Groupes ethniques en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La notion de groupes ethniques en France n'a pas d'existence juridique, sa pertinence est souvent contestée et l'état civil français ne mentionne aucune caractéristique ethnique[1]. Une mention ethnique est cependant autorisée pour les personnes qui résident sur le territoire de la Nouvelle-Calédonie depuis 2009[2].

Cependant, si le recensement de la population, obligatoire, ne permet pas le recueil d'information sur la religion ou l'origine ethnique, une enquête non obligatoire peut le faire[3]. Il est permis de poser des questions « sensibles »[4], y compris dans une enquête de la statistique publique, sous condition de la pertinence des questions, du maintien de l'anonymat des réponses et d'une autorisation écrite des personnes interrogées. L’enquête « Trajectoires et origines » (TeO), par exemple, réalisée conjointement par l'INED et l'Insee en 2008 a permis de récolter non seulement des informations sur les pays d’origine et les langues parlées, mais aussi « sur les appartenances ethniques déclarées ainsi que sur les principales qualités perceptibles qui peuvent servir de support aux discriminations dans notre société : couleur de la peau, coiffure, tenue vestimentaire, accent et autres signes corrélés de façon visible ou hypothétique à une appartenance religieuse ou ethnique (pratiques alimentaires, respect d’un calendrier festif non chrétien, pratiques funéraires, etc.) »[5],[6],[7].

La population française s'élevait en 2010 à 64 668 885 habitants dont 62 799 180 en métropole[8] d'après l'Insee.

La France métropolitaine et d'outre-mer en 2007.

Selon des analyses, plutôt anglophones, on pourrait distinguer les citoyens français selon leur « origine ethnique » ou « raciale »[9]. Ces origines sont très diverses, constituées par exemple des Basques, Bretons, Corses, Occitans, Kanaks, Polynésiens, Arabes, Amérindiens comme les Kali'nas, etc.

Discussions autour de la notion de groupe ethnique[modifier | modifier le code]

La notion d'ethnie est difficile à cerner dans la mesure où les spécialistes en donnent plusieurs définitions possibles et ne s'accordent pas sur le ou les choix à privilégier.

Carte du XIXe siècle des peuples européens : l'Europe centrale en 1898.

Selon Jean-William Lapierre, un détracteur du système juridique français, « l'idéologie jacobine de notre république, au nom du dogme de l'État-nation, a toujours nié la diversité de la population française. Une conséquence, dans un pays où la recherche en science sociale dépend principalement d'un financement public, est que l'étude des relations inter-ethniques n'y a jamais eu une place importante[10] ». Malgré cela, il existe de nombreux testings ou tests de situation, et des enquêtes sur la population générale ou centrées sur telle ou telle communauté sociale, linguistique, cultuelle ou autre[11].

L'ethnologie est une branche de l'anthropologie qui étudie les us et coutumes, les symboles (dont la langue et les croyances) et les artefacts (et leur production) d'une population définie par ceux-ci, décrits (et éventuellement collectés) par l'ethnographie. Elle se distingue de la sociologie qui, elle, étudie une société dans son ensemble, définie par le travail, la famille, l'éducation, les modes de communication, les rapports hommes/femmes, les cultures et ses rapports au territoire, et dans le cadre de laquelle coutumes, symboles et artefacts sont des aspect du travail et/ou de la culture.

En France l'ethnologie prend son essor dans le cadre du colonialisme des années 1870-1910, et évolue dans ce contexte politique[12]. En Amérique du Nord, en Europe centrale et orientale, dans des contextes politiques différents, c'est depuis fort longtemps la compréhension des relations interculturelles dans des états aux populations d'origines et de langues différentes (États-Unis, Canada, Autriche-Hongrie, Empire russe, Empire ottoman par exemple) qui motive le foisonnement d'une littérature anthropologique, surtout anglo-saxonne et allemande. Apparaissent alors les termes de groupe ethnique et d'ethnicité désignant un groupe humain par des facteurs linguistiques, historiques et éventuellement religieux[13]. Appliquant la notion d'ethnicité à la France, certains ethnologues comme David Levinson par exemple, affirment que « le groupe ethnique français constitue environ 85 % de la population » et qu'on y trouve « plus de 100 groupes ethniques de toutes les régions du monde »[14],[A 1].

Toutefois, des ethnologues comme Claude Lévi-Strauss (dans ses cours et articles[15]) mettent en garde contre la confusion, dans la notion anglo-saxonne de groupe ethnique, de deux réalités qui ne se recoupent pas forcément : d'une part, l'origine géographique et historique (que l'on peut désigner par des noms tel que Français, Anglais, Belges ou Auvergnats) et d'autre part, l'appartenance linguistique (que l'on doit désigner par le suffixe -phone comme dans anglophones ou francophones). Selon lui, la notion anglo-saxonne de groupe ethnique soulève d'emblée le problème de sa subjectivité, d'une part parce que les paramètres linguistiques, religieux et culturels ne cessent d'évoluer, d'autre part parce qu'ils ne se recoupent pas souvent : par exemple, la plupart des habitants de l'Irlande se définissent comme Irlandais, mais parlent anglais ; ils sont tous officiellement chrétiens mais, selon qu'ils appartiennent à une communauté historiquement catholique ou bien protestante, ils ont des sympathies politiques différentes qui ont mené à des guerres civiles et à une partition de l'île (cas semblable à ceux de l'ancienne Yougoslavie, de Chypre, du Liban…) ; les sociologues, eux, expliquent cela plutôt par les clivages sociaux et l'inégalité, les différences ethniques n'étant qu'un symbole identitaire. C'est pourquoi il y a tant de définitions différentes d'un groupe ethnique.

Selon Taylor, « tandis qu'en Allemagne, dans les pays slaves et dans l'Europe du Nord, les dérivés d'ethnos mettent l'accent sur le sentiment d'appartenance à une collectivité, en France le critère déterminant de l'ethnie est la communauté linguistique »[16].

Des critères concurrents peuvent être utilisés pour définir des groupes. Les plus utilisés en Europe[réf. nécessaire] font partie de l'anthropologie socio-culturelle dont les vraisemblances culturelles et linguistiques, l'auto-définition, la perspective historique…. On trouve aussi l'anthropologie biologique[17], ou l'analyse génétique des populations.

Histoire des groupes ethniques et culturels en France[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine[modifier | modifier le code]

La France métropolitaine comptait une population totale de 61 875 822 habitants en 2008[18]. Selon l'Insee, la France comptait cette même année, 5,3 millions d’immigrés et 6,5 millions de descendants directs d'immigrés (seconde génération) soit un total de 11,8 millions représentant 19 % de la population (dont un peu plus de 5 millions d'origine européenne, environ 4 millions d'origine maghrébine, 1 million d'Afrique sub-saharienne, 400 000 d'origine turque, 700 000 originaires d'autres pays d'Asie et 700 000 originaires du reste du monde)[19],[20],[21].

D'autre part, 40 % des nouveau-nés en France entre 2006 et 2008 ont au moins un grand-parent né étranger à l’étranger (dont 11 % au moins un grand-parent né dans l'Union européenne, 16 % au moins un grand-parent né au Maghreb et le reste au moins un grand-parent né dans une autre région du monde). Parmi eux, 15 % ont quatre grands-parents nés étrangers à l’étranger (soit 6 % du total des naissances), 3 % en ont trois, 14 % en ont deux et 8 % ont un seul grand-parent né étranger à l’étranger. Pour 75 % des naissances ayant un parent immigré ou descendant d’immigré originaire de l'Union européenne, l’autre parent n’est ni immigré, ni descendant d’immigré ; cette proportion est de 45 % si un parent au moins est originaire d'un pays hors Union européenne[22].

Les groupes linguistiques en France.

Exemples d'approches françaises[modifier | modifier le code]

À partir de la Révolution française[modifier | modifier le code]

Dès la Révolution française de 1789, les différentes régions françaises et leurs populations, sont vues comme autant de peuples différents (des nations), aux langues, us et coutumes diverses. Les historiens les évoquent comme des composantes du peuple français, sans pour autant échapper aux caricatures, certains déclarant ainsi, par exemple, que « les Normands ne seront jamais des Français », etc[B 1].

Avec la Révolution vont naître le principe de la souveraineté du peuple[23] et le nationalisme[24]. Diffuser la langue française est un enjeu politique mais les langues minoritaires[25] ne sont parlées que par la moitié de la population[26]. Malgré cela, plus de 70 ans après la Révolution, 80 % des habitants du Finistère, du Var, des Alpes-de-Haute-Provence, de la Corse et de bien d'autres régions ne parlent toujours pas le français[26].

Au milieu du XIXe siècle, la France se met à l'heure européenne du nationalisme romantique quant à la mise en valeur, et en scène, de folklores plus ou moins artificiels[27] : la recherche des traditions orales est organisée par l’État qui demande aux préfets de s'y investir, les tenues folkloriques, les recettes culinaires, les langues font l'objet de recensements (avec des approximations qui présentent comme unifiées des langues parlées d'une même région) et, surtout après la guerre de 1870, à l'occasion de fêtes (nationale ou autre) sont organisés des défilés de personnes en tenues folkloriques et les manuels scolaires représentent les différentes régions de France par des personnages en costumes folkloriques. Les historiens de l'époque illustrent cette vision à la fois diversifiée et unifiée du « peuple français » par leurs textes : Augustin Thierry évoque (comme nombre de ses contemporains) la fusion progressive des différents peuples qui vivaient il y a « bien des siècles » et appelle les historiens à raconter la « véritable histoire de France » qui exalte son « héros » : « la nation tout entière; tous les aïeux [devant] y figurer tour à tour » ; Jules Michelet exalte le comportement révolutionnaire du peuple, et voit dans sa capacité à transformer les nationalités (races) en une nation (française) unifiée une mission historique de libération de l'humanité, il développera (entre autres) l'idée d'une nation-personne, présentée sous la forme « l'esprit, la tête = Paris », « les membres = les provinces[28] ».

Des préoccupations (principalement de fidélité à la nation, fidélité guerrière, honnêteté financière, solidarité avec les Français, esprit de clan en s'accordant des privilèges d'emplois) à propos de présences de « groupes nationaux étrangers » sur le sol français datent du XIXe siècle, période où voit le jour la notion de nationalité. C'est dans les travaux des « folkloristes-ethnologues[29] » principalement dirigée vers le monde rural que prend naissance l'ethnologie en France avec la réalisation des inventaires systématiques des cultures locales, sur les travaux d’érudits ou de voyageurs[12].

Carte des « Races de l'Europe », Joseph Deniker (1899).

En 1866, Louis Dussieux[30] fait une énumération de la population française en termes de races : race gallo-romaine (les Français et Normands), race celtique (les Bas-Bretons), race ibérienne (les Basques, Gascons, Languedociens, Provençaux, Ligures, Corses, les Roussillonnais (Catalans)), race germanique (Allemands et Flamands) et la race sémitique (les Juifs).

En accord avec nombre d'historiens[31], Eric Hobsbawm note que dans le dernier tiers de ce siècle, en Europe, « l'élément politico-idéologique est évident dans le processus de construction de la langue » qui peut aller jusqu'à « la création ou l'invention de nouvelles langues », « la politique de la langue devient un exercice de formation de la société » et que « l'importance symbolique des langues prévaut sur leur utilisation effective », et aussi que les différentes classes sociales se sentent différemment concernées par ce thème, les plus fervents activistes venant de la couche intermédiaire modeste socialement mais instruite, en bref la « petite bourgeoisie ». Il insiste sur l'utilisation des structures étatiques (école, administration, armée) par des pouvoirs nationaux des différents États d'Europe, parfois dès les années 1860, pour imposer une langue unique et standardisée (parfois quasiment inventée) à des populations aux parlers diversifiés, mais ne s'y opposant pas (malgré d'amers souvenirs d'enfance de certains intellectuels). La France mène une politique volontariste d'instruction publique du français à partir de la troisième république[32]

Le rapport à l'immigration[modifier | modifier le code]

Entre les deux guerres mondiales[modifier | modifier le code]

À partir des années 1920, le terme d'ethnie remplace parfois celui de race pour parler des personnes de telle ou telle origine (française, polonaise, italienne, juive, noire, etc)[B 1].
Ainsi les immigrés, et leurs enfants, polonais, russes, italiens, tchèques, allemands, juifs d'Europe centrale, asiatiques, etc., sont-ils considérés par certains « experts » (parfois de l'École libre des sciences politiques ou de la Faculté de médecine de Paris) comme plus ou moins « assimilables », suivant des arguments parfois biologiques ou culturels. Ces personnes sont ainsi jaugées suivant leur « capacité de travail[33] », leur « proximité culturelle » avec la culture française, leur regroupement dans certains points du territoire, et à chaque fois est soulevée la question de leur fidélité à la nation française en cas de guerre[B 2].
Toutes ces idées auraient favorisé l'établissement de la politique raciale du régime de Vichy (lois contre les Juifs et les étrangers)[B 1].

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Créés en 1945 par le gouvernement de la France libérée, l'INED et le Haut comité consultatif à la famille et à la population publient des études rédigées sous le régime de Vichy (Alexis Carrel était alors le directeur de la fondation chargée de ces études), en conformité avec les idées qui y régnaient et nées dans les années 1930, parlant de « patrimoine héréditaire de notre patrie » qui risque de changer, d'« anthropologie de la population française », de « groupes » ou « types ethniques » plus ou moins proches de la « race française », classant les caractères des individus suivant leur « origine » (noire, allemande, arabe, levantine, israélite, etc.), dissertant sur leurs capacités respectives à être assimilables, à « raisonner comme nous », tout en se déclarant « profondément humaniste » et en jugeant que la politique des quotas américaine est « teintée de racisme ». Y contribuent, entre autres, Robert Debré, Alfred Sauvy, Georges Marco, Louis Chevalier, André Siegfried.

Sous l'égide de l'INED, sont publiées des études sur l'assimilation de communautés russe, arménienne et polonaise, concluant que ces ethnies ne s'assimilent pas puisque la seconde génération entretient également un nationalisme communautaire, allant même jusqu'à assimiler en leur sein « les Françaises qui se sont mariées à des Russes », ou bien « les mariages mixtes sont rarement des mariages heureux » (à propos des Arméniens), ou encore les immigrants polonais posent des « problèmes nouveaux » car ils sont « très différents physiquement et ethniquement » de la population française. Les recommandations de ces experts à propos de choix d'ethnies ou de « seuil de tolérance » pour une politique sélectionnant les immigrants (publiées notamment dans « Étude de 4000 dossiers du Service social d'aide aux émigrants », en 1947, sous la direction de Robert Gessain) ne seront pas repris par le gouvernement[B 3].

Jusqu'au milieu des années 1950, les « experts » universitaires se disputent pour savoir lesquelles des populations immigrées sont les plus rentables (avec des études comparatives de productivités de différents groupes : « musulmans d'Algérie », Kabyles, Italiens, etc.), les plus facilement assimilées (avec une définition de l'assimilation publiée par le ministère de l'Intérieur en 1952). D'ailleurs une opposition se fait jour entre les experts mandatés par le ministère du Travail (soucieux de la productivité) et ceux par le ministère de la Population (soucieux de l'assimilation) quant aux immigrés (choix entre ethnies) dont il faut privilégier la venue en métropole. Dans la pratique, les choix échapperont progressivement à l'État du fait de l'indépendance croissante des entreprises vis-à-vis de la tutelle publique (ce qui fut un choix politique) : ce seront elles qui recruteront là où ça leur semblera le plus pratique, parfois des étrangers entrés « clandestinement » et régularisés a posteriori ou des Algériens (qui avaient alors la nationalité française)[B 4].

Jusqu'aux années 1970, l'État se désengageant de polémiques publiques sur ce sujet, ces thèmes seront traités de manière feutrée soit dans les bureaux ministériels, soit dans des publications pour spécialistes et deviendront plus factuelles, moins intéressées par une perspective utilitariste. Un certain oubli des polémiques passées s'installe alors, et l'idée que l'« intégration à la française » est une réussite domine. Dans les années 1960, des auteurs comme Alfred Sauvy et Louis Chevalier réécriront l'histoire à leur manière, disant de leurs propres contributions ce qui pourra leur être flatteur, sans protestation venant du milieu universitaire[B 4].

Des études de cette époque portent sur des immigrés polonais et leurs descendants, sur des Italiens, Arméniens, Algériens et des réfugiés d'Europe de l'Est. Il semble que toutes montrent un même cheminement parmi les immigrés qui sont restés en France (environ 50 % s'y sont établis, ceci quelle que soit leur origine). Les « communautés » se sont dissoutes avec la succession des générations, les ascensions sociales ont suivi à peu près les mêmes étapes : parents ouvriers, parfois s'établissant à leur compte, les enfants rentrent dans une entreprise souvent « communautaire » ou familiale, certains sont propulsés dans la vie sociale par leurs études, et la troisième génération suit une trajectoire professionnelle non communautaire ; souvent la seconde génération est à cheval sur ces deux dernières étapes. Ces données sont générales et valables statistiquement, et certaines observations rejoignent celles faites aux États-Unis sur la même période. Certaines « communautés » suivant cette trajectoire plus lentement que d'autres. Parmi les auteurs de ces enquêtes, on trouve, entre autres, Alexis Spire, Philippe Rygiel, Alain Girard, Jean Stoetzel, Geneviève Massard-Guilbaud, Ali Salah, Ahsène Zehraoui, Geneviève Bardakdjian, Serge Bonnet[B 4].

Études actuelles[modifier | modifier le code]

En France, juridiquement, il n’y a pas de minorités nationales : depuis la Révolution française, il n'y a en France métropolitaine qu'un seul peuple et les statistiques ethniques n'y sont pas autorisées (sauf en Nouvelle-Calédonie[34]). Dans l'état civil, l'origine ethnique, n'ayant pas de fondement juridique, n'est pas indiquée[35].

Toutefois, à l'initiative de l'Africagora, ainsi que de deux députés de l'UMP membres de la CNIL, un amendement au projet de loi sur l'immigration, adopté jeudi par la commission des lois de l'Assemblée nationale, propose d'autoriser les statistiques ethniques[36].

Aux yeux de certains, tel Michel Wieviorka, la tradition assimilationniste française « tourne le dos à l'avenir » car les solidarités ethniques ne seraient pas un repli communautaire mais « l'expression de l'individu moderne » et seraient appelées à s'affirmer[37]. D'autres, tel Gérard Noiriel, estiment plutôt que l'ethnicisation du discours et l'affirmation de « l'échec du modèle français » sont construits depuis les années 1980 par un ensemble d'acteurs politico-médiatiques, essentiellement pour les besoins d'un discours « national-sécuritaire[B 5] ».

Selon Yvonne Bollmann : « Sous le couvert d’un objectif culturel, la protection de langues menacées, et en interaction avec des textes européens explicitement consacrés à ces « minorités », la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires contribue à imposer la reconnaissance de groupes ethniques[38] ».

Pour la sociologue Suzie Guth, la France est un « ensemble pluriethnique » dans lequel « pullulent » à la périphérie des minorités (Bretons, Flamands, Lorrains, Alsaciens, Savoyards, Corses, Catalans et Basques). Ces dernières sont dans un mouvement centrifuge mais aussi attirées par des ensembles culturels à l'étranger[39].

Ainsi, selon René Andrau, « le principe constitutionnel français d'égalité juridique de droits identiques pour tous les individus-citoyens est remis en question par des groupes de pression et des groupes de réflexion souhaitant une mutation vers le principe d'une équivalence de droits différentiels pour des groupes socio-culturels, considérés en tant que tels et prenant en compte leurs spécificités », principe appliqué à des degrés divers dans des pays comme la Belgique, le Canada ou le Liban[40].

Exemple d'approche anglo-saxonne[modifier | modifier le code]

Dans cette approche, David Levinson, anthropologue culturel, utilise diverses caractéristiques pour décrire différents groupes : ethniques, ethno-linguistiques, entités supranationales et infranationales, immigrants et même une génération issue de l'immigration. Pour lui, le « groupe ethnique français constitue environ 85 % de la population » en 1998. Il décrit cinq autres groupes autochtones minoritaires représentant 10 % de la population française : les Alsaciens, les Bretons, les Basques, les Corses et les Catalans ; ainsi qu'une dizaine de groupes issus de l'immigration récente. L'auteur fait aussi référence à plusieurs «ethnies» intégrées à la nation française mais qui s'en différencient par l'habillement, les préférences culinaires et la persistance de la langue (les populations d'Alsace, de Bretagne, de Bourgogne, les Auvergnats, les Aveyronnais, les Occitans, les populations d'Aquitaine et de Provence)[A 2]

Groupes décrits par David Levinson en 1998[modifier | modifier le code]

  1. Les Alsaciens représentent environ 1 500 000[A 3] personnes en Alsace.
  2. Les Basques principalement au Pays basque français
  3. Les Bretons représentent environ 3 700 000[A 4] personnes principalement en Bretagne.
  4. Les Catalans principalement dans les Pyrénées-Orientales.
  5. Les Corses représentent en 2008 environ 195 000 personnes en Corse seulement. Ils représentent environ 70 %[A 5] de la population totale de l'île. Par ailleurs, environ 600 000 Corses vivent en Provence et un million sur l'ensemble du territoire français, hors Corse, du fait de migrations économiques au XIXe et XXe siècles.

Deux autres groupes ethniques seraient présents en France métropolitaine depuis des siècles, mais pas dans des régions définies :

  1. Les Roms qui comprendraient entre 500 000 et 1 300 000 personnes[41],[42]
  2. Les Juifs seraient 600 000[43] dont environ 50 % de juifs d'Afrique du Nord arrivés en France entre 1956 et 1967[44].

D'autres groupes ethniques proviendraient d'une immigration récente. Contrairement aux États-Unis où 99 % de la population est issue de l'immigration, le terme de «groupe ethnique» n'est presque jamais utilisé en France pour parler de populations émigrées. Dans cette catégorie, David Levinson insère des entités supranationales comme les Arabes, des entités infranationales comme les Kabyles, des immigrants par nationalité comme les Algériens, une génération issue de l'immigration comme les «Beurs» ou des personnes issus des DOM-TOM.

Groupes ethniques bilingues selon Henri Holt[modifier | modifier le code]

Selon Henri Holt[51], il existe plusieurs groupes bilingues à la périphérie du pays. Au Moyen Âge, les dialectes du sud de la Gaule (langue d'oc) ont donné naissance à une culture séparée. Ces dialectes peuvent être entendus chez les

  1. Provençaux
  2. Languedociens
  3. Gascons
  4. et dans d'autres endroits (Auvergnats, Limousins)


Au XVIIe siècle, la volonté de la France pour forger une nouvelle entité centralisée s'est créée par l’incorporation des anciennes provinces de France.

  1. Normandie
  2. Bretagne
  3. Provence

Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Une femme kanak.

Les recensements enregistrant les données faisant apparaître « l'origine ethnique » des personnes est admise, par dérogation, en Nouvelle-Calédonie. Ainsi, la CNIL a donné un avis favorable au recensement de 2009 pour la Nouvelle-Calédonie, qui contient une question relative à l'appartenance des sondés à une « communauté » et, pour certains d'entre eux à une « tribu ». Des questions similaires avaient été posées jusqu'en 1996, mais non au recensement de 2004. La CNIL rappelle une délibération de 2002, dans laquelle elle avait affirmé que « le recueil de l'appartenance ethnique des personnes, compte tenu des caractéristiques sociodémographiques propres au territoire de Nouvelle-Calédonie, répond à un motif d'intérêt public […][52] ».

La loi « informatique et liberté » de 1978, autorise explicitement pour la Nouvelle-Calédonie le référencement à l’appartenance ethnique dans l’alinéa 3 de son article 31.
Selon un rapport parlementaire de 1998, la répartition ethnique de la population était alors la suivante[53] :

Communautés (recensement de 1996) Pourcentage
Mélanésiens 44,1 %
Européens 34,1 %
Wallisiens et Futuniens 9 %
Tahitiens 2,6 %
Indonésiens 2,5 %
Vietnamiens 1,4 %
Vanuatu 1,4 %
Autres 4,5 %

Les données issues du recensement de 2009, telles que synthétisées par l'Insee[54] sont les suivantes :

Communautés (recensement de 2009) Pourcentage
Kanak 40,3 %
Européens 29,2 %
Wallisiens et Futuniens 8,7 %
Tahitiens 2 %
Indonésiens 1,6 %
Vietnamiens 1 %
Ni-Vanuatu 0,9 %
Autres Asiatiques 0,8 %
Autres 1,0 %
Se déclarent métis ou appartenant à plusieurs communautés 8,3 %
Se déclarent « Calédoniens » 5 %
Ne déclarent aucune appartenance 1,2 %

Soulignant que la méthodologie du recensement a été distincte de celle du recensement de 1996 (où la déclaration d'appartenance multiple n'était pas possible), l'Insee complète cet exposé par des données permettant d'apprécier plus finement l'évolution sur treize ans :

Communautés (recensement de 2009) Pourcentage
Kanak et Kanak métissés 44,3 %
Européens et Européens métissés 33,9 %
Wallisiens, Futuniens, Wallisiens métissés et Futuniens métissés 10,4 %

Statistiques et estimations[modifier | modifier le code]

Selon des directives sur la collecte d'informations et d'après la Loi informatique et libertés, la France s'interdit de collecter des informations personnelles fondées sur des caractères tels race, ethnie, couleur de peau, origine, religion, mode de vie ou sexe, critères discriminatoires selon la loi[55]. Et d'après la CNIL, « [...] il n’existe pas à l’heure actuelle de référentiel national de typologies « ethno-raciales ». Il n’existe donc pas d’indicateurs « ethno-raciaux » diffusés par la statistique publique [...] »[56]

Toutefois, s'il est exact que le recensement de population, tant qu'il est obligatoire, ne permet pas le recueil d'information sur la religion ou l'origine ethnique, toute enquête non obligatoire peut le faire[3]. Ainsi, contrairement à une idée reçue, comme le rappelle François Héran, directeur de l'Ined, il est permis depuis longtemps de poser des questions « sensibles »[4] dans une enquête de la statistique publique, c’est-à-dire une question risquant de faire apparaître directement ou indirectement des appartenances (réelles ou supposées) à un parti politique, un syndicat, une religion, une race, une orientation sexuelle. Poser de telles questions n’est possible qu’à une double condition : « que la question soit pertinente pour le questionnaire (proportionnée aux objectifs poursuivis) et que les répondants donnent leur accord exprès, c’est-à-dire signé (la signature étant apposée non pas sur le questionnaire, qui perdrait ainsi son caractère anonyme, mais sur une feuille à part présentée par l’enquêteur) ». Ainsi des enquêtes peuvent-elles « récolter non seulement des informations sur les pays d’origine et les langues parlées, mais aussi sur les appartenances ethniques déclarées ainsi que sur les principales qualités perceptibles qui peuvent servir de support aux discriminations dans notre société : couleur de la peau, coiffure, tenue vestimentaire, accent et autres signes corrélés de façon visible ou hypothétique à une appartenance religieuse ou ethnique (pratiques alimentaires, respect d’un calendrier festif non chrétien, pratiques funéraires, etc.) », tout en prenant garde, dans les conclusions, de ne pas « imputer faussement les différences observées à des oppositions d’essence entre groupes ethniques »[5],[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'article 8 de la Loi informatique et libertés de 1978 interdit « de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques » : [1]
  2. Pour la France métropolitaine : Ferdinand Mélin-Soucramanien, « Le Conseil constitutionnel défenseur de l'égalité républicaine contre les “classifications suspectes” », in : Recueil Dalloz 2007, p. 3017 ; pour la Nouvelle-Calédonie, la CNIL a donné un avis favorable au recensement de 2009, qui fait apparaître l'origine ethnique des personnes (données enregistrées jusqu'en 1996, mais pas au recensement de 2004). La CNIL rappelle une délibération de 2002, dans laquelle elle avait affirmé que « le recueil de l'appartenance ethnique des personnes, compte tenu des caractéristiques sociodémographiques propres au territoire de Nouvelle-Calédonie, répond à un motif d'intérêt public […] ».
  3. a et b Michèle Tribalat, L'Islam en France, PUF, 2010, p. 21.
  4. a et b Qu'appelle-t-on une question sensible?, Enquête « Trajectoires et Origines » (TeO), 2008, site de l'Ined
  5. a et b François Héran, Inégalités et discriminations. Pour un usage critique et responsable de l’outil statistique, 3 février 2010
  6. a et b François Héran, L’origine des immigrés et de leurs enfants dans les enquêtes de la statistique publique. Quels principes déontologiques ?, Synthèse de l’exposé de François Héran à la réunion du Conseil scientifique d’Économie et Statistique du 28/9/2005
  7. a et b Le 15 novembre 2007, le Conseil constitutionnel a censuré Décision no 2007-557 DC l’article 63 de la loi relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile.
  8. Chiffre pour toute la République française d'après le Bilan démographique 2007 Insee
  9. Christoph Pan, Beate Sibylle Pfeil et Michael Geistlinge, National Minorities In Europe.
  10. Phillippe Poutignat et Jocelyne Streiff‑Fenart, Théories de l'ethnicité, suivi dans le même livre des Groupes ethniques et leurs frontières de Fredrik Barth, Paris, 1995, PUF, 270 pages.
  11. Selon Pierre-Yves Cusset dans « La discrimination et les statistiques ethniques : éléments de débat » : « Le testing offre l’avantage de tester directement et précisément les critères potentiels sur lesquels repose la discrimination : patronyme, apparence, couleur de peau. Mais les résultats de ces enquêtes sont forcément attachés à un secteur particulier du marché du travail ou de celui du logement et ne sont pas aisément généralisables. »
  12. a et b Jean-François Bert dans Histoire de l'ethnologie
  13. Le terme d'ethnicité est un usage tout à fait nouveau dans la littérature française, sauf à de très rares exceptions comme François Raveau (L'Autre et l'ailleurs : hommages à Roger Bastide, 1976), ou comme Michaud qui l'utilise pour désigner la conscience d'appartenance à un groupe ethnique. Ce terme ne sera introduit qu'en 1981 à l'Association française d'anthropologie par Françoise Morin lors d'une Table ronde.
  14. (en) David Levinson, Ethnic groups worldwide: a ready reference handbook (lire en ligne).
  15. Voir par exemple Claude Lévi-Strauss, Race et Histoire, Paris, UNESCO, 1952.
  16. Taylor (A-C), Ethnie, dans Pierre Bonte, et Michel Izard (avec Marion Abélès, Philippe Descola, etc.), Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, 1991, p. 242-244, (ISBN 2130559999).
  17. Guja C. et Pavalan M., « Critères anthropologiques pour la constitution d'une typologie humaine naturelle », Bulletins et mémoires de la Société d'anthropologie de Paris (ISSN 0037-8984), 1985, vol. 2, no 2, p. 187-199, voir en ligne sur Persée.
  18. Population totale par sexe et âge au 1er janvier 2008, France métropolitaine selon l'Insee.
  19. Populations étrangère et immigrée en 2008, Insee, octobre 2011
  20. Être né en France d’un parent immigré, Insee Première, no 1287, mars 2010, Catherine Borrel et Bertrand Lhommeau, Insee
  21. Ces chiffres n’incluent ni la troisième génération, ni les immigrés illégaux.
  22. Les immigrés, les descendants d'immigrés et leurs enfants, Pascale Breuil-Genier, Catherine Borrel, Bertrand Lhommeau, Insee 2011
  23. Défendu par Diderot ; cf. Jacques Proust, Diderot et l'Encyclopédie, 1967.
  24. André-Louis Sanguin, « Les Minorités ethniques en Europe », Éd. L'Harmattan, 1993 ; EAN 13 : 9782738419538 (ISBN 978-2-7384-1953-8).
  25. Bertrand Barère affirme le 27 janvier 1794 : « Le fédéralisme et la superstition parlent bas-breton ; l'émigration et la haine de la République parlent allemand ; la contre-révolution parle italien, et le fanatisme parle basque ».
  26. a et b Selon Béatrice Giblin dans « Langues et territoires : une question géopolitique » : «…les adversaires de la Révolution (religieux ou pas) voyaient dans la résistance au français, le meilleur moyen de garder le contrôle de leurs ouailles. Inversement les révolutionnaires voyaient dans la diffusion du français le meilleur moyen de faire adhérer les citoyens aux idées de la Révolution. Mais de quels moyens les révolutionnaires disposaient-ils pour faire apprendre le français ? La moitié de la population est illettrée et dans certaines régions, elle parle une autre langue. C’est pourquoi il est faux ou manipulateur de dire que ce sont les hommes de la Révolution qui ont imposé le français car, même si les jacobins l’ont souhaité, ils n’ont pas eu les moyens de le faire. »
  27. Chapitre 2 de la première partie de La Création des identités nationales, par Anne-Marie Thiesse, aux Éditions du Seuil, 1999-2001 (seconde édition), (ISBN 9782020414067) pour la seconde édition.
  28. Population, immigration et identité nationale en France : XIXe/XXe siècle, par Gérard Noiriel, Hachette éditeur, 1992, (ISBN 2010166779).
  29. Jacqueline Christophe, Denis-Michel Boëll, Régis Meyran, Du folklore à l'ethnologie, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2009, (ISBN 978-2-7351-1233-3).
  30. Louis Dussieux, Géographie générale contenant la géographie physique, politique administrative, de chaque pays avec des notions sur le climat, vol. 2, J. Lecoffre et Cie, 1866, p. 213.
  31. Par exemple : Benedict Anderson, Anne-Marie Thiesse, Bernard Michel
  32. Chapitre IV de Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité, éditions Gallimard, , 255 p. (ISBN 2-07-072495-6).
  33. (dans le cadre d'une « immigration choisie » pour la reconstruction du pays après la Première Guerre mondiale)
  34. La CNIL a donné un avis favorable au recensement de 2009 pour la Nouvelle-Calédonie, qui fait apparaître l'origine ethnique des personnes. Ces données étaient enregistrées jusqu'en 1996, mais ne l'avaient pas été pour le recensement de 2004. La CNIL rappelle une délibération de 2002, dans laquelle elle avait affirmé que « le recueil de l'appartenance ethnique des personnes, compte tenu des caractéristiques sociodémographiques propres au territoire de Nouvelle-Calédonie, répond à un motif d'intérêt public […] »
  35. L'article 8 de la loi Informatique et libertés de 1978 interdit «de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques»: Un amendement au projet de loi sur l'immigration autorise la statistique ethnique Le Monde
  36. Un amendement au projet de loi sur l'immigration autorise la statistique ethnique Le Monde, 13 septembre 2007.
  37. Marie-Claude Blanc-Chaléard, p. 102 de Histoire de l'immigration, éd. La découverte, 2001, (ISBN 9782707135858).
  38. Yvonne Bollmann, « Les langues régionales et minoritaires en Europe. Volksgruppen : le grand retour », Hérodote 2/2002, no 105, p. 191-201.
  39. Suzie Guth, Une sociologie des identités est-elle possible ?, 1994, p. 61.
  40. René Andrau : Les féodalités reviennent, éd. Bruno Le Prince, 1999, (ISBN 978-2909634289).
  41. Rapport du Centre européen pour les droits des Roms
  42. Rapport complet du Centre européen pour les droits des Roms
  43. (en) 600 000 selon le site officiel du Congrès juif mondial
  44. Afflux de Juifs séfarades en France entre 1956 et 1967 et repères historiques
  45. L'Education for Development Institute maintient un vaste site sur l'Arménie qui inclut des informations sur la diaspora arménienne dans différents pays (3noor.org. Leurs chiffres concordent généralement avec d'autres sources lorsque celles-ci sont disponibles, comme nous n'avons pas d'autres sources vérifiables, nous suivons leur nombre.[Contradiction]
  46. « Les personnes d'origine maghrébine y sont également au nombre de 5 à 6 millions ; 3,5 millions ont la nationalité française (dont 500 000 harkis) », Évelyne Perrin, Identité nationale, Amer ministère, Éditions L'Harmattan, 2010, p. 112.
  47. Robert Castel, La Discrimination négative, Paris, La République des idées/Seuil, 2007
  48. « La Notitia dignitatum (Notice des dignités de l'Empire romain) nous apprend qu'à Brest et à Vannes il y avait des soldats maures (Mauri Veneti et Mauri Osismiaci) », Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, Gisserot, 1995, p. 10.
  49. « On trouve des Maures établis en Armorique à Osimis et à Venetis », Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Payot, 1980, p. 115.
  50. « Un autre témoignage des colonies mauresques de notre pays réside dans le vocable Mortagne, encore porté par divers lieux de notre pays et qui représente une appellation latine, Mauretania. », Auguste Longnon, Origine et formation de la nationalité française, Nouvelle Librairie nationale, 1921, p. 25
  51. (en) Amiram Gonen et Rachel Gilon (dir.), The Encyclopedia of the Peoples of the World, New York, Marwyn Samuels & Michael Zand, coll. « Henri Holt Reference Book, Ethnic Groups - Encyclopaedias », , 703 p. (ISBN 9780805022568 et 0805022562, OCLC 28256724), p. 207, « There are also a number of ethnically non-French bilingual groups living in the periphery of France. In the Middle Ages, the dialects of southern Gaul (langue d'oc) gave rise to separate culture, surviving occitan dialect can still be heard in Provence, Languedoc, Gascony, and elsewhere. » (…) « (In the XVII century) France went to forge a centralized new entity, incorporating Normandy and eventually other provinces such as Provence and Brittany. » Traduction : « Il y a également un certain nombre de groupes bilingues ethniquement non-français qui vivent à la périphérie de la France. Au Moyen Âge, les dialectes de la Gaule méridionale (langue d'oc) engendrent une culture distincte, avec des dialectes occitans que l’on peut toujours entendre en Provence, dans le Languedoc, en Gascogne, et ailleurs. (…) La France forgea une nouvelle entité centralisée, par l’incorporation de la Normandie et, par la suite, d'autres provinces telles que la Provence et la Bretagne. »
  52. CNIL, Délibération no 2009-317 du 7 mai 2009 portant avis sur un projet d'arrêté relatif au traitement automatisé réalisé à l'occasion du recensement de la population de Nouvelle-Calédonie en 2009, publié au Journal officiel du 26 juillet 2009.
  53. Rapport parlementaire no 972 du 9 juin 1998 relatif à la Nouvelle-Calédonie présenté par Catherine Tasca, qui renvoie pour ces données à « Source : secrétariat d’État à l’outre-mer ». Ces données (évoquées dans la source Insee ci-dessous) proviennent très vraisemblablement du recensement de 1996.
  54. « Recensement de la population en Nouvelle-Calédonie en 2009 ».
  55. Recensement « ethnique » : le débat français sur actuchomage.org.
  56. Mesure de la diversité des origines selon la Commission nationale de l'informatique et des libertés

Références[modifier | modifier le code]

Groupe A : (en) David Levinson, Ethnic Groups Worldwide : a ready reference Handbook, Phoenix, Arizona, The ORYX Press, , 436 p. (ISBN 1573560197 et 9781573560191, OCLC 38430636)

  1. Page 30: « France is an ethnically heterogeneous society, with over 100 ethnic groups from all regions of the world present with the ethnic French constituting some 85% of the population. » Traduction : La France est une société ethniquement hétérogène, avec plus de 100 groupes ethniques de toutes les régions du monde. Le groupe ethnique français constitue environ 85 % de la population.
  2. Page 30 : « included within the French majority are distinct regional cultures that some experts prefer to classify as distinct ethnic groups: the people of Alsace, Brittany, Burgundy, Auvergnat, Aveyronnais, Aquitaine, Occitan and Provence. Although the traditional people of these regions are now integrated politically and economically into the French nation, differences in dress, food preference and language persist. ».
  3. «Page 30 :

    « Of the approximately 1.5 million Alsacians in France, some speak dialect of German, although the majority now also speaks French. »

    Traduction : « Sur les quelque 1,5 million d'Alsaciens en France, certains parlent un dialecte allemand, bien que la majorité maintenant parle le français. »
  4. Page 30 :

    « Bretons number about 3.7 million and live mainly in northwestern of France. »

    Traduction : « Le nombre de Bretons est de 3,7 millions et ils vivent principalement dans le Nord-Ouest de la France. »
  5. Page 31 :

    « The population of the island is about 250 000, of whom 70% are Corsican, with the remainder being mainly French (many of whom went there after the fall of the French Empire in Africa). »

    Traduction : « La population de l'île est d'environ 250 000, dont 70 % sont corses, avec le reste de la population qui est principalement française (dont beaucoup sont venus après la chute de l'Empire français en Afrique). »
  6. Page 31 du livre :

    « In France, they are more often identified simply as Arabs, Muslims, North Africans, Afro-Arabs, or Maghrebins, rather than by nation of origin. A further distinction in France is between the Harqis and Beurs. »

    Traduction : « En France, ils sont plus souvent simplement identifiés comme des Arabes, des musulmans, des Nord-Africains, des Afro-Arabes, ou Maghrébins, plutôt que par leurs pays d'origine. Une distinction supplémentaire en France est faite entre les Harkis et les Beurs. »

Groupe B : Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe – XXe siècle) : discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007.

  1. a, b et c p. 354 à 372
  2. p. 375-480. À partir de 1927, la crise économique aidant, les personnes d'origines « diverses », françaises ou non, seront montrées du doigt comme prenant le travail des « vrais » Français.
  3. p. 509 à 515.
  4. a, b et c p. 515 à 536
  5. p. 655 à 667

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]