Martin Fourcade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourcade.
Martin Fourcade Pix.gif
Martin Fourcade Kontiolahti 2010.jpg

Martin Fourcade en 2010.
Contexte général
Sport Biathlon
Ski de fond
Période active De 2006 à aujourd'hui
Biographie
Nom de naissance Martin Fourcade
Nationalité sportive Drapeau : France Française
Naissance (28 ans)
Lieu de naissance Céret (France)
Taille 1,84 m (6 0)
Poids de forme 75 kg (165 lb)
Surnom L'Ogre Catalan
Club Font-Romeu/P2000
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 2 2 0
Championnats du monde 11 10 4
Coupe du monde (globes ind.) 26 3 4
Coupe du monde (épreuves ind.) 63 30 22
* Dernière mise à jour : 19 mars 2017

Martin Fourcade, né le à Céret (Pyrénées-Orientales), est un biathlète français, double champion olympique en 2014, six fois vainqueur du classement général de la Coupe du monde et onze fois champion du monde entre 2011 et 2017, dont 10 fois à titre individuel. Il est le seul biathlète de l'histoire à avoir remporté six fois consécutivement le classement général de la Coupe du monde, en 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017, il détient le record de victoires sur une saison (14 en 2017), de globes de cristal remportés (26) et du nombre de points marqués sur un hiver (1322 en 2017) . Il est considéré comme l'un des meilleurs fondeurs du circuit, s'alignant même sur une épreuve de Coupe du monde de ski de fond lors de la saison 2012-13.

Avec quatre médailles olympiques (argent dans la mass start à Vancouver 2010, or dans la poursuite et dans l'individuelle puis argent dans la mass start à Sotchi 2014), Martin Fourcade est le plus médaillé des sportifs français aux Jeux d'hiver. Aux championnats du monde, il dispute sa compétition la plus aboutie à Oslo-Holmenkollen en 2016, avec quatre médailles d'or et une en argent. En Coupe du monde, il réalise trois Grands Chelems en remportant tous les globes de cristal mis en jeu lors des saisons 2012-2013, 2015-2016 et 2016-2017. Il compte plus de 10 victoires dans chaque épreuve du biathlon, plus de 100 podiums et plus de 60 premières places au total, ce qui fait de lui le meilleur biathlète français de l'histoire et un des meilleurs de tous les temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade est originaire de La Llagonne. Son père Marcel Fourcade[1] devient maire de cette commune en 2008. Martin Fourcade a deux frères dont Simon, également biathlète[2]. Martin Fourcade est scolarisé au collège et lycée climatique Pierre-de-Coubertin de Font-Romeu où il peut intégrer la filière sportive. Il s'y initie au ski nordique et au biathlon, puis au triathlon[3]. En 2004, Fourcade pense arrêter le biathlon avant de s'installer à Prémanon[2].

Il est rattaché à l'École militaire de haute montagne de Chamonix avec le grade de sergent[4] et depuis 2008, il est membre de l'équipe de France militaire de ski.

Il est le père de deux filles : Manon, née le 10 septembre 2015[5], et Inès, née le 23 mars 2017[6].

Parcours sportif[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 2007, il remporte la médaille de bronze en relais avec l'équipe de France aux championnats du monde junior mais n'obtient pas de médaille dans une épreuve individuelle.

Il commence sa carrière en coupe du monde lors de la saison 2007/2008 lors de la finale d'Oslo Holmenkollen en terminant 61e du sprint avec un six sur dix au tir[7].

Il réalise sa première saison complète en coupe du monde l'année suivante en réalisant trois places dans les dix premiers, à Hochfilzen, Whistler et Trondheim, il se classe ainsi 24e du général.

Révélation en 2010[modifier | modifier le code]

podium de la mass start des jeux de Vancouver. Les trois biathlètes sont ensemble sur la plus haute marche du podium.
Podium du départ en ligne des jeux de Vancouver

Martin Fourcade se révèle lors de la saison 2009-2010 en réalisant plusieurs Top 10 en début de saison. Il va continuer à monter en puissance jusqu'aux Jeux olympiques de Vancouver, où il remporte la médaille d'argent de la mass-start derrière le Russe Evgeny Ustyugov, malgré trois fautes au tir, dont deux lors du premier tir couché[8]. Ce résultat fait suite à une quatorzième place lors de l'individuelle, une trente-cinquième place sur le sprint et trente-quatrième place sur la poursuite. Lors du relais où il fait équipe avec Vincent Jay, champion olympique du sprint, Vincent Defrasne et son frère Simon, la France termine à la sixième place[9].

Il continue sur sa lancée des Jeux olympiques en coupe du monde, lorsqu'il monte sur son premier podium de Coupe du monde le 13 mars 2010, en terminant troisième du 10 km sprint de Kontiolahti (Finlande). Il enchaine ensuite trois victoires consécutives (deux poursuites et un sprint[10],[11]), lui permettant de remporter le petit globe de cristal de la poursuite. Son état de forme laisse penser qu'il peut lutter pour le grand globe de cristal, néanmoins, ces résultats le font terminer à la cinquième place du classement général pour sa deuxième saison en coupe du monde.

Confirmation en 2011[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade aborde la saison 2011 avec comme objectif de progresser au classement général de la coupe du monde, ainsi que de gagner des épreuves[12].

Les championnats du monde de Khanty-Mansiïsk sont une confirmation de tous les espoirs entrevus depuis le début de la saison. Le 3 mars, il remporte la médaille de bronze du relais mixte avec Marie-Laure Brunet, Marie Dorin et Alexis Bœuf[13]. Deux jours plus tard, il devient vice-champion du monde de sprint derrière l'Allemand Arnd Peiffer et devant le Norvégien Tarjei Bø, en réalisant le meilleur temps de ski[14]. Le lendemain, il obtient la consécration en devenant champion du monde de poursuite devant les Norvégiens Emil Hegle Svendsen et Tarjei Bø, malgré une faute supplémentaire au tir, mais en comblant l'écart grâce à sa rapidité à ski[15].

Il termine troisième du classement général de la coupe du monde derrière la révélation de la saison, le Norvégien Tarjei Bø ainsi que son compatriote Emil Hegle Svendsen[16]. Sa saison étant notamment marquée par trois victoires.

Vainqueur de la coupe du monde et triple champion du monde en 2012[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade à Kontiolahti en Finlande le 12 février 2012.

Prétendant affiché au globe de cristal du classement général, Martin entame la saison 2011-2012 par deux victoires dans l'individuelle et la poursuite de Östersund, lui permettant de prendre immédiatement la tête du classement de la coupe du monde. Il termine troisième du sprint de Nove Mesto juste derrière son frère Simon. C'est la première fois que les frères Fourcade montent ensemble sur le même podium en individuel[17]. Le lendemain, il termine deuxième de la poursuite revenant ainsi à 24 points de Svendsen au classement de la coupe du monde. À Anterselva, il termine troisième du sprint et de la mass-start, reprenant ainsi le maillot jaune de leader de la coupe du monde. Lors de l'étape suivante, disputée à Oslo, le Norvégien reprend la tête du classement de la coupe du monde grâce à trois podiums, dont une victoire. Martin se classe dixième du sprint, quatrième de la poursuite et cinquième de la mass-start. Lors de la dernière étape avant les championnats du monde, il ne dispute pas la première épreuve, le relais mixte, épreuve remportée par les Français, puis il remporte le sprint devant le Russe Lapshin et le Suisse Weger[18]. Le lendemain, il prend encore quelques points d'avance sur son rival norvégien en terminant deuxième de la poursuite, Svendsen prenant la quatrième place d'une course remportée par Ole Einar Bjørndalen[19].

