Lucas Pouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouille (homonymie).
Lucas Pouille
Lucas Pouille
Lucas Pouille à Roland-Garros en 2015.
Carrière professionnelle
2013
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (22 ans)
Grande-Synthe, Nord
Taille / poids 1,85 m (6 1) / 81 kg (178 lb)
Prise de raquette Droitier
Entraîneur Emmanuel Planque
Gains en tournois 2 191 907 $
Palmarès
En simple
Titres 1
Finales perdues 1
Meilleur classement 16e (26/09/2016)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 79e (11/04/2016)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64 1/32 1/4 1/4
Double 1/2 1/32 1/32 1/16

Lucas Pouille, né le à Grande-Synthe dans le Nord, en France, est un joueur de tennis français, professionnel depuis 2013.

Il remporte son premier titre en simple sur le circuit ATP au tournoi de Moselle 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille est né le à Grande-Synthe dans le Nord d'un père français et d'une mère finlandaise, il a également deux frères[1],[2]. Durant sa carrière junior, il obtient son bac ES[3].

Sa mère Lena Stenlund est originaire de Närpes en Finlande, elle s'exprime en suédois comme 90% de la population de la commune et 5% des Finlandais. Lucas Pouille se rendait enfant deux fois par an en Finlande. Ses parents se sont rencontrés au Royaume-Uni, son père Pascal travaillait sur le trajet France - Royaume-Uni pour la compagnie maritime Åland. La famille s'installe près de Dunkerque à Loon-Plage et communique au début en anglais ainsi qu'avec Lucas. À 200 mètres de la maison est alors construit un club de tennis le TC Loon-Plage. Sa mère et ses frères Nicolas et Jonathan jouent au tennis[4]. Entrainé d'abord par Christophe Zonnekynd, il est repéré à 8 ans et, à 12 ans, la Fédération Française de Tennis le prend sous son aile dans une école de l'ouest. Il quitte ensuite le joug fédéral. Jusqu'à 18 ans, il possédait également le passeport finlandais mais, comme il n'a pas souhaité faire le service militaire obligatoire, il n'a pu conserver cette nationalité[5]. Il a eu l'occasion de jouer à deux reprises contre le plus illustre joueur finlandais, Jarkko Nieminen, avant la retraite de celui-ci (défaite 4-6, 3-6 à Helsinki puis victoire 6-2, 7-5 à Paris).

En février 2015, il quitte Paris pour résider et s'entraîner à Dubaï, pour raisons fiscales et pour ses bonnes conditions d'entraînement[6]. Il change également d'équipementier en 2015, passant de Nike à Adidas[6].

Style[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille se définit comme étant un « puncheur de fond de court » ayant un premier service rapide, plus à l'aise au fond du court qu'au filet[3]. Son coup fort est en 2013 le coup droit, plus performant que son revers ou sa mise en jeu[7]. Pour Arnaud Di Pasquale en 2014, Pouille a comme qualité principale sa frappe de balle des deux côtés et le considère comme étant un joueur concentré sur sa carrière. Il considère que ses points faibles sont ses aptitudes physiques ainsi que son aptitude à terminer les points au filet[8]. Patrice Hagelauer, directeur technique national, le considère comme étant « très complet[7] ». En 2016, Patrick Mouratoglou souligne également le caractère très complet de son jeu et sa capacité à bien jouer sous pression[9].

Préférant jouer sur dur, Pouille a Roger Federer comme modèle[1],[2]. Qualifié de « dur au mal », il est à l'entraînement un « travailleur boulimique »[10],[11].

Les qualités mentales de Pouille sont citées en 2016 comme un point fort pour lui. Il fait ainsi partie en septembre 2016 des 5 meilleurs joueurs du monde du classement "Under Pressure" de l'ATP, qui mesure les résultats des joueurs dans les moments-clé des matchs, classement repris dans le quotidien sportif L'Équipe[12],[13]. Pouille a également démontré ces qualités en remportant son premier match à enjeu disputé en Coupe Davis[11].

Carrière[modifier | modifier le code]

2010-2014 - Débuts et progression constante[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille fait ses débuts en tennis à l'âge de huit ans[1] au club de tennis de Loon-Plage. Trois ans après, il intègre le programme d'entraînement de la fédération française en passant trois ans au pôle de Poitiers puis trois ans à l'INSEP[7]. Champion de France des 13/14 ans en 2008[2], il commence sa carrière en professionnel en participant aux qualifications du Challenger de Saint-Brieuc en 2010. Il atteint également cette année-là le deuxième tour de Roland-Garros junior[2]. En 2011, il est battu en quart de finale de l'Open d'Australie junior par Luke Saville qui le bat également au second tour du même tournoi l'année suivante. Ne pouvant disputer Roland-Garros junior en raison d'une blessure[3], il termine alors son parcours en junior à la 23e place. En 2012, il évolue surtout sur le circuit Future et remporte les tournois F13 et F14 de Mérida[14] et atteint la finale à Båstad et à Sokobanja.

Pour sa première participation en Grand Chelem, il est battu au deuxième tour de qualification à l'Open d'Australie 2013 par Ruben Bemelmans. Il obtient une invitation pour jouer à Montpellier et à Marseille. Il est battu au premier tour par respectivement Viktor Troicki (7-6, 6-3) et Julien Benneteau (7-6, 6-3). Il atteint ensuite la finale au Future de Bạc Liêu et remporte celui de Hô Chi Minh[15]. Il participe aux quarts de finale du Challenger de Samarcande, battu par Pere Riba. Il reçoit une wild card pour le tournoi de Roland-Garros. Il parvient au second tour en battant l'Américain Alex Kuznetsov (en) (6-1, 7-62, 6-2) pour son troisième match dans un tableau principal ATP[7]. Il y affronte le Bulgare Grigor Dimitrov et est battu en 3 sets (6-1, 7-6, 6-1). Il bat ensuite en octobre un joueur membre du top 100, Evgeny Donskoy, lors d'un tournoi Challenger[16].

Lucas Pouille reçoit en décembre 2013 une invitation pour disputer le simple de l'Open d'Australie 2014. Pour préparer cette saison, il effectue notamment une semaine d'entraînement en Suisse avec Stanislas Wawrinka, membre du top 10 mondial[17]. Le Français est battu en quatre sets au premier tour de l'Open d'Australie par Dušan Lajović[18]. Après trois quarts de finale en Challenger en début de saison[19], il perd de nouveau à ce stade au Challenger de Cherbourg. Il atteint la 173e place mondiale au sortir de ce tournoi. Il est blessé aux abdominaux durant les mois de mars et avril[20].

Sorti victorieux des qualifications à l'Open de Nice, il perd d'entrée en trois sets face à Paul-Henri Mathieu.

À nouveau invité à Roland-Garros en 2014, Lucas Pouille est battu en trois sets par Juan Mónaco au premier tour[21].

Blessé au poignet[20], Lucas Pouille est absent des courts de juillet à septembre 2014, mais il signe son retour avec deux performances, une demi-finale au Challenger de Szczecin suivie la semaine suivante de sa première finale Challenger à Meknès perdue face à Kimmer Coppejans (6-4, 2-6, 2-6). Durant cette semaine, il bat notamment son deuxième top 100, l'Espagnol Pablo Carreño-Busta, 63e au classement ATP.

Lucas Pouille intègre pour la première fois le tableau principal d'un Masters 1000 lors du Masters de Paris-Bercy après avoir battu Steve Johnson et Jarkko Nieminen en qualifications[22]. Il passe le premier tour au bénéfice d'une victoire en deux sets 6-1, 6-4 sur le Croate Ivo Karlović, alors no 27 mondial, ce qu'il décrit comme « sa plus belle victoire »[23],[24]. Il bat au tour suivant le no 20 mondial Fabio Fognini (7-65, 7-67), avant d'être éliminé par Roger Federer en huitièmes de finale (4-6, 4-6)[25],[26]. Au cours de ce tournoi, son entraîneur met en avant les progrès de Pouille dans son engagement et son placement, ce qui améliore son efficacité[20]. Il termine l'année par une défaite contre Tobias Kamke en quart de finale du Challenger de Mouilleron-le-Captif.

2015 - Entrée dans le top 100[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille est à nouveau invité à disputer le simple de l'Open d'Australie 2015[27]. Commençant la tournée australienne par une élimination au premier tour des qualifications à Brisbane, il est ensuite battu par Jiří Veselý au dernier tour des qualifications à Auckland. Il bénéficie cependant du forfait de Tommy Robredo pour intégrer le tableau final comme lucky loser[28]. Commençant son tournoi en huitièmes de finale, il atteint la demi-finale où il est battu par Adrian Mannarino (4-6, 6-3, 5-7), lui-même dominé en finale par Jiří Veselý. Ce tournoi lui permet d'atteindre son meilleur classement mondial, 117e[29]. Affrontant Gaël Monfils au premier tour de l'Open d'Australie, il mène deux sets à zéro (7-63, 6-3) avant de s'incliner en cinq sets (6-4, 6-1, 6-4)[30].

Peu après, il s'incline en huitièmes de finale de l'Open de Montpellier face à Richard Gasquet 3-6, 66-7. Il atteint les seizièmes de finales de l'Open de Dubaï et s'incline contre Simone Bolelli 3-6, 3-6. Durant cette période il dispute également trois tournois Challenger, à Bergame, Raanana et Saint-Brieuc, où il atteint respectivement les quarts, les seizièmes et les demi-finales. Au Masters 1000 de Monte-Carlo, où il bénéficie d'une invitation, il défait au premier tour Dominic Thiem sur le score de 6-4, 6-4. Au tour suivant, il s'incline logiquement contre Rafael Nadal 2-6, 1-6. Le 20 avril 2015, il entre pour la première fois dans le top 100 mondial, à la 98e place, un classement qui lui permet de valider sa place pour le tableau final du tournoi de Wimbledon[31]. Il bénéficie d'une invitation pour Roland-Garros, tournoi où est officiellement annoncé une collaboration existante depuis plusieurs mois entre Pouille et Yannick Noah[32],[33]. Pouille est battu au premier tour par Gilles Simon en quatre manches (6-3, 1-6, 2-6, 4-6). Après ce tournoi, Pouille quitte Nike et signe un contrat avec l'équipementier Adidas[34].

Lors du Tournoi de Wimbledon, il est dominé au premier tour par Kevin Anderson en quatre sets (2-6, 5-7, 6-3, 3-6). Le 27 juillet 2015, il atteint la 85e place mondiale, son meilleur classement jusqu'ici. Sur la terre battue du tournoi d'Hambourg, il se qualifie pour le tableau principal. Au premier tour, il gagne face à un autre qualifié, Íñigo Cervantes en deux sets, puis au deuxième tour il bat un expérimenté Juan Mónaco, 6-1, 7-5[35]. En quart de finale, il affronte un autre Français Benoît Paire, tombeur de la tête de série no 2 la veille, gagnant malgré tout facilement 6-3, 6-2 en moins d'une heure de jeu et se qualifiant pour sa première demi-finale de sa carrière dans un tournoi d'importance[36]. Il y est dominé 2-6, 62-7 par l'Italien Fabio Fognini[37]. Cette performance lui permet d'atteindre la 64e place mondiale[38]. Après s'être incliné contre le 435e joueur mondiale, Bangoura, en qualification de Winston-Salem, il perd contre Evgeny Donskoy en quatre sets au premier tour de l'US Open. Il est ensuite quart de finaliste à Saint-Pétersbourg. Après trois défaites d'affilée lors de tournois chinois, il est à nouveau quart de finaliste en Russie, cette fois à Moscou[39]. Invité au Masters de Paris-Bercy, il est battu au premier tour par Jérémy Chardy. Pouille termine sa saison par le Challenger de Mouilleron-le-Captif. Il en atteint la finale, battu par Benoît Paire à l'issue du tie-break de la troisième manche d'un match houleux où il obtient une balle de titre. 77e joueur mondial après ce tournoi, cette saison marque pour lui une progression au niveau mondial et le meilleur résultat de sa carrière à Hambourg[40].

2016 - Premier titre ATP, premiers 1/4 de finale en Grand Chelem et premières sélections en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, Pouille recrute dans son encadrement technique un préparateur physique, Pascal Valentini[10]. Pouille commence sa saison par le tournoi de Brisbane dont il évite les qualifications en raison du forfait de Sam Querrey[41]. Au deuxième tour, Pouille domine le seizième joueur mondial David Goffin en trois sets. Cette victoire est la première de Pouille contre un joueur ayant un tel classement[42]. Pouille est ensuite battu par le futur vainqueur du tournoi Milos Raonic, quatorzième joueur mondial, qui le bat à nouveau au premier tour de l'Open d'Australie. Pouille profite cependant de ce tournoi pour obtenir son meilleur résultat en Grand Chelem, en parvenant en demi-finale du double associé à Adrian Mannarino ; ils sont battus par la paire Jamie Murray/Bruno Soares.

Début février, les objectifs annoncés de Lucas Pouille pour la saison 2016 sont l'entrée dans le top 50, puis le top 30, et un premier titre sur le circuit principal[6]. S'il s'incline au premier tour d'Indian Wells face à Borna Ćorić, il brille lors du tournoi de Miami, où il se qualifie en huitième de finale grâce à des victoires sur deux têtes de série, les Espagnols Guillermo García-López (no 32) (6-2, 6-4), et David Ferrer (no 8) (61-7, 7-64, 7-5) au terme d'un match éprouvant de 2 h 45 avec beaucoup de fautes directes. Il remporte à cette occasion sa toute première victoire contre un des dix premiers du classement mondial[43]. Cette performance reste sans lendemain puisqu'il s'écroule au tour suivant face à son compatriote Gilles Simon, sur le score de 6-0, 6-1 en moins d'une heure.

Sa saison sur terre battue commence au Masters de Monte-Carlo, en tant qu'invité, où il affronte consécutivement trois Français. Après avoir dominé au premier tour Nicolas Mahut, 48e mondial, 7-61, 6-3, il bat le deuxième top 10 de sa carrière, Richard Gasquet, 10e mondial et tête de série no 9 (4-6, 7-5, 6-1)[44]. Ainsi qualifié pour la deuxième fois consécutive en huitième de finale d'un Masters 1000, il affronte Jo-Wilfried Tsonga, 9e mondial et tête de série no 8. Il s'incline sur le score de 6-4, 6-4. Il poursuit sa bonne lancée sur terre battue au tournoi ATP 250 de Bucarest. Après avoir battu le Serbe Dušan Lajović au premier tour (6-3, 6-4), il élimine sur le même score la tête de série no 2 du tournoi, Ivo Karlović. Il ensuite atteint les demi-finales en sortant la tête de série no 7, l'Italien Paolo Lorenzi, en trois sets (4-6, 6-4, 7-5), puis il bat un autre terrien, l'Argentin Federico Delbonis tête de série no 3, (7-64, 6-3) en 1 h 40, se qualifiant ainsi pour la première finale de sa carrière[45]. À cause des conditions météorologiques difficiles, la finale est jouée le lundi. Il s'y incline contre Fernando Verdasco (6-3, 6-2) en 1 h 15[46].

Qualifié pour le tableau principal du tournoi de Madrid, Lucas Pouille fait encore parler de lui en éliminant au premier tour le 13e mondial, David Goffin, sur le score de 7-64, 2-6, 7-67, après avoir sauvé 4 balles de match. Il chute néanmoins au tour suivant, contre l'Américain Sam Querrey, 37e mondial (7-65, 3-6, 4-6). Profitant du forfait de Jo-Wilfried Tsonga, il est repêché à Rome pour le tableau principal du tournoi, alors qu'il avait été battu en deux sets lors des qualifications, par le Kazakh Mikhail Kukushkin[47]. Son compatriote étant la tête de série n°7, il est exempté de premier tour et retrouve au deuxième le Letton Ernests Gulbis, 84e mondial, qu'il bat au cours d'un match au mental. En effet, alors qu'il était alors mené 3-6, 2-4, il remonte, s’adjugeant finalement la victoire sur le score de 3-6, 6-4, 7-5. Il déclare que cette victoire lui permet d'emmagasiner plus de confiance pour la suite[48]. Au tour suivant, il bat David Ferrer, no 9 mondial, 6-4, 6-1 en tout juste une heure. Il s'agit alors de la troisième victoire du Français sur un membre du top 10 mondial, la troisième en moins de deux mois[49]. Il doit affronter en quart de finale l'Argentin Juan Mónaco, qui finalement déclare forfait, touché à la hanche gauche, ce qui permet à Pouille de se qualifier sans jouer pour sa première demi-finale d'un Masters 1000[50]. Il y affronte Andy Murray, futur vainqueur du tournoi, qui le bat (2-6, 1-6) en moins d'une heure. Ces résultats lui permettent de faire son entrée pour la première fois dans le top 50, passant de la 52e à la 31e place mondiale.

Après un Roland-Garros où il perd au deuxième tour contre un joueur repêché alors qu'il était tête de série pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem, il arrive à Wimbledon sans grands repères sur gazon. Il se défait au premier tour du qualifié Marius Copil en quatre manches, avant de battre l'Américain Donald Young en trois sets et, au troisième tour, l'Argentin Juan Martín del Potro, tombeur de Stanislas Wawrinka au tour précédent, contre qui il s'impose en quatre manches (64-7, 7-66, 7-5, 6-1), se qualifiant ainsi pour son premier huitième de finale en Grand Chelem[51],[52]. Bien que blessé au pied droit au début de la deuxième manche, il sort vainqueur d'un match en cinq sets face à l'Australien Bernard Tomic (6-4, 4-6, 3-6, 6-4, 10-8) atteignant pour la première fois de sa carrière les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem[53],[54],[55]. Son parcours s'arrête contre le no 9 mondial Tomáš Berdych, en presque deux heures de jeu et un premier set serré (64-7, 3-6, 2-6)[56].

Pour la première fois de sa carrière, il est appelé par Yannick Noah pour disputer le quart de finale de Coupe Davis contre la République tchèque, au même titre que Jo-Wilfried Tsonga, Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut[57]. Il remporte le deuxième simple en 3 manches (7-62, 6-4, 7-5) face à Jiří Veselý et permet à la France d'égaliser à 1 partout.

À l'US Open, il bat Mikhail Kukushkin en quatre manches puis le qualifié Marco Chiudinelli après être passé à deux points de la défaite en un peu plus de trois heures et remporte son premier match après avoir été mené deux manches à rien[58]. Mené deux sets à un contre l'Espagnol Roberto Bautista-Agut 17e mondial, il s'impose en cinq sets (3-6, 7-5, 2-6, 7-5, 6-1) en plus de trois heures de jeu et se qualifie pour son premier huitième de finale à Flushing Meadows[59]. Il poursuit son parcours en s'imposant face à Rafael Nadal alors 5e mondial en huitième de finale, toujours en 5 sets (6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-66) en un peu plus de quatre heures, s'offrant une « victoire de légende » dans sa carrière[60],[61]. Il devient ainsi le premier Français à pousser Nadal au cinquième set et à s'y imposer[62]. Visiblement émoussé, il s'incline en quarts de finale face à Gaël Monfils en trois sets (4-6, 3-6, 3-6)[63]. C'est en tant que tête de série numéro 3 que Lucas Pouille aborde le Moselle Open. Il bat Pierre-Hugues Herbert après avoir manqué une balle de match au tie-break du 2e set (6-4 6-76 6-4) puis encore en trois manches et encore contre un Français, il passe les quarts de finale face à Julien Benneteau (7-62 4-6 6-3). Il bat ensuite David Goffin en demi-finale (7-66 6-1) et s'impose en finale face à Dominic Thiem (7-65, 6-2), décrochant ainsi son premier titre sur le circuit.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titre en simple messieurs[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Finaliste Score
1 19-09-2016 Drapeau : France Moselle OpenMetz ATP 250 463 520 € Dur (int.) Drapeau : Autriche Dominic Thiem 7-65, 6-2 Parcours

Finale en simple messieurs[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Vainqueur Score
1 18-04-2016 Drapeau : Roumanie BRD Nastase Tiriac TrophyBucarest ATP 250 463 520 € Terre (ext.) Drapeau : Espagne Fernando Verdasco 6-3, 6-2 Parcours

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2013 2e tour (1/32) Drapeau : Bulgarie Grigor Dimitrov
2014 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie Dušan Lajović 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Juan Mónaco
2015 1er tour (1/64) Drapeau : France Gaël Monfils 1er tour (1/64) Drapeau : France Gilles Simon 1er tour (1/64) Drapeau : Afrique du Sud Kevin Anderson 1er tour (1/64) Drapeau : Russie Evgeny Donskoy
2016 1er tour (1/64) Drapeau : Canada Milos Raonic 2e tour (1/32) Drapeau : Slovaquie Andrej Martin 1/4 de finale Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 1/4 de finale Drapeau : France Gaël Monfils
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2013 1er tour (1/32)
Drapeau : France P-H. Mathieu
Drapeau : Italie A. Seppi
Drapeau : Serbie V. Troicki
2015 2e tour (1/16)
Drapeau : Australie T. Kokkinakis
Drapeau : États-Unis B. Bryan
Drapeau : États-Unis M. Bryan
1er tour (1/32)
Drapeau : France A. Mannarino
Drapeau : Pologne Łukasz Kubot
Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
2e tour (1/16)
Drapeau : Ukraine S. Stakhovsky
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Espagne Marc López
2016 1/2 finale
Drapeau : France A. Mannarino
Drapeau : Royaume-Uni Jamie Murray
Drapeau : Brésil Bruno Soares
1er tour (1/32)
Drapeau : France A. Mannarino
Drapeau : Autriche O. Marach
Drapeau : France F. Martin
1er tour (1/32)
Drapeau : France A. Mannarino
Drapeau : France P.H. Herbert
Drapeau : France Nicolas Mahut
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Madrid Rome Canada Cincinnati Shanghai Paris
2014 1/8 de finale
Drapeau : Suisse Roger Federer
2015 2e tour
Drapeau : Espagne Rafael Nadal
1er tour
Drapeau : France Jérémy Chardy
2016 1er tour
Drapeau : Croatie Borna Ćorić
1/8 de finale
Drapeau : France Gilles Simon
1/8 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
2e tour
Drapeau : États-Unis Sam Querrey
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
2e tour
Drapeau : États-Unis Rajeev Ram
1er tour
Drapeau : Australie Nick Kyrgios
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Parcours en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Class. Lieu et tour Surface Match Adversaire et Classement Score
2016 no 21 Drapeau : République tchèque Třinec 1/4 dur (i) 2e match Drapeau : République tchèque Jiří Veselý no 50 (V) 7-62, 6-4, 7-5
2016 no 18 Drapeau : Croatie Zadar 1/2 dur (i) 2e match
5e match
Drapeau : Croatie Marin Čilić no 11 (D)
Drapeau : Croatie Marin Draganja no - (V*)
1-6, 64-7, 6-2, 2-6
6-4, 6-4

V = Victoire ; D = Défaite ; V* = Victoire sans enjeu ; D* = Défaite sans enjeu

Classement ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année 2011 2012 2013 2014 2015
Rang 1618 en augmentation 431 en augmentation 204 en augmentation 133 en augmentation 78

En double[modifier | modifier le code]

Année 2012 2013 2014 2015
Rang 1174 - 813 en augmentation 263

Source : (en) Classements de Lucas Pouille sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# Drapeau : France Lieu Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 88 Drapeau : États-Unis Miami 2016 Dur Drapeau : Espagne David Ferrer no 8 1/16e 61-7, 7-64, 7-5
2 no 82 Drapeau : Monaco Monte-Carlo 2016 Terre b. Drapeau : France Richard Gasquet no 10 1/16e 4-6, 7-5, 6-1
3 no 52 Drapeau : Italie Rome 2016 Terre b. Drapeau : Espagne David Ferrer no 9 1/8e 6-4, 6-1
4 no 25 Drapeau : États-Unis US Open 2016 Dur Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 5 1/8e 6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-66
5 no 18 Drapeau : France Metz 2016 Dur Drapeau : Autriche Dominic Thiem no 10 Finale 7-65, 6-2

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Lucas Pouille », sur atpworldtour.com (consulté le 21 juin 2013)
  2. a, b, c et d « Lucas Pouille, premier bal », sur lequipe.fr,‎
  3. a, b et c Arnaud Marchais, « De la graine de champion », sur sudouest.fr,‎
  4. La Voix du Nord : La nouvelle star nordiste
  5. (fin) : www.hs : urheilu
  6. a, b et c « Les ambitions de Lucas Pouille », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 9 février 2016)
  7. a, b, c et d Clément Daniez, « Roland-Garros: Lucas Pouille, le petit Français qui monte », sur lexpress.fr,‎
  8. Thierry Tazé-Bernard, « Ils seront l'équipe de France de Coupe Davis en 2020 », sur francetvsport.fr,‎
  9. « Pouille n'est jamais aussi fort que sous pression », sur Eurosport.fr,‎
  10. a et b AFP, « Quart de finale : Lucas Pouille ou le culte de l'effort », sur eurosport.fr,‎
  11. a et b Julien Laloye, « US Open: Pourquoi Pouille est si fort ? Il est tout le contraire du joueur français habituel », sur 20minutes.fr,‎
  12. « Classement "Under Pressure" de l'ATP », sur ATP.com,‎
  13. Romain Scotto, « US Open: les Français n'ont pas de mental? Regardez Lucas Pouille », sur lexpress.fr,‎
  14. « Pouille réalise le doublé », sur eurosport.fr,‎
  15. « Une semaine en bleu : Pouille engrange », sur fft.fr,‎
  16. « Pouille en 1/2 finale », sur eurosport.fr,‎
  17. « Pouille du côté de chez Stan », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  18. « Pouille éliminé », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  19. Rémi Cap-Vert, « Cherbourg - Pouille peut en profiter », sur welovetennis.fr,‎
  20. a, b et c David Delporte, « Tennis - Bercy : avec Lucas Pouille, « on a de grandes ambitions » », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord,‎
  21. « Roland-Garros : Lucas Pouille surclassé », sur sport365.fr,‎
  22. « Lucas Pouille qualifé », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 28 octobre 2014).
  23. « Pouille : «Ma plus belle victoire» », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 28 octobre 2014)
  24. « Pouille poursuit sa route », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 29 octobre 2014)
  25. « Pouille défiera Federer », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 29 octobre 2014)
  26. Loïc Tanzi, « Masters 1000 Paris Bercy : Lucas Pouille en huitièmes, Gasquet et Benneteau éliminés », sur eurosport.fr,‎ (consulté en 29 octobre 2014 )
  27. « Lucas Pouille et Océane Dodin invités à l'Open d'Australie », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  28. « Adrian Mannarino et Lucas Pouille en quarts de finale », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  29. Fabien Mulot, « Viktor Troicki, la folle remontée », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  30. Julien Giovanella, « Un Gaël Monfils aux deux visages », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  31. « Pouille officiellement dans le Top 100 »,‎
  32. J.G., « Paul-Henri Mathieu, Nicolas Mahut, Lucas Pouille et Océane Dodin invités », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  33. F.Be., « Yannick Noah conseille Lucas Pouille! », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  34. « Roland Garros 2015: Adidas s’offre Lucas Pouille », sur sportune.fr,‎
  35. « Lucas Pouille en quart de finale », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  36. « Hambourg : Lucas Pouille arrête Benoît Paire sur sa lancée », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  37. « Fabio Fognini élimine Lucas Pouille en demi-finale », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  38. « Lucas Pouille gagne 21 places au classement ATP », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  39. « Lucas Pouille sorti en quarts à Moscou par Roberto Bautista Agut », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  40. Frédéric Sourice, « Tennis: pourquoi l’année 2015 du Loonois Lucas Pouille s’est révélée spéciale », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord,‎
  41. Adrien Chirac, « Brisbane - Sam Querrey forfait, Lucas Pouille en profite », sur tennisactu.net,‎
  42. Fabien Mulot, « Brisbane : Lucas Pouille en quarts de finale après avoir battu David Goffin », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  43. « Lucas Pouille s'offre David Ferrer en trois sets à Miami », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  44. « Monte-Carlo : Lucas Pouille sort Richard Gasquet au deuxième tour », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  45. « Lucas Pouille domine Federico Delbonis et s'offre sa première finale ATP (7-6, 6-3) », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  46. « Lucas Pouille battu en finale par Fernando Verdasco, 6-3, 6-2 », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  47. « Jo-Wilfried Tsonga déclare forfait pour Rome », sur www.francetvsport.fr,‎ (consulté le 9 mai 2016)
  48. « Lucas Pouille : «J'aurais très bien pu perdre» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  49. « Masters 1000 - Rome : Lucas Pouille vit un tournoi «assez incroyable» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  50. « Sans jouer, Pouille se retrouve dans le dernier carré », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  51. « Pouille s'offre Del Potro et verra la deuxième semaine », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  52. « Lucas Pouille, après sa victoire contre Del Potro: «Une première étape» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  53. « Wimbledon : Héroïque Lucas Pouille qui se qualifie pour les quarts de finale », sur l'équipe.fr, L'Équipe,‎
  54. « Qualifié pour les quarts, Lucas Pouille a lui aussi pleuré à la fin d’un match », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  55. « Quart de finale : Lucas Pouille ou le culte de l'effort », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  56. « La belle aventure londonienne de Lucas Pouille s'arrête en quart de finale », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  57. « Noah sélectionne Tsonga, Pouille, Simon, Mahut et Herbert pour aller en République tchèque », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  58. « Passé à deux points de la défaite, Pouille a enfilé son costume de Superman pour filer au 3e tour », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  59. « 3e tour : Pouille domine Bautista en cinq sets et se qualifie pour les 8es », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  60. « Au bout d'un match mémorable, Lucas Pouille renverse Rafael Nadal en 8es de finale », sur lequipe.fr, L'Equipe,‎
  61. « Pouille s'offre une victoire de légende face à Rafael Nadal », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  62. « Pouille : "Après la balle de match, je me suis juste dit 'Ça y est, tu l'as fait'" », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  63. « Pouille : "Bosser encore plus dur pour être plus fort physiquement" », sur eurosport.fr, Eurosport,‎

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :