Mélanésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de la Mélanésie
Homme produisant du feu au Vanuatu

La Mélanésie (littér. îles noires, du grec μέλας 'noir' et νῆσος 'île') est l'un des trois grands groupes « traditionnels » d'îles de l'océan Pacifique qui, ensemble, forment l'Océanie. Ce regroupement géographique est aujourd'hui contesté par une partie des géographes, mais il reste très couramment employé, y compris par les pays concernés.

Découpage géopolitique[modifier | modifier le code]

Historique des subdivisions[modifier | modifier le code]

Après l'avoir exploré à deux reprises, Jules Dumont d'Urville proposait, en 1831 à la Société de géographie (Paris), une nouvelle organisation du Pacifique en quatre parties :

  • la Polynésie (« les nombreuses îles »),
  • la Mélanésie (« les îles noires »),
  • la Micronésie (« les petites îles ») et
  • la Malaisie qui sera plus tard retirée du continent océanien.

La Mélanésie traditionnelle[modifier | modifier le code]

La Mélanésie traditionnelle forme un arc situé au nord et nord-est de l'Australie et au sud de la Micronésie. Sont considérés comme en faisant partie les États ou territoires suivants :

Ces États ou provinces ne constituent pas un ensemble politique homogène.

Le mot « mélanésien » est employé en linguistique dans l'expression "langues méso-mélanésiennes", qui désigne un sous-groupe de la branche océanienne des langues austronésiennes, parlées en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans les îles Salomon.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Ce regroupement est aujourd'hui contesté[1] par une partie des géographes et les océanistes. Benoît Antheaume et Joël Bonnemaison écrivent ainsi : « il n'y a sans doute pas de coupures profondes, culturelles et même ethniques, entre les sociétés mélanésiennes, polynésiennes et micronésiennes qui, de long temps, se sont nourries de multiples contacts » (Atlas des îles et États du Pacifique Sud)[2]. Dans le grand public et dans les ouvrages de vulgarisation, cependant, cette nomenclature est couramment adoptée. Elle est également souvent reconnue comme « identitairement » pertinente par les populations concernées.[réf. nécessaire]

En archéologie[modifier | modifier le code]

En archéologie, le terme de Mélanésie est vague. Pawley & Green (1974) ont proposé d'y distinguer les concepts d'Océanie proche et d'Océanie éloignée.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir entre autres, cette source du CREDO par Anne Piazza [1] ou cet article de Serge Tcherkézoff [2], tous deux membres de la Société des Océanistes.
  2. Benoît Antheaume, Atlas des îles et états du Pacifique Sud, Montpellier Paris, GIP RECLUS PUBLISUD,‎ (ISBN 2866004175 et 978-2866004170, notice BnF no FRBNF37663084)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S. Tcherkézoff, Polynésie/Mélanésie. L'invention française des races et des régions de l'Océanie (XVIe-XIXe siècles), Papeete, Au vent des îles, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]