adolfo Celi étant italien, Klaus Maria Brandauer autrichien, et Kim Basinger américaine.
  • En 1971, après la sortie des Diamants sont éternels, Sean Connery avait déclaré qu'il ne tournerait « plus jamais » de James Bond. Comme le dit le titre original Never say never again (littéralement : « Ne dites jamais “plus jamais” » ou « Il ne faut jamais dire “plus jamais” »), il est revenu sur sa décision moyennant un cachet de 5 000 000 $[7]. La confrontation avec Octopussy, le James Bond « officiel » d'EON Productions avec Roger Moore, sorti quatre mois plus tôt, ne tourna cependant pas à son avantage. Malgré un budget inférieur (27 500 000 $ contre 36 000 000 $ pour Jamais plus jamais), Octopussy eut un plus grand succès auprès du public : il rapporta 67 900 000 $ contre 55 400 000 $ pour Jamais plus jamais.[réf. nécessaire]
  • La base côtière de Largo se trouve en un lieu nommé « Palmyre », censé se trouver en Afrique du Nord. Ceci est dû à la transposition de l'histoire originale (Palmyre est également le nom du domaine d'Emilio Largo aux Bahamas dans Opération Tonnerre, sorti en 1965). Mais, par ailleurs, Palmyre est une ville et oasis du centre de la Syrie, au Moyen-Orient, ce qui est sans lien avec la localisation des bases navales dans les deux films.
  • La composition de la bande-originale de Jamais plus jamais fut au départ proposée à John Barry, mais celui-ci déclina l'offre, préférant travailler sur le film d'EON Productions. C'est finalement Michel Legrand, rencontré par hasard par Sean Connery, qui composa la musique. La chanson-titre, Never Say Never Again, est chantée par Lani Hall.

Sorties vidéo/DVD[modifier | modifier le code]

Le film n'a jamais été inclus aux intégrales James Bond pour les raisons exposées plus haut (considéré comme un hors-série).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société de production créée au début des années 1980 par la sœur de Francis Ford Coppola, Talia Shire.
  2. La même année qu'Octopussy, un autre James Bond avec Roger Moore.
  3. (en) Jamais plus jamais sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 26 octobre 2012
  5. Warhead sur Commander James Bond France.
  6. Opération Tonnerre est le quatrième film de la série après James Bond contre Docteur No (1962), Bons Baisers de Russie (1963) et Goldfinger (1964). Pour plus de détails, consulter cette page.
  7. Christian Dureau. Sean Connery. Éditions Didier Carpentier. 2006. p. 83

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]