Feliciano López

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir López.
Feliciano López
Feliciano López
Feliciano López au tournoi du Queen's en 2014.
Carrière professionnelle
1997
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance (34 ans)
Drapeau : Espagne Portillo de Toledo
Taille / poids 1,88 m (6 2) / 85 kg (187 lb)
Prise de raquette Gaucher, revers à une main
Entraîneur Jose « Pepo » Clavet
Gains en tournois 11 799 484 $
Palmarès
En simple
Titres 4
Finales perdues 9
Meilleur classement 12e (02/03/2015)
En double
Titres 2
Finales perdues 8
Meilleur classement 28e (02/05/2016)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/8 1/8 1/4 1/4
Double 1/4 1/8 1/8 1/4
Mixte 1/8
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 3 (2008, 2009, 2011)

Feliciano López Diaz-Guerra, né le à Tolède, est un joueur espagnol de tennis professionnel.

Passé professionnel en 1997, il a remporté quatre titres en simple, dont notamment un tournoi de la classe des 500 Series à Vienne, ainsi que deux titres en double et trois fois la Coupe Davis. Il est avec David Ferrer le joueur espagnol ayant disputé le plus grand nombre de finales de Coupe Davis (4 : 2003, 2008, 2009, 2011). Son meilleur classement en simple a été la 12e place mondiale, obtenue le à l'âge de trente-trois ans.

Contrairement à l'écrasante majorité des joueurs espagnols, sa surface favorite est le gazon. Ayant atteint les huitièmes de finale dans tous les Grand Chelem, ses meilleurs résultats, trois quarts de finale en 2005, 2008 et 2011, ont en effet été enregistrés à Wimbledon. Il a également atteint les quarts de finale à l'US Open en 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Feliciano López est né à Tolède, à 75 kilomètres de Madrid. Vers deux ans, il quitte la région avec son père Feliciano, sa mère Bethléem et son frère Victor, pour vivre dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc. À l'âge de cinq ans, il apprend à jouer au tennis avec son père et se montre très doué pour ce sport ainsi que le football mais c'est en natation qu'il excelle le plus. Les horaires d'entraînements étant peu pratiques, il arrête la natation et décide de se consacrer au tennis, son sport préféré. À 12 ans, il est de retour à Madrid avec sa famille et commence l'entraînement avec la Fédération de Tennis de Madrid, accompagné de son frère. À 14 ans, il rejoint le centre de formation national de Barcelone. Entre 17 et 18 ans, sa progression est très ralentie en raison de deux fractures, l'une au poignet droit et l'autre au gauche.

Carrière[modifier | modifier le code]

Classement ATP en simple en fin de saison
Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Rang 559 en augmentation 548 en augmentation 277 en augmentation 269 en augmentation 159 en augmentation 62 en augmentation 28 en augmentation 25 en diminution 34 en diminution 81 en augmentation 35 en augmentation 31 en diminution 47 en augmentation 32 en augmentation 20 en diminution 40 en augmentation 28 en augmentation 14 en diminution 17

Source : (en) Classements de Feliciano López sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

2001[modifier | modifier le code]

En 2001, Feliciano López atteint les quarts de finale lors de son deuxième tournoi sur le circuit ATP à Viña del Mar.

2002 : Entrée dans le top 100[modifier | modifier le code]

En 2002, il finit l'année dans le Top 100 pour la première fois de sa carrière grâce à une demi-finale à Buenos Aires. Il remporte son premier match en Grand Chelem à Roland-Garros en tant que qualifié avant de s'incliner face à Tommy Haas au second tour. Sa meilleure performance dans un Grand Chelem en 2002 est un huitième de finale à Wimbledon, tournoi pendant lequel il sauve une balle de match au premier tour face à Konstantinos Economidis et six balles de match contre Guillermo Cañas au deuxième tour avant de battre Rainer Schüttler au tour suivant. Le Brésilien André Sá mettra un terme à son parcours londonien. En septembre, il élimine Marat Safin à Hong Kong et atteint les quarts à Tokyo la semaine suivante.

2003 : Débuts en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

En 2003, il est le gaucher le mieux classé du circuit, à la 28e place mondiale.

Il se hisse en huitième de finale de Wimbledon, où il rencontre Roger Federer, qui l'empêche de continuer son parcours.