Il commence les championnats du monde 2012 à Ruhpolding par une onzième place au relais mixte. Dernier relayeur, il prend le relais de son frère Simon loin des leaders en douzième position et remonte une place pendant son parcours[20]. Deux jours plus tard, il devient champion du monde du sprint. Malgré deux fautes au tir tout comme son rival Svendsen, Martin Fourcade s'impose en raison d'un meilleur temps de ski et termine avec 15 secondes d'avance sur le Norvégien[21]. Le lendemain, Fourcade part en tête de la poursuite fort de son avance issue du sprint. Auteur de quatre fautes au tir, il est à la lutte pour la victoire avec le Suédois Carl Johan Bergman à l'issue du dernier tir. Il distance le Suédois lors de l'avant-dernière ascension du parcours et s'impose en solitaire, remportant ainsi le doublé sprint-poursuite dans ces championnats[22]. 25e de l'individuelle où Fourcade commet cinq fautes au tir, il est ensuite dernier relayeur lors de l'épreuve par équipes. Il aborde son relais en tête mais est rattrapé par le Norvégien Svendsen après deux fautes au premier tir. Le Norvégien le distance ensuite grâce à un sans-faute sur le dernier tir couplé à trois fautes du Français et permet ainsi au relais norvégien de s'imposer devant le relais français[23]. Fourcade termine ces championnats du monde par une troisième victoire lors de la mass-start, devenant ainsi le troisième biathlète à remporter trois titres mondiaux en épreuves individuelles dans une même édition des championnats du monde après Raphaël Poirée en 2004 et Ole Einar Bjørndalen. Celui-ci le réalise à deux reprises, en 2005 et 2009, remportant également le relais masculin lors de ces deux éditions[24].

Dans la foulée des championnats du monde, Fourcade remporte le sprint puis la poursuite de Khanty-Mansiïsk, ce qui lui permet de s'adjuger le globe des deux spécialités et de remporter le gros globe de cristal du classement général de la coupe du monde, pour la première fois de sa carrière et une épreuve avant la fin de la saison[25].

Grand chelem en coupe du monde et champion du monde de l'individuelle en 2013[modifier | modifier le code]

Vainqueur du gros globe de cristal de la coupe du monde et après des mondiaux 2012 réussis, Martin Fourcade désire participer aux championnats du monde de ski de fond 2013 en parallèle à ses compétitions de biathlon, à l'instar d'Ole Einar Bjørndalen quelques années auparavant. Pour se qualifier en coupe du monde de ski de fond, il prend part mi-novembre 2012 à l'épreuve de Beitostølen qui sélectionne les membres de l'équipe de France pour une étape de coupe du monde. Fourcade finit sixième derrière son compatriote Maurice Manificat mais devant Jean-Marc Gaillard c'est-à-dire second Français, ce résultat lui permet d'être qualifié en coupe du monde pour la saison 2012-2013[26]. Le , il participe donc à sa première épreuve de coupe du monde de ski de fond avec le 15 km style libre de Gällivare qu'il termine à la 47e place[27]. Cette place peut le qualifier pour les championnats du monde 2013 mais il n'y participe finalement pas[28].

Quatre jours plus tard, Fourcade dispute et gagne sa première course de la coupe du monde de biathlon, l'épreuve individuelle d'Östersund[29]. Fourcade conclut son week-end suédois par une victoire lors de la poursuite et mène au classement général de la coupe du monde[30]. Les semaines suivantes, Fourcade obtient à Hochfilzen et Pokljuka quatre nouveaux podiums individuels lors des sprints et des poursuites de ces étapes de Coupe de monde, et conserve la tête du classement général[31]. Fourcade termine également deuxième en relais lors d'une course qui est la dernière de son compatriote Vincent Jay[32]. Après une blessure à l'épaule contractée lors du Show de biathlon à Gelsenkirchen, il commence l'année 2013 en léger retrait, ne terminant qu'au-delà de la 10e place lors des épreuve de Oberhof. Cependant, il retrouve très vite les sommets puisque la semaine suivante, il s'adjuge trois victoires lors des épreuves de Ruhpolding : le relais, le sprint et la mass start, confirmant son maillot jaune de leader de la coupe du monde. À Anterselva, Fourcade est le dernier relayeur du relais masculin français, qui s'impose pour la deuxième fois consécutive, une première pour l'équipe de France masculine[33].

Annonçant viser au moins un titre mondial en épreuve individuelle[34], Martin Fourcade commence les championnats du monde par une médaille d'argent en relais mixte. Battu en sprint par son rival norvégien Emil Hegle Svendsen, Fourcade croit aborder la dernière ligne droite de la poursuite en tête mais il est battu au sprint pour un dixième de seconde par Svendsen[35]. Le Français, en l'absence de Svendsen, malade, ne commet qu'une faute au tir lors de l'individuelle et remporte cette course avec près de 24 secondes d'avance sur l'Américain Tim Burke[36]. Quatrième au moment de prendre le relais masculin, Fourcade pioche à deux reprises au tir debout mais profite des deux tours de pénalité de l'Allemand Erik Lesser pour terminer deuxième derrière la Norvège[37]. En course pour la victoire lors de la dernière épreuve de ces championnats, la mass-start, Fourcade rate son dernier tir et termine en dixième position[38]. Après cette mass-start, Fourcade annonce renoncer aux Championnats du monde de ski de fond pour se concentrer sur la Coupe du monde qu'il mène alors avec 93 points d'avance sur Svendsen[39].

Lors de l'étape de coupe du monde suivante, disputée à Oslo-Holmenkollen en l'absence de Svendsen lors des deux premières épreuves, Fourcade est tout d'abord battu d'un dixième de seconde par Tarjei Bø lors du sprint[40] avant de s'imposer en poursuite, ce qui lui permet de gagner le globe de la spécialité une épreuve avant la fin[41]. Lors de la mass start du dimanche, il se classe deuxième derrière le Tchèque Moravec, avec pourtant trois fautes au tir[42]. Le , en l'absence de son rival Svendsen, Fourcade remporte l'individuelle de Sotchi devant Andreas Birnbacher et Serhiy Semenov. Le Français, en plus de s'emparer du globe de la spécialité, s'adjuge son deuxième gros globe de cristal consécutif à 3 épreuves de la fin de la saison. Il devient le premier biathlète à être en tête du classement de la coupe du monde de la première à la dernière épreuve[43]. Deux jours plus tard, à l'issue de sa huitième victoire de la saison lors du sprint, Fourcade remporte le globe de la spécialité, son troisième de la saison[44]. À Khanty-Mansiïsk, lieu du dernier week-end de compétition de la saison, Fourcade remporte tout d'abord le sprint, finit ensuite troisième de la poursuite avec 5 fautes au tir avant de remporter la mass-start, ce qui lui permet de remporter le globe de la spécialité. Ayant gagné le globe du classement général et les quatre globes de spécialités, il réalise ainsi le « Grand Chelem » lors de cette saison, rejoignant en cela Raphaël Poirée en 2004, ainsi que la Suédoise Magdalena Forsberg et la Norvégienne Tora Berger chez les féminines, cette dernière réalisant cette performance également en 2013[45].

Saison 2013-2014 : la consécration olympique et troisième globe de cristal[modifier | modifier le code]

L'objectif principal de la saison affiché par Martin Fourcade est l'or olympique, titre manquant encore à son palmarès. L'étape d'ouverture de Coupe du monde disputée à Östersund, permet de jauger les adversaires. Tout d'abord, lors du relais mixte, bien que lancé en tant que dernier relayeur avec environ une minute d'avance il rate sa dernière salve de tirs (3 tours de pénalité) et est de plus pénalisé de deux minutes pour n'avoir pas utilisé sa dernière pioche, la France termine cinquième[46]. Le jeudi suivant, il participe à l'individuelle 20 km dont il est double tenant à Östersund, finalement il empoche sa vingt-cinquième victoire avec une avance de plus de deux minutes sur l'autrichien Simon Eder grâce à un 20 sur 20 au tir. Deux jours plus tard, toujours à Östersund, Fourcade signe avec 9 sur 10 au tir, sa deuxième victoire d'affilée cette fois ci en dominant le sprint devant le local suédois Fredrik Lindström et l'Américain Tim Burke.

