Marin Čilić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marin.
Marin Čilić
Marin Čilić
Marin Čilić au Queen's en 2015.
Carrière professionnelle
2005
Nationalité Drapeau de la Croatie Croatie
Naissance (27 ans)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Međugorje
Taille / poids 1,98 m (6 6) / 82 kg (180 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneurs Bob Brett (2004–2013)
Goran Ivanišević (2013–2016)
Gains en tournois 14 328 683 $
Palmarès
En simple
Titres 14
Finales perdues 11
Meilleur classement 8e (13/10/2014)
En double
Titres 0
Finales perdues 1
Meilleur classement 49e (15/04/2013)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/2 1/8 1/4 V(1)

Marin Čilić ([marin tʃilitɕ]), né le à Međugorje en Yougoslavie (actuelle Bosnie-Herzégovine), est un joueur de tennis croate, professionnel depuis 2005.

Serveur puissant, il a remporté quatorze titres en simple sur le circuit ATP dont l'US Open en 2014. En remportant ce titre inattendu, il atteint la 8e place au classement ATP, et devient le second joueur croate à gagner un tournoi du Grand Chelem après son entraîneur d'alors Goran Ivanišević.

En 2013, Marin Čilić est suspendu quatre mois après un contrôle positif à la nicéthamide, un stimulant cardiovasculaire.

Carrière[modifier | modifier le code]

2004-2007. Les débuts[modifier | modifier le code]

Marin Čilić devient joueur professionnel en 2005. Cette année, il participe à son premier tournoi ATP à l'Open de Croatie Umag en tant qu'invité. En août, il remporte un titre Future à Vinkovci.

En 2006, il est invité au tournoi ATP de Zagreb et bat au premier tour le 25e mondial Igor Andreev. Il participe encore à des tournois Future. En février, il remporte le premier tournoi de Zagreb puis s'incline en finale la semaine suivante. En avril, il participe au quart de finale de la Coupe Davis face à l'Argentine mais s'incline en simple face à David Nalbandian et en double avec Ivan Ljubičić. En juillet, il se qualifie pour l'Open de Gstaad et atteint les demi-finales.

En 2007, il se qualifie pour l'Open d'Australie où il s'incline au premier tour face à Ilija Bozoljac. En avril, il remporte le tournoi Challenger de Casablanca puis en mai celui de Rijeka. Il se qualifie ensuite pour le tournoi de Roland-Garros mais s'incline à nouveau au premier tour face à Thierry Ascione. Il atteint les quarts de finale du tournoi du Queen's où il est stoppé par Andy Roddick. En octobre, il se qualifie pour la Coupe du Kremlin où il passe un tour puis à l'Open de Saint-Pétersbourg où il atteint les demi-finales après avoir battu le 4e mondial Nikolay Davydenko. Il entre alors pour la première fois dans le top 100 et termine l'année à la 71e place mondiale.

2008. Premier titre ATP[modifier | modifier le code]

Pour son premier tournoi de la saison, Čilić atteint les demis à Chennai où il perd contre le futur vainqueur Mikhail Youzhny. À l'Open d'Australie, il atteint pour la première fois la deuxième semaine d'un Grand Chelem en atteignant les huitièmes. Lors du tournoi de Wimbledon, il atteint également les huitièmes en ayant battu Paul-Henri Mathieu 16e mondial. Au Masters du Canada il accède en quart, en battant le 6e mondial Andy Roddick (6-4, 4-6, 6-4). Il remporte son premier tournoi du circuit ATP à New Haven en battant en finale Mardy Fish (6-4, 4-6, 6-2). Il termine l'année à la 22e place mondiale et marque la première année où il joue principalement sur le circuit ATP.

2009. Quart à l'US Open et entrée dans le top 20[modifier | modifier le code]

Lors de cette saison, il remporte coup sur coup les tournois de Chennai et de Zagreb, ce qui lui permet pour la première fois de sa carrière d'intégrer le top 20. Il réalise une bonne suite de saison, en atteignant les huitièmes de finale à Roland-Garros où il perd contre Andy Murray et les quarts à l'US Open en battant en 3 sets Andy Murray 2e mondial, mais chutant contre le futur vainqueur, l'Argentin Juan Martín del Potro. Un mois plus tard, il atteint deux finales supplémentaires, à Pékin où il bat en quart Nikolay Davydenko et en demi Rafael Nadal, deux top 10 en 2 sets, et à Vienne, mais qu'il perd respectivement face à Novak Djokovic (6-2, 7-64 et Jürgen Melzer (6-4, 6-3). Il a d'ailleurs atteint la première finale ATP 500 Series de sa carrière. Il termine l'année 2009 à la 14e place mondiale.

