Julien Benneteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benneteau et Desgrois.
Ne doit pas être confondu avec Julien Benedetto.
Julien Benneteau
Image illustrative de l'article Julien Benneteau
Julien Benneteau en 2013.
Carrière professionnelle
2000
Nationalité Drapeau : France France
Naissance (35 ans)
Bourg-en-Bresse
Taille / poids 1,85 m (6 1) / 79 kg (174 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Antoine Benneteau
Gains en tournois 8 997 245 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 10
Meilleur classement 25e (17/11/2014)
En double
Titres 12
Finales perdues 9
Meilleur classement 5e (03/11/2014)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/16 1/4 1/8 1/16
Double 1/4 V(1) F(1) 1/2
Mixte - 1/16 - -
Médailles olympiques
Double - - 1
Titres par équipe nationale
Coupe Davis Finaliste (2010, 2014)

Julien Henry Guy Benneteau-Desgrois[1], né le à Bourg-en-Bresse, est un joueur français de tennis, professionnel depuis 2000.

Sur le circuit ATP, il a atteint 10 finales en simple mais n'en a remporté aucune, et a occupé la 25e place mondiale en 2014.

Son palmarès est plus riche en double avec une 5e place mondiale en 2014 et, associée à Édouard Roger-Vasselin, une victoire à Roland-Garros en 2014 et une finale à Wimbledon en 2016. Il totalise douze titres ATP sur vingt-et-une finales jouées, auxquels il faut ajouter une médaille de bronze lors des Jeux olympiques de Londres aux côtés de Richard Gasquet[2].

Il fait régulièrement partie de l'équipe de France de Coupe Davis depuis 2010[3] après une sélection en 2004 durant laquelle il n'a pas joué.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant du sculpteur Félix Benneteau-Desgrois, il est le fils d'André et Laurence Benneteau. Il a un frère, Antoine, et deux sœurs. Julien Benneteau est né à Bourg-en-Bresse et son père est originaire de La Bourboule.

Il a commencé à jouer au tennis à l'âge de 4 ans.

Avec sa femme Karen Chabrières, il a eu un fils, Ayrton, né le 11 juillet 2015[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1999, il remporte avec Nicolas Mahut le tournoi junior de l'US Open, ainsi que l'Orange Bowl. Ils deviennent ainsi champion du monde de double. En simple, il s'est classé 17e.

Il débute sur le circuit ATP en 2001 où il atteint le deuxième tour de tournoi de Lyon. Il joue à plein temps sur le circuit Challenger depuis 2002 mais il ne dépasse pas le stade des quarts de finale. Il participe cependant à son premier tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros où il échoue largement contre Arnaud Clément (6-0, 6-1, 6-4).

En 2003, il franchi à plusieurs reprises le premier tour d'un tournoi ATP, notamment à Monte-Carlo contre Raemon Sluiter, et atteint trois demi-finales en Challenger. Il remporte cependant le tournoi de Metz en double avec Mahut, le premier tournoi ATP de sa carrière. Ce titre lui permet de se classer dans le top 100 de la discipline.

C'est en 2004 qu'il se révèle en atteignant tout d'abord deux finales dans des tournois Challenger en salle (titre à Andrézieux et finale à Besançon). Il enchaîne par un huitième de finale au Miami où il élimine Mardy Fish puis Ivan Ljubičić. Lors de sa saison sur terre battue, il accède dans un premier temps aux demi-finales à Casablanca, puis au troisième tour à Roland-Garros après avoir écarté David Ferrer en quatre sets. Il passe également le premier tour à Wimbledon contre Tomáš Berdych et atteint les quarts de finale à Saint-Pétersbourg en fin d'année. Il termine sa saison au 64e rang.

En 2004, il bat Rafael Nadal classé 50e mondial à Lyon (6-3, 6-0) ; en 2005, à l'Open d'Australie, l'Espagnol prend sa revanche en lui infligeant aussi un 6-0 dans le premier set puis 6-4, 6-2.

Il gagne en notoriété avec sa performance lors des Internationaux de France de tennis 2006 lorsqu'il atteint les quarts de finale à la suite de l'abandon de l'Espagnol Alberto Martín (no 49), mené 5-1 dans le 1er set, blessé au dos. Il s'était qualifié pour les huitièmes de finale en battant le numéro 11 mondial Radek Štěpánek en 4 sets en seizièmes. En trente-deuxièmes de finale (2e tour), il avait battu le numéro 19 mondial, dernier finaliste de l'Open d'Australie, Márcos Baghdatís, à l'issue d'une longue bataille de 5 sets de près de 4 heures. Il finit l'année no 3 français.

En 2008, il parvient une nouvelle fois en huitièmes de finale du tournoi de Roland-Garros, où il s'incline face à Roger Federer. Il atteint deux finales cette année-là à Casablanca et au Grand Prix de tennis de Lyon. Il finit également 3e du Masters France.

2009 : 1/4 à Cincinnati et meilleurs résultats en double[modifier | modifier le code]

En 2009, il perd au premier tour à l'Open d'Australie face à Márcos Baghdatís. Il participe ensuite au tournoi de Rotterdam : ses victoires sur Feliciano López et Nikolay Davydenko (tête de série no 3) lui permettent d'atteindre les quarts de finale, où il échoue face à Gaël Monfils (7-6, 6-1).

À Cincinnati en août 2009 il réalise sa meilleure performance en Masters 1000, après sa défaite en qualification il entre dans le tableau principal à la suite du forfait de Juan Martín del Potro ce qui lui permet également de profiter d'une exemption de 1er tour puisque l'Argentin est tête de série, ensuite il bat Jürgen Melzer no 37 et Guillermo García-López no 53 et s'incline en quart de finale contre l'éphémère no 2 mondial Andy Murray (4-6, 6-3, 6-1). À noter que dans ce match, le Français menait 6-4, 2-0 face au joueur britannique. En novembre 2009, aux Masters de Paris-Bercy, il s'offre un exploit face au no 1 mondial suisse Roger Federer en seizièmes de finale, en remportant le match en un peu moins de deux heures de jeu et en 3 sets (3-6, 7-64, 6-4)[5].

Il s'offre le jour de ses 28 ans, le 20 décembre à Toulouse, la seconde édition des Masters France face à Arnaud Clément en finale, en deux sets (7-6, 6-2).

2010 : Saison moyenne[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2010, Loïc Courteau est son entraineur[6]. Il atteint sa quatrième finale en simple lors de l'Open 13 qu'il perd contre Michaël Llodra (6-3, 6-4) après avoir battu successivement Florent Serra (6-4, 6-4), Gaël Monfils (6-3, 7-5) et Jo-Wilfried Tsonga (7-611, 5-7, 7-63) aux tours précédents. Il atteint également les huitièmes de finales du tournoi de Wimbledon pour affronter Jo-Wilfried Tsonga.

Il est deux fois l'artisan de la victoire française en Coupe Davis, en double avec Michaël Llodra, une fois au premier tour contre l'Allemagne, puis en quarts de finales contre l'Espagne. Lors des Masters du Canada, il fait un très beau résultat en double en atteignant la finale toujours avec le même partenaire. La semaine suivante, il atteint les huitièmes de finale des Masters de Cincinnati en battant successivement Michaël Llodra, puis Stanislas Wawrinka (6-4, 6-2), mais s'incline lors d'un match intense et offensif face à Rafael Nadal après avoir pourtant eu une balle de match (sur le service adverse à 6-5) dans le jeu décisif du deuxième set (7-5, 66-7, 2-6)[7]. Il joue ensuite à l'US Open, passe le premier tour mais doit ensuite interrompre sa saison à la suite d'une blessure au poignet gauche face à Tommy Robredo (4-6, 6-6).

2011 : Année marquée par les blessures[modifier | modifier le code]

Julien Benneteau lors de Wimbledon.

Benneteau fait son retour sur le circuit principal dès le début de la saison mais, mis à part un match de qualification à Rotterdam, il ne parvient à remporter son premier affrontement qu'en mars au Masters d'Indian Wells, face à Feliciano López. Entre temps, il a dû déclarer forfait quelques minutes avant son entrée à l'Open d'Australie contre Juan Mónaco, victime d'une blessure à l'auriculaire de la main droite, en manipulant des baguettes chinoises, ce qui a nécessité une intervention chirurgicale, et il a perdu au premier tour de Marseille où il était finaliste en titre contre Michaël Llodra[8].

Il est battu au deuxième tour à Indian Wells et Miami, et s'incline d'entrée à Casablanca, Monte-Carlo et Munich. Il décide alors de se tourner vers le circuit Challenger et repasse au-delà de la 100e place mondiale pour la première fois depuis février 2006[9].

Lors de la saison nord-américain sur dur, il se qualifie pour le tableau final du Masters de Cincinnati et élimine Guillermo García-López (6-3, 1-0ab) au premier tour mais perd au tour suivant contre Rafael Nadal (4-6, 5-7). Une nouvelle fois issu des qualifications lors du tournoi de Winston-Salem, il enchaine huit victoires consécutives - notamment en huitième contre Igor Andreev (2-6, 6-1, 7-65), en quart contre Serhiy Stakhovsky (3-6, 7-69, 6-2, en sauvant une balle de match), et en demi-finale contre Robin Haase (3-6, 7-67, 7-66 en sauvant deux balles de match) pour atteindre la cinquième finale de sa carrière contre John Isner[10] qu'il perd 6-4, 3-6, 4-6 en cédant physiquement dans le second set après s'être procuré une balle de break au début de la manche. Disposant d'une wild card lors de l'US Open de tennis, il crée l'exploit en éliminant dès le premier tour Nicolás Almagro (6-2, 6-4, 6-3), tête de série no 10, puis Denis Istomin (6-4, 6-4, 6-4) pour affronter Andy Roddick qui le bat au troisième tour 6-1, 6-4, 7-65.

Ces bons résultats se confirment sur le circuit Challenger où il enchaîne une finale à Mons et un titre à l'Open de Rennes[11].

En double lors des Masters de Paris-Bercy, il atteint la finale avec son partenaire Nicolas Mahut. Les deux français s'inclinent 6-2, 6-4 contre l'Indien Rohan Bopanna et le Pakistanais Aisam-Ul-Haq Qureshi.

2012 : Médaille de bronze aux JO en double[modifier | modifier le code]

Julien Benneteau commence la saison 2012[12] lors du tournoi de Sydney où il élimine Andreas Seppi (6-3, 6-4), Feliciano López (6-3, 6-4), Alex Bogomolov (6-2, 6-4) et Márcos Baghdatís (6-4, 6-4), mais perd en finale contre Jarkko Nieminen (6-2, 7-5) pour la sixième fois en simple lors d'un tournoi du circuit. Le 20 février, après avoir atteint la demi-finale au tournoi de San José, il atteint son meilleur classement à ce jour avec la 29e place à l'ATP[13].

Aux Masters de Monte-Carlo, après avoir battu Marcel Granollers (6-3, 3-6, 6-2) et Jürgen Melzer (6-4, 6-3), il atteint les 1/8 de finale où il affronte Andy Murray dans un premier set accroché avant de se blesser sérieusement à la cheville et de se fracturer le coude lors d'une chute, à 5-5, et de devoir abandonner[14]. Au nouveau classement du lundi suivant, il atteint son meilleur positionnement à la 27e place mondiale. Il réussit à reprendre la compétition pour Roland-Garros, où il atteint le troisième tour, battu par Janko Tipsarević. Lors du tournoi de Wimbledon, il perd au même stade de la compétition contre Roger Federer dans un match intense (6-4, 7-63, 2-6, 66-7, 1-6) où il passe à deux point du match dans la quatrième manche[15],[16].

Célébrations pour les victoires françaises en double aux Jeux olympiques de Londres où, associé à Richard Gasquet, il remporte la médaille de bronze.

À la suite du forfait de Gaël Monfils, il est sélectionné pour participer aux Jeux olympiques de Londres en simple en sa qualité de cinquième joueur national en plus de son association en double avec Richard Gasquet. Après une victoire sur Mikhail Youzhny (7-5, 6-3) au premier tour, il perd en 1/16 contre Roger Federer (2-6, 2-6). En revanche en double, après avoir notamment battu la paire indienne Mahesh Bhupathi - Rohan Bopanna (6-3, 6-4) puis la paire serbe Nenad Zimonjić - Janko Tipsarević (6-4, 7-63), il atteint avec Gasquet les demi-finales du tournoi olympique contre les frères Bryan. La paire française s'incline en deux sets (6-4, 6-4) avant de remporter la médaille de bronze face à la paire espagnole Feliciano López - David Ferrer (7-6,4 6-2)[2]. En septembre, il atteint la finale de l'Open de Malaisie, après avoir battu Carlos Berlocq (7-6, 6-3), Matthew Ebden (7-5, 6-2), Alejandro Falla (6-2, 6-2) et créé la surprise en battant le cinquième joueur mondial en demi-finale David Ferrer (6-4, 6-1) pour affronter Juan Mónaco. Il perd cependant une nouvelle fois en finale, sa septième sur le circuit ATP, en s'inclinant 5-7, 6-4, 3-6[17]. Au Masters de Paris-Bercy, il perd au deuxième tour contre Jo-Wilfried Tsonga (2-6, 6-4, 7-62) et finit la saison 2012 à la 34e place mondiale concrétisant ainsi en fin d'année la meilleure saison de sa carrière.

2013 : 1re finale en ATP 500 et régularité[modifier | modifier le code]

Julien Benneteau à Wimbledon 2013.

Julien Benneteau commence la saison 2013[18] par une défaite au premier tour contre Jarkko Nieminen à l'open de Brisbane. Lors du tournoi de Sydney, il passe tout près d'une nouvelle finale mais rate deux balles de matchs en retour de service contre Kevin Anderson — dans le troisième set à 6 jeux à 5 puis à 7 points à 6 dans le tie-break final — qui s'impose 6-3, 4-6, 68-7. La semaine suivante, lors de l'Open d'Australie, il bat Grigor Dimitrov (6-4, 6-2, 6-4) puis difficilement Édouard Roger-Vasselin (4-6, 7-5, 7-65, 7-65) mais s'incline contre le neuvième joueur mondial Janko Tipsarević (6-3, 4-6, 6-2, 4-6, 3-6).

Lors du tournoi de Rotterdam, il bat Tobias Kamke (6-3, 6-2), Victor Hănescu (6-1, 6-3), puis crée la surprise en éliminant Roger Federer pour la deuxième fois de sa carrière[19] (6-3, 7-5) pour accéder aux demi-finales. Il bat ensuite Gilles Simon (6-4, 7-62) mais perd sa huitième finale consécutive contre Juan Martín del Potro (62-7, 3-6)[20].

Lors de la tournée nord-américaine sur dur, il perd deux fois au deuxième tour des Masters d'Indian Wells (contre Ivan Dodig) et Masters de Miami (contre James Blake). Il enchaîne, sur terre battue, avec la rencontre de quart de finale de la Coupe Davis contre l'équipe d'Argentine où, associé en double à Michaël Llodra, il perd un point crucial, alors que les deux équipes sont à 1-1, contre la paire David Nalbandian - Horacio Zeballos (6-3, 63-7, 5-7, 3-6). Il poursuit sa saison sur terre battue avec une défaite au premier tour des Masters de Monte-Carlo contre Milos Raonic (1-6, 4-6). Cependant, associé pour la toute première fois en double à Nenad Zimonjić, ils remportent le tournoi après avoir sauvé en finale sept balles de match en battant les grands favoris, les frères Bob et Mike Bryan, (4-6, 7-64, [14-12]).

Tête de série no 31, il commence le tournoi de Wimbledon par une victoire sur Tobias Kamke mais s'incline au tour suivant contre Fernando Verdasco (61-7, 64-7, 4-6).

En septembre 2013, il atteint, comme en 2012, la finale dans le tournoi ATP à l'Open de Malaisie en battant notamment le dixième joueur mondial Stanislas Wawrinka (6-4, 6-3) en demi-finale, mais il s'incline lors de sa neuvième finale face à la révélation du tournoi, le Portugais João Sousa (2-6, 7-5, 6-4).

2014 : Meilleure saison en simple et en double, vainqueur à Roland-Garros[modifier | modifier le code]

Il s'associe à Édouard Roger-Vasselin en double dans le but de participer à l'ATP World Tour Finals en fin de saison. En février, ils remportent l'Open 13 en sauvant six balles de match en finale[21]. Au Masters d'Indian Wells, il atteint les quarts de finale en battant en chemin Jo-Wilfried Tsonga no 10 mondial.

Lors du quart de finale de Coupe Davis contre l'Allemagne, il s'incline lors du premier match contre Tobias Kamke[22], avant de remporter le double associé à Michaël Llodra[23].

En mai, il remporte le Challenger de Bordeaux dont il est la tête de série no 1[24].

À Roland-Garros, associé à Édouard Roger-Vasselin en double, il gagne son premier titre du Grand Chelem en battant la paire composée de Marc López et Marcel Granollers en finale (6-3, 7-61). C'est la première fois que des Français s'imposent en double sur l'ocre parisien depuis la victoire de Henri Leconte et Yannick Noah en 1984[25].

À Wimbledon, il s'incline au premier tour face au qualifié Gilles Müller. En double, avec Édouard Roger-Vasselin, il s'incline en quart de finale contre Michaël Llodra et Nicolas Mahut.

Au tournoi de Cincinnati, il atteint les demi-finales en simple, pour la première fois en Masters 1000[26]. Il bat notamment Stanislas Wawrinka alors no 4 mondial en quart de finale[27]. La même semaine, il atteint la demi-finale du double ce qui lui permet de devenir no 10 mondial de la spécialité, devenant le 10e Français à parvenir dans les dix meilleurs joueurs du double.

Malgré son statut de tête de série, il s'incline dès le 1er tour de l'US Open contre Benoît Paire[28]. Il s'incline aussi dès son entrée en lice avec Édouard Roger-Vasselin en double après avoir eu deux balles de match[29].

Il fait partie des quatre joueurs retenus pour disputer la demi-finale de la Coupe Davis à Roland-Garros contre la République tchèque. Néanmoins il ne prend part à aucun match à enjeux.

À Kuala Lumpur, il participe à sa 10e finale sur le circuit ATP, sa troisième de suite dans la capitale malaisienne. Il bat en demi-finale Ernests Gulbis alors 13e mondial mais s'incline en deux sets contre Kei Nishikori lors du match pour le titre. Il devient le premier joueur à perdre ses dix premières finales sur le circuit principal[30].

Il s'incline en finale du double à Tokyo associé à Vasek Pospisil. La semaine suivante lors du Masters de Shanghai, il atteint les quarts de finale en battant notamment Grigor Dimitrov 10e mondial. C'est la quatrième fois de sa carrière qu'il se retrouve à ce stade dans cette catégorie de tournois[31]. Battu par Roger Federer en quart de finale, il parvient, associé à Édouard Roger-Vasselin, la finale du double finalement perdue contre les frères Bryan[32].

Leurs bons résultats en double permettent à Julien Benneteau et Édouard Roger-Vasselin de se qualifier pour le Masters de double à Londres. Ils se qualifient pour les demi-finales lors de leur dernier match de poule[33]. Ils s'inclinent ensuite sèchement lors de ce premier match éliminatoire contre les frères Bryan[34].

Dans la foulée, Julien Benneteau rejoint l'équipe de France de Coupe Davis à Lille pour la dernière semaine d'entrainement avant la finale de la Coupe Davis. Il remplace Jo-Wilfried Tsonga, forfait pour le double, pour affronter la paire Federer-Wawrinka contre laquelle il s'incline aux côtés de Richard Gasquet en 3 sets (6-3, 7-5, 6-4). Cette défaite permet à la Suisse de mener 2 à 1 dans cette finale que les Français perdent 1 à 3.

2015 : Année de blessure, chute dans le classement[modifier | modifier le code]

En début de saison, la pubalgie qu'il traîne depuis 2012 se réveille et le handicape sur les terrains[35].

Benneteau est sélectionné en équipe de France de Coupe Davis, à l'occasion du premier tour contre l'Allemagne. Il est associé à Nicolas Mahut pour le match de double, où les Français remportent leur 3e point, se qualifiant ainsi pour le tour suivant [36].

Il fait une nouvelle rechute de sa pubalgie lors du tournoi d'Indian Wells et préfère se retirer de celui de Miami pour rentrer en France se soigner.

Le 21 mai, il annonce son forfait pour Roland-Garros à cause de sa blessure qui l'empoisonne depuis le début de saison. Il ne jouera ni le simple et ni le double alors tenant du titre[37]. Il profite alors de cet arrêt forcé pour devenir consultant, le temps de Roland Garros, pour la radio RMC[38]. Ne parvenant pas à soigner sa pubalgie, il se résout à subir une opération à Bordeaux le 9 juin[39]. Malgré quelques espoirs, il ne rejouera pas sur le circuit cette année 2015[40].

Il finit la saison 527e au classement ATP.

2016 : Retour à la compétition, finale en double à Wimbledon[modifier | modifier le code]

Julien Benneteau, coaché par son frère Antoine depuis la fin de sa collaboration avec Loic Courteau, commence sa saison au challenger de Nouméa. Il s'incline en simple en quart de finale face à la tête de série no 2 Alejandro Falla et remporte le double aux côtés de son partenaire Édouard Roger-Vasselin.

À l'Open 13 de Marseille il sort des qualifications. Il s'incline néanmoins au 1er tour face à Alexander Zverev (64-7, 5-7) se blessant à la fin du deuxième set[41]. Malgré cette défaite, le niveau de jeu présenté est tout à fait satisfaisant, présageant du positif pour la suite de la saison. Retombé à la 673e place mondiale, il est absent deux mois de mi février à mi avril et fait son retour sur le circuit au Challenger de Barletta, en Italie, mais chute d'entrée de jeu face au Russe Alexey Vatutin, 282e mondial.

Il renoue avec le circuit principal en participant au Masters 1000 de Rome où il s'incline dès le 1er tour contre son compatriote Richard Gasquet (3-6, 0-6). En double, il atteint avec Édouard Roger-Vasselin les demi-finales. Jusqu'alors classé au-delà de la 450e place en double, cette performance permet à Julien Benneteau de faire un bond de plus de 300 places et de s'approcher un peu plus du top 100. À Roland Garros, il perd d'entrée de jeu en simple contre son compatriote Lucas Pouille (3-6, 6-4, 4-6, 64-7). En double, Édouard Roger-Vasselin et lui battent successivement Albert Ramos-Viñolas et Jiří Veselý, Vasek Pospisil et Jack Sock, Treat Conrad Huey et Max Mirnyi et s'inclinent en quart de finale contre Feliciano et Marc López (6-3, 4-6, 67-7) après avoir manquer 6 balles de match, 3 à 5-4 dans le 3e set et 3 dans le tie-break final. Cette défaite lui permet néanmoins de réintégrer le top 100 en double.

Présent à Wimbledon, il bat au 1er tour l'Ukrainien Illya Marchenko (6-4, 6-2, 7-68). Il s'agit de sa première victoire en simple sur un joueur du top 100 en 2016 et également en Grand Chelem depuis l'Open d'Australie 2014. Il s'incline au 2e tour contre Kei Nishikori en 4 sets (6-4, 4-6, 4-6, 2-6) en prenant tout de même un set au no 6 mondial. En double, Édouard Roger-Vasselin et lui confirment leurs bons résultats en passant les trois premiers tours, et notamment les 1/8 de finales en éliminant Vasek Pospisil et Jack Sock en 5 sets (6-4, 3-6, 63-7, 7-5, 6-4), après avoir sauvé 2 balles de match dans le 4e set. Ils battent en 1/4 de finale Jamie Murray et Bruno Soares, têtes de série no 3, au cours d'un match marathon en 5 sets et plus de 4 h 30 de jeu (6-4, 6-4, 611-7, 61-7, 10-8), et en demi Raven Klaasen et Rajeev Ram (7-5, 6-4, 5-7, 7-65). Tous deux s'inclinent en finale contre leurs compatriotes Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut (4-6, 61-7, 3-6) dans la première finale 100% française d'un Majeur hors Roland Garros[42]. À l'issue du tournoi, il réintègre le top 40 en double.

On le retrouve plus tard pour la tournée américaine estivale où il utilise son classement protégé. Il atteindra notamment les quarts de finale au tournoi de Cabo San Lucas. Au Masters 1000 de Cincinnati il bat David Ferrer, no 12 mondial.

Invité du tournoi de Metz, il élimine tout d'abord Martin Kližan, 31e mondial, en 2 sets (6-2, 6-1), puis Dustin Brown (6-3, 6-4) avant de s'incliner devant Lucas Pouille, après un combat en 3 sets (62-7, 6-4, 3-6). Cette performance lui permet de faire un bond de 32 places dans le classement, s'approchant un peu plus du top 200 (206e). Il part en Asie pour le double sans obtenir les résultats désirés. Il enchaîne par le Masters 1000 de Paris-Bercy, où il sort des qualifications. Il est toutefois éliminé au 1er tour par son compatriote Gilles Simon (4-6, 6-3, 6-2). Après avoir passé le 1er tour, Édouard Roger-Vasselin et lui calent sur Feliciano et Marc López en 2 sets (3-6, 4-6). Il conclut sa saison par le Challenger de Mouilleron-le-Captif qu'il remporte en écartant en finale Andrey Rublev. Cette victoire lui permet de gagner 110 points et de faire un bond de 40 places au classement pour finir l'année dans les 150 joueurs mondiaux.

2017 : 2 titres en double, nouvelle sélection en Coupe Davis, 1/2 finale à Bercy[modifier | modifier le code]

Julien Benneteau et Édouard Roger-Vasselin mettent entre parenthèse leur collaboration en double, officielle depuis 2014. Il commence sa saison par l'Open d'Australie où il ne parvient pas à se qualifier pour le tableau principal en simple. Associé à Jérémy Chardy en double, il est éliminé au 2e tour par Dominic Inglot et Florin Mergea (6-3, 65-7, 62-7).

En février, il revient en Europe et enchaîne 4 tournois consécutifs, dont 2 Challenger. Il s'incline tout d'abord au 2e tour du Challenger de Quimper face à Gleb Shakarov, 287e mondial[43]. Puis, il est éliminé au 1er tour du tournoi de Montpellier par Feliciano López (3-6, 6-4, 60-7), malgré une balle de match dans la 3e manche. Il atteint la semaine suivante les 1/2 finales du Challenger de Cherbourg[44]. Au tournoi de Marseille, il reçoit une invitation pour jouer en simple. Il passe le 1er tour puis s'incline contre Gilles Simon (2-6, 6-2, 3-6). En double, il remporte l'épreuve aux côtés de Nicolas Mahut en battant en finale Robin Haase et Dominic Inglot (6-4, 69-7, [10-5])[45]. Il s'agit de son 11e titre dans la discipline, le premier depuis 2014.

En mars, il sort des qualifications du Masters 1000 d'Indian Wells mais perd au 1er tour face à Facundo Bagnis (7-5, 4-6, 2-6). Il est appelé 3 semaines plus tard par Yannick Noah pour disputer le 1/4 de finale de Coupe Davis contre la Grande-Bretagne, en remplacement de Pierre-Hugues Herbert, blessé[46]. Nicolas Mahut et lui apportent le 3e point décisif en battant Dominic Inglot et Jamie Murray (7-67, 5-7, 7-5, 7-5) et qualifient ainsi la France pour les 1/2 finales[47].

Après un bref passage au Masters 1000 de Monte-Carlo et au tournoi de Munich sans aucun résultat concluant, il enchaîne les deux semaines suivantes avec deux Challenger. Il s'incline en 1/2 finale à Aix-en-Provence, puis abandonne en 1/4 de finale à Bordeaux, blessé à l'aine. Il bénéficie ensuite d'une wild card pour disputer Roland Garros[48] et réintège une semaine avant ce grand rendez-vous le top 100, qu'il n'avait plus occupé depuis août 2015. Il s'incline dès le 1er tour après une belle prestation contre Lucas Pouille en 5 manches (66-7, 6-3, 6-4, 3-6, 4-6), malgré un break d'avance dans le 4e set. Accompagné en double de Jérémy Chardy, il est éliminé d’entrée par Łukasz Kubot et Marcelo Melo (6-3, 2-6, 3-6).

Il débute la saison sur gazon par le tournoi de Bois-le-Duc. Repêché des qualifications à la suite du forfait de Lu Yen-hsun, il en profite et bat coup sur coup Evgeny Donskoy (3-6, 6-4, 7-65), puis le double tenant du titre Nicolas Mahut (3-6, 6-2, 6-2). Il chute en 1/4 de finale contre Alexander Zverev (0-6, 4-6). Il se qualifie ensuite pour le tournoi du Queen's où il passe facilement le 1er tour avant d'être éliminé par Grigor Dimitrov (6-4, 3-6, 4-6). En double, il retrouve exceptionnellement Édouard Roger-Vasselin et s'inclinent en finale face à Jamie Murray et Bruno Soares (2-6, 3-6). Il conclut sa saison sur herbe par le tournoi de Wimbledon où il est battu dès le 1er tour par Serhiy Stakhovsky (3-6, 68-7, 6-2, 2-6). Accompagné de Vasek Pospisil en double, ils perdent au 2e tour face à Ivan Dodig et Marcel Granollers (61-7, 3-6, 4-6).

Il fait son retour à la compétition à l'occasion du tournoi de Winston-Salem. Après un 1er tour facile, Julien Benneteau signe la plus belle victoire de sa saison face à Pablo Carreño-Busta, 16e mondial et tête de série no 2. Gêné à l'épaule, il abandonne en 1/8 de finale contre Chung Hyeon. Il enchaîne la semaine suivante avec l'US Open où il s'incline d'entrée contre David Goffin (4-6, 6-2, 4-6, 2-6). Il retrouve Édouard Roger-Vasselin en double et se hissent jusqu'en 1/4 de finale, chutant à ce stade contre Bob et Mike Bryan, après avoir battu au 2e tour Łukasz Kubot et Marcelo Melo, numéros 2 mondiaux.

Il participe en septembre au tournoi de Metz où s'incline au 1er tour contre Nicolás Almagro (63-7, 5-7). Associé de nouveau à Édouard Roger-Vasselin en double, ils remportent le tournoi en battant en finale Wesley Koolhof et Artem Sitak (7-5, 6-3). Il atteint ensuite la finale du Challenger d'Orléans où il perd face à Norbert Gombos, finaliste de l'année précédente, (6-3, 5-7, 6-2). Deux semaines plus tard, il est éliminé en 1/4 de finale du tournoi d'Anvers par Jo-Wilfried Tsonga (65-7, 2-6). À Bâle, il perd au 2e tour contre Juan Martín del Potro (4-6, 4-6). Invité au Masters 1000 de Paris, il déclare en conférence de presse qu'il s'agit de son dernier Bercy et qu'il mettra un terme à sa carrière dans le courant de l'année 2018. Lors de cette dernière apparition dont il dit profiter[49], il fait sensation en atteignant les 1/2 finale après avoir notamment battu Jo-Wilfried Tsonga (15e), David Goffin (10e) et Marin Čilić (5e). C'est la première fois dans sa carrière qu'il parvient à battre 2 top 10 dans un même tournoi. Son parcours prend fin en 1/2 finale contre Jack Sock (5-7, 2-6).

2018 : Dernière saison[modifier | modifier le code]

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Revers à deux mains de fond de court.

Julien Benneteau est un joueur polyvalent avec un excellent revers à 2 mains et un très bon déplacement associé à une bonne condition physique[réf. nécessaire]. Sa volée est solide, ce qui lui permet de très bons résultats en double. Son coup droit est faible pour un top 50 avec une préparation basse peu efficace et source d'erreurs directes. Son service est régulier mais sa préparation tronquée ne lui permet que rarement de dépasser les 190 km/h, ce qui est handicapant au plus haut niveau car générant peu de points faciles.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

En double messieurs[modifier | modifier le code]

Tournois Challenger[modifier | modifier le code]

Titres en simple[modifier | modifier le code]

Titres en double[modifier | modifier le code]

Autres performances[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2002 1er tour (1/64) Drapeau : France Arnaud Clément
2003 1er tour (1/64) Drapeau : Équateur Nicolás Lapentti 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque Jiří Novák 1er tour (1/64) Drapeau : France Fabrice Santoro
2004 3e tour (1/16) Drapeau : Russie Igor Andreev 2e tour (1/32) Drapeau : Croatie Mario Ančić 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne P. Kohlschreiber
2005 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Gastón Gaudio 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne Nicolas Kiefer
2006 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis Andy Roddick 1/4 de finale Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić 2e tour (1/32) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis Robby Ginepri
2007 1er tour (1/64) Drapeau : Chili Paul Capdeville 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Carlos Berlocq 1er tour (1/64) Drapeau : France J-W. Tsonga 1er tour (1/64) Drapeau : Italie Simone Bolelli
2008 1er tour (1/64) Drapeau : Suisse S. Wawrinka 1/8 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne Nicolas Kiefer 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie Marin Čilić
2009 1er tour (1/64) Drapeau : Chypre Márcos Baghdatís 1er tour (1/64) Drapeau : France J-W. Tsonga 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie Novak Djokovic 3e tour (1/16) Drapeau : France J-W. Tsonga
2010 2e tour (1/32) Drapeau : Croatie Ivo Karlović 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine Leonardo Mayer 1/8 de finale Drapeau : France J-W. Tsonga 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne Tommy Robredo
2011 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne David Ferrer 2e tour (1/32) Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis Andy Roddick
2012 3e tour (1/16) Drapeau : Japon Kei Nishikori 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Janko Tipsarević 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse Roger Federer 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Novak Djokovic
2013 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Janko Tipsarević 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse Roger Federer 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne F. Verdasco 3e tour (1/16) Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych
2014 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne Tommy Robredo 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Facundo Bagnis 1er tour (1/64) Drapeau : Luxembourg Gilles Müller 1er tour (1/64) Drapeau : France Benoît Paire
2015 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne Benjamin Becker
2016 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne Nicolás Almagro 1er tour (1/64) Drapeau : France Lucas Pouille 2e tour (1/32) Drapeau : Japon Kei Nishikori 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne A. Ramos-Viñolas
2017 1er tour (1/64) Drapeau : France Lucas Pouille 1er tour (1/64) Drapeau : Ukraine S. Stakhovsky 1er tour (1/64) Drapeau : Belgique David Goffin
  • À droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2000 2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Suède N. Kulti
Drapeau : Suède M. Tillström
2001 1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Afrique du Sud J. Coetzee
Drapeau : Afrique du Sud B. Haygarth
2002 2e tour (1/16)
Drapeau : France A. Di Pasquale
Drapeau : Australie W. Arthurs
Drapeau : Australie P. Hanley
2003 2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
2004 2e tour (1/16)
Drapeau : France A. Clément
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Roumanie A. Pavel
Drapeau : Pays-Bas R. Sluiter
2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : États-Unis J. Palmer
Drapeau : République tchèque P. Vízner
1/2 finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Bahamas M. Knowles
Drapeau : Canada D. Nestor
2005 2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Espagne A. Costa
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Afrique du Sud R. Koenig
Drapeau : Espagne A. Martín
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Royaume-Uni M. Hilton
Drapeau : Royaume-Uni J. Marray
1/4 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
2006 1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Espagne D. Ferrer
Drapeau : Espagne F. Vicente
1/4 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : République tchèque L. Dlouhý
Drapeau : République tchèque P. Vízner
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Allemagne C. Kas
Drapeau : Allemagne P. Petzschner
2007 1/4 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Australie P. Hanley
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Afrique du Sud J. Coetzee
Drapeau : Pays-Bas R. Wassen
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Brésil M. Melo
Drapeau : Brésil André Sá
1/2 finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Suède S. Aspelin
Drapeau : Autriche J. Knowle
2008 1/8 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
1/8 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Israël J. Erlich
Drapeau : Israël Andy Ram
2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Suède R. Lindstedt
Drapeau : Finlande J. Nieminen
2009 1er tour (1/32)
Drapeau : France F. Serra
Drapeau : Brésil B. Soares
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
1/8 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : République tchèque L. Dlouhý
Drapeau : Inde L. Paes
1er tour (1/32)
Drapeau : France J. Chardy
Drapeau : Afrique du Sud W. Moodie
Drapeau : Belgique D. Norman
2010 2e tour (1/16)
Drapeau : Belgique S. Darcis
Drapeau : États-Unis John Isner
Drapeau : États-Unis Sam Querrey
1/8 de finale
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : Afrique du Sud W. Moodie
Drapeau : Belgique D. Norman
1/4 de finale
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : Argentine J.I. Chela
Drapeau : Argentine E. Schwank
2e tour (1/16)
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : Espagne D. Gimeno-Traver
Drapeau : Portugal F. Gil
2011 1/8 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Suède R. Lindstedt
Drapeau : Roumanie Horia Tecău
2e tour (1/16)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Suède R. Lindstedt
Drapeau : Roumanie Horia Tecău
2012 1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : République tchèque F. Čermák
Drapeau : Slovaquie F. Polášek
1er tour (1/32)
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : Brésil André Sá
Drapeau : Brésil B. Soares
1/4 de finale
Drapeau : France N. Mahut
Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
2013 1/8 de finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Espagne D. Marrero
Drapeau : Espagne F. Verdasco
2e tour (1/16)
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
Drapeau : Allemagne C. Kas
Drapeau : Autriche O. Marach
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
Drapeau : Inde L. Paes
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2e tour (1/16)
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
Drapeau : États-Unis Brian Baker
Drapeau : États-Unis Rajeev Ram
2014 1/8 de finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
Drapeau : Russie M. Youzhny
Victoire
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Espagne Marc López
1/4 de finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : France M. Llodra
Drapeau : France N. Mahut
1er tour (1/32)
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Espagne G. García-López
Drapeau : Autriche P. Oswald
2015 1/4 de finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : France P.H. Herbert
Drapeau : France N. Mahut
2016 1er tour (1/32)
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Italie M. Cecchinato
Drapeau : Italie A. Seppi
1/4 de finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Espagne F. López
Drapeau : Espagne Marc López
Finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : France P.H. Herbert
Drapeau : France N. Mahut
1er tour (1/32)
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : Brésil T. Bellucci
Drapeau : Brésil M. Demoliner
2017 2e tour (1/16)
Drapeau : France J. Chardy
Drapeau : Royaume-Uni D. Inglot
Drapeau : Roumanie F. Mergea
1er tour (1/32)
Drapeau : France J. Chardy
Drapeau : Pologne Łukasz Kubot
Drapeau : Brésil Marcelo Melo
2e tour (1/16)
Drapeau : Canada V. Pospisil
Drapeau : Croatie Ivan Dodig
Drapeau : Espagne M. Granollers
1/4 de finale
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
  • Sous le résultat, le nom du (de la) partenaire ; à droite, les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2016 1er tour (1/16)
Drapeau : France P. Parmentier
Drapeau : Taipei chinois Chuang C-j.
Drapeau : Finlande Henri Kontinen
  • Sous le résultat, le nom du (de la) partenaire ; à droite, les noms des ultimes adversaires.

Participation aux Masters[modifier | modifier le code]

En double[modifier | modifier le code]

Année Ville Surface Partenaire Résultats Résultat final
2014 Drapeau : Royaume-Uni Londres (O2 Arena) Dur indoor Drapeau : France Édouard Roger-Vasselin 2v, 2d Demi-finaliste

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

# Date Lieu Surface Gagnant(s) Perdant(s) Score
2010 - 1er tour (groupe mondial) - France - Allemagne 4:1
1 5-7/03/2010 Drapeau : France Toulon Dur (int.) Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
Drapeau : Allemagne Christopher Kas
Drapeau : Allemagne Philipp Kohlschreiber
6-1, 6-4, 1-6, 7-5 Parcours
Drapeau : France Julien Benneteau Drapeau : Allemagne Benjamin Becker 6-2, 7-5
2010 - 1/4 de finale (groupe mondial) - France - Espagne 5:0
2 9-11/07/2010 Drapeau : France Clermont-Ferrand Dur (int.) Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
Drapeau : Espagne Feliciano López
Drapeau : Espagne Fernando Verdasco
6-1, 6-2, 66-7, 7-65 Parcours
Drapeau : France Julien Benneteau Drapeau : Espagne Feliciano López 7-63, 6-4
2011 - 1er tour (groupe mondial) - Autriche - France 2:3
3 4-6/03/2011 Drapeau : Autriche Vienne Terre (int.) Drapeau : Autriche Oliver Marach
Drapeau : Autriche Jürgen Melzer
Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
6-4, 3-6, 6-3, 6-4 Parcours
2012 - 1er tour (groupe mondial) - Canada - France 1:4
4 10-12/02/2012 Drapeau : Canada Vancouver Dur (int.) Drapeau : Canada Milos Raonic Drapeau : France Julien Benneteau 6-2, 6-4, 7-5 Parcours
Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
Drapeau : Canada Daniel Nestor
Drapeau : Canada Vasek Pospisil
7-61, 7-62, 6-3
2012 - 1/4 de finale (groupe mondial) - France - États-Unis 2:3
5 6-8/04/2012 Drapeau : France Roquebrune-Cap-Martin Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
6-4, 6-4, 7-64 Parcours
2013 - 1er tour (groupe mondial) - France - Israël 5:0
6 1-3/02/2013 Drapeau : France Rouen Dur (int.) Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
Drapeau : Israël Jonathan Erlich
Drapeau : Israël Dudi Sela
7-63, 6-1, 6-0 Parcours
2013 - 1/4 de finale (groupe mondial) - Argentine - France 3:2
7 5-7/04/2013 Drapeau : Argentine Buenos Aires Terre (ext.) Drapeau : Argentine David Nalbandian
Drapeau : Argentine Horacio Zeballos
Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
3-6, 7-63, 7-5, 6-3 Parcours
2014 - 1er tour (groupe mondial) - France - Australie 5:0
8 31/01-2/02/2014 Drapeau : France La Roche-sur-Yon Terre (int.) Drapeau : France Julien Benneteau Drapeau : Australie Thanasi Kokkinakis 6-4, 6-1 Parcours
2014 - 1/4 de finale (groupe mondial) - France - Allemagne 3:2
9 4-6/04/2014 Drapeau : France Nancy Dur (int.) Drapeau : Allemagne Tobias Kamke Drapeau : France Julien Benneteau 7-68, 6-3, 6-2 Parcours
Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Michaël Llodra
Drapeau : Allemagne Andre Begemann
Drapeau : Allemagne Tobias Kamke
6-1, 7-65, 4-6, 7-5
2014 - 1/2 finale (groupe mondial) - France - République tchèque 4:1
10 12-14/09/2014 Drapeau : France Paris Terre (ext.) Drapeau : République tchèque Jiří Veselý Drapeau : France Julien Benneteau 6-4, 6-3 Parcours
2014 - Finale (groupe mondial) - France - Suisse 1:3
11 21-23/11/2014 Drapeau : France Lille Terre (int.) Drapeau : Suisse Roger Federer
Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka
Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Richard Gasquet
6-3, 7-5, 6-4 Parcours
2015 - 1er tour (groupe mondial) - Allemagne - France 2:3
12 6-8/03/2015 Drapeau : Allemagne Francfort Dur (int.) Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Nicolas Mahut
Drapeau : Allemagne Benjamin Becker
Drapeau : Allemagne Andre Begemann
6-4, 6-3, 6-2 Parcours
2017 - 1/4 de finale (groupe mondial) - France - Grande-Bretagne 4:1
13 7-9/04/2017 Drapeau : France Rouen Terre (int.) Drapeau : France Julien Benneteau
Drapeau : France Nicolas Mahut
Drapeau : Royaume-Uni Dominic Inglot
Drapeau : Royaume-Uni Jamie Murray
7-67, 5-7, 7-5, 7-5 Parcours
Drapeau : Royaume-Uni Daniel Evans Drapeau : France Julien Benneteau 6-1, 6-2

Classements ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

Classements à l'issue de chaque saison
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Rang en simple 423 en augmentation 271 en augmentation 255 en augmentation 140 en augmentation 64 en diminution 167 en augmentation 40 en diminution 68 en augmentation 43 en diminution 46 en augmentation 44 en diminution 52 en augmentation 35 en stagnation 35 en augmentation 25 en diminution 533 en augmentation 131
Rang en double 195 en diminution 301 en augmentation 270 en augmentation 93 en augmentation 50 en diminution 59 en diminution 67 en augmentation 26 en diminution 49 en augmentation 32 en diminution 38 en diminution 52 en diminution 97 en augmentation 26 en augmentation 5 en diminution 124 en augmentation 35

Source : (en) Classements de Julien Benneteau sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Toutes ses victoires sur des joueurs classés dans le top 10 de l'ATP lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# J.B. Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 122 Drapeau : États-Unis Memphis 2006 Dur (int.) Drapeau : États-Unis Andy Roddick no 3 1/4 3-6, 6-4, 7-64
2 no 57 Drapeau : Canada Toronto 2006 Dur Drapeau : Chypre Márcos Baghdatís no 10 1/32 5-7, 6-2, 6-3
3 no 42 Drapeau : France Paris-Bercy 2006 Moquette (int.) Drapeau : Chili Fernando González no 8 1/16 3-6, 6-4, 7-5
4 no 46 Drapeau : États-Unis Indian Wells 2007 Dur Drapeau : États-Unis James Blake no 6 1/16 6-2, 7-61
5 no 74 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland 2008 Dur Drapeau : Espagne David Ferrer no 5 1/4 6-4, 6-0
6 no 50 Drapeau : Pays-Bas Rotterdam 2009 Dur (int.) Drapeau : Russie Nikolay Davydenko no 5 1/8 6-3, 6-2
7 no 49 Drapeau : France Paris-Bercy 2009 Dur (int.) Drapeau : Suisse Roger Federer no 1 1/16 3-6, 7-64, 6-4
8 no 39 Drapeau : France Marseille 2010 Dur (int.) Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga no 9 1/2 7-611, 5-7, 7-63
9 no 81 Drapeau : États-Unis US Open 2011 Dur Drapeau : Espagne Nicolás Almagro no 10 1/64 6-2, 6-4, 6-3
10 no 34 Drapeau : Malaisie Kuala Lumpur 2012 Dur (int.) Drapeau : Espagne David Ferrer no 5 1/2 6-4, 6-1
11 no 39 Drapeau : Pays-Bas Rotterdam 2013 Dur (int.) Drapeau : Suisse Roger Federer no 2 1/4 6-3, 7-5
12 no 33 Drapeau : Malaisie Kuala Lumpur 2013 Dur (int.) Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka no 10 1/2 6-4, 6-3
13 no 65 Drapeau : États-Unis Indian Wells 2014 Dur Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga no 10 1/32 6-4, 6-4
14 no 41 Drapeau : États-Unis Cincinnati 2014 Dur Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka no 4 1/4 1-6, 6-1, 6-2
15 no 30 Drapeau : République populaire de Chine Shanghai 2014 Dur Drapeau : Bulgarie Grigor Dimitrov no 10 1/16 7-5, 6-3
16 no 83 Drapeau : France Paris-Bercy 2017 Dur (int.) Drapeau : Belgique David Goffin no 10 1/8 6-3, 6-3
17 Drapeau : Croatie Marin Cilic no 5 1/4 7-65, 7-5

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination, legifrance.gouv.fr
  2. a et b « Gasquet-Benneteau en bronze », sur lequipe.fr, (consulté le 4 août 2012).
  3. (en) « Résultats de Julien Benneteau en Coupe Davis », sur daviscup.com (consulté le 4 août 2012)
  4. « Julien Benneteau papa : les Bleus le félicitent ! », sur public.fr
  5. Julien Benneteau triomphe de Federer dans Le Figaro du 12 novembre 2009
  6. Des changements en douceur sur lequipe.fr du 19 décembre 2009.
  7. Benneteau, si près... sur lequipe.fr du 20 août 2010.
  8. Benneteau a été opéré sur rmcsport.fr du 17 janvier 2011
  9. (en) Classement de Julien Benneteau sur le site de l'ATP World Tour.
  10. Benneteau en finale dans L'Équipe du 28 août 2011.
  11. Open de Rennes. Julien Benneteau remporte la 6e édition, https://www.ouest-france.fr
  12. (en) Saison 2012 de Julien Benneteau sur le site de l'ATP World Tour.
  13. Benneteau au plus haut dans L'Équipe du 20 février 2012.
  14. Fracture du coude pour Benneteau dans L'Équipe 19 avril 2012.
  15. Federer a eu chaud dans L'Équipe du 29 juin 2012.
  16. (en) Roger Federer back from Wimbledon 2012 brink to beat Julien Benneteau dans The Guardian du 29 juin 2012.
  17. Benneteau est maudit dans L'Équipe du 30 septembre 2012.
  18. (en) Saison 2013 de Julien Benneteau sur le site de l'ATP World Tour.
  19. Benneteau s'offre Federer dans L'Équipe du 15 février 2013.
  20. Benneteau patientera dans L'Équipe du 17 février 2013.
  21. Marseille : Premier titre pour la paire Benneteau - Roger-Vasselin dans sport365.fr du 23 février 2014.
  22. https://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Benneteau-tombe-de-haut/454508
  23. http://sport24.lefigaro.fr/tennis/coupe-davis/actualites/llodra-et-benneteau-relancent-les-bleus-688415
  24. http://www.francebleu.fr/infos/julien-benneteau/tennis-challenger-primrose-julien-benneteau-roi-de-bordeaux-1533169
  25. http://www.eurosport.fr/tennis/roland-garros/2014/trente-ans-apres-noah-leconte-benneteau-et-roger-vasselin-s-imposent-en-double_sto4277967/story.shtml
  26. "Julien Benneteau en demi-finale à Cincinnati", leparisien.fr
  27. "Benneteau renversant !", lequipe.fr
  28. "US Open : Benoît Paire bat Julien Benneteau (7-6 (4), 7-5, 6-4, 4-6, 6-4)", eurosport.fr
  29. "La paire Benneteau-ERV déjà éliminée", lequipe.fr
  30. « Battu une 10e fois de suite en finale, Julien Benneteau détient un triste record », sur Eurosport, .
  31. "Benneteau imite Simon", lequipe.fr
  32. "Shanghai: Benneteau et ERV battus en finale", sports.fr
  33. "Masters double : Edouard Roger-Vasselin et Julien Benneteau dans le dernier carré", eurosport.fr
  34. "Masters de Londres : la paire Benneteau - Roger-Vasselin battue en demi-finale", lemonde.fr
  35. « Julien Benneteau éliminé », sur L'Équipe, (consulté le 20 janvier 2015)
  36. « La France en quarts de finale de la Coupe Davis après la victoire de Julien Benneteau et Nicolas Mahut dans le double », sur L'Équipe, (consulté le 7 mars 2015)
  37. « Julien Benneteau renonce à disputer les Internationaux de France », sur L'Équipe, (consulté le 21 mai 2015)
  38. « Julien Benneteau et Michaël Llodra rejoignent RMC », sur RMC,
  39. « Julien Benneteau, touché à l'adducteur, va se faire opérer », sur L'Équipe, (consulté le 9 juin 2015)
  40. « Saison finie pour Benneteau », sur We Love Tennis, (consulté le 16 octobre 2015)
  41. http://www.tennismagazine.fr/benneteau-le-coup-dur--_r_52_a_5745.html Benneteau le coup dur
  42. « Herbert et Mahut rejoignent Benneteau et Roger-Vasselin en finale du double messieurs », sur eurosport.fr, .
  43. « Benneteau éliminé par Gleb Shakarov à Quimper », sur Ouest France, (consulté le 11 mars 2017)
  44. « Benneteau battu sur le fil en 1/2 finale de Cherbourg », sur Tennis Actu, (consulté le 11 mars 2017)
  45. « Le titre pour Benneteau et Mahut à Marseille », sur L'Équipe, (consulté le 3 mars 2017)
  46. « Benneteau remplace Pierre-Hugues Herbert contre la Grande-Bretagne », sur L'Équipe, (consulté le 29 mars 2017)
  47. « Coupe Davis : La France se qualifie pour les demi-finales en dominant la Grande-Bretagne 3-0 », sur L'Équipe,
  48. [1]
  49. L'express
  50. a et b L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  51. a et b Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.
  52. Décret du 31 décembre 2012 au JORF no 0001 du 1er janvier 2013 page 69.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]