Dustin Brown (tennis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dustin Brown et Brown.

Dustin Brown
Image illustrative de l’article Dustin Brown (tennis)
Dustin Brown à Wimbledon 2015.
Carrière professionnelle
2002
Nationalité Drapeau de la Jamaïque Jamaïque (jusqu'en 2010)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Naissance (34 ans)
Celle
Taille 1,96 m (6 5)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Gains en tournois 2 906 111 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 64e (10/10/2016)
En double
Titres 2
Finales perdues 4
Meilleur classement 43e (14/05/2012)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64 1/32 1/16 1/32
Double 1/16 1/8 1/16 1/32
Mixte 1/32

Dustin Brown, né le à Celle en Allemagne, est un joueur de tennis jamaïco-allemand, professionnel depuis 2002.

Il a remporté deux titres ATP en double messieurs, à Metz en 2010 et à Casablanca en 2012, ainsi que huit titres ATP Challengers en simple et trente-cinq en double.

De père jamaïcain et de mère allemande, il a d'abord joué sous les couleurs de la Jamaïque avant de représenter l'Allemagne à partir de novembre 2010.

Brown est l'un des rares joueurs à détenir un face à face positif contre le champion espagnol Rafael Nadal, avec deux victoires pour aucune défaite[1].

Surnommé « Dreddy Tennis » en référence à ses dreadlocks[2], il est considéré comme l'un des joueurs les plus doués et spectaculaires du circuit masculin[3][4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Brown est né le 8 décembre 1984 à Celle, en Allemagne de l'Ouest. Son père, Leroy Brown est Jamaïcain tandis que sa mère Inge est Allemande. Dustin Brown a émigré vers Montego Bay, en Jamaïque, en 1996 avant de revenir finalement en Allemagne[5]. Avec peu de moyens, il va parcourir les tournois Challenger et Future dans un camping-car, offert par ses parents, entre 2004 et 2009[6].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Dustin Brown est reconnu comme un tennisman atypique, ne se basant sur aucun système de jeu, et développant un tennis créatif, ludique, imprévisible et inspiré, en totale contradiction avec le « tennis pourcentage »[7][8] de son époque.

Solide en fond de court grâce à des coups frappés à plat et extrêmement puissants, il excelle aussi dans les filières courtes, pratiquant généreusement le service-volée avec efficacité et talent[9]. Son relâchement extrême donne l'impression qu'il ne force jamais ses frappes, et son excellente anticipation lui permet de masquer ses trajectoires de balles afin de surprendre son adversaire sur son replacement. Son jeu de jambes et sa vitesse de déplacement lui confèrent une parfaite couverture du terrain, en défense comme dans le « petit jeu ».

A son aise sur toutes les surfaces, Brown excelle également dans l'art de l'amortie, amortie rétro et l'amortie-lob, délivrant régulièrement des coups spectaculaires qui font sa réputation[10]. Il possède également un premier service lourd et percutant, et n'hésite pas à forcer sur sa seconde balle, commettant ainsi un nombre conséquent de doubles fautes.

Ces caractéristiques font de lui un joueur d'inspiration, déroutant et audacieux, et à la détermination fluctuante, ce qui peut provoquer beaucoup de déchets dans son jeu, et qui explique en partie sa très grande irrégularité, à la fois dans son tennis, mais aussi dans sa carrière, où il n'a jamais obtenu de résultats à la hauteur de son talent[2][11].

A son sujet, le Serbe Novak Djokovic dira : « Son style est peu orthodoxe, mais je pense qu'il est un joueur très important pour le tennis. C'est phénoménal d'avoir un gars qui profite de chaque moment et qui soit si imprévisible sur le court. Il a énormément de talent. Ses qualités de jeu sont peut-être sous-estimées. »[12] En 2019, Roger Federer exprimera lui aussi son admiration pour le jeu « non-traditionnel » de l'Allemand[13].

Carrière[modifier | modifier le code]

Surtout actif sur le circuit des tournois Challenger et Future, il est le meilleur joueur de l'histoire de la Jamaïque, ayant atteint le 64e rang mondial en simple le 10 octobre 2016. Dustin Brown joue aussi en double (43e rang mondial le 14 mai 2012) et a remporté le titre à l'Open de Moselle en 2010 et le Grand-Prix Hassan II à Casablanca en 2012. Il vit en Allemagne depuis 2004[14] et il est sponsorisé par Air Berlin qui lui paie tous ses trajets[14]. Il est un des rares joueurs du circuit à porter des dreadlocks[14].

En obtenant une invitation pour le tournoi de Wimbledon 2010, il participe à son premier tournoi du Grand Chelem, devenant le premier Jamaïcain depuis 36 ans à participer à un des quatre majeurs[14].

En simple, Dustin Brown a remporté les tournois Challenger de Samarcande en 2009, de Johannesburg et d'Aix-la-Chapelle en 2010, de Bath en 2012, de Gênes en 2013, Szczecin en 2014, Manchester en 2016 et Sophia Antipolis en 2019 et les tournois Future de Römerberg (2007), de Trèves (2008) et de Vaduz (2009).

En 2010, sur le circuit ATP, il atteint les quarts de finale des tournois de Johannesburg et de Newport.

En septembre, il passe le 1er tour de l'US Open et devient le premier Jamaïcain à remporter un match en tournoi du Grand Chelem depuis Richard Russel en 1968, date de la première édition ouverte aux professionnels. Au second tour, il s'incline en 3 sets face à Andy Murray.

Il crée la surprise lors du tournoi de Wimbledon 2013 en sortant l'ex-numéro 1 mondial, Lleyton Hewitt en quatre sets.

En 2014, à Halle, après avoir bénéficié d'une invitation, il bat facilement au second tour le numéro 1 mondial Rafael Nadal, fraîchement vainqueur de Roland Garros, sur le score sans appel de (6-4, 6-1). Au tour suivant, lors d'un match atypique, il s'incline contre son compatriote Philipp Kohlschreiber après avoir mené 5-0 dans le troisième set et avoir obtenu plusieurs balles de match, notamment lors du jeu décisif qu'il perd 18-16.

En 2015, il réitère cet exploit en éliminant, au second tour de Wimbledon, Rafael Nadal sur le score (7-5, 3-6, 6-4, 6-4) au cours d'une partie maîtrisée alors que Brown jouait pour la première fois sur le court central londonien[2].

En double, son palmarès est plus important puisqu'il a atteint six finales sur le circuit ATP, dont deux remportées en 2010 et 2012.

L'année 2016 est de loin sa meilleure année avec notamment une demi-finale à Montpellier où il perd contre Richard Gasquet, un titre au Challenger de Manchester et aussi sa première victoire dans le tableau principal de Roland-Garros où il s'incline au deuxième tour face à Jack Sock.

Il commence l'année 2017 par le tournoi de Doha. Au premier tour il bat difficilement l'Argentin Facundo Bagnis, mieux classé que lui sur le score de 6-1, 62-7, 6-4. Il s'incline ensuite au second tour face au Français Jo-Wilfried Tsonga (12e mondial) sur le score sec de 6-1, 6-3. Il enchaîne la semaine suivante au tournoi d'Auckland où il bat au premier tour l'Américain Michael Mmoh (197e mondial) sur le score de 7-64, 3-6, 6-4. Il s'incline au deuxième tour face au Chypriote Márcos Baghdatís (36e joueur mondial) après un match accroché (4-6, 7-64, 6-4). À l'Open d'Australie, il s'incline logiquement dès le premier tour 6-3, 6-4, 6-2 face au canadien no 3 mondial Milos Raonic.

En février, il se rend au tournoi de Montpellier afin de défendre les points de sa demi-finale de l'année précédente. Au premier tour il bat l'Espagnol Guillermo García-López (no 94) 7-64, 6-3. Au second tour, il réalise une très belle performance puisqu'il parvient à écarter le Croate Marin Čilić (n°7) 6-4, 6-4 en 1 h, ce qui lui permet de se qualifier pour les quarts de finale, où il s'incline face à Benoit Paire sur abandon. Associé à Frances Tiafoe, il parvient en finale du double messieurs du tournoi de Houston, sur terre battue, mais la paire est dominée par Peralta et Zeballos. Qualifié pour le tournoi de Wimbledon, il chute dès le second tour face à Andy Murray sur le score de 6-3, 6-2, 6-2.

L'année 2018 sera marquée par une finale en Challenger, à Gênes, concédée à Lorenzo Sonego (2–6, 1–6), ainsi que par un nouveau titre en double messieurs, toujours sur le circuit Challenger, à Côme.

C'est en 2019 que Brown renoue avec le succès, à l'occasion du Sophia Antipolis Open, au terme duquel il s'impose en finale face au Serbe Filip Krajinović sur le score de 6-3, 7-5, non sans avoir délivré un festival de coups exceptionnels[15]. C'est son premier titre professionnel en simple messieurs depuis 2016. Il ajoute un nouveau titre Challenger en double à son palmarès, à l'occasion du tournoi de Nouméa, associé à Donald Young. Durant le tournoi de Stuttgart, il réalise l'exploit de battre son compatriote et numéro cinq mondial Alexander Zverev au second tour, mais s'incline en quarts de finale face à Félix Auger-Aliassime sur le score serré de 7-6, 6-7, 7-6, au bout de deux heures de combat[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en double messieurs[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Partenaire Finalistes Score
1 20-09-2010 Drapeau : France Open de Moselle
 Metz
ATP 250 398 250  Dur (int.) Drapeau : Pays-Bas Rogier Wassen Drapeau : Brésil Marcelo Melo
Drapeau : Brésil Bruno Soares
6-3, 6-3 Parcours
2 09-04-2012 Drapeau : Maroc Grand-Prix Hassan II
 Casablanca
ATP 250 398 250  Terre (ext.) Drapeau : Australie Paul Hanley Drapeau : Italie Daniele Bracciali
Drapeau : Italie Fabio Fognini
7-5, 6-3 Parcours

Finales en double messieurs[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Vainqueurs Partenaire Score
1 20-02-2012 Drapeau : France Open 13
 Marseille
ATP 250 512 750  Dur (int.) Drapeau : France Nicolas Mahut
Drapeau : France Édouard Roger-Vasselin
Drapeau : France Jo-Wilfried Tsonga 3-6, 6-3, [10-8] Parcours
2 23-07-2012 Drapeau : Autriche bet-at-home Cup
 Kitzbühel
ATP 250 358 425  Terre (ext.) Drapeau : République tchèque František Čermák
Drapeau : Autriche Julian Knowle
Drapeau : Australie Paul Hanley 7-64, 3-6, [12-10] Parcours
3 08-04-2013 Drapeau : Maroc Grand-Prix Hassan II
 Casablanca
ATP 250 410 200  Terre (ext.) Drapeau : Autriche Julian Knowle
Drapeau : Slovaquie Filip Polášek
Drapeau : Allemagne Christopher Kas 6-3, 6-2 Parcours
4 10-04-2017 Drapeau : États-Unis Fayez Sarofim & Co. US Men's Clay Court Championship
 Houston
ATP 250 535 625 $ Terre (ext.) Drapeau : Chili Julio Peralta
Drapeau : Argentine Horacio Zeballos
Drapeau : États-Unis Frances Tiafoe 4-6, 7-5, [10-6] Parcours

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2010 1er tour (1/64) Drapeau : Autriche Jürgen Melzer 2e tour (1/32) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray
2011 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne Albert Montañés 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Leonardo Mayer
2012 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne David Ferrer
2013 3e tour (1/16) Drapeau : France Adrian Mannarino
2014 1er tour (1/64) Drapeau : Australie M. Matosevic 1er tour (1/64) Drapeau : Chypre Márcos Baghdatís 1er tour (1/64) Drapeau : Australie Bernard Tomic
2015 1er tour (1/64) Drapeau : Bulgarie Grigor Dimitrov 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Viktor Troicki 1er tour (1/64) Drapeau : Pays-Bas Robin Haase
2016 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Jack Sock 2e tour (1/32) Drapeau : Australie Nick Kyrgios 1er tour (1/64) Drapeau : Canada Milos Raonic
2017 1er tour (1/64) Drapeau : Canada Milos Raonic 1er tour (1/64) Drapeau : France Gaël Monfils 2e tour (1/32) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne R. Bautista-Agut
2018 1er tour (1/64) Drapeau : Portugal João Sousa

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2011 2e tour (1/16)
Drapeau : Pays-Bas R. Wassen
Drapeau : Australie C. Ebelthite
Drapeau : Australie A. Feeney
1/8 de finale
Drapeau : Allemagne M. Kohlmann
Drapeau : États-Unis S. Lipsky
Drapeau : États-Unis Rajeev Ram
1er tour (1/32)
Drapeau : Allemagne M. Kohlmann
Drapeau : Australie C. Ball
Drapeau : Mexique S. González
2012 1er tour (1/32)
Drapeau : Croatie Ivan Dodig
Drapeau : Argentine J. I. Chela
Drapeau : Argentine E. Schwank
1er tour (1/32)
Drapeau : Royaume-Uni J. Marray
Drapeau : Colombie J. S. Cabal
Drapeau : Colombie R. Farah
2e tour (1/16)
Drapeau : Autriche O. Marach
Drapeau : États-Unis S. Lipsky
Drapeau : États-Unis Rajeev Ram
1er tour (1/32)
Drapeau : Allemagne C. Kas
Drapeau : Inde L. Paes
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
2013 1er tour (1/32)
Drapeau : Allemagne C. Kas
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Espagne Marc López
1er tour (1/32)
Drapeau : Australie R. Junaid
Drapeau : Pakistan A.-U.-H. Qureshi
Drapeau : Pays-Bas J.-J. Rojer
2014 1er tour (1/32)
Drapeau : France G. Monfils
Drapeau : Espagne P. Carreño-Busta
Drapeau : Espagne G. García-López
2e tour (1/16)
Drapeau : Allemagne J.-L. Struff
Drapeau : Canada D. Nestor
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
2015 2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne P. Andújar
Drapeau : États-Unis E. Butorac
Drapeau : Australie Sam Groth
1er tour (1/32)
Drapeau : Autriche Haider-Maurer
Drapeau : États-Unis N. Monroe
Drapeau : Nouvelle-Zélande Artem Sitak
1er tour (1/32)
Drapeau : Autriche Haider-Maurer
Drapeau : États-Unis N. Monroe
Drapeau : Nouvelle-Zélande Artem Sitak
2016 1er tour (1/32)
Drapeau : Royaume-Uni A. Bedene
Drapeau : Croatie Ivan Dodig
Drapeau : Brésil Marcelo Melo
2e tour (1/16)
Drapeau : Allemagne J.-L. Struff
Drapeau : Royaume-Uni J. Marray
Drapeau : Canada A. Shamasdin
1er tour (1/32)
Drapeau : France B. Paire
Drapeau : Chypre M. Baghdatís
Drapeau : Luxembourg G. Müller
2017 1er tour (1/32)
Drapeau : Espagne Albert Ramos
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
Drapeau : Allemagne M. Zverev
1er tour (1/32)
Drapeau : Taipei chinois Lu Yen-hsun
Drapeau : France C. Lestienne
Drapeau : France C. Moutet
1er tour (1/32)
Drapeau : Allemagne M. Zverev
Drapeau : Inde Rohan Bopanna
Drapeau : France É. Roger-Vasselin

N.B. : le nom du partenaire se trouve sous le résultat ; le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2011 1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis Vania King
Drapeau : Royaume-Uni E. Baltacha
Drapeau : Royaume-Uni Ken Skupski
2016 1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis M. Brengle
Drapeau : Lettonie J. Ostapenko
Drapeau : Autriche Oliver Marach

N.B. : le nom de la partenaire se trouve sous le résultat ; le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Madrid Rome Canada Cincinnati Shanghai Paris
2011 1er tour
Drapeau : Allemagne P. Petzschner
2015 1er tour
Drapeau : Kazakhstan A. Golubev
2017 1er tour
Drapeau : Royaume-Uni D. Evans
1er tour
Drapeau : États-Unis D. Young

N.B. : sous le résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Toutes ses victoires sur des joueurs classés dans le top 10 de l'ATP lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# D.B. Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 101 Drapeau : États-Unis Houston 2014 Terre battue Drapeau : États-Unis John Isner no 9 1/8 6-4, 67-7, 7-64
2 no 85 Drapeau : Allemagne Halle 2014 Gazon Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 1 1/8 6-4, 6-1
3 no 115 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2015 Gazon Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 10 1/32 7-5, 3-6, 6-4, 6-4
4 no 84 Drapeau : France Montpellier 2017 Dur (int.) Drapeau : Croatie Marin Čilić no 7 1/8 6-4, 6-4
5 no 170 Drapeau : Allemagne Stuttgart 2019 Gazon Drapeau : Allemagne Alexander Zverev no 5 1/8 6-4, 63-7, 6-3

Classements ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

Année 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Rang en simple 735 en augmentation 529 en diminution 810 en augmentation 636 en augmentation 563 en augmentation 456 en diminution 499 en augmentation 144 en augmentation 92 en diminution 161 en augmentation 154 en augmentation 122 en augmentation 89 en diminution 118 en augmentation 72 en diminution 125 en diminution 249
Rang en double 1022 en augmentation 718 en diminution 792 en augmentation 530 en diminution 579 en augmentation 440 en augmentation 262 en augmentation 207 en augmentation 53 en diminution 69 en augmentation 55 en diminution 85 en stagnation 85 en augmentation 82 en diminution 175 en diminution 183 en diminution 191

Source : (en) Classements de Dustin Brown sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dustin Brown, rasta raquette - Tennis », sur L'Équipe (consulté le 9 août 2019)
  2. a b et c « Wimbledon: Dustin Brown, "rasta roquette" » (consulté le 3 juillet 2015)
  3. « La magie de Dustin Brown », sur www.welovetennis.fr (consulté le 9 août 2019)
  4. « ATP - Dustin Brown, un OVNI du circuit », sur www.tennisactu.net (consulté le 9 août 2019)
  5. (en) Greg Bishop, « A Wimbledon Journey That Began in a Van », sur nytimes.com, (consulté le 3 juillet 2015).
  6. La Sueur, « Portrait de Dustin Brown: l'énigme du Tennis », sur La Sueur, (consulté le 9 août 2019)
  7. « Le Tennis Pourcentage | Gespe Tennis Sport », sur gespetennis.com (consulté le 9 août 2019)
  8. « Mieux comprendre le tennis pourcentage et augmenter ses chances de gagner en match », sur Blog Tennis Concept, (consulté le 9 août 2019)
  9. Antoine du Chastel, « Qui est Dustin Brown, le tennisman aux dreadlocks? », sur lexpress.fr, (consulté le 3 juillet 2015).
  10. (en-US) Luke Meyer, « Dustin Brown incredible shots vs. Zverev in Stuttgart », sur Tennis Tonic, (consulté le 9 août 2019)
  11. « Wimbledon. Dustin Brown, le showman aux dreadlocks », sur Ouest-France.fr, (consulté le 9 août 2019)
  12. (en-US) « Novak Djokovic: 'Dustin Brown is very unorthodox, but important for tennis' », sur Tennis World USA (consulté le 15 août 2019)
  13. (en-US) « Roger Federer shares why he likes Dustin Brown », sur Tennis World USA (consulté le 15 août 2019)
  14. a b c et d « À la volée », Tennis Magazine, no 411, août 2010, p. 20
  15. « Dustin Brown remporte le Challenger de Sophia Antipolis 2019 en jouant un tennis d'extraterrestre », sur Tennis : Points, Highlights, Vidéos, Histoire | Blog tennis légendaire, (consulté le 10 août 2019)
  16. « ATP Stuttgart : Auger-Aliassime vient à bout de Brown (7-6, 6-7, 7-6) et atteint le dernier carré », sur Eurosport, (consulté le 10 août 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]