2010. Demi-finale à Melbourne et entrée dans le top 10[modifier | modifier le code]

La saison 2010 commence pour lui sur les mêmes bases que 2009, en conservant son titre à Chennai face à Stanislas Wawrinka (7-62, 7-63). À l'Open d'Australie, il élimine Juan Martín del Potro 5e mondial en huitième de finale puis Andy Roddick 7e mondial en quart de finale. Il s’incline face à Andy Murray 4e mondial en 4 sets pour sa première demi-finale en Grand Chelem, mais intègre le top 10 du classement ATP pour la première fois de sa carrière. La semaine suivante, il conserve son titre à Zagreb, ce qui lui permet d'assurer une bonne partie de ses points gagnés en 2009. Ensuite, à l'Open de Munich, il atteint la finale où il perd contre Mikhail Youzhny. Par la suite, il réalise une seconde moitié de saison moyenne en atteignant une seule fois les demi-finales. Il termine l'année 2010 aussi à la 14e place mondiale comme l'année précédente.

2011. Difficultés et sortie du top 20[modifier | modifier le code]

La saison 2011 commence pour lui différemment des deux années précédentes, avec une défaite d'entrée à Chennai. À l'Open d'Australie, il ne réalise pas la performance de l'année précédente, perdant contre Rafael Nadal en 3 sets secs en huitièmes de finale. Par la même occasion, il perd une bonne partie de ses points en ce début de saison et chute à la 20e place mondiale. À l'Open 13, il se hisse en finale, battant Tomáš Berdych et Mikhail Youzhny tête de série no 2 et 3. Il perd en finale contre la tête de série no 1 Robin Söderling dans un match serré. Il atteint encore la finale du tournoi d'Umag où il s'incline face à Alexandr Dolgopolov. Il atteint encore la finale de l'Open de Chine qu'il perd contre Tomáš Berdych et celle de l'Open de Saint-Pétersbourg qu'il remporte face à Janko Tipsarević, remportant son 6e titre. Il termine l'année 2011 à la 21e place mondiale.

2012. Blessure et quart à l'US Open[modifier | modifier le code]

Son début de saison est tronqué par les blessures, et commence seulement à Delray Beach, avec une défaite. Il atteint la première finale de sa saison à Munich et la perd contre le local Philipp Kohlschreiber. Au Queen's, il remporte la finale dans un scénario incroyable. Alors qu'il était mené 7-63, 3-4 face à David Nalbandian, l'Argentin s'est fait disqualifier pour comportement anti-sportif, après avoir donné un coup de pied rageur dans le panneau publicitaire de la chaise d'un juge de ligne et blessant légèrement ce dernier au tibia. Nalbandian écope d'une amende de l'ATP et se voit privé de sa prime de finaliste[1]. Marin Čilić remporte donc le tournoi en simple, le 7e titre ATP en simple de sa carrière. Alors finaliste sortant, Čilić parvient à gagner à Umag. Il atteint les quarts à l'US Open, où il perd contre Andy Murray, le futur vainqueur du tournoi. Il termine l'année 2012 à la 15e place mondiale.

2013. Suspension pour dopage et réintégration[modifier | modifier le code]

La saison 2013 débute bien. À Zagreb, il remporte le titre pour la 3e fois. Il réalise un bon parcours au Masters de Miami en atteignant les quarts avec une victoire sur un top 10. Au Queen's, il atteint la finale en battant Tomáš Berdych mais perd en finale contre Andy Murray dans un match à retournement. Il déclare forfait à la surprise générale avant son deuxième tour au tournoi de Wimbledon. Plus tard, on en saura plus sur cette décision, lorsqu'éclate une affaire de dopage le concernant. Il refait son retour à Paris-Bercy en gagnant un match. Il termine l'année 2013 à la 37e place mondiale, dans le top 50 malgré tout.

2014. Vainqueur à l'US Open et meilleur classement en carrière[modifier | modifier le code]

La saison 2014 commence doucement, puis tambour battant en février avec trois finales disputées en 3 semaines, avec deux titres, le premier à Zagreb en battant Tommy Haas (6-3, 6-4) et le second à Delray Beach en battant Kevin Anderson en finale (7-66, 67-7, 6-4) dans un match assez fermé, et en ayant battu au tour précédent John Isner (7-65, 6-3). Puis une finale perdue à Rotterdam, sa 3e dans la catégorie ATP 500 Series, après des victoires sur Jo-Wilfried Tsonga (6-4, 6-4) et Andy Murray (6-3, 6-4) tous deux top 10 mais perdant en 2 sets contre Tomáš Berdych (4-6, 2-6)[2].

En juin il dispute le tournoi de Wimbledon. Il réalise le meilleur parcours dans ce Grand Chelem en atteignant les quarts de finale en battant notamment Tomáš Berdych en 3 sets (7-65, 6-4, 7-66) alors 6e mondial au troisième tour, prenant sa revanche de Rotterdam[3]. En huitième, il affronte et bat plutôt facilement (7-68, 6-4, 6-4) le Français Jérémy Chardy, et dispute son quart contre Novak Djokovic no 1 mondial. Il mène 2 sets à 1 dans un super match d'une qualité et d'une forte intensité avant de s'incliner contre le futur vainqueur du tournoi (1-6, 6-3, 7-64, 2-6, 2-6), fatigué physiquement et nerveusement[4].

Mais ses heures de gloire viennent à l'US Open lorsqu'il remporte son premier titre du Grand Chelem, alors tête de série no 14 et 16e mondial. En jouant un tennis exceptionnel pendant deux semaines et dominant ses adversaires de la tête et des épaules, prouvant ses qualités et réintégrant le top 10 grâce à cette victoire[5]. En passant sans encombre les trois premiers tours, son niveau de jeu à partir des huitièmes devient grandiose. Il élimine successivement Gilles Simon en huitième de finale (5-7, 7-63, 6-4, 3-6, 6-3), ce qui reste comme le match déclencheur dans la quête de son titre[6], puis le Tchèque Tomáš Berdych alors 7e mondial en quart de finale (6-2, 6-4, 7-64)[7] et enfin en dominant en demi-finale Roger Federer (6-3, 6-4, 6-4) alors 2e mondial mais fatigué de son précédent match[8]. Lors de sa première finale dans cette catégorie, il affronte le Japonais Kei Nishikori, 11e mondial, également débutant à ce stade mais parvient à faire le match parfait en dominant complètement Nishikori au bout de deux heures de jeu (6-3, 6-3, 6-3)[9]. En remportant ce titre inattendu, il devient le deuxième joueur croate à remporter un tournoi du Grand Chelem, après son entraîneur d'alors Goran Ivanišević[10],[11].

En septembre, il qualifie son équipe dans le groupe mondial lors des barrages de Coupe Davis avec une victoire en double et une en simple. Par la suite, sa fin de saison est plus calme à cause d'une blessure à l'épaule. À la Coupe du Kremlin, il gagne le dernier titre de sa saison en battant en finale Roberto Bautista-Agut (6-4, 6-4). Lors de sa première participation aux ATP World Tour Finals, le tournoi des maîtres, il perd ses 3 matchs de poule et finit dernier avec un seul set empoché.

Avec ses résultats et sa constance, il réalise la meilleure saison de sa carrière en terminant 9e mondial et en ayant remporté quatre titres ATP.

2015. Blessure et difficulté à revenir au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Le 10 janvier 2015, alors qu'il souffre toujours d'une blessure à l'épaule, il déclare officiellement forfait pour l'Open d'Australie, premier tournoi majeur de la saison[12]. Cette blessure l'empêche de participer au tournoi de Zagreb alors qu'il en est le double tenant du titre, mais aussi à Rotterdam où il avait atteint la finale et à Delray Beach dont il était le tenant du titre. Sa participation pour le premier tour de la Coupe Davis a été incertaine, puis il a dû se résoudre à déclarer forfait quelques jours avant[13],[14].

Il revient à la compétition au Masters d'Indian Wells sans repère pour son premier match de la saison, et perd contre l'Argentin Juan Mónaco dès le deuxième tour, alors qu'il avait bénéficié d'un bye pour le premier tour en tant que tête de série[15]. Toujours à cause de son épaule douloureuse, il déclare forfait pour le Masters de Miami, mais reste toujours 10e mondial[16].

Pour la tournée sur ocre, il réussit sa meilleure performance à Monte-Carlo avec un quart de finale : il bat difficilement au premier tour Florian Mayer, puis avec plus de facilité Jo-Wilfried Tsonga en huitièmes (6-3, 7-65), mais perd sèchement contre le Serbe Novak Djokovic (0-6, 3-6). À Madrid et Rome, il est décevant en perdant respectivement au deuxième et au premier tour.

En mai, Čilić avoue qu'il se verrait bien remporter Wimbledon et avoir son pic de forme à ce moment[17]. Et après plusieurs mois de doutes et de perte de confiance, il revient pour la saison sur herbe à Wimbledon. Il bat d'abord le qualifié Hiroki Moriya, puis le Lituanien Ričardas Berankis avec beaucoup de difficultés, gagnant seulement dans la cinquième manche (7-5), montrant pour le moment ses limites dans le jeu. Au troisième tour, dans un match disputé sur deux jours interrompu à cause de la pluie, il vainc l'Américain John Isner, tête de série no 17, 7-64, 68-7, 6-4, 64-7, 12-10 en plus de quatre heures de jeu entre gros serveurs[18]. Ce match lui apporte de la confiance pour battre en huitième de finale la surprise du tournoi, un autre Américain Denis Kudla qui lui prend un set (6-4, 4-6, 6-3, 7-5). Ensuite en quart de finale, le Croate affronte Novak Djokovic, no 1 mondial, au même stade que l'année précédente. Sauf que cette fois-ci, il y a beaucoup moins de suspense, Čilić perd le match (4-6, 4-6, 4-6) en moins de deux heures[19].

En préparation de la défense de son titre à l'US Open[20], il réalise une tournée américaine plus que moyenne, avec une défaite en demi-finale à Washington face au futur vainqueur Kei Nishikori (6-3, 1-6, 4-6), d'entrée au Canada contre Bernard Tomic et en huitième à Cincinnati contre le Français Richard Gasquet. Pour l'US Open en tant que tête de série numéro 9, il passe ses deux premiers tours plutôt facilement, mais éprouve beaucoup de mal à battre au troisième tour Mikhail Kukushkin (65-7, 7-61, 6-3, 63-7, 6-1) passant de sueurs froides à soulagement. En huitièmes, il bat assez sereinement le Français Jérémy Chardy 27e mondial (6-3, 2-6, 7-62, 6-1), avant d'affronter en quart de finale un autre Français, Jo-Wilfried Tsonga, 18e mondial. Lors de ce match un peu étrange, Čilić mène facilement 6-4, 6-4 en 1 h 30 avant de perdre le fil du match et de laisser Tsonga revenir dans le match et empocher les deux sets suivants (6-3, 7-63). Il parvient finalement à gagner le match avec le gain de l'ultime manche 6-4 après avoir écarté des balles de break en 4 heures de jeu[21]. Il se qualifie pour les demi-finales sans avoir battu le moindre top 15, où il affronte Novak Djokovic, no 1 mondial. C'est un match à sens unique du fait qu'il est gêné par sa cheville endolorie. Il se fait largement dominer (0-6, 1-6, 2-6) en moins d'une heure et demi[22].

Il remporte le premier titre de sa saison à Moscou. C'est son 2e titre dans la capitale russe. Il s'impose encore une fois contre le même adversaire, Bautista-Agut, sur le même score qu'en 2014 : 6-4, 6-4. C'est le 14e titre de sa carrière. Il boucle ainsi sa saison en finissant l'année à la 13e place mondiale.

2016[modifier | modifier le code]

En février, au tournoi de Marseille, il se hisse en finale sans battre de gros joueurs. Il bat tout d'abord difficilement Robin Haase en trois manches, puis Andrey Kuznetsov en deux sets et en demi-finale le Français Benoît Paire, (6-2, 63-7, 6-3). Il perd cependant en finale contre l'Australien Nick Kyrgios (2-6, 63-7) qui remporte son premier titre.

Lors du Masters d'Indian Wells, exempté de premier tour, il remporte ses deux premiers matchs en deux sets face au qualifié Ryan Harrison qui l'avait battu à Acapulco et Leonardo Mayer. En huitième, il bat le 10e joueur mondial Richard Gasquet, dans un match serré dans les deux premières manches avant de dérouler (7-5, 5-7, 6-2)[23]. Il perd ensuite contre le Belge David Goffin (64-7, 2-6).

Blessé au genou, il doit déclarer forfait pour les Masters 1000 sur terre battue. Il débute sa saison sur terre battue au tournoi de Genève où il atteint la finale après avoir battu le terrien David Ferrer (7-5, 7-5) en demi-finale en près de deux heures. Il s'y incline contre Stanislas Wawrinka (4-6, 611-7). Revenu à la 10e place mondiale pour démarrer Roland-Garros, il perd au premier tour de façon surprenante (64-7, 6-3, 4-6, 2-6) contre le qualifié Marco Trungelliti (166e mondial), concédant sa première défaite d'entrée en Grand Chelem depuis Wimbledon 2011[24].

En juillet, il décide de mettre fin à sa collaboration de trois ans avec son entraîneur Goran Ivanišević peu après avoir contribué à la qualification de son pays en demi-finale de la Coupe Davis[25].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

  • L'arme principale de Marin est incontestablement son service, qu'il maîtrise parfaitement[26]. Il lui donne une grande puissance (il dépasse aisément les 200 km/h) et son taux de premières balles est plutôt bon, avec 59 % de premières balles, et 510 aces sur l'année 2009[26].
  • Son grand gabarit lui permet également une importante couverture du filet, et son coup droit puissant lui permet de mettre en difficulté les meilleurs relanceurs du circuit.

Condamnation pour dopage[modifier | modifier le code]

Lors du tournoi de Munich 2013, Marin Čilić est contrôlé positif à la nicéthamide, un stimulant cardiovasculaire[27]. Il explique avoir consommé des tablettes de glucose sans savoir qu'elles contenaient une substance prohibée, mais les circonstances de cette absorption restent floues. Il est condamné à une suspension rétroactive du 1er mai 2013 au 31 janvier 2014, et perd tous les points et primes remportés depuis le 1er mai.

Le 25 octobre 2013, Marin Čilić est entendu en appel par le Tribunal arbitral du sport (TAS) et voit sa suspension réduite de 9 à 4 mois. Il est donc autorisé à rejouer dès le prononcé du jugement du TAS[28].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

En double messieurs[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2007 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie Ilija Bozoljac 1er tour (1/64) Drapeau : France Thierry Ascione 1er tour (1/64) Drapeau : France Gilles Simon
2008 1/8 de finale Drapeau : États-Unis James Blake 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse S. Wawrinka 1/8 de finale Drapeau : France Arnaud Clément 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Novak Djokovic
2009 1/8 de finale Drapeau : Argentine J.-M. del Potro 1/8 de finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne Tommy Haas 1/4 de finale Drapeau : Argentine J.-M. del Potro
2010 1/2 finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 1/8 de finale Drapeau : Suède R. Söderling 1er tour (1/64) Drapeau : Allemagne Florian Mayer 2e tour (1/32) Drapeau : Japon Kei Nishikori
2011 1/8 de finale Drapeau : Espagne Rafael Nadal 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne R. Ramírez Hidalgo 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse Roger Federer
2012 3e tour (1/16) Drapeau : Argentine J.-M. del Potro 1/8 de finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 1/4 de finale Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
2013 3e tour (1/16) Drapeau : Italie Andreas Seppi 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Viktor Troicki 2e tour (1/32) Drapeau : France K. de Schepper
2014 2e tour (1/32) Drapeau : France Gilles Simon 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic Victoire Drapeau : Japon Kei Nishikori
2015 1/8 de finale Drapeau : Espagne David Ferrer 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1/2 finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic
2016 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne R. Bautista-Agut 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine M. Trungelliti 1/4 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

N'a jamais participé à un tableau final.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2014 Londres Round Robin RR
RR
RR
Stanislas Wawrinka
Tomáš Berdych
Novak Djokovic
Défaite
Défaite
Défaite
3-6, 6-4, 3-6
3-6, 1-6
1-6, 1-6

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[29] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[30] Paris
2008 2e tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2e tour
Drapeau : France P-H. Mathieu
1er tour
Drapeau : Allemagne N. Kiefer
1er tour
Drapeau : Italie P. Starace
1er tour
Drapeau : Russie M. Safin
1/4 de finale
Drapeau : France G. Simon
1er tour
Drapeau : Équateur N. Lapentti
1/8 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2009 3e tour
Drapeau : Espagne T. Robredo
3e tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2e tour
Drapeau : Italie F. Fognini
1/8 de finale
Drapeau : Argentine J. Mónaco
2e tour
Drapeau : Allemagne Kohlschreiber
1er tour
Drapeau : Russie M. Youzhny
2e tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1er tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/4 de finale
Drapeau : France G. Monfils
2010 2e tour
Drapeau : Espagne G. García
1/8 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1/8 de finale
Drapeau : Espagne A. Montañés
2e tour
Drapeau : Espagne F. López
1/8 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1er tour
Drapeau : Serbie V. Troicki
1er tour
Drapeau : Chypre M. Baghdatís
1er tour
Drapeau : Italie A. Seppi
1/8 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2011 3e tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2e tour
Drapeau : Serbie J. Tipsarević
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2e tour
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : France J-W. Tsonga
1er tour
Drapeau : Espagne A. Ramos
1er tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
2012 2e tour
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
3e tour
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1er tour
Drapeau : Espagne N. Almagro
1/8 de finale
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
1/8 de finale
Drapeau : Serbie J. Tipsarević
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Pologne J. Janowicz
2013 3e tour
Drapeau : Canada M. Raonic
1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/8 de finale
Drapeau : France R. Gasquet
2e tour
Drapeau : Afrique du Sud K. Anderson
1er tour
Drapeau : Espagne P. Andújar
2e tour
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2014 1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
2e tour
Drapeau : France Roger-Vasselin
2e tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2e tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
1/8 de finale
Drapeau : Lettonie E. Gulbis
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
1er tour
Drapeau : Croatie I. Karlović
2015 2e tour
Drapeau : Argentine J. Mónaco
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Espagne García-López
2e tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
2e tour
Drapeau : Australie B. Tomic
1/8 de finale
Drapeau : France R. Gasquet
1/8 de finale
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2e tour
Drapeau : Bulgarie G. Dimitrov
2016 1/4 de finale
Drapeau : Belgique D. Goffin
3e tour
Drapeau : France G. Simon
2e tour
Drapeau : Croatie I. Karlović
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Classements ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Rang 1447 en augmentation 600 en augmentation 173 en augmentation 71 en augmentation 22 en augmentation 14 en stagnation 14 en diminution 21 en augmentation 15 en diminution 37 en augmentation 9 en diminution 13

Source : (en) Classements de Marin Čilić sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nalbandian disqualifié !, lequipe.fr
  2. « ATP 500 Rotterdam 2014 : victoire de Tomas Berdych », sur Eurosport,‎
  3. « Berdych sorti par Cilic », sur L'Equipe,‎
  4. « Wimbledon 2014 : Novak Djokovic renverse Marin Cilic pour retrouver Grigor Dimitrov en demies », sur Eurosport,‎
  5. « US Open 2014 : Cilic remporte son premier titre du Grand Chelem en battant Nishikori en finale », sur Eurosport,‎
  6. « US Open 2014 : Gilles Simon éliminé par Marin Cilic en huitièmes de finale », sur Eurosport,‎
  7. « US Open 2014 : Tomas Berdych a dormi pendant deux sets, Marin Cilic a su en profiter », sur Eurosport,‎
  8. « US Open : Marin Cilic balaie Roger Federer et rejoint Nishikori en finale », sur Eurosport,‎
  9. Marin Cilic : «Complètement irréel», lequipe.fr
  10. US Open - Marin Cilic, du paria au héros, francetvsport.fr
  11. « Cilic, un homme de records », sur L'Equipe,‎
  12. «Marin withdraws from Australian Open with shoulder injury»
  13. Marin Cilic vers un forfait ?, sur lequipe.fr
  14. Cilic forfait pour Rotterdam et Delray Beach, sur tennisactu.net.
  15. Cilic reprend la compétition par une défaite, sur francetvsport.fr
  16. M1000 Miami: Marin Cilic forfait, sur lequipe.fr
  17. Marin Cilic se verrait bien remporter Wimbledon, sur tennisactu.net.
  18. Le duel Marin Cilic - John Isner arrêté par la nuit, sur lequipe.fr
  19. « Comme d'habitude, Novak Djokovic remet Marin Cilic à sa place », sur Eurosport,‎
  20. Marin Cilic, un tenant du titre pas très fringant, sur lequipe.fr
  21. « Jo-Wilfried Tsonga éliminé en quart de finale par Marin Cilic (6-4, 6-4, 3-6, 6-7, 6-4) », sur Eurosport,‎
  22. « Novak Djokovic a pulvérisé Marin Cilic et n'a même pas eu le temps de transpirer », sur Eurosport,‎
  23. « Richard Gasquet sorti par Marin Cilic », sur L'Equipe,‎
  24. « Issu des qualifications, l'Argentin Marco Trungelliti a sorti Marin Cilic », sur L'Equipe,‎
  25. « Goran Ivanisevic n'entraînera plus Marin Cilic », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 24 juillet 2016)
  26. a et b « Marin Čilić, une puissance émergente. », sur http://www.tennis-x.com (consulté le 7 février 2010)
  27. Cilic suspendu neuf mois, www.lequipe.fr
  28. Le TAS réduit la suspension de Cilic, rtbf.be
  29. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  30. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]