Jacques Brugnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques Brugnon
Image illustrative de l’article Jacques Brugnon
Jacques Brugnon au Sporting Club de Paris en 1920.
Carrière professionnelle
1920 – 1939
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance
Paris
Décès (à 82 ans)
Monaco
Taille 1,69 m (5 7)
Prise de raquette Droitier, revers à une main
Hall of Fame Membre depuis 1976
Palmarès
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/16 1/4 1/2 1/4
Double V(1) V(5) V(4) 1/2
Mixte 1/2 V(2) 1/2 1/2
Médailles olympiques
Double 1
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 5

Jacques Marie Stanislas Jean Brugnon dit Toto, né le à Paris 8e et mort le à Monaco[1], est un joueur français de tennis.

Il était l'un des Quatre Mousquetaires du tennis français des années 1920 et des années 1930, en tant que spécialiste du double. La « coupe Jacques Brugnon » est remise aux vainqueurs du double messieurs aux Internationaux de France de tennis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une importante famille d'hommes de loi originaire de Franche-Comté, Jacques Brugnon est le fils d'Henri Brugnon (1869-1930), avocat à la cour d'appel, Chevalier de la Légion d'honneur[2], et de Marie-Louise Rigault[3]. Il est le petit-fils de Stanislas Brugnon (1834-1908), Président de l'Ordre des avocats au Conseil d'État et à la Cour de cassation[4], et du notaire Paul Rigault. La famille a résidé dans le 8e arrondissement de Paris successivement rue d'Anjou, rue La Boétie et rue de Téhéran, ainsi qu'à Noizay dans l'Indre-et-Loire. Il a une sœur cadette, Marie-Paule, épouse Hoppenot (1910-2005).

Dans le civil, il travaillait à la chambre syndicale des agents de change, Place de la Bourse à Paris. Il exerca par la suite à Hollywood en tant qu'expert en décors de studios de cinéma.

Membre du International Tennis Hall of Fame depuis 1976, il a été fait officier de la Légion d'honneur en 1977, en même temps que ses trois partenaires de l'équipe de France de Coupe Davis.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est repéré au début des années 1920 par M. Charles Lenglen qui voit en lui un futur partenaire de double mixte pour sa fille Suzanne. Bien que figurant parmi les meilleurs joueurs français, Brugnon hésite à continuer la compétition. Lenglen parvient à le convaincre de retourner à l'entraînement. La paire remportera les Championnat de France en 1921, 1922 et 1923, puis les Internationaux de France en 1925 et 1926[5].

Il débute les compétitions en 1912 mais sa carrière est vite arrêtée par la première Guerre mondiale à laquelle il participe en tant qu'artilleur[6]. Espoir du tennis français dans les années 1920, il est plusieurs fois quart de finaliste dans les tournois majeurs et même demi-finaliste à Wimbledon en simple en 1926. Il obtient cinq balles de match face à Howard Kinsey avant de s'incliner.

Ne possédant pas les qualité physiques nécessaires pour s'illustrer en simple, il a toutefois fait partie des meilleurs spécialistes du double de son époque. Partenaire de Cochet puis de Borotra, il avait la particularité d'avoir un mauvais smash mais il y remédiait par un excellent jeu au filet. Doté d'un service et d'un coup droit puissant, ses spécialités étaient la volée haute claquée frappée à plat (« la gifle Brugnon ») et le lob lifté[7]. Il a su compenser ses lacunes techniques par son adresse en retour, un sens du jeu et du placement[8].

En 1934, il succède à René Lacoste en tant que capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis. Il restera en poste jusqu'en 1939.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jacques Brugnon avec Suzanne Lenglen en 1921.
Jacques Brugnon (à gauche) avec Henri Cochet à Wimbledon en 1930.

Coupe Davis[modifier | modifier le code]

  • Coupe Davis (31 doubles dont 24 victoires et 6 simples disputés entre 1921 et 1934) :

Internationaux de France de tennis[modifier | modifier le code]

Wimbledon[modifier | modifier le code]

  • En simple : demi-finaliste en 1926
  • Vainqueur en double en 1926 (avec Cochet), 1928 (avec Cochet), 1932 (avec Borotra) et 1933 (avec Borotra)
  • Finaliste en double en 1927 (avec Cochet), 1931 (avec Cochet) et 1934 (avec Borotra)

Internationaux d'Australie[modifier | modifier le code]

  • Vainqueur en double en 1928 (avec Borotra)

Championnats nationaux des États-Unis[modifier | modifier le code]

  • En simple : quart de finaliste en 1926, 1927 et 1928

Tributaire de ses partenaires par ailleurs engagés en individuel, il ne participa qu'une seule fois aux internationaux de double, ceux-ci étant alors totalement indépendants en lieu et heure du tournoi de simple.

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnat de France[modifier | modifier le code]

  • Vainqueur en double en 1922 (avec Dupont)
  • Vainqueur en double mixte en 1921, 1922, 1923 (avec Lenglen)

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
1920 1/8 de finale Drapeau : États-Unis R. Williams
1921
1922 1/8 de finale Drapeau : Royaume-Uni Randolph Lycett
1923 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis Vincent Richards 1/8 de finale Drapeau : Royaume d'Espagne Manuel Alonso
1924 3e tour (1/16) Drapeau : Afrique du Sud Louis Raymond 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Alfred Chapin
1925 1/8 de finale Drapeau : Raj britannique Sydney Jacob 1/8 de finale Drapeau : Australie James Anderson 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis George Lott
1926 3e tour (1/16) Drapeau : France P-H. Landry 1/2 finale Drapeau : États-Unis Howard Kinsey 1/4 de finale Drapeau : États-Unis Vincent Richards
1927 1/4 de finale Drapeau : France René Lacoste 1/4 de finale Drapeau : États-Unis Bill Tilden 1/4 de finale Drapeau : États-Unis Bill Johnston
1928 1/8 de finale Drapeau : Australie Jack Cummings 1/4 de finale Drapeau : Australie John Hawkes 1/4 de finale Drapeau : France Christian Boussus 1/4 de finale Drapeau : États-Unis Frank Shields
1929 1/4 de finale Drapeau : France Henri Cochet 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni Bunny Austin
1930 3e tour (1/16) Drapeau : République de Weimar H. Kleinschroth 2e tour (1/32) Drapeau : Nouvelle-Zélande Buster Andrews
1931 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni Bunny Austin 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Bryan Grant
1932 1/8 de finale Drapeau : République de Weimar Roderich Menzel 1er tour (1/64) Drapeau : Nouvelle-Zélande Buster Andrews
1933 3e tour (1/16) Drapeau : Italie G. De Stefani 2e tour (1/32) Drapeau : Royaume-Uni Bunny Austin
1934 2e tour (1/32) Drapeau : Royaume-Uni Daniel Prenn 2e tour (1/32) Drapeau : France André Merlin
1935 3e tour (1/16) Drapeau : Australie Jack Clemenger 1er tour (1/64) Drapeau : Australie Jack Crawford 2e tour (1/32) Drapeau : Tchécoslovaquie Josef Maleček 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis Gene Mako
1936 2e tour (1/32) Drapeau : France Jean Le Sueur 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis John Van Ryn
1937 3e tour (1/16) Drapeau : Tchécoslovaquie František Cejnar 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Frank Parker 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis George Toley
1938 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Owen Anderson 1er tour (1/64) Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Franjo Punčec 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis Hal Surface
1939 3e tour (1/16) Drapeau : France B. Destremau 1/8 de finale Drapeau : Allemagne Henner Henkel

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Merlin, « Mort de Jacques Brugnon Un partenaire loyal », sur Le Monde,
  2. C. Delagrave, Qui êtes-vous? Annuaire des contemporains ; notices biographiques, Éditions Delagrave, , 806 p. (lire en ligne), p. 128
  3. Archives de Paris en ligne, V4E 8706, p. 6.
  4. Stanislas Brugnon (1834-1908), sur data.bnf.fr
  5. Fabrice Abgrall et François Thomazeau, La Saga des mousquetaires: La Belle époque du tennis français, Calmann-Lévy, , 257 p. (ISBN 2702139140, lire en ligne)
  6. Martin Couturié, « N°11 : la tête à Toto Brugnon », sur Le Figaro,
  7. Alain Bernard, L'art de savoir jouer en double, sur Le Figaro, 2 septembre 1938
  8. BRUGNON JACQUES (1895-1978), sur Encyclopædia Universalis

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]