Sur le reste de la saison, López atteint les demies aux tournois de Stuttgart et Kitzbühel.

Il fait ses débuts dans l'équipe espagnole de Coupe Davis contre l'Australie.

2004 : Premier titre ATP[modifier | modifier le code]

En 2004, il continue d'améliorer son classement et ce pour la huitième année consécutive. Il atteint sa première finale au Dubaï, où il s'incline face à Roger Federer et signe sa première victoire sur le circuit pro à Vienne face à Guillermo Cañas. Il remporte aussi avec son compatriote Fernando Verdasco son premier titre en double à Stockholm.

2008 : La consécration en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

En 2008, il permet à l'équipe d'Espagne de remporter sa troisième Coupe Davis. Il est l'un des principaux artisans de cette victoire puisqu'il apporte deux points à son équipe, d'abord en battant Juan Martín del Potro, no 9 mondial, puis en remportant le double associé à Fernando Verdasco.

Il atteint cette année aussi les quarts de finale de tournoi de Wimbledon, où il chute en quatre sets face au Russe Marat Safin.

2009[modifier | modifier le code]

En octobre 2009, il atteint sa première demi-finale en Masters 1000 en éliminant successivement Guillermo García-López, David Ferrer, Jürgen Melzer, et enfin le Suédois Robin Söderling en quarts.

Open de Chine : Il est opposé au no 2 mondial et tête de série no 1, son compatriote Rafael Nadal, vainqueur par abandon du Croate Ivan Ljubičić. López sera lui aussi forcé à l'abandon après une blessure au pied.

2010 : L'année noire[modifier | modifier le code]

Coach : Pato Clavet

En 2010, il remporte face à Stéphane Robert son deuxième titre au tournoi de Johannesburg, après cinq ans et demi d'attente. Il chute au premier tour du Masters 1000 de Masters de Paris-Bercy en trois sets face à Arnaud Clément 6-7, 7-6, 6-3.

2011 : Progression fulgurante[modifier | modifier le code]

Coach : Pato Clavet, puis Alberto Berasategui dès juin

Il participe à l'Open d'Australie, où il s'incline au deuxième tour face à Bernard Tomic.

À Roland-Garros, il est éliminé dès le premier tour face au no 3 mondial Roger Federer.

À Wimbledon, il bat au premier tour Michael Berrer (6-4, 7-5, 6-3) puis au second tour Rainer Schüttler (7-6, 6-7, 6-2, 6-2) et réalise une belle performance au troisième tour contre l'Américain Andy Roddick, qu'il bat en trois sets (7-6, 7-6, 6-4). En huitièmes de finale, il affronte le qualifié Łukasz Kubot, alors qu'il est mené 6-3, 7-6 il sauve deux balles de match dans la troisième manche pour finalement remporter le set au tie-break. Après une longue bataille, il finit par remporter le match en 4 h 20 sur le score de 3-6, 6-7, 7-6, 7-5, 7-5 et atteint pour la troisième fois de sa carrière les quarts de finale du tournoi, où il rejoint l'Écossais tête de série no 4 Andy Murray qui le défait en trois sets (6-3, 6-4, 6-4).

En octobre, il atteint la deuxième demi-finale de sa carrière en Masters 1000, et pour la deuxième fois à Shanghai. La semaine suivante, il perd contre Arnaud Clément en 8ème à l'Open d'Orléans (Challenger)

Le 2 décembre 2011, il devient le joueur espagnol ayant disputé le plus grand nombre de finales de Coupe Davis (4 : 2003, 2008, 2009, 2011).

Hormis ses 2 balles de matchs sauvées à Wimbledon il perd cette année là un nombre élevé de match en ratant des balles de matchs ; 1 balle de match dans 5 matchs différents : Juan Martín del Potro en janvier à Sydney (7-65, 6-79, 6-73), contre Frank Dancevic à Johannesburg 7-65, 2-6, 6-78, contre Steve Darcis à Charleroi (Coupe Davis, match sans enjeu, 7-64, 6-76, 6-73, contre Roger Federer à Madrid (6-713, 7-61, 6-77, Mikail Youzhny à Pékin (7-65, 2-6, 5-7),

2012[modifier | modifier le code]

Ses coachs durant la saison 2012 sont Alberto Berasategui, puis José Clavet (dit Pepo Clavet) à partir de la fin septembre.

