Trajectoires et Origines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trajectoires et origines est une enquête de l'Institut national d'études démographiques et l'Institut national de la statistique et des études économiques sur la diversité ethnique en France. Elle a été coordonnée par Cris Beauchemin, Christelle Hamel et Patrick Simon.

Résultats[modifier | modifier le code]

L'analyse de l'enquête tend à montrer qu'en France, il existe des discriminations liées aux origines qui ne peuvent être réduites à des facteurs socio-économiques[1].

Méthodologie[modifier | modifier le code]

L'enquête a été réalisée en 2008-2009 auprès de 22 000 individus[2].

Débat sur les statistiques ethniques[modifier | modifier le code]

Pour la première fois dans une enquête statistique en France, la question de la couleur de peau a été abordée. Deux questions ont spécifiquement porté sur ce sujet : une question sur la perception personnelle de sa couleur de peau et une question sur la perception par autrui[3],[4].

Polémique et critiques[modifier | modifier le code]

L'enquête déclenche une vive polémique[5] et se voit accusée de conforter une vision "ethno-racialisée" de la société. SOS Racisme lance une pétition, "Fiche pas mon pote"[6], signée par de nombreux chercheurs de l'INED, ainsi que par François Hollande, pour demander son retrait.[7] Un autre point de la controverse porte sur la méthodologie de l'enquête, qui substitue la perception des discriminations ("discrimination auto-reportée") à l'étude des discriminations situationnelles. Cette méthodologie, fondée sur le ressenti et n'incluant pas le facteur comportemental, est critiquée.[8]

La démographe Michèle Tribalat repère dans TeO de nombreux biais : d'une part dans la méthodologie du questionnaire (notamment la partie portant sur le racisme et les discriminations); d'autre part dans l'exploitation des données effectuée par les enquêteurs. Elle estime que "La qualité scientifique de ce livre laisse donc à désirer sur de nombreux points, tant par les défauts de présentation des informations statistiques, leur traitement, que par les analyses souvent biaisées qui en sont faites. (...) Cette publication de l’Ined est représentative d’une dérive de sciences sociales trop souvent au service de partis pris."[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cris Beauchemin, Christelle Hamel et Patrick Simon, « Les discriminations racistes existent et résistent », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=sources/ope-enq-trajectoires-2008-teo.htm
  3. « Enquête : Trajectoires et origines, enquête sur la diversité des populations en France - 2008 », sur Réseau Quetelet (consulté le 13 avril 2016)
  4. « La République française à l'épreuve des statistiques ethniques, l'enquête Trajectoires et origines », sur Controversy Mapping Archive, Sciences Po (consulté le 13 novembre 2016)
  5. « Les statistiques ethniques », sur controverses.sciences-po.fr (consulté le 20 septembre 2017)
  6. « « Fiche pas mon pote » », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017)
  7. Esther Duflo, « Délicates questions ethniques », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017)
  8. « Philippe d'Iribarne : «Les musulmans sont-ils discriminés ?» », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  9. Michèle Tribalat, « Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations en France », Commentaire, n° 155,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Trajectoires et origines : Enquête sur la diversité des populations en France, Institut national d'études démographiques, coll. « Grandes Enquêtes », , 624 p. (ISBN 978-2-7332-8004-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]