Coupe Davis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coupe Davis
Description de l'image Logo_Davis_Cup.png.
Généralités
Sport TennisVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1900
Organisateur(s) ITF
Catégorie Par équipes nationales
Périodicité Annuelle
Participants 16 équipes (groupe mondial)
Statut des participants Professionnel
Site web officiel www.daviscup.com

Palmarès
Tenant du titre Drapeau d'Espagne Espagne (2019)
Plus titré(s) Drapeau des États-Unis États-Unis (32)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Édition 2020-2021
Commémoration des victoires françaises (au stade Roland-Garros)

La Coupe Davis est la plus prestigieuse des compétitions internationales annuelles de tennis masculin par équipes. Créée en 1900 par Dwight Davis, elle est gérée par la Fédération internationale de tennis. Initialement appelée International Lawn Tennis Challenge (littéralement : « défi international de tennis sur gazon »), elle n'oppose d'abord que la Grande-Bretagne et les États-Unis et ne s'ouvre à d'autres nations qu'à partir de 1904. Elle ne prend son nom actuel qu'en 1945 après la mort de son créateur. Depuis 2017, elle est également nommée Coupe du monde de tennis, tout comme la Fed Cup[1],[2], qui est considérée comme son équivalent féminin. Le caractère collectif de la Coupe Davis tranche avec les autres grands tournois de tennis, sport individuel par excellence malgré l'existence du double.

Le plus grand nombre de titres est détenu par les États-Unis avec 32 victoires sur 61 finales disputées. En deuxième position vient l'Australie, avec 28 victoires sur 47 finales disputées, dont quatre titres gagnés aux côtés de la Nouvelle-Zélande sous le nom d'Australasie. La dernière édition disputée sur ce format plus que centenaire est remportée en 2018 par la Croatie qui bat la France par 3 victoires à 1.

Le 16 août 2018, à Orlando, les membres de la Fédération internationale de tennis adoptent à la majorité des deux-tiers (71,4 % des voix) une réforme radicale de la compétition vieille de 118 ans. À partir de 2019, elle ne se dispute plus que sur une semaine, en fin de saison, avec dix-huit équipes nationales, des matchs au meilleur des trois sets (deux simples et un double), sur terrain neutre et est plus richement dotée[3]. Le but est d'attirer de nouveau les meilleurs joueurs de l'ATP qui, une fois que la coupe Davis a été gagnée, n'y participaient plus, rendant les résultats peu crédibles aux yeux de certains spectateurs et entraînant une fuite du public et des sponsors[4],[5]. Cependant, de nombreux joueurs (actuels et anciens) expriment leur hostilité vis-à-vis de cette réforme[6]. De plus, de nombreuses stars du circuits, telles Alexander Zverev[7], Novak Djokovic et Roger Federer[8], critiquent le format de cette nouvelle compétition et surtout sa place dans le calendrier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Saladier d'Argent, trophée de la Coupe Davis.

En 1899, Dwight Davis (1879-1945), un étudiant américain de l'Université Harvard, l'un des meilleurs joueurs de tennis du moment, a l'idée de créer une compétition annuelle internationale mettant aux prises les États-Unis et la Grande-Bretagne. La première coupe Davis se déroule à Boston, Massachusetts, sur les courts en gazon du Longwood Cricket Club, du 7 au . L'année suivante, la rencontre n'est pas reconduite, mais en 1902 le tournoi a repris avec une nouvelle coupe, un immense saladier en argent acheté par Dwight Davis environ 1 000 $[9]. Le nom de l'équipe gagnante est gravé chaque année sur le socle qui soutient le Saladier et le vainqueur le garde jusqu'à la prochaine finale.

Entre 1900 et 1910, seulement six équipes prennent part à l'épreuve : les États-Unis, le Royaume-Uni (sous le nom d'Îles britanniques), la Belgique, la France, l'Autriche-Hongrie[10] et l'Australasie (équipe d'Australie et Nouvelle-Zélande). Très vite, pourtant, la compétition s'ouvre « à toutes les nations civilisées d'Orient en Occident », selon un slogan de la Coupe Davis au début des années 1920. 34 nations sont ainsi en compétition en 1927. La Coupe Davis est alors la seule compétition à vocation véritablement mondiale du calendrier sportif. Aujourd'hui, 133 nations[11] se disputent le Saladier d'argent.

La formule du Groupe Mondial à partir des années 80 a totalement régénéré la compétition. La Coupe Davis est redevenue un événement sportif de premier plan. Avec le développement mondial du tennis, la domination des États-Unis et de l'Australie a été battue en brèche. Les nations européennes sont devenues des puissances majeures. Il y eut la période faste de la Suède (années 1980 et 1990), de l'Allemagne, de la France, de la Russie et de l'Espagne. Au fil du temps, les matchs ont été de plus en plus mis en scène avec supporteurs bariolés, drapeaux, etc. Mais à partir des années 2010, la Coupe Davis a connu une nouvelle période de doute. Les grands joueurs la voient de plus en plus comme un fardeau qui vient perturber leur calendrier ATP, considéré comme très chargé, des têtes de séries ne prennent pas part à la compétition, surtout dans les premiers tours. Une mesure demandée aurait été l'application d'un bye pour le gagnant. Les pays estiment aussi que l'organisation d'un match est de plus en plus difficile à assumer financièrement. Des voix demandent de nouvelles réformes. L'ITF proposa en 2017 un lifting, parfois décrié : finale sur terrain neutre, matchs en deux sets gagnants, garantie pour le finaliste de jouer à domicile[12],[13]. En 2018, l'ITF propose une nouvelle formule avec des matchs rassemblés sur une semaine, un peu comme une Coupe du Monde de foot. Une phase finale à 18 équipes réparties en six poules de trois. Cette perspective provoque une levée de boucliers.

D'autres compétitions ou exhibitions par équipes ont été créées par la suite : la World Team Cup (1989-2012), compétition masculine par pays sur une semaine, la Hopman Cup (1989-) qui rassemble 8 équipes formées par un joueur et une joueuse d'un même pays, la Laver Cup (2017-) où s'affrontent deux équipes masculines, l'une européenne et l'autre du reste du monde, le World Team Challenge (2009-) qui réunit d'anciens champions et des joueurs en activité ou encore l'International Premier Tennis League (2014-2016) qui se déroule en plusieurs tournois avec des équipes mixtes d'anciens champions et de joueurs en activité.

Format de la compétition[modifier | modifier le code]

Depuis sa création jusqu'à l'édition 2018, la formule des rencontres est inchangée. Comme instauré par Dwight Davis, elles se déroulent sur trois jours, au cours desquels quatre simples sont entrecoupés d'un double. En revanche, la formule générale de la compétition a beaucoup évolué.

À l'origine, la nation détentrice du célèbre Saladier d'argent n'avait, l'année suivante, qu'à défendre son titre contre la nation qui avait battu toutes les autres, au cours d'une ultime rencontre appelée « Challenge Round ». D'abord regroupés en un seul championnat, les prétendants ont ensuite été répartis par zones géographiques :

  • 1923 : création des zones Amérique et Europe ;
  • 1952 : création de la zone Est ;
  • 1959 : scission de la zone Amérique : Nord & Centre et Sud ;
  • 1964 : scission de la zone Est scindée en deux : A et B ;
  • 1966 : scission de la zone Europe scindée en deux : A et B.

Les vainqueurs de chaque zone se rencontraient ensuite dans une finale « inter-zone » permettant de déterminer le concurrent au titre.

La formule change une première fois en 1972, le vainqueur de l'année précédente devant désormais passer les tours comme les autres équipes. Puis le règlement est revu en profondeur en 1981, avec l'apparition d'un tableau final sur quatre tours, où s'affronte une élite des seize meilleures nations de la planète dénommée « Groupe Mondial ». Les autres équipes sont alors regroupées en trois nouvelles zones géographiques (Amérique, Asie et Océanie, Europe et Afrique), chacune subdivisées en quatre divisions (Groupe I, II, III et IV, du mieux au moins bien classé). Un système de promotions et de rétrogradations est mis en place chaque année, associé pour les groupes supérieurs à un tournoi de barrage, où les meilleures nations d'un groupe rencontrent les plus faibles du groupe supérieur.

Lorsque deux équipes sont appelées à se rencontrer, les matchs sont disputés chez celle qui s'est déplacée lors de leur dernière opposition. La surface sur laquelle se joueront les matchs est choisie par le pays hôte.

Néanmoins, deux mesures vont contrevenir face à ce dogme. À partir de 2018, les équipes finalistes sont assurées de jouer à domicile lors du 1er tour de l'édition suivante. L'autre mesure réclamée est le lieu de la finale, cette dernière se jouera sur terrain neutre, en 2019 et 2020, normalement prévu au Palexpo de Genève en surface dure, couplée à la finale de la Fed Cup.

En août 2018, l'ITF adopte un changement radical de la formule de la coupe Davis : le tournoi se déroulera sur une seule semaine, en novembre, sur terrain neutre, au meilleur de trois matchs (deux simples et un double), en trois sets[14]. Cette réforme très controversée dans le monde du tennis sera appliquée dès 2019 à Madrid[15]. 18 équipes s'affronteront en 6 poules de 3 dont les vainqueurs et les 2 meilleurs deuxièmes se qualifieront pour les quarts de finale[16].

Format des matchs[modifier | modifier le code]

Quatre compositions possibles pour les équipes à choisir jusqu'à 10 jours avant le début de la rencontre sans précisions sur quel joueur jouera les simples ou le double :

  • 2 joueurs + 1 capitaine joueur = 3
  • 3 joueurs + 1 capitaine joueur = 4
  • 3 joueurs + 1 capitaine non joueur = 3
  • 4 joueurs + 1 capitaine non joueur = 4
  • 5 joueurs + 1 capitaine non joueur = 5 (à partir de l'édition 2018)

Le capitaine choisit ses deux joueurs pour le simple et pour le double. Le capitaine choisit l'ordre de ses joueurs de manière arbitraire. Deux joueurs de la sélection peuvent être changés jusqu'à 1 heure avant le tirage au sort (il détermine quel n° 1 jouera le premier, il a lieu le jour précédant la rencontre à au moins 24 h du premier match).

  • Vendredi premier match : n° 1 équipe X contre n° 2 équipe Y,
  • Vendredi deuxième match : n° 2 équipe X contre n° 1 équipe Y
  • Samedi troisième match : doubles n'importe quels joueurs de la sélection
  • Dimanche quatrième match : n° 1 équipe X contre n° 1 équipe Y
  • Dimanche cinquième match : n° 2 équipe X contre n° 2 équipe Y

Le remplacement d'un joueur blessé ou malade est autorisé avec l'aval du juge arbitre, en choisissant un joueur de la sélection. Pour les changements ou les remplacements du dimanche, le capitaine devra choisir un joueur n'ayant pas joué un des deux premiers matchs, c'est-à-dire que le joueur du quatrième match (le no 1) ne saurait être remplacé par le no 2 de son équipe et le joueur du cinquième match (le no 2) par le joueur no 1. Les changements doivent être faits, pour le quatrième match, jusqu'à une heure avant son début et, pour le cinquième match, jusqu'à 10 minutes après la fin du précédent.

La Coupe Davis attribue des points comptant pour le classement ATP de 2009 à 2015, en vue de motiver davantage les meilleurs joueurs à y participer[17]. Cette réforme décrite comme injuste par certains joueurs, conscients que la course aux points est défavorisée selon la nationalité, est supprimée en 2016[18].

En 1989, la Coupe Davis accepte le principe du jeu décisif (tiebreak en anglais) sauf pour la cinquième manche. En 2016, le jeu décisif est étendu pour toutes les manches. Ces deux réformes limitent le risque des matchs interminables qui faisaient le sel de la compétition. Une réforme controversée, qui ne fut pas acceptée en 2017, aurait été d'appliquer un format de deux sets gagnants aux matchs en simple[19].

Records et statistiques[modifier | modifier le code]

De nombreux records ont été enregistrés durant l'histoire de la Coupe Davis[20].

Nations[modifier | modifier le code]

Les États-Unis détiennent le record du plus grand nombre de titres : sur 61 finales disputées, ils en ont remporté 32, dont sept consécutives de 1920 à 1926. Ils sont les seuls avec la France à avoir remporté la Coupe Davis sur toutes les surfaces (gazon, terre battue, synthétique et dur). L'Australie a gagné 28 fois le trophée sur 47 finales jouées.

La Roumanie, la Belgique et l'Inde ont échoué dans les trois finales qu'elles ont atteintes. L'Argentine a quant à elle dû attendre sa cinquième finale pour enfin remporter le Saladier. L'Italie n'a remporté qu'une finale sur sept disputées.

De 1927 à 1932, l'équipe française, composée de René Lacoste, Henri Cochet, Jean Borotra et Jacques Brugnon (les « Quatre Mousquetaires »), domine la compétition avec six victoires consécutives. De 1983 à 1989, la Suède accède en finale sept fois d'affilée, mais n'en remporte que trois.

Les finales les plus fréquentes sont États-Unis - Australie (29 fois), États-Unis - Grande-Bretagne (10), et États-Unis - France (8).

De 1955 à 1957, l'équipe d'Australie remporte 28 matches de suite entre joueurs. Les États-Unis ont gagné 17 matchs consécutifs entre nations de 1968 à 1973.

Trois nations ont obtenu le Saladier d'Argent en remportant toutes les rencontres à l'extérieur : les États-Unis en 1972, la France en 2001 et l'Argentine en 2016.

Depuis 1939, aucune équipe n'a gagné la finale de la Coupe Davis en étant menée deux victoires à zéro. Cette année-là, les Australiens avaient réussi cet exploit sur le sol américain. Leur équipe n'était alors composée que de deux joueurs : Adrian Quist et John Bromwich.

De 1937 à 1973, seuls les États-Unis et l'Australie ont remporté la Coupe Davis.

Joueurs[modifier | modifier le code]

En individuel, Roy Emerson l'emporte huit fois avec l'équipe d'Australie, de 1959 à 1962 puis de 1964 à 1967. De même l'Américain Stan Smith participe à huit campagnes victorieuses de 1968 à 1972, puis en 1978, 1979 et 1981 mais cette dernière année, il ne joue pas la finale et ne vient jouer que le double lors du quart contre la Tchécoslovaquie[21]. Le record de finales disputées est détenu par l'Américain Bill Tilden, avec onze participations pour sept victoires.

Feliciano López en demi-finales de la Coupe Davis 2009.

Presque tous les très grands joueurs ont gagné au moins une fois la Coupe Davis dans leur carrière : Bill Tilden (sept fois), Fred Perry, Rod Laver, John McEnroe et Rafael Nadal (cinq fois[N 1]), Stefan Edberg (quatre fois), Mats Wilander et Ken Rosewall (trois fois), Pete Sampras, Andre Agassi, Donald Budge, Boris Becker et Lleyton Hewitt (deux fois), Roger Federer, Björn Borg, Jimmy Connors, Ivan Lendl et Novak Djokovic (une fois). Parmi ceux qui ne l'ont jamais remportée, on peut citer Ilie Năstase et David Nalbandian (trois finales perdues), Guillermo Vilas (une) et Gustavo Kuerten (aucune disputée).

Moins connu du grand public, le Suédois Jonas Björkman a gagné trois fois le trophée (1994, 1997 et 1998). De même son compatriote Anders Järryd participe aux sept campagnes successives entre 1983 et 1989 durant lesquelles son équipe arrive chaque fois en finale (pour en remporter trois : 1984, 1985 et 1987[N 2]). Les Espagnols David Ferrer et Feliciano López ont également gagné trois Coupe Davis, en 2008, 2009 et 2011.

Le joueur italien Nicola Pietrangeli détient le record du nombre de matchs disputés (164 entre 1954 et 1968). Il n'a cependant jamais remporté l'épreuve. Il détient aussi les records de victoires en simple (78), et du double le plus souvent victorieux (34) avec Orlando Sirola. Le record de victoires en double est détenu par l'Indien Leander Paes[22]. Parmi les grands champions les plus assidus, Ilie Năstase a joué 146 matchs (simples et doubles), Guillermo Vilas 81, Stefan Edberg et Roger Federer 70, John McEnroe 69, Boris Becker 65 et Mats Wilander 61.

Le Chypriote Márcos Baghdatís détient le record de la plus longue série de victoires en simple (36 entre 2003 et 2016)[23], mais son pays n'a jamais dépassé le stade du Groupe continental II. Si l'on s'en tient aux matchs d'« élite », le Suédois Björn Borg a enchaîné 33 victoires consécutives en simple entre 1973 et 1980, tout en remportant la coupe en 1975. La paire indienne formée par Leander Paes et Mahesh Bhupathi a réussi quant à elle la plus longue série de victoires en double (24 entre 1997 et 2010).

L'Espagnol Rafael Nadal est invaincu depuis septembre 2005, soit 32 rencontres consécutives remportées - simple et double. Il s'agit de la plus longue invincibilité dans la compétition.

L'Américain Tut Bartzen a gagné les seize matchs de Coupe Davis qu'il a disputés entre 1952 et 1961 (quinze simples et un double).

En 1982, McEnroe a gagné douze matchs sur douze, huit simples et quatre doubles. Seul cas dans l'Histoire.

Trois joueurs ont gagné les huit simples possibles dans une campagne : John McEnroe (en 1982), Mats Wilander (en 1983) et Andy Murray (en 2015)[24].

En s'imposant dans le cinquième match lors des finales de 2013 puis 2014, Radek Štěpánek devient de son côté le plus vieux joueur à gagner le simple décisif, et le premier à le remporter deux années de suite[25],[26].

Rencontres[modifier | modifier le code]

Le match le plus long de l'histoire de la Coupe Davis est le double opposant la paire suisse Stanislas Wawrinka - Marco Chiudinelli aux Tchèques Tomáš Berdych et Lukáš Rosol lors du premier tour de l'édition 2013, le 2 février dans la halle 7 du Palexpo à Genève. Le duo tchèque s'impose après h 2 min de match, sur le score de 4-6, 7-5, 4-6, 7-6, 22-24. 91 jeux seront inscrits durant la partie, ce qui constitue un autre record[27].

Le simple le plus long est celui entre l'Argentin Leonardo Mayer et le Brésilien João Souza au premier tour de l'édition 2015, le 8 mars au Tecnópolis de Buenos Aires. Le premier nommé, à domicile, l'emporte en h 43 min, sur un score de 7-6, 7-6, 5-7, 5-7, 15-13. Parmi les autres matches marathons, on peut citer la victoire de l'Américain John McEnroe contre le Suédois Mats Wilander en 1982, lors des quarts de finale au Checkerdome de Saint-Louis, dans le Missouri (9-7, 6-2, 15-17, 3-6, 8-6 en h 22 min)[28], puis sa défaite contre l'Allemand Boris Becker durant les barrages de 1987 au Civic Center d'Hartford, dans le Connecticut (4-6, 15-13, 8-10, 6-2, 6-2 en h 21 min)[29].

La finale de 1996 est la première dans l'histoire de la compétition où la Coupe se joue dans le cinquième set du cinquième match. Le Français Arnaud Boetsch s'y impose 10-8, en sauvant trois balles de match sur son service à 7-8, 0-40 face au Suédois Nicklas Kulti.

Le 21 novembre 2014, le Stade Pierre-Mauroy, situé à Villeneuve-d'Ascq (Lille) et configuré en arena, accueille 27 432 spectateurs pour le premier duel de la finale France-Suisse, qui oppose Jo-Wilfried Tsonga à Stanislas Wawrinka. C'est le record d'affluence pour un match de Coupe Davis. Le précédent datait de 2004, lors du choc entre Carlos Moyà et Andy Roddick en finale d'Espagne-États-Unis, où 27 200 spectateurs s'étaient rendus au Stade olympique de Séville, et avant cela 1954, pour la finale Australie-États-Unis à Sydney, à laquelle 25 578 spectateurs assistaient.

En 2002, la Russie gagne la Coupe Davis en France lors du cinquième match, grâce à une victoire en cinq manches de Mikhail Youzhny sur Paul-Henri Mathieu après avoir été mené deux manches à zéro. C'est la seule fois où un pays s'est imposé sur un tel renversement dans la dernière rencontre.

L'affrontement le plus serré de l'histoire a lieu lors des barrages de 2003, quand la Roumanie s'impose en Équateur par trois victoires à deux, toutes en cinq sets. Avec 21 h 37 min de durée cumulée (et 281 jeux inscrits), c'est aussi la plus longue rencontre de la compétition. Seule la finale de la Zone Est en 1974 entre l'Inde et l'Australie compte un plus grand nombre de jeux marqués (327).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès par année[modifier | modifier le code]

Édition Vainqueur Score Vaincu Date Lieu Ville Pays Surface
1900 États-Unis 3-0 Îles Britanniques 8 - 10 août Longwood Cricket Club Boston États-Unis Gazon
1901 Non disputée
1902 États-Unis 3-2 Îles Britanniques 6 - 8 août Crescent Athletic Club New York États-Unis Gazon
1903 Îles Britanniques 4-1 États-Unis 4 - 8 août Longwood Cricket Club Boston États-Unis Gazon
1904 Îles Britanniques 5-0 Belgique 2 - 5 juillet Wimbledon, Worple Road Londres Royaume-Uni Gazon
1905 Îles Britanniques 5-0 États-Unis 21 - 24 juillet Wimbledon, Worple Road Londres Royaume-Uni Gazon
1906 Îles Britanniques 5-0 États-Unis 21 - 24 juin Wimbledon, Worple Road Londres Royaume-Uni Gazon
1907 Australasie 3-2 Îles Britanniques 20 - 23 juillet Wimbledon, Worple Road Londres Royaume-Uni Gazon
1908 Australasie 3-2 États-Unis 27 - 30 novembre Albert Ground Melbourne Australie Gazon
1909 Australasie 5-0 États-Unis 27 - 30 novembre Double Bay Grounds Sydney Australie Gazon
1910 Non disputée
1911 Australasie 5-0 États-Unis 1er - Hagley Park Christchurch Nouvelle-Zélande Gazon
1912 Îles Britanniques 3-2 Australasie 28 - 30 novembre Australasia Albert Ground Melbourne Australie Gazon
1913 États-Unis 3-2 Royaume-Uni 25 - 28 juillet Wimbledon, Worple Road Londres Royaume-Uni Gazon
1914 Australie 3-2 États-Unis 13 - 15 août West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1915 Non disputées : Première Guerre mondiale
1916
1917
1918
1919 Australie 4-1 Royaume-Uni 16 - Double Bay Grounds Sydney Australie Gazon
1920 États-Unis 5-0 Australie 30 déc. - 2 jan. 1921 Domain Cricket Club Auckland Nouvelle-Zélande Gazon
1921 États-Unis 5-0 Japon 2 - 5 septembre West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1922 États-Unis 4-1 Australie 1er - 5 septembre West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1923 États-Unis 4-1 Australie 31 août - 1er sept. West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1924 États-Unis 5-0 Australie 11 - 13 septembre Germantown Cricket Philadelphie États-Unis Gazon
1925 États-Unis 5-0 France 11 - 13 septembre Germantown Cricket Philadelphie États-Unis Gazon
1926 États-Unis 4-1 France 9 - 11 septembre Germantown Cricket Philadelphie États-Unis Gazon
1927 France 3-2 États-Unis 8 - 10 septembre Germantown Cricket Philadelphie États-Unis Gazon
1928 France 4-1 États-Unis 27 - 29 juillet Stade Roland-Garros Paris France Terre battue
1929 France 3-2 États-Unis 26 - 28 juillet Stade Roland-Garros Paris France Terre battue
1930 France 4-1 États-Unis 25 - 27 juillet Stade Roland-Garros Paris France Terre battue
1931 France 3-2 Royaume-Uni 24 - 26 juillet Stade Roland-Garros Paris France Terre battue
1932 France 3-2 États-Unis 29 - 31 juillet Stade Roland-Garros Paris France Terre battue
1933 Royaume-Uni 3-2 France 28 - 30 juillet Stade Roland-Garros Paris France Terre battue
1934 Royaume-Uni 4-1 États-Unis 28 - 31 juillet Wimbledon, court central Londres Royaume-Uni Gazon
1935 Royaume-Uni 5-0 États-Unis 27 - 30 juillet Wimbledon, court central Londres Royaume-Uni Gazon
1936 Royaume-Uni 3-2 Australie 25 - 28 juillet Wimbledon, court central Londres Royaume-Uni Gazon
1937 États-Unis 4-1 Royaume-Uni 24 - 27 juillet Wimbledon, court central Londres Royaume-Uni Gazon
1938 États-Unis 3-2 Australie 3 - 5 septembre Germantown Cricket Philadelphie États-Unis Gazon
1939 Australie 3-2 États-Unis 2 - 5 septembre Merion Cricket Club Haverford États-Unis Gazon
1940 Non disputée : Seconde Guerre mondiale
1941
1942
1943
1944
1945
1946 États-Unis 5-0 Australie 26 - 30 décembre Kooyong Melbourne Australie Gazon
1947 États-Unis 4-1 Australie 30 août - 1er sept. West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1948 États-Unis 5-0 Australie 4 - 6 septembre West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1949 États-Unis 4-1 Australie 26 - 28 août West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1950 Australie 4-1 États-Unis 26 - 27 août West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1951 Australie 3-2 États-Unis 26 - 28 décembre Estadio de White City Sydney Australie Gazon
1952 Australie 4-1 États-Unis 29 - 31 décembre Memorial Drive Adélaïde Australie Gazon
1953 Australie 3-2 États-Unis 28 - 31 décembre Kooyong Melbourne Australie Gazon
1954 États-Unis 3-2 Australie 27 - 29 décembre Stade de White City Sydney Australie Gazon
1955 Australie 5-0 États-Unis 26 - 28 août West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1956 Australie 5-0 États-Unis 26 - 28 décembre Memorial Drive Adélaïde Australie Gazon
1957 Australie 3-2 États-Unis 26 - 28 décembre Kooyong Melbourne Australie Gazon
1958 États-Unis 3-2 Australie 29 - 31 décembre Milton Courts Brisbane Australie Gazon
1959 Australie 3-2 États-Unis 28 - 31 août West Side Tennis Club New York États-Unis Gazon
1960 Australie 4-1 Italie 26 - 28 décembre Estadio de White City Sydney Australie Gazon
1961 Australie 5-0 Italie 26 - 28 décembre Kooyong Melbourne Australie Gazon
1962 Australie 5-0 Mexique 26 - 28 décembre Milton Courts Brisbane Australie Gazon
1963 États-Unis 3-2 Australie 26 - 28 décembre Memorial Drive Adélaïde Australie Gazon
1964 Australie 3-2 États-Unis 25 - 28 septembre Harold Clark Courts Cleveland États-Unis Terre battue
1965 Australie 4-1 Espagne 27 - 29 décembre Stade de White City Sydney Australie Gazon
1966 Australie 4-1 Inde 26 - 28 décembre Kooyong Melbourne Australie Gazon
1967 Australie 4-1 Espagne 26 - 28 décembre Milton Courts Brisbane Australie Gazon
1968 États-Unis 4-1 Australie 26 - 28 décembre Memorial Drive Adélaïde Australie Gazon
1969 États-Unis 5-0 Roumanie 19 - 21 septembre Harold Clark Courts Cleveland États-Unis Dur
1970 États-Unis 5-0 Allemagne de l'Ouest 29 - 31 août Harold Clark Courts Cleveland États-Unis Dur
1971 États-Unis 3-2 Roumanie 8 - 11 octobre Olde Providence Raquette Club Charlotte États-Unis Terre battue (verte)
1972 États-Unis 3-2 Roumanie 13 - 15 octobre Club Sportiv Progresul Bucarest Roumanie Terre battue
1973 Australie 5-0 États-Unis 30 nov. - 2 déc. Auditorium Public Cleveland États-Unis Synthétique (int.)
1974 Afrique du Sud - Inde L'Inde perd par forfait en ne se rendant pas en Afrique du Sud pour protester contre l'apartheid.
1975 Suède 3-2 Tchécoslovaquie 19 - 21 décembre Kungliga Tennishalle Stockholm Suède Synthétique (int.)
1976 Italie 4-1 Chili 17 - 19 décembre Stade National Santiago Chili Terre battue
1977 Australie 3-1 Italie 2 - 4 décembre Stade de White City Sydney Australie Gazon
1978 États-Unis 4-1 Royaume-Uni 8 - 10 décembre Mission Hills Rancho Mirage États-Unis Dur
1979 États-Unis 5-0 Italie 14 - 16 décembre Civic Auditorium San Francisco États-Unis Synthétique (int.)
1980 Tchécoslovaquie 4-1 Italie 5 - 7 décembre Sportovni hala Prague Tchécoslovaquie Synthétique (int.)
1981 États-Unis 3-1 Argentine 11 - 13 décembre Riverfront Coliseum Cincinnati États-Unis Synthétique (int.)
1982 États-Unis 4-1 France 26 - 28 novembre Palais des sports de Grenoble Grenoble France Terre battue (int.)
1983 Australie 3-2 Suède 26 - 28 décembre Kooyang Melbourne Australie Gazon
1984 Suède 4-1 États-Unis 16 - 18 décembre Scandinavium Göteborg Suède Terre battue (int.)
1985 Suède 3-2 Allemagne de l'Ouest 20 - 22 décembre Olympiahalle Munich Allemagne de l'Ouest Synthétique (int.)
1986 Australie 3-2 Suède 26 - 28 décembre Kooyang Melbourne Australie Gazon
1987 Suède 5-0 Inde 18 - 20 décembre Scandinavium Göteborg Suède Terre battue (int.)
1988 Allemagne de l'Ouest 4-1 Suède 16 - 18 décembre Scandinavium Göteborg Suède Terre battue (int.)
1989 Allemagne de l'Ouest 3-2 Suède 15 - 17 décembre Hanns-Martin-Schleyer-Halle Stuttgart Allemagne de l'Ouest Synthétique (int.)
1990 États-Unis 3-2 Australie 30 nov. - 2 déc. SunCoast Dome St. Petersburg États-Unis Terre battue (int.)
1991 France 3-1 États-Unis 29 nov. - 1er déc. Palais des sports de Lyon Lyon France Synthétique (int.)
1992 États-Unis 3-1 Suisse 4 - 6 décembre Tarrant Country Centre Fort Worth États-Unis Dur (int.)
1993 Allemagne 4-1 Australie 3 - 5 décembre Palais des Expositions Düsseldorf Allemagne Terre battue (int.)
1994 Suède 4-1 Russie 2 - 4 décembre Stade Olympique Moscou Russie Synthétique (int.)
1995 États-Unis 3-2 Russie 1er - 3 décembre Stade Olympique Moscou Russie Terre battue (int.)
1996 France 3-2 Suède 29 nov. - 1er déc. Centre Massan Malmö Suède Dur (int.)
1997 Suède 5-0 États-Unis 28 - 30 novembre Scandinavium Göteborg Suède Synthétique (int.)
1998 Suède 4-1 Italie 4 - 6 décembre Forum Milan Italie Terre battue (int.)
1999 Australie 3-2 France 2 - 5 décembre Acropolis Expositions Nice France Terre battue (int.)
2000 Espagne 3-1 Australie 8 - 10 décembre Palau Sant Jordi Barcelone Espagne Terre battue (int.)
2001 France 3-2 Australie 30 nov. - 2 déc. Rod Laver Arena Melbourne Australie Gazon
2002 Russie 3-2 France 29 nov. - 1er déc. Palais omnisports de Paris-Bercy Paris France Terre battue (int.)
2003 Australie 3-1 Espagne 28 - 30 novembre Rod Laver Arena Melbourne Australie Gazon
2004 Espagne 3-2 États-Unis 2 - 5 décembre Stade olympique Séville Espagne Terre battue (int.)
2005 Croatie 3-2 Slovaquie 2 - 4 décembre Sibamac Arena Bratislava Slovaquie Dur (int.)
2006 Russie 3-2 Argentine 1er - 3 décembre Stade Olympique Moscou Russie Dur (int.)
2007 États-Unis 4-1 Russie 29 nov. - 2 déc. Memorial Coliseum Portland États-Unis Dur (int.)
2008 Espagne 3-1 Argentine 21 - 23 novembre Estadio Polideportivo Islas Malvinas Mar del Plata Argentine Dur (int.)
2009 Espagne 5-0 République tchèque 4 - 6 décembre Palau Sant Jordi Barcelone Espagne Terre battue (int.)
2010 Serbie 3-2 France 3 - 5 décembre Belgrade Arena Belgrade Serbie Dur (int.)
2011 Espagne 3-1 Argentine 2 - 4 décembre Stade olympique Séville Espagne Terre battue (int.)
2012 République tchèque 3-2 Espagne 16 - 18 novembre O2 Arena Prague République tchèque Dur (int.)
2013 République tchèque 3-2 Serbie 15 - 17 novembre Belgrade Arena Belgrade Serbie Dur (int.)
2014 Suisse 3-1 France 21 - 23 novembre Stade Pierre-Mauroy Villeneuve-d'Ascq France Terre battue (int.)
2015 Grande-Bretagne 3-1 Belgique 27 - 29 novembre Flanders Expo Gand Belgique Terre battue (int.)
2016 Argentine 3-2 Croatie 25 - 27 novembre Arena Zagreb Zagreb Croatie Dur (int.)
2017 France 3-2 Belgique 24 - 26 novembre Stade Pierre-Mauroy Villeneuve-d'Ascq France Dur (int.)
2018 Croatie 3-1 France 23 - 25 novembre Stade Pierre-Mauroy Villeneuve-d'Ascq France Terre battue (int.)
2019 Espagne 2-0 Canada 18 - 24 novembre Caja Mágica Madrid Espagne Dur (int.)
2020-2021 Reportée à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19[30] 22 - Caja Mágica Madrid Espagne Dur (int.)

Palmarès par pays depuis 1900[modifier | modifier le code]

Pays Rang Titres Années de victoire Finales Années de défaite en finale
États-Unis 1 32 1900, 1902, 1913, 1920, 1921, 1922, 1923, 1924, 1925, 1926, 1937, 1938, 1946, 1947, 1948, 1949, 1954, 1958, 1963, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1978, 1979, 1981, 1982, 1990, 1992, 1995, 2007 29 1903, 1905, 1906, 1908, 1909, 1911, 1914, 1927, 1928, 1929, 1930, 1932, 1934, 1935, 1939, 1950, 1951, 1952, 1953, 1955, 1956, 1957, 1959, 1964, 1973, 1984, 1991, 1997, 2004
Australie
Australasie
2 28 1907, 1908, 1909, 1911, 1914, 1919, 1939, 1950, 1951, 1952, 1953, 1955, 1956, 1957, 1959, 1960, 1961, 1962, 1964, 1965, 1966, 1967, 1973, 1977, 1983, 1986, 1999, 2003 19 1912, 1920, 1922, 1923, 1924, 1936, 1938, 1946, 1947, 1948, 1949, 1954, 1958, 1963, 1968, 1990, 1993, 2000, 2001
France 3 10 1927, 1928, 1929, 1930, 1931, 1932, 1991, 1996, 2001, 2017 9 1925, 1926, 1933, 1982, 1999, 2002, 2010, 2014, 2018
Royaume-Uni
Îles Britanniques
4 10 1903, 1904, 1905, 1906, 1912, 1933, 1934, 1935, 1936, 2015 8 1900, 1902, 1907, 1913, 1919, 1931, 1937, 1978
Suède 5 7 1975, 1984, 1985, 1987, 1994, 1997, 1998 5 1983, 1986, 1988, 1989, 1996
Espagne 6 6 2000, 2004, 2008, 2009, 2011, 2019 4 1965, 1967, 2003, 2012
République tchèque
Tchécoslovaquie
7 3 1980, 2012, 2013 2 1975, 2009
Allemagne
Allemagne de l'Ouest
8 3 1988, 1989, 1993 2 1970, 1985
Russie 9 2 2002, 2006 3 1994, 1995, 2007
Croatie 10 2 2005, 2018 1 2016
Italie 11 1 1976 6 1960, 1961, 1977, 1979, 1980, 1998
Argentine 12 1 2016 4 1981, 2006, 2008, 2011
Serbie 13 1 2010 1 2013
Suisse 14 1 2014 1 1992
Afrique du Sud 15 1 1974 0
Inde 16 0 3 1966, 1974, 1987
Roumanie 17 0 3 1969, 1971, 1972
Belgique 18 0 3 1904, 2015, 2017
Japon 19 0 1 1921
Mexique 20 0 1 1962
Chili 21 0 1 1976
Slovaquie 22 0 1 2005
Canada 23 0 1 2019

Palmarès par pays depuis la fin du Challenge Round en 1972[modifier | modifier le code]

Pays Titres Années de victoire Finales perdues Années de défaite en finale
États-Unis 9 1972, 1978, 1979, 1981, 1982, 1990, 1992, 1995, 2007 5 1973, 1984, 1991, 1997, 2004
Suède 7 1975, 1984, 1985, 1987, 1994, 1997, 1998 5 1983, 1986, 1988, 1989, 1996
Australie 6 1973, 1977, 1983, 1986, 1999, 2003 4 1990, 1993, 2000, 2001
Espagne 6 2000, 2004, 2008, 2009, 2011, 2019 2 2003, 2012
France 4 1991, 1996, 2001, 2017 6 1982, 1999, 2002, 2010, 2014, 2018
République tchèque 3 1980, 2012, 2013 2 1975, 2009
Allemagne 3 1988, 1989, 1993 1 1985
Russie 2 2002, 2006 3 1994, 1995, 2007
Croatie 2 2005, 2018 1 2016
Italie 1 1976 4 1977, 1979, 1980, 1998
Argentine 1 2016 4 1981, 2006, 2008, 2011
Serbie 1 2010 1 2013
Suisse 1 2014 1 1992
Royaume-Uni 1 2015 1 1978
Afrique du Sud 1 1974 0
Inde 0 2 1974, 1987
Belgique 0 2 2015, 2017
Roumanie 0 1 1972
Chili 0 1 1976
Slovaquie 0 1 2005
Canada 0 1 2019

La compétition devient open à partir de 1973. Pour le palmarès "Ère open" il faut donc déduire une victoire des États-Unis et une finale de la Roumanie.

Palmarès par pays depuis la création du groupe mondial en 1981[modifier | modifier le code]

Pays Titres Années de victoire Finales perdues Années de défaite en finale
Suède 6 1984, 1985, 1987, 1994, 1997, 1998 5 1983, 1986, 1988, 1989, 1996
États-Unis 6 1981, 1982, 1990, 1992, 1995, 2007 4 1984, 1991, 1997, 2004
Espagne 6 2000, 2004, 2008, 2009, 2011, 2019 2 2003, 2012
France 4 1991, 1996, 2001, 2017 6 1982, 1999, 2002, 2010, 2014, 2018
Australie 4 1983, 1986, 1999, 2003 4 1990, 1993, 2000, 2001
Allemagne 3 1988, 1989, 1993 1 1985
Russie 2 2002, 2006 3 1994, 1995, 2007
République tchèque 2 2012, 2013 1 2009
Argentine 1 2016 4 1981, 2006, 2008, 2011
Croatie 2 2005, 2018 1 2016
Serbie 1 2010 1 2013
Suisse 1 2014 1 1992
Royaume-Uni 1 2015 0
Belgique 0 2 2015, 2017
Italie 0 1 1998
Slovaquie 0 1 2005
Canada 0 1 2019

Pays, ville et court par nombre de finales de Coupe Davis reçues[modifier | modifier le code]

  • Première colonne : pays ayant reçu la finale de la Coupe Davis ;
  • Deuxième colonne : ville ayant reçu au moins deux fois la Coupe Davis ;
  • Troisième colonne : court/stade ayant reçu au moins deux fois la Coupe Davis ;
  • Entre parenthèses, le nombre de finales de Coupe Davis accueillies.

Mis à jour avec la finale de l'édition 2020-2021.

Pays Ville Court / Stade
1 États-Unis (30) 1 New York (11) 1 West Side Tennis Club, New York (10)
2 Australie (25) 1 Melbourne (11) 2 Kooyong Stadium, Melbourne (7)
3 France (13) 3 Londres (9) 3 Stade de Roland Garros, Paris (6)
4 Royaume-Uni (9) 4 Paris (7) 4 Germantown Cricket Club, Philadelphie (5)
5 Suède (6) 6 Sydney (6) 4 White City Stadium, Sydney (5)
6 Espagne (6) 6 Philadelphie (5) 4 Worple Road, Londres (5)
7 Allemagne (3) 7 Adélaïde (4) 7 Wimbledon, Londres (4)
7 Russie (3) 7 Cleveland (4) 7 Memorial Drive Tennis Centre, Adélaïde (4)
9 Nouvelle-Zélande (2) 7 Göteborg (4) 7 Scandinavium, Göteborg (4)
9 République tchèque (2) 10 Brisbane (3) 10 Milton Courts, Brisbane (3)
9 Serbie (2) 10 Moscou (3) 10 Harold Clark Courts, Cleveland (3)
12 Roumanie (1) 12 Villeneuve-d'Ascq (3) 10 Olympic Stadium, Moscou (3)
12 Chili (1) 12 Prague (2) 13 Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq (3)
12 Italie (1) 12 Barcelone (2) 13 Palau Sant Jordi, Barcelone (2)
12 Slovaquie (1) 12 Séville (2) 13 Estadio de La Cartuja, Séville (2)
12 Argentine (1) 12 Madrid (2) 13 Caja Mágica, Madrid (2)
12 Belgique (1) 12 Belgrade (2) 13 Belgrade Arena, Belgrade (2)
12 Croatie (1) 12 Boston (2) 12 Longwood Cricket Club, Boston (2)

Villes ayant accueilli une seule fois la finale :

Nota : Le stade de Roland-Garros à Paris (France) a accueilli le record de 6 finales de suite. La France y a gagné le record de cinq victoires en finale de suite dans la même ville. Wimbledon est une ville indépendante de Londres avant les années 1960, tout comme Villeneuve d'Ascq l'est actuellement de Lille.

Classement des nations[modifier | modifier le code]

En 2001, la Fédération internationale de tennis a créé un classement des nations basé sur les résultats obtenus en Coupe Davis lors des quatre dernières années.

Ce classement sert notamment à déterminer les nations têtes de série à tous les niveaux de la compétition.

Méthode de calcul[modifier | modifier le code]

Le classement tient compte des résultats des quatre dernières années, il est mis à jour après chaque rencontre.

Les points sont attribués de la manière suivante[35] :

  • Points gagnés en fonction du tour atteint en groupe mondial :
Tour Année A
(en cours)
Année A-1 Année A-2 Année A-3
Victoire 8000 6000 4000 2000
Finale 6000 4500 3000 1500
Demi-finale 4000 3000 2000 1000
Quart de finale 2000 1500 1000 500
Match de barrage gagné 1000 750 500 250
  • Un bonus s'ajoute si l'adversaire battu a un meilleur classement :
Classement Points
1-2 100
3-4 90
5-8 75
9-16 50
17-32 40
33-64 25
  • Un bonus supplémentaire de 25 % est accordé pour les victoires à l'extérieur.

Classement actuel (Top 10)[modifier | modifier le code]

Classement au 9 mars 2020[36]

Rang Nation Points Rencontres
1. Drapeau de France France 1 364,5 10
2. Drapeau de Croatie Croatie 1 349,5 9
3. Drapeau d'Espagne Espagne 914,81 10
4. Drapeau de Belgique Belgique 632,63 10
5. Drapeau des États-Unis États-Unis 603,32 8
6. Drapeau du Canada Canada 481,63 10
7. Drapeau de Serbie Serbie 465,13 9
8. Drapeau d'Allemagne Allemagne 424,19 9
9. Drapeau d'Italie Italie 423,26 8
10. Drapeau de Grande-Bretagne Grande-Bretagne 417,5 8

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nombre de nations engagées[modifier | modifier le code]

Participants Coupe Davis.gif

Alors qu'initialement la Coupe Davis ne constitue qu'un challenge entre les États-Unis et la Grande-Bretagne lors de ses trois premières éditions, six nations sont ajoutées jusqu'en 1913.

Le nombre de pays participants augmente régulièrement malgré les deux guerres, et la progression s'intensifie dans les années 1980 pour atteindre le cap de cent participants en 1993.

Depuis 2000, environ 125 pays prennent part à la compétition chaque année.

Bilan par nation dans le groupe mondial[modifier | modifier le code]

Pays Victoires Défaites
Afrique du Sud 3 4
Allemagne 32 31
Argentine 39 24
Australie 50 26
Autriche 5 17
Belgique 10 18
Biélorussie 3 4
Brésil 6 13
Canada 3 9
Chili 3 9
Corée du Sud 0 3
Croatie 15 14
Cuba 0 1
Danemark 1 9
Équateur 1 5
Espagne 38 26
États-Unis 62 30
France 53 32
Grande-Bretagne 11 15
Hongrie 0 2
Inde 7 13
Indonésie 0 2
Irlande 0 1
Israël 3 10
Italie 21 26
Japon 1 7
Kazakhstan 4 6
Maroc 0 3
Mexique 2 10
Nouvelle-Zélande 5 8
Paraguay 4 7
Pays-Bas 8 18
Pérou 0 1
Pologne 0 1
Roumanie 3 14
République tchèque 37 34
Russie 28 24
Serbie 21 18
Slovaquie 5 7
Suède 56 25
Suisse 13 25
Zimbabwe 1 3
  • Statistiques des rencontres depuis l'instauration du groupe mondial et la fin de l'ère Open, de 1981 à 2017
  • Les statistiques de la Russie comprennent celles de l'Union soviétique et les statistiques de la République tchèque celles de la Tchécoslovaquie. La Serbie est l'héritière statistique de la Yougoslavie pour tous les sports, tennis inclus.

Victoires consécutives[modifier | modifier le code]

Pays Victoires consécutives
Drapeau des États-Unis États-Unis 7 (1920-1926)
Flag of France.svg France 6 (1927-1932)
Drapeau des États-Unis États-Unis 5 (1968-1972)

Depuis l'abandon du système du Challenge round (1972) :

Pays Victoires consécutives
Drapeau des États-Unis États-Unis 2 (1978-1979 et 1981-1982)
Drapeau de la Suède Suède 2 (1984-1985 et 1997-1998)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 (1988-1989)
Drapeau de l'Espagne Espagne 2 (2008-2009)
Drapeau de la Tchéquie République tchèque 2 (2012-2013)

Finales consécutives : 7, 1983 à 1989 Drapeau de la Suède Suède

Inscriptions sur la coupe[modifier | modifier le code]

Sur la coupe sont inscrits année par année le nom des joueurs vainqueurs sélectionnés pour la finale, qu'ils aient joué ou non. Depuis 1956 figure également le nom du capitaine et en 1978 et 1979 tous les joueurs de l'équipe vainqueur ont été gravés sur la coupe, qu'ils soient sélectionnés ou non en finale. Les joueurs non sélectionnés en finale ne sont pas mentionnés sur la coupe bien qu'ils aient pu jouer dans les premiers tours. Ce qui fait que l'on peut trouver des joueurs vainqueurs sur la coupe alors qu'ils n'ont joué que des matchs sans enjeu ou bien pas joué du tout.

Depuis l'abolition du Challenge Round (1972) :

Joueurs sur la coupe marqués comme vainqueurs mais qui n'ont joué aucun match :

Joueurs sur la coupe marqués comme vainqueurs mais qui n'ont joué que des matches sans enjeu :

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Topping (préf. Henri Cochet), La Coupe Davis, 1900-1932 : histoire technique et anecdotique du trophée emblématique de la suprématie mondiale du tennis, (notice BnF no FRBNF31954803)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nadal ne joue toutefois pas la finale durant la campagne victorieuse de 2008 en raison d'une blessure.
  2. Järryd ne jouera pas celle de 1985, sur décision de son capitaine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Tennis: Les finales de Coupe Davis et de Fed Cup auront lieu à Genève », sur RMC Sport / BFM, .
  2. Logo de la Coupe Davis depuis juin 2017
  3. Eurosport, « La Coupe Davis fera bien sa révolution », sur Eurosport, (consulté le ).
  4. « Coupe Davis: la version new-look démodée avant d'exister ? », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Clément Martel, « Coupe Davis : les supporteurs français entre spleen et colère », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « "La Coupe Davis est morte" : la réforme provoque un tollé... », sur eurosport.fr, .
  7. « Alexandre Zverev renonce à la Coupe Davis 2019 », sur eurosport.fr, .
  8. « Tennis - Mauvais calendrier, format inadapté : Federer et Djokovic fusillent la nouvelle Coupe Davis », sur eurosport.fr, .
  9. Historical Dictionary of Tennis, John Grasso, 2011 (ISBN 9780810874909).
  10. L'Autriche-Hongrie a participé en 1905 : bilan autrichien
  11. (en) « Number of nations participing per year », sur Davis Cup (consulté le ).
  12. « Vilain lifting pour la Coupe Davis », sur Europe 1 Sport, .
  13. « Coupe Davis: Les top joueurs ne veulent plus venir, la compétition est-elle en train de mourir ? », sur 20 Minutes, .
  14. « L'ITF vote en faveur de la réforme de la Coupe Davis », sur L'Équipe, .
  15. « Coupe Davis : les premières phases finales à Lille ou Madrid en 2019 », sur L'Équipe, .
  16. « Coupe Davis L'ITF dévoile les détails de sa réforme », sur we love tennis, .
  17. (fr) « Coupe Davis: points ATP distribués », sur le site de la TSR, 9 avril 2008.
  18. « Davis Cup points rule big issue for ATP », sur Fox Sports, .
  19. « Coupe Davis: des réformes qui ont du plomb dans l'aile », sur RTS Sports, .
  20. (en) « General records », sur Site officiel.
  21. (en) « USA's Stan Smith receives Award of Excellence », sur Davis Cup, (consulté le ).
  22. « Paes sets record for most doubles wins », sur daviscup.com, .
  23. « Marcos Baghdatis s'arrête à 36 victoires de suite, un record », sur Eurosport, .
  24. « Murray offre la Coupe Davis à la Grande-Bretagne », sur Le Monde, .
  25. « Berdych-Stepanek, l'esprit Coupe Davis », sur France Télévision, .
  26. « Radek Stepanek, l'homme providentiel », sur Tennis Leader, .
  27. « Coupe Davis : le double entre Suisses et Tchèques dure 7h02 ! », sur Le Soir, (consulté le ).
  28. (en) « 30 years later, McEnroe reflects on his 6-hour win over Wilander », sur ESPN, .
  29. (en) « Draw and results », sur Site officiel.
  30. « Coupe Davis : Comme la Fed Cup, l'épreuve n'aura pas lieu en 2020 », sur Eurosport.fr, (consulté le )
  31. Bilan de l'Australie, sur daviscup.com
  32. Bilan de l'Allemagne, sur daviscup.com
  33. Bilan de la Grande-Bretagne, sur daviscup.com
  34. Bilan de la République tchèque, sur daviscup.com
  35. (en) « Davis Cup - Rankings explained », sur daviscup.com, ITF (consulté le )
  36. (en) « Davis Cup - Rankings », sur daviscup.com (consulté le ).