Feliciano López débute sa saison 2012 au tournoi de Sydney où il est éliminé dès son entrée en lice par le Français Julien Benneteau (3-6, 4-6).

À l'Open d'Australie, il bat successivement l'Argentin Leonardo Mayer, l'Italien Flavio Cipolla et l'Américain John Isner mais il est éliminé par son compatriote Rafael Nadal au stade des huitièmes de finale.

Après l'Open d'Australie, Feliciano López s'aligne à l'Open Sud de France, mais touché au poignet, il est battu par le Français Guillaume Rufin. Il s'aligne ensuite au tournoi de Rotterdam, et s'incline au 1er tour face à Paul-Henri Mathieu. Le Français, de retour sur le circuit, réalise une très belle performance en battant l'Espagnol 4-6, 7-6, 6-4. Il se rend alors à Dubaï où il bat Nicolas Mahut au 1er tour. Il rencontre ensuite Roger Federer au 2e tour, et perd (7-5, 7-5).

À Indian Wells, tête de série no 15, il est exempté de 1er tour, et rencontre Márcos Baghdatís au 2e tour, mais dans un mauvais jour, il s'incline face au Chypriote. Néanmoins aligné en double, il joue avec Marcel Granollers, face à Novak Djokovic et Viktor Troicki, qu'ils battent. Il rencontrent alors les frères Bryan au 2e tour, et font un match très remarqué face à la paire no 1 mondiale : 62-7, 7-64, 17-15. Ce match de très haut niveau, reste le plus beau double du tournoi d'Indian Wells en 2012. Au Masters de Miami, il est tête de série no 15. Il rencontre Albert Ramos au second tour, et s'incline alors qu'il était donné favori. Après un tournoi d'Indian Wells avorté de la même façon, on note que Feliciano López passe une période difficile sur le court.

Tête de série no 3 à Houston, il est exempt de premier tour. Il rencontre Paolo Lorenzi pour son match d'entrée et le domine (63-7, 6-2, 6-3). Au 3e tour, il bat haut la main Carlos Berlocq (6-1, 6-0). En demi-finale, il rencontre l'Américain John Isner qui a la particularité, comme Feliciano, d'être l'un des meilleurs serveurs du circuit. L'Américain remporte le match, sur le score très serré de 7-61, 7-64.

À Monte Carlo, il rencontre Stanislas Wawrinka. Le Suisse sort un grand tennis face à l'Espagnol qui, fatigué et souffrant du décalage horaire, ne fait aucun effort sur le court. Wawrinka sort donc López au 1er tour, en deux sets (6-1, 6-4). Tête de série no 7 à Barcelone, il rencontre Flavio Cipolla au 2e tour, et remporte facilement son match d'entrée (6-0, 6-3). Au 3e tour, il joue face à Jarkko Nieminen, qu'il domine (6-3, 7-64, 6-4). En quart de finale, il rencontre son compatriote David Ferrer et s'incline (64-7, 7-67, 6-3) alors qu'il a eu 3 balles de match.

Il se blesse aux abdominaux lors d'un entrainement avec Milos Raonic, le jeudi précédent le début de Roland-Garros. Bien qu'au repos forcé jusqu'au début du tournoi, il déclare forfait au bout d'un set face à Florent Serra.

Au Queen's, il bat Steve Darcis (6-3, 3-6, 7-5). Il s'incline ensuite 7-6, 7-6 face à Kevin Anderson. Lors de Wimbledon, il rencontre Jarkko Nieminen, dans un match souvent interrompu par la pluie, Feliciano n'arrive pas à imposer son jeu au Finlandais et s'incline dès le premier tour.

Tenant du titre, il revient à Bogota en tant que tête de série no 1 pour se refaire après la déroute de Wimbledon où il a perdu 12 place au classement ATP. Mais il est éliminé au premier tour par Guido Andreozzi, alors 222e mondial. Aux jeux olympiques de Londres, il passe deux tours puis s'incline face à Jo-Wilfried Tsonga. À l'US Open, il bat Robin Haase et Pablo Andújar puis perd face à Andy Murray au 3e tour. Lors de la fin de sa saison, on peut encore noter une demi-finale à l'Open de Chine où il doit abandonner face à Jo-Wilfried Tsonga. Il termine la saison en reculant à la 40e place mondiale.

2013[modifier | modifier le code]

À Eastbourne, il remporte enfin un titre sur gazon, sa surface favorite, face à Gilles Simon. Il rencontre à nouveau le Français lors du premier tour de Wimbledon où il parvient à s'imposer une nouvelle fois sur le score de 6-2, 6-4, 7-611 cette fois-ci sans perdre un set. Il affronte ensuite Paul-Henri Mathieu, qui abandonne à 6-3, 5-1. Au 3e tour, il s'incline face à Tommy Haas en 4 sets.

2014 : Bonnes performances et niveau constant[modifier | modifier le code]

Feliciano López débute sa saison 2014 doucement, avec de belles victoires et des contres performances. Il faut attendre la saison sur herbe, d'abord au tournoi du Queen's pour le voir sur le devant de la scène et être performant, devenant alors 29e mondial. Il bat la tête de série no 2 Tomáš Berdych (6-4, 7-67), puis Radek Štěpánek mais bute sur le Bulgare Grigor Dimitrov dans une finale à suspense très accrochée en trois tie-breaks et 2 h 30 de jeu. La semaine suivante vient le tournoi d'Eastbourne dont il est le tenant du titre. Il parvient à conserver son titre contre un autre Français Richard Gasquet dans un match indécis (6-3, 65-7, 7-5). À Wimbledon, il réalise un bon parcours en atteignant les huitièmes en ayant battu le 11e mondial John Isner en 4 sets au troisième tour mais il butte contre Stanislas Wawrinka 4e mondial en 3 sets. Cela conclut une bonne saison sur herbe pour lui avec un titre, une finale et un huitième en Grand Chelem.

Il revient en forme au Masters du Canada en allant jusqu'en demi-finales, avec des victoires sur Tomáš Berdych en huitième (3-6, 6-3, 6-4) et Milos Raonic (6-4, 65-7, 6-3) alors respectivement 5e et 6e mondiaux. Il perd ensuite sèchement contre Roger Federer. Le reste de la tournée américaine n'est pas terrible.

Lors de la tournée asiatique, il revient fort en réalisant un très bon parcours avec une demi-finale. En battant au deuxième tour le no 2 mondial Rafael Nadal en 2 sets 6-3, 7-66 (touché par son appendicite), une première depuis longtemps, puis John Isner et Mikhail Youzhny. Il perd finalement contre le Français Gilles Simon.

Il finira l'année à la 14e place mondiale, son meilleur classement et un bilan de 40 victoires pour 26 défaites.

2015 : 1/4 de finale à l'US Open[modifier | modifier le code]

À l'Open d'Australie, il bat successivement l'Américain Denis Kudla, alors qu'il a été mené 2 sets à 1 et parvient à gagner 10-8 dans le dernier set, le Français Adrian Mannarino dans un match improbable avec beaucoup de breaks-debreaks, bénéficiant de l'abandon du Français (4-6, 4-6, 7-63, 4-0 ab.), et le Polonais Jerzy Janowicz dans un match complet et concentré (7-66, 6-4, 7-63). Il est ensuite éliminé par Milos Raonic au stade des huitièmes de finale en 5 sets.

Ensuite en Équateur à Quito, il est tête de série no 1 mais parvient difficilement en finale en battant Alejandro González, Dušan Lajović et son compatriote Fernando Verdasco. Dans une finale à suspense et au jeu moyen, il perd contre Victor Estrella, 34 ans et qui n'avait auparavant jamais disputé de finale ATP en trois sets (2-6, 7-65, 65-7). Il atteint dans les semaines suivantes le meilleur classement de sa carrière, une 12e place mondiale.

Lors du premier Masters 1000 de la saison à Indian Wells, il commence au deuxième tour en battant le Français issu des qualifications Édouard Roger-Vasselin en trois sets, puis Pablo Cuevas, avant de battre en huitièmes le Japonais Kei Nishikori, 5e mondial, probablement fatigué de son match de la veille (6-4, 7-62). Atteignant son meilleur résultat à Indian Wells avec ce quart de finale, il perd cependant contre Andy Murray 3-6, 4-6.

Après des mois décevants, López réagit lors de la tournée américaine à Cincinnati. Il bat d'abord au premier tour le 10e mondial Milos Raonic (7-64, 6-4), puis Andreas Seppi en deux sets. En huitième, il affronte pour la neuvième fois Rafael Nadal, 8e mondial, qu'il bat (5-7, 6-4, 7-63) au terme d'un match haletant de 2 h 25 d'un combat acharné. En quart de finale, il affronte Roger Federer, qu'il n'a jamais battu, et perd 3-6, 4-6 en tout juste une heure de jeu.

C'est après ce tournoi, qu'il arrive à l'US Open comme tête de série no 18 où il affronte au premier tour son tombeur à Wimbledon, le Géorgien Nikoloz Basilashvili, qu'il expédie rapidement (7-65, 6-1, 6-3). Au second tour, il affronte l'Américain Mardy Fish qui dispute ici le dernier match de sa carrière. Après une longue bataille et un match où il passe à un jeu de la défaite dans le 4e set, il finit par s'imposer en 5 sets (2-6, 6-3, 1-6, 7-5, 6-3) mettant ainsi fin à la carrière de l'Américain et se qualifiant donc pour le 3e tour où il affronte une nouvelle fois le Canadien et 10e mondial Milos Raonic qu'il bat pour la 2e fois consécutive (6-2, 7-64, 6-3). En 1/8e de finale, il affronte l'Italien Fabio Fognini tombeur de Rafael Nadal au tour précédent pour une place en 1/4 de finale, stade qu'il n'a encore jamais atteint dans sa carrière sur le sol américain. Sans grand mal, il remporte ce match en 3 sets (6-3, 7-65, 6-1) et rallie pour la première fois de sa carrière le stade des 1/4 de finales à l'US Open à bientôt 34 ans. Il y affronte le no 1 mondial Novak Djokovic qui le bat non sans difficultés en 4 sets sur le score de 1-6, 6-3, 3-6, 62-7 et met ainsi un terme au très bon tournoi de l'Espagnol en 2 heures 40 minutes.

Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Avec 4 finales à son actif (2003, 2008, 2009, 2011), Feliciano López est à ce jour, le joueur espagnol ayant joué le plus de finales de Coupe Davis, à égalité avec David Ferrer.

Entourage[modifier | modifier le code]

Malgré des résultats qui ne le reflètent pas toujours, Feliciano López est l'un des joueurs les mieux entourés du circuit. Parmi ses entraîneurs : Francisco Roig (qu'il partageait avec Rafael Nadal), Albert Costa (qui a ensuite pris la tête de l'équipe de Coupe Davis espagnole), Pato Clavet, Alberto Berasategui.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

En double messieurs[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2001 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne C. Moyà
2002 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne T. Haas 1/8 de finale Drapeau : Brésil A. Sá 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine G. Gaudio
2003 3e tour (1/16) Drapeau : Maroc Y. El Aynaoui 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine M. Zabaleta 1/8 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2004 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne A. Martín 1/8 de finale Drapeau : Brésil G. Kuerten 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie I. Karlović 3e tour (1/16) Drapeau : Australie L. Hewitt
2005 3e tour (1/16) Drapeau : Suède J. Johansson 1er tour (1/64) Drapeau : France P-H. Mathieu 1/4 de finale Drapeau : Australie L. Hewitt 2e tour (1/32) Drapeau : Suède R. Söderling
2006 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie I. Ljubičić 1er tour (1/64) Drapeau : République tchèque T. Berdych 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie I. Ljubičić 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse M. Chiudinelli
2007 2e tour (1/32) Drapeau : Serbie N. Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : Finlande J. Nieminen 3e tour (1/16) Drapeau : France J-W. Tsonga 1/8 de finale Drapeau : Suisse R. Federer
2008 2e tour (1/32) Drapeau : France R. Gasquet 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine M. Vassallo 1/4 de finale Drapeau : Russie M. Safin 1er tour (1/64) Drapeau : Autriche J. Melzer
2009 1er tour (1/64) Drapeau : Luxembourg G. Müller 2e tour (1/32) Drapeau : Serbie J. Tipsarević 1er tour (1/64) Drapeau : Slovaquie K. Beck 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis T. Dent
2010 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis A. Roddick 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne J. Reister 3e tour (1/16) Drapeau : Autriche J. Melzer 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal
2011 2e tour (1/32) Drapeau : Australie B. Tomic 1er tour (1/64) Drapeau : Suisse R. Federer 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni A. Murray 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2012 1/8 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal 1er tour (1/64) Drapeau : France F. Serra 1er tour (1/64) Drapeau : Finlande J. Nieminen 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
2013 2e tour (1/32) Drapeau : République tchèque R. Štěpánek 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne David Ferrer 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne Tommy Haas 3e tour (1/16) Drapeau : Canada Milos Raonic
2014 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Donald Young 1/8 de finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka 3e tour (1/16) Drapeau : Autriche D. Thiem
2015 1/8 de finale Drapeau : Canada Milos Raonic 1er tour (1/64) Drapeau : Russie T. Gabashvili 2e tour (1/32) Drapeau : Géorgie N. Basilashvili 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic
2016 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis John Isner
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2003 1er tour (1/32)
Drapeau : Japon T. Shimada
Drapeau : Maroc H. Arazi
Drapeau : Maroc Y. El Aynaoui
1/8 de finale
Drapeau : Italie D. Sanguinetti
Drapeau : Italie M. Bertolini
Drapeau : Argentine S. Prieto
1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne F. Vicente
Drapeau : Belgique X. Malisse
Drapeau : Belgique T. Vanhoudt
1/8 de finale
Drapeau : Équateur N. Lapentti
Drapeau : Suède J. Björkman
Drapeau : Australie T. Woodbridge
2004 2e tour (1/16)
Drapeau : Croatie M. Ančić
Drapeau : République tchèque F. Čermák
Drapeau : République tchèque L. Friedl
1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : France A. Clément
Drapeau : France N. Escudé
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Australie W. Arthurs
Drapeau : Australie P. Hanley
1/4 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Inde L. Paes
Drapeau : République tchèque D. Rikl
2005 1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Afrique du Sud W. Moodie
Drapeau : Serbie-et-Monténégro N. Zimonjić
1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Allemagne R. Schüttler
Drapeau : Russie M. Youzhny
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne R. Nadal
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
Drapeau : Slovaquie M. Mertiňák
1/8 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Suède J. Björkman
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
2006 2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : France F. Santoro
Drapeau : Serbie-et-Monténégro N. Zimonjić
1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Australie P. Hanley
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
1er tour (1/32)
Drapeau : Belgique C. Rochus
Drapeau : Australie W. Arthurs
Drapeau : États-Unis J. Gimelstob
2007 2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : France F. Santoro
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Afrique du Sud J. Coetzee
Drapeau : Pays-Bas R. Wassen
2008 1/8 de finale
Drapeau : Argentine L. Arnold Ker
Drapeau : République tchèque M. Damm
Drapeau : République tchèque P. Vízner
1/8 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Suède J. Björkman
Drapeau : Zimbabwe K. Ullyett
1/4 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Espagne T. Robredo
Drapeau : Argentine S. Roitman
2009 1/4 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Bahamas M. Knowles
1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne F. Verdasco
Drapeau : Suède S. Aspelin
Drapeau : Australie P. Hanley
2010 2e tour (1/16)
Drapeau : Allemagne R. Schüttler
Drapeau : France A. Clément
Drapeau : Israël J. Erlich
1er tour (1/32)
Drapeau : Russie T. Gabachvili
Drapeau : Argentine J.I. Chela
Drapeau : Uruguay P. Cuevas
2011 2e tour (1/16)
Drapeau : Argentine J. Mónaco
Drapeau : Inde M. Bhupathi
Drapeau : Inde L. Paes
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Suède S. Aspelin
Drapeau : Australie P. Hanley
2012
2013 1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne R. Bautista-Agut
Drapeau : Espagne D. Marrero
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1/8 de finale
Drapeau : Brésil A. Sá
Drapeau : Espagne D. Marrero
Drapeau : Espagne F. Verdasco
2e tour (1/16)
Drapeau : Brésil A. Sá
Drapeau : Royaume-Uni J. Murray
Drapeau : Australie J. Peers
2014 1er tour (1/32)
Drapeau : Brésil A. Sá
Drapeau : Autriche A. Peya
Drapeau : Brésil B. Soares
1/8 de finale
Drapeau : Autriche J. Melzer
Drapeau : Croatie M. Draganja
Drapeau : Roumanie F. Mergea
2e tour (1/16)
Drapeau : Autriche J. Melzer
Drapeau : Pays-Bas J.J. Rojer
Drapeau : Roumanie Horia Tecău
1er tour (1/32)
Drapeau : Argentine J. Mónaco
Drapeau : Kazakhstan M. Kukushkin
Drapeau : Nouvelle-Zélande M. Venus
2015 1/4 de finale
Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
Drapeau : Croatie Ivan Dodig
Drapeau : Brésil Marcelo Melo
2e tour (1/16)
Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
Drapeau : Espagne G. García-López
Drapeau : France É. Roger-Vasselin
1er tour (1/32)
Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
Drapeau : États-Unis Eric Butorac
Drapeau : États-Unis Scott Lipsky
2016 2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne Marc López
Drapeau : Italie M. Cecchinato
Drapeau : Italie Andreas Seppi
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2011 3e tour (1/8)
Drapeau : Allemagne A. Petkovic
Drapeau : États-Unis L. Huber
Drapeau : États-Unis B. Bryan
  • En dessous du résultat se trouve le nom de la partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[1] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[2] Paris
2002 2e tour
Drapeau : Espagne À. Corretja
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
2003 2e tour
Drapeau : États-Unis A. Roddick
1er tour
Drapeau : Australie Philippoussis
2e tour
Drapeau : Espagne F. Vicente
1er tour
Drapeau : Afrique du Sud W. Ferreira
2e tour
Drapeau : Afrique du Sud W. Ferreira
1/4 de finale
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
2e tour
Drapeau : États-Unis T. Martin
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Argentine G. Coria
2004 2e tour
Drapeau : Pérou L. Horna
2e tour
Drapeau : France T. Ascione
2e tour
Drapeau : Chili N. Massú
1er tour
Drapeau : France S. Grosjean
1er tour
Drapeau : Chili F. González
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Roddick
2e tour
Drapeau : Croatie I. Karlović
2e tour
Drapeau : Russie M. Safin
1/4 de finale
Drapeau : Argentine G. Cañas
2005 3e tour
Drapeau : France F. Santoro
2e tour
Drapeau : France A. Clément
1er tour
Drapeau : Italie A. Seppi
1er tour
Drapeau : Suède T. Johansson
2e tour
Drapeau : Italie F. Volandri
1er tour
Drapeau : Maroc Y. El Aynaoui
1er tour
Drapeau : France R. Gasquet
1er tour
Drapeau : France S. Grosjean
2e tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2006 1er tour
Drapeau : États-Unis J. Gimelstob
2e tour
Drapeau : France S. Grosjean
2e tour
Drapeau : Chili F. González
1er tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
1er tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1er tour
Drapeau : Suède T. Johansson
1er tour
Drapeau : États-Unis J. Gimelstob
1er tour
Drapeau : États-Unis R. Ginepri
2007 2e tour
Drapeau : États-Unis A. Roddick
1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Argentine J. Mónaco
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2008 2e tour
Drapeau : États-Unis D. Young
3e tour
Drapeau : Russie D. Toursounov
1er tour
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1er tour
Drapeau : Croatie M. Ančić
1er tour
Drapeau : République tchèque I. Minář
2e tour
Drapeau : Russie D. Toursounov
1er tour
Drapeau : Italie A. Seppi
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Roddick
2009 1er tour
Drapeau : France M. Llodra
3e tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1er tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2e tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
1er tour
Drapeau : Argentine J. Mónaco
1er tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1er tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : France A. Clément
2010 3e tour
Drapeau : Suède R. Söderling
3e tour
Drapeau : États-Unis M. Fish
1er tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/4 de finale
Drapeau : Lettonie E. Gulbis
1/8 de finale
Drapeau : Lettonie E. Gulbis
1er tour
Drapeau : Pays-Bas T. de Bakker
1er tour
Drapeau : États-Unis T. Dent
1er tour
Drapeau : France J-W. Tsonga
1er tour
Drapeau : France A. Clément
2011 1er tour
Drapeau : France J. Benneteau
3e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/8 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : États-Unis M. Fish
2e tour
Drapeau : Allemagne P. Kohlschreiber
1/2 finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis J. Isner
2012 2e tour
Drapeau : Chypre M. Baghdatís
2e tour
Drapeau : Espagne A. Ramos
1er tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
1er tour
Drapeau : Espagne M. Granollers
1er tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
1er tour
Drapeau : États-Unis M. Fish
1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Espagne A. Ramos
2013 1er tour
Drapeau : Lettonie E. Gulbis
1er tour
Drapeau : France J. Chardy
1er tour
Drapeau : Espagne D. Gimeno
1er tour
Drapeau : Lettonie E. Gulbis
1/8 de finale
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2e tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2014 1/8 de finale
Drapeau : France J. Benneteau
3e tour
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1er tour
Drapeau : Espagne M. Granollers
1/4 de finale
Drapeau : Japon K. Nishikori
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : Croatie M. Čilić
1/2 finale
Drapeau : France G. Simon
1/8 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2015 1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2e tour
Drapeau : Autriche D. Thiem
2e tour
Drapeau : Serbie V. Troicki
2e tour
Drapeau : Argentine L. Mayer
1er tour
Drapeau : Espagne T. Robredo
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : Serbie V. Troicki
2016 1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : Japon Y. Nishioka
1er tour
Drapeau : Belgique D. Goffin
1er tour
Drapeau : Afrique du Sud K. Anderson
2e tour
Drapeau : Espagne R. Bautista
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Victoires face aux meilleurs joueurs[modifier | modifier le code]

Feliciano López bat pour la première fois un joueur du top 10 lors du Tournoi de Hong Kong 2002 où il s'impose face à Marat Safin alors 4e mondial au 2e tour (7-62, 7-5).

Victoires/défaites contre des joueurs qui ont dans leur carrière atteint le top 5 et qu'il a battu, entre parenthèses leur meilleur classement (mis à jour le 17/03/2016) :

Joueur Victoires Défaites
Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler (no 5) 8 1
Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych (no 5) 6 6
Drapeau : Espagne David Ferrer (no 3) 6 9
Drapeau : Russie Nikolay Davydenko (no 3) 4 2
Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić (no 3) 4 2
Drapeau : Russie Marat Safin (no 1) 4 2
Drapeau : Suède Robin Söderling (no 4) 4 4
Drapeau : Espagne Rafael Nadal (no 1) 4 9
Drapeau : Espagne Àlex Corretja (no 2) 3 1
Drapeau : Espagne Juan Carlos Ferrero (no 1) 3 1
Drapeau : Japon Kei Nishikori (no 4) 3 3
Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro (no 4) 3 4
Drapeau : Royaume-Uni Tim Henman (no 4) 2 1
Drapeau : États-Unis James Blake (no 4) 2 2
Drapeau : Argentine Gastón Gaudio (no 5) 2 2
Drapeau : République tchèque Jiří Novák (no 5) 2 2
Drapeau : Suisse Stanislas Wawrinka (no 3) 2 4
Drapeau : Australie Lleyton Hewitt (no 1) 2 4
Drapeau : Espagne Carlos Moyà (no 1) 1 1
Drapeau : États-Unis Andre Agassi (no 1) 1 2
Drapeau : Chili Fernando González (no 5) 1 3
Drapeau : Argentine Guillermo Coria (no 3) 1 6
Drapeau : États-Unis Andy Roddick (no 1) 1 7
Drapeau : Serbie Novak Djokovic (no 1) 1 8

Extra-sportif[modifier | modifier le code]

Entre latin-lover et métrosexuel, Feliciano López a su bâtir un vrai business sur son image. Il est aujourd'hui, le joueur de tennis espagnol à tirer le plus de revenus de ses campagnes publicitaires, derrière Rafael Nadal. En 2012, il est élu « Athlète le plus sexy des Jeux olympiques » par de nombreux magazines, dont le tabloid anglais The Sun.

En tant que mannequin, il a notamment représenté Jaeger-LeCoultre, Lexus (avec Bar Rafaelli), Calvin Klein… Il a fait la une de prestigieux magazines tels que Sports & Style, il a posé nu pour un numéro de Cosmopolitan et est apparu à de nombreuses reprises dans Elle.

En 2008, il fait ses débuts de comédien dans la série espagnole à succès Los Serrano où il joue son propre rôle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  2. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :