Ethnogenèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mot ethnogenèse se rapporte à la naissance d'un peuple[1]. Au sens littéral, il sert à décrire la genèse d'un groupe ethnique. Par extension, il décrit le processus selon lequel se constitue historiquement un groupe ethnique, un peuple, ou un groupe humain, et ce, par théorie, uniquement à partir de groupes antécédents.

Utilisé initialement par les anthropologues évolutionnistes soviétiques des années 1920-1930 selon Françoise Morin (2006)[2], ce concept réapparaît dans les années 1970 chez les anthropologues post- soviétiques [3], et plus récemment, chez les historiens médiévistes viennois contemporains Reinhart Wenskus (1916-2002) (1961)[4], Herwig Wolfram (1934- ) (1979)[5] , Jörg Jarnut (1942- ) (1985) [6], Walter Pohl (1953- ) (2005), G. M. Berndt (2007)[7], le géographe, historien, politologue et linguiste français Roland J.-L. Breton (1931-2016) (1987)[8], chez le politologue américain Thomas Turner (2000)[9] puis chez les anthropologues Thomas A. Abercrombie (en) (1990)[10] Guillaume Boccara (1998)[11] Françoise Morin (2006)[12], Florent Kohler (1968- ) (2009)[13], Antoinette Molinié (2012)[14] et les médiévistes français Jens Schneider (2011)[15], Magali Coumert (2013) [16] et Audrey Becker (2014)[17].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme ethnogenèse est constitué de ethno-, issu du grec ancien ethnos signifiant "toute classe d'êtres d'origine ou de condition commune"[18] et du suffixe genèse, signifiant naissance, début, origines.

Un objet polymorphe: processus ou théorie ?[modifier | modifier le code]

Processus objectif ou subjectif ?[modifier | modifier le code]

L'on comprend aisément avec Jacques Le Goff que ce processus historique d'émergence d'un peuple, en tant qu'identité distincte d'autres peuples environnants, nommé ethnogenèse, échappe facilement au regard d'un observateur banal (qui serait un possible témoin oculaire de l'époque) de par l'échelle de sa longue durée dans le temps historique[19]. Le temps long nécessite donc une autre approche. Déjà Fustel de Coulanges en 1862 à Strasbourg suggérait le recours aux mythes et aux rêves[20].

Ainsi, le mythe, dans les perspectives de la nouvelle problématique historique, non seulement est objet d'histoire, mais allonge vers les origines les temps de l'histoire, enrichit les méthodes de l'historien et alimente un nouveau niveau de l'histoire, l'histoire lente[21].

Sauf à se fonder sur des données objectives de nature archéologiques [22], l'étude du processus lui-même, complexe et polymorphe, ne peut qu'être remplacée par celle d'autres matériaux plus faciles d'accès relatifs, par exemple, à un ordre de discours se présentant sous la forme d'un mythe de fondation, tels ceux étudiés par Élise Marienstras (1992) pour l'Amérique, Nicole Loraux (1996) pour Athènes, ou Anita Shapira (2005) pour l'état d'Israël, par exemple. Mais en ce qui concerne d'autres groupes humains que ceux vivant au sein d'états-nation, le problème des sources est différent.

Le principal domaine où se cristallise la mémoire collective des peuples sans écriture est celui qui donne un fondement à apparence historique à l'existence des ethnies et des familles, c'est-à-dire les mythes d'origine[23].

Tout groupe social peut relever d'un tel questionnement sur son ethnogenèse, passée ou en cours. C'est, tout à la fois, la question des origines, de son ethnonyme et des identités en mutation (interculturelle, transculturelle) qui est ainsi interpellée par ce questionnement qui peut rejoindre celui de l'ethnohistoire, mais qui commence souvent par l'étude d'annales ou de généalogies[24],[25]

Des objets sociaux gigognes[modifier | modifier le code]

Selon les travaux des historiens médiévistes viennois contemporains Herwig Wolfram (1979), Reinhart Wenskus (Cologne, 1961), au sens strict, le terme ethnogenèse signifie : genèse d'un groupe ethnique, et, par extension, processus selon lequel se constitue historiquement un groupe ethnique, un peuple, un groupe humain. Pour l'anthropologue français Maurice Godelier, un groupe ethnique, ou ethnie, étant constitué du rassemblement de plusieurs tribus constitués de plusieurs clans eux-mêmes constitués de familles apparentées. Plusieurs groupes ethniques configurent un peuple se considérant, ou non, comme une nation, elle-même se dotant, ou non, d'un état pouvant prendre plusieurs formes[26].

Sources endogènes et exogènes[modifier | modifier le code]

À la lecture des travaux des historiens traitant de l'ethnogenèse des peuples [27], l'on voit bien combien cette question s'alimente fréquemment de nombreuses controverses [28] issues de la confrontation entre plusieurs versions étudiées par de nombreux spécialistes relevant de plusieurs disciplines universitaires et scientifiques:

  • Les données de la tradition immatérielle:

Versions endogènes [29] relevant de la mémoire collective [30], écrites ou transmises selon une tradition orale, ancestrale ou de facture récente, souvent mythologiques telles le mythe des origines troyennes, les sagas islandaises [31], les Vedas[32], et le Mahabharata indiens ou le Kalevala finlandais[33], produites par différentes catégories de personnes, dotées, ou non, d'une fonction spécifique ou d'un statut particulier au sein d'un groupe humain, (aède chantant des épopées, des poèmes épiques, des légendes comme celles de la légende de l'origine troyenne des Bretons, la légende de l'origine troyenne des Francs et chansons de gestes [34], griot récitant des généalogies, voire archivistes conservant des archives familiales et titres de noblesse, généalogistes, historiens de cour, etc.),

  • Les données objectives matérielles :

Versions exogènes [35], ou différées dans le temps, elles-mêmes se subdivisant selon la spécificité des arguments développés par des auteurs de compétences différentes, reconnues ou non, scientifiques ou non, (ethnographes, géographes, historiens, chroniqueurs, linguistes, archéologues, généticiens).

Un objet de recherche en sciences humaines[modifier | modifier le code]

Ainsi, la question de l'ethnogenèse est une problématique reposant sur diverses hypothèses étudiées habituellement par l'ethnographie, l'ethnologie, l'anthropologie, et plus particulièrement l'anthropologie historique, et l'ethnolinguistique, et bien sûr, l'Histoire et l'archéologie.

L'exemple du peuple des Goths [36] illustre bien la complexité de la problématique et des débats souvent encore actuels. Mais l'on pourrait prendre d'autres exemples, comme celle des Francs [37], des Celtes [38], des Berbères et des Arabes [39], des Huns [40], des Vikings [41], des Burgondes [42], etc.

Selon l'historien Jens Schneider[43], dépassant les hypothèses biologistes attribuant aux groupes humains une "simple" filiation de nature biologique, et s'inscrivant dans la lignée des travaux de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective, les médiévistes viennois s'attachent à montrer l'importance de l'autodétermination identitaire propre à susciter l'ethnogenèse d'un groupe humain.

Idéologie, propagande et racialisme[modifier | modifier le code]

Il est fréquent que les sources des écrits ou récits oraux traitant de la genèse d'un groupe humain donné relèvent de sa mythologie (mythes de fondation, des origines, des ancêtres fondateurs [44] ou d'une pure construction idéologique récente et arbitraire à but politique, sujette à caution car relevant de la propagande [45] ou d'un messianisme[46],[47] voire du tristement célèbre aryanisme [48].

Des problématiques classiques et contemporaines[modifier | modifier le code]

  • Spécificité des isolats:

La naissance d'un nouveau peuple doté d'une culture propre, d'une langue, d'une mythologie et d'une conscience propres peut découler de l'isolement d'un groupe humain sur une longue période. Des influences importantes coïncidant (géographie, climat, flore, faune, d'autres cultures), une communauté de destin et/ou d'histoire d'un certain groupe d'hommes sont une autre possibilité d'explication de la naissance d'un peuple. C'est le cas pour les Rapanui de l'Île de Pâques [49], ou les Inuits [50].

  • Individuation ou diffusion:

Lors du long processus historique de l'ethnogenèse d'un peuple d'autres aspects sociaux marquants, comme les caractéristiques ethniques, linguistiques et culturelles, ou les spécificités technologiques du nouveau peuple [51] peuvent apparaître au regard du chercheur, historien, ethnographe, anthropologue, ethnolinguiste, archéologue ou préhistorien.

  • Une ethnographie des colonisations et des migrations:

Un nouveau peuple peut aussi naître de la séparation ou de la fusion de plusieurs peuples, groupes ethniques ou tribus, clans ou même familles, par le fait de ralliement (politiques, religieux ou économiques), adoption, alliances matrimoniales, acculturation ou assimilation culturelle, dans un contexte migratoire [52] ou sédentaire, pacifique ou conflictuel [53] selon la diversité des cas de figure possibles et de leur forme[54]. L'exemple des Huns ou des Goths [55] est, à ce titre, particulièrement éclairant. C'est aussi, sur le continent américain, le cas des Comanches [56] se distinguant par séparation des Shoshones ou celui de la protohistoire du peuple Dineh/Navaho.

Illustration de l'arrivée du peuple Croate sur les côtes de la mer Adriatique, pendant une époque tardive des Grandes migrations.

Historique d'une notion[modifier | modifier le code]

L'ethnographie romaine et la confrontation de l'espace méditerranéen avec les barbares[modifier | modifier le code]

Le domaine de l'ethnogenèse s'est développé dans les années 1980 en Europe et en Amérique à propos de la migration des peuples et de la transformation du monde romain à la fin de l'Antiquité et au début du Moyen Âge[réf. souhaitée].

La migration des peuples doit tout d'abord être considérée du point de vue romain[réf. souhaitée], la notion d'ethnicité, objective, étant inconnue dans l'Antiquité. Cependant le peuple romain (populus Romanus) possédait une certaine expérience issue de ses rencontres avec de nombreux peuples (gentes).

Patrick Geary définit à l'aide de la terminologie des sources antiques deux modèles de peuples : les peuples par hérédité (comme les Goths et les Vandales) et les peuples par constitution (comme les citoyens de la Rome Antique ou les membres agrégés à l'Empire hunnique). Ceci pose une dualité entre gens (aspect biologique) et populus (aspect juridique)[57].

Dans son Histoire des Goths de 551, le nord de l'Europe était nommé par Jordanès, byzantin du VIe siècle, la vagina gentium ou matrice des peuples. Les Barbares, selon lui, très vigoureux et résistant au froid, y auraient été très fertiles et se seraient multipliés de façon incroyable. Cependant les érudits romains ont nié la capacité de ces peuples à développer des cultures, des villes et des civilisations, voyant ce monde comme un chaos permanent et sans passé remarquable, les considérant même comme des masses innombrables de sauvages. Synésius de Cyrène, quant à lui, rapporta à son empereur Arcadius qu'aucun nouveau peuple n'avait été rencontré au nord de la Mer Noire. On se contentait à l'époque de renommer convenablement les peuples pour tromper les Romains et refouler leurs craintes.

En effet l'ethnonymie antique ne désignait pas des peuples à proprement parler mais plus des régions peuplées. Ainsi, Jules César, dans son célèbre ouvrage La guerre des Gaules[58] ne reconnaît pas chez les Francs et les Alamans des modes de vie germaniques mais les nomme Celtes en tant que résidant à l'Est du Rhin. De même, les Vandales, Goths et Huns y sont regroupés sous le nom de Scythes.

Un millénaire d'ethnographie aura apporté des méthodes et des savoirs dont on a pu se servir à la fin de l'Antiquité pour classifier les événements socio-historiques. Les érudits comme Ammanius Marcellinus (fin du IVe siècle), Zosimos (début du VIe siècle) ou encore les fonctionnaires lettrés byzantins comme Priscos (milieu du Ve siècle) et Procope (milieu du VIe siècle) se sont approprié ces connaissances et ont retranscrit les plus importantes sources, dont on dispose donc aujourd'hui, permettant de comprendre le processus ethnique de l'époque[réf. souhaitée].

Manipulations idéologiques et propagandes racialistes[modifier | modifier le code]

Se reporter aux articles idéologie, propagande et racialisme.

Mythes de fondation et ethnogenèses modernes[modifier | modifier le code]

Il serait naïf de croire l'époque contemporaine exempte du recours à des mythes de fondation. Bien souvent cette élaboration, voire pure manipulation idéologique, est à l'œuvre dans la réécriture, en tout ou partie, de l'histoire des états modernes, se cherchant, ou souhaitant raccommoder, une identité, comme c'est le cas pour le mythe national français étudié par Suzanne Citron ou pour les efforts de la Suisse à repenser son creuset identitaire (mythe fondateur de la Suisse), ou désirant occulter un passé obscur.

Dans d'autres cas, dans un contexte multiculturaliste, c'est la gestion de nombreuses identités particulières qui prétend justifier certaines manipulations ou déformations de l'Histoire.

Le concept d'ethnogenèse a longtemps été utilisé par l'anthropologie évolutionniste soviétique des années 1920-1930 pour la gestion de la multitude d'ethnies distinctes (narod en russe). Cet usage réapparaît dans le contexte post-soviétique sans les années 1978 chez des anthropologues russes comme Yulian Bromley.

Plus récemment, le concept d'ethnogenèse est utilisé dans le contexte d'états confrontés à la réemergence d'identités de peuples autochtones colonisés et supposés assimilés de longue date, comme c'est le cas pour le peuple autochtone des Mapuches étudié par Guillaume Boccara (1999) ou pour revoir les versions officielles de leur histoire d'états comme les États-Unis (Élise Marienstras (1932- )) ou Israël (Anita Shapira (1940- )).

La théorie de l'ethnogenèse[modifier | modifier le code]

  • Selon la définition du dictionnaire Larousse, l'ethnogenèse est une théorie qui soutient que tout groupe ethnique se forme uniquement à partir d'autres peuples plus anciens et n'apparaît donc jamais ex nihilo.
  • Selon l'historienne médiéviste Magali Coumert (2013), la théorie de l'ethnogenèse est essentiellement élaborée en langue allemande au sein de l'école historiographique de Vienne par Reinhart Wenskus[59] par une relecture critique des travaux précédents portant sur l'histoire des peuples germains, détournés par le nazisme pour élaborer l'idéologie aryaniste. Toujours selon M. Coumert, suspecté de vouloir "blanchir" toute une historiographie allemande précédente, Wenskus, pourtant non suspectable idéologiquement, est largement critiqué dans sa démarche par des historiens plus récents. Le débat contemporain aboutit à ne plus considérer l'ethnogenèse comme un éventuel processus essentialiste endogamique lié aux généalogies de lignées royales configurant un noyau culturelle stable dans le temps, mais de faire de l'ethnogenèse le résultat archéologiquement et anthropologiquement constatable d'un processus d'identification de consciences individuelles à une identité collective construite[60].
  • En archéologie, préhistoire, ethnologie, anthropologie et ethnolinguistique, outre les données touchant à la culture matérielle (objets et traces objectives diverses) la question de l'ethnogenèse s'analyse désormais également beaucoup à partir de recherches alimentées par des résultats en génétique des populations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ethnogenèse, Nom féminin singulier », sur universalis.fr/dictionnaire/ (consulté le 14 avril 2018)
  2. Cf. Françoise Morin, "L'autochtonie, forme d'ethnicité ou exemple d'ethnogenèse" in Parcours anthropologiques, numéro 6, Lyon, 2006, p.  54-64
  3. Notamment chez Yulian Bromley - 1921-1990 - et Gurvich 1978
  4. Cf. Reinhart Wenskus, Stammesbildung und Verfassung. Das werden der frühmittelalterlichen gentes, Cologne, 1961.
  5. Cf. Herwig Wolfram, Histoire des Goths, C. H. Beck'sche Verlagsbuchhandlung Oscar Beck, Münich, 1979, University of California Press, CA, 1988, éd. Albin Michel, 1990, 574 p. (ISBN 2-226-04913-4)
  6. "Aspekte frühmittelalterlicher Ethnogenese in historischer Sicht" dans ID, Herrschafft und Ethnogenese im Frühmittelalter, Münster, 2002, p. 19-27 (réed. d'un article paru en 1985) (ISBN 3-93261-019-9)
  7. Cf. G. M. Berndt, Konflikt und Anpassung. Studien zu Migration und Ethnogenese der Vandalen, Husum, 2007.
  8. Roland J.L. Breton, "Ethnogenèse et politogenèse", in Annales de géographie, 1987, 538 p., p. 742-744.
  9. Thomas Turner, Ethnogenèse et nationalisme en Afrique centrale. Aux racines de Patrice Lumumba, préface de Crawford Young, éd. L'Harmattan, 2000, traduction Michel Veys et Monique Chajmowiez,col. "Congo-Zaïre/Histoire et société", 456 p. (ISBN 2738473229)
  10. Thomas Abercrombie, "Ethnogenèse et domination coloniale", in Journal de la société des américanistes, 76, 1990, p. 91-104.
  11. Cf. Guillaume Boccara, Guerre et ethnogenèse Mapuche dans le Chili colonial: l'invention du soi., éd. L'Harmattan, 1998.
  12. "L'autochtonie comme forme d'ethnicité ou exemple d'ethnogenèse", in Parcours anthropologiques, Lyon, numéro 6, 2006, p. 54-64 (ISBN 978-2-912868--48-0)
  13. "Du Caboclo à l'indigène, réflexions sur l'ethnogenese au Brésil", Journal de la société des américanistes, Société des américanistes, 2009, p. 41-72.
  14. Antoinette Molinié, "Ethnogenèse du New Age andin: à la recherche de l'Inca global, in Journal de la société des américanistes, 2012, 98-1, p. 171-199
  15. L'ethnogenèse des Frisons, Revue du Nord, 2011
  16. De l'usage de l'ethnogenèse en Histoire médiévale, 4 novembre 2013, site ménestrel.fr
  17. Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils romains? Réflexions critiques sur l'ethnogenèse et les théories de l'ethnicité dans l'Antiquité tardive, 29/01/2015, conférence donnée à l'université de Lorraine de Nancy.
  18. « ETHNIE, subst. fém. », sur Trésor de la Langue Française informatisé, http://atilf.atilf.fr/ (consulté le 14 avril 2018)
  19. voir aussi sur la difficulté à intégrer la longue durée en histoire: Fernand Braudel, Écrits sur l'histoire, éd. Flammarion, 1969, col. "Champs", p. 54
  20. Fustel de Coulanges cité par Le Goff dans Histoire et mémoire, p. 299.
  21. Jacques Le Goff, 1988, Histoire et mémoire", p. 230
  22. Colin 1998, par exemple
  23. Jacques Le Goff, Histoire et mémoire p. 111
  24. Cf. Abdesselam Cheddadi, dans son introduction au Livre des Exemples d'Ibn Khaldûn, II, p. XVI
  25. Cf. Gilbert M., Perrucho M., Sevin A., Sazhinova Z., Bazarou B., Kovalev P., Apport des généalogies réelles et mythiques à la reconstruction de l'ethnogenèse Bouriate : exemple de la vallée de Bargouzine (Bouriatie), Anthropo 2006, 11, p.  199-207, www.didac.ehu.es/anthropo
  26. Maurice Godelier, Les tribus dans l'Histoire et face aux états, Cnrs, 2010 (ISBN 978-2271069597) 88 p.
  27. et parfois sans nommer explicitement ce concept
  28. analysées, par exemple, longuement dans leurs ouvrages par les médiévistes Herwig Wolfram, Reinhart Wenskus et Magali Coumert traitant de l'ethnogenèse des Goths
  29. internes au peuple lui-même
  30. Maurice Halbwachs
  31. étudiées par Régis Boyer
  32. étudiés par Alain Daniélou et Georges Dumézil
  33. écrit par Elias Lönnrot au- XIXème siècle
  34. exemples des matière de France, matière de Bretagne et matière de Rome)
  35. externes au peuple lui-même
  36. déjà étudié par des auteurs classiques tels Cassiodore ou Jordanès (Histoire des Goths et Histoire de Rome) ou contemporains tel Herwig Wolfram
  37. Cf. Grégoire de Tours
  38. Cf. Henri Hubert, 1932 et Venceslas Kruta, 2000
  39. Cf. Ibn Khaldûn
  40. Cf. István Bóna, Les Huns. Le grand empire barbare d'Europe. IVè-Vè siècles, éd. Errance, 2002, 239 p. (ISBN 2-87772-223-6)
  41. Cf. Régis Boyer
  42. Katalin Escher, Les Burgondes. Ier-VIè siècles apr. J.-C., éd. Errance, 2006, col. "Civilisations et cultures", 283 p. (ISBN 2-87772-325-9)
  43. Ethnogenèse des Frisons 2011
  44. Cf. Jean-Pierre Vernant, Le mythe hésiodique des races, 1960
  45. Jacques Ellul, Histoire de la propagande, 1976)
  46. voir Paul Veyne
  47. Henri Desroches, Dieux d'hommes, 1969
  48. voir Christian Delage, La vision nazie de l'Histoire, 1989
  49. étudiés par Alfred Métraux
  50. rencontrés par le géographe et ethnologue Jean Malaurie
  51. comme le cheval pour les Comanches) étudiés par Pekka Hämäläinen
  52. qu'il s'agisse des Grandes migrations des peuples "barbares", ou des mouvements migratoires contemporains
  53. colonisation
  54. Cf. Russel Bouchard, La longue marche d'un peuple oublié : ethnogenèse et spectre culturel du Peuple Métis de la Boréalie, Chicoutimi, 2006, 213 p., (ISBN 9782921101998)
  55. étudiés par l'historien médiéviste Wolfram
  56. Cf. Pekka Hämäläinen, 2016
  57. Patrick J. Geary, The Myth of Nations. The Medieval Origins or Europe, Princeton University Press, 2002 (ISBN 0-691-09054-8)
  58. Cf. Jules César, Guerre des Gaules, 1950, éd. Les Belles Lettres, 1981, éd. Gallimard, col. "folio/classique", 461 p. (ISBN 2-07-037315-0)
  59. op. cit.
  60. Magali Coumert, De l'usage de l'ethnogenèse en histoire médiévale, sur le site ménestrel.fr, 4 novembre 2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Loup Amselle, "L'ethnicité comme volonté et comme représentation: à propos des Peuls du Wasolon", Annales ESC, mars-avril 1987, numéro 2, p.  465-489.
  • G. Barruol, Les peuples préromains du sud-est de la Gaule. Études de géographie historique, Revue archéologique de Narbonnaise, supp. 1, Paris, 1975.
  • Fredrick Barth, Ethnic groups and Boundaries, Boston, Little Brown, 1969.
  • Roland J. L. Breton, Les ethnies, Paris, PUF, 1981, col. "Que sais-je?", 127 p. (ISBN 9782130369066)
  • Roland J.L. Breton, L'ethnopolitique, éd. PUF, 1995, col. "Que sais-je?", 137 p. (ISBN 9782130470601)
  • Jean-Louis Brunaux, Les Celtes. Histoire d'un mythe, éd. Belin, 2014, 350 p. (ISBN 978-2-7011-7719-9)
  • Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier, ss dir., Les ethnies ont une histoire, Paris, éd. Karthala-ACCT, 1989.
  • Suzanne Citron, Le mythe national. L'Histoire de France revisitée, Paris, Les éditions de l'atelier, 2017 (ISBN 9782708245280)
  • A. Colin, Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne, Documents d'archéologie française, 71, Paris, 1998.
  • Magali Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris, Institut d'Etudes Augustiniennes, 2007, col. "Etudes Augustiniennes" série "Moyen-âge et Temps modernes", numéro 42, 652 p. (ISBN 9782851212153)
  • Magali Coumert et Bruno Dumézil, Les royaumes barbares en occident, éd. PUF, 2010, col."Que sais-je ?", no 3877 (ISBN 2130575773)
  • Magali Coumert, L'identité ethnique dans les récits d'origine: l'exemple des Goths, CRBC, 2008, HAL-00628118.
  • Christian Delage, La vision nazie de l'Histoire, éd. L'âge d'homme, 1989.
  • Jacques Ellul, Histoire de la propagande, éd. PUF, 1967, 1976, col. "Que sais-je?", (ISBN 978-2-1303-4844-3)
  • D. Garcia et F. Verdun ss dir., Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d'Europe occidentale, actes du XXIV colloque de l'AFEAF, Martigues, juin 2000, Paris, 200.
  • Maurice Godelier, Les tribus dans l'Histoire et face aux états, éd. Cnrs, 2010, 88 p. (ISBN 978-2271069597)
  • Pekka Hämäläinen, L'Empire comanche, préface de Richard White, traduit de l'anglais par Frédéric Cotton, éd. Anarchasis, 2012, 635 p. (ISBN 979-10-92011-39-5)
  • Henri Hubert, Les Celtes, 1939, 2001, éd. Albin Michel, Bibliothèque de l'Évolution de l'Humanité, 733 p. (ISBN 2-226-12260-5)
  • Florent Kohler, "Du Caboclo à l'indigène, réflexions sur l'ethnogenèse au Brésil", in Journal de la société des américanistes, Société des américanistes, 2009, p. 41-72.
  • Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, éd. Gallimard, réédition 1988, col. "Folio/histoire", (ISBN 2-07-032404-4), notamment pp. 111-130: La mémoire ethnique.
  • Antoinette Molinié, "Ethnogenèse du New Age andin: à la recherche de l'Inca global, Journal de la société des américanistes, 2012, 98-1, pp. 271-199.
  • Françoise Morin, "L'autochtonie, forme d'ethnicité ou exemple d'ethnogenèse", in Parcours anthropologiques, Lyon, numéro 6, 2006, p. 54-64.
  • Ibn Khaldûn, Le livre des Exemples. II: Histoire des Arabes et des Berbères du Maghreb, texte traduit et annoté par Abdesselam Cheddadi, éd. Gallimard NRF, Bibliothèque de la Pléiade, 2012, 1633 p. (ISBN 978-2-07-011621-8)
  • Venceslas Kruta, Les Celtes. Histoire et dictionnaire., éd. Robert Laffont, 2000, 1005 p., (ISBN 2-221-05690-6)
  • Nicole Loraux, Né de la Terre: Mythe et politique à Athènes, éd. Seuil, 1996, (ISBN 978-2-02-028240-6)
  • Élise Marienstras, Nous, le Peuple. Les origines du nationalisme américain, Paris, éd. Gallimard, 1988.
  • Élise Marienstras, Les mythes fondateurs de la nation américaine, éd. Complexe, 1992.
  • Philippe Poutignat & Jocelyne Streiff-Fenard, Théories de l'ethnicité, suivi de Fredrik Barth, Les groupes ethniques et leurs frontières trad. Jacqueline Bardolph, Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fenard , PUF, 1995, col. "Le sociologue", 270 p. (ISBN 2-13-046627-3).
  • Fabien Régnier et Jean-Pierre Drouin, Les Peuples fondateurs à l'origine de la Gaule, préface de Venceslas Kruta, éd. Yoran embanner, 2012, 899 p. (ISBN 978-2-914855-94-5)
  • Anita Shapira, L'imaginaire d'Israël: histoire d'une culture politique, éd. Calmann-Lévy, 2005.
  • Strabon, Géographie, traduction Lasserre, Les Belles Lettres, Paris, 1996.
  • Herwig Wolfram, Histoire des Goths, éd. Albin Michel, 1991, col. "L'évolution de l'Humanité".

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Anthropologie[modifier | modifier le code]

Ethnologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Méthodologies[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Boccara, Guerre et ethnogenèse mapuche dans le Chili colonial : l'invention du soi, L'Harmattan, 1998, 391 p. (ISBN 2-7384-7298-2) (texte remanié d'une thèse)
  • Guillaume Boccara, Ethnifications, ethnogenèses et métissages aux frontières de l'Empire, communication, colloque España y America. Transposiciones e identidades, Madrid, Casa de Velasquez, juin 2000.
  • Bertrand Jordan, L'humanité au pluriel : La génétique et la question des races, Paris VIe, Seuil, coll. « Science ouverte », , 227 p. (ISBN 978-2-02-096658-0).
  • Patricia Galloway, Choctaw genesis. 1500-1700, Lincoln, University of Nebraska Press, 1995.
  • Jonathan D. Hill, éd. History, Power and Identity. Ethnogenesis in the Americas, 1492-1992, University of the Iowa Press, 1996.
  • (en) Johan Leman (dir.), The dynamics of emerging ethnicities : immigrant and indigenous ethnogenesis in confrontation, Peter Lang, Frankfurt am Main, New York, 2000, 177 p. (ISBN 3631364776)
  • Jacqueline L. Peterson, "Ethnogenesis: the Settlement and Growth of the "New People" in the Great Lakes, 1702-1815", AICRJ, 6, 2, 1982, p.  23-64.
  • Jens Schneider, « L'ethnogenèse des Frisons », in Revue du Nord, 2011, nos 391-392, p. 749-759
  • Jean-René Tréanton, « Labeurs et incertitudes d'une ethnogenèse », in Une nouvelle civilisation ? : hommage à Georges Friedmann, Gallimard, Paris, 1973 (ISBN 2-07-028419-0)
  • Thomas Turner, Ethnogenèse et nationalisme en Afrique centrale : aux racines de Patrice Lumumba (traduit de l'anglais par Monique Chajmowiez et al.), L'Harmattan, 2000, 456 p. (ISBN 2-7384-7322-9)