Lors de l'étape suivante d'Hochfilzen, Fourcade est deuxième du sprint puis gagne la poursuite au lendemain d'une cinquième place avec le relais français, ce qui lui permet d'accentuer son avantage dans la coupe du monde[47]. Une semaine plus tard, à la Coupe du monde du Grand-Bornand, grâce à une troisième place en sprint, il porte sa série de podiums consécutifs à treize unités, un record dans cette compétition[48]. Cette série se termine lors de la course suivante, la poursuite disputée sur ce même site, où il termine dix-septième.

Martin Fourcade à Oberhof le 4 janvier 2014

Lors de l'étape suivante, disputée à Oberhof, il termine deux fois troisième, devancé à chaque fois par Emil Hegle Svendsen et Ole Einar Bjørndalen, puis remporte la troisième course de cette étape, une course en ligne[49]. Il décide de ne pas participer aux épreuves disputées à Ruhpolding pour privilégier sa préparation olympique[49]. De retour à Antholz-Anterselva, dernière étape avant les Jeux, il termine cinquième puis neuvième du sprint et de la poursuite, avant de remporter le relais également composé de son frère Simon Fourcade, relayé par Alexis Bœuf puis Jean-Guillaume Béatrix[50].

Un mois plus tard, les Jeux olympiques d'hiver de 2014 se présentent pour le français qui vise ouvertement 2 médailles d'or, en individuel et en relais. Dès le premier jour, il commence son parcours olympique par le sprint au terme duquel avec un 9/10 au tir, il termine 6e et ne parvient pas à remporter de médaille, l'or revenant à Ole Einar Bjørndalen[51]. Ce résultat relayé par les médias laisse planer un doute sur la qualité de la suite de la compétition pour le biathlète français.

Deux jours, plus tard Fourcade s'élance dans la poursuite olympique avec douze secondes de retard sur Bjørndalen. Revenu assez vite sur le groupe devant lui il réalise un sans faute sur les deux tirs couchés lui permettant de sortir en tête avec l'autrichien Landertinger et le canadien Le-Guellec. Quelques minutes plus tard Fourcade fait une faute sur le premier tir debout mais profite des erreurs de ses adversaires pour ressortir devant avec six secondes d'avance sur Landertinger. Lors du dernier tir debout, il réalise un sans faute se permettant de lever le poing en l'air vers son entraîneur Siegfried Mazet à l'issue de son dernier tir[52]. Il remporte[53] ainsi le premier titre olympique de sa carrière devant le tchèque Ondrej Moravec et son compatriote et ami Jean-Guillaume Béatrix[54]. Le 13 février soit trois jours plus tard et à la suite de nombreuses sollicitations médiatiques après la poursuite, Fourcade réalise lors de l'épreuve du 20 km individuel un 19/20 au tir ainsi que le meilleur temps à skis lui permettant de remporter l'or devant l'allemand Erik Lesser et le russe Evgeniy Garanichev. Il devient ainsi le premier français à décrocher deux titres olympiques lors d'une même édition depuis Jean-Claude Killy à Grenoble en 1968. Le 18 février, lors de la mass-start olympique, il parvient à décrocher une médaille d'argent, malgré une faute au premier tir (19/20 au total). Il a fallu une photo-finish pour le départager d'Emil Hegle Svendsen (or avec 20/20 au tir). Cette médaille est sa quatrième obtenue lors d'une épreuve des Jeux olympiques, ce qui fait de lui le sportif français le plus médaillé à des Jeux d'hiver[55]. Le 25 février 2014, il déclare à BFM TV[56] très bien gagner sa vie et indique qu'une médaille d'or est rémunérée 50 000 euros et une en argent 20 000 euros. Lors de la reprise de la Coupe du monde à Pokljkua, il termine septième du sprint puis de la poursuite, avec respectivement 2 et 4 fautes au tir, avant de terminer deuxième de la mass start derrière le suédois Björn Ferry. À Kontiolahti, après une deuxième place sur un sprint qui lui assure de gagner le classement de la spécialité, Fourcade, deuxième de la poursuite, profite de l'abandon de Svendsen pour remporter pour la troisième année consécutive le classement général de la coupe du monde, à trois épreuves de la fin[57]. Lors de la dernière étape, il remporte la mass-start d'Oslo-Holmenkollen et remporte le globe de la spécialité. Il devient finalement champion de France de biathlon pour la première fois en remportant la mass-start organisée à Prémanon en fin de saison.

Saison 2014-2015 : premier biathlète à remporter 4 fois consécutivement le classement général de la Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade subit une fatigue excessive lors de la préparation estivale à la saison 2014-2015. Des examens médicaux révèlent qu'il est atteint d'une mononucléose qui l'oblige à une indisponibilité le temps de la convalescence[58]. Cette maladie entraîne la décision de son forfait pour les sélections pour les épreuves de la Coupe du monde de ski de fond. Il préfère pour l'instant se concentrer pleinement sur la Coupe du monde de biathlon

[59]. Östersund marque l'ouverture de la nouvelle saison, et lors du relais mixte, il rattrape en tant que dernier relayeur 36 secondes sur les premiers et bat au sprint les concurrents norvégien et allemand[60]. Cependant, lors de la première épreuve individuelle, le 20 km, il rate quatre cibles dès la première séance de tir couché et finira 81e, avec six fautes, la course remportée par Emil Svendsen[61]. Trois jours plus tard, lors du sprint, il réagit pour gagner sa première manche de la saison avec un tir impeccable et une importante vitesse à skis[62]. Il enchaîne avec un succès en poursuite devant Shipulin et Svendsen. Il réalise ensuite de bons résultats à Hochfilzen et à Pokljuka avec notamment une victoire lors de la poursuite à Hochfilzen ( avec un 20/20 au tir ) lui permettant d'avoir le dossard jaune de leader de la coupe du monde juste devant Svendsen. Il remporte le sprint d'Oberhof devant Ole Einar Bjoerndalen et Timofey Lapshin. Il remporte ensuite la mass start sur le même site avec un 20/20 au tir malgré des conditions venteuses. Cette victoire est considérée comme l'une des meilleures de sa carrière. Il connaît ensuite un coup de mou à Ruhpolding et sur le sprint d'Antholz-anterselva terminant en dehors du top 20 laissant ses adversaires Shipulin et Schempp se rapprocher davantage au classement général. Il se reprend ensuite lors de la poursuite d'Antholz pour finalement terminer cinquième après une fantastique remontée avec le meilleur temps de ski et un sans-faute au tir. Il échoue ensuite à un dixième de seconde de Jean Guillaume Béatrix lors du sprint de Nove Mesto et finit quatrième avant de finir ensuite troisième de la poursuite. Après deux deuxièmes places de l'allemand Simon Schempp, celui-ci le talonne au classement général avec 6 points de retard seulement sur lui. Il réalise ensuite de bons résultats en montant sur deux podiums en deux courses à Oslo avec notamment une victoire sur l'individuel d'Oslo avec un 20/20 au tir.

En mars 2015, aux Championnats du monde de Kontiolahti, Martin Fourcade remporte la médaille d'argent lors du relais mixte derrière la république tchèque. La Norvège complète le podium. Après des résultats moyens sur le sprint et sur la poursuite de ces mondiaux, Martin Fourcade remporte l'individuel malgré un 19/20 au tir devant Emil Svendsen, auteur, lui, d'un sans-faute. Longtemps troisième, son frère Simon finit au pied du podium. Il remporte ensuite la médaille de bronze lors du relais masculin derrière l'Allemagne et la Norvège. Lors de la mass start, malgré une grande forme sur les skis, le Catalan ne peut espérer mieux qu'une dixième place avec 4 fautes au tir.

À kanthy-Mansiysk, Il remporte une victoire sur le sprint puis termine quatrième de la poursuite. Ce qui lui permet de remporter le gros globe de cristal devant son adversaire le plus proche au classement général Shipulin. Il remporte aussi ainsi le globe de la spécialité du sprint et de la poursuite. Il échoue cependant à remporter le globe de la mass start. Terminant vingtième de la mass start, il finit troisième du classement de la spécialité derrière Fak et Shipulin.

Avec ce quatrième gros globe de cristal, Martin Fourcade est le premier biathlète à le remporter quatre fois de suite chez les hommes.

Saison 2015-2016 : 5e gros globe, 2e Grand chelem, et quadruple champion du monde à Oslo[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade débute la saison en participant à des épreuves de ski de fond, tout d'abord à Beitostoelen (Norvège) puis à Ruka (Finlande), lors du Nordic Opening. Il s'y classe[63], le 28 novembre, vingt-deuxième d'une épreuve de Coupe du monde.

Le biathlète pyrénéen poursuit avec le début de saison en biathlon par une décevante 21e place dans l'individuelle d'Östersund loin de la légende norvégienne Ole Einar Bjørndalen vainqueur de son 95esuccès[64]. La réaction de Fourcade ne se fait pas attendre puisqu'il enchaîne en Suède par 2 nets succès sur le sprint[65] (devant Arnd Peiffer et Bjørndalen) et la poursuite[66] (devant Peiffer et son coéquipier Quentin Fillon Maillet) qui lui permettent en plus d'atteindre sa 40e victoire en Coupe du monde, de reprendre la tête du classement général de la Coupe du Monde. Le week end suivant, il se classe 2e du sprint d'Hochfilzen derrière l'Allemand Simon Schempp[67] et remporte la troisième victoire de sa saison le lendemain en dominant la poursuite devant le même Simon Schempp[68]. Le lendemain, il aide ses coéquipiers a conquérir la 3e place du relais de la station Tyrolienne[69]. Martin Fourcade conclut son mois de décembre par un nouveau podium en poursuite à Pokljuka à nouveau derrière Simon Schempp[70] mais large leader du classement général avec plus de 50 points d'avance. Le 28 décembre, Fourcade participe et remporte pour la première fois en équipe avec Marie Dorin-Habert le World Team Challenge[71], une épreuve d'exhibition se disputant traditionnellement entre Noël et le jour de l'An dans la Veltins-Arena de Gelsenkirchen.

À la suite de l'annulation des courses d'Oberhof due au manque de neige[72], la saison de biathlon reprend le 8 janvier 2016 à Ruhpolding pour deux semaines dans la commune bavaroise[73]. Profitant de l'absence de ses principaux rivaux malades, Martin Fourcade accentue son avance au classement général en prenant la 4e place du sprint[74] ainsi que la 2e place de la poursuite le lendemain derrière l'Autrichien Simon Eder[75]. Mieux encore, il remporte sa quatrième victoire de la saison à la suite d'une nouvelle confrontation au dernier tir avec son rival de toujours Emil Hegle Svendsen lors de la première Mass Start[76] de l'hiver disputée le dimanche. Vainqueur trois jours plus tard de l'individuelle, Martin Fourcade remporte son 44e succès[77] (en comptant ses deux titres olympiques) et égale à 27 ans, le record de victoires d'un Français en biathlon détenu par Raphael Poirée. Martin Fourcade conclut la semaine de Ruhpolding par une deuxième place lors de la mass start remporté par l'Allemand Erik Lesser.

Le week-end suivant se déroulant à Antholz Anterselva, il ne termine que 28e du sprint avec 3 fautes au tir[78] avant de finir le lendemain lors de la poursuite au pied du podium au terme d'une grosse remontée marquée par son premier 20 sur 20 au tir de la saison, le Norvégien Johannes Thingnes Bø le privant de la troisième place en le dominant sur le final[79]. Possédant à ce stade de la saison près de trois victoires d'avance au classement général, il devance son plus proche concurrent pour le globe Tarjei Bø de 162 points.

Martin Fourcade et Ole Einar Bjørndalen dans la course en ligne des Championnats du monde d'Oslo le 13 mars 2016

Après deux semaines sans épreuves, Martin Fourcade effectue son retour en Amérique du Nord pour les étapes de Canmore au Canada et de Presque Isle aux États-Unis. Ces deux semaines de courses hors de l'Europe se concluent par deux nouveaux succès individuel (le Sprint à Canmore devant Shipulin et Schempp[80] et la poursuite de Presque Isle devant Johannes Thingnes Bø et Shipulin[81]) et une autre victoire en relais simple mixte en équipe avec Marie Dorin-Habert[82]. Il conforte ainsi son avance au classement général loin devant le Russe Shipulin et le Norvégien Tarjei Bø et aborde en pleine confiance la préparation pour les Championnats du monde d'Oslo qui se disputent en mars.

Mondiaux d'Oslo que Martin Fourcade débute idéalement avec la victoire lors du relais mixte accompagné de ses équipiers Anaïs Bescond, Marie Dorin-Habert et Quentin Fillon Maillet. Dernier relayeur, il parvient à distancer Simon Schempp sur les derniers mètres pour remporter son premier titre mondial avec un relais de l'équipe de France. Il enchaîne deux jours plus tard par son septième titre mondial individuel en dominant largement le sprint devant Ole Einar Bjørndalen et Serhiy Semenov devenant ainsi le biathlète français le plus titré en Championnats du monde devant Raphaël Poirée[83]. Le lendemain, lors de la poursuite, Martin Fourcade profite de son avance pour remporter un nouveau titre mondial, son neuvième devant les norvégiens Bjørndalen et Emil Hegle Svendsen, malgré deux erreurs au dernier tir debout. Martin Fourcade s'assure là sa cinquième victoire consécutive au classement général de la Coupe du monde[84], ainsi que le globe de la spécialité comme celui remporté en sprint la veille ce qui porte son total à cinq gros globes et quatorze petits globes de cristal. Le 10 mars, Fourcade réalise la passe de trois (ou de quatre en comptant le relais mixte) en remportant l'individuelle malgré une faute au tir devant les Autrichiens Dominik Landertinger et Simon Eder qui réalisent pour leur part un 20 sur 20. Il remporte à l'occasion le globe de la spécialité[85]. Dans le stade d'Holmenkollen, Martin Fourcade s'est jusque là imposé à l'arrivée de toutes les courses qu'il a disputées. Après un relais décevant avec ses coéquipiers de l'équipe de France, Martin Fourcade conclut ses mondiaux par la deuxième place de la Mass start, devancé par le Norvégien Johannes Thingnes Bø, qui l'empêche de remporter les quatre titres individuels en jeu lors de ces Mondiaux[86], mais lui permet de remporter le globe de la spécialité et de réaliser ainsi son deuxième Grand Chelem (tous les globes de spécialités remportés) après celui de la saison 2012-2013.

Saison 2016-2017 : Record de victoires sur un hiver, 6e gros globe consécutif, 3e Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade à Östersund, le 3 décembre 2016

Martin Fourcade aidé par une bonne préparation estivale, débute idéalement la saison en remportant tout d'abord le relais mixte simple d'Östersund, la toute première épreuve de la Coupe du monde 2016-2017 disputée le 27 novembre, avec Marie Dorin-Habert. Trois jours plus tard dans la même ville suédoise, et malgré un fort vent défavorable et deux minutes de pénalité, il gagne l'individuelle devant son jeune rival norvégien Johannes Thingnes Bø. Il s'agit là de sa cinquantième victoire en coupe du monde (sa douzième à Östersund)[87]. Le Français confirme le 3 décembre en réalisant un sans faute et le deuxième temps sur les skis qui lui permettent de s'imposer sur le sprint avec plus de quarante secondes d'avance sur le local Suédois Fredrik Lindström et l'Allemand Arnd Peiffer[88]. Fourcade conclut sa semaine en Suède le lendemain, par un nouveau podium en prenant la troisième place de la poursuite où il est devancé par les deux Russes Anton Babikov et Maxim Tsvetkov[89]. La semaine suivante, le Catalan poursuit sa domination en réalisant le doublé dans la station Slovène de Pokljuka dans laquelle il ne s'était jamais imposé auparavant, en remportant le sprint devant Bø et Anton Shipulin[90] et la poursuite le lendemain devant Emil Hegle Svendsen et Shipulin grâce à un 20 sur 20 au tir[91]. Avec quatre victoires en cinq courses individuelles pour autant de podiums, le français s'assure déjà après deux week-end de courses, d'une avance substantielle au classement général avec près de 100 points d'avance sur son dauphin Johannes Thingnes Bø. Enfin, Martin Fourcade parachève son week-end slovène par un triplé en remportant le relais 4 x 7,5 km en compagnie de ses équipiers tricolores Jean-Guillaume Beatrix, Quentin Fillon Maillet et Simon Desthieux. Il s'agit du premier succès en relais pour l'équipe de France masculine depuis janvier 2014[92].

La série du biathlète français se poursuit le 15 décembre : malgré une faute au tir, il remporte son troisième sprint d'affilée à Nové Město na Moravě devant Shipulin et Svendsen soit sa 54e victoire[93]. Il est le premier biathlète de l'histoire à réaliser le « hat trick de décembre », c'est-à-dire à remporter les trois premiers sprints de la saison[93], n'étant plus par ailleurs qu'à une unité de son 100e podium en Coupe du monde. Objectif que le Français atteint[94] deux jours plus tard lors de la poursuite en remportant sa 55e victoire devant Shipulin et son compatriote Quentin Fillon Maillet[95]. Fourcade réalise le lendemain son deuxième triplé dans une étape de coupe du monde d'affilé en remportant la mass start devant Simon Schempp et Anton Babikov[96]. Il compte à ce stade de la saison, 7 victoires individuelles en 8 épreuves disputées et devient le premier biathlète de l'histoire à compter au moins dix victoires dans chaque discipline qui composent le biathlon. Avec cette série, il égale le record du nombre de victoires d'affilées (cinq) établi par Ole Einar Bjørndalen lors de la saison 2006-2007. « C'est incroyable, c'est une réussite insolente, Je suis d'un côté extrêmement heureux et de l'autre tellement surpris. Je suis sur un nuage. Je rentre pour Noël à la maison mais j'ai déjà eu mes cadeaux. » dit Martin Fourcade le 18 décembre[97].

La série victorieuse de Martin Fourcade s'arrête le 5 janvier 2017 à Oberhof, quatrième étape de la Coupe du monde 2016-2017, où il prend la 8e place du sprint 10km après avoir raté trois cibles lors de son tir debout[98]. Le Français se reprend deux jours plus tard en remportant sa huitième victoire individuelle de la saison lors de la poursuite durant laquelle et malgré des conditions de vent très défavorables, il réalise un 19/20 au tir et devance Arnd Peiffer et Dominik Windisch de plus d'1 minute[99] L'étape d'Oberhof se conclut avec la Mass Start le 8 janvier. Contraint d'effectuer deux tours de pénalité après le premier tir debout, Martin Fourcade parvient à revenir sur la tête de course, rentre ses cinq balles au 4e tir (pour finir sur un 18/20), avant d'être battu au sprint, sur la ligne d'arrivée, par l'Allemand Simon Schempp, vainqueur devant son compatriote Erik Lesser. Ce nouveau podium permet toutefois au Français d'augmenter encore son avance en tête de la Coupe du monde sur ses poursuivants les plus proches[100].

A Ruhpolding, après un relais masculin raté par l'équipe de France (9e à l'arrivée)[101], Martin Fourcade domine largement le sprint disputé le 13 janvier, avec un 10/10 au tir et en se montrant le plus rapide sur les skis pour terminer avec une avance de 18 secondes sur Julian Eberhard et plus de 39 secondes sur Emil Hegle Svendsen[102]. C'est sa quatrième victoire en sprint de la saison, et la neuvième de l'hiver[103]. il explique à chaud avoir pour objectif de battre le record de victoires sur une saison d'Ole Einar Bjørndalen qui s'était imposé douze fois en 2004-2005[104]. Deux jours plus tard, le Français remporte sa dixième victoire individuelle de la saison et la 59e de sa carrière en dominant la poursuite dans la station Allemande malgré un 17/20 au tir, devant Svendsen à 18 secondes et le Tchèque Michal Krčmář remonté de la 29e place après le sprint, tous deux à zéro faute. Il égale son record personnel de victoires sur une saison à la moitié de celle en cours[105]. Son avance en tête de la Coupe du monde se monte à 284 points sur Simon Schempp, ce qui équivaut quasiment à cinq victoires[106].

Le 20 janvier lors de l'individuelle 20km d'Anterselva où se dispute la sixième étape de la Coupe du monde 2016-2017, Martin Fourcade tire à 18 sur 20, et prend la deuxième place de la course à 41 secondes d'Anton Shipulin (19/20). C'est le 106e podium de sa carrière, dont 13 en 14 courses cette saison[107]. Deux jours plus tard, il prend la 5e place de la mass start (trois fautes au tir) gagnée par Johannes Thingnes Bø[108].

Lors des championnats du monde 2017 disputés à Hochfilzen, Martin Fourcade commence par remporter la médaille d'argent du relais mixte 2 x 6 km + 2 x 7,5 km avec Anaïs Chevalier, Marie Dorin-Habert et Quentin Fillon Maillet derrière l'équipe d'Allemagne avant de terminer en bronze dans le sprint 7,5 km gagné par Benedikt Doll suivi par Johannes Thingnes Bø, en raison de deux erreurs au tir. Mais dans la poursuite, le 12 février, le Français s'impose avec un 19/20 et remporte son dixième titre mondial individuel (et son quatrième en poursuite) avec une belle avance sur Bø suivi de son compatriote quadragénaire Ole Einar Bjørndalen[109]. Fourcade s'adjuge sa 4e médaille en autant d'épreuves disputées à Hochfilzen le 16 février : le bronze de l'individuelle 20 km remportée par l'Américain Lowell Bailey devant le tchèque Ondrej Moravec, tous deux auteurs d'un 20 sur 20 au tir, alors que le Français termine à 18 sur 20. Ce résultat lui permet d'enlever le petit globe de la discipline pour la deuxième année consécutive[110]. Il conclut ensuite le relais 4 x 7,5 km hommes (précédé Jean-Guillaume Béatrix, Quentin Fillon Maillet et Simon Desthieux) avec la médaille d'argent derrière la Russie[111] pour viser l'exploit inédit qui consisterait à monter sur les six podiums de ces Mondiaux. Mais deux erreurs au tir dans la mass start le condamnent pour conclure à la 5e place de la course remportée par Simon Schempp[112].

La septième étape de la Coupe du monde, du 2 au 5 mars, se déroule sur le stade de biathlon d'Alpensia en avant première des Jeux d'hiver de Pyeongchang 2018. En se classant 3e du sprint (avec un 8/10 au tir) remporté par Julian Eberhard devant Lowell Bailey tous deux sans faute, Martin Fourcade s'assure définitivement son sixième gros globe de cristal consécutif, record absolu en biathlon masculin. Il porte en effet son avance sur Anton Shipulin, 23e de cette course, à 360 points avec six épreuves restant à disputer et ne peut plus être rejoint[113]. Il égale ainsi le nombre de victoires au classement général d'Ole Einar Bjørndalen qui ne les avaient pas gagnées en continu, et du côté des dames, la série de Magdalena Forsberg de 1997 à 2002. Le 4 mars, il remporte avec un sans faute au tir sa sixième victoire en poursuite sur sept courses cette saison, qui est aussi sa douzième victoire de l'hiver, ce qui lui permet d'égaler le record qu'avait signé Bjørndalen en 2004-2005[114]. Le lendemain, il remporte le relais avec Jean-Guillaume Béatrix, Simon Fourcade (son frère) et Simon Desthieux ; 33 secondes devant l' Autriche et plus de 45 secondes devant le quatuor norvégien.

Martin Fourcade remporte ensuite le 10 mars son cinquième sprint de la saison à Kontiolahti. Malgré une erreur au tir debout, il devance à l'arrivée Ondrej Moravec de 6 dixièmes de seconde et Emil Hegle Svendsen de 9,4 secondes, tous deux auteurs d'un sans-faute. Il s'adjuge du coup le petit globe de cristal de la spécialité (ceux de l'individuelle et de la poursuite sont déjà assurés), et surtout, il signe sa treizième victoire de la saison, ce qui lui permet d'établir un nouveau record[115]. Enfin, lors de l'étape finale à Holmenkollen, il termine 2e du sprint derrière Johannes Thingnes Bø, encore 2e de la poursuite devancé par Anton Shipulin et le 19 mars, il remporte la mass start avec un 20/20 au tir[116]. C'est sa quatorzième victoire de la saison qui lui permet d'égaler le record hommes et femmes confondus établi en 2000-2001 par Magdalena Forsberg[116], de réaliser un troisième Grand Chelem en s'adjugeant le petit globe de la spécialité après tous les autres[116], et de battre le record de points sur une saison avec un total de 1322 points[117]. Sur les 26 courses de la saison, il aura accumulé 22 podiums[117].

Caractéristiques de ses performances sportives[modifier | modifier le code]

Ski de fond[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade figure parmi les biathlètes les plus rapides du circuit. En 2014, il est considéré comme étant le plus performant dans ce domaine[2].

Tir[modifier | modifier le code]

Statistiques des tirs par saison
Réussite au tir 2008–2009 2009–2010 2010–2011 2011–2012 2012–2013 2013–2014 2014–2015 2015–2016 2016–2017
Total tirs 294/346 328/387 385/449 393/466 429/478 397/451 428/477 404/455 459/506
Total % 84 % 84 % 85 % 84 % 89 % 88 % 89 % 88% 90%
position couchée 85 % 84 % 82 % 82 % 88 % 91 % 91 % 89% 92%
position debout 82 % 85 % 88 % 85 % 91 % 85 % 88 % 87% 88%

Ces statistiques sont fournies par l'Union internationale de biathlon[118],[119]. Les données intègrent les résultats des tirs en incluant ceux opérés lors des relais.
En progrès constant (si l'on excepte la saison 2015-2016), les statistiques du biathlète français s'est vu propulsé à la première place des statistiques de tirs de la coupe du monde 2016-2017.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais Relais mixte
Jeux olympiques 2010
Drapeau : Canada Vancouver
14e 35e 34e Médaille d'argent, Jeux olympiques 6e Épreuve inexistante à cette date
Jeux olympiques 2014
Drapeau : Russie Sotchi
Médaille d'or, Jeux olympiques 6e Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'argent, Jeux olympiques 8e 6e

Légende :

  • Médaille d'or, Jeux olympiques : première place, médaille d'or
  • Médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • Médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • - : Non disputée

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Les Championnats du monde 2010 ne comportent que l'épreuve du relais mixte en raison des Jeux de Vancouver.

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais Relais mixte
Mondiaux 2009
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang
13e 18e 8e 15e 4e -
Mondiaux 2010
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 5e
Mondiaux 2011
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
10e Médaille d'argent, monde Médaille d'or, monde 10e 12e Médaille de bronze, monde
Mondiaux 2012
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
25e Médaille d'or, monde Médaille d'or, monde Médaille d'or, monde Médaille d'argent, monde 11e
Mondiaux 2013
Drapeau : République tchèque Nové Město
Médaille d'or, monde Médaille d'argent, monde Médaille d'argent, monde 10e Médaille d'argent, monde Médaille d'argent, monde
Mondiaux 2015
Drapeau : Finlande Kontiolahti
Médaille d'or, monde 12e 7e 10e Médaille de bronze, monde Médaille d'argent, monde
Mondiaux 2016
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Médaille d'or, monde Médaille d'or, monde Médaille d'or, monde Médaille d'argent, monde 9e Médaille d'or, monde
Mondiaux 2017
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Médaille de bronze, monde Médaille de bronze, monde Médaille d'or, monde 5e Médaille d'argent, monde Médaille d'argent, monde

Légende :

  • Médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • Médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • Médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • - : Non disputée

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Dernière mise à jour le 19 mars 2017

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison Individuelle Sprint Poursuite Mass start Général
Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position
2007-2008 0/3 - - 1/10 - - 0/8 - - 0/5 - - 1/26 0 NC
2008-2009 3/4 33 41e 8/10 121 31e 5/7 118 19e 3/5 73 25e 19/26 345 24e
2009-2010 3/4 97 8e 9/10 253 8e 5/6 197 1er 5/5 152 8e 22/25 719 5e
2010-2011 4/4 133 3e 10/10 307 4e 7/7 320 2e 5/5 230 2e 26/26 990 3e
2011-2012 3/3 107 4e 9/10 423 1er 8/8 384 1er 5/5 202 3e 25/26 1100 1er
2012-2013 3/3 180 1er 10/10 484 1er 8/8 388 1er 5/5 248 1er 26/26 1248 1er
2013-2014 1/2 60 7e 9/9 402 1er 7/8 298 1er 3/3 174 1er 20/22 934 1er
2014-2015 3/3 120 2e 10/10 416 1er 7/7 335 1er 5/5 186 3e 25/25 1042 1er
2015-2016 3/3 140 1er 9/9 379 1er 7/8 391 1er 5/5 242 1er 24/25 1151 1er
2016-2017 3/3 162 1er 9/9 484 1er 9/9 502 1er 5/5 248 1er 26/26 1322 1er

Dernière mise à jour le 19 mars 2017

  • Courses : nombre d'épreuves disputées/nombre total d'épreuves ; Points : nombre de points en Coupe du monde ; Position : classement en Coupe du monde[121].
  • Les épreuves des Jeux olympiques et des championnats de monde sont comptabilisées par l'Union internationale de biathlon (International Biathlon Union ou IBU) comme des épreuves de coupe du monde. Les épreuves des Jeux olympiques n'accordent en revanche plus de points pour la coupe du monde à partir de 2014 mais elles restent comptabilisées comme telles dans les palmarès des sportifs.

Détail des victoires individuelles[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Sprint Poursuite Individuelle Mass start Total
2009-2010 Drapeau : Norvège Holmenkollen Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Norvège Holmenkollen
3
2010-2011 Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk (Ch du monde) Drapeau : Italie Antholz
Drapeau : États-Unis Fort Kent
3
2011-2012 Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Allemagne Ruhpolding (Ch du monde)
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Allemagne Ruhpolding (Ch du monde)
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Suède Östersund Drapeau : Allemagne Ruhpolding (Ch du monde) 8
2012-2013 Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Russie Sotchi
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : République tchèque Nové Město (Ch du monde)
Drapeau : Russie Sotchi
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
10
2013-2014 Drapeau : Suède Östersund Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Russie Sotchi (J.O)
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Russie Sotchi (J.O)
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Norvège Holmenkollen
7
2014-2015 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Finlande Kontiolahti (Ch du monde)
Drapeau : Allemagne Oberhof 8
2015-2016 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Canada Canmore
Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde)
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : États-Unis Presque Isle
Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde)
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde)
Drapeau : Allemagne Ruhpolding 10
2016-2017 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : République tchèque Nové Město
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : République tchèque Nové Město
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Ch du monde)
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang
Drapeau : Suède Östersund Drapeau : République tchèque Nové Město
Drapeau : Norvège Holmenkollen
14
Total 19 22 11 11 63
mise à jour au 19 mars 2017

Statistiques des podiums[modifier | modifier le code]

Le nombre total de podiums de Martin Fourcade sur la Coupe du monde s'élève à 142 dont 115 en épreuves individuelles et 27 en relais. Il est en outre vainqueur de 63 épreuves individuelles[120]. La poursuite est l'épreuve où il a obtenu le plus grand nombre de victoires avec 22 unités[121].

Résultat Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais (masculin et mixte) Total
1re place 11 19 22 11 11 74
2e place 2 12 9 7 10 40
3e place 2 10 8 2 6 28
Dernière mise à jour le 20.03.2017

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Martin Fourcade a remporté une médaille de bronze lors de ses participations aux Championnats du monde junior en 2007 et 2008. En 2007, pour ses premiers mondiaux junior en Martello (Italie), Fourcade remporte la médaille de bronze en relais aux côtés de Jean-Guillaume Béatrix et Yann Guigonnet, il réalise dans les épreuves individuelles de bons résultats avec une 5e place dans l'individuel, et une 9e place en sprint et poursuite. L'année suivante à Ruhpolding, il ne remporte pas de médailles mais réalise des performances honorables avec une 5e place en relais, une 8e place en individuel, une 10e place en poursuite et une 11e place en sprint[121].

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Relais
Mondiaux 2007
Drapeau : Italie Martello
5e 9e 9e Médaille de bronze, monde
Mondiaux 2008
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
8e 11e 11e 5e

Jeux mondiaux militaires d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : France Annecy 2013
Sprint par équipes Médaille de bronze, monde

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BFM TV, Marcel Fourcade, star internationale, 10 février 2014
  2. a, b et c Marc Ventouillac, « Les 5 trucs que vous ne savez pas sur Martin Fourcade », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  3. Biographie sur le site officiel de Martin Fourcade
  4. « Martin Fourcade : itinéraire d'un surdoué », L'Indépendant.
  5. Martin Fourcade est papa
  6. M. V., « Martin Fourcade est devenu papa pour la seconde fois », sur L'Equipe.fr, (consulté le 24 mars 2017)
  7. (en) « E.ON RUHRGAS WORLD CUP 9 - Oslo Holmenkollen (NOR) Men 10 km Sprint », sur biathlonresults.com (consulté le 12 février 2012)
  8. « Biathlon - Vancouver 2010 - Fourcade, le grand huit », eurosport.fr, (consulté le 12 février 2012)
  9. « Biathlon - Vancouver 2010 - Les Bleus ratent le coche », eurosport.fr, (consulté le 12 février 2012)
  10. (fr) « Victoire de Martin Fourcade », L'équipe.fr,
  11. (fr) « Fourcade, et de trois », eurosport.fr,
  12. Mirko Hominal, « Martin Fourcade : "Je ne me sens pas comme Poulidor" », sur ski-nordique.net, (consulté le 11 février 2012)
  13. Mirko Hominal, « Une très jolie médaille de bronze pour commencer », sur ski nordique.net,
  14. Mirko Hominal, « un super Martin Fourcade décroche l'argent », sur ski-nordique.net,
  15. « Fourcade champion du monde ! », sur eurosport.fr (consulté le 6 mars 2011)
  16. « Classement général de la coupe du monde 2011 », sur IBU data center (consulté le 23 mars 2011)
  17. « Le sourire des Fourcade », sur lequipe.fr, L’Équipe, (consulté le 11 février 2012)
  18. « Le bon choix de M. Fourcade », sur lequipe.fr, L’Équipe, (consulté le 11 février 2012)
  19. « Le beau week-end de M. Fourcade », sur lequipe.fr, L’Équipe, (consulté le 12 février 2012)
  20. François-Xavier Rallet, « Et les Bleus ont sombré... », sur eurosport.fr,
  21. François-Xavier Rallet, « Fourcade, un sprint en or », sur eurosport.fr,
  22. François-Xavier Rallet, « Le doublé pour Fourcade ! », sur eurosport.fr,
  23. François-Xavier Rallet, « L'argent rageant pour les Bleus », sur eurosport.fr,
  24. François-Xavier Rallet, « Fourcade parmi les géants », sur eurosport.fr,
  25. Alexis Danjon, « Le gros globe pour M. Fourcade », sur lequipe.fr,
  26. François-Xavier Rallet, « Martin Fourcade, le fond le comble autant que le biathlon », sur eurosport.fr,
  27. Martin Sundby 4 ans après, Mirko Hominal, ski-nordique.net, le 24 novembre 2012.
  28. « JO Sotchi 2014 - Martin Fourcade pense au ski de fond », sur eurosport.fr,
  29. François-Xavier Rallet, « Martin Fourcade remporte une première victoire, lors du 20km d'Östersund », sur eurosport.fr,
  30. « Fourcade le chasseur », sur lequipe.fr,
  31. « Poursuite de Hochfilzen - Martin Fourcade descend d'une marche », sur eurosport.fr,
  32. Slim Ben Atig, « Relais messieurs : La France dauphine de la Norvège pour la der' de Vincent Jay », sur eurosport.fr,
  33. Marc Ventouillac, « La France dans le mille », sur lequipe.fr,
  34. Marc Ventouillac, «Garder un de mes trois titres», sur lequipe.fr,
  35. Marc Ventouillac, « Fourcade encore en argent », sur lequipe.fr,
  36. Nicolas Sbarra, « Martin Fourcade champion du monde du 20 km de Nove Mesto », sur eurosport.fr,
  37. Stanislas Gallego, « Mondiaux Nove Mesto - Les Bleus, argentés mais loin du compte », sur eurosport.fr,
  38. « Mondiaux Nove Mesto: Fourcade termine sur une fausse note », sur eurosport.fr,
  39. Marc Ventouillac, « Fourcade renonce au fond », sur lequipe.fr,
  40. « Encore manqué pour Fourcade », sur lequipe.fr,
  41. « Fourcade, bien sûr », sur lequipe.fr,
  42. « Moravec résiste à M. Fourcade », sur lequipe.fr,
  43. « Le globe pour Fourcade », sur lequipe.fr,
  44. « Martin Fourcade gagne le 10km à Sochi et remporte la Coupe du monde de sprint », sur eurosport.fr,
  45. « Biathlon : l'imbattable Martin Fourcade réussit le Grand Chelem », sur lemonde.fr,
  46. « Östersund : Un jour sans pour M.Fourcade », sur espritglisse.com,
  47. « Fourcade, le récital ! », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  48. Julien Desbuissons, « Fourcade se contente du podium », sur sport24.lefigaro.fr,
  49. a et b « Fourcade s'impose », sur lequipe.fr,
  50. « Antholz-Anterselva: L'équipe de France, menée par Martin Fourcade, remporte le relais 4 x 7,5 km », sur eurosport.fr,
  51. « Sprint JO Sotchi : Martin Fourcade déçoit (6e), Bjoerndalen, en or, égale Daehlie », sur eurosport.fr,
  52. « Quand Martin Fourcade laisse exploser sa joie sans même quitter le pas de tir », sur eurosport.fr,
  53. Dino Di Meo (photogr. Stefan Wermuth), « Biathlon : Martin Fourcade l'emporte au second tir », Libération, no 10184,‎ , p. 18 (ISSN 0335-1793, lire en ligne)
  54. « Jeux olympiques Sotchi 2014 - Martin Fourcade et Jean-Guillaume Béatrix en or et en bronze », sur eurosport.fr,
  55. Melinda Davan-Soulas, « Sotchi 2014 : pas d'or, mais un record pour Martin Fourcade », sur lci.tf1.fr,
  56. JO : Fourcade dévoile ses primes
  57. « Coupe du monde: Martin Fourcade remporte le général pour la troisième fois de suite », sur eurosport.fr,
  58. « Le double champion olympique Martin Fourcade souffre d'une mononucléose », sur eurosport.fr,
  59. « Martin Fourcade forfait pour les épreuves de coupe du monde de ski de fond en décembre », sur meltyxtrem.fr,
  60. « Coupe du monde de biathlon 2015 : Martin Fourcade mène son équipe à la victoire à Östersund (vidéo) », sur meltyxtrem.fr,
  61. « Coupe du monde - Östersund : Martin Fourcade craque et cède le maillot jaune », sur eurosport.fr,
  62. « Biathlon: impérial, Fourcade rectifie le tir à Östersund », sur leparisien.fr,
  63. (en) Le résultat de l'épreuve de Coupe du monde de ski de fond du 28 novembre 2015 à Ruka sur le site de la Fédération internationale de ski
  64. « Ole-Einar Bjoerndalen l'emporte à Ostersünd, Quentin Fillon-Maillet au pied du podium », sur lequipe.fr,
  65. « Martin Fourcade remporte le sprint d'Ostersund », sur lequipe.fr,
  66. « La balade de Martin Fourcade sur la poursuite d'Ostersund », sur lequipe.fr,
  67. « Martin Fourcade deuxième du sprint d'Hochfilzen, Simon Schempp vainqueur », sur lequipe.fr,
  68. « Renversant, Martin Fourcade remporte la poursuite d'Hochfilzen », sur lequipe.fr,
  69. « Le relais d'Hochfilzen remporté par la Russie, la France 3e », sur lequipe.fr,
  70. « Martin Fourcade 2e de la poursuite de Pokljuka derrière Schempp », sur lequipe.fr,
  71. « Marie Dorin-Habert et Martin Fourcade triomphent lors du World Team Challenge », sur lequipe.fr,
  72. « Les épreuves de Coupe du monde d'Oberhof ont été annulées », sur lequipe.fr,
  73. « Ruhpolding remplace Oberhof », sur lequipe.fr,
  74. « Martin Fourcade 4e du sprint de Ruhpolding », sur lequipe.fr,
  75. « Martin Fourcade 2e de la poursuite de Ruhpolding derrière Simon Eder », sur lequipe.fr,
  76. « Ruhpolding: Martin Fourcade gagne la mass start », sur lequipe.fr,
  77. « Martin Fourcade irrésistible à Ruhpolding », sur lequipe.fr,
  78. « Martin Fourcade, le jour sans », sur sports.fr,
  79. « Martin Fourcade est quatrième de la poursuite, après avoir remonté vingt-quatre places ! », sur lequipe.fr,
  80. « Martin Fourcade s'impose une nouvelle fois, lors du 10km sprint de Canmore », sur lequipe.fr,
  81. « Martin Fourcade s'impose au finish dans la poursuite », sur lequipe.fr,
  82. « La France sans rivale dans le relais mixte », sur eurosport.fr,
  83. « Un deuxième titre mondial à Oslo pour Martin Fourcade ! », sur lequipe.fr,
  84. « Troisième titre mondial pour Martin Fourcade, vainqueur de la poursuite », sur lequipe.fr,
  85. « Martin Fourcade est champion du monde de l'individuel, son quatrième titre à Oslo », sur lequipe.fr,
  86. « Mondiaux Oslo - Martin Fourcade médaille d'argent de la mass-start dominée par Johannes Boe », sur eurosport.fr,
  87. « Martin Fourcade lance sa saison individuelle par une victoire », sur lequipe.fr,
  88. « Martin Fourcade remporte le sprint d'Östersund », sur lequipe.fr,
  89. « Martin Fourcade 3e de la poursuite d'Östersund », sur lequipe.fr,
  90. « Martin Fourcade, quelle solidité ! », sur lequipe.fr,
  91. « Martin Fourcade en démonstration sur la poursuite de Pokljuka », sur lequipe.fr,
  92. « Martin Fourcade et les Français remportent le relais 4x7,5 km de Pokljuka », sur lequipe.fr,
  93. a et b « Intouchable, Martin Fourcade remporte le sprint de Nove Mesto », sur lequipe.fr,
  94. « Martin Fourcade, c'est 100 podiums en carrière », sur lequipe.fr,
  95. « Martin Fourcade domine la poursuite de Nove Mesto, Quentin Fillon Maillet troisième », sur lequipe.fr,
  96. « Martin Fourcade, vainqueur de la mass-start de Nove Mesto, est bien le roi », sur lequipe.fr,
  97. RTL, « Fourcade : "Je ne sais pas pourquoi j'arrive à battre les athlètes dopés" », sur RTL.fr, (consulté le 19 décembre 2016)
  98. Rédaction, « Martin Fourcade se classe huitième du sprint à Oberhof, plombé par trois fautes au tir », sur L'Equipe.fr, (consulté le 5 janvier 2017)
  99. « Martin Fourcade signe sa 8e victoire de la saison lors de la poursuite d'Oberhof », sur lequipe.fr,
  100. X.C. @xcolombani, « Fourcade battu par les Allemands à Oberhof », sur L'Equipe.fr (consulté le 8 janvier 2017)
  101. Rédaction, « Les Français n'ont pas existé lors du relais de Rupholding remporté par la Norvège », sur L'Equipe.fr (consulté le 13 janvier 2017)
  102. Rédaction, « Martin Fourcade remporte sa neuvième victoire de la saison lors du sprint de Ruhpolding », sur L'Equipe.fr, (consulté le 13 janvier 2017)
  103. Julien Chesnais, « Neuvième victoire pour Martin Fourcade, en démonstration sur le sprint de Ruhpolding », sur Eurosport, (consulté le 13 janvier 2017)
  104. Marc Ventouillac, « Martin Fourcade après sa 9e victoire de la saison à Ruhpolding : «J'étais nerveux» », sur L'Equipe.fr, (consulté le 13 janvier 2017)
  105. Xavier Collombani, « Martin Fourcade remporte la poursuite à Ruhpolding malgré trois tirs ratés », sur L'Equipe.fr, (consulté le 15 janvier 2017)
  106. Laurent Vergne, « Fourcade, un hiver en passe de devenir légendaire », sur Eurosport, (consulté le 16 janvier 2017)
  107. Eurosport, « Cette fois, Martin Fourcade a dû se contenter de la deuxième place », sur Eurosport, (consulté le 20 janvier 2017)
  108. Jérémy Satis, « Quentin Fillon Maillet deuxième de la mass start d'Anterselva derrière Johannes Boe », sur L'Equipe.fr, (consulté le 22 janvier 2017)
  109. Jérémy Satis, « Martin Fourcade remporte la poursuite, son 10e titre mondial individuel », sur Eurosport, (consulté le 12 février 2017)
  110. Julien Chesnais, « Hochfilzen - Individuel : Le rêve américain pour Lowell Bailey, Martin Fourcade en bronze », sur Eurosport, (consulté le 16 février 2017)
  111. Jean-Baptiste Duluc, « La France médaillée d’argent en relais, la Russie sacrée », sur Eurosport, (consulté le 4 mars 2017)
  112. Jean-Baptiste Duluc, « Fourcade n'a pas réussi son pari, Schempp a été couronné », sur Eurosport, (consulté le 4 mars 2017)
  113. Rédaction, « Martin Fourcade, 3e du sprint de Pyeongchang, remporte le gros globe de cristal pour la sixième fois consécutive », sur L'Equipe.fr, (consulté le 3 mars 2017)
  114. Ski Chrono, « Fourcade (1er) : "Vraiment fier" », sur Ledauphiné.com (Ski Chrono), (consulté le 4 mars 2017)
  115. Ski chrono, « Fourcade arrache le sprint et signe un nouveau record à Kontiolahti », sur ledauphiné.com (ski chrono), (consulté le 10 mars 2017)
  116. a, b et c Rédaction, « Martin Fourcade remporte la mass start d'Oslo et égale le record de 14 victoires en une saison », sur L'Equipe.fr, (consulté le 19 mars 2017)
  117. a et b Laurent Vergne, « Fourcade : Les cinq stats folles d'une saison hors normes », sur Eurosport.fr, (consulté le 19 mars 2017)
  118. (en) [1], sur le site de l'Union internationale de biathlon (consulté le 13 février 2016)
  119. (en) [2], sur le site de l'Union internationale de biathlon (consulté le 19 mars 2017)
  120. a et b l'Union internationale de biathlon, inclut dans les statistiques de coupe du monde, les médailles obtenues aux Jeux olympiques jusque 2014 et aux Championnats du monde.
  121. a, b et c (en) Union internationale de biathlon. Martin Fourcade. IBU Datacenter. Consulté le 23 novembre 2012.
  122. [3]
  123. Les champions olympiques sont élevés au grade de chevalier de l’ordre national de la légion d’honneur, les autres médaillés recevant le titre de Chevalier de l'Ordre national du Mérite.
  124. « JORF n° 0161 du 14 juillet 2010 - Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination », sur france-phaleristique.com
  125. (no) « Holmenkollmedaljen til Tora Berger og Martin Fourcade », sur skiforeningen.no Consulté le=1er janvier 2014
  126. « RMC Sport Games : le palmarès », sur www.lalettre.pro, (consulté le 11 décembre 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :