Diaspora italienne en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La diaspora italienne[réf. nécessaire] population italienne en France comprend les Italiens qui s'y établissent durablement, sans forcément prendre la nationalité française, et leurs descendants. Parmi les Italo-français ne font pas partie les personnes d'origine corse, celles originaires du pays mentonnais et des vallées de la Roya et de la Bevera et celles des communes figoun en Provence (Biot, Vallauris, Mons, Escragnolles et Mouans-Sartoux), même si celles-ci sont ethniquement et linguistiquement italiennes. Ces zones n'ont jamais fait partie de l'Italie unifiée à l'exception des communes de Tende et de La Brigue).

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon une publication du Centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges (CIRCE) Sorbonne Nouvelle - Paris 3, aujourd'hui, la population française d'ascendance italienne est estimée à quelque 4 millions de personnes soit environ 6 % de la population totale[1].

D'après le Cambridge Survey, ce nombre serait de 5 millions, soit 7,5 % de la population totale[2].

En 2015, Michèle Tribalat, dans une estimation des populations d'origine étrangère en 2011[3], estime à environ 2,5 millions le nombre de personnes d'origine italienne sur trois générations en 2011.

Selon les données officielles de l'AIRE (Anagrafe degli italiani residenti all'estero) en 2007, les citoyens italiens résidant en France étaient 348 722[4]. Ils sont 370 000 selon le rapport Italiens dans le monde 2010 de la Fondation Migrantes[5]. Un important fonds de documentation accessible dans CIRCE (Paris 3).

Histoire de la présence italienne en France[modifier | modifier le code]

Les échanges de population entre ce que les Romains appelaient la Gaule cisalpine (actuellement l'Italie) et la Gaule transalpine (actuellement la France) ont toujours existé depuis l'Antiquité. Une présence italienne en France est notable au XIVe siècle. Les déplacements de population étaient limités, et concernaient des artistes, des artisans, des commerçants, donc une migration qui pourrait être considérée «d'élite» et la plupart du temps temporaire.

Déjà au Moyen Âge, les Italiens étaient connus en France en tant que banquiers lombards[6],[7]. Depuis 1100, les banquiers lombards se répandirent en France[8]. Vers le milieu du XIIIe siècle, des banquiers lombards s'installèrent à Cahors autour d'une place, qui s'appelait alors la place du Change[9]. Le banquier le plus important et le mieux connu était Aguinolfo Arcelli. En 1300, Aguinolfo, originaire de Plaisance, dont le nom francisé est Gandoulfe de Arcelles, était le Lombard le plus riche de Paris. D'après les archives, il vivait dans la rue Saint-Merri (IVe arrondissement de Paris) et payait la taille la plus élevée de tous les Lombards. Son prestige était énorme lorsque l'on considère les clients de sa banque, les personnes qui conclurent des transactions avec lui et les sommes d'argent prêtées aux villes de Dreux, Rouen, Poissy et Pontoise[10].

Depuis le XVIe siècle, Florence, en tant qu'État, et les Florentins en tant que communauté d'hommes d'affaires, bénéficièrent longtemps d'une relation très étroite avec la France[11]. En 1533, à l'âge de quatorze ans, Catherine de Médicis épousa Henri, second fils du roi François Ier et de la reine Claude de France, et fut reine de 1547 à 1559. Elle devint régente au nom de son fils âgé de dix ans, le futur roi Charles IX et obtînt des pouvoirs très étendus. Après la mort de Charles en 1574, Catherine joua un rôle majeur dans le règne de son troisième fils, Henri III.

