Coupe Davis 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coupe Davis 2012
Description de l'image Logo Coupe Davis.svg.
Généralités
Sport TennisVoir et modifier les données sur Wikidata
Organisateur(s) ITF
Édition 101e
Lieu(x) Plusieurs lieux
Finale : Prague
Date du 10 février au 18 novembre
Finale : du 16 au 18 novembre
Nations 121
Participants 16 équipes (groupe mondial)
Site web officiel Site officiel

Palmarès
Vainqueur Drapeau de la Tchéquie Tchéquie
Finaliste Drapeau de l'Espagne Espagne

Navigation

La Coupe Davis 2012 est la 101e édition de ce tournoi de tennis professionnel masculin par nations. Les rencontres se déroulent du 10 février au 18 novembre dans différents lieux.

La Tchéquie remporte son 1er saladier d'argent grâce à sa victoire en finale face à l'Espagne (tenante du titre) par trois victoires à deux.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le "Groupe Mondial" de l'édition 2012 de la Coupe Davis met aux prises 16 équipes sélectionnées en fonction de leurs résultats durant l'édition précédente :

  • les nations ayant atteint les quarts de finale (1re ligne),
  • les nations ayant remporté leur match de barrage (2e ligne).
Groupe Mondial[1]
Drapeau de l'Espagne Espagne (V) Drapeau de l'Argentine Argentine (F) Drapeau de la Serbie Serbie (DF) Drapeau de la France France (DF) Drapeau de la Suède Suède (QF) Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan (QF) Drapeau des États-Unis États-Unis (QF) Drapeau de l'Allemagne Allemagne (QF)
Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (HF) Drapeau de la Russie Russie (HF) Drapeau du Canada Canada (Gr I) Drapeau de la Croatie Croatie (HF) Drapeau de l'Italie Italie (Gr I) Drapeau du Japon Japon (Gr I) Drapeau de l'Autriche Autriche (HF) Drapeau de la Suisse Suisse (Gr I)
entre parenthèses le résultat de l'année précédente.

Le tournoi se déroule en parallèle dans les groupes inférieurs des zones continentales, avec pour enjeu d'accéder au groupe supérieur. Un total de 121 nations participent à la compétition :

  • 16 dans le "Groupe Mondial",
  • 24 dans la "Zone Amérique",
  • 33 dans la "Zone Asie/Océanie",
  • 48 dans la "Zone Afrique/Europe".

Déroulement du tournoi[modifier | modifier le code]

Huitièmes de finale[modifier | modifier le code]

Le 1er tour de l'édition 2012 de la Coupe Davis se tient du 10 au 12 février. L'Espagne accueille le Kazakhstan, sur fond de polémique avec l'émission française Les Guignols de l'Info au sujet de Rafael Nadal[2]. Mais le 2e mondial est absent, fidèle à son souhait, formulé après la victoire de 2011 à laquelle il avait grandement œuvré, de se concentrer sur sa saison et la préparation des Jeux Olympiques d'été[3]. Les tenants du titre doivent aussi compter sans David Ferrer (5e), lui aussi peu disposé à jouer le tournoi cette année, et sur le départ du capitaine Albert Costa, remplacé par Àlex Corretja. Malgré ces désaffections, l'équipe, emmenée par l'expérimenté Juan Carlos Ferrero et Nicolás Almagro, 11e mondial mais qui n'avait jusqu'ici joué que cinq matches dans la compétition, parvient à s'imposer dès samedi[4]. De son côté, la Russie se rend à Wiener Neustadt pour affronter l'Autriche de Jürgen Melzer. Retombé au 40e rang mondial, l'ancien top 10 mène son pays à la victoire (3-2) en gagnant ses deux matches. La rencontre est aussi marquée par deux surprises : l'exploit du modeste Andreas Haider-Maurer contre Alex Bogomolov, classé près de cent places devant lui (mais dont c'est la première sélection[6]), et le succès de l'inattendue paire russe Nikolay Davydenko - Mikhail Youzhny face aux spécialistes du double Oliver Marach et Alexander Peya. En s'imposant pour la première fois dans le tableau principal depuis 17 ans[7], les Autrichiens forcent la Russie à jouer son maintien dans un match de barrage en septembre contre le Brésil. Défaite, elle quitte le Groupe Mondial en fin d'année, pour la première fois depuis 1992[8].

Milos Raonic en huitième de finales.

Dans la troisième rencontre, la France se rend au Canada, présent dans le tableau final du Groupe Mondial pour sa seulement quatrième fois, la première depuis 2004. Guy Forget débute sa dernière année de capitanat en alignant le 6e mondial Jo-Wilfried Tsonga contre Vasek Pospisil, classé au-delà du top 100 et qu'il écarte sans mal. Puis c'est au tour de Milos Raonic, passé du 256e au 29e rang mondial depuis janvier 2011 (et désormais joueur le mieux classé dans l'histoire de son pays)[9], de défaire Julien Benneteau, préféré à Gaël Monfils en raison d'un genou récalcitrant, et qui vit sur le tard sa première sélection dans un match à enjeu grâce à un bon début de saison (finale à Sydney notamment)[10]. Mais le jeune meneur de l'équipe de Martin Laurendeau s'appuie sur son service dévastateur et de surprenantes qualités en retour pour s'imposer finalement nettement[11]. Les deux joueurs reviennent samedi pour le double, l'un avec l'inamovible Daniel Nestor (4e de la spécialité), l'autre associé à son partenaire habituel Michaël Llodra (5e). Les français profitent de leurs automatismes ensemble pour s'imposer en trois sets serrés, avant que Tsonga ne conclue la rencontre en battant facilement le modeste Frank Dancevic, Raonic ayant exprimé souffrir de douleurs au genou[12].

À l'extérieur eux-aussi, les États-Unis du capitaine Jim Courier s'en tirent encore mieux contre la Suisse, qui compte pourtant dans ses rangs Stanislas Wawrinka, 28e au classement, et surtout Roger Federer, 3e. Le premier s'incline avec les honneurs face à Mardy Fish (8e), puis c'est John Isner (17e) qui crée la surprise en infligeant au second sa première défaite en simple du tournoi depuis 2003, et même 1999 sur terre battue[13]. Le lendemain, en l'absence de son frère Bob, Mike Bryan est associé au leader américain pour une paire quasiment inédite qui surprend le double suisse pourtant champion olympique en titre. Avec trois victoires en trois matches, les USA accèdent au tour suivant et renvoient leur adversaire en barrages pour la huitième année consécutive[14]. Chez eux, les Tchèques se qualifient également dès samedi contre l'Italie, avec trois victoires de leur duo de prédilection Tomáš Berdych et Radek Štěpánek, respectivement 7e et 30e mondiaux, face à des joueurs classés tous au-delà de la 40e place.

À domicile elle aussi, la Serbie écarte la Suède dont l'absence de Robin Söderling, victime d'une mononucléose, projette Michael Ryderstedt leader malgré son 348e rang au classement. Même sans Novak Djokovic, forfait en raison d'un « programme surchargé »[15], le capitaine Bogdan Obradović peut encore s'appuyer sur Janko Tipsarević et Viktor Troicki (9e et 22e en simple), ainsi que sur Nenad Zimonjić (6e en double). Malgré une défaite surprise contre la paire scandinave Johan Brunström - Robert Lindstedt (ce dernier émargeant tout de même au 10e rang de la spécialité), les Serbes s'imposent à l'issue du quatrième match, contraignant leur adversaire à un barrage en septembre, qu'ils perdront largement (5-0) en Belgique. Même punition pour le Japon, qui cède devant son public face aux Croates au terme d'un match accroché (2-3). Le géant adverse Ivo Karlović (43e au classement) remporte ses deux matches contre Kei Nishikori (20e) et Go Soeda (90e), mais Ivan Dodig (55e) perd les siens contre les deux mêmes. Ensemble, ils parviennent toutefois à arracher le double contre les inexpérimentés Tatsuma Ito et Yuichi Sugita, offrant le point nécessaire à la victoire de leur équipe. Comme les Suédois, les Nippons seront relégués hors du Groupe Mondial à l'automne, après une défaite à domicile en barrage contre Israël[8]. Enfin l'Argentine, finaliste de l'édition précédente, s'impose sans peine en Allemagne, ne laissant à son adversaire que le point du dernier match sans enjeu. Malgré l'absence de Juan Martín del Potro, qui a décidé de faire une croix sur le premier tour[16], les Sud-Américains Juan Mónaco (23e) et David Nalbandian (84e mais qui avait atteint la 3e place en 2006), très à l'aise sur terre battue, écartent Philipp Petzschner et Florian Mayer (56e et 21e), avant que le double argentin ne scelle la rencontre à l'issue d'un duel serré.

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Les quarts de finale se déroulent du 6 au 8 avril. C'est la première fois qu'ils se jouent tous les quatre sur terre battue (trois en extérieur et un en salle).

La première rencontre voit l'Espagne inviter l'Autriche. Si elle doit toujours compter sans Rafael Nadal, elle profite en revanche du retour de David Ferrer, qui n'a jamais perdu en 13 matches de Coupe Davis, pour venir prêter main-forte à Nicolás Almagro[17]. Avec deux top 15 dans ses rangs, l'équipe ibérique est trop forte pour son adversaire. Jürgen Melzer et Andreas Haider-Maurer perdent leurs trois simples, et malgré la victoire d'Oliver Marach et Alexander Peya en double, les Autrichiens quittent logiquement la compétition. C'est le 22e succès consécutif des espagnols, qui restent invaincus sur leur sol depuis l'édition 1999 du tournoi[18].

Toujours articulée autour de ses deux piliers, la Tchéquie accueille quant à elle la Serbie. Tomáš Berdych débute par une victoire facile sur Viktor Troicki, mais Janko Tipsarević, toujours leader en l'absence de Novak Djokovic, arrache l'égalité face à Radek Štěpánek, au terme d'un match très disputé de 5 sets et 5h07 de jeu[19]. Le duo tchèque reprend l'avantage lors du double, remporté assez facilement malgré la présence en face de Nenad Zimonjić (6e mondial), puis c'est Berdych qui donne la victoire à son équipe en écartant le meneur serbe, juste derrière lui au classement, en trois tie-breaks indécis et 3h45[20].

L'équipe argentine à Buenos Aires avec le maire Mauricio Macri, avant d'affronter la Croatie.

De son côté la France reçoit les États-Unis, pour une revanche du quart perdu à Winston-Salem en 2008. Guy Forget nomme la même équipe qu'au tour précédent, mais là encore Gaël Monfils est contraint de renoncer, en raison cette fois d'une blessure au flanc gauche. Appelé pour le remplacer[21], Gilles Simon (13e mondial) perd son match face à John Isner (11e), après que Jo-Wilfried Tsonga (6e) a ouvert le score contre Ryan Harrison, jeune joueur de 19 ans invité à une première sélection par le capitaine américain Jim Courier pour pallier le forfait de Mardy Fish, victime de problèmes cardiaques[22],[23]. Le double du lendemain n'offre pas de miracle, et les frères Bryan, dans un très bon jour, enregistrent leur 19e victoire en Coupe Davis, en disposant sans problème de la pourtant efficace paire française Michaël Llodra - Julien Benneteau[24]. Le troisième simple est fatal aux tricolores : en quatre sets accrochés, Isner inflige à Tsonga sa seulement seconde défaite dans un match à enjeu de Coupe Davis[25], et offre ainsi à son pays sa quatrième victoire à l'extérieur d'affilée[26], qui lui donne droit d'affronter l'Espagne en demi-finales. Forget quitte son capitanat et laisse bientôt les rênes à Arnaud Clément, élu dès la fin juin[27].

Dans la dernière rencontre enfin, les finalistes argentins s'imposent à domicile face à la Croatie. Marin Čilić décroche d'abord contre David Nalbandian sa première victoire en cinq confrontations, après tout de même un rude combat de 5h10[28],[29]. Mais Juan Martín del Potro parvient à égaliser, maîtrisant le service d'Ivo Karlović alors qu'il doit faire face à une crise de nausées et des maux d'estomac[30]. Les deux Croates, associés pour le double, perdent ensuite contre Nalbandian et Eduardo Schwank, à l'issue d'un match à nouveau très serré (4h59 cette fois)[31]. Puis c'est au tour de Del Potro d'amener le point final après trois sets secs infligés à Cilic, ce dernier apparaissant émoussé par plus de dix heures passées sur le court lors des deux premiers jours[18].

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Les demi-finales ont lieu du 14 au 16 septembre et se jouent toutes deux sur terre battue à l'extérieur. Dans la première, l'Espagne l'emporte sur les États-Unis par 4 victoires (la dernière sans enjeu) à 1. Toujours privée de Rafael Nadal, maintenant blessé aux genoux[32], l'équipe d'Àlex Corretja revient dans sa configuration des quarts, avec David Ferrer et Nicolás Almagro en leaders des simples. Le premier s'impose contre Sam Querrey, appelé pour remplacer un Mardy Fish toujours convalescent, dans un match plus disputé que le score le laisse voir. Le no 2 ibérique gagne à son tour la bataille l'opposant à John Isner, qui chute en cinq sets accrochés, non sans avoir écarté trois balles de match[33]. En double, les frères Bryan, no 1 de la discipline, se chargent d'ouvrir le score américain en battant non sans mal un duo grimpé à la 5e place mondiale : Marc López, 8e, et Marcel Granollers, 13e mais qui confiera une blessure au mollet gauche[34]. Mais Ferrer renvoie les tenants du titre en finale (leur quatrième en cinq ans) en disposant d'Isner, moins tranchant et plus imprécis que durant la précédente rencontre contre la France[32].

Dans la seconde demi-finale, la Tchéquie se déplace en Argentine. Misant toujours sur ses deux piliers, Jaroslav Navrátil envoie d'abord Radek Štěpánek en découdre avec Juan Martín del Potro. Longtemps incertain en raison d'une alerte au poignet gauche (qui le contraindra à renoncer à la suite de la rencontre)[35], le leader sud-américain s'impose pourtant rapidement, en trois petits sets. Après trois autres dans le deuxième match, où Tomáš Berdych se retrouve mené 2 à 1 contre le nouvellement 11e mondial Juan Mónaco, les hommes du capitaine Martín Jaite veulent y croire, mais le meneur tchèque finit par reprendre le dessus dans les deux dernières manches, face à un adversaire qui paraît de plus en plus fatigué[33]. Del Potro désormais sur le banc, la suite se déroule sans encombre pour les Tchèques, avec d'abord une victoire expéditive en double comme Eduardo Schwank et Carlos Berlocq (David Nalbandian, blessé aux côtes, ne pouvant jouer[36]), puis la défaite aussi nette de ce dernier contre l'inamovible Berdych. L'Argentine subit ainsi son premier revers sur terre battue depuis 14 ans, tandis que son adversaire du jour gagne une revanche contre l'Espagne, qui l'avait privé du trophée 2009 à l'issue d'une finale à sens unique (5-0)[35].

Finale[modifier | modifier le code]

Le Saladier d'Argent remporté par les Tchèques.

En finale, du 16 au 18 novembre, l'Espagne se rend en Tchéquie pour tenter de conserver son titre. L'hôte choisit d'habiller le traditionnel O2 Arena, à Prague (où s'était également joué la Fed Cup, faisant d'elle la première capitale à accueillir les finales des deux tournois depuis 60 ans[37]), d'une surface rapide appelée « Novacrylic Ultracushion System » pour moins favoriser son invité, qu'il n'a plus battu depuis 1971, à l'époque en tant que Tchécoslovaquie[38].

Dans le premier match, qui se joue entre les trentenaires David Ferrer et Radek Štěpánek, c'est le premier, toujours 5e mondial, qui s'en tire le mieux. Mais Tomáš Berdych (6e) s'arrache pour écarter un très bon Nicolás Almagro (11e) au terme d'un match éreintant de près de 4h et cinq sets tendus, qui se terminera juste avant minuit. À l'approche du double, le capitaine tchèque Jaroslav Navrátil annonce d'abord une paire composée d'Ivo Minář et Lukáš Rosol pour laisser ses deux meneurs au repos, mais c'est bien eux qu'on retrouve finalement face aux indéfectibles Marcel Granollers et Marc López[39]. Après un début compliqué, les Tchèques parviennent à une 12e victoires en 13 matches, vengeant leur seule défaite, déjà contre les espagnols, en finale de l'édition 2009[40].

Mais cette victoire entame Berdych, usé par plus de sept heures sur le court, et qui apparaît très passif contre Ferrer dans le troisième simple. Il chute en trois sets sans jamais avoir donné l'impression de pouvoir redresser la barre[41]. Le trophée se joue donc au cinquième match, qui oppose Štěpánek à Almagro. Le premier profite de la moindre efficacité, notamment en revers, de son adversaire pour l'emporter à l'issue de 4 sets accrochés et 3h71 de jeu. À 34 ans, il devient le joueur le plus âgé à offrir le point décisif à son équipe en finale de la Coupe Davis[42], tandis que pour son pays, cette première victoire en 32 ans[43][44] en fait le premier vainqueur d'à la fois la Fed Cup et la Coupe Davis la même année[45].

Résultats[modifier | modifier le code]

Groupe mondial[modifier | modifier le code]

Les nations vaincues au 1er tour jouent leur maintient pour le groupe mondial lors du tour de barrage. Les autres sont directement qualifiées pour le groupe mondial 2013.

Tableau[modifier | modifier le code]

Les nations numérotées sont les têtes de série, selon le classement de la fédération internationale de tennis au 19 septembre 2011.

  Huitièmes de finale
10 - 12 février
Quarts de finale
6 - 8 avril
Demi-finales
14 - 16 septembre
Finale
16 - 18 novembre
 
 
  Oviedo, Espagne* (terre battue int.)     Oropesa del Mar, Espagne (terre battue ext.)     Gijón, Espagne (terre battue ext.)     Prague, Tchéquie (dur int.)
 
  Drapeau de l'Espagne Espagne (1) 5
 
  Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan 0  
  Drapeau de l'Espagne Espagne (1) 4
  Wiener Neustadt, Autriche (dur int.)
    Drapeau de l'Autriche Autriche 1  
  Drapeau de la Russie Russie (8) 2
  Roquebrune-Cap-Martin, France (terre battue ext.)
  Drapeau de l'Autriche Autriche 3  
  Drapeau de l'Espagne Espagne (1) 3
  Vancouver, Canada** (dur int.)
    Drapeau des États-Unis États-Unis (6) 1  
  Drapeau de la France France (4) 4
  Buenos Aires, Argentine (terre battue ext.)
  Drapeau du Canada Canada 1  
  Drapeau de la France France (4) 2
  Fribourg, Suisse (terre battue int.)
    Drapeau des États-Unis États-Unis (6) 3  
  Drapeau des États-Unis États-Unis (6) 5
  Prague, Tchéquie (terre battue int.)
  Drapeau de la Suisse Suisse 0  
  Drapeau de l'Espagne Espagne (1) 2
  Ostrava, Tchéquie (dur int.)
    Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (5) 3
  Drapeau de l'Italie Italie 1
   
  Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (5) 4  
  Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (5) 4
  Niš, Serbie (dur int.)
    Drapeau de la Serbie Serbie (3) 1  
  Drapeau de la Suède Suède 1
  Buenos Aires, Argentine (terre battue ext.)
  Drapeau de la Serbie Serbie (3) 4  
  Drapeau de la Tchéquie Tchéquie (5) 3
  Hyōgo, Japon* (dur int.)
    Drapeau de l'Argentine Argentine (2) 2  
  Drapeau du Japon Japon 2
   
  Drapeau de la Croatie Croatie (7) 3  
  Drapeau de la Croatie Croatie (7) 1
  Bamberg, Allemagne (terre battue int.)
    Drapeau de l'Argentine Argentine (2) 4  
  Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1
   
  Drapeau de l'Argentine Argentine (2) 4  
 

* les équipes qui se rencontrent pour la 1re fois dans l'histoire de la compétition tirent au sort la nation qui reçoit.

** Bien que la France et le Canada se soient rencontrés en 1966, un tirage au sort détermine la nation qui reçoit.

Matchs détaillés[modifier | modifier le code]

Huitièmes de finale[modifier | modifier le code]
Flag of Spain.svg Espagne 5 - 0 Kazakhstan Flag of Kazakhstan.svg
Palacio Municipal de los Deportes, Oviedo, Espagne[FdM 1]
du 10 au sur terre battue (int.)
1 Flag of Spain.svg Juan Carlos Ferrero 6 4 7 4 6
Flag of Kazakhstan.svg Mikhail Kukushkin 1 6 6 6 4
2 Flag of Spain.svg Nicolás Almagro 6 4 6 6
Flag of Kazakhstan.svg Andrey Golubev 3 6 1 1
3 Flag of Spain.svg Marcel Granollers - Marc López 6 6 6
Flag of Kazakhstan.svg Evgeny Korolev - Yuri Schukin 2 3 1
4 Flag of Spain.svg Nicolás Almagro 6 6
Flag of Kazakhstan.svg Evgeny Korolev 3 4
5 Flag of Spain.svg Marcel Granollers 6 62 6
Flag of Kazakhstan.svg Andrey Golubev 3 7 3

Flag of Switzerland.svg Suisse 0 - 5 États-Unis Flag of the United States.svg
Forum Fribourg, Fribourg, Suisse[FdM 4]
du 10 au sur terre battue (int.)
1 Flag of Switzerland.svg Stanislas Wawrinka 2 6 6 1 7
Flag of the United States.svg Mardy Fish 6 4 4 6 9
2 Flag of Switzerland.svg Roger Federer 6 3 64 2
Flag of the United States.svg John Isner 4 6 7 6
3 Flag of Switzerland.svg R. Federer - S. Wawrinka 6 3 3 3
Flag of the United States.svg Mike Bryan - Mardy Fish 4 6 6 6
4 Flag of Switzerland.svg Michael Lammer 60 64
Flag of the United States.svg Ryan Harrison 7 7
5 Flag of Switzerland.svg Marco Chiudinelli 3 4
Flag of the United States.svg John Isner 6 6

Flag of Japan.svg Japon 2 - 3 Croatie Flag of Croatia.svg
Bourbon Beans Dome, Kōbe, Japon[FdM 7]
du 10 au sur dur (int.)
1 Flag of Japan.svg Go Soeda 63 3 6 6 7
Flag of Croatia.svg Ivan Dodig 7 6 4 3 5
2 Flag of Japan.svg Kei Nishikori 4 4 3
Flag of Croatia.svg Ivo Karlović 6 6 6
3 Flag of Japan.svg Tatsuma Ito - Yuichi Sugita 4 4 6 3
Flag of Croatia.svg Ivan Dodig - Ivo Karlović 6 6 3 6
4 Flag of Japan.svg Kei Nishikori 7 7 6
Flag of Croatia.svg Ivan Dodig 5 64 3
5 Flag of Japan.svg Go Soeda 64 1 4
Flag of Croatia.svg Ivo Karlović 7 6 6

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Demi-finales[modifier | modifier le code]
Flag of Spain.svg Espagne 3 - 1 États-Unis Flag of the United States.svg
Parque Hermanos Castro, Gijón, Espagne[FdM 13]
du 14 au sur terre battue (ext.)
1 Flag of Spain.svg David Ferrer 4 6 6 6
Flag of the United States.svg Sam Querrey 6 2 2 4
2 Flag of Spain.svg Nicolás Almagro 6 4 6 3 7
Flag of the United States.svg John Isner 4 6 4 6 5
3 Flag of Spain.svg Marcel Granollers - Marc López 3 6 5 5
Flag of the United States.svg Bob Bryan - Mike Bryan 6 3 7 7
4 Flag of Spain.svg David Ferrer 63 6 6 6
Flag of the United States.svg John Isner 7 3 4 2
5 Flag of Spain.svg Nicolás Almagro Non joué
Flag of the United States.svg Sam Querrey

Finale[modifier | modifier le code]

La finale de la Coupe Davis 2012 se joue entre l'Espagne et la Tchéquie.

Barrages[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Pendant les barrages chaque nation ayant perdu au 1er tour du "Groupe Mondial" (GM) affronte un des vainqueurs des "Groupe I". Les nations victorieuses sont qualifiées pour le groupe mondial 2013. Les nations vaincues participent au "Groupe I" de leur zone géographique. Les barrages se déroulent en même temps que les demi-finales : du 14 au 16 septembre.

Résumé du tour de barrage[46]
Lieu Surface Hôtes Score Visiteurs
Astana* terre battue (int.) Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan (GM) 3 - 1 Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan
Hambourg terre battue (ext.) Drapeau de l'Allemagne Allemagne (GM) 3 - 2 Drapeau de l'Australie Australie
Tokyo* dur (ext.) Drapeau du Japon Japon (GM) 2 - 3 Drapeau d'Israël Israël
Bruxelles terre battue (ext.) Drapeau de la Belgique Belgique 5 - 0 Drapeau de la Suède Suède (GM)
Montréal** dur (ext.) Drapeau du Canada Canada (GM) 4 - 1 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
São José do Rio Preto terre battue (ext.) Drapeau du Brésil Brésil 5 - 0 Drapeau de la Russie Russie (GM)
Naples terre battue (ext.) Drapeau de l'Italie Italie (GM) 4 - 1 Drapeau du Chili Chili
Amsterdam terre battue (ext.) Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2 - 3 Drapeau de la Suisse Suisse (GM)

* les équipes qui se rencontrent pour la 1re fois dans l'histoire de la compétition tirent au sort la nation qui reçoit.

** Bien que l'Afrique du Sud et le Canada se soient rencontrés en 1913, un tirage au sort détermine la nation qui reçoit.

Matchs détaillés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Feuilles de matches
  1. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Espagne - Kazakhstan », sur www.daviscup.com (consulté le )
  2. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Autriche - Russie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  3. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Canada - France », sur www.daviscup.com (consulté le )
  4. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Suisse - États-Unis », sur www.daviscup.com (consulté le )
  5. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Tchéquie - Italie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  6. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Serbie - Suède », sur www.daviscup.com (consulté le )
  7. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Japon - Croatie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  8. (en) « Coupe Davis 2012, 1er tour Allemagne - Argentine », sur www.daviscup.com (consulté le )
  9. (en) « Coupe Davis 2012, quart de finale Espagne - Autriche », sur www.daviscup.com (consulté le )
  10. (en) « Coupe Davis 2012, quart de finale France - États-Unis », sur www.daviscup.com (consulté le )
  11. (en) « Coupe Davis 2012, quart de finale Tchéquie - Serbie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  12. (en) « Coupe Davis 2012, quart de finale Argentine - Croatie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  13. (en) « Coupe Davis 2012, demi-finale Espagne - États-Unis », sur www.daviscup.com (consulté le )
  14. (en) « Coupe Davis 2012, demi-finale Tchéquie - Argentine », sur www.daviscup.com (consulté le )
  15. (en) « Coupe Davis 2012, finale Tchéquie - Espagne », sur www.daviscup.com (consulté le )
  16. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Kazakhstan - Ouzbékistan », sur www.daviscup.com (consulté le )
  17. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Allemagne - Australie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  18. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Israël - Japon », sur www.daviscup.com (consulté le )
  19. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Belgique - Suède », sur www.daviscup.com (consulté le )
  20. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Canada - Afrique du sud », sur www.daviscup.com (consulté le )
  21. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Brésil - Russie », sur www.daviscup.com (consulté le )
  22. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Italie - Chili », sur www.daviscup.com (consulté le )
  23. (en) « Barrages de la Coupe Davis 2012, Pays-Bas - Suisse », sur www.daviscup.com (consulté le )
Autres références
  1. (en) « Davis Cup - Draw & Result - World Group 2012 », sur le site officiel de la Coupe Davis (consulté le )
  2. « ATP • La fédé espagnole n'aime pas les Guignols », sur WeLoveTennis,
  3. « Nadal la jouera individuel en 2012 », sur Le Figaro,
  4. « Coupe Davis • Nadal, back in business », sur WeLoveTennis,
  5. « Bogomolov avec la Russie ? », sur Le Figaro,
  6. Bogomolov, né à Moscou mais vivant aux États-Unis depuis ses neuf ans, était enregistré jusque-là sur le circuit sous la nationalité américaine. Mais n'ayant jamais été sélectionné par son pays d'adoption, il est autorisé à participer à la Coupe Davis 2012 sous drapeau russe[5].
  7. « Coupe Davis: L'Autriche, la Croatie et la Serbie en quarts de finale », sur L'Express,
  8. a et b « Barrages Coupe Davis: Suède, Russie et Japon descendent, Belgique, Brésil et Israël montent », sur Le Parisien,
  9. « L'étonnant Milos Raonic », sur FFT,
  10. « Guy Forget : "Cette année, j'attends beaucoup de mes joueurs" »,
  11. « Raonic surpuissant », sur FFT,
  12. « Coupe Davis: le Canadien Raonic, blessé, remplacé par Dancevic contre le Français Tsonga », sur L'Express,
  13. « Coupe Davis : Federer battu, l'Espagne et la Serbie assurent », sur RTL,
  14. « Coupe Davis: victoire surprise des Etats-Unis 3-0 en Suisse », sur Le Parisien,
  15. « Sans Djokovic ? », sur Le Figaro,
  16. « Coupe Davis: net avantage aux Argentins en Allemagne », sur Le Parisien,
  17. « Coupe Davis • Ferrer invincible sur terre ? », sur We Love Tennis,
  18. a et b « Coupe Davis: Espagne-USA et Argentine-République tchèque en demi-finales », sur 20 Minutes,
  19. « Coupe Davis : République tchèque – Serbie (1-1) », sur Sport365.fr,
  20. « Coupe Davis: Ferrer et Berdych envoient l'Espagne et la République tchèque en demi-finales », sur Le Parisien,
  21. « Monfils et Fish out ! », sur FFT,
  22. « Forget a choisi Simon », sur FFT,
  23. « Simon et Harrison en renfort », sur FFT,
  24. « Avantage USA... », sur FFT,
  25. « Coupe Davis • Grosse claque pour Tsonga », sur We Love Tennis,
  26. « Coupe Davis 2012 de tennis: la France éliminée par les Etats-Unis pour la dernière de Guy Forget », sur Huffington Post,
  27. « Clément, l'élu des joueurs », sur Eurosport,
  28. « Coupe Davis • Nalbandian - Cilic : 4-0 », sur We Love Tennis,
  29. « Coupe Davis • Cilic bat Nalbandian », sur We Love Tennis,
  30. « Coupe Davis : Argentine – Croatie (1-1) », sur Sport365.fr,
  31. « Coupe Davis • L'Argentine vire en tête », sur We Love Tennis,
  32. a et b « Coupe Davis: l'Espagne bat les Etats-Unis 3-1 en demi-finale », sur Capital,
  33. a et b « Coupe Davis: l'Espagne mène 2-0 contre les USA, Argentine et République tchèque 1-1 », sur L'Express,
  34. « Les frères Bryan entretiennent l'espoir », sur Sport.fr,
  35. a et b « Coupe Davis : une finale Espagne-République tchèque », sur France 24,
  36. « La malédiction argentine », sur Le Figaro,
  37. « Coupe Davis : La finale à Prague », sur RTL,
  38. « Berdych veut y croire », sur Sport.fr,
  39. « Un double décisif comme toujours », sur Sport.fr,
  40. « Les Tchèques font douter les Espagnols », sur Sport.fr,
  41. « L'Espagne égalise », sur Sport.fr,
  42. « Berdych-Stepanek, l’esprit Coupe Davis », sur France Télévisions,
  43. Il s'agissait à l'époque de l'équipe de Tchécoslovaquie.
  44. « Coupe Davis. La République Tchèque remporte le double et mène », sur Ouest-France,
  45. « Finale de la Coupe Davis : Tchèques et Espagnols à égalité », sur Le Monde,
  46. (en) « Davis Cup - Draw & Result - World Group Play-Offs 2012 », sur Site officiel (consulté le )

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]