XIXe et XXe siècle[modifier | modifier le code]

C'est dans la seconde moitié du XIXe siècle que l'immigration italienne en France a pris les caractéristiques d'un phénomène de masse. Un recensement sur les résidents de la communauté étrangère effectué en 1851 par les autorités françaises avéra que sur environ 380 000 résidents étrangers, 63 000 étaient Italiens (Piémontais en premier lieu). Le nombre d'Italiens vivant en France augmenta rapidement tout au long du XIXe siècle, atteignant le nombre de 165 000 en 1876 et de 240 000 en 1881. Ce fut précisément à partir de cette date que l'immigration italienne en France commença à se réduire. Les principales causes furent la récession économique qui caractérisa l'économie française en cette période et les mauvaises relations diplomatiques entre les deux pays, dues à la question de la Tunisie. La crise diplomatique fut alimentée en outre avec l'entrée de l'Italie dans la Triple Alliance en 1882.

Au début du XXe siècle la communauté italienne devint la première communauté étrangère résidente dans le pays, avec près de 500 000 personnes en 1911. La banlieue Est de Paris par exemple se distingue par une très forte concentration[12].

Jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale, la cause de l'immigration italienne en France était essentiellement économique. En France, il y avait une pénurie de main-d'œuvre, en particulier dans les secteurs de l'agriculture et de l'industrie (usines et mines) et de la construction. Les exigences françaises de main-d'œuvre italienne, grandirent à la fin de la Première Guerre mondiale.

Avec l'avènement du fascisme en Italie, à l'émigration économique s'ajouta celle d'origine politique. Pendant les années 1920, il y eut de nombreux hommes politiques italiens de divers horizons, qui furent dans l'obligation de se réfugier en France, parmi lesquels Eugenio Chiesa (it), Filippo Turati, Gaetano Salvemini, les frères Rosselli, Giuseppe Saragat, Pietro Nenni, Sandro Pertini et de nombreux autres. Mais paradoxalement, il y eut aussi, bien que peu nombreux, des partisans du régime fasciste, tels que l'écrivain Pitigrilli, agent de l'OVRA à Turin et à Paris. La section française du PNF en 1938 ne comptait que 3 000 inscrits[13], représentée par Nicola Bonservizi (it), qui fut assassiné, en 1924, par un anarchiste italien en exil.

François Cavanna, né d'un père originaire d'Émilie-Romagne et auteur du livre à succès Les Ritals.

En 1931, la communauté italienne en France s'élevait à plus de 800 000 résidents, puis le flux fut interrompu par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la celle-ci, les migrations en provenance d'Italie reprirent, mais furent beaucoup moins importants que celles enregistrées à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. À partir des années 1940, on assista au déclin du nombre de résidents italiens, en raison de la naturalisation massive et du nombre croissant de retours. En effet, les naturalisations opérées de 1927 à 1940 en vertu de la loi du 10 août 1927 sur la nationalité concernent, pour plus de la moitié d'entre elles, des personnes nées en Italie (ce qui ne signifie pas nécessairement une nationalité italienne), soit presque 260 000 personnes [14]. Sur celles-ci, presque 4 500 personnes furent déchues de leur nationalité française à la suite de la loi du 22 juillet 1940, ce qui représente près d'un tiers des déchéances prononcées en vertu de cette loi promulguée par le régime de Vichy [14].

En 1946, le nombre d'Italiens se réduisit à 450 000 personnes, puis remonta à 570 000 en 1968, avant de retomber à 460 000 en 1975 et à 350 000 en 1981.

Au cours de ces décennies, le phénomène de l'immigration italienne en France se réduisit considérablement et changea de physionomie. Si l'immigration au début du XXe siècle était composée en majorité d'agriculteurs, de mineurs et d'ouvriers, à partir des années du boom économique italien, des travailleurs plus qualifiés commencèrent à affluer. En outre, beaucoup d'Italiens qui vivaient déjà dans le pays s'élevèrent socialement, exerçant des professions libérales, entrepreneurs et commerçants, ou restaurateurs. Cette intégration des immigrés italiens dans la société française peut, même si parfois avec grandes difficultés, certainement être considérée comme un succès.

Dans le chapitre intitulé « Mobilité et réussite sociales » de son Voyage en Ritalie, Pierre Milza cite les nombreux « Italiens et descendants d'Italiens ayant fait souche en France [qui] se sont illustrés et ont illustré leur pays d'adoption[15] ». Il ouvre son chapitre sur la définition donnée par le Who's Who in France pour définir ces personnalités : ce sont celles qui du fait de leur « notoriété, honorabilité, mérite, talent, compétence, contribuent à l'activité et au rayonnement de la France » et évoque au fil des pages la présence notable de ces personnalités qui « constituent une fraction [...] de l'establishment hexagonal[15] » dans les domaines des arts, des lettres, du spectacle, des sports, de la politique, ou de l'industrie, et revendiquent leur « italianité », leurs origines italiennes ou franco-italiennes, en même temps que leur attachement à la culture française. Leur longue présence a même eu des traces littéraires (Vegliante), comme chez Ungaretti, Sereni ou Amelia Rosselli.

Nombre d'Italiens en France (1851-2001)[16]
Année 1851 1876 1901 1911 1921 1931 1936 1946 1954 1960 1968 1975 1982 1985 1990 1998 1999 2001
Population 63 307 165 313 330 465 419 234 451 000 808 038 720 926 450 764 589 524 688 474 571 694 462 940 333 740 293 000 252 759 212 023 201 670 198 344

Origines régionales et répartition sur le territoire français[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne l'origine régionale des immigrants italiens et leurs descendants en France, on doit faire une division par périodes. Depuis la fin du XIXe siècle jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les régions italiennes qui fournirent le plus grand nombre de migrants sont celles du Nord, tout d'abord, le Piémont, suivi dans l'ordre par la Toscane, la Lombardie, la Vénétie, le Frioul-Vénétie Julienne et l'Émilie-Romagne. Dans le cas du Piémont, c'était surtout une immigration saisonnière en raison de sa proximité géographique. En revanche, l'immigration italienne après la Seconde Guerre mondiale connut une croissance de la composante migratoire en provenance des régions du Centre-Sud, en particulier de la Sicile, de la Calabre et des Pouilles.

Les zones de plus fortes concentrations de l'immigration italienne en France ont été les départements de Haute et Basse Normandie, d'Haut et Bas-Rhin, du Rhône, de la Loire, de l'Isère, de Moselle, d'Île-de-France (principalement à Paris et en Seine-Saint-Denis, Val d'Oise et Val de Marne), du Nord-Pas-de-Calais, des Bouches-du-Rhône, de la Savoie et Haute-Savoie, du Lot-et-Garonne, du Var, des Alpes-Maritimes et de Corse. Dans ces deux dernières régions, l'immigration italienne a été favorisée non seulement par la proximité géographique, mais aussi par affinité ethnique et linguistique avec leurs habitants, la Corse a également été influencée dans son histoire par la Sardaigne, la Toscane et la Ligurie, et l'italien était la langue officielle de la Corse jusqu'en 1853. Les grandes villes ayant une importante communauté d'immigrants italiens étaient Paris, Lyon, Marseille, Nice et Grenoble, villes qui encore de nos jours comptent les plus importantes communautés italo-françaises, (40 000 Siciliens à Grenoble en 2007[17]).

Hostilité contre les travailleurs italiens en France[modifier | modifier le code]

Les Italiens vivant en France ne se sont jamais signalés comme étant particulièrement auteurs d'actes délictueux, voire criminels, si ce n'est à partir des années 1950, quand des organisations criminelles italiennes de type mafieux ont commencé à s'installer dans le pays (Provence-Alpes-Côte d'Azur, Grenoble [les « Italo-Grenoblois »], Paris)[18].

En revanche, les travailleurs immigrés italiens furent parfois l'objet d'hostilité violente de la part d'une partie des populations locales pour des questions de concurrence ouvrière. On peut évoquer en Provence le massacre d'Aigues-Mortes qui eut lieu entre le 16 et le 20 août 1893, où une foule de travailleurs français en colère agressa violemment les travailleurs italiens coupables, selon eux, de prendre les emplois dans les marais salants car leurs salaires étaient beaucoup plus faibles. Officiellement la mort de 9 Italiens a été enregistrée mais, selon d'autres sources, telles que le journal britannique The Times, 50 Italiens auraient été tués[19]. On trouve des précédents, ainsi le 17 juin 1881 à Marseille, où 15 000 Français essayèrent d'attaquer un club italien. S'ensuivirent quatre jours d'affrontements avec la réaction dure des Italiens, qui se termina par 3 morts, 21 blessés et 200 arrestations[20], et un autre en 1882, lorsque quatre ouvriers italiens des hauts-fourneaux de Beaucaire furent massacrés par la population locale[21].

Des termes tels les « Macaroni » et « Rital », employés autrefois pour désigner péjorativement les Italiens sont toujours utilisés, mais en perdant leur sens dévalorisant et en prenant même une certaine connotation affectueuse, due peut-être à deux ouvrages: Les Ritals de l'écrivain et journaliste François Cavanna et le Voyage en Ritalie de l'historien Pierre Milza, tous deux d'ascendance pour partie italienne. Sur la langue des Italiens (ou de leurs descendants) en France, voir Jean-Charles Vegliante, 'Le problème de la langue : la lingua spacà ', dans L'immigration italienne en France dans les années 20, Paris, éd. CEDEI, 1988, p. 329-345.

Cuisine italo-française[modifier | modifier le code]

La cuisine italienne a bien influencé la cuisine des régions du Sud-est en particulier, là où la présence et les relations avec les Italiens sont très anciennes. La Provence, le Comté de Nice, la ville de Sète ou les Alpes ont quelques recettes issues de ce phénomène. C'est la Ligurie qui a influencé le plus à cause de sa proximité géographique, mais le sud de l'Italie a aussi apporté son lot de saveurs. Voici une liste non exhaustive de quelques plats (entre parenthèses figurent le nom des recettes originales):

  • Ravioles du Royans, du Trieves, (ravioli) qui seraient arrivées du Piémont[22]
  • Soupe au pistou (minestrone alla genovese)
  • Cade de Toulon / Socca de Nice (farinata)
  • Panisse (panissa)
  • Pissaladiera (piscialandrea / focaccia genovese con le cipolle)
  • Salade niçoise (condiglione)
  • Barbagiuan de Menton et Monaco (barbagiuai)
  • Tourte aux blettes (torta pasqualina ligure)
  • Tielle (tiella di Gaeta)
  • Macaronade (ragù alla napoletana)
  • Brageoles (braciole ou involtini)
  • Brandade (brandacujun)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Document "Italiens" du CIRCE de l'université Sorbonne - Paris 3
  2. Robin Cohen, Cambridge Survey, Books.google.com (ISBN 9780521444057, lire en ligne)
  3. Michèle Tribalat, « Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 2011 », Espace populations sociétés, 2015/1-2, en ligne
  4. Dati AIRE del 2007 su Italiani residenti in Europa
  5. "Gli italiani continuano a emigrare, un milione in fuga negli ultimi 4 anni", La Repubblica, 2 décembre 2010.
  6. Pierre Milza, Voyage en Ritalie, éd. Plon. Histoire de l'émigration italienne en France.
  7. Les Lombards et le commerce de l'argent au Moyen Âge, Pierre Racine
  8. La Banca, Prof. Nino Rebaudo.
  9. Carlo Del Balzo, L'Italia nella letteratura francese dalla caduta dell'Impero Romano alla morte di Enrico IV, volume 1, s.n., 1905.
  10. Laura Di Fazio, Lombardi e templari nella realtà socio-economica durante il regno di Filippo il Bello (1285-1314), Cooperativa Libraria I.U.L.M., 1986.
  11. Project MUSE – Renaissance Quarterly – Savonarola in Francia: Circolazione di un'eredità politico-religiosa nell'Europa del Cinquecento (review). Muse.jhu.edu. Retrieved on 2011-07-04.
  12. Voir Les italiens et le bâtiment : étude de cas en région parisienne, Marie Claude Blanc-Chaléard, 2007./
  13. da G. Perona, page 95 du livre Exilés et migrations. Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, 1994.
  14. a et b Laguerre Bernard. "Les dénaturalisés de Vichy (1940-1944)". Vingtième Siècle. Revue d'histoire. N°20, octobre-décembre 1988. pp. 3-15.
  15. a et b Pierre Milza, Voyage en Ritalie, « Mobilité et réussite sociales », pp. 435-492.
  16. Quid 2005 « Géographie humaine (France) - Étrangers en France »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 7 mai 2013)
  17. "Chicago sur Isère", Libération, 09/11/2007
  18. « Parigi diventa colonia di Cosa Nostra », article du Corriere della Sera du 29 janvier 1993.
  19. Dizionario di Storia, Il Saggiatore, Milan, 1993.
  20. p. 50 et 51 de Gli Italiani all'estero: Autres passages, Jean-Charles Vegliante, 1996.
  21. Op. cit., p. 48.
  22. « http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?t=24931 »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Bechelloni, M. Dreyfus, P.Milza - L'Intégration italienne en France. Un siècle de présence italienne dans trois régions françaises (1880-1980), Bruxelles, Éd. Complexe, 1995, (ISBN 2-87027-555-2).
  • La Trace, cahiers du Centre d'études et de documentation sur l'émigration italienne, Paris, (ISSN 0997-0843).
  • G. Astre - Les Italiens en France. 1938-1946, Milan, Franco Angeli, 1995, (ISBN 88-204-8615-6).
  • M. C. Blanc Chaléard - Les Italiens dans l'Est parisien, Rome, École française de Rome, 2000, (ISBN 2-7283-0549-8).
  • M. C. Blanc Chaléard, A. Bechelloni - Les Italiens en France depuis 1945, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, (ISBN 2-86847-757-7).
  • J. B. Duroselle, E. Serra - L'Émigration italienne en France avant 1914, Milan, Franco Angeli, 1978.
  • Div. L'immigration italienne en France dans les années 20, Paris, éd. CEDEI, 1988.
  • P. Milza - Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993, (ISBN 2-228-88826-5).
  • P. Milza, D. Peschanski, J. Cuesta Bustillo - Exils et migrations : Espagnols et Italiens en France, 1938-1946, Paris, L'Harmattan, 1994, (ISBN 2-7384-3053-8).
  • J.-Ch. Vegliante - Italiens à l'étranger (série), Paris, PSN, 1986 ... (1: Les données préliminaires de 1861 à 1981 ; 2: Passage des Italiens ; etc.).
  • ID., 'Langue et parlers italiens en milieu francophone (italien populaire, interférences, évolution)', in Hommage à Jacqueline Brunet, Besançon, éd. Université de Franche-Comté, 1997, pp. 165-180).
  • Michele Canonica et Florence Vidal - Italiens de prestige à Paris et en Île-de-France, histoire et actualité, Paris, Chambre de Commerce Italienne pour la France, Association L'Italie en Direct - L'Italia in Diretta, 2002.
  • Stefano Palombari - L'Italie à Paris, Paris, Parigramme, 2003, (ISBN 2-84096-274-8).
  • Jean-Luc Huard - Les Italiens, histoire d'une communauté en Rhône-Alpes, Éditions Le Dauphiné Libéré, Veurey, 2012, (ISBN 978-2-8110-0022-6).
  • Italiens, 150 ans d'émigration en France et ailleurs, Toulouse, Editalie éditions, mai 2011, 500 pages + 200 photographies d'époque.
  • Mémoires d'émigration Au cœur des racines et des hommes, Toulouse, Editalie éditions.
  • Isabelle Felici- Sur Brassens et autres "enfants" d'Italiens, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2017, (ISSN 2118-1888).

Articles connexes[modifier | modifier le code]